Chapitre 8 : Shido et Lily

par Manaka

Chapitre 8 : Shido et Lily

 

 

 

 

Pov Shido

 

 

Bien que la visite de Lily fessait un bien fou à Shido. Celui-ci se serait bien passé de la présence de son horrible frère. Un être arrogant et qui lui montrer bien, qu’il lui était supérieur en tous points. Il faut dire que vu sa condition, Shido était pour l’instant, dans l’incapacité pour se mesurer à lui. Tout ce qu’il pu faire, c’était de supporter de le voir et heureusement que Lily était là, sans quoi il n’aurait pas hésité et cela contre l’indication des médecins, à se lever pour cogner ce Yan de malheur.

 

Comme s’il n’avait pas assez de problème avec lui, il fallait aussi que ses amis se pointe.

 

Bien qu’ils prétextaient que c’était pour lui rendre visite, il était évidemment que c’était une excuse bidon de leur part, dans le seul but de voir Lily.  Tous était venu sans exception dans le seul but de mieux connaître la jeune fille. Et Shido savait parfaitement, qu’il devait remercier cette pipelette de Ginji, qui avait sûrement dû crier sur tous les toits, que Lily ressemblait à s’y méprendre à Madoka et que c’était pour cette raison, que ses amis étaient présents à chacune de ses visites.

 

Il n’avait rien contre ses amis à part avec Ban. Mais les voir constamment accaparer l’attention de la jeune femme, avait de quoi l’énerver. A cause d’eux et  à jouer les détectives pour en savoir plus sur elle, Shido ne pouvait jamais parler tranquillement avec Lily.  C’est à peine si parvenait à lui dire bonjour, lorsqu’elle venait et lui dire au revoir, lorsqu’elle repartait. 

 

Il aurait pu se mettre à haïr ses amis pour lui avoir fait tout cela mais Shido outrepassa ce sentiment, grâce aux petites attentions que lui prodiguer la jeune femme. Ce n’était certes pas grand-chose, de la voir éplucher un fruit pour lui en offrir par la suite ou qu’elle s’inquiète de lui, en lui demande s’il avait bien manger ou bien dormi. Mais pour le jeune homme, tous cela suffisait à son bonheur et rien que de la voir chaque jour, lui permettait de sourire.

 

 

Pov Lily

 

 

Je savais que Yan fessait exprès de trouver des excuses pour m’éviter d’aller rendre visite à Monsieur Shido. C’est à se demandé pourquoi, il ne l’aimait pas, alors que c’était quelqu’un de très gentil.  Bien que je ne l’avais vu que peu de fois, j’ai toujours gardé de lui comme étant un homme droit et doux, malgré qu’il semble sauvage au premier  abord. Cette impression ne m’avait jamais quitté à croire que je le connaissais mieux que lui-même. J’en viens même à en sourire, avec quelle facilité je parvenais à cerner cet homme qui m’était familier et qui pourtant, était un parfait inconnu pour moi.

 

Ce fut à force de persuasion et d’avantage sur des chantages, que je parviens à traîner de force mon frère récalcitrant, pour m’accompagner à l’hôpital. Mon père Torkam n’aurait sans doute pas refusé ma demande, mais il se serait sans doute fait arrêter encore, par la police comme la dernière fois, ou il m’avait ramené avec Yan, à l’appartement. Les gens avaient cru bon de les appeler, en pensant que mon père était en train me kidnapper. Il faut dire qu’avec sa taille de géant et son visage effrayant, il correspondait parfaitement à la description d’une personne dangereuse, qui pourrait être recherché par le FBI.

 

Rapidement la police nous encercla, soutenu de près par les forces spéciales ou cas ou la situation dégénérait. Cela aurait sans doute était la prison ferme immédiate pour eux, vu que ma famille n’était pas du genre à se laisser faire et qu’il était près à se battre. Heureusement, cela n’arriva pas à mon grand soulagement à cette extrémité car à cause du bruit qu’ils avaient fait, cela m’avait réveillé.

 

Cela ne me prit que quelque seconde avant de comprendre ce qui se passer et je dû leur expliquer avec patience, qu’il s’agissait simplement d’un malentendu. La police eut beaucoup de mal à croire que c’était ma famille et surtout avec un frère suspicieux et un père effrayant. Ce ne fut qu’on montrant nos passeport à tous trois, qu’il parvient enfin à nous croire et d’avaler difficilement cette vérité. Bon, il faut dire que j’ai beaucoup rit de voir leur tête de poisson, en apprenant la vérité et qu’ils l’avaient gardé même lorsque nous sommes partis. La police devait sûrement se demander, pourquoi une si gentille fille comme moi se retrouver affublé d’une famille de voyou ?

Ils auront sans doute tout fait pour m’enlever à eux mais moi, j’aurai refusé leur aide car j’aimais ma famille plus que tout.

