Chapitre 2 : Retrouvaille mouvementé

par manga93


- Ichigo calme toi ! Lança Rukia à celui-ci qui tournait en rond.
- Comment veux-tu que je me calme ? Elle est inconsciente ! Répondit-il.
- Mais en vie. Précisa Ikkaku.
- C'est vrai tu devrais être soulagé. Rajouta Yumichika.
- Je le suis, mais on a cherché partout, elle n'y était pas, nul part ! Comment elle a pu réapparaitre comme ça ? Continua-t-il.
- Et bien tu n'as qu'à le lui demander, elle se réveille. Informa Matsumoto

D’un seul mouvement, l’ensemble des personnes présentes se retournèrent vers la demoiselle se réveillant doucement sur le canapé une couverture la recouvrant.

- Karin ?! Ça va ? Demanda son frère précipitamment.
- Ichigo ? Qu'est-ce que tu fais là ? Demanda-t-elle tout en s'asseyant sur le canapé.
- Karin ! Qu'est-ce qui s'est passé ? Continua-t-il en ignorant sa question.
- Toshiro ? Mais qu'est-ce que…
- Karin ! Mais qu'est ce qui s'est passé ? Répéta-t-il en élevant le ton.
- Mais de quoi tu parles ? S'énerva-t-elle à son tour.
- Comment ça de quoi je parle ? Tu disparais pendant 3 ans et tu me demande de quoi je parle ?
- Qu … quoi ?! Non mais tu déraille ichigo !
- Alors comment t'explique que personne ne t'as vu depuis 3 ans ?
- J'en sais rien mais si j'étais partit je pense que je m'en souviendrais ! En plus 3 ans !

Un silence tomba dans la pièce.

- Qu'est-ce que tu faisais dans le parc ? Demanda le capitaine Hitsugaya calmement.
- Rien. Je rentrais à la maison c'est tout. Répondit-elle froidement visiblement agacé de devoir subir un interrogatoire.
- Qu'est ce qui s'est passé ? Pourquoi tu étais inconsciente ? Interrogea Matsumoto.
- Mais rien ! Je ne sais pas, j'ai peut-être fait un malaise et puis c'est tout, ça arrive ! Et puis d'abord je vois même pas pourquoi vous insister vous-n’étiez même pas là ! S'énerva-t-elle en se levant du canapé pour aller se servir un verre de jus d'orange.
- Karin… Yuzu confirme que tu as disparu pendant 3 ans. Dit Rukia.
- Appel là si tu ne nous crois pas. Proposa Ichigo véxé.
- Tu es sûre qu'il ne s’est rien passé d'étrange, n'importe quoi. Continua Hitsugaya.
- Oui, oui et oui ! Je suis sorti des cours, qui était encore plus nul que d'habitude, j'ai même eu un 8 en math si tu veux savoir, je suis rentré en passant par le parc, j'ai dû faire un malaise je n’avais pas beaucoup dormis la veille !
- Pourquoi ? Demanda Yumichika.
- Pourquoi quoi ?
- Pourquoi t'as pas beaucoup dormie ? Continua-t-il.
- C'était l'anniversaire de maman, alors j'ai relut les histoires qu'elle … Non mais en quoi ça vous regarde ! C'est pas parce que j'ai pas beaucoup dormis que ça veut forcément dire qu'il s'est passé un truc ! S'emporta-t-elle.
- Karin on essaye juste de comprendre ! Expliqua Rukia.
- Il n’y a rien à comprendre.
- Non mais putain Karin t'as disparu pendant trois ans ! Trois ans ! Tu comprends ce que ça veut dire ? Yuzu est partit, elle m'a dit qu'il y avait plus d'espoir que… s'emporta Ichigo.
- D'accord ! J'ai disparu pendant trois ans et après ?
- Quoi ? Dit Ichigo perdu et reprenant son calme.
- Qu'est-ce que ça change ? Je ne m'en souviens pas, j'ai aucun souvenir, vous me l'aurez pas dit je l'aurais jamais su. Alors je ne vois pas à quoi ça sert de savoir.
- Mais…
- Excusez-moi. Dit Karin avant de monter les escaliers et de s'enfermer dans sa chambre.
- Bah faut voir le côté positif, on a rempli notre mission ! Dit Renji pour détendre l'atmosphère.
- Quand je pense qu’on n’a même pas eu à dégommer qui que soit ! Souffla Ikkaku.
- C'est pas normal, il y a autre chose… Commença Ichigo.
- Ahhhhhhhhhhh !!! Mais qu'est-ce que vous me voulez !!! Cria Karin de sa chambre.

