Quand le cauchemar recommence

par Jill Kuchiwa

Edward détourna la tête, gêné de l’air bouche-bée de Roy et Riza. Le Führer mit un moment avant de retrouver l’usage de parole.

-Mais… Comment est-ce possible ?! Je me doute que tu l’as mise en garde sur ce sujet, alors comment a-t-elle pu…

-Vous permettez ? soupira Ed en attrapant une chaise. C’est une longue histoire...

Le Führer lui donna l’autorisation d’un hochement de tête. Ed s’assit et hésita à parler, l’air de chercher par où il devait commencer.

-Voyons… Je suppose que je vais devoir tout raconter depuis le début… Elle a découvert l’Alchimie lorsque je lui aie fait recoller les pages d’un livre qu’elle avait volontairement déchirés… Ne jamais annuler une sortie de dernière minute, président, la vengeance d’un enfant, ça ne pardonne pas (Roy ne put s’empêcher de sourire) … Elle a été très intriguée par les cercles de transmutation et elle m’a interrogée toute la journée à ce sujet. Le lendemain, j’ai décidé de commencer à lui apprendre les bases.

Une ombre passa sur le visage de l’ex Alchimiste d’Etat.

-Une semaine plus tard, elle a apprit le décès de son arrière-grand-mère. Les enfants étaient très proches d’elle… Ça a été un coup dur pour tous les deux.

-Mon Dieu, c'est pour elle que Rina a..., commença Hawkeye.

-Non, fit Ed en secouant doucement la tête, non c'est n'est pas pour ça.

-Je n’ose pas imaginer l'état de ta femme…, dit ensuite Roy.

-Elle s’est montrée très forte. La journée, elle essayait de faire bonne figure pour les enfants et je voyais bien que c’était très dur pour elle mais elle arrivait toujours à tenir. Dès que les enfants étaient couchés, elle laissait enfin sortir son chagrin et pleurait une bonne partie de la nuit. Elle a mit beaucoup de temps à s’en remettre et je crois même que, neuf ans plus tard, elle ne s’en est toujours pas totalement remise.

-Et toi ? demanda Riza avec douceur. Je sais qu’elle était comme une grand-mère, pour toi.

-Moi j’ai dû être fort jour et nuit, répondit Ed en haussant les épaules, comme si c'était évident. Le jour pour mes enfants et la nuit pour Winry.

Cela n’étonna nullement le Führer et sa garde du corps.

-Bref, on s’éloigne du sujet, grommela Ed en secouant la tête. Quelques jours plus tard, aussi inconsolables que son frère et sa mère, Rina m’a demandé si, avec quelque chose d’aussi magique que l’Alchimie, on pouvait faire revivre les morts. Je lui aie répondu que non et elle m’a alors demandé comment j’en étais aussi sûr. Je lui aie donc raconté mon histoire… Ensuite, elle et son frère m’ont demandé de raconter en détail nos aventures, à Al et moi. Forcément, ça a pris beaucoup de temps… Tous les soirs, pendant un peu plus d’un mois, au lieu de leur raconter une histoire, je leur parlais de notre quête pour retrouver nos corps ! Je sais que ce n’est pas très pédagogique, surtout avant d’aller les coucher et pourtant, ça leur plaisait vraiment et ils étaient très attentifs ! Et bien sûr, j'évitais de parler des événements trop dur à entendre pour des enfants de leur âge. Vous les auriez vu, j'étais comme un héros pour eux !

Roy hocha tristement la tête. Lui aussi avait été un héros pour sa fille avant... Il réalisa à quel point cela lui manquait.

-Après ça, continua Ed, je pensais que Rina avait comprit que l’Alchimie était aussi bien que dangereuse… Ou du moins, elle avait l’air d’avoir comprit. J’ai beaucoup insisté sur le fait qu’on ne pouvait faire revivre les morts mais je crois que j’aurai dû encore plus insister que ça.

-Qu’est-ce qu’il s’est passé ? demanda Mustang en fronçant les sourcils.

