Entrainement

par memorex

Elle courut pour sa vie, se défaisant d’un geste brute de la poigne de Yoruichi, sauta par-dessus un meuble, attrapa une chaise. Elle l’entendit arriver, juste deriere elle. D’un coups brusque, elle se retourna, jetant se bras et la chaise par la meme occasion devant elle. Yoruichi para l’attaque et se jeta en avant. Marlène roula sur le sol, donna un coup de pied dans une étagère qui lui tomba dessus. Elle rampa rapidement, mais quelqu’un attrapa sa cheville. Elle se retourna pris une impulsion et atterrit sur une étagère en face.
- Rukia-saaan, dites moi, comment à-t-elle réagit ? , demanda Urahara
-Bah, comme on ne s’y attendait pas. Elle a vu un hollow, elle s’est precipitée dessus et l’a massacré. Vous n’êtes pas fameux diseur d’aventure ! Vous nous aviez pourtant dit qu’elle rejetterait la verité.
-Maaais, je t’avais dit que vous viendrez me voir noon ? , taquina le commerçant
- On cherche pas a savoir qui a raison ! Aïe, fait attention débile !
Rukia venait de recevoir, en pleine figure, une boite de conserve dont le contenue lui échappe toujours, à l’heure qu’il est.
Yoruichi attrapa Marlène par l’épaule et lui chuchota :
-Si tu veux les canarder, vise plutôt Kisuke, c’est plus amusant !
Marlène ne savait vraiment pas comment réagir. D’un, elle avait perdue, Yoruichi l’avait attrapé, et elle ne savait pas si elle allait accomplir le gage qu’elle avait poser au debut du jeu, de deux, elles venaient, en moins de dix min, de donner l’apparence d’un champs de bataille a la boutique, et de trois, cette Yoruichi était vraiment spéciale, il semblait emmener d’elle quelque chose de fort, elle mettait en place automatiquement une espèce de proximité chaleureuse, mais en même temps, elle était distante. Tout ce qu’il fallait pour mettre la rousse mal a l’aise. Elle aimait que tout soit simple. Mais là, ce n’était pas le cas. Elle decida de ne pas réfléchir, attrapa une paire de pantoufle au sol, visa la tête et toucha Kisuke.
-Oh, yeah, headshot, rigola Marlène.
Yoruichi coinça la tête de Marlène sous son bras et lui fit une savonnette, elle attrapa le bob tombé au sol et l’enfonça sur la tête de Marlène, jusqu’au yeux, afin qu’elle ne voie plus. Marlène, privée de vision attrapa ce qui lui tombait sous la main, réussi a attraper Yoruichi et la enfonça sur la tête. Elle retira le bob et vis que Yoruichi avait la tête emballer dans un collant. C’est a ce moment que Yoruichi sembla remarquer l’état de la boutique. Elles eclatèrent de rire a l’unisson.

-Aaaaah <3, c’est beau d’être jeune, insouciiiiant, mais maintenant … Il faut rangeeeer, touuut ranger, n’es-ce pas, Marlène-chan, Yoruichi-cherie, chantonna le commerçant.
Marlène avait honte, mais refusa de le montrer. C’était de la faute de cette timbré, avec ces jeux débiles, mais elle s’activa, et ramassa ce qui traîner autour d’elle.
-Je ne sais pas a qui tu parles, connais pas de Yoruichi-cherie moi, répondit simplement Yoruichi, mais je vais ranger a sa place.

Quelque temps après, il étaient tous installer autour d’un table basse, buvant du thé. Marlène n’avait toujours pas de réponse à ses interrogations, mais elle s’amusait bien ici, mais elle ne l’avouerait pas.
-Marlène-chaaan, que me voulais-tu ? Tu as le droit de repondre que tu ne souhaitais que ma compagnie, bien sur !, plaisanta Urahara
-Je…
Tout ce bousculait dans sa tête. Elle voulait connaître les raisons de sa transformation, elle voulait savoir comment redevenir normale, comme utiliser l’énergie spirituelle dont Rukia avait parler, savoir ce qu’elle risquait, ce qu’elle gagnait. D’un seul coup, elle décida que le mystère, ça a du charme, et répondit :
-Un mode soul. Je ne veux plus regagner un corps endolorie par les baffes d’une enseignante stupide.
-Aaaaah <3, bienvenue alors, tu peux passer quuuand tu veux dans mon modeste commerce ! Mais il y a quelque chose qu’il faut que je te dise…

