Chapitre 3 (p1) : La vengeance de Tōsen et du clan Tsunayashiro

par Co.

Des centaines d’années auparavant, Seireitei, District Gouvernemental



« Pourquoi ? Pourquoi cet homme n’a pas été condamné à la peine de mort ?! »
Ce protestataire risque sa vie.
« J’aimerais une audience avec la Chambre des 46 ! S’il vous plaît ! »
Un jeune homme continue d’élever le ton, alors qu’il est bloqué par des lances en fer tenues par des gardes robustes.
À en juger par les yeux du jeune homme qui sont dépourvus de couleurs et par ses déplacements minutieux, il est aveugle.
Ce jeune homme aveugle semble capable de percevoir son environnement autour de lui, ainsi que de ressentir la présence des gardes féroces qui se tiennent devant lui.
Que les gardes de la porte soient liés ou pas à la noblesse, leurs yeux expriment un mépris manifeste envers le jeune homme qui semble venir du Rukongai.
Néanmoins, le jeune homme tend sa main vers l'intérieur de la porte, sans hésiter.
La clameur qui sort de sa bouche exige une condamnation pour un crime.
C’est un véritable plaidoyer en faveur de l'exécution de la justice.
Mais les gardes ne lui prêtent même pas une oreille, ils soulèvent leurs armes et les brandissent vers l’aveugle.

Le son d’un tissu qui s’écorche… Dans les airs, le bruit d’un jeu de jambes…
Le jeune aveugle, perçoit tout cela et comprend qu'un garde est sur le point de lui porter un coup sans pitié.
Mais, il n'essaye pas de l'éviter. Est-ce le désespoir ou le chagrin qui se lit sur son visage?
Quoiqu'il en soit, il n'y a même pas réagi ni même céder à la peur.
Quand il est venu ici, ce jeune homme était déjà prêt à risquer sa vie.
Les gardes, qui n’en étaient pas conscients, ont sans hésiter dressé leurs armes sur leur adversaire sans défense.

Le bruit d’une violente collision métallique raisonne alors.

« ! »

Un Zanpakutō, encore fourré dans son fourreau rencontre les lances des gardes.
Au moment où les gardes ont vu la personne qui le tenait, leurs regards se sont tendus.
« Ne vous comportez pas de la sorte. Nous pleurons encore la disparition de Madame Kakyô. »
- V-Vous êtes…
balbutient les gardes
- Je vais m’occuper de ce monsieur. Vous vous pouvez reprendre vos fonctions de garde.
- O-Oui monsieur !

Au début, le jeune aveugle fut incapable de comprendre ce qui s'était passé.
Sa conscience est happée par le nom qu’avait prononcé l'homme qui semble l'avoir sauvé.
Kakyô.
La raison pour laquelle il était venu risquer sa vie ici.
C'était le nom de sa chère et irremplaçable amie d’enfance avec qui il passait son temps au Rukongai.
L'homme qui a prononcé ce nom s'adresse alors au jeune aveugle avec une voix douce :
- Je te reconnais. Si je ne me trompe pas, je crois que vous êtes venu aux obsèques de Kakyô.
- …Vous… la connaissiez ?
- C’était une camarade. Je suis également un shinigami… Cependant, je suis un piètre shinigami puisque je n’ai pas pu la protéger.
L’homme parle avec une expression pensive alors qu’il prenait la main du jeune aveugle.
- Allons à un autre endroit. Tu n’as plus rien à dire à ces gardes entêtés, tu ne penses pas ?

(Plus loin)

- C’est bien ça, tu es Kaname Tôsen, n’est-ce pas ? Elle mentionnait parfois ton nom, même au baraquement de la division. Alors je suppose que tu as reçu une invitation spéciale pour les funérailles, hein ?