-Elle avait onze ans et… elle a toujours aimée les animaux, en particulier les chiens. Je ne compte plus le nombre de fois où elle est rentrée à la maison avec un chiot errant dans les bras ! J’aurais franchement aimé qu’elle tienne autre chose de son oncle ! Un jour, Winry et moi avons finalement donné l’autorisation pour qu’elle garde celui qu’elle venait de ramener. Mais il était malade… Il est mort à peine quelques semaines plus tard… Rina a réussi à dénicher mes vieilles recherches sur la transmutation humaine… Elles avaient dû traîner parmi mes recherches et en recollant le tour, elle l'avait remarqué (Il soupira) Je suppose qu’elle avait mal interprété mes paroles... Elle a comprit qu’on ne pouvait ressusciter les humains, mais il est vrai que je n’avais jamais précisé que c’était pareil pour les animaux. Elle s’est mise à l’œuvre en plein milieu de la nuit.

Il ferma les yeux, se souvenant de cette terrible nuit.


~Flash-Back~


-PAPA ! MAMAN !

Ed et Winry se réveillèrent en sursautant.

-Qu’est-ce qu’il se passe ? demanda la mécanicienne. C'était Edwin…

-Je vais voir, décida Ed en sortant du lit d’un bond. Attends-moi ici.

-Et puis quoi encore ? grommela Winry en repoussant précipitamment la couette.

Ils allèrent dans la chambre d’Edwin, mais le garçon n’y était pas. Rina n’était pas dans sa chambre non plus.

-VENEZ VITE !

-Ça vient d’en bas ! s’exclama Ed en s’empressant de descendre les escaliers, Winry derrière lui.

-AU SECOURS ! PAPA ! MAMAAAN !

-Ed ! Le bureau !

Une fois devant la porte, il l’ouvrit précipitamment et eut un mouvement de recul quand il aperçut au milieu de la pièce Edwin, serrant sa sœur dans ses bras, qui semblait inconsciente. De grosses larmes coulaient sur les joues du petit garçon.

-Qu…

-Je suis désolé ! sanglota Edwin. Je ne savais pas qu’elle voulait faire ça !

Ses parents accoururent vers lui. Winry s’agenouilla et serra son fils contre elle pour le calmer.

-Je l’ai aidé… mais je ne savais pas ! Pardon !! Je suis désolé !

-De quoi tu parles ? Qu’est-ce qu’il s’est passé, ici ? s’impatienta nerveusement Ed en prenant Rina dans ses bras.

-Ed…, murmura Winry, le regard fixé devant elle. Ce n’est pas…

Son mari suivit son regard… et se crispa lorsqu’il reconnut le cercle de transmutation, devant eux.

-Non, souffla Ed, elle n’a pas…

Au plein milieu du cercle, il y avait le cadavre du chiot. Ed et Winry devinèrent qu’elle était allée le déterrer dans le jardin. Rina avait fait une transmutation humaine.

-Je suis désolé, continua de sangloter Edwin.

-Qu’est-ce que… Qu’est-ce que j’ai fait, dit Ed en serrant fort sa fille contre lui.

Elle avait ses deux bras, ses deux jambes… Qu’est-ce que la Vérité lui avait enlevé ?

« Et si son âme a été transférée dans le chien, avant d’être finalement rejetée ? » réalisa soudainement Ed.

A cette pensée, il se mit à trembler et s’empressa de coller son oreille contre la poitrine de sa fille… Le cœur battait encore… Et elle respirait…

-Ed, nous devons tout de suite l’emmener à l’hôpital.

-On n’est plus à Rush Valley, Winry, l’hôpital le plus proche est à des kilomètres d’ici !

-Alors appelons tout de suite un médecin pour qu’il vienne à domicile !

-Et comment tu vas expliquer que notre fille est inconsciente parce qu’elle a vu la Vérité après une transmutation qui a mal tournée ?

- On n’a pas le choix, on ne peut pas la laisser comme ça.


Une longue heure plus tard, le seul médecin qu’ils avaient réussis à joindre arriva enfin. Les jeunes parents avaient prétexté une grosse chute sur la tête. Bien que surpris, à cause de l’absence de blessures, le médecin ne fit aucun commentaire et demanda aux parents de sortir de la chambre et les fit attendre au rez-de-chaussée afin de pouvoir ausculter calmement la petite.

