Chapitre 32 : Pretty woman

par Tatsushi-chan

Il y eut un gros blanc parmi tous les mages qui fixèrent Mirajane avec des yeux ronds, avant de regarder Meilin et Shiryu qui euh…étaient en mode bug. La mage de manipulation réagit soudain et faillit s’étouffer avec sa salive en voulant protester. Elle se mit à tousser et se plia en deux, tentant de reprendre son souffle. Finalement, elle y arriva et fut en mesure de hurler :

 - QUOI ?!

 - Bien évidemment, ce sera donnant/donnant, vous le ferez tous les deux, expliqua Mirajane.

Là, Shiryu commença à protester lui aussi. Si seulement il avait fait équipe avec Lucy ! Je peux vous dire qu’il était complètement dégoûté.

 - Je veux que vous fassiez ça dans votre tente ce soir, continua la démone en ignorant royalement leurs cris.

 - Je ne le ferais ja-mais ! répliqua Meilin en croisant les bras sur sa poitrine, le visage rouge.

 - Tu n’as pas le choix, sinon je choisis un gage encore pire.

La jeune femme ouvrit la bouche. La referma. Elle agit ainsi pendant un petit moment jusqu’à finalement dire :

 - Pire, ça ne peut pas exister.

 - Tu crois ça ?

En voyant l’air tordu de Mirajane, la mage comprit que si, il existait bien pire dans sa tête. Comme…non, elle ne voulait même pas y penser.

 - Mais de toute façon, tu ne seras pas là pour vérifier, alors qu’est-ce qui nous y oblige ? questionna l’esprit en fronçant les sourcils.

 - J’avais prévu cette idée depuis le début, avant même que nous partions. Juste avant d’y aller, j’ai acheté un objet spécial qui oblige une personne à dire la vérité. Comme ça, je le saurais dès le lendemain matin.

Le visage des deux coéquipiers se décomposa. Dur dur d’y échapper dans ces conditions, d’autant plus que ce serait encore pire s’ils ne le faisaient pas.

 - Je ne veux pas ! contra encore Meilin dans l’espoir que Mira soit clémente et choisisse un gage moins terrible.

 - Alors ça, ce n’est absolument pas mon problème, rigola Mira avec les yeux en forme de cœur en pensant à ce que pouvait apporter son gage.

La mage eut une grimace et marmonna dans sa barbe :

 - Suppôt de Satan…

La mage take-Over ignora la réplique et continua :

 - Allez, on mange maintenant !

Tous se dirigèrent donc vers le milieu du camp où les deux jeunes femmes de Classe S avaient allumé un feu pendant qu’ils cherchaient les indices. Tous les autres groupes se réjouissaient de ne pas être derniers, alors que nos deux perdants se retenaient de péter un câble. L’un parce qu’il aurait largement préféré avoir sa maîtresse sous le nez plutôt qu’une fille qui ne connaissait pas beaucoup, enfin, même si il en savait un peu plus car elle lui avait parlé de son passé. A lui avant les autres, ce qui l’étonnait un peu d’ailleurs.

Du côté de la mage de manipulation, elle désespérait, sachant que le moment prévu approchait à grands pas. Elle était assise en compagnie de Lucy, Lisanna et Levy qui tentaient de lui remonter le moral. Enfin, à leur façon. Elle était en train de boire quand la constellationniste s’exclama :

 - Avant d’être avec Natsu, j’ai eu l’occasion de voir Shiryu sans ses vêtements et…elle rougit et continua : tu vas adorer !

La mage de la manipulation recracha toute l’eau qu’elle avait dans la bouche, manquant de s’étouffer pour la deuxième fois consécutive en même pas un quart d’heure.

 - NON MAIS ÇA VA PAS ?! hurla la jeune femme tout en se tapant la poitrine pour chasser l’eau.

 - Ben quoi ? demanda la blonde d’un air faussement innocent. Vu que vous êtes obligés, autant en profiter !

 - JE RÊVE ! continua Meilin de plus en plus choquée par les propos de son amie. J’AI ABSOLUMENT PAS L’INTENTION DE PROFITER FIGURE-TOI !!!

La mage remarqua alors tous les regards posés sur elle, et Shiryu qui rigolait discrètement dans son coin. Elle devint écarlate et le pointa du doigt en s’écriant :

 - ET ARRÊTE DE RIRE TOI !

Il se tut immédiatement, estimant qu’il ne devait pas l’énerver davantage. La jeune femme se mit à grommeler dans son coin et demanda soudain à Lucy à voix basse et d’un air sournois :

 - Et puis comment ça : « j’ai eu l’occasion de voir Shiryu sans ses vêtements » ?

