Trop de shinigami

par memorex

ers8Il n’avait sans doute pas du comprendre sa question. Ou alors, n’avait-il peut etre même pas chercher a comprendre. Il avait tourné les talons, réintégrer son gigai et avait repris sa marche.
Marlène su ou il habitait et rentra chez elle. Sur le chemin, elle croisa Rukia, Ichigo, Renji et Matsumoto qui se disputait devant la grille du lycée.
Elle ne chercha pas a comprendre la raison de leur dispute, et coupa court a leurs débat :

-Mr Freeze… C’est un shinigami…!

-Mr Freeze ? , demandèrent à l’unisson Ichigo, Renji et Matsumoto.

-Elle parle de nii-sama, expliqua Rukia.

-Ah ! C’est lui ‘Mr Freeze’, s’exclama Renji, Oui, c’est mon capitaine. La sixième division, la meilleur !

-Euh… Si je puis me permettre, l’interromps Matsumoto, ‘Mr Freeze’ c’est plus adapté à Hitsugaya-taishô, rapport à son zampakuto, et la sixième division n’est pas la meilleure.

-Logique, c’est la treizième.

-Raconte pas de connerie Rukia ! Tu n’avais pas remarqué que mon capitaine était un shinigami ? Merde ! Cette gamine est aussi incompétente que toi Ichigo ! Incapable de détecter les reiatsu !

-Là…C’est toi qui raconte des conneries Renji ! , s’emportait Ichigo. Je suis tout a fait capable de détecter les reiatsu, et puis elle va apprendre, comme moi !

-Si elle apprends comme toi, elle y arrivera dans 2 ans !, pouffait Renji.

-Crétin ! Ca fait pas deux ans que je suis shinigami, et j’apprends vite, contrairement a toi qui galère pour lancer un vieux sort de kido.

-Je galère pas a lancer un sort de kido ! Je m’entraîne c’est pas pareil. Parle pas de ce qui t’es inconnu, gamin, tu connais rien au kido.

-‘Gamin’ pfff… ihihi, ahahah, AHAHAHAHA ! Il a comprit comment te parler Renji ! ‘Gamin’ AHAHAHA.

Rangiku s’étranglait de rire. Ichigo devint rouge comme une tomate.

-Toi !, dit-il en montrant Renji du doigt. Toi, on va voir si comme Byakuya, tu m’appelleras par mon nom quand je t’aurais latté !

Marlène s’approcha de Rukia l’attrapa par la manche et la tira legerement a part du groupe des trois qui se disputaient a nouveau.

-C’est ton frère ? Pourquoi il y a tant de shinigami ici d’un seul coup ?

-C’est ce que Renji était entrain de nous expliquer avant qu’Ichigo s’énerve.
-Alors ?demanda Marlène, pourquoi ?

-Il y a deux raisons, la première, c’est Ichigo, Inoue, Chad et Ishida. Le problème était de savoir si ils se ralliaient à la cause de soul society, mais Renji s’est mal exprimé, comme d’hab’. Et l’autre c’était de trouver le nouveau représentant shinigami. Et là, il s’est mal exprimé aussi. N’EST-CE PAS RENJI ? cria-t-elle dans sa direction.

A cet instant, les deux filles se rendirent compte que Ichigo tenaient les cheveux de Renji en mains et tirait dessus, pendant de Renji semblait affairé a décrocher la peau des joues d’Ichigo à son visage. Matsumoto, quand a elle se roulait parterre de rire.

-Je me suis parfaitement exprimé ! Oï gamine, apprends a te servir de ton énergie spirituelle, sinon tu servira a rien pour soul society.

Marlène leva les sourcils, étonnée des paroles de Renji. Comme si elle voulait servir a la soul society… Elle lui souri, puis tourna les talons, pensant a rentrer chez elle, elle avait vu et entendu trop de chose qui la dépassait aujourd’hui.

Elle était sur le chemin pour rentrer chez elle lorsqu’elle sentie une main lui attraper l’épaule. Elle se retourna et fut surprise de voir Renji seul.
Elle se degagea de sa poigne d’un geste d’épaule et lui demanda ce qu’il voulait.

-Désolé, grogna-t-il. C’est Ichigo, il me cherchait, donc j’me suis emporté.

-Ca me concerne pas vos problèmes de couples. J’vais pas t’écouter te plaindre.

-Si, ça te concerne. Faudrait que tu viennes a Soul Society, pas tout de suite, plus tard. Que tu saches a quoi tu appartiens, a qui tu obéis, ect.

-Je n’appartiens a personne, et je n’obéis a personne non plus. Et je vois toujours pas en quoi tes problèmes avec Ichigo me concernent.

-Bah, pour rien. Le capitaine Kuchiki avait sûrement raison, tu te la pètes trop pour servir a quoique ce soit.

- Je ne me la pète pas. Et je ne permet pas a un mec au cheveux rouges qui flippe comme un dingue parce qu’il n’ose pas dire a Rukia qu’il l’aime de me faire la morale. Le capitaine Kuchiki… ose dire que moi, je me la pète… qu’il balaye devant sa porte celui-là ! Et tu vas voir si je sers a rien. J’vais y aller a ta soul machin, voir si je sers a rien, tient !

