Chapitre 24 : La coupe d'Hygie

par Fairy Law

Chapitre 24 : La coupe d’Hygie

 - On va devoir refaire tout le chemin de la première fois ? se plaignit Lucy.

 - Avec le bateau, les sirènes et tout ça ? releva Sting, désespéré.

Dionysos eut un sourire en voyant qu’eux aussi ne semblaient pas ravis à l’idée de revoir Circé, et ce serait certainement réciproque.

 - Je pense connaître un moyen pour vous faire gagner du temps et vous rendre là-bas plus vite, expliqua le dieu du vin.

 - C’est vrai, qu’est-ce que c’est ? questionna Fried, intrigué.

 - Eh bien, quand vous êtes retournés chercher le souvenir de Sting en Atlantide, vous êtes passés grâce à Jubia par l’eau de la fontaine qui se trouve dans le temple de Poséidon ? Je pense que vous devriez pouvoir faire la même chose, même s’il n’y a pas de lien direct avec l’île de Circé, cette dernière est entourée d’eau, vous devriez pouvoir y faire un contact et ensuite vous déplacer.

 - Il faudrait donc établir un lien entre la fontaine du temple, et l’océan aux alentours de l’île ? Et comment on fait ça ? demanda Jubia, qui se doutait qu’elle aurait un rôle à jouer.

 - Il faut que tu te rendes à la fontaine, je sais que Poséidon l’a déjà fait par le passé, il t’expliquera ce que tu dois faire.

La mage d’eau acquiesça, puis le remercia pour ses précieuses informations. Tout le monde se dirigea vers la sortie, suivant Jubia qui les emmenait vers le temple de Poséidon. Ils arrivèrent rapidement devant l’important bâtiment et entrèrent à l’intérieur. La mage d’eau arriva la première à la fontaine dont ils s’étaient servi pour retourner en Atlantide elle, Lucy et Sting. Se penchant sur le rebord de marbre, elle observa les légères ondulations de l’eau, se demandant ce qu’elle devait faire à présent, ses amis restant silencieux derrière elle.

« - Plonge ta main dans l’eau » fit soudain la puissante voix de Poséidon dans son esprit.

La jeune femme eut un sursaut de surprise, ne s’attendant pas à son intervention si soudaine, puis obtempéra, glissant sa main dans l’eau fraiche juste devant elle.

« - Il faut que tu visualises l’océan qui se trouve autour de l’île de Circé. Ce ne devrait pas être très compliqué puisque vous vous y êtes déjà rendus » continua le Dieu de l’eau.

Jubia acquiesça mentalement et ferma les yeux, se représentant l’océan d’un bleu limpide, avec une légère teinte de turquoise qui entourait l’île où se trouvait le parc d’attraction de Circé. Elle y pensa ainsi pendant quelques instants jusqu’à ce qu’elle sente soudainement une décharge d’énergie entre ses doigts, lui faisant retirer vivement sa main en lâchant un cri de surprise. Prudente, elle s’avança et contempla la surface lisse de l’eau, dans laquelle une image de l’île se reflétait.

 - Je crois que c’est bon, fit-elle remarquer à ses amis.

Luxus s’avança à son tour et sortit de sa poche une petite bourse que l’oracle lui avait donnée pour en sortir des Drachmes qu’il distribua à chacun des mages. Puis chacun leur tour, ils jetèrent la pièce dans l’image de l’île en annonçant leur destination, disparaissant dans un tourbillon d’eau de mer.

 

OoOoOoO

Lorsque tous les mages se furent téléportés, ils réapparurent dans l’océan au bord de la plage de l’île. Trempés et grommelant, ils sortirent de l’eau, prenant le temps d’essorer leurs vêtements sur la plage avant de demander à Natsu de les faire sécher en approchant les flammes d’eux. Une fois que tout ce petit monde fut sec, Fried les entraina en direction de la forêt qu’ils avaient déjà traversée auparavant et s’enfoncèrent sous le couvert des arbres.

 - Il fait vraiment chaud, fit remarquer Lisanna, essoufflée.

En effet, cette forêt était du genre tropical et le peu d’air qui parvenait à passer entre les troncs serrés était chaud et étouffant. Heureusement, nos onze mages arrivèrent bien vite à la fin et débouchèrent sur les guichets comme la première fois.