Le jeune homme aveugle, Kaname Tôsen est un habitant du Rugonkai. Il n’est pas un shinigami, alors en temps normal il n’aurait pas pu voyager librement dans le Seireitei.
Qu’il soit admis dans ses murs signifiait qu’il en avait eu l’exceptionnelle autorisation.

- Quand elle a été nominée au poste de shinigami, poursuit le shinigami, Kakyô nous a transmis un testament. Parce que nous ne savons pas quand nous viendrions à mourir dans une bataille contre les Hollows. Ce genre de testament est recommandé par l’académie Shinô. Elle a écrit que si elle devait mourir, elle souhaitait que ses restes soient inhumés au Rukongai… Il semble qu'elle souhaitait être enterrée au pied d'une colline où l'on pouvait voir les étoiles. Et que cet endroit est connu de son ami, Kaname Tōsen.
- Oui, je connais cette colline.



~~~~~~~~~~

(Début du Flashback)

« J'aime le ciel nocturne Kaname.
Ils disent que le ciel nocturne reflète le monde.
Tout est plongé dans l'obscurité et il y a beaucoup de petites lumières.
Mais, il y a des nuages qui essaient de les cacher.
Quant à moi, Kaname. Je veux devenir la personne qui va nettoyer le ciel de ces nuages. 
Pas même une seule de ces lumières ne devrait être autorisée à s'éteindre. Je vais débarrasser le ciel de ces nuages.»

(Fin du Flashback)

~~~~~~~~~~

Elle avait dit qu'en levant les yeux vers les étoiles, elle réaliserait bientôt ses rêves.
Elle avait acquis un pouvoir et une place pour protéger la lumière du monde.
Elle était devenue une Shinigami.

Elle était devenue un des maillons de la Soul Society, chargée de faire circuler les âmes du monde, guidant ceux qui mourraient dans le monde réel vers le prochain.
C’était le but de chacun, de chasser les esprits diaboliques des Hollows.
Elle avait certainement eu le privilège de protéger « les étoiles ».
Cependant, alors que ses rêves allaient enfin se réaliser, elle fut incapable de continuer à aller plus loin.

- … J’ai entendu dire que c’est son mari qui l’a tuée, dit Kaname.

- Ah, c’est ça. Son mari a assassiné une camarade de la même division qu’elle, suite à une banale dispute. Et quand elle a essayé de le sermonner pour son acte, il l’a tué aussi. Sa propre femme. C’est la vérité.
- …Pourquoi devait-elle… mourir ?
Kaname serre fortement le poing de frustration, puis l'homme Shinigami lui répondit.
- Je suppose que c’est parce qu’elle était une personne des plus sincère… parce qu'elle a continué à promouvoir la justice et la paix.

Kaname le pense aussi.
Sa bonne amie Kakyô aimait la paix plus que quiconque. Elle honorait la justice plus que quiconque.
C’est pour cette raison qu’elle était prête à ce que ses propres mains soient souillées par les éclaboussures de sang d’un Hollow.

- Je me faisais beaucoup de soucis pour elle, poursuit le shinigami. J'ai toujours pensé qu'un jour cela arriverait. Elle aimait trop la paix pour garantir la justice. Si elle avait renié l'amour et la paix et défendu une vision plus sévère de la justice, c’est elle au contraire qui aurait probablement tué son mari. Mais elle elle ne pouvait pas faire ça.
- Est-ce qu'elle a commis une faute !?
demande Kaname. J'ai entendu dire que l'homme qui l'a tuée ne sera même pas accusé de crime!
- C’est pourquoi vous aimeriez une audience avec le Central 46, n'est-ce pas?
Le shinigami lâche un petit soupir et continue de parler avec hésitation :
- ... Connaissez-vous les cinq grandes familles nobles?
- Je ne connais pas les noms spécifiques des clans, mais oui sûrement… ce sont bien les familles les plus nobles nées dans le Seireitei ?
- L'homme qui a tué Kakyô est issu de la lignée de l'une de ces cinq grandes familles nobles.