Réussir à tourner la page.

par Taranis38

Chapitre 7 : Réussir à tourner la page.

 

« Je viens avec vous ! »

 

Les paroles raisonnèrent dans la pièce alors que Natsu se préparait déjà pour sortir de la guilde au triple galop. Ces quatre mots suffirent à l’arrêter net dans son élan. Son regard se tourna vers la personne qui venait de les prononcer.

 

À l’autre bout de la pièce, Lucy venait de se lever et commençait à se diriger vers lui.

 

« Ayé, je suis devenue folle ! »

 

« Mais qu’est-ce que je suis train de faire moi ?! »

 

Elle venait de prononcer ces paroles sans même réfléchir. Même si c’était dangereux, il fallait qu’elle aille avec lui. Maintenant, il était trop tard pour avoir une discussion avec lui. Elle n’avait plus le choix. Il fallait absolument qu’elle fasse en sorte que ses cauchemars ne deviennent pas une réalité. Tous ses membres tremblaient, mais cela ne l’empêchait d’avancer vers le « chasseur de dragon » tout en plongeant son regard dans le sien. Un regard résolu qui fit frissonner l’ensemble de l’assemblée.

 

Tous les regards étaient braqués sur eux et plus personne n’osait parler.

 

La jeune magicienne s’arrêta juste devant lui.

 

« Emmène-moi avec toi, Natsu ! »

 

Dans un premier temps, le « chasseur de dragon » resta sans voix. En temps normal, la jeune femme n’aurait jamais accepté sans rechigner de partir pour une mission aussi dangereuse. Une mission de rang S qui allait les emmener dans une partie du monde qui était réputée pour être excessivement dangereuse. Jamais personne ne revint indemne de cette île et les rares survivants qui réussirent à en revenir étaient devenus complètement fous. Bref, il était convaincu que ce n’était pas un endroit que Lucy aimerait visiter. Et puis, quelque part dans son cœur, il ne voulait pas vraiment l’emmener parce que cette fois c’était vraiment du sérieux. C’était la première fois où il n’était vraiment pas sûr d’en ressortir vivant. Alors … Il était évident que cette fois, il ne pourrait pas veiller sur elle et cette impuissance le fit souffrir.

 

«  Lucy … Je ne crois pas que ce soit une bonne idée … Heu … Je pense qu’il est préférable que j’y aille seulement avec Guildartz … »

 

« Cette fois, ce sera vraiment dangereux ! Et il faudra que je sois à fond pour exploser toutes ces créatures »

 

C’est avec son fameux rire du fanfaron, qu’il acheva sa dernière tirade. Il ne pouvait s’empêcher de jouer au dur alors qu’au fond de lui, il était un peu triste de ne pas pouvoir faire cette extraordinaire mission avec sa partenaire. Surtout qu’en plus d’être dangereuse, elle le concernait personnellement et il ne voulait pas l’impliquer dans cette folie. Les avertissements de Guildartz avaient suffi à lui enfouir dans la caboche un brin de prudence.

 

Cependant, la jeune femme se rapprocha encore un peu plus de lui et pointa son index avec véhémence dans sa direction.

 

« Tu n’arrêtes pas de me dire que nous formons une équipe ! »

 

« L’aurais-tu oublié ? »

 

Le visage de Natsu recula légèrement sous la menace du doigt de la jeune femme. Son visage se décomposa légèrement parce qu’elle venait de lui ressortir ses petites phrases habituelles sur l’amitié et sur le fait qu’ils formaient une équipe. En gros, il était pris à son propre jeu et il ne savait plus quoi faire. Le regard de la jeune femme n’arrêtait pas de plonger dans le sien. Des yeux qui lui firent comprendre qu’elle n’allait pas abandonner aussi facilement.

 

Du coup, il se tourna vers Guildartz. Il espérait une intervention de sa part afin de le sortir de ce mauvais pas. Le « chasseur de dragon » était convaincu que le vieux magicien allait refuser d’emmener Lucy. Après tout, il connaissait mieux que quiconque la puissance de ce fameux « dragon noir ». Si comme Natsu l’espérait, ils venaient à croiser son chemin pendant la mission, il était presque sûr que Guildartz ne voudrait pas prendre le risque que la jeune femme se fasse tuer dans la confrontation.

