9. Kira

par Black Demons


Neuf


Point de vue Karin


Une semaine s'était écoulée depuis l'incident à la 4ème Division. Sans cesse, je ne faisais que voir et revoir les images de cet événement particulier entre Kira et moi. Je ne cessais de me demander ce qu'il s'était passé … Personne n'avait su l'expliquer, ce qui rendait la chose plus étrange encore. Je soupirais. Toshiro avait bien senti que j'étais tendue, mais ne faisait aucun commentaire. Non, il se préoccupait juste de moi en silence. Le pauvre … Je n'ai fait que le délaisser face à cette histoire, mais lui ne dit rien. Il le vit, c'est tout. Passant une main sur mon visage puis dans mes cheveux, je laissais mon rapport de mission en suspense. Je n'avais pas le courage de le finir. Pourtant, il ne restait plus beaucoup à faire … M'éloignant la chaise et moi du bureau, je regardais quelques minutes le plafond, avant de détourner mon attention sur la porte de bois. Une semaine que j'attends que Kira arrive … Mais elle ne semble pas prête. A t-elle quitté l'hôpital ? Peut-être s'est-elle enfuie, qui sait … Soudain, on toqua à la porte. Je me redressais, et lançais un « Entrez » d'une voix forte. Mais ce n'était Kira. Juste un shinigami.


- Que puis-je pour vous ?, demandais-je.

- Le Capitaine de la 1ère Division vous demande.

- Ah, très bien.


Il me demandait beaucoup ces temps-ci. Mais pourquoi ne pas envoyer un papillon des Enfers ? Honnêtement, je ne comprendrais jamais ce vieux. Soupirant discrètement, je me levais de ma chaise, ou plutôt de celle de Toshiro. Oui, j'étais dans son bureau en faisant mes rapports. Puis je quittais la pièce, et me dirigeais d'un pas lent vers le bureau de Yamamoto, craignant déjà ce qu'il allait me demander. Je toquais face à l'imposante porte, et entrais après autorisation. Me plaçant devant lui, droite, je l'interrogeais du regard mais gardais le silence.


- Kurosaki Karin.

- Oui, monsieur ?

- Vois-tu, tu es soldat dans la 10ème Division. Bien que ton statut ne soit pas encore très clair.

- En effet.


Ce qu'il disait était vrai. Ils ne savaient pas où me mettre et quel statut me donner. Du coup, disons que je suis une sorte de soldat à part qui bénéficie de certains avantages.


- Que dirais-tu d'un poste plus … stable ?

- C'est à dire ?

- Je te propose d'être enseignante à l'Académie des Shinigamis. Tu pourras leur faire apprendre l'histoire des Crossbreed, leur relater la bataille qui nous opposaient et les principaux facteurs et responsables, ou encore leur faire étudier la vie terrienne.


Je restais stupéfaite face à cette proposition. C'était … étrange ? Étonnant ? Je ne sais pas vraiment … Donc, je restais comme une conne, les yeux en billes et la bouche entrouverte. Je la refermais rapidement, craignant qu'une mouche n'y entre pour ensuite en ressortir.


- Enseignante ? Moi ?, balbutiais-je.

- Oui.

- Je ne pense pas … Je veux dire, je ne suis pas très patiente et …

- Oh, ne vous inquiétez pas pour ça ! Chaque professeur dans cette Académie a sa méthode de travail. Vous pourrez vous énerver autant que vous le souhaitez. Évitez juste de les frapper.

- Évidemment …, marmonnais-je.

- Alors, est-ce oui ?

- Je … Je ne sais pas …, avouais-je. Si jamais j'accepte, j'aurais des contraintes non ?

- En effet.

- Je vois …


Je ne sais pas quoi répondre. D'ordinaire, j'aurais lancé au public « Vous voulez que je devienne prof ? » et on m'aurait répondu soit par des « Ouiiiii !!! » soit par des « Nooon !!! Bouuuuh !! ». Mais là, la situation est différente. Analysant rapidement les contraintes – genre corriger des copies ou encore préparer des cours – je me dis que ce ne sera pas la mort. Et puis, je resterais toujours soldat. Nous discutâmes un peu avec le Capitaine Commandant, et il m'assura que si je venais à vouloir quitter le poste, je pourrais le faire. Au final, j'acceptais. Et mon premier jour commence demain.


