Chapitre 2: Un évènement bizarre

par siasia971

Chapitre 2 : Un évènement bizarre.

Le lendemain matin, Karin se réveilla grâce à un rayon de soleil, qui s’était posé sur son nez. Elle prit une douche, puis rejoint sa belle-sœur dans la cuisine. Sa nièce était assise dans sa chaise pour bébé, gazouilla en voyant la brune. Celle-ci la prit dans ses bras, pour s’assoir ensuite en face de Rukia.

Rukia : ça va ce matin ?

Karin : comme tous les jours. Pourquoi cette question ?

Rukia : comme ça. Je viens te chercher devant la fac ou pas, aujourd’hui ?

Karin : non, c’est bon. Kiiro et moi allons dessiner le paysage dans le parc tout près d’ici. Je rentrerai à pieds.

Rukia : ton frère ne sera pas là, il doit aller chez Urahara avec le capitaine Hitsugaya. Rangiku en profite pour aller faire les magasins avec moi. Renji, lui, personne ne sait où il va, mais ce qui est sûr ça se rapproche d’un restaurant. 7

Karin : donc je serai toute seule en rentrant. Ça va être intéressant. *soupir*

Rukia : Ichigo, ne veux pas te laisser toute seule ici. Mais il ne veut pas que tu sois mêlée à quoique ce soit qui ait un rapport avec la Soul Society.

Karin : s’il nous avait dit qu’il était shinigami, Yuzu et papa ne seraient pas… ! Je suis désolée, je crois que je vais partir à la fac.

Rukia : je te dépose. Tu prends Hana ?

Karin : d’accord.

Du côté de Toshiro et Ichigo étaient tous les deux assis avec Urahara et Yorohichi. Le blanc avait la tête baissé pour cacher ses rougeurs, sa honte.

Urahara : bon nous n’avons pas assez d’informations pour savoir ce qu’il vous arrive Toshiro. Mais nous savons que le déclencheur est que l’on menace la sœur de Kurosaki.

Ichigo : je ne comprends pas pourquoi que ce soit le fait que l’on menace Karin qui te mette dans cet état. Sinon, que fait-on, pour éviter que cela se reproduise. Je veux une vie saine pour ma sœur, après ce qui s’est passé, il y a un an.

Yorohichi : je pense que le meilleur serait déjà de trouver ce qui arrive au capitaine Hitsugaya, en laissant revenir l’ennemi.

Toshiro : je ne veux pas que cela se reproduise. J’ai une mission à accomplir.

Urahara : mais mon très cher Toshiro, l’homme qui est apparu devant Karin hier soir, possédait le reatsu que vous cherchiez. Donc il faut le laisser apparaître de  nouveau. La question est de savoir où.

Yorohichi : il a dit aussi être envoyé par Aizen, ce qui veut dire qu’il s’est échappé de sa prison. Nous devons informer Yamamoto.

Urahara : je m’en occuperai. Mais il a aussi dit qu’Aizen désirait Karin. Pourquoi s’intéresserait-il à une étudiante ?

Toshiro : soit un peu intelligent, c’est une Kurosaki. Ichigo est celui qui a entraîné l’échec de son plan.  Il veut se venger.

Yorohichi : maintenant nous savons quand va attaquer l’ennemi.

Les trois : quand ?

Yorohichi : de Kisuké cela ne m’étonne pas, mais de vous deux. Il va attaquer quand Karin sera seule.

Ichigo : cela ne risque pas, elle sera tout le temps accompagnée aujourd’hui. Par les humains présents à la fac. Durant l’après-midi avec sa meilleure amie, Kiiro. Elles doivent dessiner un paysage et se rendent au parc le plus près de la maison et Kiiro possède le permis de conduire. Donc elles y vont en voiture, et logiquement elle dépose Karin à la maison.

Yorohichi : l’un de vous devrait tout de même la surveiller.

Ichigo : je ne peux pas, j’ai une réunion importante.

Toshiro : je m’en charge. Je dois tout d’abord faire mon rapport au capitaine-commandant.

Ichigo : eh bien dépêche-toi. Je ne veux pas perdre un autre membre de ma famille.

Toshiro : ne t’inquiète pas.

Le roux quitta les lieux pour se rendre dans l’entreprise dans laquelle il travaillait. Le marchant aux cheveux blond lança un regard lourd de sens, au petit capitaine.

