Ce qui déclenche tout

par Shugyoku-14

 

 

Les grands yeux mauves de Suzuna Taki s'agitaient dans tous les sens, trahissant son anxiété. Ils sautillaient d'un joueur à l'autre, toujours dans ce mouvement malicieux et énergique qui la caractérisait tant. Mais l'heure n'était plus aux gamineries. La cheerleader des Brave Bears sentait cette lourdeur dans l'atmosphère peser sur les épaules de chacun, et par contagion, sur les siennes. Même si Suzuna n'était pas experte en football américain, elle saisissait bien la situation à la limite du critique dans laquelle ils se trouvaient.

 

Bloqué. Le jeu était tout simplement bloqué. La première mi-temps qui venait de s'achever n'avait apporté de point à aucune équipe. Deux équipes qui se connaissaient trop peu, et qui pourtant étaient si semblables. C'était peut-être ça qui bloquait leur jeu: jamais, à aucun moment, l'une des deux n'acceptait de lâcher le morceau. L'attaque d'Enma était efficace, la défense de Chiba tout autant, et inversement. Il leur fallait quelque chose en plus pour gagner, un atout, une botte secrète...

C'était dans ces moments-là que surgissait le héros, généralement, non ? Le meilleur de tous qui venait comme par magie sauver toute l'équipe ! Oui, il existait ce héros, il était là, sur le banc, mais pour l'instant... il ne faisait pas grand chose. Suzuna lui jeta un coup d'oeil furtif. Son regard s'ancra sur le numéro vingt et un cousu sur son maillot. Et, discrètement, elle s'approcha.

 

" Sena ? "

 

L'interpellé eut un tel sursaut de surprise, qu'il en tomba du banc. Ses yeux, protégés par une visière verte, rencontrèrent ceux si particuliers de Suzuna, qui s'était penchée sur lui en pouffant de rire. Il remercia intérieurement sa visière de cacher son visage, sans quoi on aurait vu ses joues prendre une jolie teinte rouge.

" Su...Suzuna, balbutia le running back, totalement pris au dépourvu.

- Bah alors, tu rêvais ? se moqua la jeune fille.

- Euh... "

En réalité, quelques instants plus tôt, il était davantage préoccupé que rêveur. Sans cesse, son cerveau retournait dans tous les sens la nouvelle stratégie à laquelle Unsui et Kakei avaient réfléchi quelques minutes plus tôt...

 

" Je pense qu'il est inutile d'espérer gagner du temps et de l'espace en faisant des passes longues ou des courses, déclara Kakei. Leurs rideaux arrières de défense sont trop efficaces.

- Mais leur ligne est plutôt moyenne comparée à la nôtre... remarqua Riku.

- Exact. Alors on va foncer dans le tas.

- Hein ? La tactique du bulldozer ?

- C'est ça. En créant un passage dans leur ligne, nos arrières pourront progresser par petits bouts, grignoter du terrain. Ca prendra plus de temps pour arriver à marquer un touchdown, mais c'est le moyen le plus sûr d'y arriver, conclut Unsui. Kurita, tu nous fais un énorme trou de passage, ok ?

- O...O.K !

- Grmph !

- Mais non, Komusubi, on ne vous oublie pas non plus, les quatres autres de ligne. Envoyez-les tous ciel azuré* !

- Autrement dit, on les défonce ? demanda Mizumachi, une étrange lueur barbare dans les yeux.

- Ouais.

- Ca, ça me plaît... "

 

 

Silencieusement, Sena se remit sur son banc. Sa tête se tourna automatiquement vers l'objet de ses réflexions: un étrange adonis* à la chevelure farfelue sur le banc adverse. Aussi frêle et presque aussi petit de taille que pouvait l'être Sena, ce jeune homme possédait une apparence bien trompeuse. En réalité, ses bras étaient puissants, ses réflexes vifs et son regard acéré. Comment le vaincre ? Eyeshield 21 avait essayé toutes les feintes de sa palette de courses, qui était pourtant très large. Même Riku s'y était essayé. Rien à faire, Akira restait aussi infranchissable qu'une porte de prison.