 - Oh…on dirait que les travaux sont toujours en cours…dit Lucy.

C’est vrai que lors de leur première visite, le combat qui les avait opposés à Circé avait été assez dévastateur. En plus d’avoir vu la forme démoniaque de la propriétaire de cette dernière, ils avaient détruit une bonne partie du parc, à commencer par la grande roue que leur adversaire s’était amusée à démantibuler pour leur envoyer les morceaux. Bref, le parc était donc en plein travaux, mais cela n’empêchait pas les visiteurs de faire d’autres attractions ainsi que de nouvelles qui avaient été ajoutées depuis leur dernière visite.

Nos mages payèrent leur ticket avant d’entrer à l’intérieur, souhaitant ne pas se faire remarquer comme la première fois. Cette fois-ci, aucun d’eux n’avait vraiment envie d’aller s’amuser un peu avant, et ils décidèrent tous d’un commun d’accord de se rendre au manoir de Circé, sur la colline au milieu du parc. La maison de la femme avait bien souffert pendant leur combat mais avait été réparée et semblait flambant neuve, des arabesques taillées dans les piliers de l’entrée avaient même été ajoutées.

Mirajane fut la première à s’avancer sur le perron et frappa à la porte calmement. Dans la maison, Circé venait d’être dérangé par le bruit contre sa porte. Elle lâcha un soupir et s’avança vers les caméra de contrôle pour voir qui se tenait devant sa porte d’entrée. Un glapissement lui échappa lorsqu’elle reconnut ceux qui avaient détruit une partie de son parc.

 - Oh non pas eux !!! s’écria-t-elle, désespérée.

 - Youhouuuu ouvrez-nous on doit vous parler !! s’écria l’aînée des Strauss en tambourinant davantage contre le panneau de bois.

Circé ignora l’appel et se dit qu’ils partiraient peut-être si elle ne répondait pas, aussi resta-t-elle sans bouger devant l’écran pour guetter leurs réactions. Devant la porte, la jeune femme s’impatientait.

 - Je vais finir par m’énerver…fit gentiment remarquer Mira, avec un regard inquiétant.

Comprenant que si elle n’allait pas ouvrir, les mages défonceraient sa porte d’entrée, Circé cria précipitamment un « J’arrive ! » avant de courir pour les recevoir, puisqu’elle avait viré celle qui s’en occupait il y a quelques jours, elle devait le faire elle-même pour l’instant. Craintive, leur hôte ouvrit la porte, fixant les arrivants. Elle attendit qu’ils prennent la parole, et ce fut Lucy qui s’en chargea en avouant d’entrée de jeu :

 - Nous avons besoin de votre aide.

Circé afficha un petit air supérieur qui se résorba bien vite quand la blonde corrigea :

 - Enfin, d’un de vos objets, plutôt…

Agacée, la femme s’appuya sur le chambranle de sa porte, les bras croisés et fit remarquer :

 - Vous n’avez pas bientôt fini de vouloir me dévaliser à chacune de vos visites ? La boussole ne vous a pas suffit ?

 - Mais c’est très important ! ajouta Jubia. Et si vous voulez, on vous rend même la boussole contre ce nouvel objet que nous voulons !!

 - Et de quoi s’agit-il, alors ?

 - La coupe d’Hygie, fit Gajeel.

 - Quoi, ce vieux machin miteux ?! s’exclama Circé, éclatant soudain de rire. Mais ça fait bien longtemps que je m’en suis débarrassée, elle ne servait à rien et prenait la poussière !

 - QUOI ?! gueulèrent les mages, choqués.

 - Mais elle peut—commença Erza.

 - Oui je sais, soi-disant guérir de certaines maladies, etc…mais je n’ai jamais trouvé la façon de m’en servir, même si je n’en ai pas besoin. Dans tous les cas je pense que c’est une légende idiote et que cette coupe n’a strictement aucune valeur.

 - Peu importe, qu’en avez-vous fait ? s’exclama Luxus.

 - Je l’ai revendue au marché  de Juku. Autant qu’elle me rapporte un peu !

 - Vendue ?! Mais comment on sa faire pour la retrouver maintenant ?! s’écria Erza.

