Réveil,excuses,cours et football

par Hina_Wakabayashi

Je suis de retour ! Pour ne pas vous jouer un mauvais tour !

-Là , t’est censée, dire POUR VOUS JOUER UN MAUVAIS TOUR, et moi à la fin je dis la guerrre, oui la gueguerre !

-Bon , conscience à deux balles tu te la fermes, Ok ! Là t’est pas dans Pokémon.

-Ton comportement est outrant !

-Mais oui, cause toujours tu m’intéresses.

-Je l’aurai un jour, je l’aurai !

-C’est la maaf que je préfère, c’est la maaaf !Maaf qualité assurance pour débile conscience !

Bref, revenons à notre chapitre, un chapitre tout neuf, tout fait à 22heures du soir parce qu’une certaine personne m’a redonnée ma motivation !

 

Chapitre06 :Réveil, cours, excuses,football !

 

Zzz 5 :55zzzzzzzz Deux personnes étaient en train de dormir, enlacés , l’une la tête reposant sur le torse de l’autre, et l’autre la serrant de la taille, tout deux dormant du sommeil des bienheureux, vu l’heure tardive à laquelle ils s’étaient couchés. zzzzzzz

5 : 59, le réveil atroce devait commencer à faire du bruit dans une minute et à se retrouver castrer dans le mur, la minute suivante ! 6h :00 , pas de musique agaçante ! Rien ! Apparemment la personne blonde s’était levée avant  et avait retardée le réveil. Tout sourire, Kartz regardait Genzô et Hina dormir !

Tiens , et si je prenais une photo souvenir ! pensa la personne aux idées pas toujours catholiques et au cure-dent.

 

Hermann réveilla doucement son co-équipier, qui dormait dans la chambre d’amis à côté. Puis les deux compères aux sourires plus grands qu’une camionnette , prirent une photo du charmant spectacle, et réveillèrent à leur tour leur capitaine qui dormait lui aussi, au sol du côté de Hina.

-« Quoi ? Kékia ? » répondit une voix très ensommeillée J’ai trop sommeil, tiens Hina dort dans les bras de Gen. QUOI ?Non, mais je vais lui apprendre, moi à enlacer Hina ! « Faut les réveiller , on va être en retard ! » continua-t-il en joignant le geste à la parole.

 

Huuum, qui me secoue l’épaule ? Je suis bien , moi ! C’est chaud et confortable ! Je vais ouvrir un œil pour voir. Elle ouvrit doucement les yeux , et tomba sur deux yeux chocolats, qui la regardaient , et un visage trop proche du sien et rivalisant de rougeur !

 

-« Heu…. » commença la personne en face (nda : bah oui, les visages ça bougent pas tout seuls !)

-« Bon , ben les amoureux, ils seraient tant de vous lever ! On est en retard, il est 7h. »

-« La ferme » grognèrent les personnes qui avait dormi dans cette chambre.

-« Bon, les garçons, vous m’attendez, on a trois salles de bains pour ceux qui veulent se doucher, moi je prends celle de ma chambre, ensuite vous vous habillez et vous m’attendez, ok ? »

-« Compris ! » s’exclamèrent les quatre intéressés.

 

Hina se dégagea à contrecœur de sa bouillotte provisoire -c’est à dire le nippon- ,prit ses vêtements et fila à la douche tout en pensant au sort que lui réserverai son frère.

Une demie heure plus tard, habillée d’un pantalon blanc, d’un beau pull blanc à boutons rouges, et d’une paire de converses blanches à lacets écarlates, elle descendit la première, et vit deux chevelures blondes attablées.

-« Bonjour » salua la métisse le plus gaiement

-« ……. » fut la réponse toute gentille et positive de son grand frère.

-« Bon matin, grande sœur ! » s’exclama Mika des plus rieurs.

-« Euh….Shun, ça va ? » osa Hina.

-« TU ME DIS COMMENT CA VA ? J’AI FAILLI AVOIR UNE CRISE CARDIAQUE HIER SOIR EN LES VOYANT EN TRAIN DE DORMIR, ET EN PLUS T’AS DORMI AVEC L’UN DES LEURS ! » explosa Shun furibond.

-                     -« Mais Shun comprends-moi, ils n’ont pas voulu me laisser toute seule en pleine nuit ! Et en plus il pleuvait et c’était une heure du mat, ils n’avaient personne pour venir les chercher, alors je leur ai proposée de rester passer la nuit. Et puis, je ne vois pas pourquoi je devrais, me justifier, ce sont des amis, et on rien fait ! » expliqua Hina lassée.