 

« Elle n’a pas tout à fait tort Natsu … »

 

« Si elle est ta partenaire officielle, je pense qu’elle a son mot à dire, non ? »

 

« En tout cas, je ne m’opposerai pas à sa venu. »

 

« Je vous laisse régler ça entre vous ! »

 

Le magicien aux cheveux roses n’en revenait pas. En entendant ces propos, il resta complètement sur le cul en le regardant sortir tranquillement de la guilde, par une porte qu’il venait de faire apparaître en explosant une partie du mur du rez-de-chaussée du bâtiment.

 

« Bien, c’est réglé ! Comme Guildartz ne s’oppose pas à ma venue ! Je rentre à la maison pour me préparer. »

 

La bouche grande ouverte sans réussir à prononcer la moindre parole tant il était sous le choc des déclarations de celui qui avait accepté de l’entraîner. Il se contenta de la regarder sortir. Cette dernière emprunta la porte et pas le trou que venait de faire le magicien qui maîtrisait la magie de la destruction.

 

Puis, il se reprit et sortit également de la guilde sous le regard songeur de la serveuse aux magnifiques cheveux blancs.

 

Voilà comment un curieux quatuor se mit en route pour atteindre cette île si dangereuse. Le trajet allait être long, très long et cerise sur le gâteau, la dernière partie du voyage allait se faire sur un tout petit bateau de pêcheur. Cependant, le pêcheur refusa des les débarquer directement sur les plages de l’île. Il les laisserait au large et ils allaient devoir nager pour rejoindre la terre ferme. De ce fait, Natsu passa des journées entière avec le « mal de transports ». Suffisamment longtemps pour le mettre complètement dans les vapes. Incapable de faire la dernière partie du voyage à la nage, ce fut Happy qui le transporta sur l’île en volant. Par contre Guildartz et Lucy durent se débrouiller pour flotter et nager jusqu’au rivage.

 

Une fois qu’ils furent tous arrivés sur l’île, ils constatèrent à quel point, elle était peu accueillante. Ils étaient bien loin de l’archétype de l’île paradisiaque. De gros galets gris et irréguliers avaient remplacé le sable fin. Ainsi qu’une chape d’inquiétants nuages noirs à la place du traditionnel ciel bleu, ils semblaient d’ailleurs former un vortex dont le centre devait plus ou moins correspondre au centre de l’île. À l’exception des côtes, toute la surface de l’île était recouverte par une dense forêt vierge. Une surface escarpée qui n’allait pas leur faciliter la tâche. Pendant des jours, nos héros allaient devoir crapahuter dans cette jungle hostile et vallonné. Pour achever de vous décrire la scène, il fallait signaler que leurs narines étaient saturées par une odeur de marais qui semblait avoir été mélangé avec l’odeur pestilentielle d’un charnier. Pendant que leurs oreilles pouvaient apprécier toute la gamme de sons exotiques et peu engageants qui provenaient de la forêt.

 

Lucy et Happy étaient morts de trouille. Guildartz, lui fit comme si de rien était et commença à préparer le campement pour la nuit. Quant à Natsu, il était toujours en train de cuver son mal des transports.

 

La nuit tomba très rapidement. Le vieux magicien et la magicienne stellaire se retrouvèrent très rapidement en tête à tête après le repas. Le « chasseur de dragon » s’était réveillé pour manger avant de se rendormir aussi sec. Il fallait qu’il récupère afin d’être en pleine forme demain matin pour le début de la chasse aux monstres. Quant à Happy, il mangea tellement de poissons grillés qui furent pêchés par Guildartz. Qu’il s’endormît sur le dos en exhibant un ventre aussi rond qu’un ballon de football.

 

Lucy fixait le petit feu de camp en restant silencieuse. Une profonde inquiétude se lisait à présent sur son visage. En effet, elle était trop épuisée pour tenter de la dissimuler comme elle l’avait fait jusqu’à aujourd’hui. De temps en temps, ses yeux déviaient des flammes afin de se poser sur Natsu qui dormait comme si de rien était à moins d’un mètre d’elle. Elle soupira en se demandant comment elle allait faire pour éviter que le pire se produise.

