Tomber de bas

par Hina_Wakabayashi

 

Je ne sais pas pourquoi mais j’ai envie d’écrire un truc sur Karlou (oui oui j’ai adhéré !!!!!! Je fais partie du fan club des surnoms à deux balles !!!!!!!Trop fière ! D’autres intéressés appelez biiip au 00-00-00-00-000 , ou bien allez à biiip et demandez biiip !) Bon je clos cet intermède et surtout place au chapitre !

 

 

Chapitre09 : Tomber de bas…..

 

Chers lecteurs et lectrices , je vous invite donc à vous installer confortablement pour admirer ce magnifique spectacle devant nous, un jeune homme blond affalé sur une table , la bouche grandement ouverte- sûrement rêvait-il d’un bon ballon de foot fourré à l’herbe !- et une sorte de liquide dégoulinant du coin de ses lèvres……..un spectacle certes charmant et attirant , malheureusement pour notre jeune homme grand rival d’un certain invertébré baveux ,ce point de vue n’était certainement pas partagé par le professeur.

 

Ännchen* Klaasmankhsen était professeur depuis un peu plus de trente ans , sévère mais juste enfin c’était ce qu’elle disait elle , elle en avait maté des fortes têtes, des grandes gueules . Elle disposait d’un outil très convaincant appelé :le cri ! Outil qui lui valu le surnom de « Godzilla en puissance » surnom flatteur dont elle ignorait l’existence, bref en 30ans d’enseignement elle en avait fait pleuré plus d’un. Malheureusement une tâche… ou plutôt trois obscurcissaient son glorieux palmarès , ces tâches étaient appelées par le commun des mortels le trio du Hambourg :protagonistes dont nous avons certes déjà fait la connaissance. Elle n’avait jamais compris ces trois-là, ses remarques sèches et acides ne leur faisaient rien, ses cris étaient ignorés ou les rendait amusés.

 

C’est ainsi que fort malheureusement pour notre ami au si doux rêve , elle le réveilla d’un de ces hurlements perçant et strident :

 

-« Karl-Heinz Schneider ! Réveillez-vous , vous êtes dans un cours pas dans votre chambre ! Je comprends qu’en tant que sportif vous ayez des difficultés psychologiques…………….. » Et c’est ainsi qu’elle commença son long speach  , speach ayant sûrement remporté plusieurs records.

Et Speach aussi qui aurait fait pleuré plus d’un élève normale, mais Karl Heinz Schneider n’était sûrement pas un élève normal, du haut de ses 166cm , il était l’une des stars montantes de son lycée, blond , yeux turquoises, sportif, charmant , drôle , gentil, aimable c’était sans doute les qualités que tous voyaient à notre ami, malheureusement ce dernier était un plus peu sombre à l’intérieur que ce qu’ils faisaient voir…..bref revenons à notre sujet , la classe –où plutôt les rares réveillés- écoutaient « attentivement » les remontrances de leur professeur, ce qui n’était pas le cas de tous.

 

-« Aaah j’ai bien dormi ! J’ai raté presque tout le cours ! Tu vois Gen j’ai battu ton record ! Je suis le Kaiser , je suis le plus fort ! Je commence d’ailleurs à avoir faim , aujourd’hui c’est quoi à la cantine ?Poulet ? Non ça c’était Jeudi dernier , je pense que c’est lasagne , ouais ça doit être ça , après on a quoi ? Foot ! Ouais je vais tous les laminer avec mon Fire shoot ! Bon ben la vieille n’a pas encore fini de parler , je lui remets mon sourire comme d’hab et je me tire presto ! »pensa le capitaine allemand aux énormes chevilles.

 

-« Oui madame, je suis d’accord avec vous. » dit-il en lui décochant un énorme sourire made in Colgate.

