Chapitre 12 : Pluie de larme

par Manaka

Chapitre 12 : Pluie de larme



Shido n'avait qu'une idée en tête, à sa sortie d'hôpital et c'était bien d'aller rendre visite à Lily. Sa présence lui avait beaucoup manquer durant ces derniers jours ou étrangement elle avait été absente. Il savait que ce n'était pas dans ces habitudes de lui poser un lapin. Car elle l'aurait prévenu à l'avance, comme pour la dernier fois, lui disant qu'elle irait ne viendrait pas puisqu'elle aller faire du shopping avec Heaven et Natsumi qui lui avaient proposé. Et donc en théorie, elle aurait dû se présentée le lendemain à l'hôpital.


Mais là rien, même pas un coup de téléphone ou de lettre qui avait été laisser à son intention et cela avait de quoi l'inquiéter un peu...non, en faite cela l'avait rendu carrément hystérique au bout de un jour. Il avait tenté par tout les moyens de quitter son lit contre l'avis de son médecin et Shido se montra si têtu, que les infirmières durent avoir recours à beaucoup de cordes ainsi que de beaucoup d'aide, pour parvenir à le retenir sur son lit. Chose qui n'eut aucun effet sur le jeune homme qui parvient tout de même à s'échapper. Enfin, il n'était pas partit loin vu que Kazuki était arrivé puis était parvenu à le retenir avec ses fils, à la demande des infirmières. Bien évidemment, Shido ne s'était pas laissé faire et s'était débattu comme un beau diable pour se défaire de ces fils au risque bien évidement de se blesser avec. Aussi Kazuki n'eut d'autre choix pour le calmer de lui administrer une bonne dose de sédatif, vu qu'aucune infirmières ne tentèrent de le faire, tant il s'était montré effrayant à s'agiter tel une bête, ce qui n'était pas totalement faux étant donner son statut de Beast Master.


Enfin après avoir dû garder de force le lit, Shido dû prendre sur lui même pour ne pas piquer à nouveau de crise. Car il avait bien compris que cela aller obligatoirement l'obliger à rester d'avantage à l'hôpital. D'où le fait que par la suite, il se montra en un parfait patient calme qui lui permis quelque jours après sa crise de sortir enfin de l'établissement médical.



Il ne fut pas trop surpris de voir que ses amis étaient là pour l'accueillir à sa sorti. Le premier à lui témoigner rapidement sa joie fut bien évidemment Ginji qui se mit à sauter sur lui.


Ginji : Shido ! Suis super content de te voir en pleine forme ! Se mit il à dire avec enthousiasme. Que dirais tu si je t'invitais à manger au resto pour fêter ton rétablissement !

Shido : Je ne suis pas contre mais à condition que c'est Kazuki qui invite. Dit il en se mettant à regarder en direction du principal intéresser.

Kazuki : Je suppose que tu m'en veux pour l'autre fois ? Je te signale que c'était pour ton bien si j'ai agit de la sorte !

Shido : Oui mais tu n'y ai pas aller de main morte aussi !

Kazuki : Il le fallait bien étant donné la force prodigieuse que tu possèdes. Enfin bref...j'accepte de t'inviter puisque je sens que Ginji ne pourra pas payer la note !

Ginji : Mais je peux parfaitement payer, Kazu ! Se plaignit il en affichant une mine boudeuse.

Kazuki : Mais oui, mais oui ! Dit il en se mettant à lui sourire, tout en le poussant pour avancer.


Kazuki les invita donc dans un petit restaurant très sympa et surtout à bon prix. Heureusement pour lui car Ginji se révéla être un vrai petit glouton par rapport à Shido qui étrangement avait à peine touché à son assiette. Chose de tout à fait incroyable lorsque l'on sait que devant lui se tenait un des plats qu'il adorait. Il était clair que quelque chose n'allait pas chez lui, d'autant plus que son regard était des plus mélancolique, fixant la pluie qui s'était abattu dehors.


Kazuki : Qu'es ce qui ne vas pas Shido ? Demanda t il quelque peu inquiet pour son ami

Shido : ( sort de ses pensées ) Hein ?! Tu disais quelque chose ?

Kazuki : Je te demandais si ca aller ? Parce que tu as à peine toucher à ton assiette.

Shido : Ah oui. Se mit il à dire en regardant son assiette sans vraiment s'y intéresser. C'est juste que je n'ai pas trop faim, là.

Ginji : Amh ouim Shido ( ah oui Shido )! Dit il la bouche pleine en postillonnant avant d'avaler ce qu'il avait. Ben, je vais t'aider à terminer alors.


Sans aucune hésitation et cela sans aucune gêne, il piqua de gros morceaux de porc dans son assiette pour les manger. Cela énerva Kazuki qui le vit recommencer à chiper à nouveau dans l'assiette de Shido et donc le frappa à la tête.



Ginji : Aie! Mais ca fait mal Kazu. Se plaignit il en se massant la tête. Pourquoi tu m'as frapper ?

Kazuki : Espèce de mal élevé, cela ne se fait pas de prendre le repas des autres ! Se fâcha t il après lui, à cause de son attitude.

