Chapitre 7 (p2) : La quête de vérité d'Hisagi ! Les mystères du Roi et de la noblesse.

par Co.

Une heure plus tard, bâtiments de la 11ème division – aire de repos.


- Bien… c’est exactement ce qu’on a vu. Est-ce que ça t’est utile ?

- En fait, durant la bataille nous n’avons fait qu’observer. C’est une histoire très ennuyeuse. Oh, bien que je déteste l’admettre mais, le combat de Nemu était vraiment magnifique.

Ikkaku Madaramé et Yumichika Ayasegawa continue de raconter leurs récits approximatifs, tandis qu’Hisagi fronce les sourcils en les parachevant :

- Alors en résumé, si j’ai bien compris, le capitaine Kurotsuchi était aussi fou que d’habitude. Quand même, j'espère que Nému guérira sans problème…

- Plutôt que « guérir », le rectifie Yumichika, il me semble qu’elle disposera bientôt d’un nouveau corps. Ce type, Akon, a déclaré que dans quelques années, quand elle marchera à quatre-pattes, elle sera probablement capable d’utiliser un certain niveau de shunpo*.

- Ce sera un spectacle à ne pas rater, assure Madaramé.

Hisagi incline la tête sur le côté, incapable de se l’imaginer.
Mais il ne veut pas trop développer ce sujet et décide de poser d'autres questions :

- Alors, vous êtes sûre que le capitaine Kurotsuchi a parlé du bras gauche du Roi des Esprits?

- Oui, répond Yumichika. D’ailleurs je n’ai rien compris à ce sujet...


C’est parce qu'il a entendu des rumeurs à ce sujet qu’Hisagi rend visite à ces deux personnes, spécialement pour s'enquérir des détails de cette bataille.

Hisagi essaye de déterminer s'il existe ou non une sorte de lien entre le « bras droit du Roi des Esprits », qui résidait dans le corps du capitaine Ukitaké, et le « bras gauche du Roi des Esprits » qui, pour une raison inconnue, se trouvait être dans le camp du Wandenreich.

Une divinité locale appelée «seigneur Mimihagi *» habitait à l’intérieur d’Ukitaké. S’il était vraiment le bras droit du Roi des Esprits, comment se fait-il qu’il se soit détaché du reste du corps pour se retrouver dans ce monde ?

Hisagi souhaite établir une distinction claire entre rumeur et réalité, tout en sachant que cela pourrait également entacher l’honneur d’Ukitaké en fonction des conjonctures.
Cependant, avec cette interview, l’évolution de la conversation commence à se faire de plus en plus chaotique.


- … Ce gars-là, reprend Yumichika. Il a changé sa façon de parler et il a dit des choses étranges, comme par exemple « j'ai toujours été un Quincy ».

- ...?

Hisagi fronce les sourcils.

- C’est étrange, non ? réfléchit à voix haute Hisagi. Pourquoi le bras gauche du Roi des Esprits serait-il depuis le début un Quincy ? Serait-ce possible que quelqu'un, parmi les Quincy, ait trouvé le bras gauche du Roi des Esprits quelque part, puis l'ait implanté dans son corps ? Comme Ukitake ou quelque chose du genre?

- Comment pourrai-je le savoir? Ce n’est pas comme si nous pouvions bien entendre l’ensemble des échanges qu’ils ont eu, après tout.

- Et toi Madarame?

- Je ne peux probablement pas expliquer quelque chose que Yumichika lui-même ne comprend pas. Pose plutôt la question au capitaine Kurotsuchi.

Bien que ce soit une suggestion des plus raisonnables, Hisagi ne peut s’empêcher de laisser échapper un soupir :

- Je lui ai déjà demandé l’autorisation de collecter des informations, sur divers sujets, comme la situation de Kira…
Mais ces six derniers mois, il semble être tout le temps occupé. Il a rejeté toutes les interviews en disant qu'il a une montagne de nouvelles recherches à faire…

Se rendant compte qu'il était en train de se plaindre, Hisagi baisse les épaules, joignant ainsi les gestes à la parole :
- Eh bien, c’est principalement à cause de la situation de Nému et de la restauration du Seireitei, alors je suppose que cela n’arrangera pas les choses...

