Chapitre 1 : De retour à la maison

par manga93


- Enfin de retour !
- Karakura m'a manqué !

Habillés de noir et flottant dans le ciel, ceux qui étaient dotés d'un pouvoir auraient pu les admirer surplomber la ville de Karakura. Cela faisait maintenant trois ans qu'ils n’avaient pas revu les hautes maisons, les grands parcs verts, le terrain de football de leur vie passé et l’eau claire de la rivière traversant la ville. Fatigués et espérant bien ne plus entendre parler de l'autre monde pendant au moins un moment, ils rentrèrent tous deux dans la maison qu’ils avaient longtemps occupée dans un silence sans faille éclairé par la faible lumière de la lune. Montant dans son ancienne chambre le shinigami roux pensait déjà aux explications qu’il pourrait donner à ses proches pour sa longue absence. Reprenant rapidement leurs petites habitudes les deux shinigamis se couchèrent l’un dans son lit l’autre caché dans son placard.
Le soleil vint délicatement illuminer le visage du jeune shinigami remplaçant encore endormi, venant réchauffer sa peau de ses doux rayons. Malgré son sommeil profond, sa belle coéquipière n’hésita pas à le réveillé de grands gestes brusques sans aucune délicatesse.

- Putain ! Rukia ! Cria t-il.
- Oui ? Répondit-elle, faignant l’innocence.
- Laisse-moi dormir… Gromela-t-il en se recouvrant de ses couvertures.

Elle eut un petit sourire, ne plus l'entendre ronchonner au réveille lui avait presque manqué, il n'avait vraiment pas changé et elle non plus. Après cette petite passe de nostalgie elle lui retira les couvertures qu'elle lança sur le sol bien loin pour qu’il ne puisse pas les récupérés sans sortir de son lit. Résigné et ne voulant commencer la journée par une dispute il se leva et descendit les escaliers de bois pour entrer dans la cuisine et y préparer le petit-déjeuné pour lui et sa colocataire.

- Tiens Yuzu n'est pas là ? Remarqua la jeune femme en le rejoignant.
- Elle doit encore être couchée.
- À 11h du matin ? C'est vrai qu'on est samedi, mais il me semblait qu'elle était toujours debout avant nous...

Ichigo jeta un coup d'œil à l'horloge comme pour vérifier les dires de Rukia, puis dans un moment de doute il monta à l'étage. Après un court moment Rukia l’entendit appeler Yuzu puis Karin, des bruits de porte s'ouvrant et se fermant à la volé, il redescendit quelques seconde plus tard un air dès plus inquiet sur son visage :

- Il n'y a personne ! Dit-il totalement paniqué.
- Comment ça ?
- Bah il n’y a personne c'est clair non !? Ni Yuzu, ni Karin ! Personne !
- Elles sont peut-être sorties. Déclara Rukia pour l’apaiser.
- Ouais t'as surement raison, je panique pour rien. Dit Ichigo en s'asseyant.
- Ichigo ? D'habitude Yuzu ne fait pas la vaisselle avant de partir ?
- Si, pourquoi ?
- Parce qu'il n'y a aucune vaisselle… ni salle ni qui vient d'être lavée…. Et il y a de la poussière sur les meubles, Yuzu est pourtant une vrai fée du logis. Constata la brune.
- Les lits étaient faits et tout était bien rangé, comme si …
- Personne n'était revenu depuis un moment… Finit-elle.

Les deux amis se lancèrent un regard plein de sous-entendu, il n'en fallait pas plus pour qu’ils se comprennent. Ils se précipitèrent dehors en appelant les deux sœurs du jeune homme dans l’espoir que leurs pressentiments n’étaient qu’une mauvaise intuition. Sans aucune réponse et de plus en plus terrifié, ils continuèrent les recherches en tant que shinigami, fouillant la ville dans tous ses recoins, sans aucun résultats. Les heures défilaient et ils n’avaient trouvés aucun indices concernant les jumelles, personnes ne les avaient vu, leurs pressions spirituelles étaient introuvables et même Urahara n’avait aucune réponse à leur donné visiblement peu intéressé par leur problème ou inquiétude.

- Mais qu'est ce qui s’est passé ? Interrogea Ichigo assis sur un toit, la mine déconfite.
- Je ne sais pas. Répondit tristement Rukia qui l'avait rejoint.
- Personne ! Personne, ne sais où elles sont, c'est comme si elles avaient disparu sans que qui que soit ne s'en rendent compte.
- Peut-être que les amis de Karin pourront nous aider… Dit Rukia cherchant une solution.

Ichigo releva la tête gardé jusque-là baissé, il restait un espoir, une piste. D'un regard ils disparurent tous deux, utilisant le shunpo et réapparaissant devant le terrain de football de sa jeune sœur. Sous les derniers rayons de la journée, un groupe de jeune garçon s’amusait gaiement, l’innocence dans l’âme. Reprenant une forme visible aux hommes les deux shinigamis interpellèrent le groupe la voix tremblante.