Les minutes devinrent des heures… Winry essayait vainement de calmer Edwin sur le canapé, mais ce dernier, en état de choc, se contentait de pleurer doucement, recroquevillé sur lui-même.

Derrière eux, Ed ne cessait de faire les cents pas.

-Qu’est-ce que j’ai fait...

-Ce n’est pas de ta faute, répondit Winry.

-Bien sûr que si ! s’énerva Ed en s'adossant finalement contre le mur. J’aurai dû voir ce qu’elle préparait ! J’aurai dû sentir ce qui allait se passer !

-Personne n’aurait pu prévoir une telle chose.

-Moi j’aurai pu… En commençant par ne jamais lui enseigner l’Alchimie ! Elle est comme moi, j’aurais donc dû deviner que ça finirait forcément comme ça !

En entendant son père hausser la voix, Edwin se crispa. Winry lui lança un regard inquiet et lui caressa doucement les cheveux.

-Ed, calme-toi s’il te plait… C’est déjà assez dur comme ça… Et tu fais peur à Edwin…

Mais Ed ne se calma pas le moins du monde. Il recommença à faire les cents pas, incapable de rester sans bouger.

-Je n’aurai jamais dû accepter qu’elle garde ce chien… Je n’aurai jamais dû lui parler de la transmutation humaine ou alors, j’aurai dû encore plus insister sur les dangers que ça représentais… Je n’aurais peut-être même dû jamais lui raconter notre périple à Al et moi… Je n’aurais jamais dû commencer à lui faire faire de l’Alchimie… Je…

Il s’interrompit lorsque Winry se planta devant lui, les joues inondées de larmes. Edwin, lui, observait timidement la scène par-dessus le canapé.

-Tu aurais voulu quoi ? rétorqua sèchement Winry. Qu’on la garde enfermée dans sa chambre dès sa naissance pour être sûr qu’elle ne sera jamais en danger ? Ce qu’il s’est passé n’est pas de ta faute, Ed. Tu l’avais prévenu, tu lui avais clairement expliqué les dangers et les interdis de l’Alchimie. Je le sais, j’étais là quand tu lui as dis tout ça. Si on repartait à zéro et que tu tenterais de la tenir éloignée de l’Alchimie, tu ne ferais que retarder son apprentissage puisqu’elle finirait quand même par se mettre dedans, que ce soit avec ou sans ton aide. C’est ce qu’elle aime faire… C’est quelque chose qu’elle a en elle, un don, exactement comme toi. Tu ne peux pas l’empêcher d’être Alchimiste.

Une larme coula... Très vite suivie d'une deuxième...

-J’aurai dû… J’aurais dû…

En voyant son mari dans cet état, Winry songea qu'elle ne l'avait pas vu pleurer depuis l'enterrement de Trisha. Elle posa alors ses mains contre les joues humides d’Ed et approcha son visage du sien afin qu’ils soient front contre front.

-Elle va s’en sortir, Ed, murmura Winry en essayant de maîtriser les nouveaux sanglots qui se formaient dans sa gorge. Elle a toujours réussi à s’en sortir… C’est une battante… C’est notre fille.


Une heure plus tard, le médecin les invita à rentrer dans la chambre. Winry fit attendre Edwin dans la sienne.

-Elle s’est réveillée, docteur ? demanda Ed.

-Oui, mais j’ai à peine eu le temps de lui poser quelques questions qu’elle s’était déjà rendormis… Elle va avoir besoin de beaucoup de repos… (Il leur lança un regard méfiant) En tout cas, quoiqu’elle ait fait comme chute, c’est vraiment bizarre… Elle n’a aucune blessure, ne serait-ce qu’un bleu… Et pourtant… De ce que j’ai pu constater, son cerveau a été gravement touché.

-Qu’est-ce que vous voulez dire ?

-Il y a une structure du cerveau qu’on appelle Hippocampe. Elle joue un rôle très important, voir primordial dans la mémoire… Je l’impression que c’est cette partie qui a été endommagée et de ce fait, elle souffrirait d’une amnésie rétrograde… c'est-à-dire, une amnésie totale.