Ginji : Mais euh ! Si Shido ne dis rien, ca veux dire qu'il est d'accord que je le fasse ! N'es ce pas Shido ? Dit il en se mettant à sourire tout en se tournant vers lui.


Mais à la surprise des deux amis, ils furent surpris de voir Shido, quitter la table brusquement et de sortir rapidement du restaurant sans leur donner la moindre explication.



Shido ne s'était nullement intéresser à la dispute de ses amis car quelque chose le tracassait depuis un bon moment. D'autant plus que la pluie qui tomber l'inquiéter étrangement, comme s'il lui disait que quelque chose n'aller pas et que la douleur de son cœur en expliquer la raison. Brusquement, son regard se fixa immédiatement sur un chien qui se trouver dehors, assis face à lui et sous la pluie, ne se souciant nullement des passants. Shido n'eut aucun mal à le reconnaître, puisqu'il appartenait à la femme qu'il aime.


Shido ; Mozart ! Pensa t il de surprise en se levant rapidement de son siège et en quittant les lieux en voyant que l'animal s'en aller.


Ce fut ainsi qu'il se mit à courir sous une pluie qui tomber très fort sur la ville, poursuivant le chien qui ne semblait pas vouloir s'arrêter à l'appel incessant que lui lancer Shido. Il se demanda bien ce qu'il faisait ici, surtout seul et sans sa maîtresse. Sans doute lui était il arrivé quelque chose, pour qu'il apparaisse ainsi devant lui pour lui demander de l'aide. Si c'était le cas, il n'avait pas une seconde à perdre et plus vite il rejoindra, mieux ce sera pour lui car son cœur ne cesser de se serrer d'avantage, au fur et mesure de son avancer.



Shido ne su combien de temps, il avait couru à travers la ville ou à plusieurs reprise, il failli perdre la trace de Mozart qui heureusement pour lui, l'attendait toujours pour qu'il le suive. Au fur et à mesure de son avancer, le jeune homme remarqua que les lieux devenaient des résidences et que cela lui était familier. Ce ne fut que lorsque Mozart décida enfin de s'arrêter devant un grand portail, qu'il comprit enfin que l'animal l'avait guider jusqu'à la résidence de la jeune femme. Une résidence qui avait été laisser fermer après le départ de sa propriétaire sans que personne n'y vienne habiter.


Shido : Mais pourquoi, m'as tu emmené ici ? Demanda t il à Mozart tout en le fixant. Il n'y a personne ici.


S'il disait cela, c'était à cause du fait que la demeure était toujours fermer à cause de ses fenêtres closes et du fait qu'ils n'y avaient personne dans les parages. Pour toute réponse, Mozart se mit de nouveau à courir en longeant cette fois ci le mur, suivit de près par Shido.

Shido : Hey ! Attend !


Mais Mozart ne fit pas attention à lui et poursuivi son chemin ou au détour d'un virage il disparu.


Bien évidement Shido s'inquiéta tout de suite de sa disparition mais il n'eut pas besoin de le chercher, lorsqu'il entendit un aboiement de l'autre côté du mur. Sans perdre un seul instant, il sauta en haut, sans éprouvé la moindre difficulté et cela grâce à ses aptitudes animal, pour poser un pied sur le haut du mur.


De là ou il était, Shido avait une vue imprenable sur le domaine et celui ci repéra rapidement Mozart qui se rendait vers un lieu qu'il ne connaissait que trop bien à savoir l'arbre des souvenirs. Seul lieu que le jeune homme affectionner beaucoup, pour avoir passer tant de bon moment en compagnie de la jeune aveugle.


Shido : Mais pourquoi se rend t il là bas ? Se demanda t il, tout en descendant avant de le rejoindre.


La réponse ne tarda pas à se révéler sous ses yeux, lorsqu'il vit le chien assis aux côtés d'une personne, qui était blottie contre l'immense arbre. En se basant sur ses vêtements qui lui coller à présent à la peau, Shido ne pouvait se tromper en affirmant qu'il s'agissait d'une jeune femme mais cela lui fut difficile de dire qui cela pouvait bien être, alors qu'il avait l'intime conviction de la connaître.


Tout doucement, il s'approcha d'elle et s'accroupit pour se mettre à sa hauteur.


Shido : Hey ? L'interpella t il tout doucement pour ne pas l'effrayer en posant sa main sur son épaule pour la secouer un peu. Il ne faut pas rester là !


La jeune femme ne lui fournit aucune réponse mais se contenta de relever son visage et de regarder en direction de Shido, pour savoir qui était là. Quel ne fut sa surprise en voyant qu'il s'agissait de...


Shido : Lily ?! Mais que fais tu ici et sous la pluie ? S'inquiéta t il pour elle en voyant son visage triste qui lui serra le cœur.


Mais pour toute réponse, la jeune femme se jeta sur Shido et se mit à pleurer.


Lily : Shido ?! Dis moi qui suis je vraiment ? Supplia t elle tout en hoquetant de pleure. Si mon nom n'est pas Lily, alors qui suis je à présent !


Le jeune homme avait bien du mal à comprendre ce qu'elle voulait dire par là. Et tout ce qu'il pu faire, ce fut de la serrer très fort contre lui, pour essayer de dissiper sa peine qui lui faisait mal au coeur.