Chapitre 6 (p4) : Quincy VS Arrancars: le Hueco Mundo s’enflamme!

par Co.

Lorsque Loly regarde attentivement le sable au loin, elle le voit se gonfler en laissant émerger du désert un nouveau crâne porteur de soldats.

Le pouvoir de l’Árbol à tête-de-mort aspire l’énergie du Hueco Mundo depuis ses racines. Il semble que ces racines se répandent clandestinement sous terre, comme des rhizomes de bambou. Elles produisent de nouveaux soldats continuellement, créant ainsi un nombre infini de soldats fidèles à Rudobon. Même si sa nature n’a pas changé depuis, la croissance de ses racines, son extension continue et son aire de répartition modifie la vitesse de production de soldats à une vitesse ahurissante.

À l’origine, Rudobon développait cette technique à la vue de tous. Mais comme ses branches ont par le passé été gelées par Rukia Kuchiki, il a tenté de les développer sous terre, où le froid glacial ne les atteindraient pas via l’atmosphère.
Le rythme extraordinaire de la production de masse entraîne une grande recrudescence dans le pouvoir de Rudobon, agissant ainsi comme sa nouvelle arme.
Les nouveaux soldats-crânes dépassent finalement le nombre de victimes provoquées par les raids de bombardement ennemis venant de la Quincy. Cette grande armée sans peur entoure Bambietta.
- Non ... pas possible, ces gars-là ... ne craignent pas la mort ...
Dans l'esprit brisé de Bambietta, des peurs ancestrales ressuscitent.
- … C-comment? Pourquoi ?…
Elle avait déjà ressentie de la peur face au capitaine ayant l'apparence d’un chien, celui qui s'appelait Komamura et qui avait sacrifié son propre cœur. Elle avait eu peur quand il l'avait approché comme un guerrier déjà mort.
La raison principale pour laquelle Bambietta se bat tient en cinq mots : « je ne veux pas mourir ».
Dans le Wandenreich, les perdants reçoivent une "peine de mort" nommé l’exécution.
C'est pourquoi elle continue de lutter. Pour elle, poursuivre le combat est un moyen d’échapper à la mort, éternellement.
Pour cette raison, elle ne peut pas concevoir qu’on puisse sacrifier sa propre vie.
Quand elle avait combattu cet homme nommé Komamura, elle avait été saisie d'effroi. Une émotion qu'elle n'avait jamais ressentie auparavant. Ce Shinigami, il lui avait parlé de la valeur de sa vie, il lui avait dit: «Je ne l’ai point sacrifiée… Je l’ai juste risquée ». À ce moment-là, elle avait eu peur, comme si elle avait vraiment eu affaire à un dieu gouvernant la mort.
Cependant l'essaim de soldats-crânes, à présent rassemblé autour d'elle, est encore plus anormal.
Ils ne sacrifient pas leurs vies, ils ne la risquent pas non plus. Au lieu de cela, cette armée humanoïde se comporte comme si elle n’avait pas de vie pour commencer. Se pourrait-il que périr même fasse tout simplement partie de leur système, et rien de plus ? Que cet essaim de crânes embrasse de façon mécanique la mort quand il s’engage dans une attaque? Ils ne sont même pas des Hollows, ni même des bêtes.
C’est comme s’ils étaient un énorme essaim d’insectes transformés en colonie, et il semblerait qu’ils essayent d’entraîner Bambietta dans leur « cycle mortel».
Cela effraye Bambietta, alors qu’elle est elle-même réduite à l’état de zombie.
La peur primordiale gravée dans son âme et son cerveau stimule momentanément son esprit endommagé.
Mais, elle ne pouvait qu'élever une voix craintive :
- Non ... non ... non, je n'aime pas ça, j'ai peur, j'ai peur ...
Plusieurs centaines, des milliers d'essaims de crânes transcendent l'enfer explosif, jaillissant des flammes.
Ils se servent des cadavres, et même des corps de ceux qui sont encore vivants, comme d’un tremplin.
L’essaim de crânes est devenu un énorme tentacule essayant d’engloutir Bambietta qui flotte dans les airs.
Le visage de la jeune femme, qui avait même oublié le fait qu'elle était déjà morte, se déforme et tremble comme une petite fille :
- Lil… Candi… Meni… Gigiii…! Tout le monde… Sauvez-moi… sauvez-moi… !
Alors, au moment même où elle était sur le point d'être capturée par l'énorme vague de soldats-crânes, la vague menaçante et blanche disparut en un clin d'œil.
- !
Rudobon et les deux autres filles, qui regardaient la scène avec une vue panoramique depuis un point éloigné, sont choqués de voir la nouvelle tournure des événements.
- Q… qu’est-ce qui vient de se passer ?…
Alors que la sueur glissait le long de leurs joues, les yeux de Loly s’étaient posés sur la bouche de la petite Quincy qui volait depuis les ruines. Cette bouche s’était déformée de manière irrégulière et l'instant suivant, elle était devenue énorme et avait avalé le ciel. Ce fut un spectacle où près d'un millier de soldats-crânes se sont fait gober en une seule bouchée.
Où est-ce que toute cette masse de soldats avait-elle pu se volatiliser ?
Sous le ciel nocturne, il ne restait que les silhouettes de ceux qui, apparemment, étaient des Quincy.
- QUu ... ua ... L-Lil ...?
La fille zombie se tourne en tremblant vers Liltotto qui mâche quelque chose avant de l'avaler doucement.
- Comme c'est désagréable… non, ça n'a aucune saveur pour commencer. Qu'est-ce que c'est que ce truc ? se demande Lil, insatisfaite de ce qu'elle a mangé à l’instant.
Gigi se manifeste soudainement derrière elle et attrape des deux mains la tête de Bambietta.
- Vraiment, je ne sais pas quoi faire de toi! Bambi chérie tu es vraiment inutile ! Hein… Qu'est-ce qui ne va pas? Tu ne voulais pas ta récompense? Si tu ne la veux pas, je peux te faire dormir? Ça ne me dérangerait pas, ok?
- Ah… n-non, pas ça… je suis désolée… désolée, Gigi…
Bambietta a une fois de plus les larmes aux yeux. Gigi la regarde en affichant une expression pleinement extasiée.
En regardant froidement la scène entre les deux Quincy, Lil parle à Gigi avec détachement :
- Alors toi, plus que quiconque, tu es capables d’affirmer sans vergogne que tu n’es pas du genre sadique, c’est ça ?
- …? Hein?