- Salut les gars ! Appela Ichigo.

En entendant la voix du rouquin, tous se retournèrent vers les deux nouveaux arrivants, arrêtant d’un même coup leur jeu. Ils étaient amis depuis longtemps et les jeunes garçons avaient reconnu le frère de leur capitaine de football.

- Dîtes, vous ne savez pas où est Karin ? On l'a cherchée partout mais sans succès. Continua-t-il.
- Un problème ? Demanda Rukia suite à leur lourd silence et regard surpris.
- Eh … vous n'êtes pas au courant ? Interrogea l'un hésitant.
- Au courant de quoi ? Répliqua Ichigo inquiet.
- Karin … elle … elle a disparu…
- Qu … quoi ? Bégaya le frère de la footballeuse.
- Bah oui depuis trois ans… Rajouta un autre d’un regard lourd d’émotion.
- Trois ans ? Ce fut au tour de Rukia de rester perplexe.
- On pensait que vous étiez au courant… Après tout, tu es son frère. Souligna l’un des gamins.
- Mais comment c'est arrivé ? Continua Rukia vu le manque de réaction de la part d'Ichigo qui ne souleva pas la remarque.
- On ne sait pas, du jour au lendemain elle n'est plus venu en cour, ni aux entrainements, Yuzu non plus ne savait pas où elle était. On a appelé la police, ils ont fait une enquête mais n'ont rien trouvé... Puis elle a été classée sans suite. Sa voix était pleine de tristesse et de désespoir.
- Yuzu va bien ? Demanda Ichigo soudainement revenu à lui en ayant entendu le nom de l’une de ses sœurs.
- Oui, enfin je crois… Il me semble qu'elle a pris une collocation assez éloigné de la ville. Elle ne supportait plus d'être toute seule dans cette grande maison à ressasser ses souvenirs…
- Vous ne savez pas comment la contacter ? Interrogea Rukia.
- J'ai son numéro si vous voulez, elle me la donnée au cas où il y aurait des nouvelles de Karin… dit-il tristement en sortant son portable pour donner le numéro à Ichigo.
- Merci. Se contenta de répondre Ichigo.

Après ce mot, ils prirent le chemin en direction de la maison des Kurosaki, regrettant presque d’avoir eu des nouvelles. Tout en marchant Ichigo appela Yuzu avec son portable qui décrocha au bout de quelques sonneries.

- Allo ? Dit-une petite voix.
- Yuzu ! C'est Ichigo ! Répondit son frère heureux d’entendre sa voix. Yuzu ? Répéta-t-il devant le manque de réponse de son interlocutrice.
- Oui… eh… . Ichigo pouvait entendre des petits sanglots.
- Ça va ?
- Oui, je… je suis juste heureuse d'entendre ta voix après tous ce temps, je ...
- Je sais j'ai été long… j'ai appris que tu étais en collocation, ça se passe bien ?
- Oui, oui, très bien même, la fille avec qui je partage ma chambre est très sympa, on est devenu de bonnes amies. Dit-elle d'une voix enjouée qui fit sourire son frère.
- Je suis content pour toi…. J'ai appris pour Karin. Reprit-il après un instant. Yuzu, que s’est-il passé ?
- Rien… Il ne s'est justement rien passé… Lança-t-elle, le désespoir dans la voix. Je suis rentrée de l'école comme d'habitude, j'ai fait à manger comme d'habitude et j'ai attendu qu'elle rentre comme d'habitude… je me suis endormis… le lendemain j'étais en retard… ce n'est qu'arriver à l'école quand les amis de Karin mon demandé ou elle était que j'ai réalisé … apparemment elle n'avait pas été à l'entrainement la veille…
- Et tu ne l’as plus revu…
- Non…
- je vois… Dit le roux un souffle dans la voix.
- Je pense que tu devrais essayer de ne plus y penser… il n'y a plus rien à faire… ça fait trois ans maintenant. Dit-elle en étouffant un sanglot.
- Je vais la retrouver, Yuzu, je te le promets.
- Je vais devoir raccrocher, Ichigo. Se contenta-t-elle de répondre, ne croyant visiblement pas en ses paroles.
- Je t’aime Yuzu et je suis désolé de ne pas avoir été là…
- Moi aussi je t’aime Ichigo. Finit-elle en raccrochant le téléphone.
- Alors ? Demanda Rukia en rentrant dans la maison une fois que son ami avait raccroché le téléphone.
- Elle n'en sait pas plus. Karin a disparu comme ça, sans prévenir.
- Que comptes-tu faire ? Demanda-t-elle en s'asseyant sur le canapé à côté d'Ichigo.
- J'ai aidé la Soul Society maintenant c'est à eux de m'aider ! Ils doivent bien savoir quelque chose ! Conclu-t-il, déterminé.