Lucy rougit au quart de tour, mais secoua la tête et dit :

 - Rien d’important, le seul qui compte pour moi c’est Natsu, maintenant.

Celle qui avait peur des chats plissa les yeux. Elle avait bien le droit de se venger un peu elle aussi, aussi continua-t-elle à embêter la jeune femme pour en savoir plus, mais celle-ci resta muette comme une tombe à sa plus grande déception.  Elle termina donc de manger, ou plutôt grignota car elle avait affreusement mal au ventre avec cette histoire de gage.

 

OoOoOoO

 

Ils avaient tous discuté autour du feu pendant un bon moment, jusqu’à une heure avancée de la nuit, mais il fallait bien avouer qu’ils commençaient tous à ne plus tenir debout. Certains étaient déjà partis se coucher, complètement K.O. c’était le cas de Shiryu par exemple. Meilin se demandait comment elle allait faire s’il s’était endormi. Elle allait devoir le réveiller ? Parce que, oui, elle s’était bien résignée à faire ce gage pour ne pas avoir encore pire. Elle avait trainé avec les derniers au bord du feu pendant un moment, mais là tous avaient décidé d’y aller, et elle n’allait pas rester dehors toute la nuit…Mirajane la tuerait le lendemain de toute façon.

Elle se leva donc et s’avança vers leur tente en trainant des pieds. Elle jeta un coup d’œil autour d’elle. Ça y est, tous les autres étaient rentrés dans les leurs pour se coucher…il ne restait qu’elle. Bon, elle pouvait toujours s’enfuir à travers bois…et mourir de faim au bout de quelques jours…Si on ne la retrouvait pas avant, et elle aurait encore plus la honte, si si, c’était possible.

Elle se glissa donc dans la tente, refermant bien derrière elle : d’une, parce qu’elle ne voulait pas de petits curieux en prime et de deux, parce qu’elle ne voulait pas être dévorée par des moustiques une fois couchée !

Quand ce fut fait, elle lâcha un soupir et se retourna. Shiryu était allongé sur le côté gauche du matelas que tous avaient installé dans chacune des tentes. Il avait détaché ses cheveux, qui étaient vraiment longs, étalés tout autour de lui. Il avait dû l’entendre car il ouvrit immédiatement les yeux, son regard turquoise se fixant sur elle. Détournant la tête, elle lui demanda :

 - Tu ne dormais pas ?

Il secoua la tête et répondit, l’air ennuyé :

 - Je t’attendais, qu’on en finisse avec ce stupide gage.

 - Je…elle hésita et reprit : je commence en première ?

Il haussa les épaules :

 - Maintenant que tu es debout.

Elle acquiesça lentement, sentant ses joues se colorer de rouge alors qu’elle n’avait même pas commencé.  Voyant qu’elle hésitait et avait du mal à s’y mettre, il proposa finalement, se redressant légèrement :

 - Si tu ne veux vraiment pas, tu n’es pas obligée, on trouvera bien un moyen de tromper le fameux objet de Mira. Et puis, on est pas sous ses ordres de toute façon.

Meilin le fixa, muette. Elle savait bien qu’il aurait mille fois préféré voir Lucy à sa place, qu’il devait être en train de mentalement haïr Natsu qui avait fait équipe avec la blonde, mais…qui aurait refusé de voir une jolie fille (du moins elle ne se trouvait pas affreuse) enlever ses vêtements ? Elle n’était tout de même pas si horrible ! C’était vraiment vexant. D’autant plus qu’elle avait tendance à prendre la mouche un peu facilement. Enervée, elle quitta ses chaussures avant d’enlever rapidement son haut—se retenant de lui jeter rageusement à la figure en lui hurlant dessus—pour le déposer à la place où elle allait dormir un peu plus tard.

Elle se demanda soudain intérieurement si elle devait tout enlever. Mirajane ne l’avait pas précisé et ça l’arrangeait bien, elle n’avait pas l’intention de se retrouver sans vêtements non plus, il ne fallait pas pousser. De toute façon, si la mage Take-Over lui avait demandé, elle l’aurait clairement envoyée promener.