 - Calmez-vous, je ne m’en suis débarrassée qu’il y a une semaine en faisant du tri dans tous les bibelots stockés chez moi. Avec un peu de chance, elle n’a pas été revendue et vous pourrez la retrouver.

 - C’était donc dans la ville de Juku ? Où se trouve-t-elle, je n’en ai jamais entendu parler ! demanda Sting.

 - Normal, c’est une ville de créatures mythologiques, elle est masquée aux mortels, mais maintenant que vous êtes des Dieux ça devrait être bon. Vous aurez intérêt à être discrets car vous n’êtes pas supers appréciés là-bas.

Circé accepta de leur montrer où se trouvait cette ville sur la carte, il s’agissait d’un endroit que les mages n’auraient pas soupçonné, dans un coin perdu, au milieu d’une forêt réputée pour perdre tous ceux qui s’y aventuraient et qui ne revenaient jamais. En guise de remerciement, avant de partir, Jubia rendit la boussole à celle qui venait de les aider car après tout, ils n’en auraient plus besoin.

 

OoOoOoO

 - Aaaaah mais bordel !!! s’écria soudain l’un des mages.

Il s’agissait de Gajeel qui venait de se prendre une énième fois le pied dans l’un des nombreux pièges disposés dans cette forêt. Les autres faisaient très attention où ils mettaient les pieds, hormis lui qui, ayant transformé le bas de son corps en acier, pouvait avancer plus librement, même si on l’entendait donc s’énerver à chaque fois qu’un pièce à loup se refermait sur lui. Se penchant, le dragon d’acier écarta les mâchoires du mécanisme puis le mangea tout simplement tandis qu’il continuait son chemin, les autres avançant derrière lui pendant qu’il faisait le ménage.

 - J’ai dû mal à croire qu’une ville puisse se cacher dans un endroit paumé comme celui-là, soupira Luxus en écartant une branche d’arbre de sous ses yeux.

 - C’est pourtant l’endroit indiqué par Circé, répondit Mirajane avec un sourire.

 - Je ne pense pas qu’elle ait menti, elle se doute que dans le cas contraire on reviendra démolir son parc d’attractions, rigola Lucy en connaissant le côté destructeur de ses amis.

Au même moment, la blonde manqua de tomber à cause d’une pierre et fut rattrapée de Peu par Sting qui se trouvait juste derrière elle. Ils se firent un sourire en silence avant de continuer leur chemin.

Au bout d’une heure, durant laquelle ils avaient pris le temps de faire une pause pour grignoter un peu et se reposer, ils arrivèrent enfin à cette étrange ville cachée dont la sorcière leur avait parlé, protégée par des arbres aux troncs si serrés qu’il était difficile de s’y faufiler (ils n’avaient sûrement pas emprunté le bon chemin, il faut dire…). Et débarquèrent dans une ruelle étroite et déserte. Oui, c’était sûr, ce n’était pas l’entrée principale, mais bon au moins on ne leur causerait pas de problèmes ainsi.

Tout le monde sortit du bois en retirant les feuilles de leurs cheveux, puis Erza prit la parole :

 - Bon, il va falloir qu’on se sépare pour trouver la coupe d’Hygie, elle se trouve sûrement sur ce marché, si elle n’a pas encore été vendue. Il va falloir être discrets car Circé a bien prévenu que c’était une ville regorgeant de créatures, les humains ne doivent pas courir les rues. Sinon, pour les groupes…

 - Je m’en occupe !! coupa soudain Mirajane, surexcitée.

Bien évidemment, la mage Take-Over fit les groupes du mieux que ça l’arrangeait. Elle mit Lucy et Sting ensembles, pareil pour Natsu et Lisanna, fit également d’autres groupes un peu plus aléatoirement et pour finir, mit la mage chevalière avec Rogue. Aucun des deux ne fit de commentaire, mais ils sentaient déjà que ce serait étrange, après ce qu’il s’était passé sur les terres dévastées par le combat, où ils étaient allés seulement tous les deux. Une fois ceci fait, Erza rappela à tout le monde la description de la coupe pour qu’ils ne la loupent pas, puis tout le monde se sépara à l’angle de la petite ruelle, toutes les deux minutes pour que ce ne soit pas trop suspect de voir un groupe de onze personnes sortir en même temps.

