"T'es qu'une gamine."

par Nashio


Cinquième Chapitre;


Il était là, seul, devant elle.

Ce grand jeune homme à la chevelure longue et noire, et son visage parsemé de tant de piercings.

Ils n’étaient que tous les deux, et aucun n’eut le courage d’esquisser le moindre geste, ou de parler.

Ils se fixaient seulement.

Contrairement à ce que l’on aurait pu penser, ce ne fut pas le garçon qui ouvrit le premier la bouche, mais bel et bien la jeune femme :

« On… On devrait retourner en cours. Le professeur de mathématiques déteste que ses élèves soient en retard. »

« On s’en fout. »

Il avait répondu ça sans réfléchir, d’un ton froid.

Dieu ce qu’il était chiant.

« Bon écoute-moi Redfox, on m’a nommée responsable pour t’aider à t’intégrer et je vois bien que ça ne te plais pas. Mais moi aussi ça me fait chier. J’ai aucune envie de perdre mon temps avec toi, j’ai d’autres choses à faire alors si t’en à rien à foutre, tire-toi ça ira plus vite. »

Ca, c’était dit.

Là-dessus, elle lui tourna le dos et commença à partir vers la porte d’entrée du bâtiment.

« Attends un peu la naine. »

Il cru un instant voir une aura noire entourer son corps.

Elle se retourna… Ouais, bon. Elle est grave flippante quand elle est énervée.

Car oui, en effet, Levy était vraiment effrayante sur le coup avec son regard de tueuse.

« Un problème le Punk ? »

Là, les deux étaient énervés.

« Arrête de jouer à la grande fille, t’es qu’une gamine. »

« La gamine n’a pas redoublé une seule fois, elle. »

« Le Punk est grand, lui. »

Le connard. Il avait touché un point sensible. Elle laissa tomber et repartit.

« Par contre, j’crois on a un point commun. »

Bah bien sur.

« Fais-moi rire. »

« Le dessin. T’adores ça, non ? »

« C’est ma raison de vivre. Et je vois pas où est le rapport avec toi. »

Il eut un sourire carnassier.

« Tu serais surprise Blue Baby. »

Il s’approcha d’elle lentement, jusqu’à la dépasser.

Gajeel retourna en classe. Seul.



~



« Quel connard ! »

Mademoiselle McGarden était énervée.

« L’enfoiré ! »

Très énervée.

« Je le déteste ! »

Oui.

Il avait touché un point sensible, à vrai dire. Sa taille était un sujet tabou.

Entre deux vociférations, elle sentit son téléphone vibrer contre sa cuisse. Elle essuya une larme qui avait parlé le long de sa joue et regarda qui pouvait bien l’appeler alors que les cours avaient commencé.

Ah, c’était lui. Elle décrocha.

« … Allô ? »

« Levy ? Ta voix est étrange tu vas bien ? »

Il était toujours à s’inquiéter pour elle.

« Oui, ne t’en fais pas. Il y a un problème ? »

« Non non, je voulais te prévenir que ce soir je suis libéré des cours à 17h. Je viendrais devant ton lycée pour te raccompagner chez toi. »

Il s’était toujours occupé d’elle.

« Vraiment ? Ca me fait si plaisir ! »

Pourtant, le cœur n’y était pas.

« Mais dis-moi… Je viens de m’en rendre compte, mais tu ne devrais pas être en cours ? »

Ooops.

« N-… Non, je n’ai pas mathématiques aujourd’hui… Du coup je suis restée dehors… »

Il ne répondit pas immédiatement.

« Ah. Levy, promet-moi qu’il n’y a vraiment pas eut de problème. Tu ne me semble vraiment pas à l’aise tu sais. »

Cramée.

« Ce n’est rien. J’ai juste eu une mauvaise note. »

Elle sentait qu’elle allait craquer. Avant qu’il n’ait pu répondre, elle reprit :

« On se voit plus tard, ok ? Lu’ m’attends. »

Et elle raccrocha.

Elle sentait que, si elle alignait encore une phrase, elle fonderait en larmes.

Ce qu’elle fit dès qu’elle eut rangé son portable dans sa poche.

Elle le sentit vibrer de nouveau. Un message.

C’était encore lui.

*1 nouveau(x) message(s)

« My Dear »

Je t’aime.

A tout à l’heure.*

Il avait toujours été si attentionné.

Elle pressa l’appareil contre sa poitrine et ses lèvres s’étirèrent sans qu’elle ne s’en rende compte. Elle était heureuse.

Après tout, n’était-elle pas amoureuse de lui ?



?



Il se faisait profondément chier.

Alors, en regardant à sa gauche il vit une trousse rose dépasser du sac de sa très chiante voisine de classe. La trousse où elle gardait ses crayons de couleur.

Bah, pourquoi pas ?

Il tendit le bras vers le sac et attrapa la trousse et l’ouvrit avec précaution.

Putain mais y’a combien de couleurs là dedans ? Bon, il faut avouer que Gajeel n’était pas un habitué des crayons de couleur, lui il était plus branché peinture.

Il sentit quelqu’un sur sa droite. Il leva la tête et tomba nez à nez avec son prof de maths. Un type noir, bizarre d’ailleurs –quoi qu’il n’ait rien à redire, vu son propre physique- et vachement tatoué du visage. N’empêche qu’il ne devait pas être très jeune, vu sa chevelure blanche.

« Le nouveau. »

« Redfox. » Corrigea-t-il.

Il sourit.

« Plutôt que de vous extasier sur des crayons de couleurs, testons votre efficacité. »

"Testons votre efficacité" ? Putain, on dirait une pub pour un produit nettoyant.

