Première visite

par Kaleiya



Première visite



Le lendemain de son dernier jour à Deimon vers onze heures, Mamori était en train de faire un peu de rangement dans sa chambre, en profitant pour trier quelques vieilles affaires se trouvant dans ses placards. Elle était certes très ordonnée et assez carrée quand il s'agissait de sa chambre, mais le fait est qu'elle avait tout de même un peu négligé de vérifier le contenu de son armoire ces deux dernières années, trop occupée par son boulot de manager ensuite par ses révisions pour les examens de fin d'année.

Elle avait ainsi retrouvé une vieille paire de sandales qui ne lui allait plus depuis quelques temps, une robe bleu pastel que lui avait offerte sa grand-mère pour ses quinze ans et qu'elle n'avait mise qu'une ou deux fois, et un haut rouge décolleté en V que lui avait offert une amie mais qu'elle n'avait jamais osé mettre, trouvant le décolleté trop profond.

Alors qu'elle venait de mettre de coté ce qu'elle comptait mettre dans un carton au grenier, elle entendit la sonnerie de son téléphone portable. Elle laissa ce qu'elle faisait et alla prendre son téléphone posé sur son bureau. Elle écarquilla les yeux un instant, étonnée en voyant que l'appelant n'était autre qu'Hiruma.

.- Qu'est ce qu'il me veut ? se dit-elle.

Elle décrocha et plaça le téléphone contre son oreille droite.

.- T'as mit le temps fuckin' moralisatrice ! râla le blond à l'autre bout du fil.

.- Bonjour à toi aussi Hiruma-kun... répliqua la rousse, préférant ne rien dire pour cette fois.

.- T'es prête ?

Pendant une seconde, Mamori bloqua, la bouche entrouverte et les yeux fixant un point droit devant elle, se demandant ce que le quaterback voulait dire par là. Elle s'entendit lui répondre un " Hein ?! ", particulièrement évocateur de son incompréhension.

Un bruit court et sec se fit entendre à l'autre bout du combiné, lui faisant penser à une bulle de chewing-gum qui venait d'éclater, puis, quelques secondes après, elle entendit le rire si particulier de son interlocuteur.

.- Mais... De quoi est-ce que tu me parles ?! lui demanda t-elle en haussant un peu le ton, exaspérée par sa réaction.

.- Kekeke. Soit devant chez toi vers quatorze heures fuckin' rousse, lança t-il sans répondre à la jeune fille.

.- Mais pou...

Mamori ne termina jamais sa phrase, d'abord trop surprise d'avoir entendu Hiruma raccrocher, puis énervée qu'il l'ait fait sans lui expliquer ce qu'il attendait d'elle. Elle reprit ce qu'elle était en train de faire avant, se calmant petit à petit.

Juste avant quatorze heures, la jeune fille, après avoir mangé avec sa mère et l'avoir aidée à faire la vaisselle puis être montée pour se laver les dents, venait juste de revenir dans sa chambre quand son téléphone se mit à sonner. Elle prit son téléphone et soupira en voyant que c'était le démon qui l'appelait. A peine eut-elle décroché et porté l'appareil contre son oreille qu'elle dut l'éloigner subitement, le son d'un coup de feu lui vrillant le tympan.

.- Je peux savoir ce que tu fiches fuckin' chieuse ?! hurla Hiruma à l'autre bout du fil.

Mamori rapprocha l'appareil de son oreille, en profitant pour jeter un rapide coup d'œil sur son réveil qui indiquait qu'il était à présent 14 heures.

.- Je t'avais dit d'être devant chez toi maintenant et t'y es pas ! poursuivit le blond un peu plus calmement.

.- Et pourquoi tu veux que j'y sois ?! Tu pourrais me le dire au moins ?! répliqua la rousse, énervée.

.- Tch. C'est pour le fuckin' apart ! Le fuckin' vieux doit faire un fuckin' devis avant de pouvoir commencer à faire les fuckin' travaux que je lui demande et il peut le faire qu'aujourd'hui.

La jeune fille soupira.

.- Et tu n'aurais pas pu me le dire tout de suite ? Et puis pourquoi tu veux que je sois là d'ailleurs ? demanda t-elle.