 

La stratégie du bulldozer que les Brave Bears pratiqueraient en deuxième mi-temps semblait la plus prudente. Cela rassurait Sena, car son but premier était avant tout de gagner le match. Pourtant, une partie de lui-même criait son insatisfaction, sa volonté d'aller jusqu'au bout de ses efforts et d'éviter la solution de facilité qui s'offrait à lui. Car, s'il suivait la tactique, Eyeshield 21 aurait bien peu d'occasions d'affronter Akira. Or, son sang et sa chair toute entière brûlaient de l'avidité, de l'égoïsme que n'importe quel sportif renfermait en lui. Un sentiment plus fort que le désir de remporter le match l'envahissait, une volonté purement individuelle : battre Akira. Seul à seul. Franchir de nouvelles limites, se prouver qu'il était le meilleur.

Mais comment ? Comment s'y prendre ? Où était-il ce chemin qu'il devait emprunter pour gagner ? Cette voie lumineuse que Sena ne parvenait plus à voir, une fois qu'il se tenait face à Akira ?

 

Sena sentit qu'une main se posait sur son épaule, la petite main douce et réconfortante de Suzuna.  Cette dernière lui offrit un sourire éclatant.

" Tu vas y arriver. "

Surpris, Sena ne répondit pas tout de suite. Les deux amis furent interrompus par la sirène annonçant la reprise du match. Eyeshield 21 quitta la surface dure de son banc, un petit soupir s'échappant de ses lèvres. Ses jambes amorcèrent un trot vers ses coéquipiers assemblés au centre du terrain, mais il n'oublia pas de se retourner pour faire un signe à la jeune fille qu'il avait laissée sur le banc :

" Merci, Suzuna ! "

 

******

 

 

Unsui et Kakei avaient visé juste: les linemen des Goblins avaient beau être costauds, ils faisaient pâle figure comparés à la montagne de muscles que constituaient Ushijima, le technicien parfait qu'était Achille, la force colossale que possédait Kurita, et le duo Komusubi-Mizumachi, les deux extrêmes de taille aussi forts l'un que l'autre.

Kurita offrait une véritable autoroute à ses coéquipiers arrières. La tactique du bulldozer marchait à merveille. Enfin, presque: les Brave Bears perdaient tout de même beaucoup de temps en étant modestes sur les gains de terrain. Deux yards par-ci, trois yards et demi par là... Ils avançaient, oui, mais trop lentement.

 

Néanmoins, Riku leur permit de traverser dix yards d'un coup. Il aurait pu aller plus loin, et qui sait, marquer un touchdown, si Taiga Kamiya n'avait pas été là pour l'arrêter. Riku enragea de s'être fait avoir, en voyant le sourire suffisant de son adversaire.

" Joli coup, le rassura timidement Sena, en aidant son ami d'enfance à se relever.

- Ouais..." marmonna Riku, peu convaincu. 

Il fixait la chevelure bleutée de Kamiya s'éloigner, pensif.

" Il est plus coriace que ce que je pensais. "

Riku reçut un vent en guise de réponse.

 

Sena ne l'écoutait plus, ses yeux sous son eyeshield étaient rivés vers un certain safety. Brusquement, une tête à la peau mate s'incrusta dans son champ de vision vert, accompagnée d'un "Bouh !" qui le fit sursauter. Riku ricana, comme un gamin.

" Tu rêves encore ?

- Je... Je réfléchissais" corrigea Sena, gêné.

 

La figure de Riku devint un peu plus sérieuse. Il comprenait les difficultés de son ami, même s'il ne pouvait pas l'aider. C'était à chacun de trouver sa propre solution, car personne ne possédait la même course. Cependant, celle d'Eyeshield 21 avait une caractéristique bien particulière, et très intéressante. Riku l'avait toujours assimilée à de la pâte à modeler. Une course qui s'étirait à l'infini, qui se modulait selon les souhaits, qui prenait des formes différentes selon les besoins. Une course qui changeait toujours, qui s'améliorait incroyablement vite. Sena avait  un génie fou enfoui en lui qui pétrissait ses mouvements, tel un artiste en quête de l'oeuvre la plus belle. La plus insaisissable. On ne pouvait détruire la pâte à modeler: elle était élastique, elle trouvait toujours un chemin où se glisser.  