-                     -« N’empêche, plus jamais, je dis plus jamais tant que tu vivras sous mon toit, je ne te laisserai passer la porte d’une chambre avec un mecton libido et instable ! Tu m’as bien compris, je tiens trop à toi petite sœur ! Plus jamais, t’invites quelqu’un chez « moi » sans mon accord. »

-                     -« C’est bon grand frère adoré, je te le jure ! » dit Hina en affichant le plus beau de ces sourires, celui qui le faisait toujours craquer.

 

Pour Shun, la naissance de Hina, avait été le plus beau des cadeaux ! Martyrisé par son père, ignoré et insulté par sa mère, il n’avait plus l’intérêt de vivre ! Jusqu’à la naissance de sa petite flamme , comme il aimait l’appeler ! Il se souvenait de ce jour, quand Hina avait été puni à sa place.

 

Flash-Back

 

Shun était en train de pleurer dans sa chambre, son ventre agonisant de famine , n’ayant rien avalé depuis deux jours, enfermé, dans son placard à balais, qui lui servait de chambres ! C’est alors qu’Hina entre, les mains débordant de gâteaux, une vrai bouille d’ange à 4ans.

-« Tiens grand-frère, c’est la maman de Gino qui m’a donné, et moi je te le donne, mais hein, ne le dis pas à papa, il me l’a interdit ! » dit la petite fille en tendant les bras vers son grand frère, et en souriant d’un beau sourire sincère, franc et angélique.

Elle commençait à parler à son frère, - lui ouvrant son cœur renfermé-, et baignant de chaleur et de lumière par son beau sourire le cœur glacé et ténébreux de Shun. Elle riait quand il mangeait trop vite. Soudain, un homme grand les cheveux noires bouclés, courts , et les yeux bleus lavandes entra, les deux petits êtres frémirent à sa vue ! Il bouillonnait de colère, et ses yeux étaient rageurs, il s’avança vers le plus grand, mais Hina se mit devant lui, bras tendu et avoua :

-« Nan, Monsieur Harukaze, ce n’est pas Shun qui a pris de la nourriture, c’est moi qui lui ai donné. »

Il la gifla , la petite tomba à terre-ses yeux retenant des larmes de souffrance qu’elle ne voulait pas laisser couler en présence de son frère, cela le chagrinerait beaucoup-ce dernier eut le réflexe de s’avancer vers elle, mais elle le supplia du regard de ne pas bouger.

Son père la prit par le col, et la traîna par terre, avant de voir sa sœur disparaître derrière la porte, il vit son sourire inquiet mais tranquillisant, et ses beaux yeux améthyste se fermer. Cette nuit fut la plus horrible de toute sa vie, car ce petit être fragile, qu’il aimait plus que de raisons recevait plus qu’une simple fessée. Cette nuit-là il avait hait son père à mort, cet être misérable qui violentait sa petite flamme pour un bout de gâteaux, il le méprisait et avait pitié de lui, tomber aussi bas. Cela le dégoûtait, il se jura de toujours protéger sa sœur de sa vie même. Au petit matin, sa sœur vint le voir, elle avait un bandage maladroit à la tête, quelques écorchures , des bleus , et une ecchymose mal recouverte par un foulard. Apparemment, de ce qu’il avait entendu hier soir, ils l’avaient battus, puis jetés à la porte. Gino l’avait vu, en soirée errant dans les rues de Milan , blessée, apeurée et presque agonisante. Il l’avait aidée, c’était le moins qu’il puisse faire pour Hina, qui était sa petite sœur et sa meilleur amie depuis la naissance. Leurs familles se connaissent. Quant Shun  questionna sa sœur, il lui demanda si tout allait , elle lui répondit de sa voix douce :

-« Ne t’inquiète pas, je vais bien.»

C’était toujours la même chose, elle le rassurait et lui souriait. Il restait des heures à se parler, à rire, où à être enlacés, il aimait ses moments avec sa petite sœur. Il ne voulait la donner à personne, nan ! On lui ferait trop de mal !Elle était trop précieuse ! La petite flamme qui faisait battre son cœur !

Fin Flash-Back

 

Shun se réveilla de sa torpeur en voyant , un garçon descendre, il avait des cheveux noirs et des yeux marrons, il le reconnut c’était celui qu’il avait trouvé enlaçant sa flamme pendant la nuit. Et c’était aussi celui qui était venue l’autre jour , portant Hina. Il lui jeta un regard noir.

