Chapitre 3

par saha345

Chapitre 3


Ils se dirigèrent d'un pas lent vers la salle des archives. Elle marchait derrière lui et l'observait : en cette journée de fin d'été, il était vêtu d'un simple T-shirt et un d'un pantalon noir, alors qu'elle était en mini jupe en jean (que Suzuna lui avait offert pour la « décoincer » selon ses dires, et qu'elle avait mis 20 minutes le matin à décider si elle la porterais ou non) et d'un haut violet à manches mi- courtes, à col ouvert, dont deux boutons sur trois étaient ouvert. Pour le reste elle avait mis des chaussettes hautes, violettes aussi, avec des petites ballerines noirs.

Arrivés à la petite salle, où une petite plaque indiquait « Archives », Hiruma poussa la porte avec son pied, comme à son habitude, et ils pénétrèrent ensemble dans la petite salle sombre. Mamori tâta le mur à la recherche de l'interrupteur, ce qu'elle ne savait pas c'est que le démon faisait de même, discrètement.

Soudain, Mamori sentit quelque chose, c'était l'interrupteur, puis autre chose se posa sur celui ci, quand elle s'apprêtait à allumer la lumière. C'était froid, et chaud à la fois. C'était une main. Puis ils appuyèrent tous deux à l'unisson. Quand la pièce fut éclairée, la jeune fille découvrit le démon et enleva rapidement sa main, détournant le regard, alors que le démon eu un rictus démoniaque. Elle toussota et commença à chercher dans les différentes étagères qui ornaient la pièce, remplies de livres, de cassettes, de cd après avoir murmuré un petit « Alors qu'avons nous là ...».

Au bout de 5 minutes le démon s'impatienta :

La jeune étudiante sortie un dossier et se mis dos au jeune homme pour le consulter. Elle fouilla dans son sac pour trouver de quoi prendre des notes, puis, comme il n'y avait ni tables ni chaises, elle se mit à quatre pattes, au sol et commença à écrire. Elle ne se doutait pas qu'elle offrait une jolie vu au jeune capitaine. En bon démon, il attendit bien 5 minutes ( après en avoir bien profité bien sûr) pour lui faire remarquer :

La jeune fille se retourna d'un coup, surprise et les joues en feu, le démon regrettait de ne pas avoir son appareil photo à ce moment, devant la tête qu'elle tirait :

Lui ne pouvait s'arrêter de rire, tellement la jeune fille était rouge tomate, de colère et de honte. Qu'est-ce qu'il adorait la déstabiliser !

Elle se retourna alors vers lui pour écrire, de façon à ce que son postérieur ne soit pas visible au démon. Elle recommença à écrire en marmonnant des injures, pas trop vulgaires, n'oublions pas que c'est censé être un petit ange !

Elle se reconcentra, mais ce qu'elle ne savait pas c'est que l'ex capitaine des Devil Bat avait maintenant une vue imprenable sur son décolté...

Lui astiquait son arme pendant qu'elle regardait des vidéos ou étudiait des données. C'était comme au bon vieux temps, au local des Devil Bat, quand tous les autres partaient et seuls eux deux restaient et s’occupaient à leurs tâches respectives. Ils aimaient ce calme, quand ils n'étaient que tous les deux. Quoique beaucoup de fois sa se finissait en dispute car le jeune homme ne pouvait s'empêcher de la titiller.

Une heure et quart plus tard :

Ils sortirent de la pièce, et Mamori regarda l'heure :

Ils marchèrent une dizaines de minutes, en parlant de tout et n'importe quoi quand Mamori remarqua, un peu en retard :

Et s'enchaîna encore une dispute, permettant au démon de détourner le sujet.

Ils arrivèrent devant le bâtiment de la jeune fille en à peine une dizaine de minutes :

Mamori fit une mine désespérée, sourit et dit au revoir au capitaine, puis elle pénétra dans le bâtiment.