Sous leurs réflexes de shinigamis, ils se précipitèrent tous dans la chambre de la sœur d'Ichigo, prêt à se battre contre n’importe qui. Lorsqu’Ichigo ouvrit la porte à la volé dans un grand fracas, un homme que personne ne connaissait était assis sur le rebord de la fenêtre, les cheveux bruns en bataille un éclair rouge dessiné sur sa paupière droite.

- T'es qui toi ! Lâcha Ichigo à l'homme.
- Je n'ai pas à me présenter. Répondit calmement l'homme.
- Qu'est-ce que tu veux ? Demanda Hitsugaya.
- Ce que je veux ? L'amour.
- L'amour ? Et tu viens le chercher dans la chambre de ma sœur ! Cria Ichigo.

Après cette réplique, tel le grand frère surprotecteur qu’il était, il revêtit son costume de shinigami et avant même que qui que ce soit ne puisse répliquer, il fonça tête baisser sur l'ennemi le propulsant hors de la maison. Karin se précipita à la fenêtre pour apercevoir son frère se battre avec l'homme au pied de la maison, ayant fit voler la terre autour d’eux dans leur chute. Elle se tourna alors vers les shinigamis qui n'avaient pas réagi.

- Faites quelque chose ! Il va le tuer ! Leur lança-t-elle.
- Que veux-tu qu'on fasse ? Répliqua Renji lassement.

Devant leur manque de réaction elle sortit de sa chambre, descendit les escaliers à toute vitesse et sortit laissant la porte ouverte. Alors qu'Ichigo allait lancer une attaque sur l'homme, il s'arrêta net lorsque sa sœur s'interposa entre lui et son adversaire.

- Karin pousse toi ! Lui cria-t-il.
- Ce ne sera pas nécessaire. Commença l'homme à l'éclair rouge. Je vais vous laissez. Au plaisir de vous revoir Mademoiselle. Dit-il à Karin en s'inclinant légèrement avant de disparaître.


Karin eu comme une impression de déjà vu, elle assise sur le canapé, tout le monde autour d'elle attendant qu'elle réponde, son frère lui criant qu'elle était folle et elle qui n'allait bientôt plus se contrôler et hurler.

- Non mais ça ne va pas ?! T'interposer comme ça, t'aurais pu te faire tuer ! Cria une nouvelle fois son frère.
- Tu l'as attaqué sans raison ! Et fallait bien que quelqu'un agisse. Déclara-t-elle froidement en lançant un regard accusateur au capitaine et aux autres.
- Sans raison ? Il est entré dans ta chambre !
- Oh mon dieu ! Qu'elle faute impardonnable ! Se moqua-t-elle.
- Tu ne te rends pas compte de ce qui aurait pu se passer !
- Il ne m'a rien fait, absolument rien, il voulait juste me parler mais tu lui as sauté dessus !
- T'as crié, j'ai eu peur ! Il aurait pu te tuer ! Se répéta-t-il.
- Il m'a prise par surprise c'est tout, si tu l'avais laissé s'expliquer …
- Il n'est pas humain, tu ne comprends pas ?! Coupa-t-il.
- Et alors, toi non plus tu l'es pas ! Lança-telle plus sèchement qu’elle ne l’aurait voulu.
- Qu'est-ce que tu voulais que je fasse ? Demanda-t-il.
- Que tu réfléchisses. Lança-t-elle avant de sortir de la maison en claquant la porte, échappant ainsi à la dispute.
- Et bah, on peut dire qu'elle a du caractère ! Finit par dire Ikkaku.


