Chapitre 10

par Angel9

Hai minna !

 

Kyaaaa !!! Ça fait du bien de pouvoir publier à nouveau, vous ne pouvez pas savoir les séquelles psychologiques que peut provoquer le manque de pc sur le moral (ouais, j’ai encore eu des problèmes avec l’antiquité qui me sert d’ordi !)

 

Mais comme j’ai subitement retrouvé l’inspiration (j’ai changé beaucoup de trucs dans celui-là !) ; j’ai décidé de m’y mettre, il était temps aussi !

 

Bonne lecture !!!!

 

Amalgames de sentiment…

 

-Quatrième voie de la destruction : Sokatsui !

Le jet de lumière bleue effleura l’extrémité droite de la cible. C’était le premier dommage qu’elle y causait alors que ça allait bientôt faire deux heures et demi qu’elle s’y appliquait, ce qui lui faisait perdre son calme – déjà incertain – un peu plus à chaque tentative :

-Saleté… trente-troisième voie de la destrcution  : Sokatsui* !

Cette fois encore, le sort ne toucha qu’une petite partie de la cible, mais démolit par contre la moitié du mur à côté.

-Si quelqu’un te voyait, il ne croirait pas que tu es sur le point de devenir Fu… 

Au même moment, Rukia lança un Shakkaho qui dérapa sous le coup de la surprise, ce qui faillit le faire atterrir sur la tête du nouvel arrivant, si celui-ci n’avait pas évité en Shunpo.

-Si j’étais toi, je ne resterai pas dans les parages ! Déclara-t-elle en ratant un nouvel essai, je serais trop tentée de t’en envoyer un en pleine face !

-Mais vas-y, ne te gènes pas pour moi ! Répondit-il simplement en se plaçant juste devant la cible.

La Shinigami se mit en position, un sourire en coin et le regard décidé, elle tendit les mains en avant et affirma fièrement :

-Fais gaffe à tes fesses Ashi, tu vas regretter de m’avoir provoquée… trente et unième voie de la destruction : Shakkaho ! La boule de feu se dirigeait exactement vers Ashido, mais ce denier ne bougea pas d’un pouce sous le regard horrifié de la jeune fille :

-(il ne pourra pas l’éviter !), ASHIDO, ATTENTION ! Alors qu’il ne restait plus que quelques millimètres entre le visage du Fukutaisho et la boule de feu, elle dévia pour s’écraser contre le rocher à sa droite :

-T’es naturellement bête ou tu le fais exprès ? Et si elle t’avait touché ? Cria la Shinigami.

-J’étais sûr que tu n’y arriverais pas !

-Finalement, je regrette qu’elle ne t’ait pas carbonisé la caboche !

-Je peux savoir pourquoi tu m’en veux autant ? Demanda le Fukutaisho en se mettant juste devant elle, les bras croisés.

-Je... euh, et puis merde, vu que c’est toi qui as mit ça sur le tapis, parlons-en, oui je t’en veux, parce que de un, tu m’as lâchement abandonnée le jour de l'entrevue avec Yamamoto…

-Et tu m’as plutôt bien rendu la monnaie de ma pièce, vu que tu m’as quasiment percé le bras avec mon insigne !

 

Flash back

 

Après l’arrivée de Rukia, Ashido, Renji, Matsumoto, Ichigo, Tatsuki et Karin au Seireitei, Rangiku et Renji quittèrent le groupe pour rejoindre leur division :

-Et toi ? Demanda Rukia à Ashido, ce qui signifiait clairement "t’as pas intérêt à me laisser seule avec eux !" le Shinigami avait très bien saisi le message, mais fit mine de n’avoir rien remarqué.

-Si je ne les surveille pas, Kyone et Sentarou vont faire un massacre au siège de la treizième, je dois y aller ! Il s’éloigna en silence, avant de se faire rattraper par Rukia.

-Matte* !

Il s’arrêta et se retourna vers la brune arrivée à sa hauteur :

-Je sais d’avance ce que tu vas me dire, et sache que je trouve ce comportement puéril venant de…

Elle sortit de sa poche une sorte de blason fendu sur le coté et entouré par une bande de tissu blanc. L’objet en question portait le symbole de la treizième division :

-J’étais juste venue te donner ça ! Fit-elle avec un sourire malicieux en remuant l’insigne sous le nez du lieutenant, le tenant entre le pouce et l’index. Le regard d’Ashido oscillait avec appréhension entre Rukia et l’insigne, se doutant bien que son sourire cachait quelque chose de louche :

-Merci, je l’avais complètement oublié ! Mais lorsqu’il tenta de s’en saisir, la jeune fille l’en empêcha.

-Laisse-moi faire, déjà que tu es en retard, ça ira plus vite comme ça !

-Non, ce n’est pas la peine, je…

-J’insiste ! Lança-t-elle en fronçant les sourcils, ce qui finit de convaincre Ashido d’accepter, elle attacha la bande de tissu blanc au bras du Fukutaisho et y fixa l’insigne à l’aide d’un crochet (l’objet en question avait été abîmé, suite au combat de Kaien Shiba contre le Hollow qui l'avait tué), qu'elle enfonça profondément dans le bras du Fukutaisho, lui arrachant une grimace de douleur, mais aucun son ne sortit de sa bouche, sachant que cela ferait trop plaisir à la Shinigami:

-Merci… beaucoup !

-C’est toujours un plaisir de pouvoir t’aider, un sourire plein de sadisme étirait ses lèvres alors qu’elle pressait l’insigne sur la blessure du brun, à tout à l’heure ! Elle rejoint ensuite le groupe d’Ichigo, laissant derrière elle un Ashido pas loin de perdre l’usage de son bras droit.