Quand je rentrais dans mes appartements, avec comme seule envie de prendre un bon bain (peut-être en compagnie de Toshiro, faudrait que je lui demande …), je vis Kira, assise sur une chaise, droite. Elle semblait m'attendre. Elle releva les yeux sur moi en me voyant. Quant à moi, je restais devant la porte après l'avoir fermé doucement.


- Kira ? Comment as-tu su que j'habitais là ?

- Un shinigami me l'a dit.

- Ah … Ok … Euh … Ça va mieux ?

- Oui, merci. Mais je ne pense pas que c'est pour cette question que tu m'as demandé de venir te voir quand je sortirais de l'hôpital.

- Non, en effet, affirmais-je en m'asseyant sur mon lit. Tu ne peux pas nier la liaison qui s'est établie entre nous, il y a une semaine.

- Non.

- Et … tu n'as toujours aucune idée de ce qu'il aurait pu se passer ?

- Non.


Je soupirais. L'atmosphère entre nous deux était étrange.


- Que dirais-tu de vivre au Seireitei ?, proposais-je abruptement.

- Comment ça ?

- Ben … Vivre au Seireitei quoi. Avec moi. Pour qu'on comprenne ce qu'il nous est arrivé.


Elle me considéra quelques temps, avant de hocher de la tête, lentement et résignée. Bon Dieu, j'ai l'impression de la forcer à rester ici ! Si elle veut partir, elle peut, mais elle ne connaît rien de ce monde alors … J'essaye de l'aider, c'est tout ! Et je ne sais pas si j'ai eu raison …


Finalement, j'ai commencé mes cours. Bien sûr, on avait dû me montrer le chemin pour se rendre à l'Académie, où j'avais vu maints étudiants. Shinigami comme Crossbreed. Ce constat me réchauffa le cœur. Puis le directeur adjoint m’accueillit chaleureusement, avant de me faire le tour de l'établissement. Je retins juste ma salle de cours et la salle des profs. Après tout, pourquoi devrais-je retenir l'emplacement des vestiaires ?


- Je ne sais pas si le Capitaine Commandant vous l'a indiqué, mais vous serez enseignante d'une matière hors-programme.

- C'est à dire ?

- C'est à dire que les élèves que vous aurez l'auront choisie volontairement, quitte à avoir du travail en plus. Mais bien évidemment, leurs notes seront ajoutées à leurs moyennes.

- Je vois … Un peu comme les options au lycée quoi. Genre italien ou grec. On prend pour le plaisir d'apprendre.

- C'est cela.


Je soupirais. Je n'aurais aucun élève ! Sérieusement, qui veut faire des études supplémentaires, qui ne serviront à rien ? Pour moi, pour devenir Shinigami ou Crossbreed, i faut juste savoir se battre et avec un minimum de bon sens. C'est tout. Le directeur adjoint ajouta que mes cours porteront sur la vie sur Terre, ainsi que la vie Crossbreed et Shinigamie. Expliquer les relations entre ces trois clans, sans oublier les Quincys. Et bien sûr, le vieux Yamamoto ne m'a pas prévenu ! Tch ! Je retournais à ma salle, les cours allant commencer, tandis que mon interlocuteur me souhaita bonne chance, et partit.


Bon, quand j'ai dit que je n'aurais aucun élève, je n'ai pas réellement exagéré. En tout, dans la pièce, cinq étudiants. Qui semblaient s'ennuyer ferme. Je soupirais.


- Bonjour.


Des marmonnements me répondirent. Ok … On sent la bonne volonté ici ! Le temps allait être long. Lentement, j'analysais les origines de ces élèves. Deux Crossbreeds, trois Shinigamis. Bon … Je continuais à parler, mais aucun ne m'écoutait. Par la suite, je commençais à énoncer des conneries, et ils hochaient vaguement de la tête, comme si ce que je disais était normal. J'en ai déjà marre … !