 

" Tu ne peux pas courir plus vite ? "

Cette solution était la plus simple au problème : quelle que soit la technique de l'adversaire, quelle que soit sa puissance, si l'on parvenait à courir aussi vite que la lumière, on pouvait échapper à n'importe qui. Seulement, Akira avait des réflexes étonnants, liés à une maîtrise de l'observation bluffante. Courir aussi vite que la lumière ne suffisait plus... Alors peut-être fallait-il courir encore plus vite que la lumière ?

 

" C'est impossible. "

 

Sena avait le regard vague, comme si ce qu'il venait d'énoncer était une vérité irréfutable, une vérité qu'il acceptait, et qui pourtant lui faisait mal au coeur.

" J'ai essayé. Mais mes jambes... Elles ont atteint leur maximum. "

Riku baissa le regard vers les gambettes de son ami. Elles tremblaient. Pas de peur, comme on pouvait le croire venant de Sena. En réalité, ses tendons criaient leur douleur, et leur voix se répercutait tout le long de ses muscles, les faisant vibrer d'une même souffrance. Et pourtant, pas la moindre grimace ne se lisait sur le visage du running back. Simplement de la concentration, de la contrariété de ne pas pouvoir aller plus loin. La souffrance de ses jambes ne paraissait pas l'atteindre. Comme si le prix à payer pour courir à la vitesse de la lumière était devenu un simple impôt mensuel de routine, un impôt qui faisait mal au porte-monnaie, mais auquel ce même porte-monnaie s'était accoutumé.

 

" Mais je continuerai quand même à essayer de passer Akira ! "

Le sourire naïf de Sena étonna Riku sur le moment. Finalement, il secoua la tête, et, un petit rire amusé sortit de ses lèvres.

" Imbécile ! On ne dit pas je vais essayer. On dit je vais réussir. "

Sena répondit par un rire nerveux. Oui, il allait y arriver.

 

 

******

 

 

Lorsque le quatrième quart-temps débuta, le temps décida de s'en mêler. Le panneau des scores qui annonçait 16 à 3 en faveur des Brave Bears se trouva tout mouillé. Les yeux vert anis du capitaine des Goblins se levèrent vers le ciel. Ils semblaient calmes, sereins, mais en réalité, une certaine angoisse les voilait. Akira ferma les yeux lorsque son visage reçut une première salve de gouttelettes.

 

« Ca, c'est mauvais... »

 

Akira s'inquiétait de la tournure que prenait le match. Un avantage en faveur d'Enma et une pluie en plein mois de septembre avaient de quoi lui retourner les entrailles. Si sa malchance continuait, les faiblesses de la technique dont il usait pour bloquer Eyeshield 21 risquaient d'être dévoilées au grand jour.

 

Malgré ses tourments, quand un de ses coéquipiers accourut vers lui, le visage d'Akira retrouva un masque totalement lisse et impassible, ce masque d'acteur dont il avait le secret. Il demanda de sa voix posée et polie:

" Qu'y a-t-il, Kenta ?

- Il faut trouver une tactique pour empêcher leur bulldozer de fonctionner, déclara le cornerback, sans le moindre détour.

- Tu sais bien que c'est impossible, soupira Akira. Une ligne puissante, voilà ce qui fait toute la différence. On ne peut pas empêcher leurs arrières de passer à travers l'énorme passage que leur assure Kurita.

- Mais il doit bien exister quelque chose ! Une feinte, un piège, n'importe quoi ! On ne peut pas les laisser grignoter du terrain à toutes les phases de jeu ! "

Akira commença à tripoter les pierçings de son oreille droite, signe de réflexion chez lui. Lorsque sa main relâcha son oreille, un sourire flottait sur ses lèvres.

 

" On va faire un pari... "

 

******

 

 

Le camp des Brave Bears s'essoufflait. Forcer un passage, se frayer un chemin tout en étant écrasé, être plaqué après à peine quatre yards de course, c'était éprouvant. Le nombre de yards parcourus en une tentative diminua progressivement. A un moment précis, Enma avait franchi seulement trois yards en deux tentatives. Akira jugea le moment opportun. Il fit un signe de la main à son escouade défensive.