- Tu sembles traverser une période difficile, constate Madaramé. Pour commencer, tu ne m’as jamais semblé convenir à ce type de travail.

- La question n’est pas de convenir ou non, Madaramé. Toi aussi tu n’écouterais pas quelqu'un qui te dirait d’arrêter les combats parce que cela ne te convient pas, n’est-ce pas ?

- C’est vrai. Je trancherai ce gars avant qu'il puisse me raconter une autre blague de ce genre.

Devant l’inquiétante réponse de Madaramé, Hisagi soupire.
Soudain, Hisagi se souvient de quelque chose :

- Je viens d’y penser. Tu as une petite soeur, non ? Quand j'ai enquêté sur le nom du Shinigami qui est actuellement en charge de la ville de Karakura, j'ai été surpris que le nom qui a été évoqué soit « Madaramé ».

- Oh… Shino? Je ne sais pas si c’est ma sœur ou ma cousine. Apparemment, le premier jour où elle a été envoyée dans la ville de Karakura, elle a été assommée par un groupe d’énormes Hollows puis s’est faite sauver par Ichigo. Elle a encore beaucoup de chemin à faire. Comme ce que je lui répétais sans cesse: la 11ème Division est trop rude.
Elle n’aurait pas pu se mêler à nous, les durs à cuire.

Malgré son ton bourru, Madaramé avait l'air inquiet pour elle.
En réponse à cela, Yumichika signale de manière factuelle les failles de son argument plutôt que celle d’Hisagi :

- Eh bien, si plusieurs grands Hollows font face à un seul soldat novice, normalement, il finit par mourir. Même s'il est membre de la 11ème division.

- … C’est vrai Madaramé. Tout le monde n’est pas comme toi ou le capitaine Zaraki.

Après avoir fait cette interjection, Hisagi baisse les yeux.

L'époque où il était encore élève à l'Académie Shinō lui revient à l'esprit.
Il emmenait les bleus dans un exercice d'entraînement, lorsqu'ils ont été attaqués par d'énormes Hollows. C’est là qu’il avait perdu sa camarade Kanisawa.
À ce moment-là, Hisagi était à bout de forces.
Lorsqu’Aizen et Gin Ichimaru, sont apparus à la suite des troubles et qu’ils ont vaincu à eux deux leurs ennemis, l’incident a été réglé rapidement.

- Je me demande si la personne que je suis aujourd'hui est devenue aussi forte qu'Aizen et qu'Ichimaru l’était à l'époque…?


En dépit de ses pensées, Hisagi se gardait bien de vouloir acquérir une telle puissance.

Depuis ce combat, il affirmait que Tōsen lui avait donné le moyen de reconsidérer la peur qu’il éprouvait au combat. Puis le nom de Tokinada Tsunayashiro lui revient en mémoire au même moment. Ce nom qu’il avait entendu de la bouche de Kyōraku et qui était l'origine de la dérive de Tōsen.

- Un tel homme, peut-il vraiment être le chef d’un clan d'une des quatre grandes familles nobles?


- Hé, il y a un problème Hisagi ?

- Hein? Ah, c’est rien, désolé. Je pensais juste à autre chose, prétexte-t-il en se reconcentrant sur la voix de Madaramé.
Tout en se réprimandant intérieurement, Hisagi revient sur le sujet du « bras gauche du Roi des Esprits » :

- N’y aurait-il pas quelqu’un d’autre qui aurait assisté également à cette bataille? Je souhaiterais rassembler autant d'informations que possible.

- Ah, oui peut-être, il y a quelqu'un.

- Qui? s'enquière Hisagi, la curiosité piquée au vif.
Il avait dit cela sans vraiment y croire, pensant qu'il n'y aurait sûrement pas d'autres spectateurs que Madaramé et compagnie.

C’est alors que Madaramé révèle calmement le nom de la personne en question :

- Yamada a dû rester à proximité. C’est plus exactement le 3ème siège de la 4ème division.