Quand elle arriva chez elle, elle se débarrassa de ses affaires pour aller dîner, se doucher et enfin se reconcentrer sur son projet de demain. Il était déjà minuit quand elle avait enfin finit. Trente minutes plus tard, elle était déjà dans un profond sommeil.

Il était 7h55 quand Mamori arriva au club de foot. Le capitaine et le manager étaient déjà là, puis en une dizaine de minutes, tout le monde était déjà là, même Agon, qui n'avait pourtant pas l'habitude de venir souvent aux entraînements, surtout pas à 8h du matin, sauf Sanada ,qui arriva avec une dizaines de minutes de retard.

Avant l'entraînement, tout le monde s'était rassemblés dans une grande salle pour écouter les propositions des candidats . Hana fut la première à passer, rongée par la timidité, elle eu comme-même le courage de faire face à autant de paires d'yeux :

Hana regagna sa place assise près de Mamori. Ce fut ensuite le tour de Sanada . Mamori pensait que la jeune fille allait se rattraper et présenter quelque chose de bien ( car même si elle était superficielle, l'ex-manager des Devil Bats pensait qu'elle devait avoir un minimum d'intelligence, en plus de sa volonté à avoir ce poste pour se rapprocher des joueurs), mais elle présenta quelque chose complètement à son image :

Ce fut alors le tour de Hiroki, qui ajusta ses lunettes, avant d'afficher un diaporama, tout en expliquant, qu'à l'aide de calcules compliqués, il avait calculer, en pourcentage les progrès de l'équipe, de chaque joueur et avais établit un programme d'entraînement individuel, jouant sur la performance des muscles et sur les capacités, défauts et qualités de chacun.

Sa présentation impressionna. Structurée et utile.

Mamori sentit qu'on s'approchait de son oreille, et on lui murmura ces mots :

La jeune fille se leva alors à son tour, contourna quelques tables pour arriver au tableau, devant l'assemblée.

Elle présenta alors chaque équipe, détailla les joueurs qui sont forts, leur jeu, leur position dans l'équipe.

Elle leur dicta alors à chacun ce qu'ils devaient savoir. Son exposé dura une bonne demi-heure, et intéressa beaucoup l'équipe, qui savait maintenant ce qui les attendaient, et comment avoir au moins 80% de chances de tous les vaincre.

Elle reçu encore quelques compliments, aperçu par la même occasion le sourire du capitaine, qui d'ailleurs lui fit un petit pincement au cœur, pour elle ne savait quelle raison, et repris sa place.

Les quatre candidats s’exécutèrent. Cinq minutes plus tard, il furent inviter à entrer dans la salle.

Le manager commença :

Après les remerciements, l'équipe parti s'entraîner.

Dans la salle ne restait plus que Mamori qui rangeait ses affaires et Sanada.

Soudain elle la poussa sur les tables, si fort qu'elles tombèrent sur Mamori, qui retint un gémissement de surprise. Elle rouvrit les yeux pour voir ses genoux écorchés, un liquide rougeâtre dégoulinant sur ses jambes. Elle se releva et s'adressa à Sanada, une pointe de colère dans la voix :

Elle s'approcha de Mamori. Celle-ci lui fit face, la tête haute.

La dite Sanada lâcha un râle de colère, et sans prévenir elle leva la main, voulu décoller une baffe à la future manager, mais une longue main blanche s'empara de son poignet.

Le capitaine était en effet apparut, toujours revêtit de son masque de glace. Il observait Sanada, en formant un bulle de chewing-gum, tenant toujours son poignet. Hiruma reporta ensuite son regard sur sa camarade de lycée, et regarda ses jambes, ensanglantées, puis encore Mamori. Mamori remarqua qu'il avait compris mais s'empressa de parler :

La brune était sous le choc, elle venait de la pousser, l'avait insulter, failli la baffer, mais elle la protégeait tout de même ?

Sur ce dernier mot, elle s'en alla en courant.