 

Lorsque les Brave Bears se placèrent pour le troisième down, ils constatèrent avec surprise un changement dans la formation de Chiba. Le regard de Kumabukuro le remarqua très vite, et il s'exclama dans son micro :

" Les Goblins tentent une formation 3-4 ! "

La ligne défensive traditionnelle de quatre linemen venait de perdre un membre, qui s'était mis en retrait. Trois linemen, quatre linebackers.

 

Unsui soupira, visiblement contrarié :

" Fallait s'y attendre... Ils essayent de nous freiner.

- En mettant plus de monde à l'arrière ? "

Ce fut Seitarô qui répondit, indifférent :

" Ouais. Ils mettent le paquet sur les deux derniers rideaux défensifs, étant donné qu'on a l'avantage sur la ligne. "

Sena scruta un peu plus attentivement le derrière de la ligne adversaire. Les quatre linebackers étaient disposés en demi-cercle, formant une espèce de poche entre eux et les linemen. Une poche dans laquelle ils allaient se jetter à corps perdu, avec leur tactique du bulldozer.

 

" Il faut faire une passe longue " lança Seitarô.

Mais les Goblins semblaient avoir anticipé cette possibilité, car au moment même où Seitarô la suggérait, les deux cornerbacks reculèrent de quelques pas, pour se mettre presque à la hauteur des safeties. Unsui fit la grimace.

" Pas maintenant, dit-il. Il nous reste encore deux tentatives. Vu le monde qu'ils ont mis à l'arrière, ce serait risqué de tenter une passe longue tout de suite. On continue le bulldozer pour cette tentative. "

Il resta silencieux quelques secondes, les yeux fermés, visiblement en pleine réflexion. Lorsqu'il les rouvrit, il annonça :

" On va faire une feinte, histoire de semer la panique chez les linebackers.

- Tu veux faire une course ?

- Exact. Il n'y a que Sena et Riku qui sont capables de les éviter. "

 

L'arbitre siffla la fin du huddle, et le début du troisième down. Riku se plaça directement derrière Unsui, et Sena en dernier, tout derrière. Juste avant le snap*, Rika se tourna vers son ami et lui fit un clin d'oeil. Sena répondit par un sourire tout aussi complice.

" Set ! Hut ! Hut ! Hut ! ... "

Sena se concentra sur le nombre de huts. C'était le code des feintes qu'ils avaient établi à l'entraînement : s'il y avait cinq "hut", la balle reviendrait à Riku.

"... Hut ! "

« Quatre ! C'est pour moi ! »

 

D'un geste parfaitement synchronisé, Sena et Riku s'élancèrent vers leur quarterback. La feinte se réalisa à merveille. Vu de face, personne ne pouvait deviner qui avait le ballon.

En arrivant derrière leur ligne, ils entendirent un cri poussé par cinq personnes qui leur arracha un sourire :

" FUNNURABA ! "

Le passage offert fut béant: à cinq linemen contre trois, les Brave Bears l'emportaient haut la main. Les deux running backs passèrent d'une même traite, prêts à affronter les quatre linebackers. Ils en évitèrent un chacun. Riku bloqua le troisième qui gêna Sena. Le quatrième linebacker réagit trop tard: Sena était passé.

 

" Formidable ! Grâce à une feinte parfaitement synchronisée, les Brave Bears ont franchi les deux premiers rideaux défensifs ! "

 

Mais Sena ne put crier victoire aussi vite. Il avait à peine eu le temps de s'étonner de la formidable réactivité d'Akira, que ce dernier le plaquait déjà sur le sol. Son casque se fracassa contre la terre mouillée dans un bruit sourd, qui le sonna un court instant. Néanmoins, il entendit parfaitement la voix calme d'Akira lui murmurer à l'oreille.

" N'oublie pas, Eyeshield 21 : je ne quitte jamais la balle des yeux. "

Sena le regarda s'éloigner, dépité. Alors, même les feintes à deux ne fonctionnaient pas contre lui ? C'était impossible ! Comment avait-il pu acquérir une telle maîtrise de l'observation du ballon ? D'où venaient ses réflexes presque inhumains ? Sena se mordit la lèvre de frustration, si fort qu'un gout amer lui vint en bouche. Le goût du sang, aussi âpre que le sentiment d'impuissance qui le déchirait.