 

Genzô ayant été le plus rapide, prit sa douche en premier, il s’était habillé en vitesse, et été descendu à la cuisine, il avait vu Hina, si jolie ! Ses beaux cheveux blonds retenus dans une queue de cheval haute et qui descendaient en cascade sur ses épaules et ondulait en bas. Il arrêta sa contemplation quand il vit , une autre personne plus grande vêtu d’une chemise blanche ouverte laissant apparaître ce qu’il jugeait d’un torse musclé, et d’un pantalon noir. Il avait des yeux étrangement cyans, et ses cheveux était un peu longs descendaient jusqu’au bas de son cou, ils étaient aussi d’une belle couleur blonde tirant sur le roux, d’ailleurs des mèches naturellement orangés faisait discrètement signe de leur présence en bas de sa tignasse. Il vit le petit Mika le regardait aussi, il lui sourit, puis lança :

-« Euh….Bonjour ! Merci de m’avoir accepté chez vous ! Désolé de m’être incrusté. Je m’appelle Genzo Wakabayashi, Monsieur. »

-« Salut, d’abord plus de Monsieur ni de vous , ça fait vieux con, puis pas la peine d’être désolé je le suis plus que toi ! Nan, mais quoi ! Je te trouve en pleine nuit endormie avec ma sœur et l’enlaçant par dessus le marché ! Tu crois que je vais réagir comment ? Trouver ma petite flamme-Hina et Gen tiquèrent sur ce mot- en compagnie d’un mecton torse nu ne contrôlant pas sa libido et ses hormones en pleines croissances ! T’aurais pu avoir des idées malintentionnés ! »

-« Bon, écoutez moi ! De un : Vous êtes plus âgés je vous vouvoie, de deux vous êtes un peu parano ! Non, mais ! J’ai trop de respect pour Hina-san pour avoir des idées comme ça. Et puis c’est pas parce que je suis ado, que je sais pas me contrôler. Il faudrait que vous sachiez , que je ne suis pas un animal sauvage ! Ni que ma libido ne m’empêcherait de faire un truc. A la fin vous allez me dire de pisser au milieu du jardin, car je vais viser de travers avec ma libido, c’est ça ? » 

 

Shun écarquilla les yeux, et se remémora les paroles, du jeune homme, jamais on ne lui avait parlé comme ça, lui le petit génie respecté par ses collègues ! Tout à coup, il éclata d’un grand rire qui surprit sa sœur et le portier japonais. Il lui donna une tape amicale sur l’épaule puis déclara :

-« Tu m’intéresses toi ! T’as assez de répondant ! Et avec cette petite flamme , il t’en faudra ! » il dit la dernière phrase avec pleins de sous-entendus qui fit rougir les deux concernés.

Puis les trois autres descendirent  enfin, sous l’œil observateur de Shun. Enfin , tous installés Hina pût enfin demander à son frère la question qui la tracassait :

-« Dis grand frère, c’est quoi ton boulot, dans cette centrale? »

-« C’est une centrale qui relie au pôle nord, je suis le huitième lutin du père noël »

-« C’est vrai ? Nan, sans blague ? C’est pour ça que je t’ai vu hier sur ma licorne volante en compagnie de Fédérer* ! Sérieux ! La dernière fois t’étais Winnie l’ourson, avant c’était Goldorak, et puis le fois d’après t’étais chez le dalaï-lama. »

-« Je te le dirai une fois ! Non, mais vous avez vu l’heure ! 7h55 vous avez cours dans cinq minutes ! Et le trajet prend un quart heure ! »

Ils s’affolèrent , grimpèrent en quatrième vitesse l’escalier prirent leurs affaires et sortirent aussi rapidement de la maison, puis réussirent à s’engouffrer dans la voiture.

Shun conduisait , Kartz était assis à l’avant, et Hina –Mika sur ses genoux-compressée entre Karl et Genzô. Franz se tenait côté porte.

-« Au faites, aujourd’hui je viendrai te chercher tôt, on aura des invités ! » s’exclama le grand frère tout joyeux.

-« Oki »

Cet ainsi que le trajet se termina sur la bonne humeur, les rires et les piques.

Tout le monde salua Shun  et Mika, puis ils se dirigèrent vers leur premier cour de la journée. Cour d’anglais ! Ce que les quatre garçons détestait ce cour, plus chiant que la vieille pie, ils auraient voulu qu’elle se la ferme !

