chp 3

par amethyste

Comme Ichigo l’avait pressenti, Rukia ne se calma pas. Enfin, il faut plutôt dire qu’elle ne lui pardonna pas. Sa tâche de lieutenant obligeait souvent Ichigo à aller à la rencontre de ses subordonnés pour parler missions, préparations du conflit,...,et il était tombé, les premiers jours, quelques fois sur son amie, mais celle-ci était partie à chaque fois en trombe, et avait même fini par quitter les parties de la division où il se trouvait .Elle le fuyait ! Ne comprendrait-elle pas pourquoi  il avait accepté ? Vivrait-elle toujours avec CE souvenir ?

 

-«  si tu savais ce que je peux t’en vouloir. C’est facile pour toi, t’es mort ! Mais elle ?! Elle est obligé de vivre avec Ton souvenir et pire vu que je te ressemble beaucoup je dois lui rappeler son cauchemar……grrrr dans ta prochaine réincarnation, t’es gentil mais évite de la faire souffrir si tu la revois ! »

 

Heureusement, son travail l’occupait suffisamment pour ne pas lui faire ruminer les agissements de la jeune femme et, quand il avait du temps libre, il l’occupait généralement à s’entraîner avec Renji, Ikkaku et les autres et non à lui courir après, espérant toujours qu’elle finirait par revenir à la raison.

 

Après tout, même si côtoyer Rukia avait été un plus pour qu’il accepte le poste, son but principal était de gagner en puissance afin d’être prêt pour la guerre contre Aizen. Ce dernier risquant d’entraîner d’immenses dégâts dans le monde des humains, ne serait ce que pour nourrir son armée de Hollows, Ichigo avait pris la dure décision de quitter famille et amis, ne pouvant, temps que la guerre ne serait pas achevée et remportée, qu’en d’extrêmement rares occasions retourner les voir. Bien entendu, ses sœurs l’attendaient avec impatience et son père, bien que non officiellement au courant de la situation comme toute la famille, avait étrangement été sérieux lors de l’explication de son fils sur son absence prolongée à venir.

 

Mais, bien que la nomination d’un nouveau lieutenant l’ait remis en forme durant quelques temps, Ukitake finit par retomber malade, et Ichigo fut alors plus encore surchargé de travail. Ayant d’ailleurs du mal au début à s’organiser suffisamment bien pour tout faire, il décida d’aller demander conseil à une division voisine. La 12° était exclue, le capitaine était franchement bizarre, tout comme la 11° , pour des raisons évidentes, de plus les gars de la 11e rêvaient de le voir combattre encore une fois contre leur capitaine. Kenpachi n’avait pas oublié l’exaltant sentiment de croiser les armes contre Ichigo et son envie de le combattre le tenaillait depuis la nomination. Le nouveau fukutaicho promit de venir les voir – quand il aurait le temps-. Venait alors la 10° division. Bien que sachant que la lieutenant n’était pas vraiment une bourreau du travail, et donc ne lui serait sans doute pas d’une grande aide, Ichigo se dirigea vers la division sus-nommée.

 

-« Bah ! Apres tout, Tôshiro pourra m’aider, lui. Avec quelqu’un comme Rangiku san, il a intérêt à s’y connaître en organisation du travail . »

 

Il arriva alors au  bureau du jeune capitaine, et entendit une voix féminine, mais pas celle de Matsumoto.

 

-« Hitsugaya-Kun… »

 

-« Hinamori, j’en ai marre de me répéter, c’est Hitsugaya taichô. Et qu’est ce qu’il y a encore ? » Répondit d’une voix sèche le jeune prodige.

 

-« C’est que.. Euh.. »

 

-« Si tu as quelque chose à me dire, dis le tout de suite, ne reste pas là comme une carpe. J’ai du travail, et je n’ai pas de temps à perdre. Alors parle ou va-t’en. » Interrompit Hitsugaya, l’air encore plus contrarié qu’auparavant.

 

-« Y a pas à dire, il s’y connaît en délicatesse, ce gamin. » Se moqua Ichigo, en écoutant derrière la porte.

 

-« Si je te dérange, alors, excuse-moi. » Dit la jeune lieutenant avec une petite voix où l’on sentait la proximité des larmes.

 

Ichigo, entendant des pas en direction de la porte, recula, préférant ne pas se faire choper en train d’espionner.

 

-« Hinamori, attends ! »

 

De toute évidence, le jeune capitaine avait compris qu’il avait blessé son amie, et, se dirigeant vers elle au vu des bruits de pas, lui dit :

 

-« Pardonne-moi, Hinamori. Mais tu comprends, avec Matsumoto qui m’a encore laissé seul à gérer la division et ses affaires et  tous les préparatifs pour la guerre contre A.. Enfin avec tout ce qu’il y a à superviser, je suis un peu à cran. »

 

Ichigo décida de partir, commençant à se sentir assez indiscret.