 

-« Comment peut-il être d’accord avec moi , alors que je l’ai traité indirectement de sportif arriéré mentalement. »

 

-« Bon ben je commence le décompte……3….ça monte…..2……ça chauffe….1……ça explose……éruption ! »

 

-« Schneider !!!! D-E-H-O-R-S !!!! »

-« Tout de suite! »

Avant de sortir , il lança mystérieusement :

-« Timing parfait ! »

 

Plusieurs élèves pouffèrent à la suite de cette remarque, bref notre jeune capitaine sortit de sa classe et alla s’installer sur un des bancs mauves de l’établissement. Il se rappela soudain une des disputes de qu’il avait eu avec Kartz sur la couleur de ces bancs , lui il prétendait que c’était mauve et Kartz que c’était du violet…..ils avaient fait tellement de bruit que tout le monde les regardaient et suivaient leur échange aussi patiemment qu’on suivait un match de tennis , les paris étaient même ouverts pour la couleur du banc et celui qui l’emporterait. C’était Hina qui avait mis fin à leur dispute en leur déclarant :

 

-« Très bien ‘Mman Tu vois ça comme du violet, ok ça l’est pour toi, quant à toi Karl Heinz, pour toi c’est du mauve, ok il y’a pas de blême ! Mais moi je dis que c’est une sorte de bleu.»

-« Mais ma pauvre fille va réviser tes cours de maternelles ! C’est du violet ! »

-« Ah….mais t’es plus atteint que ce que je croyais va te faire soigner, mon vieux ! »

-« On se calme la Miss, le daltonisme ça se soigne ! »

-« Contente pour toi ! »

-« Noon !! Mais c’est pas fini ce boucan, y’a des gens qui voudrait dormir en paix »s’exclama le portier en manque de sommeil.

 

 Il était tellement heureux, il était entouré d’ami tellement heureux, tellement joyeux, et puis il y’avait Hina , rien qu’en regardant son sourire il se sentait tout léger , il se sentait transporté comme en ayant des ailes, et elle était si gentille !! Elle faisait passer tout le monde avant elle ! Et puis elle avait ce caractère !!!Oui ce caractère de cochon !!!Ah il aimait ça, il n’était pas maso pour autant mais il aimait les caractères forts et les gens audacieux. Il se demandait d’ailleurs où était le sujet de ses pensées.

-« Sûrement à son cours de musique »pensa-t-il.

 

DRIIING-DRIING

 

La sonnerie annonçant la fin des cours interrompit ses pensées, il vit Genzô et le gros se profiler à l’horizon.

Il les salua :

-« Salut Gen, mon gros ! »

-« Crétin des abysses, m’appelle pas mon gros ! »hurla ce dernier.

-« Bien sûr mon obèse ! »

-« ………………! »

-« Oh , mais qu’est qu’il a aujourd’hui notre ventre sur patte ?Il ne relève même pas mon insulte ! Il a raté sa quatrième ration ? Ah non , c’est plus sérieux !.......Il a été privé de dessert c’est ça ! »

-« Et en plus tu te dis notre capitaine………lamentable ! »

-« Plait-il Gen ? »

-« Rien ! »

-« Je préfère ! Alors il a quoi womman* ?  ! » Redemanda-t-il.

-« Je parie qu’il a pas dormi ses 14heures ? »

-« Non c’est rien ! » répondit le concerné.

-« Comment ça c’est rien ??? T’étais dans la lune pendant tout le cours,t’as raté toutes tes passes ce matin, tu sursautes puis tu rougis tout seul, tu évites le gymnase ! »

-« Même moi, je ne sais pas de quoi je suis atteint ! »

-« Dis moi mon p’tit Gen ça te rappelle rien tout ses symptômes ? »

-« Hé qué ? » répondit le nippon en mode Hamtaro.

-« Là t’as trop regardé les Hams-Hams ! ….Bref ça ne te rappelle rien tout ça ? »

-« ….Et si ! Ne me dis qu’il est…… ? »

-« Alors docteurs ? Verdict ? » demanda le patient.

-« Tu souffre d’homocomplexus amoreusus. »

-« C’est quoi ça ? Un syndrome africain. ? »

Hahahahahahahahahahahahaha les deux docteurs improvisés éclatèrent d’un rire sonore tout en se tenant les côtes.

-« T’as entendu ça Karl ? Un syndrome africain mouhahahahahaha ça c’est la meilleure. »

-« Mais non crétin ! Ça veut dire que tu es amoureux ! » Conclu l’allemand les mains jointes en chœur.

-« Pff n’importe !!!! C’est juste une amie on s’est croisé juste deux ou trois fois ! »

-« Alors il avoue ! Espèce de traître et nous on fait tapisserie , Monsieur est trop bien ! Il ne veut pas nous présenter à Madame ! » s’insurgea le capitaine.

-« Il croit que ses copains ferait tâche ! C’est ça ! Tu portes haut l’amitié masculine allemande. »continua le gardien.