 

Fin du Flash back

 

-… et de deux, tu m’as encore laissée tomber le lendemain de ma cuite, je ne te raconte pas les regards pleins de sous-entendus et les chuchotements sur mon passage que j’ai dû endurer tout au long de la semaine, elle s'arrêta pour reprendre son souffle… de toute façon, ce n’est pas la première fois qu’on me laisse tomber, et certainement pas la dernière, j’ai l’habitude maintenant ! A sa dernière réplique, le Fukutaisho tiqua.

Elle sortit son sabre et commença à faire des mouvements de haut en bas, quand Ashido l’arrêta.

-Tu ne crois pas que t’exercer au Kidou serait plus raisonnable, ta maîtrise des sorts est plus que lamentable et loin du niveau d’un troisième siège !

-Ho ça va ! C’est toi l’expert en Kidou ici, alors au lieu de crâner, donne-moi un conseil ! Cracha la brune en rengainant son Katana, elle reprit sa posture initiale face à la cible, pour tenter un nouvel essai. 

-Au lieu de rendre les autres responsables de tes erreurs, tires-en des leçons ! Copier les manières de la onzième division n’est pas la meilleure chose à faire si on vise un poste de lieutenant, tu en connais beaucoup des officiers qui ne savent même pas lancer un sort de niveau trente ?

Au lieu de répondre, Rukia lui lança un regard noir avant de se remettre au travail. Le Fukutaisho passa à côté d’elle et lui donna une tape à l’arrière de la tête, puis il partit s’asseoir au bord de la rivière (Avis aux inconditionnels de séries policières, d’où ai-je tiré ce passage ? Cinq super wallpapers Bleach à gagner pour le 1er qui trouvera !)

 

-Ailleuuuu !

-Ça t’évitera de dire n’importe quoi, à l’avenir ! Pff... "Abandonner", qu’est-ce qu’il faut pas entendre… Rukia sourit en entendant Ashido, surtout qu’en réalité, le but de sa tirade était de le pousser à prononcer ces mots, le fait de savoir que l’on tient à vous ne suffit pas toujours à vous rassurer.

Après dix autres essais tout aussi catastrophiques, elle décida de faire une pause, prit sa serviette et alla s’installer sur la berge du lac, à côté de son visiteur.

Rukia se rendait souvent ici, pour s’entraîner ou tout simplement s’isoler, une forêt dense entourait ce coin perdu et reculé au sud du Rukongai, qu’elle ne connaissait que depuis quelques mois, pour y être venue s’entraîner avec Ikkaku.

Cette étendue d’eau calme et translucide pouvait être synonyme de paix pour certains, mais pas pour la brune. A chaque fois qu’elle la contemplait, une boule se formait dans son estomac, de la peur ? Un sinistre souvenir hantait le fond de ces eaux, si bien qu'elle s'était fixée une limite invisible à ne pas franchir, celle qui séparait l'eau de la terre ferme, mais elle préférait ne pas y penser, continuant malgré tout à venir ici, comme pour défier ce lac du regard.

-Tu y penses toujours ? Lui demanda le brun

-Ne sois pas ridicule, s’il te plait ! S’empressa-t-elle d’ajouter.

-C’est mon imagination qui me joue des tours ou je ne t’ai vraiment plus revue mettre un orteil dans l’eau ?

-C’est… c’est parce que…

-Si tu n’y remédies pas, tu n’avanceras pas dans ton entraînement ! Déjà que ton monde intérieur est assez perturbé depuis cet accident, tu risques de perdre totalement la confiance de ton Zanpakuto et donc, ce qui serait fort ennuyeux vue la tache qui t’est confiée !

-Je sais tout ça, mais qu’est-ce que tu veux que j’y fasse, à cause de ça je ne peux même plus entrer dans mon monde intérieur et Sode no Shirayuki perd en puissance, c'est tout juste si j'arrive à passer en Shikai, si jamais Nii-sama apprenait que j’ai des problèmes avec mon Zanpakuto… murmura-t-elle en contemplant d’un air triste son Katana, adossé à un rocher plus loin.

Ashido lui se remit à admirer le lac d’un air pensif, il fronça soudain les sourcils et devint  plus grave :

-En tous cas, je ne suis apparemment pas la seule à avoir des soucis, dit-elle en le regardant de côté, il retrouva la douceur de son visage mais ne dit rien sur ce qui le tracassait.

-Ho allez, je croyais qu’on se disait tout ! Elle lui donna une tape sur le bras et le Fukutaisho répondit avec un sourire :

-Il y a quelques jours, j’ai revu une ancienne connaissance, très ancienne… ou plutôt, j’ai cru l’avoir revu…

-C'est un peu confus, mais c’est déjà mieux !

Elle posa sa tête sur son épaule, mais Ashido ne sourcilla pas.

-Pourquoi je te sens si tendue, c’est la fête de l’après-midi qui te rend comme ça ? Demanda-t-il sans même la regarder.

-Qui a parlé de fête ? Je t’y verrais bien toi, on te dit qu’on va te mettre une clé à l’intérieur de toi par je ne sais quel moyen, et que cette chose va probablement aspirer toutes tes forces, et tu voudrais que je sois calme !

-Si Byakuya a accepté, c’est que ça ne doit pas être si dangereux ! 

-Oui peut-être… Bon je m’y remets ! Elle se leva, reprit sa position à quelques mètres de la cible et recommença à tirer.