Il était 22h, Marlène et Rukia rentraient chez elle, elle marchaient cote a cote, en silence. « Il m’a dit que ça allait être dangereux, d’être forte, de m’entraîner… »
-Rukia ? Il est toujours comme ça ? Il n’a rien expliqué. Il ne ma dit que de m’entraîner, de devenir forte, mais seule. Ca veut dire quoi ?
Marlène avait brisé le silence, Rukia le reconstitua. Elle ne répondait pas. Elle était perdue dans ses pensées. Urahara est un inconscient, Marlène vient tout juste de découvrir ses pouvoirs. Elle est incapable de s’entraîner. Mais la jeune Kuchiki venait de trouver un plan d’enfer, en plus Ichigo et elle allait pouvoir se reposer. Gniark gniark.
-Marlène… Tu vas t’occuper de tout les hollows de la ville. Toute la semaine. Tous. Et t’entraîner au sabre. Et pour l’école ne t’inquiète pas. Sors de ton corps. Je vais te casser la gueule et tu vas rester en shinigami, une semaine ok ?
-Tu vas me casser la gueule ?
-Oué, on va t’emmener a l’hôpital. Dans le comas, comme ça pas besoin de te cacher n’y rien. Tu passe une semaine à t’entraîner, a bosser. Apres on verra.
Marlène s’exécuta, elle se sépara de son corps, puis elle s’éloigna, elle avait repérer un hollow, elle partie en courant.

Trois jours avaient passés, la jeune fille était assise, les pieds dans le vide, sur le toit d’un des plus hauts immeubles de la ville. Elle attendait pour regarder le soleil de quatrième jour se lever. Elle avait pris ce lieu dont le panorama était magnifique comme point de chute, le premier soir.
-Oï !
Un jeune garçon l’avait rejoint, elle le reconnu immédiatement a la couleur de ses cheveux, et a son aura agressive qu’il contrôlait si mal.
-Tu t’en sors ? Wa ! Ton visage ! , s’exclama Ichigo.
En effet, Marlène ne recevait pas de soins automatiques après chaque combat, et elle était, pour ainsi dire, couverte de bleus, d’hématomes, et un de ses bras était encore couvert de sang. La manche gauche de son kimono était déchirée, car elle l’avait utilisé pour de multiples pansements, déchirant chaque fois plus de tissus. Cependant, elle ne semblait pas malheureuse.
-Oué gros, je m’en sors, souriait la jeune fille. C’était violent au début, mais, ça commence a rentrer. Je prends le coup de mains. Tu me prends les cours hein !
-Hmmm, oué je les prends, mais je me demande pourquoi. Tu ne vas même pas les lire.
-Si, les maths, la physique,…
-La bio, oui, je connais la chanson, l’interrompit le rouquin. Tu sais ce que Rukia a fait de ton corps ? Elle la passé sous une voiture…
-Ah ? Elle a de l’imagination au moins, soupira la rouquine. Et comment elle explique le fait que j’étais sous la caisse ?
-Hum… Rukia avait pleins d’idées, mais aucuns ne pouvaient coller. Donc elle a dit qu’elle t’avait trouvé écrasée. Et puis depuis t’es dans le coma.
-…
-Elle m’a dit que tu as fait connaissance avec Yoruichi. Alors ?
-Bah, elle est comme l’autre… Complètement tarée. Mais très gentille, enfin... non, pas gentille… Marrante.
-Hummm… Bon, jte propose un truc. On se bat. Mais pour s’entrainner. Avec ton sabre, tu dois réussir a toucher là, dit t’il en posant sa main sur son torse, entre ses pectoraux. Moi, je contre tes attaques.
-Hummm…
Marlène se leva d’un bond, elle se rua sur Ichigo, lui parait ses attaques, d’abord maladroites, puis de plus en plus franches et précises, qui augmentaient d’intensité selon le temps du combat. Une fois, elle réussi à approcher sa lame de son torse, l’ayant pris de surprise, mais celui-ci pu l’arrêter avec sa main. Le soleil était sur le point de se lever, ils se battaient depuis plus de 4h, lorsqu’elle sentie un hollow. Elle partie brusquement, Ichigo la suivit. Elle se positionna face au monstre, attendit qu’il l’attaque pour esquiver, et sauter, sabre au poing, en direction de son visage. Ichigo la rejoignit, lui posa la main sur l’épaule.
-Y’a du progrès, on vois que tu commence a savoir ce que tu fais, ça change de la première fois ou je t’ai vu te battre. En tout cas ta présence me permet de me reposer. Je te remercie.
-T’as pas besoin, répondit la rousse, Je me fais pas pour toi, mais pour moi. Reprenons le combat.
-Oué, dit-il en souriant, Mais maintenant je t’attaque aussi.
Le combat dura jusqu'à 7h. Ichigo s’amusait, pour la première fois, il était celui qui faisait progresser l’autre. Il la quitta pour aller en cours. Marlène, qui s’était habitué a la solitude, se retrouva a nouveau seule, et partie a la recherche de hollow.
Ichigo pris l’habitude de la retrouver le soir pour combattre avec elle, afin de la faire progresser, sous l’œil amuser de Rukia, cachée dans l’ombre, masquant son reiatsu.
-Elle progresse vite, si ça se trouve … non. Impossible.