-« Montez pas sur vos grands chevaux, et commencez pas avec vos scénarios à deux balles, ok !? »

-« En te connaissant elle doit avoir un gabarit modèle Terminator ! »

-« Euh les mecs …? »

-« Oui Genzounet ? »

-« Karlounet, redis moi encore ça et je ferai en sorte que tu ne puisses plus jamais refouler une pelouse sans être assis sur un fauteuil roulant,il manquerait pas quelqu’un là ? »

-« ………………………. »

-« A force de courir sur le terrain, vous avez fini par déposer votre cerveau en cours de route où quoi ? Si je vous dis la blondie ! Not’e Blondie ! »

-« Ah ouais la folle furieuse ! »

-« Toi retourne à tes mélancolies soudaines !et ne la traite pas de folle furieuse ! » rétorqua Schneider.

-« On dirait que je suis pas le seul à être atteint ? »

-« N’importe nawak ! Juste une amie ! »

-« Bref, personne d’entre vous n’a revu Hina Chan ? » re-demanda le nippon.

Biiiiiiip-Biiiiiiiip-Biiiiiiiiiip

Les garçons mettaient les mains à leur poche, et le grand gagnant s’avéra être………Genzô Wakabayashi.

 

-« Allo ?  Vous êtes ? »

-« Euh….salut Gen Kun, c’est Shun, t’aurai pas vu onee-chan ? »

-« Ah, non désolée, nous aussi on la cherche, elle n’est pas rentrée ? »

-« Oui elle est rentrée, et je m’amuser à appeler les gens pour leur dire ou est ma sœur ?! »

-« Désolé, c’était une question stupide. »

-« Non, c’est moi qui m’excuse , j’aurai pas du te dire ça, je suis vraiment à cran ces derniers temps, c’est la merde à la maison sans Hina. Bon, dès que tu la trouves, dis lui de m’appeler. »

-« Ok salut ! Bonne fin de journée ! »

-« Aussi ! »

Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip.

 

-« C’est qui ? » demanda Der Kaiser pas curieux pour un sou.

-« Harukaze-san……..il cherche sa sœur. »

-« Et merde ! Elle a vraiment disparu. Bon si on allait la chercher nous aussi ? »

-« Bonne idée, on n’a qu’à se séparer. » proposa Kartz enfin remis.

-« Moi je vais voir à côté de la plage » suggéra le capitaine.

-« Le Stade. »

-« Quant à moi je vais aller près de la place principale »

 

Ils décidèrent de se retrouver, à 18h.

 

Genzô était vraiment très inquiet, il s’était vraiment attaché à Hina, il ne pouvait pas nommer ce qu’il ressentait pour elle, mais c’était fort, très fort ! Elle avait su l’amadouer, le calmer, avec son rire , ses douces paroles, sa douce énergie, elle le rendait plus ouvert, un peu plus humain, tout les deux , ils faisaient vraiment des étincelles , elle était aussi têtue et orgueilleuse que lui, lorsqu’ils se disputaient –rarement-  ils se disputaient vraiment et personne ne pouvait les arrêter mais dix minutes après , ils se soutenaient mutuellement , et se souriaient à nouveau .

 

Revenons à Karl Heinz, il n’était pas le moins inquiet, mais il avait confiance en Hina, et il se disait que ce n’était pas n’importe qui, bref au bout d’un quart d’heure de route, et de cinq minutes de courses, il arriva en vue de la plage et il commença à se diriger vers un couple composé d’un jeune homme aux cheveux de jais allongé à coté d’une jeune femme couverte par une veste noire. Il voulut les questionner quand soudain, le jeune homme se tourna et les deux garçons restèrent pétrifiés.

-« Purée ! Cette tronche de cake …….ce sourire à la con !  » S’exclama l’empereur

-« Cette voix de gamin arriéré ! Cet air de snob-footeux ! »

-« Antonio dit Tony Montana* ! » conclu le capitaine allemand.