Marlène s’emportait, elle le savait. Elle avait dit des conneries, répondu a une provocation bien trop grossière, et de ce fait, embarqué dans quelque chose que jamais elle n’avait souhaité. Elle avait une mauvaise impression.

-Mais là, j’ai pas le niveau, je débute dans le shinigamisme, je viendrais plus tard, se reprit-elle.

-Le shinigamisme…?, Renji sembalit étonné, Les humains inventent des mots pas possible ! Bah ! Si tu viens avec nous, tu deviendra forte là bas, tu pourras t’entraîner au sabre et a l’art du combat.

Marlène lui adressa un sourire peu convaincant et repris sa route. Il ne fallu que quelque minute a Renji pour arrêter Marlène. Lorsqu’elle se retourna elle voulut se fâcher contre Renji. Elle était fatiguée et voulait réfléchir a tête reposer, et le caractère du jeune homme avait le don de la fatiguer.
-Puriiiin ! Paysan ! Arrête de me suivre et occupe toi de ton cul et de celui de…

Renji n’était pas seul, il était accompagner de ‘Mr freeze’.
Renji était rouge de honte, il l’avait échappée belle, Marlène avait stoppé sa phrase avant de dire « ...Rukia ».

-C’est moi qu’elle traite de paysan Capitaine ! Pas vous bien sur, cria-t-il pour masquer le vide et sa gène.

-…Ne hurle pas Renji…Gamine…Est-ce ici que tu as reçu tes pouvoirs ? demanda-t-il en désignant d’un discret signe de main la rouelle sombre ou elle avait affronté son premier hollow.

-Ouais. C’est ici.

Elle ne dit rien d’autre, car elle n’était jamais revenu a cet endroit. D’un seul coup, elle se rendit compte du chemin qu’elle avait parcouru en si peu de temps depuis. Depuis ce hollow, elle en avait ‘purifié’ des paquets de vingt, tué un arrankar (même si il n’était pas mature), atteint le Shikai,…

-Excusez moi, j’aimerais réfléchir au calme. De plus, je ne suis pas revenu ici depuis cette fois là. Je vais vous laisser la.

-Tu sais réfléchir ? Tu connais la notion de calme ? Etonnant !, tonna le rouge.

Marlène ne releva pas, se retourna et se remit a marcher, leur adressant a salut de la main par-dessus son épaule.
Arrivé chez elle, elle se laissa tomber sur son lit. Elle n’eut pas le temps de réfléchir et s’endormit aussi tôt. Son père la reveilla pour manger, elle ne voulait pas descendre, alors il lui apporta le dîner dans sa chambre :

-Marlène… Ta mère et moi voyons bien qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Depuis ton accident…Ce n’était pas un accident n’es-ce pas ?

-Si, c’était un accident. J’voulais ramasser une balle de foot que des gamins avaient shooté sur la route, et une voiture ne m’a pas vu.

Elle ne dit rien d’autre, trop occupée a manger.

-Et tu n’as pas un autre problème ?

-Non.

-Alors rien n’excuse ton comportement ! Ce n’est pas concevable qu’une jeune fille de ton age ramène presque un jour sur trois des garçons complètement saoul dormir a la maison, sans parler de cette...femme étrange ! Il faut te concentrer sur tes études si tu veux entrer dans l’université de ton choix !

C’était donc ça, elle aurait du le voir venir de loin. Comme dans la plus part des famille du Japon, les parents sont plus inquiets à propos des problèmes scolaire de leurs enfants que de leurs problèmes tout court.

-T’as reçut une lettre de l’établissement ?

-Tu pourrais faire comme tous les jeunes de ton age et appeler cela un lycée ! Et oui, ta mère et moi nous sommes rendu chez ton professeur principal !

Son père s’énervait. Elle appréciait sa famille, les moments qu’ils passaient ensemble et le fait qu’ils n’intervenaient pas souvent dans sa vie, qu’ils la laissaient prendre énormément de décision pour elle-même. Mais les études étaient sans doute la seule chose sur laquelle ils étaient inflexibles. Elle le regarda droit dans les yeux et lui demanda avec une voix la plus innocente qu’elle pouvait :

-Et ? Qu’a-t-il dit ?

Il semblait exaspéré, désespéré même. Il ne comprenait pas. Lui et sa femme avaient fait des études dans de prestigieuses universités, et leurs deux autre enfants semblaient accorder une très grande importance à leur classement et a leur études. Pourtant, Marlène, leur aînée, bien que loin d’être stupide, s’en désintéressait totalement. Et contrairement aux Japonaise de son age, semblait se désintéresser des garçons, et des filles.

-C’est important la communication Marlène… Si tu veux quitter le Japon, dis-le. Je peux te renvoyer en France si tu veux.

Sur ces mots, son père quitta sa chambre et ferma la porte.
Ce soir la, elle ne sortit pas de son corps, n’alla pas se battre contre un hollow, ni s’entraîner au sabre avec Ichigo, ni tenter des sort de kido avec Rukia. Elle s’endormit.