Du côté de Rogue, celui-ci n’osait pas ouvrir la bouche pour commencer une conversation alors qu’ils se rendaient en direction du gigantesque marché, pensant plutôt à Frosch qui était resté sur l’Olympe en compagnie des autres Exceeds et des attributs.

 - On commence par où ? demanda la voix d’Erza.

Le brun tourna la tête vers elle, ne s’attendant pas à ce qu’elle lui parle immédiatement, et remarqua soudain qu’il était un peu plus grand qu’elle. Oui, c’était idiot de penser à une chose pareille en ce moment, n’empêche que ça venait de lui sauter aux yeux.

Enfin bref, il se contenta de hausser les épaules, lui répondant que cela importait peu de toute façon, puisqu’ils étaient le premier groupe à partir, ils pouvaient aller n’importe où.

Faisant en même temps un écart pour esquiver un minotaure à l’air intimidant sur son passage, Rogue suivit la rousse qui venait de se diriger vers le cœur du marché où se trouvait bien plus de monde, ainsi que d’étals. En fait la jeune femme se dirigeait vers un marchand d’armes et d’armures.

 - Irrécupérable, s’amusa le dragon de l’ombre en la laissant tout de même aller voir.

La jeune femme se planta devant le vendeur, qui était un triton. Le bas de son corps, celle d’un poisson à longue queue, flottait dans une sphère d’eau comme Jubia était capable d’en produire. Il avait les bras croisés sur sa poitrine et les fixa d’un air presque froid, n’ayant pas l’air d’apprécier le fait que des humains se présentent devant lui. Nullement impressionnée, Erza prit une posture similaire à la sienne et pointa du doigt une arme qui se trouvait derrière le triton :

 - A combien est cette arme ?

Le vendeur poisson se retourna, fixant ce que désignait la rousse et qui était accrochée au mur, dans le fond de l’étal, recouvert d’un filet de pêche et de quelques boucliers.

 - Un fusil-harpon, expliqua le triton. Vous voulez voir ?

La sphère d’eau se déplaça sous la queue du semi homme qui récupéra l’arme avant de la tendre à la fée. Il s’agissait en effet d’un fusil à long canon, assez large, dans lequel se trouvait non pas des balles mais bel et bien un harpon, extrêmement épais, de la taille d’au moins deux bras, en tout cas le genre à faire pas mal de dégâts si on arrivait à viser correctement avec. Il était décoré d’arabesques bleutées et noires sur le canon acier, et la rousse semblait l’admirer avec de grands yeux. Surprise de trouver une merveille pareille, genre d’armes qu’elle n’avait absolument pas dans son espace de rééquipement, elle demanda, trouvant cela un peu trop beau :

 - Il fonctionne ?

En guise de réponse, le triton lui enleva des mains, braqua rapidement le canon vers un tronc d’arbre à quelques mètres de son étal et enclencha la détente, laissant le bout tranchant comme un rasoir s’enfoncer dans le bois comme dans du beurre, projetant de gros morceaux aux alentours. Erza observa le câble d’acier épais qui était sorti du canon et s’écria soudainement :

 - Je le veux !!

 - Il coûte 300 000 drachmes, répliqua le triton en guise de réponse.

La rousse manqua de s’étouffer à ces mots. C’était une véritable fortune !!

 - Et ça nous ferait donc du 20 000 Joyaux, ajouta Rogue qui venait de faire rapidement le calcul par rapport aux conversions dont Luxus leur avait parlé pour qu’ils comprennent le prix de la coupe d’Hygie, si elle se trouvait sur ce marché. Rassuré car elle trouvait le prix bien plus logique ainsi, Erza chercha les laisses de Joyaux pour les tendre au triton, qui les fixa d’un air dédaigneux :

 - Je rêve ou quoi, tu veux me refiler ces bouts de papier en guise de paiement ?! Il n’y a que les drachmes qui fonctionnent, ici ! fit-il remarquer, moqueur.

La rousse gonfla les joues. Luxus leur avait donné à chacun 150 000 drachmes (oui, il y avait de quoi se servir dans les coffres de Zeus…) au cas-où ils tombaient sur la coupe, mais ils avaient évidemment interdiction de s’en servir pour autre chose.