Elle sortit de chez elle énervé comme jamais, marchant, courant presque en grognant, maudissant son frère qui se mêlait de tout, voyant le danger à chaque coin de rue. Bizarrement, elle aurait bien voulu entendre ce que cet homme avait à lui dire. Elle était persuadée qu'il n'était pas le genre d'homme auquel son frère pensait ainsi que tous les autres shinigamis. Sans s'en être rendu compte elle s'était retrouvée à son terrain de football qu'elle connaissait si bien, là où elle avait passé tant de temps, ou elle aimait se réfugier. Elle attrapa un ballon de football qu'elle laissait toujours pour des cas comme celui-ci et commença une séance de tirs au but tous plus violent les uns que les autre. Elle les enchainait et les réussissait tous malgré la nuit noir illuminée par les quelques étoiles dans le ciel et lampadaires qui n'étaient pas encore cassés. Elle y resta plus d'une heure, puis commençant à fatigué et sa colère passé, elle décida de rentrer chez elle. Il était tard, elle était seule et ses pas résonnaient sur le bitume froid du trottoir. Alors qu’elle frissonna, un petit groupe de trois hommes baraqués s'approcha d'elle, un sourire malsain se dessinant sur leurs lèvres. Malgré leurs présence de plus en plus près d’elle, elle ne paniqua pas, leurs accordant aucun regard, espérant qu’ils ne l’interpelleraient pas. Ce ne fut pas le cas puisque les trois hommes lui faisaient désormais face, tel un mur sur son passage, la forçant à s’arrêter. Bien que la panique la gagnait elle n’en montra rien et afficha une mine décontractée. L'un deux mis sa main dans sa veste et alors qu'elle s'attendait au pire, les sourire sur le visage des trois se fanèrent, arrêtant même son geste. Ils prirent une expression de peur que Karin ne comprit pas, puis tous trois rebroussèrent chemins en courant sans aucune raison apparente. Elle était pourtant sure d'avoir aperçu un couteau dans la veste de l'homme alors pourquoi ne s'en était-il pas servit ? Elle se retourna et aperçu une ombre qui disparut si vite qu'elle douta même de l'avoir réellement vue. Elle continua son chemin ne pensant plus à cette histoire, se préparant plutôt aux cris de son frère quand elle rentrerait aussi tard.


La porte de la maison claqua une nouvelle fois, et une Karin en sortie une nouvelle fois en colère. Elle était rentré tard hier soir et malheureusement pour elle son frère l'avait attendu, et c'était une nouvelle fois mit à crier. Elle avait esquivé la dispute en montant se coucher pensant qu'il se calmerait le lendemain, grossière erreur, il n'avait rien oublié et après s'être elle aussi emportée, elle était sortie en trombe de la maison. Elle ne l'avait pas vu depuis un long moment et tout ce qu'il trouvait à faire était de lui hurler dessus comme si elle était une gamine. Elle rageait de l'intérieur et avait besoin d'évacuer, elle se dirigea donc vers le terrain de football, son refuge quand tout allait de travers. On était lundi, par conséquent les rues étaient pratiquement désertes, elle avait donc tout le loisir d'utiliser le terrain comme elle le voulait. Cela faisait trois ans qu'elle avait soit disant disparut, elle ne pouvait donc pas aller à son école, pas qu'elle aurait voulu y aller, mais penser qu'elle avait raté trois ans de sa vie était déconcertant, elle aurait dû être en troisième. Elle tirait avec acharnement dans son ballon depuis maintenant un moment et lorsque son ballon fut arrêté elle ne se priva pas de dire ses quatre vérités à celui qu'elle ne doutait pas, aller encore lui passer un savon.

- Ichigo, je te préviens si tu es venu pour me crier dessus de nouveau je…

Elle ne finit pas sa phrase. Elle avait tellement été persuadé que son frère serait venu la chercher en un rien de temps pour la ramener à la maison, pour soit disant lui ouvrir les yeux sur le danger qu'elle courrait, qu'il ne lui était même pas venu à l'esprit que ce put être quelqu'un d'autre que lui. Pourtant, ce n'était pas son frère qui se tenait devant elle, son ballon à ses pieds. C'était l'homme qu'elle avait trouvé sur le rebord de sa fenêtre la veille et qui avait provoqué de nombreuses disputes entre elle et le rouquin. Il était vêtu d'un simple jeans, de baskets ainsi que d'une chemise blanche rayé de rouge. Toujours ses cheveux brun en bataille qui lui donnait un petit air de mauvais garçon que Karin adorait. Ses yeux noisette la regardaient et un petit sourire au coin de ses lèvres lui donnait un petit air coquin. Bien que plus âgé qu'elle, ce garçon lui plaisait, et elle n'aurait pas hésité à lui proposer une partie de football si son frère shinigami ne lui avait pas répéter mainte et mainte fois qu'il pouvait être dangereux et qu'elle ne le connaissait pas. Malgré le fait qu'il avait tous pour être un simple humain, elle savait qu’il n'en était pas un, il avait disparu d'un seul geste la veille et son éclair rouge tatoué sur sa paupière droite l'intriguait.