- Oy, bande d'étudiants péteux ! C'est pas parce que vous avez posé vos culs de bourge sur les chaises que vous assistez au cours !, hurlais-je. Pour assister à un cours, faut être présent mentalement, et ce n'est pas le cas ! J'ai l'impression de causer à des murs !


Ah, ces doux mots si vrais … Répétés inlassablement par mon prof de science. Bref.


- C'est le cas non ?, répliqua moqueur un élève au fond de la salle.


Ils rirent. Je les fusillais du regard, et ils baissèrent aussitôt la tête. Puis je m'approchais de ce sale petit con. Et me plaçais devant lui, le regardant de cet air glacial qu'avaient Toshiro et Byakuya.


- T'as dit quoi morveux ?

- Vous parlez dans le vide depuis le début du cours. Et ce n'est pas en racontant des conneries que vous nous auriez fait réagir.

- Hein ? Donc tu te crois plus malin que les autres c'est ça ?

- Je le suis.

- Stupide gosse arrogant. C'est pas avec ce comportement que vous survivrez dans un champ de bataille !, tonnais-je à l'attention de tout les élèves.

- Et vous ? En seriez-vous capable ?


Je le considérais froidement. Bien sûr que oui ! Même si mon dernier champ de bataille important était la guerre entre les Shinigamis et les Crossbreeds, et qu'à ce moment-là, j'étais séquestrée par ce stupide Arrancar puant. Bon, même si Haru et les autres m'ont libérés, mais il m'a embroché dès que j'avais stoppé la bataille … Je soupirais, essayant de calmer mes nerfs.


- Je pourrais te tuer, là, maintenant.

- Mais vous ne pouvez pas.

- Je le sais, mais je le pourrais.


Un petit silence suivit ma tirade avant que je ne souris sadiquement.


- Et puis après tout, je le peux. Le vieux voire le Seireitei et le Gotei 13 ont une dette envers moi …

- Hein ?


Il n'eut même pas le temps de dire autre chose que je le plaquais contre la table, le bloquant pour qu'il ne puisse faire aucun geste. Pas frapper. Juste faire mal. Mais sans frapper.


- Trop lent, affirmais-je en le lâchant puis en retournant à mon bureau. Voilà ce qui peut vous arrivez à n'importe quel moment. Que vous soyez en train de lire qu'en train de boire. On a tenté de me tuer à une fête, mais j'étais prête, et j'ai arrêté son sort minable de Kido.


Personne ne répondit. Je soupirais, et m'assis souplement sur le bureau. Peut-être mon cours allait-il enfin commencer ?


- Bien. Je suppose que vous n'avez pas écouté qui j'étais, donc je me présente encore une fois. Mon nom est Karin Kurosaki Evans. J'ai été terrienne, puis Crossbreed et maintenant, je suis mi-Crossbreed mi-shinigamie.


Enfin, je pense. Je ne peux plus utiliser mes pouvoirs, et que des sorts de Kido, mais je ne suis pas une shinigamie. Si je vais sur Terre, je n'aurais pas besoin de Gigai. Étrange non ? La mort ne me réussit pas. Bref. En énonçant mes origines, je sentis des regards interrogateurs sur moi. Enfin j'ai réussi à capter leurs attentions !


- Mais ne nous attardons pas sur moi, mais plutôt sur vos connaissances. Si je demande à des Crossbreed de me dire ce qu'ils savent des Shinigamis, et réciproquement, c'est bon ?


Ils acquiescèrent. Durant près de deux heures, les élèves disaient ce qu'ils savaient sur les autres. Bien évidemment s'était ajouté les Quincys à la discussion, pour diversifier la chose. Puis la fin du cours arriva, et ils sortirent bruyamment, sans un salut. Je soupirais. Ces gamins sont vraiment mal élevés ! Et le problème, c'est que je n'avais qu'eux comme classe. Mon boulot d'enseignante est terminé. Joie. Je ramassais mes affaires et sortit à mon tour.