« - Tu ne vas quand même pas écouter ce blond qui se croit en plus tout permis ?! râla Athéna dans l’esprit de la rousse. Cette arme est magnifique, et de très bonne manufacture, je connais le Dieu mineur qui l’a créée, c’est une merveille !! Il te la faut !! »

« - Je n’ai pas assez…fit remarquer la mage chevalière. »

« - Tu n’as rien compris, fais donc du charme à Rogue pour qu’il te donne sa part ! »

« - Quoi ? Mais…rougit la rousse, gênée. »

« - Ne fais pas ta trouillarde enfin ! »

Erza se tourna vers le dragon de l’ombre qui attendait de voir ce qu’elle allait faire, à savoir attaquer le triton et embarquer le fusil harpon de force, ce qui l’aurait à coup sûr amusé, il devait bien l’avouer. Mais au lieu de ça, elle se pencha vers lui avec un sourire enjôleur. Devinant immédiatement ce qu’elle souhaitait, il secoua la tête et fit remarquer d’un air moqueur :

 - Oh non certainement pas, Erza !

La rousse le regarda avec de grands yeux presque larmoyants, battant des cils. Finalement vaincu, le mage de Sabertooth lui tendit sa bourse en soupirant. Ravie, elle la récupéra et acheta son fusil harpon, remerciant le triton ainsi que lui, puis décidèrent de retourner à la recherche à la recherche de la coupe, pendant qu’Erza admirait sa toute nouvelle arme, la retournant dans tous les sens, pointant le canon un peu n’importe où sans s’en rendre compte, ce qui faisait faire de brusques écarts aux créatures qu’ils croisaient dans la rue.

 - Dis-moi Erza, à quoi cela va te servir d’avoir cette arme ? De base, on ne s’en sert que sous l’eau…fit remarquer le brun, intrigué.

 - Pas obligatoirement, le triton l’a bien utilisé sur un arbre ! s’exclama-t-elle, couvant du regard le harpon qu’elle n’avait qu’une hâte, s’était d’utiliser contre le premier ennemi à sa portée.

Elle continuait de l’observer sous tous les angles, si bien qu’un homme à tête de lion noire se planta devant eux et fit remarquer à Rogue, agacé :

- Eh toi, tu peux pas surveiller un peu ta petite amie et lui enlever son joujou des mains ?! Elle va finir par tuer quelqu’un !!

Le mage d’ombre cligna des yeux, surpris.

 - C’est pas ma—commença-t-il.

 - Quoi, vous avez la trouille ? le coupa Erza, moqueuse. Je ne suis pas idiote au point de l’enclencher comme ça !

D’un geste de la main, elle rangea le fusil-harpon dans son espace de rééquipement, puis ils reprirent leur chemin à travers les étals en espérant trouver la coupe d’Hygie.

 - Erza, là !! s’écria soudain le brun en montrant un endroit du doigt, discrètement.

La rousse tourna la tête et fixa ce que le mage d’ombre lui montrait, sur une étagère en hauteur, au fond d’un étal tenu par un minotaure. Il s’agissait d’une coupa assez large et pas très haute, entouré d’un serpent sculpté. A cette distance, ils n’auraient su dire la matière dans laquelle était faite cette coupe.

 - Tu crois que c’est ça ? questionna la rousse.

 - Ça ressemble à la description que nous en a faite Dionysos, en tout cas, répondit son camarade.

Ils s’approchèrent tous les deux pendant que le minotaure était occupé avec un autre client, faisant mine de jeter un œil pendant qu’ils essayaient en réalité de voir s’il s’agissait bien de la coupe qu’ils recherchaient. Une petite gravure, en forme de « H » entouré d’un serpent leur assura que c’était bien la coupe.

 - Elle n’a pas été vendue, soupira le Dragon Slayer, soulagé.

 - En revanche on va avoir dû mal  la récupérer, fit remarquer Erza.

 - Pourquoi ?

 - Tu n’as pas vu le prix ?

Cette fois-ci, Rogue porta son attention sur l’étiquette posée dans un coin en dessous de l’objet de leurs convoitises, et manqua de s’étouffer en voyant le prix affichée en drachmes, qui s’élevait à plusieurs millions. Même en convertissant en Joyaux, cela restait une fortune, et même en rassemblant l’argent donné par Luxus, tous les mages n’auraient jamais assez pour la payer.

