les affaires reprennent

par naruXsaku200

Chapitre 5 : les affaires reprennent !

Le jour se lève sur Tokyo et les rayons du soleil filtrent à travers les volets d’une chambre dans la maison Mouri. Dans cette chambre un jeune garçon s’éveille doucement et commence à s’habiller en baillant, puis après quelques minutes, il descendit les escaliers pour arriver dans la cuisine dans laquelle Ran prépare le petit-déjeuner.

-       Bonjour Conan tu as bien dormi ?

-       Oui, merci et toi Ran ?

-       Oui, merci, tu as quoi comme cours ce matin ?

-       Français, maths et histoire.

-       Eh bien tu ne risques pas de t’ennuyer.

-       Bah si justement, pensa-t-il pour lui, si seulement tu savais.

-       Non tu as raison Ran en plus j’ai contrôle de maths alors.

-       Ah d’accord bon viens manger.

-       J’arrive.

Il s’installa à table et commença son petit déjeuner. Dès que cette tâche fut terminée il remonta, se brossa les dents et prit son sac d’école avant de dire au revoir à Ran et de partir de la maison. Il passa ensuite chez le docteur Agasa pour prendre Ai au passage. Ils partirent ensuite ensemble vers le collège. Arrivés à l’endroit prévu, ils se mirent directement à l’écart dans la cours et discutèrent des informations qui était passés la veille et se rappellèrent les différentes enquètes qu’ils avaient menés ensembles et la lutte contre l’organisation. Mais comme pour les interrompre la sonnerie retentit et ils remirent à plus tard leurs pensées. Arrivés en classe les deux « génies » se mirent côtes à côtes au premier rang pour éviter toute attaque d’Ayumi et de ses compères qui se trouvent au fond de la classe. Le cours de français commença et se termina bien rapidement pour Ai et Conan qui avait continuer à parler du passé. Pour la suite ce fut le cours de maths avec un contrôle d’une durée de 1h. Le faux couple n’a pas changé de place en revanche Ayumi s’était mis juste derrière eux et ce n’était pas bon signe. Une fois le contrôle distribué la prof les laissa faire et s’assit à son bureau, les deux collégiens du premier rang eurent finis leurs contrôles très rapidement comme d’habitudes et posèrent leurs stylos avant de reprendre leurs conversations mais à vois basse. C’est le moment que choisis Ayumi pour agir :

-       Madame, excusez-moi mais ils discutent devant c’est pas autoriser ça !!!

-       Mademoiselle Ayumi, je vous signale que vos camarades ont déjà terminé leurs contrôles on ne peut pas en dire autant de vous, je vous suggère donc d’arrêter de vous plaindre et de continuer si vous voulez avoir une note correcte, mademoiselle Ai et Monsieur Conan est-ce que vous pouvez faire un tout petit peu moins de bruit s’il vous plait afin de ne pas déranger vos camarades.

-       Bien entendu madame, firent les deux faux adolescents, excusez-nous.

-       Non ce n’est rien bon, il ne reste que 30 minutes.

Le cours se termina par la remise des copies et la sortie des élèves qui allèrent en récréation. Enfin pendant le cours d’histoire, rien ne se passa et la sonnerie de libération retentit, en effet, le mercredi les élèves de la classe de Conan finissait à 11h. les faux amoureux sortirent donc ensemble du collège pour se diriger tranquillement vers un restaurant où ils voulaient se restaurer avant d’aller au cinéma, en même temps c’était compréhensible ils veulent se détendre car ils savent qu’Ayumi va tenter quelque chose au cinéma. Ils commandèrent donc un bon repas et ils aperçurent Mitsuhiko et Genta par la fenêtre.

-       Ils doivent surement faire du repérage pour Ayumi.

-       Oui et je viens d’avoir une idée.

-       C’est quoi AI

-       Tu vas voir mais t’as assez d’argent pour un autre repas.

-       Tu comptes inviter Ayumi ?

-       Ça va pas ou quoi ? non j’ai une meilleure idée alors ?

-       Oui j’ai assez.

-       Parfait, attends-moi j’arrive

-       Ok

La chimiste se leva et s’approcha de la porte du restaurant et l’ouvrit pour voir les deux garçons elle leurs demanda :

-       Salut, qu’est-ce que vous voulez ?

-       Euh… c’est que… euh, fit Mitsuhiko ne trouvant plus ses mots face à elle.

-       Bah rien, fit Genta on se disais juste que vous avez de la chance de pouvoir manger là.

-       Ah mais c’est pas un problème ça, fit-elle en tout cas pas pour mitsuhiko mais pour toi c’est sur que c’est non Genta, fit-elle d’une voix froide.

-       Hein ? fit le jeune homme sans comprendre.

-       Bref, Mitsuhiko ça te dirais de manger avec nous on n’a encore un peu d’argent pour un repas.

