Mister freeze

par memorex

Le cours passa, ils avaient droit a 10 minute de battement, durant lesquelles Ichigo et Rukia decidèrent de sortir, suivit par Renji Abarai et Matsumoto Rangiku. Marlène décida de sortir également, l’atmosphère autour de Byakuya Kuchiki était trop lourde.
Elle trouva les quatre en pleine discussion animé, elle s’approcha et semblait comprendre qu’il se connaissait.

-Tu peux venir Marlène. Ce sont des potes.

Elle s’approcha. Matsumoto l’attrapa par la chemise et la tira contre elle en rigolant.

-C’est donc elle la nouvelle représentante shinigami ? Une rousse aussi ! C’est a la mode cette couleur de nos jour au Japon on dirait ! C’est naturel ?

-Bien sur que c’est naturel. Tu es shinigami toi aussi ?

-Bien sur ! Vice capitaine de la dixième division ! dit-elle

-Et moi de la sixième, dit Abarai fièrement.

-Et alors ? répondit Marlène d’un ton plat.

Un silence se fit sentir.

-Ichigo, cette fille passe trop de temps avec toi, fit remarquer Renji

-Marrante. Tu connais des endroits sympas ici ? Ce lieu est un ennuis ! demanda Matsumoto.

-Oué, après les cours si tu veux, je te montre. C’est pas Ichigo qui va t’emmener t’amuser. Rukia non plus, elle est tout le temps avec Ichigo.

Renji rougit légèrement, et une veine apparu sur sa tempe. Il retourna en classe, suivit de matsumoto qui pouffait de rire, de Rukia complètement perdu et d’Ichigo qui grommelait. Marlène quand a elle sortie le mod soul de sa poche et le goba. Il était hors de question qu’elle retourne s’assoire a coté de cet abruti. Elle donna les instruction habituel a son corps et sortie s’allonger dans l’herbe de la cour. Deux heures plus tard elle remonta dans le bâtiment, intercepta son corps en marche et le réintégra. C’était une de ses petites fiertés, de pouvoir réintégrer son corps en mouvement, car Ichigo lui, n’y arrivait pas. Elle proposa à Ren et Zack un Karaoké avec Matsumoto, ils acceptèrent avec joie. Rukia voulut les suivre pour savoir ce qu’était un endroit sympa, Ichigo, vexé décida de les accompagner, Renji décréta qu’il ne pouvait laisser Matsumoto seule et les accompagna aussi. Il lança un regard à son capitaine qui ne lui accorda aucune importance et qui disparut dans les escaliers.


Renji chantait comme un pied, Ichigo aussi. Matsumoto chantait bien, mais maintenant qu’elle avait bu, elle hurlait dans le micro. Keigo avait décidé de les rejoindre pour draguer Matsumoto, mais se fit balayer d’un coup de jambe de Matsumoto et était allongé sur le sol, inconscient. Ils sortirent de la pièce complètement ravagée, Matsumoto, Renji, Marlène, Zack et Ren bien imbibé, Keigo était toujours allongé dans la salle de karaoké.

Le lendemain matin, les parents de Marlène trouvèrent Zack et Ren sur le tapis du salon et une jeune fille inconnue sur leur canapé.
Les lendemains de fête avec Zack et Ren sont toujours douloureux, mais Marlène était loin d’imaginer que cela pourrait être pire encore, car elle ne connaissait pas Rangiku Matsumoto.
Amener Ren et Zack au lycée le lendemain était comme un parcours du combatant. Amener Matsumoto était pire.


Mais le pire, c’est d’imaginer qu’elle aller passer se journée assise a coter de monsieur silence. Utiliser le mod soul n’était pas une bonne idée, car elle commençait vraiment à être perdue à force de sécher.

-Salut Byakuya.

-…

Okay, pas de réponse. Elle s’assis, et trouva l’idée géniale. «  Il ne veux pas me répondre, mais je vais le forcer à parler. Je vais le rendre dingue »

-Oh faite, hier, après être rentré du karaoké, j’ai vu un film génial sur les schtroumpf, tu sais, les petits bonhommes bleus qui vivent dans les champignons. Et bah, tout le film était porté sur le schtroumpf gourmand, il n’arrête pas de manger. D’ailleurs ça me fait penser qu’au karaoké on a mangé des beignets à la pomme, et Rangiku chante vraiment bien, sauf quand elle boit. On a chanté plein de chansons, pink, U2, muse, Marilyn Manson, Misia, Madona, britney, slipknot, … Tellement d’artistes…

Le cours commença.

-Et mon repas préféré, c’est les lasagnes, je sais, ce n’est pas Japonais, mais j’adore ça, la cuisine Européenne. Une partie de ma famille est européenne. J’adore le foot. Hier j’ai mangé une pomme…

Le cours continua.

-Quand j’étais petite je faisais de l’équitation. J’adorais ça. D’ailleur il me semble qui Misia en faisait aussi. Tu connais Misia ? Moi je ne suis pas fan. Tu aimes les mangas ?

-… Assez…

-Oh ! Monsieur a parlé, vous avez une très belle voix, vous devriez l’utiliser plus souvent. Elle est grave, puissante, enchanteresse,…

-Maroni-san, l’appela le professeur.

-Ouii ?

-Dehors. Vous dérangez le cour.

« J’ai tout gagné la… j’voulais pas sécher et j’me fais renvoyer… c’est vraiment un c** celui la ! »

A midi, ils étaient réunis sur le toit du lycée, Zack et Ren se joignaient au Shinigami pour manger, mais restaient un peu a part avec Marlène. Ils observaient du haut de toit Byakuya Kuchiki manger. Il était assis sur un banc, impassible il mangeait. Les plus belles filles du lycée tentaient d’attirer son attention, certaine allaient lui parler, mais tout semblait se solder sur un échec.

-Raaa ! Moi des filles comme ça qui m’abordent, je saute dessus, rageait Zack

-Bah, t’en a d’ja eu trois ou quatre de celles-ci non ? demanda Ren.

-C’est pas une raison, c’est un manque de respect vis-à-vis de la femme de réagir comme lui ! ,pesta Zack.

-Oué t’as raison. C’est mister freeze ce type, surenchéri Ren


Mister Freeze… Pour Marlène, ça concordait parfaitement a ce type.

-Oh Marlène, mister freeze, son nom de famille c’est Kuchiki… Comme Rukia. C’est peut-être un membre de sa famille tu ne crois pas ? demanda Zack.

-Euh... j’pense pas, il la regarde pas, lui parle pas. Elle non plus d’ailleurs. C’est juste une coïncidence.

Ils retournèrent tous en salle de classe. Lorsqu’elle vit Byakuya assis à sa place, elle se dirigea vers lui en souriant.

- Hey Byakuya, Tu ne veux pas me faire réentendre ta voix ? Je l’adore, plaisanta-t-elle.

Elle prit apuis sur sa table, pencha la tête sur le coté et lui souri en s’approchant de son visage.

-Rukia a le même nom de famille que toi, elle est de ta famille ? demanda-t-elle avec un grand sourire.

-…

Pas de réponse, toujours égal a lui-même, il ne lui preta aucune attention. Elle plaça en face de lui, s’approcha de son visage aussi pres qu’elle pu sans que cela soit indécent :

-Tu peux me répondre tu sais…Je ne vais pas te manger.

Il daigna lui montrer qu’il l’avait vu, la regarda droit dans les yeux. Ses yeux était d’un noir intense, si intense que Marlène eut l’impression de tomber dans un puis sans fin.

-... Je n’ai rien a te dire…

« Quel con », elle s’assit et s’intéressa particulièrement a la matière enseignée.