Après avoir vu Gigi pencher la tête avec sérieux et hausser légèrement les épaules, Lil fixe de nouveau son attention vers les lignes ennemies.
- Mince, ils prolifèrent rapidement. Est-ce que ces gars-là sont des cafards?
- Au fait, ça va?
la questionne Gigi. Tu as dit que tu aurais mal à l'estomac si tu mangeais des Hollows.
- J’ai été obligé de le faire, je n'avais pas d'autre choix. Après tout, nous sommes dans une situation difficile.
Bien que Lil ait utilisé sa propre capacité : « G, la Gloutonne » pour absorber l’énergie de l’ennemi, en en dévorant une énorme quantité avec sa bouche hétéromorphe, ce n’était jamais une tâche aisée pour elle.
L’énergie des Hollows est un poison pour les Quincy. C’est un acte suicidaire de l’absorber naturellement.
Si Lil ne se faisait pas partie des détenteurs de Lettre, elle serait probablement paralysée à l’heure actuelle.
Lil garde néanmoins son calme, tout en poursuivant son processus de digestion et en luttant contre la sensation d'érosion de ses entrailles.
Sur son visage aucun signe de souffrance ne transparaît, tandis qu’elle parle à Gigi et Bambi :
- Je pense que je peux en manger encore 2 ou 3 fois plus. Mais les gars de tout à l’heure, ils n’étaient pas nourrissant et manquaient sérieusement de saveur. Ces maudites ordures ne satisferont pas ma faim.
Toutes les trois portent leur attention sur les nombreux «arbres» continuant de donner naissance à des soldats-crânes et sur l'Arrancar situé au centre, dont le bas du corps s'était transformé en un arbre.
- Alors, tu veux manger des gars qui te semblent plus savoureux tout de suite? ... mais, ça semble peu recommandable.

Sentant la menace imminente se rapprocher, Rudobon laisse échapper un gémissement :
- Hum...!
La Quincy qui avait « dévoré » les soldats-crânes il y a quelques instants, dansait dans les airs avec la technique Quincy d’hirenkyaku*, tout en faisant mine de se diriger dans leur direction.
Les soldats-crânes se précipitent aussitôt en avant. Mais la Quincy manipulant les explosions recommence à propulser son énergie en dehors d’elle-même, de façon à les retenir.
En regardant la petite Quincy approcher et se faufiler à travers l'armée confinée dans les explosions, Rudobon se construit pour se défendre un mur de chair composé de soldats-crânes.
- Tu te caches derrière une couche de peau bien laide, chuchote Lil d’une façon détaché.
La bouche de la Quincy s’étend à l’horizontale comme du slim.
En «une seule bouchée», elle avait l’intention de consommer tout ce qui se trouvait devant elle, la peau et tout le reste à l’intérieur, pour que le mur des soldats-crânes disparaisse pour de bon.
Cependant …

- … Il n’y a rien là-bas.

