Chapitre 12 (p2) : Encerclés ?

par Co.

- Cette pression spirituelle… ça ne peut quand même pas être celle de Grimmjow ?!

Sans écouter Dordoni, Luppi s’élance et décolle du sol avec force.

- Hey! Attends une minute! crie Cirucci. Si tu agis de ton propre chef, tu risques de…

En imaginant l’impact électrique imminent qu’allait lui envoyer Mayuri, elle avait essayé d’arrêter Luppi. Mais ce dernier s’éloignait déjà prestement.
Avant qu’elle ne s’en rende compte, la distance qui les séparait avait rendu sa voix inaudible.

Néanmoins, rien n'indiquait qu'un choc électrique lui avait traversé le corps… Cirucci et les autres arrancars se tournent alors vers Mayuri, perplexes.
Le scientifique avait le doigt suspendu au-dessus d’un bouton, un grand sourire se dessinant sur les lèvres :
- Hummm... c'est une conduite non autorisée, mais... Je suis intéressé de voir quel genre d'action vont entreprendre les fullbringers et les Quincy face à la présence de multiples arrancars.

Puis Mayuri murmure quelque chose dans le dos des arrancars, comme s’il se parlait à moitié :
- Que vous soyez si enclin à vous battre ne me dérange pas. Je m’en moque si vous voulez vous en mêler aussi.

- Hé, ce n’est pas comme si on avait faim de bataille, vous savez! Peu importe le motif, et peu importe si le combat est beau… En ce qui concerne la beauté, Grimmjowrounet est un peu trop grossier pour moi. Cependant, quand on est de mon niveau, même un style grossier peut devenir aussi beau qu'une rose sauvage.

Ignorant Charlotte et ses opinions singulières, Mayuri suit des yeux Luppi, puis il sourit en tournant son attention vers Grimmjow.

- Il semble que c’est le hollow avec lequel Kisuke Urahara a formé une alliance ... Eh bien, peut-être que cet homme essaye de tirer les ficelles en coulisse?



----------------------------------------------------------------------------------

Au Magasin Urahara

- J’y pense, Monsieur Urahara… vous entretenez toujours des liens avec ce groupe d'arrancar?


Hisagi avait soudainement été frappé par une idée, et il avait décidé de poser à Urahara encore quelques questions délicates.


Quand Urahara s’était précipité dans le Hueco Mundo, il avait pris l'initiative de former une alliance. Il s’était fait ainsi des alliés éminents chez quelques membres des arrancars.

Cela s’était passé dans ces circonstances où il était possible que la Soul-Society lui reproche de nouveaux crimes, et ce même si les choses s’étaient bien passées.
Mais en réalité les arrancars avaient bel et bien contribué à la défaite des Quincy lors de la dernière grande guerre. Hisagi en avait conclu que le capitaine commandant ne réprimerait probablement pas Urahara, parce que, justement les choses s’étaient bien passées.
Par contre, vis-à-vis du Central 46 il en était encore incertain.

- Je suppose, répond Urahara, que pour préserver la paix, nous devrions créer autant de filières de négociation que possible. Contrairement aux Quincy qui croient que les hollows devraient tous être éradiqués, l'objectif d'un shinigami est de persister dans le maintien de l'équilibre.

- Néanmoins, ce groupe avait déjà provoqué des massacres dans cette ville. Cela ne vous dérange pas ?

- Actuellement, le Hueco Mundo est dirigé par mesdames Harribel et Nelliel, qui sont toutes deux d’un genre modérée. Grimmjow est certes quelqu’un de belligérant, mais il est différent de ceux qui provoquent inutilement des émeutes.

En supposant que ce soit le cas, Hisagi décide de l'accepter et de faire avancer la conversation, malgré le sentiment conflictuel qu’il ressent.


En fait, c’était l'arrancar connu sous le nom de Yammy qui avait perpétré les massacres commis dans la ville de Karakura. Depuis, la Soul-Society n'a plus jamais entendu parler de lui.

Les histoires racontent qu'il s'est battu contre Byakuya Kuchiki et Zaraki Kenpachi, mais il est peu probable qu'il ait pu survivre après les avoir eus comme adversaires.

- Pour être tout à fait franc, avoue Hisagi, j'ai toujours eu un état d'esprit mitigé à l’égard des hollows. Bien sûr, ils ne sont pas le mal absolu. Mais, il est plus juste de dire, qu’en tant que shinigamis, nous ferions bien de nous souvenir de nos enseignements, lesquels sont « toutes âmes doivent être purifiées ». Mais…

- Ces arrancars étaient sous le commandement de Sōsuke Aizen. Est-ce que cela change quelque chose?