-Elle… Elle ne se rappellera même pas de qui elle est ? De nous ? demanda Winry en blêmissant.

-Je ne peux vous répondre, cela dépend des cas. Ecoutez, dès qu’elle sera capable de tenir debout, vous devriez aller à l’hôpital pour lui faire passer une radio. Il n’y a que de cette façon que vous pourrez être sûr à cent pour cent de ce qu’elle a exactement, sans matériel avec moi je peux très bien m’être trompé. Mais je préfère vous annoncer le cas le plus grave qui pourrait lui arriver, afin que vous ne tombiez pas de haut.

Mais Ed n’avait aucunement l’intention d’aller à l’hôpital. C’était l’œuvre de la Vérité, il n’y avait plus rien à faire.

Quand le médecin fut parti, non sans avoir une énième fois répéter que c'était très étrange, les deux parents s’installèrent près de leur fille, s'asseyant chacun d'un côté du lit.

-Qu’est-ce que tu en dis ? demanda Winry sans quitter des yeux Rina.

-Pour moi, il n’y a aucun doute, la Vérité a pris ses souvenirs. Je pense qu’elle saura qu’elle nous connaît, que nous sommes ses parents, mais elle ne se souviendra de rien d’aut…

Ed s'interrompit lorsqu'il sentit une présence, derrière lui. Il se retourna alors et découvrit son fils, à moitié caché derrière le mur.

-Je peux entrer ? demanda-t-il timidement.

-Bien sûr, viens chéri, répondit Winry.

Edwin s’avança à petit pas. Quand il croisa le regard de son père, il s’arrêta net et baissa les yeux… Comme s’il avait peur de se faire gronder.

-Edwin, viens me voir, encouragea ce dernier en tendant un bras.

Quand son fils fut près de lui, Ed lui fit signe de s'asseoir au bord du lit à côté de lui.

-Qu'est-ce qu'elle a ? demanda Edwin d'une voix nerveuse.

-Nous ne sommes pas sûr... Mais il semblerait qu'elle soit amnésique, répondit Winry.

-Qu’est-ce qu’il s’est passé ? questionna ensuite Ed. Je sais que c’était effrayant, mais j’ai besoin que tu me raconte toute l’histoire.

Rassuré par la douceur de sa voix, Edwin lui expliqua tout. Rina lui avait demander son aide afin qu'ils trouvent des documents dans le bureau d'Ed. A chaque fois, ils s'y étaient pris en plein milieu de la nuit. Rina avait dit à son frère que c'était pour faire une surprise à leur père. Edwin, faisant confiance à sa petite sœur, l'avait suivie sans se poser de question. De plus, n'y connaissant rien en Alchimie, il n'avait pas comprit ce que signifiait le cercle de transmutation qu'ils avaient cherchés et qu'il avait aider à tracer... Ce fut lorsque Rina était revenu avec le cadavre du chiot dans les bras qu'il avait comprit, mais il c'était trop tard... Plus rien n'aurait pu arrêter sa sœur.

-Je suis désolé… Je n’avais pas compris qu’elle voulait faire ça, sinon je l’aurais dit à toi ou maman, conclut-il, à la fin de son récit, les larmes aux yeux. Je suis désolé...

Il éclata en sanglot. Ed sourit tristement et incita son fils à se blottir contre lui.

-Chéri, murmura tristement Winry.

Lorsqu'il fut calmé, Ed déclara doucement :

-Ce n’est pas de ta faute, tu sais… C’est aux parents de voir ce genre de chose, pas aux enfants.

-Pourtant je ne suis plus un enfant, hoqueta Edwin.

-Tu sais quoi... Je vais avoir besoin de ton aide.

-Mon aide ?

-Oui, c’est une mission très importante que je ne peux confier qu’à toi...

-C'est à dire ?

-Je veux que tu m’aides à veiller sur ta sœur... Tu es d’accord ?

Malgré ses yeux humide et rouge, Ed y décela une lueur déterminée.

-Je ferais tout pour la protéger, promit-il. Mais… Tu crois que j'en suis capable ?

-Bien sûr que oui, rassura doucement Ed en ébouriffant les cheveux dorés de son fils. Hormis Winry tu es la seule personne en qui j'ai absolument confiance pour cette mission.