 

« Si Guildartz n’a pas réussi à le battre comment pourrais-je le sauver s’il décide de se battre contre un adversaire aussi fort ? »

 

Sa confiance vacillait et son esprit était tellement plongé dans une intense réflexion qu’elle ne se rendit pas compte que le mage de rang S l’observait avec une très grande attention.

 

Il décida d’ailleurs que c’était le moment pour lui de prendre la parole.

 

« Il est exaspérant n’est-ce pas ? »

 

« Cela ne doit pas être facile tous les jours de côtoyer un énergumène comme lui, non ?

 

Des paroles qui arrachèrent la jeune femme à sa réflexion et ses idées noires.

 

« Oui … »

 

Dit-elle en affichant un petit sourire de façade afin de dissimuler son désarroi.

 

« Difficile de le suivre … Je crois que ce gamin arrivera toujours à m’étonner et lorsque je le regarde, je ne peux m’empêcher de me demander comment j’aurai réagi si j’avais été à sa place. »

«  Un orphelin qui n’a jamais connu ses parents biologiques. Qui s’est fait recueillir par un dragon qui fut pour lui à la fois une mère et un père et qui pour une raison que l’on ignore est partie du jour au lendemain en laissant derrière lui un petit garçon complètement perdu. »

 

« Un petit garçon déraciné qui à part l’amour d’une créature légendaire n’avait jamais connu l’amour des humains … Avant d’arriver chez nous à « Fairy Tail » … Je ne sais pas si j’aurai eu la force nécessaire pour devenir un aussi bon gamin que lui. »

 

« Même s’il est énervant et que parfois, j’ai envie de lui éclater la tête. Je ne peux m’empêcher de ressentir une immense sympathie pour lui et si je devais avoir un fils, j’aurais aimé qu’il soit comme lui. »

 

La jeune femme écoutait les propos du magicien avec une très grande attention. Mais, pour le moment, elle ne voyait pas où il voulait en venir. Guildartz attisa les braises avec une petite branche afin de relancer un peu les flammes du feu de camp.

 

« Si je te dis tout ça, c’est parce que je vois que vous vous entendez bien … »

 

« En tout cas, c’est ce que j’ai pu observer jusqu’ici, mais c’est aussi ce que tous les membres de la guilde prétendent ». 

 

Les joues de Lucy prirent une teinte rosée. Le sang y affluait à profusion et en plus de la couleur, elle sentait qu’elles étaient devenues toutes chaudes. Même si finalement, il ne faisait que dire la vérité.

 

«  Je crois que malgré le délire de Mira et du maître, actuellement tu es peut-être la seule personne capable de l’arrêter dans sa bêtise. »

 

La teinte de ses joues s’accentua encore un peu plus. Quelques volutes de vapeur en émanèrent, tellement elle fut prise au dépourvu par les propos du magicien.

                                                                                                             

« Le départ d’Igneel a laissé un grand vide dans sa vie et je suis sûr que c’est pour ça qu’il ne cesse de le chercher. »

 

« Seulement, il s’est mis en tête de rechercher le dragon noir que j’ai croisé et qui a failli me tuer pour trouver les réponses à ses questions. Il affirme que les dragons seraient quelque part et qu’il n’aurait plus qu’à le retrouver … »

 

« Seulement … Si ce n’était que ça … Pourquoi n’auraient-ils pas tenté de faire quelque chose pour qu’on les retrouve ? »

 

« Après tout ce sont des créatures excessivement puissantes, elles ne se laisseraient pas enfermer si facilement … »

 

« C’est pour cela que je suis arrivé à la conclusion suivante. »

 

« S’ils se cachent quelque part sans donner aucun signe de vie, c’est tout simplement parce qu’ils ne veulent pas être retrouvés et ça … »

 

« J’ai essayé de le lui faire rentrer dans la tête, mais tu connais Natsu ? ».