Le septième jour était arrivé, le lendemain matin elle regagnerait son corps, enfin. Ichigo était la, comme d’habitude, mais Rukia l’accompagnait.
-Aujourd’hui, c’est contre moi que tu te bas okay ? Et on ne rigole pas. Le but est de désarmer l’adversaire, au risque de le blesser.
Elles se positionnèrent face à face. Marlène avait peur. Rukia se précipita vers elle, elle contra de justesse, évita une deuxième attaque, fut toucher par la troisième. Elle sentie la pointe de la lame s’enfoncer sous sa clavicule, hurla de douleur. Ichigo avait toujours fit attention a ne pas la blesser de manière importante. A ce moment, elle sentie comme une vague de haine affluer en elle, attrapa la lame de sa main droite, recula vivement. Rukia se relança a l’attaque, le combat était réellement inégal, Marlène ne pensait qu’a esquiver, a recevoir le moins de coups possible, elle avait oté de son esprit la notion d’attaque, elle avait peur, en plus, elle avait mal. De plus en plus de mal a suivre la rapidité de Rukia, de plus en plus de mal a contrer, a esquiver, à soulever son sabre, avoir les mouvement de son adversaire. « En plus, elle ne donne pas tout. Elle me prend pour rien du tout et elle me massacre. »
La pointe du sabre de Rukia toucha au dessus du nombril de Marlène, elle se sentie saigner. « Elle se serait pas arrêter, je serais morte. »
-Tu penses trop, beaucoup trop.
Une voix retentie dans la tête de marlène. Autour d’elle, tout devenait flou.
- On ne gagne pas en pensant.
C’était une voix féminine, assez douce. Agréable a ses oreilles dans une situation pareille.
-On gagne en attaquant.
Elle ne ressentait plus la douleur des coups reçut précédemment, elle ne voyait plus rien distinctement, sauf la silhouette d’une femme. Il lui semblait que c’était une femme.
-Même s’il est plus fort, attaque ton adversaire. Bat toi pour gagner, pas pour ne pas perdre.
Elle la vit distinctement. Il s’agissait d’une femme. Enfin… D’une fusion entre une femme est un renard. Elle avait un morphologie humaine, mais couverte de poils roux, tel un renard, un queue et le visage de l’animal.
-Concentre toi, ne pense pas au blessure que tu reçois, mais a celle que tu infliges. Cherche à blesser, quitte a te blesser toi-même, tant que l’adversaire reçoit plus.
L’apparition s’approchait lentement de l’apprenti shinigami, tout en lui parlant. Sa voix la rassurait, plus elle s’approchait, plus elle sentait un sentiment de puissance affluer en elle.
-Je vais t’aider, tu ne combats pas seule.
L’apparition posa sa main sur la garde du sabre.
-Mais surtout, ne m’utilise plus comme un gourdin ou une matraque. Je suis un sabre, un sabre, ça coupe, ce n’est pas fait pour frapper.

Tout redevint net, la douleur se refit sentir, mais il y avait eu un changement, Marlène cru qu’elle pourrait gagner.


Salut !,
J’ai pris du temps à écrire ce chapitre… Surtout à le publier.
Mais c’est parce que c’est le plus long que j’ai écrit !
A la prochaine !!