-Et toi, comment comptes-tu t’y prendre pour veiller sur elle ? questionna Winry, même si elle avait déjà une petite idée de la réponse.

-Il va y avoir beaucoup de changement. Déjà, je vais quand même tenter de ne pas lui faire faire d’Alchimie et si malgré tout, elle décide de s’y remettre, il ne se passera pas un jour où je ne lui ferais pas répéter les règles de l’Alchimie et je garderais tout le temps un œil sur elle. Je ne lui raconterais pas mon passé, pour qu’elle ne connaisse rien de la transmutation humaine et pour qu’elle n’apprenne pas l’existence des Alchimistes d’Etat… Elle serait capable d’avoir envie d’y aller, plus grande et il y aurait un grand risque qu’elle apprenne la vérité sur moi et en plus, elle se mettrait en danger… Encore une fois… Donc, c’est hors de question.

-Tu ne pourras pas la protéger de tout, Ed, fit doucement remarquer Winry.

-A trois, on devrait y arriver, non ? Et puis, je le lui ai dit à la naissance : Tant que je serais vivant, je la protégerai.

La mécanicienne soupira.

-Dans ce cas, j’ai hâte de te voir à l’œuvre lorsque ce sera une adolescente...

Ed sourit en se remémorant cette phrase, qu’elle lui avait dit le jour où Rina était née.

-D’ici là, j’espère que j’aurais eu le courage de tout lui dire, quand même…



~Fin Flash-Back~


-Et du coup, lorsqu’elle s’est réveillée… ? fit Riza, encore choquée.

-Comme je l’avais prédit, elle n’avait pas de souvenirs de nous mais sentais… savait que nous étions ses parents. D’ailleurs, elle nous a directement appelés « papa » et « maman », lorsqu’elle s’est réveillée… En revanche, elle ne se souvenait plus du reste… Comme si sa vie commençait ce jour-là. Ça n’a pas été facile à vivre pour elle, au départ…

-Pourquoi ses souvenirs ? demanda Roy.

-Parce que c’était très important pour elle. Toute petite, elle n’arrêtait pas de dire qu’elle voulait se souvenir à jamais de chaque moment passé ensemble ou important pour elle. Elle nous avait demandé de lui acheter un carnet afin qu’elle puisse écrire des choses qu’elle ne voulait pas oublier…

Il poussa un profond soupir.

-Forcément, à peine quelques mois après, elle est naturellement retournée vers l’Alchimie. Au départ, j’ai refusé… mais Winry avait raison : C’est dans son sang, je ne pouvais pas l’empêcher d’en faire. Si je ne lui apprenais pas, elle aurait été capable d’en faire dans son coin, toute seule… J’ai donc finalement accepté de tout lui (ré-)apprendre, en faisant exactement ce que j’avais dit, c'est-à-dire en insistant sur les règles, quitte à l'en dégoûter. Et comme je l’avais également promis, je ne lui aie pas raconté mon passé. J’ai essayé de la tenir à distance de l’armée afin qu’elle ne se dirige pas vers ce milieu, mais j'en ait trop fait et au final que je l’y aie attirée...

-Et durant vos entraînements, elle ne s’est jamais rendu compte qu’elle pouvait faire de l’Alchimie sans cercle de transmutation ?

-Non, pourtant, elle savait qu’elle avait vu la Vérité, puisque pendant quelques jours, elle m’a souvent parlé d’un bonhomme blanc qu’elle voyait en rêve, mais elle ne savait pas ce que ça signifiait. Et elle n’a jamais eu le reflex de joindre ses mains… Donc, je lui aie pris ces gants. Je lui aie dit qu’en joignant les deux symboles, ça allait faire un cercle de transmutation qui lui permettrait d’utiliser l’Alchimie… Et comme, à mon grand damne, elle n’a jamais ouvert un bouquin d’Alchimie, elle n’a pas réalisé que ce cercle n’existait pas… Ça m’arrangeait, bien sûr, mais quelque part, ça me déprimait aussi, ajouta-t-il en soupirant.