-Trente et unième voie de la destruction : Shakkaho* ! Le jet cramoisi atterrit à quelques mètres de la cible, ce qui acheva de décourager Rukia.

-HAAAAA, j’en ai marre, même Renji ne raterait pas un sort aussi simple, quand je pense que je maîtrisais le Kidou sur le bout des doigts… À ce moment-là, elle sentit une main se saisir fermement de son bras pour le mettre bien en face de la cible, et une autre main se poser sur son abdomen :

-Qu'est-ce que tu vas encore inventer, cette fois ? Demanda la brune.

-Regarde bien la cible… maintenant ferme les yeux et visualise un grand cercle noir dans ta tête, projettes-y le feu du Shakkaho… prends une profonde inspiration et relâche là… maintenant !

-Trente et unième voie de la destruction : Shakkaho !

Une boule de feu beaucoup plus grosse que les précédentes sortit de la paume droite de Rukia, carbonisant toute la cible et ce qui l’entourait :

-Génial, j’ai… j’ai réussi !

-Tu vois que ce n’était pas si compliqué ! Rukia se tourna vers lui et lui adressa un sourire radieux.

-RUKIA ! Devine qui je ramène, ils sont… ho !

-Renji, qu’est-ce que tu… elle s’interrompit car elle s’aperçut que le lieutenant n’était pas seul !

 

Quelques heures plus tôt, dans le monde réel !

 

-Allez les feignasses, on se bouge, je n’ai pas que le chaperon à faire, moi !

-Qui tu traites de feignasse, Babouin?

-Nanda to*, Teme*?

-EuhTatsuki-chan

-Laisse-moi faire Orihime, elle mit son bras devant la rousse pour l’empêcher d’approcher, ça sens la bagarre, j’attends de me battre contre un Bankai depuis le jour où j’ai eu mes pouvoirs, amène-toi !

-Hun ! Le Bankai, lâcha-t-il avec mépris, apprend déjà le nom de ton Zanpakuto, microbe ! Tu es 2000 ans trop jeune pour….

-Ouais bon on en a un peu marre de ta rengaine Renji, on le sait que t’es un fossile par rapport à nous et qu’on est "2000 ans trop jeune", ça te ferait pas de mal de renouveler ton répertoire ! Lui dit Ichigo en lui tapotant l’épaule.

-Yaro* !

-C’est pas tout ça, mais il est l’heure de partir, tout le monde est là ? Ishida, Inoue, Arisawa, Sado et les deux Kurosaki, c'est bon le compte y est !

-Ouverture ! Cria Renji. Le Dangai apparut et laissa sortir sept papillons de l’enfer.

-A mon retour, si j’apprends que tu as encore fait le mariole, même Ishida ne réussira pas à recoudre tes lambeaux, n’oublie pas, t’es en sursis ! Menaça Ichigo en empoignant le col de Kon.

-Si il y a le moindre problème, préviens-moi sur mon Soul pager, et garde un œil sur lui aussi, dit Karin à son Gikongan en faisant un signe vers le moud soul.

-Pourquoi vous me collez une nounou ? Je suis capable de m’occuper de moi tout seul !

-C’est bien ce qui nous inquiète, une dernière chose Urahara-san, veillez sur Yuzu et mon père s'il vous plait !

-Aucun problème… Choto matte* Kurosaki-san, j’ai une dernière recommandation pour toi ! L'homme au bob attrapa Ichigo par le coup pour lui chuchoter à l’oreille : il paraît que les femmes raffolent des capitaines en Haori à manches longues, crois-moi, tu les auras toutes à tes pieds, surtout que t’es pas mal fait à la base !

-Je ne sais pas si je dois vous remercier pour le compliment ou plutôt prendre mes jambes à mon cou ! Déclara nerveusement Ichigo.

-Choisis-le à manches longues, tu le ne le regretteras...

 -Kisuke, arrête tes salades, si tu veux tout savoir Ichigo, je trouve que le Haori sans manche est beaucoup plus sexy ! Fit signaler Yoruichi en s’approchant d’eux.

-C’est pas ce que tu as dit la première fois que tu m’as vu avec !

-La première fois c’était il y a plus d’un siècle !

-Ichigo, qu’est-ce que tu fous ? L’appela Renji.

-J’arrive, à bientôt ! Lança-t-il à une Yoruichi et un Urahara qui ne lui prêtaient pas la moindre attention.

 

Quelques minutes plus tard, à l’intérieur du Dangai

 

-Si quelqu’un m’avait un jour dit que Kurosaki deviendrait Taisho au sein du Seireitei, je lui aurais certainement conseillé un séjour à l’hôpital psychiatrique le plus proche ! Déclara Ishida en remontant ses lunettes.

-Malheureusement pour toi Ishida, c’est ce qu’on appelle la différence de niveau, t’y peux rien si t’es toujours à la traîne ! Se moqua Ichigo en haussant les épaules.

-Tes provocations ne servent à rien Kurosaki, décidément, tu seras toujours aussi simple d’esprit !

-Ça c’est bien envoyé !

-Tu pourras dire ce que tu veux, tu ne vaux pas mieux, le babouin ! Souligna Tatsuki.

-Ça aussi c’est bien envoyé !

Le reste de la traversée se passa de la même façon, avec le silence de mort de Sado, les frictions entre Tatsuki et Renji, et Orihime plongée dans une grande discussion avec Ishida, dont le thème portait sur "le délice du riz assaisonné au mélange mayonnaise plus Ketchup !", le teint du Quincy avait pris une singulière couleur verdâtre :

-J’arrive pas à croire qu’Ichi-nii va devenir Taisho, un vrai comme Toushiro ! S’extasia Karin.