.- Je veux aussi refaire les fuckin' peintures des fuckin' pièces et voir pour la fuckin' déco ainsi que les fuckin' meubles donc à moins que tu veuilles que je fasse tout de A à Z... répondit-il d'un ton agacé.

.- Laisse-moi dix minutes et j'arrive.

.- T'en as cinq !

C'est sur cette dernière réplique que raccrocha le démon, ne laissant pas le temps à la rousse de dire quoique ce soit d'autre. Elle se dépêcha de s'habiller, optant pour une mini-jupe en jean avec un col roulé blanc cassé et des bottes en cuir marron. Elle attrapa un sac à main noir dans lequel elle glissa rapidement son téléphone portable ainsi que son porte-monnaie. Elle descendit rapidement les escaliers, pris ses clés dans le panier se trouvant sur un meuble près de l'entrée et avertit rapidement sa mère qu'elle sortait.

Une fois dehors, elle aperçut, garé devant chez elle, un camion blanc qu'elle reconnut comme étant celui que Musashi utilisait pour transporter son matériel quand il faisait des travaux au lycée Deimon. Assis sur le capot se trouvait Hiruma, vêtu d'un pantalon noir moulant avec un haut pourpre, son AK-47 sur l'épaule gauche et un chewing-gum sans sucre à la bouche, la fixant en tapotant de son index le verre de sa montre. A la place du conducteur, Musashi était en tenue de travail, son bandana blanc noué sur la tête cachant la coupe iroquoise que le blond l'avait forcé à avoir après son retour parmi les Devil Bats.

La jeune fille marcha jusqu'au camion pendant que le blond descendait du capot, les yeux verts de ce dernier suivant son trajet. Quand elle fut à sa hauteur, il lui fit un signe de tête vers le camion. Elle remarqua que la portière coté passager était ouverte et elle monta donc dans le véhicule, se retrouvant assise à la droite du kicker. Pendant qu'elle bouclait sa ceinture, le quaterback monta à son tour, s'asseyant à la place libre à coté d'elle, puis ferma brutalement la portière.

L'espace était assez étroit entre eux deux, si bien qu'ils étaient presque collés l'un à l'autre. Hiruma, après avoir mit sa ceinture, passa son bras gauche derrière la tête de Mamori pour le poser sur le dossier des sièges, libérant ainsi plus d'espace entre lui et la jeune fille. Cette dernière, un peu surprise, tourna la tête vers le blond en lui jetant un regard interrogateur.

.- C'est pour pas que t'écrase mon bras avec ton poids dans un fuckin'virage. Avec tous les fuckin'choux à la crème que tu bouffes... commença-t-il avec un grand sourire moqueur aux lèvres.

.- Hiruma-kun !!! lança-t-elle en lui jetant un regard noir, les joues légèrement rougies par l'énervement.

Pendant que Musashi faisait démarrer son camion et qu'il commençait à s'éloigner de chez la jeune fille, celle-ci était en train de tenter de frapper Hiruma mais celui-ci parvint à lui bloquer les mains. Durant une bonne moitié du trajet, le blond et la rousse se prirent le bec pour un oui ou pour un non, amusant le kicker qui souriait légèrement en coin. Quand il en eut assez de leurs querelles, il profita d'un virage pour donner un brusque coup de volant, faisant se heurter ses deux passagers l'un contre l'autre et les faisant taire par la même occasion.

.- Putain de... Mais tu peux pas regarder la route fuckin' kicker de mes deux ?! T'as eu ton fuckin' permis dans une fuckin' pochette surprise ou quoi ?! vociféra Hiruma en pointant son AK-47 sur le conducteur du camion.

Mamori elle, n'ajouta rien, s'étant retrouvée collée contre le blond, la tête contre son épaule et ayant le bras de ce dernier enserrant les siennes, le jeune homme ayant eu le réflexe de l'attraper juste après que le brun ait tourné le volant. Elle avait les yeux fixés sur la boite à gants, les joues un peu rouges de gêne d'être aussi proche d'un garçon et elle triturait le bord de sa jupe.