- … Je ne peux pas laisser passer cela aussi facilement. Qu'ils soient des hollows, des humains… ou des shinigamis, ces gars-là, ce sont ceux qui ont pris le parti d’Aizen et qui ont essayé de détruire le monde.


Au moment où il a prononcé le mot «shinigami», Hisagi s’est rappelé de l’image d’une certaine personne… mais il la repousse et l’enterre au plus profond de son cœur.


Peut-être Urahara avait également perçu un soupçon des véritables sentiments d’Hisagi, mais sans faire la lumière sur le sujet, celui-ci répondit simplement :

- Les puissants arrancars du Hueco Mundo sont un regroupement d'une multitude d'âmes. Des milliers et des milliers. Ils sont le résultat de la fusion de toutes ces âmes ou d’un individu résilient dévorant celle des autres à volonté. Les arrancars sont nés avec leurs propres croyances et convictions. C’est précisément pourquoi, si nous sommes capables de comprendre leur façon de penser… s’il y a une partie de leur façon de penser un tant soit peu compatible avec la nôtre, alors le dialogue est possible.


En entendant ces mots, Hisagi se souvint des arrancars contre lesquels il s'était déjà battu.

En effet, ces âmes sont plus comparables à des humains qu’à des hollows stupides agissant sans raison. Même si ces personnes nous déplaisent, il y avait parmi elles des individus qui semblent être capables de dialoguer de façon tout à fait neutre.

Et surtout, n’est-il pas vrai que même l’homme qui était autrefois convaincu que ses croyances étaient empreinte de justice ait finalement provoqué une mutation de son être pour se transformer en arrancar ?


Juste au moment où Hisagi pensait cela, Urahara conclu son discours par :

- Bien sûr, après avoir compris cela, tuez-les sans hésiter dès qu'ils deviennent un ennemi. N’est-ce pas ce qu’on vous enseigne dans les 13 Divisions?

- … Oui c'est vrai.


Propulsé à nouveau dans la réalité, Hisagi retient un peu son souffle.

Il se souvient de l'instant où il avait abattu par surprise l'un de ces ennemis.
En transperçant la tête de son adversaire avec son Zanpakutō. Il avait vraiment eu la sensation de récolter une vie.


Comme pour tester Hisagi, Urahara prononce le nom de cet "ennemi" avec clarté :

- Vraiment, vous ne devriez pas regretter d’avoir tué Tōsen.


Hisagi se rend compte que le ton de la voix d’Urahara a changé. Cette phrase n’a pas été prononcée comme l’aurait fait le propriétaire du magasin d’Urahara, mais comme l’aurait fait une personne anciennement membre des 13 Divisions. Comme un homme ayant jadis servi au rang de «capitaine».

- Non, répond Hisagi sans la moindre hésitation. Cela n'arrivera pas. Si je l’avais regretté, alors j'aurais déjà rendu mon Zanpakutō.


Hisagi avait beau avoir déclaré cela sans hésitation, comme un vice-capitaine en service actif, il n’était pas à l’aise pour autant.

Emu, il baisse légèrement la tête, en blâmant son impuissance.


- C’est juste que… comment aurais-je pu convaincre cette personne? J'y pense encore, même maintenant. Bien que je n’aie pas de regret, je ne voudrais pas que les mêmes erreurs se répètent. Je ne voulais pas vraiment dire cela, mais, si ce n’était pas moi qui…

- N’en parlons plus, le coupe Urahara. Imaginer ce qui se serait passé, en envisageant d’autres voies et d’autres futurs… Cela n’a aucun sens. Même si vous recherchez des réponses par le biais d’autres personnes.

Urahara le réprimande alors avec douceur :

- Ce quelqu'un qui n'est pas vous n'était pas là. Les seules personnes qui auraient eu le droit d’y changer quelque chose sont celles qui étaient présentes à cette occasion. Hisagi s’en tenait aux principes d’Hisagi. N’est-ce pas déjà assez?

- …

- Eh bien, des gens comme Kurosaki, Inoue et les autres ont peut-être des principes différents de ceux des 13 Divisions. Je pense que c’est cela même qui fait leur force, distincte de la nôtre. Mais cette différence n’a pas d’importance. Tant que vous vous pouvez au final protéger ce que vous voulez protéger, je dirais que c’est plus que suffisant.


- La chose que je veux protéger?

