Comme un debut...

par memorex

Rukia réprima un sourire. Marlène semblait avoir pu communiquer avec son zampakuto. Maintenant la question était : allait-elle maîtriser le shikai ?
L’énergie tourbillonnais atour de Marlène. Son sabre devint lumineux, changea progressivement de forme, jusqu'à prendre la forme d’une épée plus volumineuse, tranchante des deux cotés, ces cheveux furent, l’espace d’un instant, semblable a un feu ardent. L’énergie sprituelle qu’elle dégageait était a présent suffisante pour forcer Rukia à se concentrer.
Leurs lames se rencontrèrent, créant des étincelles, qui ne tardèrent a s’enflammer, formant autour de l’épée de Marlène un halo brûlant. Marlène attaqua, Rukia contra a quelque centimètres de son propre visage. A l’aide d’un mouvement circulaire de son poignet, Marlène fit pivoter son épée, pointé maintenant vers le ventre de son adversaire, et d’un coups sec, l’enfonça. Rukia évita de justesse, mais elle était touchée, elle sentie sur sa peau le sang couler le long du plaie oblique sur son ventre, brûlé qui plus est. Marlène ne vu rien venir, mais son épée était au sol, et son avant bras et sa main emprisonnée dans de la glace.

-Bien joué, lui dit Rukia en souriant, Tu te débrouilles, tu m’as blessé et tu as atteint ton shikai… Bizarre la forme de ton épée en shikai d’ailleurs.

-Hmmm. J’ai mal, vraiment mal.

Sur ces dires, elle s’écroula au sol.

-Amusante cette petite, dit une voix dans l’ombre, dont son propriétaire était reconnaissable entre mille grâce à son bob :

-Urahara, répondit Rukia, Qu’en as-tu pensé ? Pas mal pour une semaine non ?

-Ce que j’en pense ? C’est que tu t’énerve bien vite pour une petite blessure, Rukia-san, répondit malicieusement Urahara dans un demi sourire.

-C’était pas la question, dit froidement Rukia

-Impressionnant. C’était la réponse, Rukia-san. Maintenant, attendons que Tessai ai fini de la soigner et nous pourrons parler, ce sera amusant je pense, souriait Kisuke.

Une demi-heure plus tard, elle était remise de toute ses blessures infligées ses sept derniers jours. Rukia, Ichigo, Marlène, Kisuke, Yourichi et Tessai étaient assis sur un tapis volant qui flottait au dessus du toit de l’immeuble ou Ichigo et Marlène avaient pris l’habitude de s’entrainer.

-Y’a quelque chose qui m’échappe là… Pourquoi on est sur un tapis volant, alors que le sol est a quelques centimètres du sol ? demanda Marlène

-Maaais ! Parce que c’est bien plus claasse, plus confortable aussi !, Répondit Kisuke, Et puis, c’est le rêve des humains non ? Tu n’as pas vu Aladin quand tu étais petite ?

-C’est pas une raison. Qu’es-ce que tu fais là ?

-Je suis venu te voir, Marlène-chaaan, répondit a nouveau Kisuke avec son éternel sourire, J’ai des choses a te dire ! Comme par exemple, ce qu’il va se passer pour toi maintenant que tu as atteint un etat de shikai. Tu vas faire partie de cible potentielle d’attaque d’arrankar. Impossible pour toi de faire demi tour. L’énergie spirituelle que tu as libérée maintenant va être détecté. Deux solutions s’offre a toi : soit tu continues de t’exercer et tu peux risquer de continuer a vivre, soit tu te laisse aller, et tu vas mourir à la première attaque, dit-il d’un seul coup, d’un air bien plus sérieux qu’elle ne lui connaissait pas.

-T’es sérieux la ? C’est quoi arrankars ?

-Le niveau au dessus des hollow, que Aizen crées avec au hogyoku. Rukia t’as expliqué pourquoi Aizen a pris le hogyoku et pourquoi elle a été enlevée il me semble.

Marlène jeta un regard assassin à Rukia qui baissa les yeux.

-Non. Elle m’a dit qu’il l’avait pris pour atteindre une grande puissance et que la soul society allait l’en empêcher par tous les moyens. Elle m’as expliqué beaucoup de choses, mais rien à propos d’éventuelles attaques contre moi par des hollows plus puissants.

-Bon, il me semble qu’il va falloir que je t’explique alors, dit Kisuke sur le ton de la conversation, comme s’il ne s’agissait que d’un simple détail.

Mais Ichigo intervint, chamboulé par l’expression du visage de Marlène qui semblait perdre vie.

-Urahara, je vais la raccompagner avec Rukia à son corps, ça fait longtemps qu’elle a été séparé de ce qui fait d’elle un humain a part entière. Je la ramène a l’hôpital, et je lui explique moi-même.

-Hmmmm, Kurosaki-kun, tu ne va pas profiter d’elle au moins ?, demanda le commerçant avec un sourire malicieux.

Ichigo attrapa le bob sur la tête du commerçant et lui fourra dans la bouche.

-Voila, comme ça tu ne dit plus de conneries !

Il attrapa Marlène par le bras et sauta du tapis, suivit par Rukia. Une fois arrivés au sol, il commença son récit, tenta de n’omettre aucun détail, il n’était pas doué pour raconter des histoires, ni pour expliquer quoique ce soit, et il n’était pas du tout encouragé par le visage clos de la jeune fille. Rukia n’osait pas lui couper la parole pour expliquer a sa place, Marlène ne l’aurait sans doute pas supporté, elle écoutait donc l’explication laborieuse que donnait son ami.
A force de marcher, ils étaient arrivés a l’hôpital et se trouvait maintenant devant son corps, dans une petite chambre dans la quelle se trouvaient son frère endormit sur une chaise, Ren et Zack ainsi que quelques garçons de la TS2 avec qui elle avait pris l’habitude de déjeuner. Elle vit pourtant quelque chose qui l’étonna : il y avait aussi dans cette chambre, Tatsuki et Inoue, deux filles de sa classe. Ses rapports avec Tatsuki s’étaient limités a quelque combat lorsqu’elle faisait partie du club d’art martiaux, et elles étaient allé ensembles a quelque compétition a l’époque ou Marlène en faisait encore.

Ichigo avait fini son long monologue et regardait Marlène d’un air inquiet, attendant sa reaction.

-J’ai tres bien compris, Ichigo. Me voila plongé dans quelque chose que je n’ai pas souhaité, je vais être attaqué, ou voir des gens se faire attaquer. Et je vais vouloir, un jour ou l’autre utiliser ma puissance. Donc, attirer l’attention sur moi. Si j’ai bien compris je n’ai pas le choix. J’aimerais donc me joindre a ton groupe de « superhumainsurpuissantquiniquetout ».
Je deviendrais vraiment forte, horriblement forte, mais pas pour exterminer toute menace d’arrankar-je-ne-sais-pas-quoi, mais pour vous botter les fesses quand tout sera fini, okay ?, dit-elle, le doigt pointé vers Ichigo et Rukia.

Les deux compères éclatèrent de rire :

-Très bien compris. Mais d’abord, faut que ça se finisse, et ensuite, il faut que tu deviennes forte. Allez, retourne dans ton corps, que tu arrêtes de faire flipper tout ce monde !, lui sourit Ichigo.

-Tu es impressionnante, se permit de chuchoter Rukia, encore mal à l’aise.

Marlène ne répondit pas, mais lui adressa un sourire, un faible sourire, mais un sourire comme même.
Elle réintégra son corps, l’électrocardiogramme s’emballa, elle ouvrit les yeux.