.- Si vous étiez plus silencieux, je pourrais peut-être me concentrer sur la route, répliqua calmement Musashi.

.- Tch !

Rien d'autre ne fut ajouté. Les deux passagers se remirent dans la position qu'ils occupaient avant, chacun ignorant volontairement l'autre. Au bout d'une minute, le brun jeta un coup d'œil rapide à ses amis. Il eut du mal à ne pas sourire d'amusement quand il remarqua que son meilleur ami semblait très intéressé par les jambes de la jeune fille ainsi que par la mini-jupe qui était un peu remontée quand elle s'était assise. Un autre coup d'œil rapide lui apprit que la jeune fille n'avait absolument pas remarqué que son voisin de droite était très occupé à mater ses jambes, celle-ci ayant les yeux fixés sur la route. Cependant, quand il jeta un dernier coup d'œil, il croisa le regard noir d'Hiruma, lui faisant comprendre qu'il avait intérêt à ne faire aucune remarque à ce sujet. Il sourit légèrement, ce qui fit grincer des dents le blond, et reporta son attention sur la route, laissant ainsi son ami satisfaire tranquillement ses pulsions masculines.

Une fois arrivés à destination, Musashi, avec sa boite à outils en main, et Mamori suivirent Hiruma à l'intérieur de l'immeuble, le laissant taper le code de l'ascenseur permettant d'accéder au dernier étage. Quand l'ascenseur ouvrit ses portes, ils sortirent tous les trois de l'appareil et se dirigèrent vers l'unique porte se trouvant à cet étage. Le blond prit une clé dans la poche de son pantalon, déverrouilla la porte et, comme il en avait l'habitude, l'ouvrit avec le pied.

Ils entrèrent dans l'appartement et arrivèrent dans une vaste pièce commune avec une grande baie vitrée, une cuisine américaine avec un bar aux tons rouges et blancs, des murs peints en blanc, deux doubles portes en bois clair situées à droite et à gauche de la baie vitrée ainsi qu'une simple porte en face de celle-ci et un carrelage noir. La pièce ne comportait aucun meuble excepté six hauts tabourets au bar, trois ayant un siège rouge et les trois autres ayant un siège blanc.

Le brun posa sa boite à outils sur le bar pendant que la rousse commençait à faire le tour de la pièce et que le blond reprenait un chewing-gum sans sucre.

.- Tu veux refaire quoi dans cette pièce ? questionna Musashi après avoir observé quelques secondes la pièce.

.- Repeindre les murs, répondit Hiruma avant de faire une bulle de chewing-gum.

.- Les portes aussi ?

.- Il faudrait peut-être déjà décider de quelle couleur seront les murs d'abord ? demanda Mamori en s'avançant un peu vers la baie vitrée.

Le jeune charpentier hocha la tête en signe d'approbation.

.- C'est tout ? demanda t-il à son ami.

.- Pour l'instant, oui, répondit le blond.

Ils enchaînèrent avec ce qui se trouvait derrière les portes de gauche, arrivant dans un couloir menant à une salle de bain, des toilettes, deux chambres et un placard à balai. La salle d'eau était dans les tons crème et possédait une baignoire blanche, un lavabo ainsi que des placards de même couleur. La première chambre était orientée du même coté que la pièce à vivre et avait donc une grande porte fenêtre. Elle avait des murs recouverts d'une tapisserie bleu pastel ainsi qu'un sol recouvert d'une moquette gris foncé et possédait un placard intégré dont les portes étaient peintes en blanc. La deuxième chambre était un peu plus grande que la première. Les murs étaient recouverts d'une tapisserie jaune clair avec des rayures verticales blanches, le sol était, comme pour la chambre précédente, recouvert d'une moquette gris foncé mais la pièce n'avait pas de placard déjà présent.

Ils continuèrent avec la porte en face de la baie vitrée de la pièce principale, y trouvant une pièce jouxtant parfaitement la partie cuisine, carrelée de blanc au sol et aux murs gris perle, qui devait certainement servir de buanderie.