Shiryu lui, ne s’ennuyait pas mais c’était tout comme. Il aurait tué pour avoir sa maîtresse à la place ! Mais il devait bien se résigner que Natsu semblait avoir gagné la lutte.  En voyant la volumineuse poitrine de la jeune femme retenue tant bien que mal par un soutien-gorge noire brodé de dentelle rouge de la couleur de la tunique qu’elle venait de quitter, il se fit intérieurement la remarque qu’il allait falloir arrêter de se plaindre un peu. Il n’était pas si mal tombé quand même ! Il se retint d’afficher un sourire un peu pervers, d’une parce qu’il ne voulait absolument pas ressembler à Sting en faisant ça, et puis il avait peur de comment Meilin allait réagir.

Cette dernière, ayant remarqué que l’esprit s’était redressé et ne semblait plus si passif, se sentit rougir et décida de se dépêcher. Quelle horrible situation ! Quand ils seraient rentrés, elle coincerait Mirajane dans un coin sombre et la torturerait ! Elle fit glisser lentement son leggings blanc le long de ses jambes, se baissant pour l’enlever, offrant une jolie vue sur sa poitrine au dragon de diamant.

Elle se redressa finalement, coinçant son bras droit sous sa poitrine, la mettant encore plus en valeur sans s’en rendre compte, attrapant son bras droit qu’elle serra, gênée. Elle s’avança vers son « lit » et s’y assis, tournant la tête vers le jeune homme en lui disant que s’était son tour. Il se leva avec un léger sourire, alors que Meilin ramenait ses jambes près de sa poitrine, les entourant de ses bras.

Shiryu se planta devant elle, quitta ses bottes noires et commença à faire glisser sa cape de ses épaules avec lenteur, la faisant tomber derrière lui avant de s’attaquer à sa chemise. La jeune femme se retint de lui jeter un regard noir. Pourquoi semblait-il s’amuser en le faisant, c’était censé être une punition ! Ce n’était pas juste, pas du tout même. Il lui lança finalement sa chemise, alors qu’elle-même n’avait pas osé le faire avec son haut. Elle serra distraitement le tissu entre ses doigts, se sentant devenir écarlate en voyant la musculature parfaite du dragon. Pourquoi fallait-il aussi que Lucy ait raison ?! Quand elle disait que la vie était mal faite ! Ou pas, après tout…

L’esprit quitta son pantalon bouffant et le posa non loin de lui, se retrouvant en boxer. Il s’étira voluptueusement sous le regard de Meilin qui remarqua que ses cheveux étaient même plus longs que ceux de Gajeel, arrivant juste au creux de ses hanches. Il s’avança et se rallongea où il était quelques instants auparavant, les bras derrière la tête. La jeune femme avait fait de même à côté. Elle avait horriblement chaud—alors qu’il faisait super froid dehors, mais pas besoin de chercher loin pour comprendre—elle devait essayer de dormir et de tout oublier, du moins jusqu’à ce que Mira ne le leur rappelle demain. Malheureusement, Shiryu ne semblait pas penser de la même façon qu’elle, car il tourna la tête dans sa direction et lui demanda avec un léger sourire :

 - Tu as aimé ?

Oui, évidemment, c’était juste génial !!! Quoi, non, que pensait-elle, bien sûr que non c’était horrible ! Enfin non, mais….aaaargh ! Elle allait devenir folle. Elle se décida à ne pas répondre et se tourna sur le côté pour ne plus le regarder en face. Qu’on efface ce souvenir de sa mémoire pour toujours, pitié ! En plus, son pauvre cœur n’allait pas tenir le choc à ce rythme, il battait si fort qu’il l’aurait assourdie si elle avait été une Dragon Slayer.

Elle sentit l’esprit bouger dans son dos. Ne se doutant de rien, elle n’eut le temps de réagir que celui-ci s’était placé au-dessus d’elle, lui adressant un sourire charmeur. Elle allait gueuler mais il plaqua une main sur sa bouche pour que personne d’autre aux alentours ne puisse l’entendre et ne les réveillent. Il se pencha vers son oreille gauche et lui chuchota d’une voix sensuelle :

 - Moi, j’ai adoré.

Elle rougit encore plus et commença à se débattre pour qu’il s’en aille, mais elle se sentit fondre quand il effleura son ventre du bout des doigts, remontant avec une lenteur exagérée vers sa poitrine. Il enleva soudain sa main, la laissant libre de parler et elle ne s’en priva pas, lui demandant de s’en aller avec difficulté. Tout du moins elle essaya, car Shiryu la fit taire d’un baiser brûlant et vif qui la laissa sous le choc. Finalement, il s’allongea de tout son long sur elle, la tête posée sur son ventre qu’il caressait en même temps, et ils finirent par s’endormir tous les deux.