 

 

Par malchance, cette action n'avait pas couvert les sept yards nécessaires. Sena compta mentalement les hashmarks* sur le sol. Le résultat le stupéfia. Trois yards seulement ? Il aurait juré en avoir parcouru plus !

Déçu, il rejoignit d'un pas machinal ses coéquipiers lorsque l'arbitre accorda les ... secondes de huddle. Le visage d'Unsui restait stoïque, malgré l'échec de cette dernière tentative. Pourtant, ce qu'il annonça était loin d'être rassurant :

" Bon, les gars, on a plus que trois possibilités. Première solution, on fait appel à Kôtarô pour qu'il tente le field goal. "

A cette proposition, les autres joueurs scrutèrent le morceau de terrain qui leur faisait face, semblant évaluer la distance qui les séparait du poteau adverse. Seitarô déclara le premier les résultats de leur calcul mental : 

" C'est trop risqué. Il nous reste presque soixante yards à parcourir. Sasaki a un sacré coup de pied, mais là ça relève du suicide.

- Sinon, on peut dégager la balle le plus loin possible ! s'exclama Dan. On a largement l'avantage pour l'instant, et il nous reste peu de temps à jouer. Même si on perd notre attaque, au moins, on aura réussi à retarder celle des Goblins.

- Oui, c'est la deuxième solution : le punt. La solution la plus sûre " dit Unsui.

 

A voir les têtes déçues de certains, cette possibilité ne satisfaisait pas tout le monde, et plus particulièrement Riku, Sena et Monta. Durant leurs années lycéennes, les Devil Bats et les Wild Gunmans étaient connus pour être les équipes les plus offensives de tout le Kantô. Faire preuve de prudence n'était pas dans leur manière de jouer. C'était quitte ou double. Tenter le tout pour le tout, et tout faire pour que cette tentative ne soit pas un échec.

" Et la dernière solution ? demanda finalement Sena.

- Eh bien, on continue l'attaque, sachant qu'il nous reste quand même quatre yards à parcourir et qu'Akira couvre sacrément bien les arrières.

- Je reviens à ma proposition de tout à l'heure, déclara Seitarô. On essaye une passe longue.

- Oui, mais si Monta la rate, l'attaque repassera aux Goblins. Eux auront seulement une quarantaine de yards à franchir...

- Je ne la raterai pas. "

Le ton catégorique de Monta était sans appel. Ce n'était plus le simiesque et pitre personnage de Raimon Tarô qui parlait, c'était l'un des meilleurs receveurs du Japon. Après tout, il avait fait ses preuves: depuis le début du match, les passes qui lui étaient destinées avaient quasiment toutes été rattrapées avec brio. Unsui n'avait aucune raison de refuser.

 

 

Lorsque les Brave Bears se positionnèrent pour leur dernière tentative, Akira remarqua l'animosité qui agitait le regard de Raimon Tarô. Il sut alors que son pari était gagné. Un sourire fendit ses lèvres. Il tapota l'épaule de son cornerback, Kenta. Ce dernier hocha la tête, signe qu'il avait compris ce que son capitaine lui demandait silencieusement.

La formation 3-4 des Goblins continua, laissant penser aux Brave Bears qu'il n'y avait aucun changement dans leur stratégie, et que leur but était toujours de bloquer les arrières. Monta fut collé de très près par Kenta, lorsqu'Unsui reçut la balle. Tous deux coururent un certain temps, presque joue à joue. Mais cette proximité les dérangeait à peine, tant la volonté d'attraper le ballon était forte. Mais, alors qu'Unsui amorçait son tir, Kenta eut une attitude qui surprit tout le monde.

 

" Kenta-kun ralentit ! Il laisse le champ libre à Monta ! " s'écria Riko, tandis que la foule de supporters retenait son souffle.

Monta fut désarçonné quelques secondes par ce revirement soudain. Pourtant un coup d'oeil en arrière lui suffit pour le rassurer : la balle suivait une trajectoire qui était en sa faveur. Kenta ne la rattraperait pas.