Suite à ces dernières paroles, Ichigo sortit précipitamment de la maison suivit de près par Rukia. Au bout de quelques minutes à courir à plein poumons, ils arrivèrent devant la boutique du marchand au bob. Le shinigami remplaçant entra rapidement et appela le propriétaire des lieux en criant sans aucune autre délicatesse.

- Oh ! Ichigo ! C'est toi ! Que veux-tu ? Dit l’ancien shinigami un sourire narquois sur les lèvres.
- Appelez la Soul Society.
- Comment ? Maintenant ? Mais… Commença-t-il, surpris.
- Écoutez-moi bien, ma petite sœur a disparu parce que je n'étais pas là ! Alors maintenant appelez-les ! Cria-t-il.

Le marchand ne chercha pas plus loin et prépara la communication. Pendant ce temps Ichigo faisait les cent pas et Rukia ne savait comment le calmer. Au bout d'une vingtaine de minutes qui parurent une éternité pour Ichigo la communication fut enfin prête et après avoir piqué plusieurs colères contre les sous-fifres pour pouvoir parler à Yamamoto, celui-ci déclara qu'il enverrait des shinigamis pour retrouver Karin en guise de remerciements pour ses services à la Soul Society. Bien que le capitaine commandent avait promis d’aporter son aide, le grand frère ne put s’empêcher de s’inquiété et trouva le sommeil non sans difficulté.
Pour une fois Rukia n'eut pas à réveiller son ami, il n'avait surement pas beaucoup dormis. La brune prépara le petit déjeuné pour eux deux et alors qu'Ichigo descendait les escaliers on sonna à la porte. Le jeune homme courra ouvrir espérant au fond de lui que ce soit Karin elle-même qui sonnait.

- Toshiro ? S'étonna Ichigo en le voyant dans l’encadrement de la porte.
- C'est capitaine Hitsugaya ! Répliqua ce dernier.
- Renji, Rangiku, Ikkaku, Yumichika, qu'est-ce que vous faites ici ? demanda bêtement Ichigo.
- C’est pas toi qui voulais de l'aide pour retrouver ta petite sœur !? Répondit Renji en rentrant dans la maison suivit des autres. Salut Rukia.
- Je ne pensais pas qu'on enverrait autant de shinigami. Souligna-t-elle.
- Disons que la Soul Society avait une dette envers Kurosaki. Dit le capitaine en s'asseyant.
- Alors vous avez des pistes ? Demanda Ikkaku.
- Si on en avait on n’aurait pas besoin de vous ! Répliqua sèchement Ichigo.
- je vois… ça fait trois ans ? Dit Hitsugaya.
- Ouais… Répondit Ichigo tristement.
- Tu sais, il y a peu de chance que … commença Yumichika.
- Si c'est tout ce que vous avez à dire vous pouvez partir, on ne vous retient pas ! Coupa Ichigo.
- On se calme ! On va commencer par faire le tour de la ville. Continua Matsumoto calmement.
- On la déjà fait ça ! Répondit sèchement Ichigo.
- Ça ne coute rien de recommencer. Finit Rukia.

Les recherches reprirent, espérant retrouver ne serait-ce qu’un indice sur la jeune sœur. Leurs espoirs diminuant peu à peu, leurs concentrations furent dirigées vers les raisons de cette disparition plutôt qu’aux recherches elles-mêmes. Chacun imaginant leur propre théorie sans pour autant y croire, se logeant dans le silence et continuant des recherches qu’ils savaient seraient infructueuses. Dix-sept heures sonna sans aucune information supplémentaire, ni indice trouvé sans grande surprise. Chacun commençant sérieusement à désespérer ou penser que la jumelle devait déjà être morte depuis bien longtemps. Pour autant, pour Ichigo et au nom de la Soul Society, ils continuaient sans aucun commentaire. Le soleil faiblissait et le capitaine Hitsugaya c’était arrêté un instant pour surplomber la ville et réfléchir à une brillante idée comme il en avait souvent. Sortis de ses pensé par une pression spirituelle menaçante il se dirigea vers le parc d’où elle provenait. Face au hollow il ne fut nullement impressionné et dégaina son zampakuto d’un geste vif. D’un regard avisé, le jeune capitaine remarqua bien vite que la créature s’approchait dangereusement d’une silhouette au sol. Sans tenter de comprendre davantage, il trancha le monstre d’un coup de lame et porta son attention sur la présence au sol. Bien vite il comprit qu’il avait fasse à lui le corps d’une femme immobile. Les battements de son cœur s’accélérèrent de peur et d’espoir en même temps. Lorsqu’il la retourna ses cheveux noirs glissèrent le long de son visage et le shinigami aux cheveux blancs resta perplexe en reconnaissant ce doux visage.