Un mois s'est écoulé tranquillement. Je passais mon temps aux cours, en mission ou avec Toshiro et les autres. Mes élèves semblaient plus attentifs, et nous abordions des sujet plus délicats. Comme les conflits d'antan entre les Shinigamis et les Crossbreed ou les Quincys, leur extermination etc. Et fort heureusement pour moi et mon cours, ils étaient ouverts d'esprit. Je voyais aussi parfois leurs regards lorgner sur mon zanpakuto, qui se reposait fièrement contre ma cuisse.

Pendant qu'ils écrivaient, je les observais tour à tour. Et soufflais bruyamment avant de les appeler. Ils levèrent tous la tête sur moi.


- Bon, je pense que nous avons passé assez de temps dans cette salle de classe, commençais-je. C'est pour ça que je pensais organiser un voyage à l'ancienne ville des Crossbreed.


Ils s'écrièrent de joie. Enfin, j'ai pas encore demandé l'autorisation …

Et finalement, je l'obtins.


Nous étions en route vers l'ancienne ville des Crossbreed. Cette ville où j'avais vécu. Comme les Crossbreed de ma classe. Nous parcourions la forêt, silencieusement. Kira était avec nous. Bien qu'elle se soit bien intégrée avec les autres, je voulais qu'elle retrouve la mémoire. Quand nous arrivâmes dans les ruines, son regard se fit plus inquiet, interdit. Je cherchais à comprendre pourquoi, quand un cri de l'un de mes élèves me tira de mes pensées. Puis des hurlements. Je me précipitais vers eux, et me stoppais, choquée. Un Hollow. Un Adjuchas. Il tenait sous sa patte l'un des étudiants. Et menaçait du regard et de ses crocs les autres. Pourtant, quand il me vit, son visage changea du tout au tout. Puis il abandonna sa proie pour se précipiter vers moi. Je l'esquivais au dernier moment, faisant une roulade de côté. Me relevant vivement, je lançais un sort de Kido, qu'il esquiva en sautant. Mais un second cri attira mon attention. C'était l'élève qui avait failli se faire tuer. Il était blessé. Mais il n'avait suffit que de quelques secondes inattention pour que mon adversaire ne se jette sur moi, crocs en avant, prêt à me déchiqueter. Je n'avais pas le temps d'esquiver ! Et brusquement jaillit devant moi Kira, me protégeant du monstre. Elle se prit la morsure, les griffes dans son corps. Le sang gicla. Son sang. Il souillait mon visage et mes vêtements. Mais en vérité, je ne m'en souciais pas vraiment. Je voyais juste le cadavre de l'albinos tomber lourdement, tandis que ses prunelles grises s'éteignirent. Je restais les yeux écarquillés en la voyant ainsi, couverte de sang. Puis je hurlais. Mon reiatsu se pressa autour de moi, tandis que je me relevais, pleurant. Je fixais ce Adjuchas avec haine. Puis, il se passa une chose étrange. Le corps de Kira se décomposa en millions de petites particules lumineuses, avant d'entrer dans mon sabre, que j'avais dégainé. La lame se mit à briller fortement, avant qu'une voix ne résonne dans ma tête.


- Ka … Karin ?

- Kira !, pensais-je, surprise.

- Je crois que je suis … devenue ton zanpakuto …

- Quoi ? Comment c'est possible ?

- Je n'en sais rien, Karin. Mais appelles-moi. Active le shikai !

- Oui ! Souffre et perdure, Kurushimi no Jikan !, criais-je.


Ma pression spirituelle augmenta considérablement, avant que je ne fonce vers le Hollow. Il esquiva, mais je parvins à l'entailler. Un sourire satisfait se leva sur mes lèvres, avant que je ne prononce qu'un mot. Douleur. Brusquement, le Adjuchas se cambra, se tordit de douleur en hurlant, avant que je ne le plante. Il mourut, me détaillant avec haine. Ses cendres s'envolèrent dans les airs avant de retomber mollement sur la terre. J'observais froidement l'endroit où il se tenait, avant qu'un gémissement ne me sorte de mes pensées. Je me précipitais vers le blessé, et commençais à le soigner. Mais pourtant, au fond de mon cerveau, une pensée persistait : Kira est devenue mon zanpakuto, mais est-ce vraiment le fruit du hasard ?