Chapitre 13

par Ombe

Chapitre 13 : Révélation


Le lendemain matin, Karin fut réveillée par Grimmjow à l'aube. Elle se leva difficilement et mangea un morceau. Nell dormait toujours et Aisudowãfu montait la garde.


_ Aller morveuse... Faut qu'on travaille ton Bankai.

_ Oui, oui, c'est bon... Et j'suis pas une morveuse !

_ Mais oui. Bref. J'y connais rien, alors essaye de l'invoquer par toi même cette fois.

_ Ouais, ouais...


Karin dégaina Hinowa et se concentra, elle lâcha son Reiatsu et libéra d'abord son sabre en shikai avant d'essayer de passer aux choses sérieuses :


_ Bankai.


Les flammes autour d'elle commencèrent à former un dragon, puis, soudain, tout explosa et elle se retrouva expulser au sol en même temps que Grimmjow.


_ Putain ! Ça fait mal !

_ Réessaye.


Karin obtempéra, mais elle obtint le même résulta. Ça allait être long pour obtenir rien que la forme qu'il avait lors du combat contre l'Onis.

Elle s'entraîna toute la journée et les jours suivants. Qu'il fasse beau ou qu'il pleuvent, elle continuait. Lorsqu'elle parvint enfin, au bout de cinq mois, à obtenir sa forme finale, elle se mit à combattre Grimmjow pour le maîtriser totalement. l'Arrancar sortait souvent pour leur trouver à manger et pendant ses absences, Karin se reposait un peu. Elle en profitait aussi pour renforcer son utilisation de Aisudowãfu et améliorer son armure.

Au bout de dix mois d'entraînement, elle avait la parfaite maîtrise de son Bankai provisoire. Ils firent donc leurs bagages et sortirent de leur refuge.


À la Soul.


Cela faisait maintenant un an et quatre mois au total. Et ils n'avaient toujours rien trouvé !! Ils avaient explorés toutes les pistes et Toshiro désespérait de la retrouver un jour. Il n'était pas le seul. Ichigo était aussi abattu que lui, bien qu'il essaye de s'occuper de sa famille comme un bon père, il ne pouvait cesser de se reprocher de n'avoir pas put protéger Karin. Le capitaine de la dixième division, sous les ordre d'Unohana, avait reprit un train de vie saint, strictement surveillé par Matsumoto et les autres. Mais il continuait de chercher des informations dans les registres, cherchant les personnes qui avaient disparut parmi les shinigamis, s'ils avaient des points communs. Les disparitions remontaient loin en arrière. On les avait signalées pour la plupart comme des désertions, mais c'était sûrement des shinigamis envoyés dans le labyrinthe. La plus vieille disparition avait eut lieu trois milles ans auparavant. Toshiro se demandait comment de tels activités avaient put passer inaperçues tout ce temps. Surtout qu'il fallait des hommes pour commettre les enlèvements. Ça cachait quelque chose. Une chose était sûre, les Onis avaient des relations avec des gens haut placés et possédaient beaucoup d'argent.

Le jeune homme posa le registre qu'il regardait tout en mangeant l'un des biscuits du paquet qu'il avait emmené. Il sortit ensuite et partit en shunpo vers sa division tout en réfléchissant. Qui pouvait bien avoir assez de pouvoir pour faire passer ces disparitions pour de simples désertement ? Mais alors qu'il arrivait, il vit qu'il avait une visiteuse indésirable. Il soupira avant de s'arrêter devant la noble.


_ Que me voulez-vous ?

_ C'est comme ça que vous me saluez ?

_ Je n'ai pas le temps pour vos enfantillages, j'ai du travail.


Toshiro passa à côté d'elle en shunpo et rejoignit son bureau. La noble sembla offusquée. Elle rentra chez elle, furieuse.


Un peu plus tard, une personne, frustrée par le comportement du capitaine, appela son serviteur.


_ Vous m'avez demandé ?

_ Oui. Trouvez Kurosaki Karin et tuez-la !

_ Bien.


Le Onis repartit prévenir ses hommes. Ces derniers rechignèrent mais acceptèrent finalement.


_ Si elle n'est pas capable de nous vaincre, elle ne mérite pas notre respect.

_ Oui chef.


Les hommes partirent vers le labyrinthe.


Dans le labyrinthe.