En écoutant les paroles d’Urahara, Hisagi réfléchit une fois de plus sur les «choses » qu’il voulait protéger.

- Ce que je voulais protéger… ce n’est pas le capitaine Tōsen. Ce sont ses enseignements.

- L’enseignement que cette personne, qui était membre des 13 Divisions, m'a appris : c'est la voie du shinigami.


Les 13 Divisions protègent la cour, le Seireitei.

Cette cour est un lieu de règles et de jugements qui supervise les nouvelles étendues du monde.
En d’autres termes, il est le symbole de la justice.

Et les shinigamis croient ainsi qu’ils protègent la justice du monde.

C’est cette conviction qui a finalement conduit Tōsen à sa destruction.

La conviction que tuer Tōsen suivait les enseignements qu’Hisagi avait hérités de lui.

Savoir si Hisagi avait bien agit ou non n'était pas la question.
Tout comme l’avait déclaré à Urahara, il n'avait aucun regret à avoir pour ce meurtre.
Parce qu'il avait compris qu’éprouver du regret serait une insulte envers les shinigamis qui se battent à ses côtes et, qu’en plus, cela aurait été une insulte envers Tōsen lui-même.

Cependant, le fait qu’il ait tué Tōsen de cette manière reste profondément gravé dans l’âme d’Hisagi. Lentement et doucement, se faufile en lui une crainte confuse.

Est-ce la peur de devenir lui-même autre chose, en tuant celui qui l'avait guidé tout au long de sa vie? Ou peut-être que la peur l’avait déjà changé et qu’il ne le réalisait pas encore?


Hisagi n’en n’est pas certains, mais il a l’impression qu’un vent froid lui parcourt le dos.

Il tente de stabiliser à la fois ses pensées et sa respiration.

- ... Non, la différence réside dans ma propre faiblesse. C'est exactement pour ça que je devrais aller m'excuser auprès de Kurosaki et des autres…


Mais Hisagi s’interrompt.


Il perçoit chez Urahara un certain sentiment de malaise.


Avant qu’il ne s’en aperçoive, Urahara avait déjà pris sa propre canne-épée, qui renferme en réalité son Zanpakutō.
Avec une apparence quelque peu tendue, Urahara jette un regard dans une certaine direction.

- Monsieur Urahara?

- Je suis désolé d’interrompre notre conversation, Hisagi.

Bien qu'il se soit excusé d'une manière décontractée, son regard se remplit de vigilance. Il semble se concentrait sur quelque chose, dans le lointain.

- ... Pouvez-vous vous libérer de votre limiteur?

- Hein?


Les shinigamis ayant la force d’un vice-capitaine et au-dessus, scellent une partie de leur pouvoir lorsqu'ils se dirigent vers le monde des humains. Cette règle est une mesure qui empêche les puissantes énergies spirituelles d’exercer des effets néfastes sur les âmes du monde des humains.
Et même si Hisagi était venue sans avoir l’intention de s’engager dans un combat, il avait également subi le même traitement.


Par conséquent, Hisagi se trouve actuellement dans un état où son énergie spirituelle n’est plus qu’à 20% de ses capacités. En comprenant immédiatement ce qu’implique la question d’Urahara, un remue-ménage s’active dans l’esprit d’Hisagi :

- Est-ce… un ennemi? S'il y a un adversaire dangereux, je demanderai immédiatement une libération illimitée.

- Je n’en suis pas encore sûr. Cela ne signifie pas nécessairement qu'il y a une intention malveillante autour de nous, mais ... on dirait qu'on est encerclé.

- Ce magasin est encerclé?

En analysant les forces spirituelles aux alentours, Hisagi peut sentir une fluctuation d’énergies semblable à un étrange sentiment de malaise. Mais il ne distingue pas de pression spirituelle spécifique.
Même s’il s’agit en apparence d’un petit magasin, un bon nombre d’êtres vivent dans la périphérie environnante.

Hisagi se rappel d’une époque où il avait été encerclé par d'immenses hollows.
Un passé remplis de douleurs et de peurs lorsqu'il avait perdu sa camarade Kanisawa.

Cependant, la réponse qu'il a reçue d'Urahara a fait disparaître ces souvenirs en un instant :
- Non ... s'ils s'étaient approchés d'aussi près, je l'aurais remarqué beaucoup plus tôt.
- ?
- Ce n'est pas le magasin qui est encerclé…

Alors qu'il se lève lentement, Urahara fait doucement coulisser la porte.

- … C’est l’ensemble de la ville de Karakura. Toute la ville a été isolée par « quelque chose ».