-En parlant de la demi-portion, tu ne m’avais jamais dit que tu le connaissais !

-Pourquoi te l’aurais-je dit, je n’ai pas de compte à te rendre ! Lança-t-elle en fronçant les sourcils.

-Tu as raison Karin, affirma Tatsuki, mieux vaux ne pas trop leur faire croire qu’ils sont indispensables !

-C’est pas bientôt fini les pipelettes, on est arrivé, et tachez de bien vous tenir !

-C’est l’hôpital qui se moque de la charité ! Lui cria Tatsuki.

Renji voulut protester mais la lumière annonçant la fin du passage apparut. Après avoir expliqué aux gardes la raison de leur présence, ils se dirigèrent tous vers les quartiers de la treizième division :

-Je peux savoir pourquoi tu nous traînes là-bas ? Demanda Tatsuki de mauvaise humeur.

-Je dois aller voir Rukia, cette idiote n’a plus mis un pied au bureau depuis son retour du monde réel !

Cette remarque fut suivie d’un  triste regard échangé entre Tatsuki et Orihime.

-Pourquoi ne pas aller voir à la sixième division, ce n’est pas là-bas qu’elle travaille maintenant ? Demanda Ishida.

-Quand elle n’est pas au boulot, elle traîne toujours avec Ashido ou alors elle s’entraîne !

-Ashido, c’est le type qui est venu avec elle l’autre fois, non ?

-Hum…fut le seul son qui sortit de la bouche d’un Ichigo passablement irrité.

-Renji, Ichigo, attendez !

-Rangiku-san !

Matsumoto courait vers eux en faisant de grands signes de la main, lorsqu’elle arriva à leur niveau, elle s’arrêta un moment et s’appuya sur ses genoux pour reprendre son souffle, offrant une vue panoramique sur son décolleté à Renji :

-Espèce de sale pervers, je t’ai vu, voyeur ! Lui cria Tatsuki en le pointant du doigt.

-Quoi ? Ça ne va pas la tête !

-C’est pas grave Arisawa, j’ai l’habitude de toute façon !

-Tu as des ennuis, Rangiku-san ? Demanda Orihime, un peu inquiète après l’arrivée en fanfare de la rousse.

-Non, tout va bien, mon seul souci est une petite brune qui m’a méchamment faussé compagnie après m’avoir promis de m’aider, et qui est malheureusement introuvable !

-Nous aussi on la cherche, tu as regardé du côté de la treizième division ?

-J’en reviens tout juste, non seulement elle n’y est pas, mais Ashido aussi a disparu, ils doivent encore être en train de traîner… ensemble ! Expliqua-t-elle en insistant sur la fin, Vous ne trouvez pas qu’elle a l’air bizarre depuis l'annonce de son mariage !

Le résultat était bien sûr à prévoir, une Orihime tendue, une Tatsuki furax, un Ishida (très peu) surpris, un Sado qui se décidait à lever un sourcil, une Karin mi-anxieuse mi-amusée et un Ichigo au teint livide et aux yeux exorbités de surprise :

-Se… marier ? Déglutit-il difficilement.

-Ouais je sais, ça surprend,  la première fois que j’ai entendu ça, j’étais mort de rire, mais j’ai fini défenestré, alors je te déconseille le moindre commentaire… si tu peux desserrer la mâchoire ! Cette dernière phrase avait été prononcée assez bas pour que personne ne l’entende, On va aller jeter un coup d’œil au lac ! Déclara Renji, le visage de ce dernier ainsi que celui de Rangiku s’assombrirent l’espace d’une seconde :

-Bon, si jamais vous la voyez, ramenez-la à la première division, y’a pas mal de boulot, et j’ai peur que Kira et Shuuhei ne nous foutent un sacré bordel, alors à tout à l’heure ! Et elle repartit en Shunpo, laissant le groupe se diriger vers le sud du Rukongai, en direction de ce fameux lac.

 

Une heure plus tard, quartier sud du Rukongai

 

-On est encore loin ? Demanda Tatsuki

-Avance au lieu de jacasser !

Ils atterrirent après un long trajet, devant une forêt de pins, dont l’accès semblait pénible et difficile. Après cette désagréable traversée, ils débouchèrent sur un sentier bordé par un lac, signe qu’ils étaient enfin arrivés. Leurs Shikakushos déchirés et leurs visages couverts d’estafilades.

-C’est bon, on y est, généralement elle va un peu plus au fond !

Sur la route, il n’y avait que Tatsuki qui discutait avec Orihime et Karin plus quelques engueulades avec Renji. Sado et Ishida s’étaient enfermés dans leur habituel silence et Ichigo les y avait rejoint, même les pics que lui lançait Renji n’arrivaient pas à le faire réagir, ne trouvant pour seule réponse qu’un "hum". C’était une situation très étrange, le roux se sentait bizarre, il se sentait… vide.

-Alors mon roi, on fait une petite déprime ?

Il n’avait plus eu l’occasion d’entendre cette voix nasillarde et si désagréable depuis son dernier combat contre son Hollow intérieur, que lui voulait-il ? 

-Je me demande ce qui a pu te foutre un tel cafard ?

(-Ça ne te regarde pas, fous-moi la paix !)

-Comme le voudra sa majesté, mais fais attention à ne pas redevenir dépressif, sinon… le Hollow passa son pouce sous sa propre gorge tout en disparaissant, son sourire démoniaque toujours fiché sur le visage.