 

Monta n'aurait jamais cru que son instinct de receveur serait trompé si facilement. Il n'aurait jamais cru que Kenta puisse sauter assez haut pour atteindre la balle. Lorsqu'il s'en rendit compte, il était trop tard.

Le cornerback bondit, à une distance qui semblait insuffisante pour n'importe quel oeil un tant soit peu exercé. Pourtant, il réalisa l'exploit, grâce à sa détente incroyable, cette détente qu'on avait toujours vanté chez lui et qui lui avait ouvert les portes du monde du football américain. Tout comme Monta, il ne savait faire qu'une seule chose, un chose qui, seule, était insatisfaisante au regard des autres sports. Sauter, n'importe qui pouvait le faire. Mais lorsqu'on sautait aussi haut que Kenta, cette action prenait une toute autre dimension. Akira le savait, il avait appris à user de ce talent dans ses moindres coutures.

Cependant, cette détente merveilleuse ne suffit pas. Kenta ne rattrapa pas la balle. Il la frôla. Juste le nécessaire pour dévier sa trajectoire.

 

La combine s'était mise en place. Akira, comme prévu, avait pris de l'avance. Il courait encore vers Kenta pour se saisir de la balle. Ses mains se tendirent, toute prêtes à accueillir l'objet ovoïde... qui tomba entre les bras d'un autre.

 

La différence entre Akira et Eyeshield 21 était que l'un courait plus vite que l'autre. Akira avait beau être vif, observateur, rusé, Eyeshield 21 avait toujours cet avantage sur les autres joueurs: la rapidité.

 

" Sena-kun reprend la balle de justesse ! "

 

Sena souffla, se félicitant intérieurement du mauvais pressentiment qu'il avait eu en voyant Kenta bondir. La figure de ses coéquipers se lénifia, et leurs muscles se détendirent. Ils avaient eu chaud !

 

Akira fut réellement stupéfait en le voyant arriver. C'est très étrange de se faire piquer la balle par Eyeshield 21. Il y a comme un arrêt sur image, entre le moment où il passe devant vous, et la moment où il se saisit du ballon pour fuir. Et, pendant cet arrêt sur image, vous, vous êtes totalement désemparé, horrifié de ce qui se déroule sous vos yeux. La stratégie que vous avez mise en place s'effondre, par ce simple coup de vent qu'Eyeshield 21 laisse derrière lui, et qui fait voler vos mèches, tant il est rapide.

 

« Réveille-toi ! »

 

Le capitaine des Goblins réagit à temps. Losque Sena le feinta, Akira se retourna dans le bon sens pour le bloquer. Une lueur d'espoir le réchauffa alors: s'il parvenait à le retenir, tout n'était pas perdu ! Cet espoir se mua très vite en horreur.

 

Qui fallait-il blâmer ? La pluie, sans doute. A cause de l'herbe trempée, le pied de Sena eut un faux pas qui catastropha tout le monde. Au départ, du moins. Car, le running back réussit à se rattraper de l'autre pied, et la trajectoire de sa course changea. Et, sans qu'il comprenne pourquoi ni comment, il échappa à Akira.

 

Ses jambes s'activaient à toute vitesse, vers l'en-but des Goblins. Machinalement. Sena était bien trop sous le choc, pour qu'il ressente une quelconque joie d'avoir le chemin libre devant lui. Alors que ses jambes avançaient, son cerveau, lui, reculait, se repassant l'action qui venait de se produire. Il la décortiquait dans tous les sens, cherchait à retrouver l'élément qui avait tout déclenché. Ce n'était pas si simple pour lui, qui avait agi presque instinctivement.

Il avait tout juste franchi la ligne de touchdown lorsque tout se dénoua. De même que l'ovation des spectateurs s'abattit sur le stade, la foudre sembla frapper Sena. Il entendit à peine ses coéquipiers le féliciter. Même la généreuse accolade que lui offrit Kurita et qui fit craquer ses os ne le sortit pas de son état second.

 

" Eh ! Sena ! l'interpella alors Monta en secouant sa main devant ses yeux. Allô ? Tu te réveilles ? On a marqué, là !