Il ne comprendrait jamais pourquoi la lecture intéressait si peu sa fille !

-Tu aurais dû m’en parler dès le premier jour où tu es venue la chercher ici, je ne l’aurais pas prise en essai, dit Mustang, remplit de remord.

-Ce n’est pas facile pour moi d’en parler… D’ailleurs, très peu de personne sont au courant… Al et sa famille… Et mon maître, aussi. Elle est un peu la grand-mère de cœur des enfants, c’était naturel que je la tienne au courant et puis… Hormis Al, c’était la seule envers qui je pouvais me confier.

-Elle avait onze ans, lors de cette terrible nuit…

Ed comprit tout de suite ce qu’il insinuait.

-Oui… On dirait que l’histoire aime bien se répéter.

-Edward, c’est horrible, murmura Riza. Je n’ose pas imaginer ce par quoi vous êtes passés…

Roy eut un petit sursaut. Il venait de penser à quelque chose.

-Fullmetal, c’est ça que tu voulais nous dire par « Vous ne savez pas par quoi nous sommes passés » ?

-Oui…

-Bon sang… Dire que j’étais persuadé que c’était par rapport à sa naissance difficile… Je suis désolé de t’avoir dit que tu la pourri-gâtais… Tu avais toutes les raisons de vouloir la protéger à tout prix ainsi.

-Je suis conscient que j’exagérais, mais… Elle a tout de même failli mourir trois fois : Pendant la grossesse, à la naissance et à onze ans… Et les trois fois, j’ai été complètement impuissant.

-Elle n’était pas en danger de mort après sa transmutation, me semble-t-il, dit Riza.

-Disons que ça aurait pût être grave, on a eu énormément de chances que son âme n’ait pas été transférée dans le corps du chien… Ma fille à bien faillit devenir une chimère sans que je ne m’en rende comptes ! Moralité de l’histoire : Président, si un jour vous avez l’impression d’être un mauvais père, pensez à moi et ça vous remontera tout de suite le moral !

-Désolé de te décevoir, mais tu es encore très loin de mon niveau ! assura le Führer. Ne cherches pas, tu seras toujours derrière moi, Fullmetal !

Riza eut un sourire amusé aux lèvres. Entre eux deux, c’était une compétition sans fin !

-Bon, maintenant que ce chapitre-ci est clos, j’aimerais vous parler de l’enquête, lança soudainement Ed. C'était la raison de ma venue.

-Tu as appris quelque chose ? Nous on a remarqué qu’un « 5 » était peint sur un côté de l’entrepôt, lorsque nous sommes allés chercher Rina, Darrick et Ellie, l'autre jour… On pense à un clin d’œil pour le laboratoire n°5.

-Alors ça confirme toutes mes hypothèses…

Ed sortit un papier de sa poche et le déplia, faisant apparaître un dessin. Riza et Roy se penchèrent pour mieux le regarder.

-C’est Ayame qui l’a fait, expliqua Ed. Là c’est Hiro… Vous voyez ce qu’il tient dans la main ? Ayame m’a dit qu’il avait ça quand il est revenu son travail, la première fois…

-Une pierre philosophale ? demanda Roy en fronçant les sourcils.

-Exactement. Et entre ce que Rina m’a résumé et ce que ce dessin montre, je n’ai aucun doute sur ce qu’il se passe dans cet entrepôt… Ils veulent créer quelque chose d’encore plus puissant que la pierre philosophale et pour ça, ils ont besoin de quelqu’un qui a déjà vu la Vérité. Ils n’ont pas l’air de savoir pour vous, président, ni pour mon maître… Et Al est à Xing, c’est donc trop compliqué pour eux d’aller le chercher là-bas. Et heureusement, ils ne savent pas pour Rina non plus, donc il ne reste plus que moi. Elle me l’a dit : le fameux message, c’est elle-même. En la blessant, ils se doutaient que je rappliquerais direct à Central pour venir l’aider. Mais ils ne savaient pas que j’ignorais totalement la raison de ses blessures, puisqu’elle m’avait caché que quelqu’un l’avait attaqué.