Ils terminèrent avec ce qui se trouvait derrière les portes de droite et découvrirent le même schéma que derrière la porte de gauche. La salle de bains était dans les tons bleus et blanc, avec une baignoire un plus large que la première, laissant penser à la jeune femme que le démon opterait certainement pour choisir ce coté de l'appartement pour lui. Les deux chambres avaient une moquette grise elles aussi mais la première avait une tapisserie couleur pêche ainsi qu'un placard blanc intégré à la pièce, et la deuxième avait une tapisserie beige.

Comme le pensait Mamori, Hiruma voulait avoir la grande baignoire pour lui et lui imposa la partie gauche de l'appartement, ce qui ne la dérangeait absolument pas. Au niveau des choix de peintures, la jeune femme désirait garder la tapisserie bleue qui ne lui déplaisait pas mais souhaitait enlever la jaune pour repeindre simplement les murs en vert jade, désirant faire de cette pièce un bureau. Le blond lui ne voulait pas conserver les tapisseries dont les couleurs ne lui plaisaient absolument pas, préférant une couleur prune pour la chambre avec le placard qu'il voulait repeindre en noir, et une peinture couleur taupe pour la seconde qui allait lui servir à ranger ses armes, au grand dam de la rousse.

Le choix de la couleur des murs du salon fut plus difficile puisque la teinte devait s'accorder avec celles de la cuisine américaine et que les futurs locataires n'étaient pas sur la même longueur d'ondes à ce niveau : la jeune femme souhaitait des couleurs claires alors que le jeune homme voulait des couleurs foncées. Ils finirent par se mettre d'accord sur les tons chauds, excluant le bleu, le vert et le jaune, mais avaient toujours du mal à choisir bien que la rousse eut finit par convaincre le blond d'éviter le noir à cause du carrelage. Au final, le pourpre l'emporta et il fut décidé que les portes seraient repeintes en blanc cassé pour trancher avec la couleur des murs.

Musashi nota sur un calepin les choix faits par ses amis et quelles pièces ils concernaient. Il alla ensuite dans la pièce qui allait servir à ranger les armes pour prendre quelques mesures, laissant seuls les deux futurs locataires de l'appartement.

.- Faudra s'occuper de choisir le fuckin' mobilier demain, fit le blond, accoudé au bar, avant de faire une bulle de chewing-gum.

.- On devrait plutôt attendre que Musashi-kun ait finit de s'occuper des peintures, répliqua la rousse, assise sur un des haut tabouret du bar et à moins d'un mètre de distance du démon.

.- Elle n'a pas tord, ajouta le brun qui revenait.

Hiruma lança un " tch " dédaigneux à cette remarque. Mamori soupira face à la réaction du blond tandis que Musashi reprit la parole.

.- Par contre, si tu veux gagner du temps pour les peintures, vous pouvez toujours mettre la main à la pâte, dit-il avec un petit sourire en coin.

Le blond haussa un sourcil à cette remarque. Il réfléchit quelques secondes puis jeta un rapide regard sur la rousse avant de planter ses yeux dans ceux du brun, un sourire sadique aux lèvres.

.- C'est parfait, fit-il.

La jeune femme tourna la tête vers le démon, se demandant le pourquoi de ce sourire. A quoi pouvait bien penser Hiruma ?




NB : Je précise ici mes chers amis que je n'ai aucune notion en décoration et peintures... Bon ok ! Quelques-unes en peinture mais c'est tout !

Auteur vs Perso :

Hiruma&Kaleiya(lisent un livre avec grand intérêt)
Musashi(les regarde faire en haussant un sourcil)
Agon : Mais qu'est ce qu'ils foutent les deux ?!
Hiruma&Kaleiya(se regardent en souriant)
Kaleiya (avec une voix moqueuse) : T'as du feu, Rodolphe ?

Juste après, Hiruma et Kaleiya sont morts de rire dans leur coin, Musashi ne cherchant pas à savoir pourquoi et Agon se demandant ce qu'ils ont pu fumer.

Mot de Kaleiya : Lecteur, je te lance un défi ! : Trouver le livre que je lisais en même temps que le grand maître Hiruma Yoichi ! Ma réplique est ton seul et unique indice. Le premier qui trouve le titre du livre... (la suite a été déchirée.)