- Je... j'ai enfin compris... balbutia Sena.

- Hein ?

- Je sais comment le battre... "

 

******

 

 

Ce fut Asuka qui proposa timidement d'organiser une fête pour célébrer leur première victoire ensemble. Les Hell Rooks avaient échangé un regard surpris. L'équipe qu'ils avaient battue cinquante points à six n'était pas non plus extraordinaire... Mais il était vrai que c'était leur toute première victoire de la saison. Cela méritait bien un petit quelque chose. Ils conclurent que l'idée d'Asuka n'était pas mauvaise. Il fallait bien relâcher la pression de temps en temps !

Les plus enthousiastes, tels que Ikkyu, Hikaru, Asuka et Ranmaru, se chargèrent de tout organiser le soir même de leur match contre les Toyama Snakes. Ils réussirent à négocier le gymnase de Saikyou pour la soirée, et firent du mieux qu'ils purent dans ce court laps de temps pour préparer la petite fête improvisée. C'était seulement un petit soir entre amis, alors ils firent simple et convivial en achetant juste quelques décorations et de quoi se remplir la panse.

 

La bonne atmosphère s'intallait doucement dans le gymnase, où presque toute l'équipe était venue. Bientôt, les délires vinrent, tels que les concours du plus gros buveur ou les batailles d'eau. Ils n'avaient pas l'habitude de tant de complicité, la plupart se connaissaient peu, mais le fait est qu'ils faisaient partie de la même équipe. Cela créait forcément des liens, même pour ces sérieux Hell Rooks. 

 

Mamori s'attendrissait à la vue de ces grands gamins, totalement libérés de toute pression. Même Banba s'était déridé. C'était assez drôle de voir cette tête de sphinx, aussi inexpressive qu'une pyramide, s'assouplir, et même rire.

Malheureusement, il y avait des absents. Deux. Il fallait s'y attendre. Mamori n'avait pas été surprise de voir Agon prendre simplement un paquet de bières avant de "se casser", comme il disait si bien. Quant au deuxième, il n'avait ni l'habitude ni l'envie de ces effusions de joie et de franche camaraderie, et Mamori ne l'avait pas vu de la soirée.

Elle resta un instant pensive, assise sur un coin de la table avec un verre à la main. Son regard absent fixait Ikkyu vider tout un carton de confettis sur Katsuro (il fut d'ailleurs très vite poursuivi par ce dernier, rouge de colère). Elle secoua la tête. Après tout, il n'y avait pas de raison ! Elle prit une assiette remplie de choux à la crème, et sortit discrètement du gymnase.

 

 

Hiruma tapotait son clavier depuis un bon bout de temps déjà, assis sur le sol froid du toit du gymnase. Il entendait d'ici les exclamations et les rires de son équipe. Quelques fois, quand l'un d'eux disait quelque chose de drôle ou de totalement ridicule, un sourire semblait étirer ses fines lèvres.

Des bruits de pas derrière lui vinrent rompre sa tranquilité. Sans même se retourner, il savait déjà de qui il s'agissait. Il n'y avait qu'elle pour venir le voir, alors qu'il se mettait volontairement à l'écart, dans une espèce de compassion absurde dont il n'avait absolument pas besoin.

 

" Je savais que tu serais là. C'est ton refuge préféré. "

Hiruma fit éclater sa bulle de chewing-gum, indifférent, sans se détourner de son écran.

" Quoi, tu m'espionnes maintenant, fuckin'manager ? "

Mamori ne répondit pas et se contenta de rejoindre Hiruma, s'asseyant en tailleur sur le sol. Non, elle ne l'espionnait pas. Cela faisait juste plus de quatre années qu'elle le connaissait.

Un certain silence s'installa, uniquement ponctué des bruits de clavier. Mamori jeta un oeil curieux à l'écran, mais il affichait des tonnes de chiffres qui n'avaient aucun sens pour elle.

" Qu'est-ce que tu fais ?

- Un truc qui te ferait râler si je te le disais " répondit Hiruma, en faisant éclater une deuxième fois son chewing-gum.