Karin et Grimmjow avaient choisis de rejoindre un groupe en cachant le visage de la jeune fille avec un capuchon. S'ils avaient bien comprit, les Onis venaient détruire les groupes, donc ils avaient plus de chance de tomber sur l'un d'eux en rejoignant d'autres personnes. Il y avait beaucoup de shinigamis dans le tas. La plupart d'entre eux était surpris par le bras de glace de la jeune fille et son zanpakutô matérialisé en permanence. Mais on ne posait pas de question. Le seul but de ce groupe était de survivre dans ce monde de fou, sans avoir à se battre. Grimmjow trouvait ça stupide. Un soir, alors qu'ils étaient un peu à l'écart, devant leur feu, il dit :


_ C'est stupide de juste survivre sans vouloir se battre. Seuls ceux qui gagnent peuvent vivre, et pour gagner, il faut se battre. On ne peut pas gagner si on ne se bat pas.


Karin n'eut pas vraiment le temps de réfléchir au sens de ces paroles. Une explosion se fit retentir, elle activa aussitôt son armure par réflexe et dégaina, tout comme Grimmjow pendant que Aisudowãfu et Nell se cachaient sous un arbre. Les feux de camps éclairèrent trois personnes en armure noire, armées d'épées de même couleur. Celui du milieu lâcha le cadavre du shinigami qu'il tenait par le cou et dit :


_ Livrez-nous Kurosaki Karin ! Nous savons qu'elle est dans votre groupe !


Un murmure parcourut les douze membres restants et ils se tournèrent vers les deux nouveaux. Les trois Onis sourirent et foncèrent vers eux en éliminant tous les autres sur leur passage. Karin lança :


_ Bankai ! Daiguren Hinowa !


Le dragon de feu apparut alors, mais légèrement modifié, il avait maintenant une armure de glace sur le dos et le sommet du crâne, quand à Karin, elle était dans une carapace de glace et contrôlait tout depuis l'intérieur. Le dragon poussa un rugissement et lança un immense jet de flamme qui réduisit la végétation aux alentours à l'état de brasier. Mais cela suffit à faire assez de lumière pour voire les trois Onis. Ils se rapprochèrent et l'un d'eux dit à son voisin :


_ On nous avait pas dit qu'elle avait le Bankai, juste le shikai.

_ T'occupe, il suffit de briser cette barrière de glace pour la vaincre.

_ Ouais !


Ils foncèrent tous les trois, mais ils avaient oublié Grimmjow :


_ M'oubliez pas enfoirés !


Le chat fonça sur eux en Resurrección. L'un des Onis se dégagea et l'attaqua pendant que les deux autres se concentraient sur Karin. Ils évitaient les attaques et tentaient de détruire la sphère de glace, mais elle était plus solide qu'avant. Le dragon recula alors et tenta de donner un coup de patte dans l'un des Onis, mais il esquiva. Alors, Karin décida de se mettre sur ses quatre pattes plutôt que de rester dressée. Ainsi, elle pouvait mieux se protéger, son armure n'était pas infinie non plus. Elle se concentrait que sur un seul des deux Onis qui l'attaquait. L'attaquant sans relâche alors que le second essayait de percer son armure là où elle était.

Grimmjow de son côté, galérait avec le sien. Il était déjà blessé, mais l'Onis aussi. Il fonça sur lui, armé d'un couteau qu'il avait prit sur un cadavre. Il avait fait tout ce chemin, il n’allait pas abandonner de sitôt ! Le combat s’engagea entre le chat et l'Onis.

Karin se défendait tant bien que mal. Elle avait beau maîtriser son Bankai, ses deux adversaires étaient coriaces. Elle perçut alors le troisième Onis qui était totalement concentré sur Grimmjow et eut une idée. Elle recouvrit le bous de sa queue de pointes de glace et la lança dans l'Onis. Ce dernier, qui ne s'y attendait pas, fut transpercé de par en part et s'effondra sur le sol, mort. Karin, à l'intérieur de sa sphère, appuya sur le symbole de l'humain et ce dernier devint noir.


_ Gamine ! On avait dit qu'on laissait Nell les achever !

_ Je sais ! Mais j'y arrive pas en deux contre un ! Alors tu te ramène et t'en prend un. On laissera ces deux là à Nell.


Le char grogna avant de prendre pour cible l'Onis le moins blessé des deux. Ils s'éloignèrent du dragon, qui lui se concentra sur le dernier. Il avait de nombreuses entailles et brûlures. Elle évalua son état, elle n'avait presque plus assez d'énergie pour rester en Bankai avec l'armure, la régénération prenait trop de Reiatsu. Sont adversaire était blessé, elle pouvait gagner en shikai. Elle allait retirer son Bankai lorsque sa main se porta à son épaule. Elle tremblait. Elle ne comprenait pas.