 

Etrangement, j’étais toujours heureuse de voir Shido, chose qui bien évidemment ne plaisait pas à mon frère. Yan aurait sans doute chercher Shido mais heureusement, celui-ci se contentait de rester près de la fenêtre, observant constamment ce qui se passer dehors. C’était sans doute mieux ainsi et cela m’aurait éviter de gronder à nouveau mon frère, si celui-ci se mettait à s’en prendre oralement et physique à Shido. Ce n’était pas que j’aimais prendre la défense de Shido, c’était juste que je trouve cela injuste de la part de Yan, de s’en prendre à quelqu’un qui était convalescent.

 

Mais il y avait bien une chose à laquelle, je ne m’attendais pas du tout et c’était que les amis du jeune homme, viennent lui rendre visite. Shido était entourer de beaucoup d’amis qui apparemment ne s’arrêter pas aux personne présent. Yan qui n’appréciait visiblement pas ce beau monde, préféra me laisser avec eux pour disparaître, je ne sais ou. Mais je savais, tout au fond de moi, qu’il n’était jamais très loin et qu’au moindre problème, si besoin ai, il apparaîtrait à mes côtés pour me protéger.

 

Etrangement, alors que cela devrait celui qui était en convalescence, ce fut moi qui fus le centre de toute leur attention. J’avais comme l’impression d’être une bête curieuse parmi eux mais je ne parvenais pas à me sentir mal à l’aise. En faite, c’était tout le contraire.

 

Les deux femmes du groupe, qu’était Heaven et Natsumi, avait beau s’excité après moi, s’extasiant de ma ressemblance avec cette Madoka. Je les aimais malgré moi, les considérant comme mes amies, malgré que parfois elles avaient des questions du genre, es ce que tu aimes Shido ? Chose qu’il m’était difficile pour l’instant d’y répondre.

 

En réalité, tout le monde m’avait tout de suite considéré comme leur  amie, chose qui bien évidemment me fessait chaud au cœur. Moi qui ne connaissait que ma famille, j’étais heureuse de me savoir entourer par mes nouveaux amis, car je pouvais sans me tromper, avoir une totalement confiance envers eux. Cette amitié nouvelle, était le plus beau cadeau que l’on pouvait m’offrir.

 

 

Et ce fut ainsi à chaque visite, qu’elle rendait à Shido, qui aurait bien aimé ne pas avoir d’ami trop collant à son goût.

 

 

 

Mais Lily ne se rendit pas compte de l’absence de Kazuki, qui avait pour habitude de venir voir Shido.

 

Celui-ci était en pleine discussion avec Makubex, qui comme à son habitude surfer sur le net.

 

Kazuki : Alors Makubex…as-tu réussis à obtenir des informations sur les Lainki ?

Makubex : Oui et non. Se mit il à dire de son habituel voix neutre, sans détacher pour autant son regard de son écran tout en continuant à taper sur le clavier.

Kazuki : Je ne comprend pas…explique toi mieux que ça !

 

Makubex s’arrêta quelque instant et retira son casque pour regarder droit dans les yeux, son ami.

 

Makubex : Pour faire simple, je n’ai trouvé que très peu de chose à leur sujet si ce n’est…qu’il traîne derrière eux, une très grande réputation.

Kazuki : Développe.

Makubex : Les Lainki, sont très connu des milieux comme étant des mercenaires, dans les services sont très onéreux. Mais étant donné qu’ils ne s’attaquent qu’à des criminels, ils ont aussi beaucoup d’ennemi.

Kazuki : Autre chose sur eux ?

Makubex : Non et c’est bien ça qui m’énerve.

Kazuki : Et pourquoi cela ?

Makubex : J’ai essayer de pirater un certains système, pour avoir plus précisément des informations sur leur famille ou leur proche…mais il y était si bien protéger, qu’il me fut impossible d’y accéder.

Kazuki : Vu que tu es génie, ce n’est qu’une question de temps avant que tu n’y arrives !

Makubex : Oui mais apparemment le génie à trouver son maître ! Soupira t il. Je me suis fait avoir comme un bleu. Quelqu’un est parvenu à entrer dans ma base de donnée pendant que je me focaliser sur le fichier qui contenait les information. Grâce à ce stratagème, il est parvenu à pirater mon serveur et à y introduire un virus qui a tout supprimé. Du coup, je me retrouve à refaire tout mon ordinateur.

 

Le fait de savoir tout cela, surpris beaucoup Kazuki qui ne s’attendait pas à ce que Makubex, se soit fait pirater. Celui-ci reprit à nouveau son travail, en se mettant à taper rapidement sur le clavier pour remettre en route son système d’exploitation. Visiblement cela aller prendre du temps pour tout remettre en ordre et Kazuki se décida à partir, pour le laisser travailler tranquillement.

 

Mais alors qu’il partait, Makubex se mit à lui parler, tout en restant concentré sur son écran.

 

Makubex : Ah oui…j’allais oublié. Fais bien attention à toi Kazuki car le message que m’a laisser le pirate, était loin d’être amical.

Kazuki : Que disait le message ?

Makubex : «  À trop vouloir fouiller dans le passée des autres, vous ne récolterez que la mort à la fin ! »