-(Yaro…)

-… Ichigo, hé, Ichigo ?

-Heu… oui ?

- Secoue-toi un peu !

Au même moment, ils entendirent une explosion :

-Je crois qu’on l’a trouvée !

Puis ils entendirent la voix de Rukia crier "Shakkaho" suivie d’une autre explosion, Renji se précipita alors dans sa direction, les autres sur ses talons.

-RUKIA ! Devine qui je ramène, ils sont… oh !

-Renji, qu’est-ce que tu… Mais elle s’interrompit en s'apercevant que Renji n'était pas seul. Son regard passa sur Orihime, Tatsuki, Karin, Sado et Ishida pour enfin rencontrer celui d'Ichigo… froid et distant, comme le sien le jour de leurs retrouvailles. Une goûte de sueur perla sur sa tempe, elle fut la première à détourner le regard. Ichigo repensa à ce que lui avait dit Matsumoto alors qu'il remarqua la main d'Ashido toujours sur le ventre de Rukia. Il fronça les sourcils à cet instant et le Fukutaisho l'ayant remarqué, la retira et se dirigea vers eux, suivi par la brune :

-Vous nous avez surpris dans une drôle de situation ! Dit-il en souriant, pas le moins du monde gêné, et lorsque il tendit une poignée de main à Ichigo, le roux se retint de lui en coller une, ne voulant pas paraître plus bizarre qu’il ne l’était déjà. Rukia ne lui adressa pas le moindre regard, elle n’en avait pas besoin car elle savait qu’Ichigo n’appréciait pas Ashido, sûrement un de ces nombreux complexes machistes dont étaient victimes les représentants du sexe opposé, ceux qui les obligeaient à se déclarer la guerre dés que deux d'entre eux se croisaient, et auquel elle ne comprendrait jamais rien. Ils repartirent tous vers la première division, Rukia et Ichigo marchaient côte à côte, si proches et pourtant si éloignés par cet énorme et invisible fossé, s'agrandissant inévitablement entre eux, cet odieux mal qu'était le silence.

 

Première division, salle de réception

 

Shuuhei, Kira et toute la troisième division plus une partie de la quatrième s’activaient pour satisfaire les moindres caprices et exigences de Matsumoto Rangiku, celle qui était en charge de préparer cette salle :

-Plus haut la banderole là-bas… il va falloir changer l’autre, le rose flashy ne fait pas très cérémonie officielle… et puis non, on la garde, j’ai une nouvelle idée !

A cette annonce, une série de gémissements et de protestations se firent entendre dans toute la salle.

-Je vous préviens d'avance, je refuse de polémiquer, alors bougez-vous, on n’a pas toute la semaine, je vous rappelle que la fête est demain !

-On fait ce qu’on peut ! Signala Hisagi qui portait d’énormes pancartes sur le dos.

-Ce n’est pas suffisant, alors faites encore plus !

-C’est facile de donner des ordres, et si tu mettais la main à la pâte pour une fois?

-Ha, vous voilà ! Cria Matsumoto en se dirigeant vers le groupe d'Ichigo, ignorant  totalement les protestations d’Hisagi.

-Bon sang t’étais passée où, je te cherche depuis ce matin ! Cria La rousse à l’adresse de Rukia, les mains sur les hanches.

-Désolée, j’étais…

-C'est pas important, mais maintenant que tu es là… elle l’attrapa sans ménagement par le bras et l’entraîna à sa suite !

-Orihime, il y a une liste de courses sur la chaise à ta droite, emmène les filles avec toi et allez passer les commandes pour demain, ça vous fera visiter en même temps !

-D’accord, alors vingt  kilos de poissons, cinquante kilos de riz… (Ben quoi, il va y avoir beaucoup de monde quand même !)

-On revient tout à l’heure, Ichi-nii !

-Ne t’éloigne pas de Tatsuki et Inoue, et si il y a un problème…

-Ho ça va, on part juste faire les courses, pas à la chasse aux Hollows, t’es prête, Karin ?

-Toujours !

-Prête à quoi ?

Tatsuki attrapa le bras d’Orihime et partit en Shunpo avec Karin sur ses talons, laissant derrière elles un Ichigo et un Renji incrédules, toussant lamentablement dans le nuage de poussière laissé par les filles.

Côté Rukia, Matsumoto s’était finalement décidée à apporter sa "contribution" en montant sur une échelle, la longueur d’un des rideaux de lin blanc ne lui plaisait pas :

-Et merde ! Kira, tu sais pas mesurer ou quoi, ce rideau fait le double de la taille que j'avais demandée !

En voulant s'excuser, Kira se prit le contenu de toutes les caisses de saké qu’il transportait, sur la tête :

-C’est malin ça, maintenant va falloir tout nettoyer et en racheter d’autres ! Je crois que j’ai largement explosé le budget de ma division, cette fois le Taisho va vraiment me tuer quand il va jeter un coup d’œil sur sa carte bleue !

-Aux dernières nouvelles, c’est toi qui t’es autoproclamée décoratrice, personne ne t’a forcé la main ! Répliqua Rukia d’en bas.

-Au lieu de me critiquer, coupe le bout de tissu qui dépasse là !

Rukia se mit à la recherche d’une paire de ciseaux ou d’un autre objet susceptible de couper du tissu, mais quoi ?

-Et ton Katana, il sert à quoi ? Je ne t’ai pas demandé de faire de la couture mais juste de couper le bout.