<< Pourquoi je tremble comme ça ? Je n'aurais pas peur ? >>


Elle ferma les yeux, essayant de se calmer, mais l'angoisse de se retrouver de nouveau blessée la tétanisait et l'empêchait de sortir de sa coquille.

De l'extérieur, Grimmjow voyait que le dragon s'était immobilisé et qu'il tremblait. Il savait qu'il était influencé par les émotions de Karin. Il se demanda ce qui lui arriver, puis la réponse lui vint alors qu'une nouvelle entaille apparaissait sur son corps.


<< Cette idiote a peur de se blesser ! >>


Il envoya un violent coup de queue à l'Onis avant de rassembler sa voix et de crier :


_ Bas-toi ! Idiote ! Tu as oublié ce que je t'ai dit ?!


Le dragon releva la tête. Il sourit avant de foncer sur l'Onis et de lui porter un dernier coup. Il s'effondra, mourant. Grimmjow appela alors Nell.


Karin était recroquevillée dans son œuf. Elle n'entendait même plus ses deux zanpakutô qui lui criaient de se ressaisir. Cependant, alors que des larmes d'impuissance et de frustration commençaient à couler, elle entendit Grimmjow :


_ Bas-toi ! Idiote! Tu as oublié ce que je t'ai dit ?


Les paroles que le chat avait prononcé un peu plus tôt lui revinrent, claires comme de l'eau de roche. Il fallait se battre. Seuls ceux qui gagnaient pouvaient vivre, et on ne gagnait pas sans se battre. C'était comme ça, depuis la première bouffée d'air, on cri, on pleur, on est blessé, mais on se bat pour vivre. Tant qu'on se bat et qu'on gagne, on vit ! Elle se redressa lentement. C'était vrai. Le monde était horrible, on ne pouvait y vivre sans se battre. Elle murmura quelques mots et son Bankai fut annulé. Son armure disparut et elle dégaina Aisudowãfu, le tenant de sa main gauche alors qu'elle avait Hinowa dans la droite. Elle s'approcha de l'Onis, le regard vide d'émotion. Il fallait qu'elle se batte, si elle voulait vivre et revoir un jour Toshiro, elle devait se battre. Elle fonça sur l'Onis, qui lui était plutôt surprit. Il se défendit, mais elle ne prêtait pas attention à ses vaines tentatives. Elle usait de toute son habileté avec sa chaîne et son corps, se servant de son Wakizashi pour le blesser gravement à l'épaule, puis elle lança sa chaîne au-dessus d'un branche et le cerceau retomba, s'élargissant pour entourer la gorge de l'homme et le soulever de terre. Elle l'avait simplement pendu. Grimmjow s'approcha avec Nell et elle l'acheva, retirant ainsi les shinigamis de sa liste. Il ne lui restait que les humains, qui était bien avancée étant donné que Grimmjow la laissait achever la plupart de ses proies.

Ils se regardèrent alors que Karin rangeait ses deux sabres.


_ Tu t'es enfin reprise fillette.

_ Ouais. Ne perdons pas de temps. Ai ! Soigne-nous, Nell fouille leurs poches.


Ils commencèrent alors à faire les poches des quinze membres de leur groupe, puis des Onis. Karin trouva alors quelque chose de très intéressant sur le corps de celui qu'elle avait embroché. C'était une lettre avec un sceau. L’emblème représentait une Lune couplée à un zanpakutô. Le même qu'elle avait vu sur l'une des lettres que Toshiro lui avait montré.


_ Hoshi Getsumen. Alors c'était bien toi...

_ Qui est-ce ?

_ La noble dont je t'ai parlé peu après notre arrivé.

_ C'est vraiment elle qui nous a envoyé dans ce labyrinthe ?

_ C'est son sceau en tout cas. Et l'ordre de mission est clair, tous les Onis doivent me tuer.

_ Elle doit rager parce que tu es toujours en vie.

_ Ouaip, tant que Toshiro n'aura pas vu mon cadavre, il ne cessera de me chercher, j'en suis certaine.


Karin rangea la lettre dans sa sacoche et se tourna vers le chat :


_ On y va ? Il risque d'y en avoir d'autre et je ne suis pas assez en forme pour me taper un autre Onis, alors plus loin on sera d'ici, mieux je me porterais.

_ Ouais.


Ils reprirent leur route, Nell sur les épaules de Grimmjow et Aisudowãfu sur celle de Karin.