 

« Bref, je crois qu’il a tellement souffert du départ d’Igneel qu’il refuse de voir la vérité en face. Et que si nous, ne faisons rien … »

 

« Il risque tout simplement de mourir dans une vaine tentative de retrouver le dragon rouge qui fut jadis un père adoptif pour lui ».

 

Guildartz parlait en regardant Lucy pendant que cette dernière regardait Natsu qui dormait à quelques pas de là où elle était assise. Son visage était devenu un lac de magna en fusion tellement il était devenu chaud et rouge. Quant au vieux magicien, il parlait avec sincérité, mais il n’était pas très à l’aise. Ce n’était pas le domaine où il excellait le plus.

 

« Je sais que ce que je te demande ne sera pas facile, en espérant que je ne me sois pas trompé sur la nature de tes sentiments envers lui … »

 

« C’est que … Je … Enfin … Lui, il ne m’aime peut-être pas … »

 

Ce fut tout ce que la jeune femme réussi à lui bredouiller en guise de réponse.

 

« Même s’il a des réactions étranges et qui échappent à toute logique humaine. Il me semble tout de même qu’il passe volontiers un peu trop de temps chez toi, non ?

 

Un nuage de vapeur entoura le visage de Lucy lorsqu’elle entendit les derniers propos de Guildartz. Ses yeux devinrent des soucoupes et elle n’arrivait plus à articuler la moindre parole.

 

« Arg … Ce … Pas … Croyez … »

 

Il marqua une pause dans sa longue prise de parole afin que la jeune femme puisse reprendre ses esprits. En tout cas, vu sa réaction, il était évident qu’il ne s’était pas trompé dans ses calculs. Ce qui le rassura un peu et il acheva d’exprimer son opinion en ajoutant une dernière chose.

 

« N’oublie pas que les « chasseurs de dragons » furent en partie éduqués par un dragon. De ce fait, je pense qu’ils se situent au croisement entre le monde animal et l’Humanité. C’est peut-être pour cela que dans certains domaines leur manque de repères évidents les conduit à faire n’importe quoi. »

 

« Ce sont des êtres d’exceptions qu’il faut arriver à comprendre et à apprivoiser »

 

La jeune femme l’écouta jusqu’à la fin, mais très franchement, elle ne savait pas quoi lui répondre. Et même temps, si elle le savait, elle n’avait pas forcément envie d’en débattre avec lui. Néanmoins, ces paroles sonnaient juste dans son esprit.  Natsu n’était pas un garçon comme les autres, mais cela elle le savait déjà. Par contre, c’est vrai qu’elle n’avait jamais envisagé la question des réactions du jeune homme sous cet angle. Après tout, l’éducation qu’il reçut de la part d’Igneel devait être bien différente de celle des autres garçons de son âge. La jeune femme resta pensive une partie de la nuit avant de sombrer dans un sommeil profond dénué de moindre rêve ou cauchemar. La fatigue devait sans doute y être pour quelque chose.

 

La journée suivante fut un véritable calvaire. La pluie avait tiré nos héros de leur sommeil. Dans la jungle, il était difficile de se repérer, mais aussi d’avancer. Le sol était gorgé d’eau et la végétation hostile. Ils devaient se frayer un chemin à travers une faune dense et pleine de danger. Quant à leurs pieds, à chaque pas, ils s’enfonçaient d’une vingtaine de centimètres de boue qui collait à leur basque. Ils devaient faire leur route en ayant plusieurs kilos de lest collé à leurs semelles. Leur chair fut meurtrie par les épines, les plantes urticantes et autres joyeusetés du genre. Quant à la faune, elle n’était pas en reste. Insecte et animaux venimeux plus toute une gamme de prédateurs qui tentèrent de ralentir l’allure de nos héros. Bref, ce fut un véritable enfer et encore, ils n’avaient pas croisé la route d’une des fameuses créatures légendaires qui étaient censées habiter sur cette île.