Rukia haussa les épaules et porta sa main au manche de son Zanpakuto, c'est alors qu'elle sentit une incroyable montée de reiatsu affluer dans sa direction, elle eut juste le temps de sortir son Katana pour parer celui qui était à présent contre le sien :

-Sa vitesse a augmenté, ses réflexes se sont améliorés et sa quantité de reiatsu a quasiment triplée, ça promet d’être vraiment intéressant !

-Ce reiatsu, je le connais… elle m’écrase, je ne tiendrai plus très longtemps !

Alors que le sabre de Rukia commençait à lâcher sous la force écrasante de son adversaire, la voix d’Ichigo vint perturber la confrontation :

-Hé, mais ça ne va pas, arrête ça tout de suite ! Au même moment, son assaillante baissa son Zanpakuto et recula de quelques pas, ce qui permit à Rukia de la détailler :

La jeune fille portait un Shikakusho pour le moins spécial, ressemblant plus à un costume de cosplay qu’à un uniforme de Shinigami. C’était une pièce unique sans manches et au décolleté révélant une poitrine qui n’avait rien à envier à celle de Matsumoto, le Kimono lui arrivait à la moitié des cuisses et était retenu à la taille par un large obi rouge, le nœud à l'arrière était beaucoup plus grand avec les pants du tissu lui arrivant à l’arrière du genou, son Zanpakuto étant glissé verticalement au milieu du nœud, formant ainsi une sorte de papillon, elle portait aussi des sandales nu-pieds à hauts talons noirs, une chaîne en argent pendait à son obi et un petit grelot transparent comportant une bille verte y était accroché. La Shinigami avait les cheveux courts et d’un blond presque blanc, attachés en une petite couette haute du côté gauche de la tête avec un ruban rouge. Mais ce qui faisait sa particularité, c’était ses yeux, la couleur de l’un était d’un simple marron, alors que l’autre était aussi vert vif, presque fluorescent.

-Qu’est-ce qui t’as pris de faire ça?

-Ho ça va, qu’est-ce que tu peux être rabat-joie, Ichigo ! Pesta-elle en remettant son Katana dans son fourreau.

-(Ichigo ?) Répéta mentalement Rukia en remettant son Katana dans son propre fourreau tout en les observant.

-C'est bon, je le referais plus, promis ! Essaya-t-elle en tirant la langue, à la manière d'un enfant tentant d'embobiner ses parents.

-C’est ce que tu m’avais dit la fois où tu m’as sauté dessus !

-Ho ça va, elle n’est pas morte non plus !

-Non je confirme, je vais très bien ! Assura la principale intéressée en fixant la fille à sa gauche, les bras croisés, cette dernière en s’apercevant de sa présence se tourna vers elle une main sur la hanche droite.

-C’est vrai ? J’en suis soulagée ! Sa réplique n'avait pourtant rien de convaincant.

-Vraiment ? Répondit Rukia sur le même ton, l’air s'était soudainement chargé d’électricité alors que les deux jeunes filles s’affrontaient du regard.

-Euh… Rukia, je te présente… commença Ichigo pour détendre l’atmosphère, mais il ne fit qu’empirer la situation.

-Inutile de faire les présentations, on se connaît déjà très bien, n’est-ce pas, Suzaku ?

-Miss Kuchiki, ça faisait longtemps, je suis ravie de te revoir !

-Plaisir non partagé, fit la brune.

-Vous… vous… vous vous connaissez ? Déglutit Ichigo, abasourdi en regardant à tour de rôle la brune et la blonde.

-Tu ne crois pas si bien dire, Waboku a fait ses études en même temps que nous à l’Académie, lui expliqua Renji.  

-Renji-riiiiiin ! Cria Waboku en lui faisait un sourire radieux.

Tout le monde regardait la scène d’un air étonné ou avec un grand point d’interrogation sur la figure, sauf Ashido qui était resté à l'écart, son regard oscillant entre l’œil vert de Waboku et son grelot.

-On peut savoir ce que tu viens faire ici ? Demanda Rukia avec le même ton de défi.

-Tu as devant toi le nouveau Fukutaisho de la treizième division!

-La Fukutaisho de… je ne savais pas ! Murmura-t-elle d’une voix calme en jetant un coup d’œil vers Ichigo.

-Tu ne trouves pas ça ironique, j'ai finalement hérité du poste qui te faisait tant rêver, ça nous fait un match nul, Ruki-chan !

-(Match nul, qu'est ce qu'elle veut dire?) Se demanda Ichigo.

-Ce surnom ridicule m’énerve toujours autant, siffla-la brune, une veine palpitant dangereusement sur sa tempe.

-Décidément, tu ne changeras jamais, t’es toujours la Miss perfection super coincée de l'Académie!

-Et un point pour Waboku ! Murmura Renji à l’oreille d’Hisagi.

-Je préfère ça au fait d’être une fausse blondasse provoc’ et complètement tarée !

-Et un point pour Rukia ! Cette fois, sa remarque lui valut de se faire écraser le pied par Rangiku.

-Navré de te décevoir mais je suis blonde de naissance, ce qui n’est pas le cas de tes nouveaux avantages, c’est effrayant comment un simple coup de bistouri peut transformer une planche à pain en poupée gonflable ! Cette fois, s’en était trop pour Rukia qui porta sa main à son Katana, quand elle sentit un liquide froid parcourir son dos.

-Et merde ! Je crois qu’il va falloir te changer! Déclara Rangiku, sa coupole de saké à présent vide, toujours dans la main.