 - La vieille s’est faite rouler en beauté, grimaça le brun. Ce minotaure a bien compris la valeur de cette coupe. Comment on va faire, on n’aura jamais de quoi l’acheter !

 - C’est simple alors, on va la voler !

Le brun se retourna avec stupeur vers la jeune femme, mais elle avait l’air parfaitement sérieuse en disant cela. Elle semblait déjà être en train d’évaluer la situation et de réfléchir à une stratégie, vu comment son regard allait d’un endroit à l’autre, et elle avait un air concentré sur le visage.

 - Tu es sérieuse ? questionna-t-il.

 - Evidemment, je ne vois pas comment faire autrement.

Rogue jeta un coup d’œil au minotaure et remarqua qu’il avait bientôt fini avec son client, étant en train de faire la transaction. Avant que celui-ci ne se tourne vers eux, le mage d’ombre se pencha sur Erza et lui murmura :

 - Tu vas distraire son attention pendant que je vais me glisser dans l’ombre de l’étal et récupérer la coupe, ça te va ?

Elle acquiesça alors qu’au même moment, le minotaure se tournait vers eux. Rogue fit mine de se séparer de la rousse et la salua avant de disparaître à l’angle d’une rue. La créature ne lui prêta pas plus attention que cela et considéra davantage la mage chevalière qui s’était avancée jusqu’à son comptoir de bois.

Pendant que cette dernière la saluait pour lui demander des informations sur des armes, Rogue revint vers la coupe, caché dans l’ombre des murs des rues qu’il longeait rapidement, arrivant jusqu’à l’étal. Sans un bruit, il subtilisa l’objet qu’ils voulaient puis se cacha de nouveau, retournant dans la rue précédente. Lorsqu’Erza vit que la coupe n’était plus sur son présentoir, elle acheta un petit couteau avec quelques drachmes restants dans sa poche pour donner le change puis emprunta le chemin pris le tigre juste avant elle. Malheureusement, à peine avait-elle tourné qu’un mugissement furieux se fit entendre dans son dos.

 - Merde !! jura-t-elle devant le brun qui tenait la coupe dans une main. On dégage !!

Elle ne pensait pas que le minotaure s’en rendrait compte si vite !! Rapidement, elle attrapa la main libre du Dragon Slayer et se mit à courir en l’entrainant dans son sillage, sans savoir où aller. Surtout que sans Jubia pour créer un lien avec la fontaine du temple de Poséidon, ils étaient coincés sur l’île. Ils devaient retrouver les neuf autres avant !

La rousse prenait des virages en épingles pour tourner dans des rues au dernier moment, continuant de trainer le mage d’ombre qui avait été surpris et avait dû mal à prendre son rythme. Elle les entraina enfin dans un cul-de-sac assez sombre, espérant ainsi qu’elle avait réussi à semer le minotaure. Avançant tout au fond au cas-où, elle lâcha le mage d’ombre puis posa les mains sur ses genoux, reprenant son souffle.

 - Comment on va faire pour retrouver les autres sans se faire prendre ? Ce minotaure va sûrement nous signaler dans toute la ville ! râla Rogue en soupirant légèrement. 

 - On va se déguiser !! répondit la rousse.

 - Sérieusement ? s’étonna son camarade.

 - Mais oui, j’ai pleins de trucs dans mon espace de rééquipement, et même certaines armures trop grandes pour moi, je devrais pouvoir te trouver quelque chose de correct !

Erza passa les teues en revue puis en trouva une susceptible d’aller au mage de Sabertooth, qu’elle fit apparaître devant lui. Il cligna des yeux et se demanda exactement ce dont il s’agissait, mais la rousse lui ordonna de se débrouiller tandis qu’elle se retournait, cherchant pour elle aussi quelque chose dont elle se revétirait directement à l’aide de sa magie, contrairement au Dragon Slayer.

