2. Je ne suis plus celle que tu connais

par Black Demons

Deux


Depuis quelque temps , des shinigamis se baladaient dans la ville . Je put reconnaître les amis d'Ichi-nii , il avait l'air de chercher quelque chose . Je les suivais discrètement par les toits, me déguisant. Depuis que je les avait aperçu , grâce à une de leurs conversation , je compris que c'était moi qu'il cherchait . C'est maintenant qu'ils décide de me rechercher ? Cela fait déjà deux semaines que je suis morte à leurs yeux . Ookami m'avait bien préciser de ne pas m'approcher d'eux et c'est ce que je faisais .

Comme tout les jours , j'allais au terrain de foot abandonné pour m'entraîner. Personne ne venait plus ici désormais, suite à une rumeur disant que ce terrain est hanté. Je n'y suis presque pour rien. C'est étonnant comment le maquillage et des vêtements blancs déchirés pouvaient changer une personne. Ainsi qu'un bon talent d'acteur. Je pris mon ballon et fis quelques tours de terrain en dribblant pour m'échauffer , quand j'eus fini , je m'entraînai au tir au but . Puis, soudainement, un pied vint intercepter mon ballon puis le jeune garçon aux cheveux blanc se retourna vers moi .

???: Je t'ai trouvé , Karin ... ! Qu'es-ce que !? Karin , tu n'es pas morte !?
Moi : Toshiro !

Je ne savais pas quoi faire , j'avais envie de me jeter dans ses bras mais cela m'était interdit , même le seul fait de lui avoir adressé la parole ne m'était pas autorisé. Il s'avança vers moi , je reculai à chaque pas qu'il faisait . Je sentit mes yeux s'humidifier , mon cœur battait la chamade . Toshiro m'attrapa le bras et me tira vers lui .

Toshiro : Pourquoi as tu peur ?!
Moi : Je suis désolée ...


J'avais les larmes aux yeux. Pourquoi je ne l'avais pas senti arrivé !

Toshiro : Karin , mais qu'est-ce qui t'arrive ?!
Moi : Je suis désolée ... Toshiro ...
Toshiro : Je t'ai déjà dit de m'appeler Capitaine Hitsugaya !
Moi : Ahahah ... Oui c'est vrai , Cap'taine Hitsugaya ...
Toshiro : Karin , quelque chose ne va pas . Pourquoi n'es tu pas morte ?
??? : Pourquoi ne pas la lâcher , d'abord ?

Je me retournai , c'était Ookami . Elle était déjà armée de sa lance et avait l'air vraiment en colère . Toshiro me lâcha comme lui avait gentiment demandé Ookami , je me mis devant elle , la suppliant de laisser en vie Toshiro . Elle baissa son arme et me regarda de ses yeux de flamme .

Ookami : Pourquoi me supplies tu ?
Moi : C'est …


N'attendant pas ma réponse, elle s'adressa à Toshiro.

Ookami: Je ne sais pas ce qu'était Karin pour toi avant mais sache qu'elle est belle et bien morte . Celle que tu vois ici n'est pas elle .

Puis elle me prit par le bras et partit en Shunpo, laissant Toshiro seul et perdu. Nous nous retrouvâmes quelques minutes après dans l'entrepôt. Ookami me lâcha le bras, fit volte-face et commença à marcher vers sa chambre. Je n'aimais pas quand elle faisait ça, j'avais l'impression de la décevoir.

Moi : Ookami , je suis désolée . J'ai enfreins une loi .

Ookami : Je sais .
Moi : Je vais être punie ?

Ookami s'arrêta et se retourna .

Ookami : Normalement , je devrais en parler au Sept Conseils mais je ne vais pas le faire puisque cette rencontre n'était pas vraiment voulue .
Moi: Merci , Ookami.


Je lui adressa un sourire chaleureux pour lui témoigner ma gratitude. Celle-ci rougit un peu.

Ookami : Bon , de toute façon , nous devons partir de cette ville . Je ne pense pas que ton petit ami nous lâchera .
Moi : Petit ami ?!


Je rougis alors fortement. Comment ça petit ami ?!!

Ookami : Quoi ? Je me suis trompée ?
Moi : Oui !
Ookami : Hum ... Pourtant , vous alliez super bien ensemble .
Moi : Non , pas du tout !
Ookami: Hum ... Je vois .
Moi : Qu'es-ce-que tu vois ?!
Ookami : Ce n'est pas qu'il est ton petit ami , c'est que tu l'aimes !
Moi : Mais pas du tout !

Ookami commença à rire du fait que mon visage n'était plus rouge mais complètement cramoisie . Peu de temps après son fou rire , elle me demanda de faire nos bagages pendant qu'elle préparait le passage vers la Soul Society, dans une forêt alentour. Vous devez vous dire que c'est complètement idiot d'aller a l'endroit ou il y avait la plus grande concentration de shinigamis , mais non . Il se trouvait qu'il y avait aussi la plus grande concentration de Crossbreed là bas , la ville principale se trouve cachée dans une forêt non loin du Seireitei .

Je revins les mains chargées de sac , Ookami avait terminé ses incantations . Mais , pourtant je ne vis aucun vortex ou porte bizarre . Ookami me tendit la main et je la prit puis marchai dans la même direction d'elle . D'un seul coup , tout le paysage avait changé , c'était une ville ancienne , elle était entourée d'une bulle , il y avait des écoles , des lycées , tous paraissait normal . Les villageois paraissaient heureux et en bonne santé , ils utilisaient leurs pouvoirs comme si c'était une habitude . Ookami me prit la main et m'emmena dans une mairie , m'entraînant devant un guichet .

Ookami : Bonjour , c'est pour déclarer une nouvelle venue .
Femme : Je vois , son nom s'il vous plaît .
Ookami : Karin .
Femme : Nom de famille ?
Ookami : Evans

Femme : Alors Age et Famille ?
Ookami : Elle a 12 ans et je suis sa sœur aînée .
Moi : Ookami? Pourquoi ... ?
Ookami : Chut ! Je suis occupée !
Femme : Et votre nom ?
Ookami : Ookami Evans.

Femme : Très bien , vous êtes maintenant officiellement comme une famille. Si vous souhaitez avoir des conseils ou des renseignements, allez au guichet d'en face.

Après des remerciements, nous sortîmes de la mairie .

Moi : Pourquoi avoir dit que nous étions une famille ?! Nous n'avons aucun lien de sang !
Ookami : Dit moi Karin , Qu'est-ce-qu'une famille pour toi ?
Moi : Des personnes qui s'aiment beaucoup .
Ookami : Alors que vient faire les liens de sang ici ?
Moi : Mais nous ne nous aimons pas autant qu'une famille !
Ookami : Oui, c'est vrai mais il se trouve que je suis la seule personne ici à qui tu peux vraiment faire confiance, et puis moi je t'aime bien .
Moi : ... Moi aussi , Ookami .
Ookami : Aaaaaah ... Ça fait du bien d'entendre ça!


Elle me prit dans ses bras et m'enlaça fortement, au risque de m'étouffer.


Ookami : Je t'aime, p'tite sœur !


Et ma nouvelle vie commença.