-Et fais attention à ne pas croiser ton "Nii-sama" en allant te changer, si il te voit dans cette tenue, j’en connais une qui va tâter de Senbonzakura ! Lança la blonde alors que Rukia s’éloignait, sa réplique réussit à arracher un sourire à quelques membres de l'assemblée, plus Renji et Ichigo qui se contenaient à grande peine, malheureusement pour le roux, Rukia s'en rendit compte, c'est alors qu'elle brandit son Katana en même temps que Waboku, mais Matsumoto s’interposa une nouvelle fois.

-Ça suffit comme ça vous deux, gardez votre hargne pour l'entraînement !

Ensuite elle envoya Waboku lui chercher de nouvelles caisses de saké, et Rukia nettoyer son Kimono :

-Bon allez, la pause est finie, vous vous êtes bien amusés maintenant au boulot ! Les Shinigami se remirent aussitôt au travail.

-J’ai stoppé à temps le massacre ! Souffla-t-elle en se tournant vers Ichigo et Ashido, Renji avait quitté la salle un peu plus tôt pour se rendre au travail et Sado et Ishida apportaient leur contribution (forcée) aux préparatifs :

-Si je n'étais pas intervenue, je vous garantis qu’à cette heure, les murs serraient maculés d'hémoglobine, et cette idée ne me séduit franchement pas vu que je viens à peine de les repeindre !

-Tu veux dire "qu’on" vient à peine de repeindre ! La reprit Shuuhei.

-Toi, moi, quelle différence ça peut faire ?

-La différence c’est qu’on fait tout le boulot alors que tu ne fais que donner des ordres et critiquer !

-C’est ça le rôle du boss, non ?

-GRRRR… j’abandonne ! Lâcha-t-il en reprenant son travail.

-Au fait les garçons, ça me déçoit de voir qu'aucun de vous n'ait prit l'initiative de suivre Rukia-chan !

Les regards de Rangiku et Ashido se tournèrent alors vers Ichigo.

-Ne me regardez pas comme ça,  pourquoi ce serait à moi d'y aller d'abord ? En plus j’ai vraiment pas envie de me prendre la tête avec elle, elle a sûrement besoin qu’on lui fiche la paix !

-Ça, c’est une preuve de plus que tu ne comprends vraiment rien à la psychologie féminine ! Fit-elle pour l’encourager.

-Rangiku-san a raison, va la voir ! Intervint Ashido.

-Et pourquoi tu n’irais pas, toi ? Ragea-il plus brusque qu’il ne l’aurait voulu, mais ça ne fit qu’arracher un sourire à Ashido.

-J’y serais bien aller moi-même mais j’ai quelque chose à faire, je passerai la voir tout à l’heure ! Dit-il avant de partir en Shunpo. 

 

sixième  division

 

Rukia pénétra en trombe dans son bureau, pestant contre tout et n’importe quoi et spécialement contre une certaine "sale blondasse" :

-La garce ! S'époumona-t-elle en fermant la porte de son bureau de telle façon qu’elle sortit de ses gonds, pour atterrir contre le mur du couloir.

-Il y avait assez de personnes chiantes dans mon entourage pour ne pas que l'autre pouf s'y rajoute ! Elle attrapa un des 250 bouquets de fleurs présents dans la pièce pour le balancer dans le couloir à l’endroit où s’était fracassée la porte, puis un deuxième, puis un troisième, puis…

-HAAA !

Le quatrième atterrit sur une tête rousse qui venait de passer par-là :

-Ichi… elle se mordit la lèvre pour se raviser et reprendre un air indifférent, qu’est-ce que tu viens faire ici, toi ?

-Sympa l’accueil, moi qui suis venu voir comment tu allais ! Répondit Ichigo en s’époussetant les cheveux.

-Comme tu peux le voir, je me porte à merveille ! Dit-elle en faisant mine de paraître occupée.

-Je vois ça, il jeta un coup œil vers la porte. C’est ce soir que ça se passe, non ? Demanda-t-il en s’appuyant contre le chambranle de la porte, les bras croisés.

Rukia arrêta de manipuler les papiers pour se tourner vers lui, elle approuva d’un simple signe de tête avant de reprendre ses activités.

-Tu as peur ?

-La peur est un signe de faiblesse, tout comme la pitié... et les émotions, ce que je m’interdis ! Répliqua-t-elle. Cette réponse affecta fortement Ichigo, la mauvaise tournure qu'avaient pris les événements le désolait, sa relation à lui et à Rukia qui se détériorait, la nouvelle personnalité de la brune, son comportement vis à vis des autres… Et le pire c’était qu’il en était responsable, car parfois, les bonnes intentions produisent tout le contraire de l’effet escompté, le roux en faisait la douloureuse expérience.

-De toute façon, je serais au manoir !

-C’est inutile, Nii-sama sera là ! Assura-t-elle toujours sans le regarder.

-Peut-être mais c’est Yamamoto qui l’exige, je suis là pour ça !

-Fais comme tu veux, ça ne me regarde pas !

Un long silence s’installa, durant lequel Rukia s’efforçait de trouver quelque chose à faire pendant qu’Ichigo la fixait, cependant une question lui brûlait les lèvres. Se débarrasser des émotions gênantes était primordiales pour elle, et la curiosité en faisait partie, sauf qu'il arrivait que la tentation soit plus forte que la raison :

-Dis-moi, commença-t-elle, le Shinigami en fut d'ailleurs surpris, la brune qui entamait une conversation avec lui était devenu une chose rare, j'ignorais… que tu connaissais Waboku?

-Comme moi j'ignorais que tu allais te marier ! Lâcha-t-il d’une voix où le reproche transparaissait nettement.