Ils entrèrent , sauvés ! Vieille pie était en retard de dix minutes. Une première ! Ils s’assirent à leur places, Hina à gauche de Gen, devant Karl, derrière Kartz et à la droite de Schester.

La prof arriva, s’excusa de son retard et commença à parler.

Zzzzzzzzzzzzzzzzzz était le seul bruit qui émanait des élèves, la prof parlait et débitait ne voulant pas se taire.

Pourquoi elle a pas d’extinctions de voix ? Hein ? Pourquoi, elle se la ferme jamais ?Elle pourrait pas s’asphyxier en parlant ! pensa le seul du quatuor réveillé : Wakabayashi.

Hina quant à elle , avait envie d’imiter les garçons, elle savait déjà parler anglais, ayant vécu 2ans en Angleterre. Soudain, la prof demanda :

-« Schester, Wakabayashi, Schneider, Kartz dites-moi connaissez-vous un mot d’anglais »

Les garçons se regardèrent , gênés, puis répondirent d’une même voix :

-« Football ! »

-« Autre chose » re-questionna la prof agacée.

Même manège :

-« Euh…..Fu*k »

-«Comment osez-vous? Ainsi vous moquer de cette langue noble……… »

Et patati patata ! La voilà dans son délire pensèrent les garçons.

Tout à coup, Hina demanda aux garçons :

-« Heu, les garçons , comment on fait si on a une envie pressante ? » dit Hina le rouge aux joues.

 -« C’est facile : de Un il y’a la méthode façon Schneider, regarde et admire ! » répondit Karl.

Il se leva subitement alla au centre et lança :

-« Madame, mes chers camarades, j’ai une annonce des plus sérieuses à vous faire, je veux……..ALLER AU CHIOTTE ! »

-« DEHORS SCHNEIDER !Chez le directeur ! » hurla la vieille pie.

Karl sortit puis ce fut au tour de Genzo de parler :

-« A moi, maintenant ! »

Il se leva, puis déclara :

-« Madame, mes chers camarades, le cour me fait chier, tellement que je dois aller au chiotte ! »

-« WAKABAYASHI ! DEHORS ! Direction Schneider ! » s’époumona la prof.

Ensuite Kartz se leva et frappa sans aucunes raisons , un des garçons à côté, puis sortit calmement, sous les regards admiratifs et éberlués. Enfin, Schester, coura en direction de la porte en criant :

-« Pipi !Pipi !Pipi !Pipi!Pipi!Pipi!Pipi!»

Hina osa –timidement- lever son doigt pour demander l’autorisation, d’aller au toilette. Elle retrouva les garçons adossés contre le mur.

-« Nan, mais ça va pas ! Vous auriez pu être renvoyés, où je ne sais quoi !Ce qui aurait voulu dire, plus de Foot, plus de Hambourg, Niet, Rien, ! » tança Hina, puis elle ajouta devant leur mine dépitée, en leur souriant :

-« Mais, bon j’avoue que j’étais morte de rire ! »

Ils sourirent tous, puis allèrent rejoindre le self, ayant une demie heure d’avance, self qu’ils trouvèrent en grève !

-« J’y crois pas ! On va rester affamés ! Pas de bouffe= Pas d’énergie=Pas de foot » déclara Karl-Heinz.

-« Ils restent toujours le distributeur de cochonneries !Mais j’ai pas d’argent , aucun rond et vous » ajouta Kartz en regardant ses amis qui répondirent : négatif, tous aussi fauchés !

Tout le monde réfléchissait, puis Hina lança, ravie :

-« C’est bon, j’ai trouvé, mais bon, va falloir faire le mur ! »

Elle leur expliqua son idée, qu’ils approuvèrent, puis Kartz et Schester faisaient le guet et les couvriraient pendant qu’ils escaladeront le mur du lycée.

-« Bonne chance !Si vous vous ferez chopper, vous serez chopper en héros !Dommage qu’on aura pas de drapeaux pour l’envoyer à vos familles ! » rigola Hina en adoptant l’attitude militaire.

Genzô fit la courte échelle à ses deux amis, puis monta, ils coururent de toutes leurs forces, direction ,l’école primaire !