- Bonjour Mademoiselle ! Lui lança-t-il joyeusement.
- Qui êtes-vous ? Demanda-t-elle froidement.
- Un ami. Répondit-il avec son sourire charmeur.
- Un ami ? Vraiment ?
- Vraiment.
- Pourquoi vous croirai-je ?
- Ah et bien je n'ai que ma parole à te proposer, j'en suis navré.
- Et vous croyiez que ça va suffire ?
- Tu ne me crois pas ?
- On ne se connait pas. Déclara-t-elle.
- Vraiment ? Dit-il en lui lançant le ballon qui atterrit à ses pieds.
- Que voulez-vous…
- Karin ! Appela son frère accompagné des autres shinigamis, elle ne s'était pas tromper il était vraiment venus la chercher c'était trop beau.
- Encore toi ! Cria Ichigo en attaquant le beau brun à l'aide de son sabre de shinigami.

L'homme évita l'attaque agilement et recula de ce fait.

- Je vais devoir y aller Mademoiselle ! Lança-t-il à Karin avec un sourire.
- Pas question ! Cria Ichigo.
- Toi seul connais la vérité. Dit-il à karin avant de disparaître comme la dernière fois.

Un silence tomba, Ichigo se calma peu à peu avec l'aide de Rukia. Tous regardaient la jeune sœur du shinigami remplaçant sans qu'elle ne leur accorde le moindre regard. Elle fixait l'endroit où l’inconnu avait disparu une seconde fois, encore à cause de son frère, sentant la colère la gagner, elle souffla. « Toi seul connait la vérité » avait-il dit, mais qu'était-elle censé comprendre ? Qu’il était, comme il l'avait dit son ami ? Qu'il se connaissait ? Lui, avait l'air de la connaître pourtant. Elle détourna finalement la tête et commença à remonter les marches qui la mèneraient vers la rue, sortant du terrain de football. Les shinigamis la suivirent et pour une fois son frère n'avait pas encore crié surement que Rukia l'en avait empêché. La brune marchait devant et au bout de quelques minutes s'arrêta cédant à la tentation.

- Vous allez me suivre encore longtemps ? Demanda-t-elle après avoir soufflée.
- Que s’est-il passé ? Demanda Renji.
- Rien qui ne te regarde.
- On s'inquiète pour toi. Dit Matsumoto.
- Il n’y-a aucune raison, et je ne vous ai jamais rien demandé, retourné dans votre monde. Dit-elle en s'efforçant de ne pas s'énerver et de rester calme.
- Tu ne sais pas qui c'est, il peut être dangereux. Ajouta Toshiro.
- Tu n'as aucune idée de…
- Ça suffit ! Il ne m’a rien fait d'accord, je vais bien ! Répondit Karin montant le ton coupant Rukia au passage.
- Cette petite a un sacré caractère. Sourit Ikkaku pendant que Yumichika confirmait en secouant la tête de haut en bas.
- Exactement ! s'exclama Karin avant de continuer son chemin.

Cette fois, les shinigamis ne la suivirent pas. Ils restèrent à la regarder partir, réfléchissant chacun à qui pouvait bien être cet homme quand le capitaine brisa le silence.

- Nous allons rentrer à la Soul Society.
- Tout ça pour rien. Souffla Yumichika.
- Je n'aurais même pas eu le temps de faire les boutiques avec Orihime ! Râla Matsumoto.
- Ouais. Se contenta de dire Ichigo.

Après ces mots échangés les shinigamis retournèrent d'où ils venaient laissant Rukia et Ichigo seuls, rentrant chez ce dernier. Malgré sa sœur retrouvé, Ichigo en était sure, cette histoire ne s'arrêterait pas comme cela et personne ne l'aurait contre dit. Tout ne faisait que commencer.