Apparemment, le mur est une simple tactique de diversion. Rudobon et les autres qui étaient à l’intérieur avaient déjà bougé.
Loly sort ensuite de derrière la Quincy en criant sa formule de libération : « Empoisonne, Escolopendra! »
Son Zanpakutō prend l’apparence d’un énorme mille-pattes ressemblant à une créature enlacée dans le corps de Loly.
L’Arrancar brandit comme une lame des protubérances en forme de scolopendre qui font partie de ses bras.
- !
La Quincy l’évite de peu, mais le sable du désert frappé par ce coup commence à fondre.
- Dissolution! crie Loly en essayant de porter un coup sur la Quincy.
Le tentacule, qui donnait l’impression d’être un corps de mille-pattes, disparaît.
- Quoi… ?
- … C’était inutilement épicé. Mais pas mauvais, je trouve.
- Une partie de ma Resurrección … !

- … a été mangée !

Loly devient pâle en réalisant qu’une partie du pouvoir naturel scellé dans son Zanpakutō vient d’être avalé.
Bien que ce soit loin d’être une blessure mortelle, la sensation de perdre une partie de son corps l’effraie.
Mais ce qui l’a encore plus surprise, c’est ce qui s’est produit immédiatement après.
- ... Hein ?!
La Quincy éparpille des flèches partout, perçant l'essaim de crânes et les arbres qui les créaient.
Par conséquent, les soldats-crâne et les arbres frappés par ces flèches se sont dissous comme s’ils étaient en pâte, comme le sable d’il y a quelques instants.
- Mon… poison?!
Alors qu'elle regarde l'armée ennemie fondre, Lil murmure d'une manière détendue :
- Il semblerait que j’ai réussi à le digérer, d'une manière ou d'une autre. L’acide de mon estomac est plutôt costaud, non ?

La capacité de « G, la Gloutonne » ne consiste pas seulement à dévorer ses ennemis.
À partir du moment où elle l’avait digéré, il lui était possible d’utiliser librement les pouvoirs de la cible.
Elle a également acquis la faculté secondaire de comprendre comment utiliser instinctivement ces pouvoirs.


Au cours de la dernière guerre, elle avait «consommé» un homme nommé Pépé *.
Mais il semble qu’elle n’ait eu aucune envie d’utiliser les véritables capacités du pouvoir de Pépé, car ils lui semblaient trop peu efficaces pour fonctionner contre Yhwach, son ancien adversaire. De plus, elle avait dit à Gigi : « Voulons-nous vraiment utiliser un pouvoir aussi bâtard et dégueulasse que celui-ci? »



- Alors ... où se cachent-ils?

- Bien que je ne veuille pas agir impulsivement comme Bambi… est-ce que disperser ce «poison» au hasard les fera sortir au grand jour?
- Non, je vais commencer par me débarrasser de celle qui a vraisemblablement la capacité de contrer le poison.

Lil se tourne un seul Arrancar : celle avec les deux queues-de-cheval à qui elle avait volé le pouvoir du « poison » tout à l'heure.
- Euuuh...
Loly n'avait jamais tenté de savoir si son propre poison était efficace sur elle-même.
Mais elle avait appris que Baraggan, qui était autrefois le roi du Hueco Mundo, était mort à cause de sa propre malédiction.
Paniquée, Loly tente de s'enfuir.
Cependant, parce qu’elle est privée d’une partie de son corps qui a été dévorée après avoir utilisé sa Resurrección, elle est tombée, incapable de garder son propre équilibre.
- Loly !
En réponse à Menoly qui se précipite pour essayer de l'aider, Loly lui crie, les yeux s'écarquillés :
- Idiote! Enfuie toi …. !
Sans attendre que les deux filles finissent leur conversation, la Quincy tire des flèches empoisonnées.
L’instant d’après, une immense vague d’eau balaye les flèches infusées de poison et les soldats-crânes environnants.
- Euh …?
- C’est pas vrai …
Une barrière d'eau protégeait les deux Arrancars.
En observant la forme de cette étendue d’eau dansant dans les airs de ce désert, Loly et Ménoly se sentent embarrassées. Elles réalisent ce qui vient de se passer.
Et alors, avant que quiconque ne s'en aperçoive, Rudobon se révèle et incline profondément la tête en prononçant des mots d'excuses :
- Oh… vous vous êtes déplacée en personne jusqu'à un tel endroit. Comment dois-je exprimer mes plus humbles excuses pour avoir causé du tort... ?
L'Arrancar qui est apparue sur la scène ouvre la bouche pour parler, de cette façon elle interrompt les excuses de Rudobon :
- Inutile de vous excusez. Je suis désolée d'être arrivée si tard.
La bouche de l’Arrancar est dissimulée derrière un masque ressemblant à un ensemble de crocs.
Tier Harribel tourne alors ses yeux vers la Quincy flottant dans le ciel, tandis que l'eau contrôlée par son Zanpakutō les entoure comme une rivière s’écoulant dans les airs.
- … Vous dont le leader est censé être mort. Pourquoi dévastez-vous notre territoire?
À la différence de Harribel qui avait posé cette question, un homme apparaît derrière elle et affiche un sourire cruel :
- Ha! Est-ce que le genre de raison qu'elles peuvent avoir est vraiment importante? Si elles viennent ici pour une baston, on a qu’à leur en donner une.