Quand ils arrivèrent, Hina envoya chercher Mika en prétextant une affaire de familles. Son petit frère, surpris, lui demanda :

-« Que veux tu, grande sœur ? »

-« Mon petit Mika, va falloir, que tu nous aides, voilà on a une mission commando, intitulée : Tous pour la bouffe ! »

« …………………….. »Hina lui expliqua, tout. Puis, il répondit :

-« D’accord, Nana-Chan, il faut juste que je vous aide à passer en cuisine, c’est ça ? »

-« Oui, tu as tout à fait, compris ! »

Mika partit chercher la cuisinière, puis il commença à pleurer, et devant sa bouille d’ange, elle ne pût résister, et commença à lui parler. De leur côté nos commando d’un jour (nda :non non ! Ce n’est pas du Martin matin !) s’était faufilés en cuisine, et emportait le plus emportable.

-« Mais , c’est le paradis, ici ! » s’exclama le Kaiser en train de concurrencer l’escargot dans le domaine de la bave.

Ils prirent leur seul sachet et y mirent ce qui était à mettre : Yaourt, Fruits, Pains, Jus, Eau, Fromage, Boites de saucisse, Boite de cornichon, Boite de Saucisson, Gâteau, Chips, Soda, mais surtout Chocolat ! N’ayant plus de place pour les derniers mets, Hina enleva son pull, et leur donna pour y mettre le reste.

Hina alla embrasser Mika, avec sur le dos la veste de Jogging de Genzô et la précieuse écharpe du capitaine Germanique. Ils retournèrent tranquillement au lycée, empruntant le même chemin, et escaladèrent le mur plus difficilement à cause de la pluie , du pull et du sachet.

-« Kartz, Franz, on est là ! » dit Hina en cherchant les deux individus qui apparurent ensuite, « Bon les garçons, vous ne faites rien , je vous prépare les sandwichs ! Sauf si quelqu’un peut ramener une nappe, pour qu’on pique-nique sur l’herbe. » continua Hina en commençant son activité.

-« On s’en charge » répondit le quatuor.

Un quart heure plus tard, ils furent tous en train de manger.

-« C’est bon ! » complimentèrent les garçons.

-« Merci !Dites, les garçons, vous avez quoi, cet aprèm ? »demanda la nippone.

-« Ennuie, euh. .non littérature ! »

-« Bof, c’est la même chose. »

-« Et toi, Hina ? » questionna le gardien de buts.

-« Musique !»

-« Tu t’y connais ? » dit Schneider

-« J’adore, en fait ma mère était une musicienne douée, et quand j’étais petite , je l’entendais toujours jouer, et j’aimais beaucoup, et puis Shun connaissait un peu, et il m’a appris. »

-« Je vois, en fait, malgré vos piques, ton frère et toi, vous vous aimez beaucoup. »

-« Oui, je l’adore, il m’a servie de tout, De papa, un peu de maman, et de grand frère. Il m’a tout appris, malgré le fait qu’il est un peu possessif, mais c’est quelqu’un de bien, quand j’étais petite je l’admirais, il pouvait réussir à faire tout ce qu’il entreprenait, il était bon en tout, et il a sauté quelques classes, c’est pour ça qu’il a son diplôme trois ans plus tôt que prévu. »

-« Et il a quel age ? » demanda le Kaiser

-« 22ans, bientôt ! »

-« Il paraît plus jeune ! » s’exclama le maître d’œuvre.

-« Ouais, il fait du sport ! Bon, ben faut que j’y aille mon cour commence avant le votre. Salut les garçons.  » Elle les salua tous et partit sous le regard protecteur des garçons.

La journée passa ainsi, et Hina sortit avant les garçons, elle se dirigea vers les vestiaires, elle prit les maillots et les lava, puis cira les chaussures, nettoya les semelles, et astiqua les crampons. Puis elle installa le parcours d’entraînement, mit les boissons dans la glacière, et amena les serviettes. Les joueurs furent surpris de tout trouver propres, et non couverts de boues et de terre, puis ils commencèrent l’entraînement, sous l’œil critique de Hina, qui se permit de souffler quelques mots :

 

-« Nan, mais les garçons, bougez votre fion !Arrêtez de moisir sur place, mon arrière grand-père serait plus vif que vous. On dirait des vaches qui essaient de voler !

-« Va beugler dans un pré à côté d’une montagne trèèèèèèès lointaine, comme ça on aura la paix »hurla à son tour

Kartz.

