Chapitre 8 ~

par hitsukarin

« You will hate yourself in the end...

You will hate yourself in the end...

You will hate yourself in the end...

You will hate yourself in the end... »


« Tu finiras par te haïr...

Tu finiras par te haïr...

Tu finiras par te haïr...

Tu finiras par te haïr... »


Elle ouvrit les yeux. Elle était sur un toit. La vue du ciel fut saisissante, si bien que Karin ferma les yeux. Elle qui s'était habitué au noir avait été frappé par la lumière aveuglante du soleil.

Elle se leva, doucement. Un vent frais fit virevolter ses cheveux. Elle sourit. De là où elle était, elle avait une vue magnifique sur l'ensemble de la ville de Karakura.

Karin se posa sur la rambarde qui délimitait le vide du toit. Elle ne se rappelait de rien. Mais ce n'était pas si grave, se dit-elle, parce qu'elle n'avait plus qu'a rentrer chez elle. Et elle allait parfaitement bien...

C'était son frère, avec Toshiro. Ils la regardait, l'air inquiet. Elle soupira.

Sur le coup, il fut estomaqué. Sa sœur aurait t-elle oublié ?

Elle leva les yeux aux ciel.

Tous la regardèrent comme si elle avait pété les plombs. Toshiro paru triste un moment, mais tellement brièvement que Karin se demanda si elle avait rêvé.

Pas de doute, se dit Ichigo. Karin était redevenue elle-même, même si il a fallu qu'elle oublie une année entière de sa vie. Aussi vulgaire, qu'avant. Seul son corps, frêle, était la preuve de l'année qui venait de s'écouler.

Un quart d'heure plus tard, elle était chez elle. Son père se jeta sur elle et la serra fort dans ses bras.

Il la relâcha, surpris et interrogea son frère du regard. Agacé de la conversation silencieuse qui semblait se dérouler entre son père et son frère, elle regarda Toshiro.

Toshiro leva les yeux aux ciel. Puis il vit Yuzu descendre tristement les marche des escaliers, la tête entre les épaules.

Sa sœur l'ignora et passa devant elle sans un mot.

Ce qu'elle fit. Puis elle vit une chaine accroché à sa poitrine. Aussi grande que douloureuse.

Elle n'avait pas l'air d'être choqué d'apprendre sa propre mort.

Toshiro détourna les yeux, mal à l'aise. Il n'arrivait pas à croire qu'elle avait tout oublié de ce qui s'était passé entre eux.

Il ne répondit pas, le silence répondit pour lui.

Il hocha la tête avant d'aller à l'étage parler à sa sœur. Karin était troublé. Elle regardait Toshiro différemment, maintenant. Pourquoi à chaque fois qu'elle voyait ses lèvres bouger, elle avait envie des les embrasser ? Pourquoi avait t-elle envie le serrer dans ses bras, et avait l'impression qu'elle l'avait déjà fait, qu'elle connaissait quel goût avait ses lèvres, qu'elle connaissait chaque recoin de son corps ?


**


Un mois passa. Flânant sur le sofa du bureau du Capitaine de la dixième division, Karin soupira. Toutes les nuits, elle était harcelait par des rêve érotique concernant Toshiro et elle-même. Comme si c'était un lointain souvenir, elle se souvenait de ses mains caressant son corps avec une tendresse inouïe, de ses baisés brûlant sur son corps...

Il s'étouffa, toussa et prit bien une minutes entière avant de reprendre correctement son souffle.

Elle se leva, curieuse de faire une toute petite expérience de rien du tout. Elle voulait juste savoir si ça lui faisait quelque chose de reprendre les lèvres de ce qui était son meilleur ami. Car, elle ne lui aurait avoué pour rien au monde mais il lui manquait. Son contact lui manquait, ses caresses lui manquait. Elle contourna le bureau, fit pivoter la chaise de son ami.

Mais il n'eut pas le temps de finir sa phrase. Elle posa ses lèvres et l'embrassa passionnément. Il répondit sans hésitation à son baisé, entrant avidement sa langue entre ses lèvres entrouverte. Elle passa ses mains dans sa chevelure soyeuse, et s'assit sur ses genoux. Quand il n'eurent plus de souffle, il se reculèrent, et se regardèrent dans les yeux.

Oui, elle avait compris. Elle comprit pourquoi son cœur battait si fort quand il posait les yeux sur elle. Elle comprit pourquoi elle frissonnait autant quand il prononçait son prénom.


**


Un an passa. Les jours s'était succédé si vite, que Karin n'avait rien vu venir. Elle se redressa, encore un peu endormie, et se frotta les yeux comme une enfant. Elle regarda l'homme endormie près d'elle, et sourit tendrement. Elle se rappelait avec délice la nuit de folie qu'elle venait de passer dans ses bras.

Sortant doucement du lit, elle chercha des yeux quoi mettre sur son corps nu. Elle vit, au fond de la salle, la tenu de Shinigami de son futur mari. Elle prit le tissu, fin, en coton et le mit comme si c'était un simple peignoir.

Elle se fit une tasse de thé, et en regardant par la fenêtre, pensa à la conversation qu'elle avait eu avec son frère, il y plusieurs mois.


Il rit. Elle enlaça son frère et lui sourit.


Elle entendit un bruit derrière elle, mais elle ne se retourna pas. Toshiro passa ses mains sur sa taille et elle se laissa aller contre lui.

Elle sourit. Son nom était plaisant. Comme sa vie. Elle se retourna et se retrouva face à son fiancé.

Elle se laissa aller dans ses bras et l'embrassa tendrement. Elle savait qu'il serait heureux maintenant, et à deux.

Pour Toujours.