 

Pour la nuit, ils s’arrêtèrent en haut d’un petit piton rocheux. Happy et Lucy étaient complètement exténués. « L’exceed » n’avait pas arrêté de se plaindre tout le long de la journée. Il dîna et s’allongea dans un coin en espérant que la journée de demain serait moins éprouvante que la précédente. Quant à Lucy, elle aussi, elle avait souffert de cette marche forcée dans un environnement aussi hostile. Elle n’était pas habituée à ce genre de mission. Cependant, elle serra les dents et avala toutes les difficultés sans se plaindre une seule fois, ce qui n’échappa d’ailleurs pas à Guildartz. Ce dernier était de plus en plus impressionné par le courage et la volonté de la magicienne stellaire.

 

À l’opposé de la veille, ce soir-là, il se retrouva en tête-à-tête avec le jeune homme. Pendant que la jeune femme dormait d’un sommeil de plomb, allongée entre Natsu et Happy. Ses vêtements étaient maculés de boue et sans combattre, son corps portait déjà des bleus et des écorchures qui étaient dus à l’inhospitalité de cette île.

 

« Tu as une sacrée partenaire, gamin. »

 

« Aujourd’hui, elle en a bien bavé, mais jamais elle ne s’est plaint … »

 

Guildartz concentra son regard dans celui de Natsu. Il fallait qu’il capte son attention. Il fallait qu’il arrive à le faire réfléchir à la situation. Cependant, il serait inutile pour lui de se lancer dans un long monologue comme il avait fait la veille avec Lucy. Le « chasseur de dragon » n’avait pas sa patience et encore moins sa capacité à réfléchir, surtout sur ce genre de choses. Mais plus que tout, il fallait qu’il soit percutant.  

 

« Dit moi Natsu, tu as une idée pourquoi elle a décidé de venir avec nous ? »

 

«  Heu … Oui … Parce que nous sommes une équipe ? »

 

« Tu es sûr qu’en temps normal, elle aurait accepté de se mettre de son propre gré dans une galère pareil ? »

 

Effectivement, la Lucy qu’il connaissait aurait été réticente à se lancer dans une mission aussi dangereuse. Du coup, il répondit à son compagnon la première chose qui lui passa par la tête.

 

« Bah … Heu … Parce qu’elle sait qu’avec nous, elle ne craint rien ! »

 

« Ah ah ah ah !! »

 

« A ta place, je ne serais pas aussi sûr … »

 

« Je pense surtout que tu es un idiot aveugle, incapable de voir la vérité en face ! »

 

« Si elle est venu avec nous, c’est parce qu’elle a découvert pourquoi tu as tant voulu faire cette mission. Cette chasse aux monstres légendaire. Elle n’a cessé de nous espionner pendant que l’on s’entraînait ensemble ! »

 

« Si elle est ici, c’est parce qu’elle se fait énormément de souci pour toi et qu’elle préfère être avec toi dans cet enfer que de rester à la guilde sans rien faire. »

 

« Tu sais … Toutes ces belles tirades sur l’amitié et tout le blabla que tu aimes sortir pour te rendre intéressant ! »

 

« Ben, elle y croit elle ! Elle croit en toi bien plus que tu ne le crois ! »

 

Guildartz enchainait Natsu sans lui laisser le moindre répit. Ses propos étaient directe en sans chichis dans le but de le faire réfléchir un peu sur la conséquence de ses actes. Mais, le meilleur, il le garda pour la fin.

 

« Maintenant, met-toi à sa place. Si demain elle apprenait la mort d’un être cher … Tu crois qu’elle réagirait comment ? Surtout si la mort de cet être est stupide et inutile. »

 

« Tu es tellement aveuglé par ce manque, par cette solitude qui te ronge depuis tant de d’années que tu en es devenu égoïste et incapable de voir les personnes qui sont auprès de toi et qui t’aime réellement. »

 

« Des personnes qui font actuellement partie de ta vie et qui ne sont pas des spectres du passé ! »

 

« Je ne sais pas si tu as saisi le sens de mes propos, mais je te laisse y réfléchir ! En attendant, je vais prendre un peu de repos et tu devrais en faire de même. Demain, nous devrions arriver dans leur territoire … Les choses sérieuses vont véritablement commencées. »

 

Maintenant, Natsu savait que Guildartz était également capable de détruire quelqu’un avec des paroles. Les mots qu’il venait de proférer suffirent à détruire la façade qu’il s’était construit avec le temps et ce bien malgré lui. Très rapidement, il fut le seul dans le campement à être encore réveillé. Seul, il plongea dans une intense réflexion. Même si ce n’était pas dans sa nature de prendre le temps de réfléchir, cette fois, il n’arrivait pas ignorer les paroles du fameux magicien de rang S. Celles-ci le travaillèrent une bonne partie de la nuit et l’empêchèrent de fermer l’œil jusqu’à ce qu’il soit en mesure de prendre une décision.