-       Hein ? mais pourquoi vous me proposez ça ?

-       Bah viens on t’expliquera en tout cas Conan-Kun est d’accord avec moi alors viens.

Et sans qu’il ne puisse rien faire la jeune fille le tira dans le restaurant et dit au gardes de sécurité :

-       Il est avec nous monsieur

-       D’accord, ça va petite allez-y.

-       Par contre il y a un groupe qui nous espionne dehors et c’est pénible, ça ne vous dérangerait pas de les faire partir.

-       Ce n’est pas mon travail, mademoiselle.

-       S’il vous plait, fit-elle avec les yeux doux.

L’agent de sécurité ne put résister et parti faire déguerpir les gosses de devant la vitrine. Ai et Mitsuhiko allèrent vers la table où se trouve Conan et celui-ci voulut demander des explications à Ai mais elle le coupa en silence et prit la parole :

-       Voilà, Mistuhiko, je sais pas si tu as remarqué mais Ayumi et Kita sont un peu remontées contre moi et n’arrêtent pas de me faire des sales coups je ne sais pas vraiment pourquoi.

-       Eh bien, d’après ce que j’ai compris, elles font ça parce que tu sors avec Conan et qu’elles sont jalouses.

-       Ah et ça te dirais pas de leurs dires d’arrêter toi elles t’écouteront peut-êtrre.

-       Je veux bien essayer mais ça m’étonnerais qu’elles arrêtes.

-       Merci tu es sympa.

-       Derien, au fait vous allez voir quoi tout à l’heure j’ai cru comprendre que vous alliez au cinéma.

-       On ne sais pas encore mais ça va être sûrement un truc d’action, fit Ai enthousiaste.

-       D’accord, si je peux vous donner un conseil mettez vous dans les premiers rangs, Ayumi veut tenter quelque chose dans les derniers au moins vous pourrez les entendre

-       arriver si vous vous mettez aux premiers.

-       Ok merci pour le conseil, fit Conan surpris de la trahison de Mitsuhiko envers Ayumi.

-       Bon mangeons, fit Ai alors que plats viennent d’être déposés devant les trois adolescents.

Après un repas plus que copieux, les trois voulurent sortirent du restaurant mais quand ils voulurent franchir la porte un cri retentit dans le restaurant alors que les lumières venait de s’éteindre, l’instinct de Conan prit le dessus et il courut vers l’origine du cri quand la lumière revint tout le monde se demanda ce qui se passait mais dans la cuisine, là où se trouve Conan, un homme est étendue par terre une plaie béante dans le ventre d’où coulent son sang les autres cuisiniers apeurés par la vision reprirent contenance en voyant l’enfant près du corps et déjà entrain de l’examiner évidemment Ai et mistuhiko eurent vite fait de rejoindre leurs ami mais à part Mitsuhiko qui vomi à la vue du corps, les deux autres enfants restent impassible.

-       Ai, appelle Kogoro à l’agence et l’inspecteur on reprend du service.

-       Ok, fit-elle en attrapant son téléphone et en composant très rapidement le numéro de la police elle convainc l’inspecteur qui se mettait déjà en voiture et elle appela ensuite Kogoro qui failli sauter de joie en entendant qu’il avait une affaire.

Une fois tout le monde sur place, l’inspecteur demanda à l’agent de sécurité :

-       Le coupable a-t-il put sortir ?

-       Non monsieur c’est impossible car quand la coupure de courant fut déclencher cela a verrouiller les portes.

-       Très bien donc le coupable est toujours, ici ce qui réduit nos suspects au personnel et aux clients de ce restaurant.

-       Je puis vous dire monsieur l’inspecteur que le coupable ne peut être qu’un cuisinier ou une autre personne ayant accès aux cuisines.

-       Pourquoi donc ?

-       Voyez-vous tant que l’électricité fonctionne la porte qui mène du restaurant à la cuisine est verrouiller par un système d’empreintes digitales par conséquent seul une personne ayant son empreinte enregistrée a pu faire le coup.

-       Je suis désolé monsieur l’agent mais je crois que tout le monde a pu faire le coup car la porte n’était pas verrouiller quand je suis aller voir ce qui ce passait dans la cuisine, fit Conan à l’agent.

-       Sale gosse, je t’ai déjà dit de ne pas fourrer ton nez dans mes affaires, fit Kogoro.

-       Mais le petit a raison le courant a du couper le système d’empreintes et quand le courant est revenu personne ne la réinitialiser ce qui veut dire que à ce moment-là tout le monde pouvait sortir et entrée dans la cuisine.

-       Qui a accès à cette cuisine ? fit l’inspecteur

-       Eh bien les cuisiniers qui sont 3 autres que la victimes, le chef cuistot et la maintenance des locaux.

-       Et aujourd’hui il n’y a que les cuisiniers c’est ça.

-       Oui, fit l’agent.