Les mots étaient sortis malgré lui, à croire que cette nouvelle avait eu un impact bien plus important qu’il ne le pensait, et pour la première fois, Rukia perdit l’avantage durant cette conversation, tout en tournant le dos à Ichigo, elle resta muette, figée, plusieurs papiers dans la main droite et un dossier rouge dans la main gauche.

-Qui te l’a dis ? Demanda-t-elle toujours sans bouger.

-Rangiku-san ! Je l’ai appris ce matin.

Elle reprit son rangement, cependant ses gestes étaient incertains et fébriles, Ichigo le remarqua et décida d’être moins brusque avec la brune :

-Rukia… regarde-moi ! Dit-il avec douceur.

Elle en fut tellement surprise qu’elle lâcha ses papiers sur le bureau. Pourquoi la harcelait-il comme ça, il voulait quoi au juste, qu’elle fonde en larmes devant lui, qu’elle le supplie de la sauver comme à chaque fois qu’elle avait un problème ? Non, tout était différent à présent, la princesse n’avait plus besoin qu’un vaillant prince vienne à son secours, la princesse pouvait sécher ses larmes seule, elle pouvait se sauver seule :

-(Alors pourquoi ma gorge me brûle-t-elle quand j’entends le son de sa voix ? Pourquoi je ressens le besoin de lui crier ma détresse à chaque fois qu’il est à côté de moi ?).

-Je… je ne l’ai appris que très récemment… peu avant que Yamamoto te…

-Avec qui ? La question avait été posée sans détour, si bien que Rukia en perdait de plus en plus ses moyens.

-Euh… j’ai beaucoup de travail en retard…

-Alors c’est ça, le mariage est arrangé ! Il ne trouva pas de réponse, la brune préféra se taire, immobile au centre de la pièce :

-Et merde ! Ces foutus nobles à la con commencent sérieusement à me faire chier, il ne faut pas les laisser influencer tes choix, c’est TA vie Ru…

-Qui te dit que ce n’est pas MON choix ?

Bien que la voix soit chevrotante, le ton était sec, la réplique meurtrière et par-dessus tout, efficace. Ichigo, qui s’était mis à secouer Rukia par les épaules dans l’espoir de la faire réagir, s’arrêta net, ravalant le tas d’insultes qu’il s’apprêtait à déverser sur les Kuchiki :

-Ha… dans ce cas, il ne me reste plus qu’à te… féliciter ! Déclara-t-il en s’éloignant d’elle, d’un ton placide.

Elle ne répondit pas.

-Bon, je vois que tu as beaucoup de travail, je te laisse, bonne chance pour ce soir ! Il tourna les talons.

-Tu… tu ne viens pas finalement ?

-Non, ton frère suffira amplement à te protéger, à demain !

Après son départ, Rukia ne comprit pas pourquoi elle se sentait fautive, comme si elle regrettait ses paroles, elle se laissa tomber contre son bureau et enfouit sa tête dans ses bras croisés sur ses genoux. Ruminant son erreur, elle ignorait cependant que juste à côté, Ichigo tapait du poing contre le mur en se traitant mentalement d’imbécile pour les même raisons, ne pas avoir livré le réel fond de ses pensées.

 

 

Bonus : A la découverte du Japon !

 

Sujet du jour : La Sakura

 

Tout le monde connaît les fleurs de cerisiers pour leurs fréquentes apparitions dans les cours des écoles dans les mangas, mais très peu de personnes connaissent la cause qui pousse à une telle vénération pour cette fleur. 

 

La Sakura, plus communément appelé fleur de cerisier est le symbole de la beauté éphémère, comme une vie courte est belle, si bien que lorsque l’âme d’un guerrier périssait au combat, les dirigeants encourageaient le peuple à penser que son âme s’était métamorphosée en une fleur de cerisier, un symbole religieux très important pour les Shintoïstes.

 

Les floraisons sont constamment surveillées par l’institut national météorologique japonais, lui consacrant même un bulletin de floraison.

Ainsi au moment voulu, les japonais pourront se réunirent en famille, entre collègues ou amis pour célébrer le Hananmi qui signifie littéralement, regarder les cerisiers, dans des temples, des autels et des parcs municipaux en mangeant, buvant et chantant sous les cerisiers, afin de célébrer la beauté de cette fleur.

Les japonais sont tellement fiers de leur Sakura nationale qu’ils ont offert gage de paix et de fraternité trois milles  arbres aux Etats-Unis qui bordent le Tidal Basin à Washington DC !

 

Voilà, j’espère que ces quelques lignes vous en ont appris un peu plus sur le Japon, et que vous avez aussi apprécié mon chapitre !

 

Babay !                                                                                                                                                      

 

P.s je n’ai ABSOLUMENT rien contre les blondes, et ne vous inquiétez pas, je ne mettrai pas trop de blagues sur elles !

 

P.s A tous les auteurs, lecteurs, lectrices et gérants du site fanfic-fr.net, JOYEUX NOEL !!!! (Et faites gaffe aux cuites et aux indigestions !)  

 

Byakurai : éclaire blanc ! Sort de Kidou

Sokatsui : flamme bleue, écrase-toi ! Sort de Kidou

Shakkaho : Boule de feu ! Sort de Kidou

Matte : Attends !

Nanda to ? Qu’est-ce que t’as dit !

Teme : salaud !

Yaro : enfoiré !

Choto matte : attend un peu !

Renji-rin : Renji-chéri !

P.S (Pour ceux qui ne voient pas, c'est la même chose que la broche de Shion dans le film "la mort de Naruto", sauf que la bille à l'intérieur est verte !)