Lorsque ce dernier l’autorisa à se retourner, ils restèrent l’un et l’autre bouche bée, mais Rogue fut le premier à grimacer, en effet Erza avait repris l’armure qu’elle avait utilisée contre leur combat contre les titans, lorsqu’elle avait craqué et cherchait à tuer Zeleph. C’était celle entièrement noire, avec une jupe aux tons de verts, tout comme les liserés de chaque plaque de métal. Elle avait reprit également le même maquillage effrayant aux larges cernes noires et les traits semblables à des crocs, rouges et verts sur ses joues qui donnaient à sa bouche l’impression d’être bien plus grande. En plus de cela, ses deux bras semblaient maintenant être couverts d’écailles noires aux longues griffes couleur ivoire. Ses cheveux rouges trop reconnaissables avaient été cachés sous un casque sombre à plumes qui descendait dans son dos.

« - Woooah, mais ça lui va super bien, c’est classe !! s’exclama soudain Athéna en fixant le brun au travers des yeux de la rousse ».

Cette dernière ne put que confirmer les dires de la déesse. Le brun portait un pantalon très sombre auquel pendait quelques chaines, ainsi que l’épée qu’elle lui avait offerte, avec en plus de cela des bottes assez hautes, noires également, en haut il avait une sorte de haut mélangeant tissu et cuir noir qui était en mesure de le protéger des coups, et avec ça, une cape noire avec un petit bord rouge assez longue. Lui aussi avait, comme elle, de longs gants imitant une peau écailleuse avec des griffes.

« - Rien à redire, continua Athéna. »

« - On a compris ! » soupira Erza en guise de réponse.

« - Quoi arrête, tu ne vas pas me dire que tu le trouves moche quand même ? » s’agaça la déesse qui en avait marre de voir ces deux-là se tourner autour sans s’en rendre compte.

 - J’ai pas dit ça ! s’exclama Erza, rougissant légèrement.

 - De quoi ? releva Rogue.

 - Hein ?

La rousse remarqua soudain qu’elle avait répondu à haute voix. Gênée, elle secoua la tête et lui avoua qu’elle discutait avec Athéna. Légèrement soupçonneux sur le sujet de conversation, le Dragon Slayer laissa tout de même ça de côté et demanda en montrant quelque chose qui se trouvait avec la tenue mais qu’il n’avait jamais vu de sa vie :

 - Et ça, c’est quoi ?

Erza regarda à son tour et resta surprise. Déjà qu’elle ne pensait pas qu’elle avait gardé cette tenue, elle ne pensait pas qu’un objet comme ça, qu’on ne voyait quasiment jamais à Fiore, se trouve avec. Elle le récupéra et expliqua :

 - C’est un masque à gaz, ça sert à pouvoir respirer quand l’air est toxique, même si à Fiore on n’en a pas besoin. En fait, c’est plus pour aller avec le style de la tenue qu’autre chose, je vais te montrer.

Erza s’approcha de lui et passa ses mains derrière la tête du brun pour attacher le masque, avant d’attraper la capuche de sa cape pour lui rabattre sur la tête. Elle recula un peu et entendit très distinctement la déesse faire remarquer :

« - Ce n’est pas mon language habituel mais là il faut bien le dire…il est canon !! »

« - Athéna !! » gronda la rousse.

Néanmoins, la déesse guerrière avait totalement raison, et cette tenue entièrement noire faisait ressortir à merveille son regard vermeil. Sans s’en rendre compte, ils s’étaient un peu rapprochés l’un de l’autre, et elle l’entendit murmurer d’une voix légèrement étouffée par le masque :

 - Erza…

Un cri non loin les fit tous les deux sursauter, reconnaissant immédiatement la voix du minotaure qui se rapprochait à grands pas. S’écartant l’un de l’autre soudainement, ils décidèrent d’un regard de sortir du cul-de-sac calmement, espérant retrouver leurs camarades et retourner sur la berge. Ils avancèrent donc dans les rues et pour l’instant personne ne faisait attention à eux, s’était difficile à croire mais maintenant ils se fondaient davantage dans le décor parmis toutes ces créatures et guerriers. Enfin, plus pour très longtemps, car :

 - Hey poulette !

Erza se retourna lentement, se demandant si c’était bien à elle qu’on adressait la parole. En effet, il s’agissait d’une créature se trouvant sur sa droite, enfin un homme qui avait une seule puissante patte de lion. Même pas choquée, la mage chevalière haussa un sourcil, se retenant de pouffer lorsqu’Athéna fit remarquer d’un air agacé :

« - Mais il veut quoi cet espèce de chat pelé ?! »

Ledit chat pelé avança vers Erza et l’attrapa de sa patte, dotée d’une force bien supérieure si bien que la jeune femme ne pouvait échapper à sa poigne.