Ils arrivèrent finalement dans un coin plutôt tranquille, après avoir passé neuf pièges. Karin se laissa tomber près d'un arbre et s'endormit aussitôt Grimmjow prit quand même la peine d'installer Nell et de poser une couverture sur la jeune shinigami avant de se coucher. Aisudowãfu, comme d'habitude, montait la garde.


Soul Society :


_ Quoi ? Comment ça ils ont échoué tous les trois !

_ Toutes mes excuses madame, mais elle s’avère plus coriace que prévue. Elle a le Bankai et est aidée par un Arrancar. Il ne nous reste plus que trois Onis, mais ils ne sont visiblement pas assez fort pour la vaincre.

_ Et combien de temps ça leur prendra pour devenir suffisamment fort pour l'écraser ?

_ Au moins six mois...

_ Eh bien dépêchez-vous de lancer leur entraînement !

_ Oui madame.


Le serviteur s'en alla et la jeune femme s'assit dans son fauteuil, regardant la lune. Elle était très mécontente.


_ Combien de temps comptes-tu me mettre des bâtons dans les roues ? Je veux le dragon de glace pour moi, je serais la seule à devenir le dragon de feu !


Elle attrapa un couteau et le lança dans une photo de Karin accrochée au mur.


Toshiro bâilla et manqua de piquer du nez dans ses dossiers. Matsumoto, le remarquant, se leva et dit :


_ Taisho, il se fait tard. On finira ça demain.

_ Hein ! Mais je veux finir ce soir !

_ Vous tombez de sommeil. Allez vous coucher.


Toshiro bâilla de nouveau et hocha la tête. Il se leva lentement et sortit en laissant Matsumoto fermer. Il se rendit à sa maison et se laissa tomber sur son futon. Il poussa un soupir et essaya de dormir, mais il n'y arrivait pas. Il se leva finalement et partit se verser un verre d'eau dans sa cuisine, en revenant, il vit, posé sur une étagère le magasine des femmes shinigamis. Il l’ouvrit, curieux, et tomba sur les dessins qu'avait fait Karin. Alors qu'ils l'offusquaient un an plus tôt, ils l'amusèrent. Il feuilleta encore un peu et tomba sur un article parlant des Getsumen. Il n'avait vraiment pas envie de lire quelque chose sur cette femme. Il le reposa et partit se coucher. Mais lorsqu'il ferma les yeux, il vit le visage de Karin. Il soupira de nouveau et murmura :


_ Karin. Où es-tu ?


Il sourit avant de s'endormir définitivement.

Toshiro dormait depuis quelques minutes déjà lorsqu'il se retrouva dans une plaine d'herbe fraîche au pied de deux montagnes, l'une de feu, l'autre de glace. Ce n'était pas la première fois qu'il se retrouvait ici... Ça lui était déjà arrivé plusieurs fois. Un immense dragon de glace se posa finalement devant lui, ce n'était pas Hyorinmaru. C'en était un autre. Celui-ci était violet. Toshiro s'inclina avec respect alors que le dragon se penchait vers lui. Il déclara d'une voix grave :


_ Toshiro. Quand comptes-tu choisir la personne qui réveillera Liepsna ? Tu ne pourras obtenir mes pouvoirs tant que ma femelle ne sera pas éveillée.

_ Toutes mes excuses Ledas-sama. Mais la femme que j'aime a disparu et je la cherche. Je vous promet de la trouver au plus vite.

_ N'y a-t-il pas une autre femelle susceptible de réveillé ma femelle ? Celle qui vous demande sans cesse.

_ Il est hors de question que j'en fasse ma compagne ! Ce sera Karin et personne d'autre.

_ Mais, elle, elle est présente. Je suis fatigué d'attendre, Toshiro. Si dans l'année, ma Liepsna n’est pas éveillée, tu devras prendre cette femelle, que tu le veuille ou non.

_ Et si je refuse ?

_ Tu ne peux pas, tu es le dragon de glace, tu as tes responsabilité.

_ Je retrouverais Karin.

_ Je l'espère pour toi, Toshiro.


La voix se faisait de plus en plus lointaine alors que le dragon disparaissait dans la brume. Toshiro ouvrit les yeux et vit son plafond... Il poussa un soupir en se redressant. Pourquoi était-il le dragon de glace ? Pourquoi son épouse déciderait de l'alignement de ce pouvoir immense qu'était celui de Ryūbi to Kõri ? Il se redressa soudain. Une idée lui était passée par la tête.


_ Bordel... Et si c'était ça ?


Il se leva précipitamment, prit une douche rapide et se rendit aux archives sans même passer par sa division. Il pensait avoir trouvé.