Mamori comprit. Elle poussa un soupir et renonça à lui faire la morale concernant l'illégalité du hacking. Depuis toutes ces années, elle avait appris à faire le tri entre les remarques utiles et celles qui n'atteindraient jamais cette tête de mule qu'était le démon.

 

Hiruma lui lança un coup d'oeil en coin. L'assiette pleine de choux à la crème que Mamori tenait sur ses genoux l'interpella.

" Tu peux pas t'empêcher d'en bouffer, hein " ricana t-il.

La gourmandise était sans doute le seul défaut de cette grande moralisatrice confirmée. Enfin non, elle était aussi chiante, emmerdante, agaçante, bref, tout ce qu'on voulait, mais c'était terriblement divertissant pour le quarterback de l'embêter.

Comme il s'y attendait, Mamori rougit et protesta vivement :

" Pas du tout ! C'est pour toi, si tu veux savoir.

- Oh ? En quel honneur ? Miss Parfaite a quelque chose à se faire pardonner pour m'offrir ce qu'elle aime le plus dans ce fichu monde ?

- Arrête de te moquer de moi ! "

 

Hiruma émit son rire diabolique. Mamori commençait à trouver sa gentille attention envers lui de plus en plus idiote. A quoi s'était-elle attendu, au juste ? Qu'il lui dise merci ? La bonne blague !

Vexée, elle voulut se lever pour retourner au gymnase, mais une chose la retint. Une main masculine qui plongea dans l'assiette. Un sourire discret se forma sur les lèvres de la rousse, tandis qu'elle regardait Hiruma croquer à pleines dents dans une des pâtisseries, les yeux toujours fixés sur son écran. Mais la grimace qui tordit sa bouche cassa immédiatement la courte joie de la manager.

" Dégueu' " grogna t-il, la bouche encore pleine.

La reine des choux à la crème ne pouvait laisser passer une insulte à ses sujets préférés. Outrée, elle s'exclama:

" Tu rigoles ! Ce sont les meilleurs choux à la crème de toute la ville ! "

Hiruma ricana à nouveau. Mamori eut alors bien envie de se donner des gifles, pour se punir de toujours réagir au quart de tour de cette façon. C'était trop faire plaisir à ce dingue ! Malheureusement, c'était plus fort qu'elle, elle perdait tout son contrôle quand il commençait à la charrier.

La mine de la manager se radoucit lorsqu'elle le vit finir sa pâtisserie. Bon. C'était pas si dégueu' que ça, finalement.

 

Elle jeta un oeil discret au quarterback. Une chose retint son attention, une chose qui la fit frémir aussitôt.

 

Il avait un petit peu de crème sur le coin des lèvres.

 

En temps normal, Mamori aurait sûrement pouffé en silence. Elle aurait peut-être même pris une photo, histoire de capturer ce minuscule et rarissime moment embarrassant pour le démon qu'il était. Ca aurait été une image collector ! Etrangement, sur le moment, la manager ne trouva pas du tout cette situation comique. Elle était plutôt insolite, très insolite. Mamori eut l'impression que, pendant un très court moment, sa conscience l'avait quittée. Sinon, comment expliquer le geste fou qu'elle était en train de faire ?

 

Aussi brutalement qu'elle était partie, la raison de la jeune étudiante revint. Sa main s'arrêta à mi-chemin. Mamori réussit tant bien que mal à faire passer ce geste pour anodin, en rabattant ses doigts derrière sa propre oreille au dernier moment, comme si elle avait subitement décidé de remettre correctement ses longs cheveux. Sitôt fait, une rougeur la prit. Ce n'était pas un rêve, elle avait vraiment voulu enlever au démon cette vilaine mais si mignonne tâche de crème qu'il avait sur la joue. Elle ignorait quelle aurait été sa réaction. Il se serait sûrement moqué d'elle, encore une fois. Mais si elle l'avait tout de même fait ? C'était comme si elle lui caressait la joue, non ?

 

Lorsque Mamori frissonna soudainement, Hiruma râla. 

" Rentre, fuckin'manager. Je veux pas d'une enrhumée sur le terrain. "

Mais elle n'avait pas attrapé froid. Elle n'avait pas froid du tout... Elle avait même très chaud.