-Comme tu ne venais pas, ils ont dû croire qu’elle ne t’avait rien dit… Donc ils lui ont mis la pression en commençant à attaquer son équipe... Mais cela lui a davantage fait croire qu’ils en avaient après elle, comprit Mustang.

-Mais c’est moi qu’ils veulent, et je compte bien y aller… Je suis venu vous demander votre aide.

Roy n’hésita pas une seule seconde.

-Tu l’auras. Quand veux-tu intervenir ?

-Le plus vite possible.

Là, en revanche, le Führer prit quelques secondes pour réfléchir.

-Il faut que je réunisse toute mon équipe… Et des équipes de renfort, aussi…

-Vous en avez pour combien de temps ?

-… Trois quart d’heure minimum, le temps de les réunir et de leur expliquer en détail ce qu’il se passe.

-Bon, je vais vous attendre dehors alors !

-Fullmetal… J’insiste sur ton « attendre ». Tu ne t’éloignes pas du Q.G et tu attends que je te rejoigne avant de partir à l’aventure, compris ?

-Je n’ai plus quinze ans, vous savez ! grommela Ed en faisant la moue. Je ne compte pas partir me battre contre des tarés alors que je ne peux même plus utiliser l’Alchimie, sinon je n’aurais pas perdu mon temps à tout vous expliquer et je n’aurais pas eu à mettre ma fierté de côté pour vous demander de l’aide !... Et puis, je ne sais même pas où il se trouve, votre fichu entrepôt !!

Riza pouffa et lança un regard complice à son mari. Ed n’était certes plus un adolescent, mais au fond, il restait le même.

-Oh, d’ailleurs, en parlant de mes quinze ans, réalisa soudainement Ed en fouillant à nouveau de sa poche. J’ai une dette à vous régler, il me semble ?

-Hum ? ne comprit pas Roy.

Ed sourit et posa trois pièces sur le bureau.

-520 Cenz, tout pile ! Je vous avais dit que je vous rembourserais lorsque vous deviendrez Führer. Désolé, je n’ai jamais eu le temps plus tôt !

-Si je me souviens bien, tu m’avais dit que tu me les reprendrais aussitôt… Et qu’après m’avoir encore remboursé, tu trouverais une raison pour m’emprunter cet argent encore une fois ! Et ainsi de suite...

-On ne sait jamais ce qu’il peut m’arriver, là-bas ! répondit Ed en haussant les épaules. Je préfère être tranquille niveau dette, s’il m’arrive quelque chose. Mais rassurez-vous, si je sors vivant de cet entrepôt, je vous reprendrais les 520 Cenz !

Ed regard les petites pièces et sourit en se rappelant qu’il avait demandé de l’argent en toute urgence à Roy, autrefois colonel, pour pouvoir joindre Winry et s’assurer que tout allait bien, puisque le Führer de cette époque avait menacé de s’en prendre à la mécanicienne si Ed ne restait pas dans l’armée.

Puis, l’ex-Alchimiste sortit de la pièce.

-Riza, murmura Roy, surveille-le par la fenêtre. Même après son raisonnement, j’ai du mal à croire qu’il n’ait pas l’intention d’y aller seul ! Dès qu’il bouge, préviens-moi !

-Très bien.

-Je fais réunir l’équipe au plus vite…


Une demi-heure plus tard


Riza Hawkeye, qui observait Ed depuis la fenêtre du bureau, eut un sourire d’amusement lorsqu’elle vit qu’il trépignait d’impatience. Il était même sûrement en train de rager contre Roy…


-Bon sang, il se dépêche cette andouille de président impuissant sous la pluie ? grommela effectivement Ed. S’il n’est pas là dans quinze minutes, j’y vais tout seul…

Tout à coup, une explosion, au loin, le fit sursauter.

-Qu’est-ce que c’était que ça ? murmura-t-il pour lui-même.

Il esquissa d’un pas et sentit brutalement un coup dans sa nuque… Peu après, ses yeux se fermèrent tous seuls et il s’évanouit.

De son côté, Riza avait eu le reflex humain de tourner la tête dans la direction de l’explosion. Quand elle voulut surveiller de nouveau Ed, son cœur fit un bond dans sa poitrine lorsqu’elle réalisa qu’il n’était plus là.