-       Monsieur l’inspecteur, fit un agent qui vient de trouver l’arme du crime dans un lavabo de la cuisine, nous venons de trouver l’arme, c’est un couteau provenant de la cuisine et il était plutôt bien rangé avant son utilisation. Il se trouvait dans un placard renfermant une boîte et contenant  les meilleurs couteaux du restaurant.

-       Si je comprends bien, le coupable devait forcément connaître la cuisine pour pouvoir trouvé l’arme.

-       Mais oui, fit Mouri, ce qui ramène le nombre de suspects à trois.

-       Exact oncle Kogoro, fit Conan, de plus l’électricité est revenu environ quarante secondes après le cri ce qui veut dire que le coupable aurait dù sortir de la salle et reprendre sa place en quarante secondes si ce la avait été une autre personne.

-       C’est qui ce gosse, fit le gardien étonné.

-       C’est mon neveu, fit Kogoro et lançant à Conan, arrête de te mêler des affaires des grands.

-       Bien, maintenant il ne nous reste plus qu’à déterminer lequel est coupable.

-       J’ai encore un truc à ajouter, fit Conan il est tout de même bizarre qu’une telle blessure n’est pas tâché les vêtements du meurtrier.

-       Celui-ci aura eu le temps de se changer.

-       En 40 secondes c’est très improbable surtout dans le noir, répondit le détective.

-       C’est vrai il n’a pas tort, fit Megure, mais comment a-t-il procédé alors.

-       Il y a deux solutions soit le meurtrier a lançé le couteau soit le piège était préparé bien avant.

-       Mais le policier tout à l’heure nous a dit que d’après tous les cuisiniers le couteau était bien rangé dans sa boîte.

-       Dans ce cas la seule solution, fit Kogoro, c’est le lancer mais comment faire dans le noir pour ne pas rater sa cible car j’imagine que la panne a du faire bouger ce pauvre homme.

-       Justement, fit l’inspecteur, regardez-bien Mouri l’homme se trouvait dans un endroit ouvert que d’un seul côté, ce qui veut dire que quand la panne est arrivé il s’est déplacé pour aller voir ce qui se passait et s’est reçu le couteau en plein ventre.

-       Il faut quand même avoir de la chance pour ne pas rater son coup, fit Kogoro.

-       Oui, c’est vrai mais le meurtrier n’a pas du préparé son coup longtemps à l’avance et aura profité que sa victime soit dans un endroit avec une seule possibilité pour tenter sa chance.

A ce moment Kogoro voulut répondre mais il fut piqué par il ne sait quoi au cou et il s’endormit sur le coup et s’avachit sur une chaise qui se trouvait miraculeusement derrière lui, puis les policiers et toutes les personnes présentes entendirent la voix du réputé Kogoro.

-       Bien, je viens de comprendre l’affaire qui est très simple au final.

-       Que dîtes-vous Mouri.

-       Ecoutez-moi inspecteur voilà comment le coupable a procédé, il a tout d’abord, dans la journée, été en contact avec la victime et lui a apposé à son insu d’une bande de papier blanc mais fluorescente sur le tablier évidemment cela ne s’est pas vu car le tablier est de la même couleur, ensuite tout s’est déroulé comme l’a dit Conan à la différence que le coupable a préparé la coupure d’électricité.

-       Et qui est le coupable ? demanda un des cuisiniers qui se nomme Hiba.

-       Le coupable c’est vous Monsieur Takana, fit Conan avec son nœud-papillon vous êtes le seul à avoir été en contact avec la victime d’après le témoignage de vos deux collègues.

-       Vous n’avez aucune preuve ?

-       Dans ce cas peut-être que vous pourriez vider vos poches pour nous montrer la bande de papier collant qu’il reste.

-       Comment ? demanda simplement le cuisinier.

-       Eh bien c’est Conan qui m’a dit qu’un bout de papier était dans l’ourlet de votre pantalon, je suppose que vous l’avez fait tomber en déchirant le bout que vous vouliez collé.

-       Vous avez gagné, oui je l’avoue je l’ai tué parce qu’il y a plusieurs années quand je travaillais dans un autre restaurant il m’a volé ma promotion en prenant la place que je devais avoir, j’ai donc décidé de me venger au moment où il devrait lui aussi avoir une promotion et ce jour sera demain.

-       Emmenez-le, ordonna Megure aux policiers alors que Kogoro se reveille de son sommeil.

-       Une fois de plus Mr. Mouri vous avez résolu l’énigme.

-       Hein quoi ? ah mais Kogoro Mouri est le meilleur.

Il dit ça pendant que Conan et Haibara se moquait dans l’autre salle du restaurant puis Conan raccompagna Haibara chez le docteur Agasa alros que Mitsuiko rentra chez lui encore malade du spectacle qu’il avait vu. Conan rentra ensuite chez lui.