 - Que fais-tu dans ce marché toute seule, c’est dangereux, même pour une guerrière…susurra-t-il.

 - Elle est avec moi, coupa Rogue d’un air étrangement agacé.

 - Elle est avec toi, pas à toi, répliqua l’autre en ricanant.

 - Je me suis mal exprimé alors, continua le mage d’ombre en lui jetant un regard noir.

Lentement, il poussa son masque vers le bas, le laissant retomber dans son coup, dévoilant son visage, puis il se tourna vers Erza et attrapa son menton d’une main pour l’embrasser brusquement.

Sous le choc, la première pensée de la rousse fut : « Quoi mais c’est pas son genre d’agir en public comme ça ! » puis la seconde : «  Mais on s’en fou de ça, il m’embrasse il est fou ?! Et doué !! Mais je raconte quoi ?! » et enfin la troisième : « Et Gerald alors ?! »

« - On s’en fou de lui bordel !!! rugit Athéna dans son esprit. Cet imbécile ne s’est pas bougé, contrairement à Rogue qui en plus veut montrer que tu l’intéresses grandement je dois te faire un dessin en prime ou bien ?! »

Erza cligna des yeux, trop d’informations lui venait en même temps, elle se rendit compte un peu tard que durant son débat mental avec la déesse guerrière, elle avait passé son bras libre autour du cou du Dragon Slayer pour le rapprocher d’elle.

« - Je préfère ça ! »

« - Athéna !! J’ai compris, c’est bon !! »

Lorsque Rogue lâcha enfin son visage pour s’écrater légèrement et passer un bras autour de la rousse qui ne savait plus où se mettre, il se tourna vers l’autre à patte de lion et fit remarquer, moqueur :

 - Tu as besoin d’une autre preuve ?

 - C’est bon j’te la laisse, t’excite pas mec, râla l’autre repartant en trainant des pieds.

Silencieux l’espace d’un instant, les deux mages se tournèrent finalement l’un vers l’autre pour dire quelque chose, se coupant mutuellement. Amusé, Rogue s’exclama :

 - Toi d’abord.

 - Non, toi, répondit la rousse.

 - Mais dépêches-toi !

 - T’as qu’à dire ce que t’as à dire !!

 - Toi avant, c’est pas compliqué !

 - Non, toi !

 - Non !

 - Si !

 - Non !

 - Si !

 - Mais tu me soûles !!! s’écrièrent les deux mages en même temps, énervés, avant de commencer à se battre sous le regard blasé des passants. Ils étaient en train de se tirer les cheveux lorsque la rousse s’exclama :

 - Je t’aime, voilà, t’es content !!

 - Ouais bah moi aussi !! s’écria-t-il tout aussi fort.

Erza arrêta soudainement de lui tirer les cheveux et questionna, choquée :

 - Ah bon ?!

 - Non du tout, j’embrasse absolument n’importe qui, la première venue, répliqua-t-il, blasé et amusé à la fois.

Comprenant le ton ironique du mage de Sabertooth, Erza lâcha ce dernier et eut un large sourire, qui fit chavirer le cœur du brun qui n’hésita pas à l’embrasser une seconde fois.

Un peu plus loin dans la foule, un cri étranglé venait de se faire entendre.

 - Sting regarde ça oh bordel !!!

Le blond se tourna dans la direction indiquée par Lucy qui venait de lâcher un glapissement de surprise et lâcha :

 - Ce sont juste deux personnes qui s’embr—putain mais c’est Rogue et Erza !!!

 - Mais ouiiiii !! Oh Mira va être trop contente !! Et elle a loupé ça !! Elle va bouder pendant des mois !! explosa de rire la constellationniste.

Les deux mages attendirent que leurs deux amis se séparent puis allèrent à leur rencontre, ayant remarqué du coin de l’œil une coupe cachée sous la cape de Rogue. Et en plus de ça, apparemment la mission était un franc succès, plus qu’à retrouver le reste de la bande !