« Venez au tableau me résoudre cette équation. »

Il se leva et fixa l’équation écrite au tableau. Un exercice de terminale S hein ? Bon, c’est pas qu’ils sont en seconde mais… Bon.

« Trop compliqué pour vous mon garçon ? Laissez tomber, j’ai pas que ça à faire. »

Il se sentait fier, le vieux.

« Filez-moi une craie, peut-être que j’pourrais la résoudre votre équation. »

Il le regarda comme s’il avait avoué avoir tué ses enfants, mais lui tendit néanmoins la craie.

Gajeel l’attrapa et, deux minutes plus tard à peine, il posa la craie sur le bureau du professeur et alla s’asseoir à sa place, sans prêter attention aux élèves médusés qui s’étaient retournés pour le fixer.

« C’est… »

Le prof.

« C’est parfait. Aucune erreur. »

Ce fut un magnifique silence qui tomba sur l’ensemble de la classe, suivit d’un « WHAT THE FUCK ?! » général.

Quoi ? Il n’avait pas le droit d’être doué dans toutes les matières ?

Sur ce, il retourna à sa précédente occupation : Les crayons de couleur, sans se soucier des élèves et du prof médusés qui le fixaient toujours.

Mais ça, c’était avant de se recevoir un stylo en plein front. Il leva ses yeux assassins vers le tireur ; C’était le mec à la touffe rose qu’il avait rembarré plus tôt dans la matinée.

Le garçon prit un autre style, et le démonta entièrement, un sourire sur les lèvres, montrant le résultat à Gajeel, qui ne put s’empêcher de penser narquoisement :

« Cool, tu sais déboiter un stylo. Bientôt, tu sauras ouvrir ton tube de colle et peut-être qu’un jour, tu sauras faire fonctionner ton cerveau ! »

Il eût une illumination.

Il répéta l’action avec le crayon qu’il avait reçu et découvrit un petit mot qu’il déplia.

« Tes pa si con que ten a l’air. Vient me voir a la récré je vai te présenté a mes potes tas l’air aussi con qu’eux. 

N.D »

Ok. Il… Il est Seconde. Comment est-ce possible de faire autant de fautes à cet âge là ?

Peu importe.

Il nota un simple « OK », et lui renvoya en plein sur le crâne.

Pourquoi pas, après tout.

Il pu enfin continuer son activité. Toujours aussi impressionné par tant de crayons, il se mit à les compter un par un.

15…29….48…72…104…116…138.

Oui, il y en avait beaucoup.

Continuant à s’extasier devant toutes ces couleurs, il fut stoppé net par la sonnerie, rangeant à la hâte les crayons et lançant la trousse dans le sac de McGarden.

Il se leva, et marcha d’un pas lent jusqu’à ce fameux « N.D ». Quand le plus jeune le vit s’approcher, il vint à la rencontre, posant sa main sur son épaule :

« Yo ! Je suis Natsu. Natsu Dragneer. T’as pas l’air bien méchant, viens j’vais te présenter mes demeurés d’amis ! »

Il avait débité ça avec un sourire de trois kilomètres de long, avant de l’embarquer avec lui.



~



Gajeel se sentait femme.

Ils étaient sur le toit.

Bien sur, il faisait extrêmement chaud, pourtant, à cet endroit, le vent était plus fort que nulle part ailleurs, leur cinglant au visage.

Et Gajeel se sentait femme. Ou du moins, il comprenait les femmes aux cheveux longs, avec ce putain de vent de merde qui faisait voler leurs cheveux partout, fouettant leur visage, les faisant ressembler à Choubaka dans Star Wars.

C’est à ce moment là que Gajeel Redfox eut très sincèrement de la compassion pour les femmes.

Bref, il leva les yeux, et aperçu plusieurs types assis par terre.

D’abord, il y avait deux gars, qui semblaient discuter de leurs dernières conquêtes. L’un était blond vénitien avec des lunettes, l’autre brun aux yeux visiblement gris. Les deux avaient la clope au bec. Enfin, quand Gajeel parlait de leurs yeux, il avait oublié de mentionner qu’ils étaient également rouges. Complètement défoncés quoi.

Sinon, y’avait deux autres gars, d’à peu près le même gabarit que Gajeel. Il s’engueulait à moitié pour une histoire de… Petite sœur ? Peu importe. L’un était vraiment baraqué, la peau assez bronzée et les cheveux argentés dressés sur le crâne, l’autre était blond, une cicatrise barrant son œil droit. D’ailleurs, il y avait eux mecs assez étrange derrière eux… L’un, aux cheveux longs et verts, bavaient littéralement en regardant le blond… Gay ? Et l’autre… Il avait le visage recouvert de bandages, et jouait avec des poupées en bois, tout en tirant la langue… Carrément flippant.

Puis il y avait un type, seul, assis à l’écart du reste du groupe. Il semblait être le plus normal de tous. Grand, les cheveux bleus, un tatouage rouge sur la partie droite du visage. Il lisait un livre.

« Hey les gars ! J’nous ramène un nouvel illuminé ! »

Illuminé ? C’était lui qui disait ça ?

Tous les yeux se levèrent vers Gajeel. Certains échangeaient des regards, d’autres ne le quittaient pas des yeux.

Notre ami aux cheveux très…. Virils, enchaina :

« Bon. C’est Redfox. Redfox, les deux gars complètement pétés là-bas, c’est Gray et Loki. Sinon… Celui qui hurle « HOMME » depuis un moment, c’est Elfman, et celui qui parle avec lui c’est Laxus. Derrière lui t’as Fried, puis Bixlow qui joue avec ses Baby. Et là-bas c’est Jellal. »

« Ok. »

Putain… Mais où est-ce qu’il est tombé encore ?