-« OOOh ! Mais c’est qu’il est nerveux aujourd’hui le Kartzounet !Il s’est pas talqué l’arrière train avec du talc 100% rose ! Vite à l’aide ! Il va nous pondre un caca nerveux ! »

-« Tu te la fermes, où je t’arrache les amygdales à coup de morsure ! »

-« Croisse toujours et joue pas ! »

 

Le coach quand à lui était mort de rire ! Il se demandait comment, cette fille, pouvait hurler aussi fort, et sans s’arrêter ! Les garçons avait nettement amélioré leur jeu. L’entraînement se passa rapidement, sans encombre, et Hina partit chez elle en saluant les garçons.

 

Dans la voiture :

-« Je t’ai entendu tout à l’heure, Hina ! Tu n’as pas changé, la même motivation ! »

-« Ouais, si tu le dis. »

-« Au faites, tu sais qu’on aura des invités ce soir ! »

-« Ouais, t’as pas arrêté de m’en parler !Ne me dis pas que c’est le pape et la reine d’Angleterre quand même ! »

-« Waouh ! Comment t’as deviné ? Sérieusement, c’est des amis à moi. »

-« Ai-je bien entendu ? Mon frère a des amis ? »

-« C’est bon ! Je ne suis pas insociable, quand même ! Il y’aura un ami du boulot, et d’autres. »

-« Pourquoi, je sens le coup foireux ? »

-« Mais, non, c’est juste ton imagination débordante ! »

-« Débordante, mon œil ! »

-« Le train de tes bêtises va sur les rails de mon indifférence et n’arrive même pas à la gare de mon mépris ! »

-« Mais euh ! C’est ma phrase ! »

Arrivés chez eux, Hina monta se changer, et découvrit sur son lit , une robe et un mot :

« Je sais que tu ne vas pas aimer !Ne me tue pas, hein ? De toute façon, t’as pas le choix ! Soit tu t’habilles, soit tu y vas sans vêtements, et crois-moi je préfère la première option ! »

 

La robe en question était noire, bustier, serrée à la taille et aux manches courtes , laissant passée les bras fins et nacres de Hina. Elle n’avait que de fins lacets pour la retenir au dos, et elle était fendue au côté.* La blonde se résigna à la mettre, et mit les talons aiguilles courts, qui l’accompagnait. Ses cheveux détachés, auréolait autour de son visage, et la teinte ne faisait que renforcer le mystère de ses yeux améthystes. Elle était fin prête, quand elle descendit , elle fut attirée, par une douce odeur de viande, qui la guida au jardin. Elle découvrit son frère en compagnie d’un jeune homme, de son âge, les cheveux noirs en batailles,  des yeux verts et une peau mate sans oublier le sourire craquant ! Elle fut accompagné pas les sifflements du jeune homme et le cou de coude de son frère pour l’étranger. Son frère fit les présentations.

 

-« Alors, Hina, laisse moi te présenter : Christopher William Logan Duncan McNichols dixième du nom ! 22ans et s’occupe des coups durs de la centrale, son travail est primordiale ! J’oubliais il est à moitié australien et à moitié écossais, c’est un noble, très chère. ! » 

-« T’as fini l’ingénieur importé ! Bonjour Mademoiselle, vous pouvez m’appeler Chris. »     

Il fit un baise-main à Hina en guise de Salut !

Kyaa ! Qu’est ce qu’il est mignon !

 

-« T’arrête de draguer ma sœur, ok ? Au faites, elle est où ta cousine ? »

 

DRINGGGGGG !

 

-« Ca réponds à ta question ? »

 

Shun alla ouvrir,  sa sœur vit une fille entrer, elle avait un sourire angélique, des cheveux roux et des yeux verts, un teint blanc et des yeux rieurs. 

Eh ben, il ne choisit pas n’importe qui le Shun !C’est vrai, qu’elle est jolie, et elle semble gentille.

 

Désolée, mais j’ai coupé, pour ne pas vous faire languir d’avantage ! Et puis c’est long ! Suite une prochaine fois.

 

J-dreams : Alors ça te plait ? Désolée, les dieux de l’humour m’ont lâché. L’inspiration divine s’en est allée ! Pour donner ça, un chapitre à moindre qualité ! (trois rimes !) J’ai quelques problèmes , désolée, c’est pour ça que la qualité laisse à désirer, j’espère avoir à tous réussi vous divertir ! Merci

 

 

*L’auteur est aussi folle de Federer que Hina (Federer ! Pas Ferrero même s’il est aussi bo (n ?) que du chocolat ! Choco+Federer= Tout ce que j’aime ! (non, ce n’est pas du Mc do.)

*Je suis nulle question description.

 

MERCI DE LIRE