 

Il lui était impossible de nier tous les bons moments qu’il avait passé aux côtés de la jeune magicienne. Depuis qu’il l’avait rencontré, il se sentait beaucoup moins seul. A ses côtés, il était tellement bien qu’il finissait toujours par venir squatter son appartement. Pour le « chasseur de dragon » c’était naturel. Comme toujours, il agissait instinctivement et son instinct lui commandait de rester auprès d’elle.

 

Seulement, maintenant qu’il était si près du but, est-ce qu’il avait le droit d’abandonner Igneel ? Il s’était promis que cette fois rien ne l’arrêterait, rien, ni personne et une promesse à ses yeux c’était sacrée.

 

Pour la première fois depuis le début de cette histoire, il commençait à hésiter. Devait-il penser au futur … Au possible futur qu’il pourrait avoir aux côtés de Lucy ou bien devait-il vivre dans le passé et tenter de retrouver celui qui fut son père adoptif ?

 

S’il n’arrivait pas à penser au futur c’était peut-être parce qu’il avait besoin de tournée cette page du passée. C’est avec cette conclusion en tête qu’il se leva et qu’il s’agenouilla à côté de la jeune femme qui dormait profondément.

 

Pendant un court moment, il se contenta de la regarder. Son visage se fit le plus doux possible. Sans réfléchir, il avança délicatement une main vers le visage de Lucy. Une main tremblante qui écarta en douceur une mèche de cheveux qui cachait une partie de son visage. En esquissant ce geste, il prit conscience que c’était plus difficile de construire quelque chose que de la détruire. Il se demanda même s’il était capable de construire quelque chose.

 

Cependant, cette fois sa décision était prise. Il défit l’écharpe blanche et noire qu’il ne quittait jamais. Une écharpe qu’Igneel lui avait jadis offerte. Puis, il souleva précautionneusement la tête de Lucy à l’aide d’une de ses mains pendant que l’autre vint placer délicatement l’écharpe autour du cou de la belle endormie.

 

« Tu es la seule à qui j’ai envie de l’offrir. »

 

Puis, il reposa la tête et acheva de nouer l’écharpe autour du cou de la magicienne. Par réflexe sa main passa ensuite frénétiquement sur son cou qui était maintenant à nue. Cela lui faisait étrange de voir cette écharpe portée par quelqu’un d’autre, mais il savait que ce serait elle ou personne d’autre à part lui.

 

« Si jamais je ne reviens pas … »

 

« J’espère qu’elle pourra t’aider à ne pas m’oublier … »

 

Dans son sommeil, Lucy bredouilla deux mots qui étaient à peine audible.

 

« Natsu … Idiot … » 

 

Des mots qui eurent le don de lui redonner le sourire. Puis, il s’éloigna dans la forêt après avoir réveillé Happy. A moitié en train de dormir, ce dernier ne remarqua pas que son partenaire ne portait plus sa précieuse écharpe. Son petit cœur d’exceed était serré, mais ils s’étaient promis d’aller au bout de cette histoire avec son compère de toujours.

 

Au petit matin, Lucy et Guildartz furent tirés de leur sommeil par une violente, mais lointaine déflagration. Un bruit qui réanima de mauvais souvenirs dans l’esprit de la jeune femme. Elle balaya frénétiquement le campement du regard, pour se rendre compte, effrayée que son Natsu n’était plus là.

 

Soudain, elle réalisa qu’elle portait autour du cou la fameuse écharpe du chasseur de dragon. Celle dont, il ne se séparait jamais.