 

-Je comprends parfaitement au vue de vos responsabilités vous n’ayez pas de temps à m’accorder Hitsugaya-taichô, répliqua Hinamori d’une petite voix.

 

Aïe ! là elle lui en voulait. Passant de son habituel familiarité à cela, Hinamori n’avait pas été simplement blessée par les paroles de son ami. Hitsugaya se rendait compte qu’il avait été ignoble avec celle qu’il prétendait – en secret- aimait.

 

-«Momo…je……je suis vraiment désolé de mon comportement avec toi. Tu ne m’as rien fait et l’imbécile que je suis a passé sa colère sur toi. »

 

-«Hitsugaya-taicho, ne vous en voulez pas. Une guerre est imminente et moi je viens vous embêter. Votre charge de travail est double, vous n’avez pas besoin de vous inquiéter pour moi…..je…vais, dit-elle jusqu’à ce que sa gorge soit trop serrée par les larmes qu’elle essayait de retenir. »

 

-«Momo…j’aurais toujours du temps à te consacrer quelque soit mes obligations de capitaine de division, énonça-t-il d’une voix douce, les yeux emplit de tendresse. S’il te plait…que voulais-tu me demander plus tôt ? »

 

-«Je….j’aurais voulu…savoir si  tu aurais bien voulu déjeuner avec moi plus tard dans la journée…..quand tu seras un peu moins préoccupé ? demanda-t-elle en relevant la tête, un sourire ornant ses lèvres. »

 

Acceptant avec empressement, Hitsugaya comprit une fois encore combien il tenait à son amie. Ravi d’avoir écourté cette dispute et d’avoir fait sourire son amie, il convint avec elle d’une heure.

 

Regardant son amie s’en aller, il se tourna vers la source de reiatsu qu’il avait senti tantôt. Etant exceptionnellement bien disposé, il n’en tiendrait pas rigueur pour une fois.

 

 Ichigo, lui ,était sur le chemin menant de la 10e division à la 13e, quand :

 

-« Tu voulais me voir, Kurosaki ? »

 

-« Ah Tôshiro.. » Dit Ichigo, l’air légèrement gêné de s’être fait attraper.

 

-« C’est Hitsugaya taichô. Ca serait bien si quelqu’un s’en souvenait.» L’interrompit le jeune capitaine, étonnamment calme pour une fois à propos de ce sujet. « Alors ? »

 

-« Ben, vu que Ukitake taichô est alité et que j’ai que 24H pour faire le boulot d’un taichô et d’un fukutaichô, je me suis dit que tu pourrais me filer des conseils pour m’organiser. Après tout, t’as l’habitude, non ? »

 

Le jeune capitaine fit donc un cours rapide d’organisation au lieutenant fraîchement nommé. Ichigo repartit ensuite vers sa propre division. Grâce au conseil de Hitsugaya, qui était de confier les tâches les plus simples à son( ou plutôt ses) 3° sièges, ce dont Kiyone et Sentarô se montraient ravis, Ichigo eut soudain bien moins de travail, ce qui ramena le sujet ‘Rukia’ dans son esprit. Mais lors de cette entrevue, il avait aussi reçu un second conseil, qui lui serait sans doute utile avec la jeune femme.

 

Il parcourut donc, dès qu’il eut un instant de libre, la division et ses environs, à la recherche de la jeune femme, l’envoyant même chercher. Quand il la dénicha enfin, il se dépêcha de la retenir, et sans reprendre sa respiration, lui dit :

 

-« Rukia  je suis désolé je sais que tu tenais énormément à ton fukutaichô et je ne prétend pas le remplacer en tant que Kaien numéro 2. Je.. »

 

Mais la jeune femme se contenta de lui jeter un regard noir et de se dégager avant de franchir la porte.

 

-« Bon, s’excuser, ça marche pas. Tôshiro a de la chance que sa copine soit pas aussi têtue que Rukia. » Marmonna Ichigo.

 

Il retourna alors dans son bureau, où la vue de Kiyone et Sentarô s’expliquant l’un l’autre pourquoi tel ordre était le meilleur, mais heureusement tout en continuant à trier, le fit sourire, mais ne suffit pas à éclipser ses pensées au sujet de son amie.

 

-« Hé oh, toi! Je sais pas si tu t’y connaissais en psychologie féminine, mais si t’as des conseils pour moi, hésite surtout pas. C’est pas que je veuille être un second toi, mais elle commence à m’enquiquiner ton ex-subordonnée. »