-« Angelina Jolie ! »

-« T’as pas changé crétin !t’es toujours aussi con, et ton humour est toujours aussi douteux ! »

-« C’est bon Karlos ! »

-« Crétin ! Mon nom c’est Karl Heinz, arrête de traduire ! »

-« T’es toujours aussi susceptible à ce que je vois ! Tu es encore sans copine, c’est ça ? »

-« Idem pour toi, mais je vois que t’es en charmante compagnie ! Tu ne l’as pas droguée au moins ? »

-« C’est ma moitié de dealer cubain qui ressort ! »

-« QUOI ? »

-« Mais non, Mon p’tit Karlos je déconne, en fait c’te meuf je l’ai sauvé de la noyade. »

-« HEIN ? »

Pendant que notre empereur Allemand renouait avec une ancienne connaissance, un autre nippon plus âgé frôlait la crise cardiaque.

-« Mon dieux je veux qu’une seul chose, ramène moi Hina vivante, s’il te plait ! Je te demande presque jamais rien, alors s’il te plait ! Merde, ou est tu Hina ? Tu manques à Nee-san ! J’arrive pas à imaginer ma vie sans toi, tu es la personne qui m’est la plus chère au monde. »

Il se rappela une scène d’il y a 10ans n Hina avait presque 4ans et lui il n’en avait 10.

 

C’était par une atroce nuit d’hiver, le genre de nuit, où ceux qui sortaient dehors auraient été appelés « fou », il neigeait à gros flocon, mais l’ambiance au dehors n’était pas aussi froide que celle qui régnait dans une des maisons de cette même ville, situé dans un des quartiers riches de Stockholm, tout prêt de l’ambassade française. Dans cette résidence vivait une famille composé de quatre personne, un père , une mère et leur deux enfant : Un garçon et sa petite sœur, charmant tableau me direz vous , mais malheureusement sous des façades publiques de bonheur et de joie, tout le monde était malheureux , et c’était les enfants qui en payaient les frais, mais ils s’aimaient tellement entre eux qu’ils pouvaient surmonter tout les obstacles

La petite fille avait des cheveux blonds mi longs, et d’étrange yeux lavandes, quant au garçon il était d’une blondeur presque rousse, et ses yeux étaient d’un bleu proche du cyan. Ils parlaient tout deux où plutôt la petite fille parlait, le petit garçon ne parlait pas mais sa sœur parlait pour lui, ils étaient allongés sur le lit du petit garçon, étroitement enlacés.

-« Tu sais Shun, auzourd’hui Stephan m’a présenté Karen, elle est trop zentille, et comme elle est zolie* !Il dit que nous nous ressemblons boucoup* »

-« Hhh ! Et Stephan c’est un de tes amis ?»

-« Moui !!!!Il est kawayu ! Et lui il veut devenir footleur quand il grandira. »

-« On dit footballeur Hina. »

-« Oui grand frère ! »

-« Tu sais quand on grandira, on deviendra comme père et mère. »

-« Tu veux dire qu’on va plous parler ensemble, et pas rire ? »

-« Non, c’est juste que tu resteras toujours avec moi ! tu n’auras pas autant de liberté »

-« Ah……. Moi tout ce que je veux c’est rester dans les bras de Shun -onee-sama…….pour toujours ! »

 

D’autres gens auraient vu cela bizarrement mais lui il trouvait et trouve encore que c’était normal, puis il pensa à son petit frère, il l’aimait beaucoup mais comment dire……..ils n’étaient pas très proches tout les eux, Shun n’était plus le petit garçon de la grande maison froide, il n’était plus aussi seule, aussi renfermé et sombre qu’à l’époque , ses proches lui avaient donnés le goût de la vie , mais c’était surtout sa sœur qui l’ y avait énormément aidé.

 

-« Sans toi, Onee-sama n’est plus ce qu’il était, je ne pourrai plus vivre sans toi, alors je t’en supplie où que tu sois reviens…nous ! »

 

 

 

Alors Hina on l’a fait morte et enterrée ????  J’avoue que ce chapitre ne fait pas avancer l’histoire, et qu’il est nul voire carrément out ! (Surtout trop court !)

J’ai essayé d’adopter un nouveau style, c’est comme un chapitre spécial, bref des recommandations, des critiques, des conseils bienvenus ! , et merci à toi Twick et à tout ceux qui m’ont laissé un commentaire, mais où est J-Dream ?

 

Pour les erreurs c’est une petite fille de huit ans qui parle une langue complexe

Et pour le nom de Tony ah désolée onee-sama !!!!!! Me tue pas c’est pas parce que tu m’as fait voir sc*rf*ce au mois 85fois en 10ans et que tu me rabâches les oreilles chaque jour avec que j’ai choisi ce nom !