Toshiro : quoi ?

Urahara : eh bien. Eh bien. Le grand Toshiro Hitsugaya serait donc amoureux de la petite Karin Kurosaki ?

Toshiro : que racontes-tu encore Urahara ? Karin n’est qu’une amie proche, rien d’autre. *rose* et c’est capitaine Hitsugaya pour toi.

Yorohichi : arrête Kisuké, laisse le capitaine Hitsugaya. Vient on va mettre en route l’écran de communication avec la Soul Society.

La femme aux yeux d’or conduit le jeune homme pour faire son rapport. Une fois l’image du commandant Yamamoto, Toshiro s’inclina, puis fit face à son supérieur.

Yamamoto : j’espère que vous nous rapportez de bonnes nouvelles.

Toshiro : oui, nous avons trouvé à qui appartenait le reatsu anormal se trouvant autour de la ville de Karakura. C’est un homme, malheureusement, il nous a échappé. Il nous a révélé que celui qui l’envoie se nomme Sosuké Aizen. Quand pensiez-vous nous dire qu’il s’était évadé de sa prison ?

Yamamoto : je savais que cette histoire allait nous  emmener de nouveau vers lui. J’attendais confirmation de son évasion. Je l’ai désormais. L’annonce sera diffusée par message à toutes les divisions.  Qu’avez-vous découvert d’autre ?

Toshiro : il s’intéresserait à la sœur de Kurosaki Ichigo encore en vie, Kurosaki Karin.

Yamamoto : vous n’avez rien découvert d’autre ?

Toshiro : il y a une chose qui s’est passé la nuit dernière, mais nous attendons qu’il y ait une nouvelle attaque.

Yamamoto : je veux un rapport dès que celle-ci se sera déroulée.

Toshiro : bien, capitaine-commandant.

Le l’écran s’éteignit. Le blanc lâcha un soupir. 

Urahara : alors comme ça Yamamoto était au courant et s’attendait à la nouvelle que l’ennemi soit envoyé par Aizen.

Toshiro : je dois y aller Urahara.

Urahara : tu dois aller veiller sur Karin.

Yorohichi : Kisuké laisse le partir.

Toshiro quitta la boutique en direction du campus où étudiait Karin. Arriver là-bas, il conclut par la troupe d’étudiant que les cours étaient finis. Il chercha du regard son ami, mais ne la vit pas. Quand il entendu son prénom, il se retourna pour plonger ses yeux dans le bleu-gris.

Karin : Toshiro, que fais-tu là ?

Toshiro : Ichigo, m’a demandé de te rejoindre ici. Ne me demandes pas pourquoi, je n’en sais rien.

Karin : mais tu as accepté. Autant faire les présentations, Kiiro je te présente Toshiro Hitsugaya, un ami. Toshiro je présente Kiiro Emerarudo, ma meilleure amie.

Toshiro et Kiiro : enchanté.

Karin : euh, je crois que l’on va y aller, il faut que l’on commence ce paysage.

Kiiro : je vais chercher ma voiture, attendez-moi ici.

La blonde partit vers le parking de l’université, laissant les deux amis seuls.

Karin : dis-moi Toshiro, pourquoi tu es venu me surveiller ? Je sais que tu mens. Il s’est passé quelque chose hier soir, pendant que je dormais ?

Toshiro : il ne sait rien passé… Seulement, ce que l’on recherche est tout prêt d’ici et nous avons appris l’évasion d’un ancien ennemi.

Karin : je ne vois pas pourquoi, tu dois me surveiller.

Toshiro : *soupir* Il en a après toi, mais on n’a pas assez d’informations.

Karin : il n’y a rien d’autre, tu es sûr ?

Il allait lui répondre, mais la voiture de Kiiro s’arrêta devant eux.

Kiiro : montez.

Ils obéirent à la blonde. Une fois arrivé  au parc, les deux filles allèrent s’assoir sur l’herbe, tandis que le blanc s’installait sur le dossier d’un banc derrière elle. Depuis qu’il est arrivé dans ce parc, il sentait la présence de l’homme de la dernière fois. Puis il posa ses yeux sur la brune assise devant lui. Depuis il était arrivé, Toshiro n’avait cessé de l’observer. Elle avait bien changé depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vus.

Kiiro : c’est aussi un shinigami ?

Karin : oui, un capitaine.

Kiiro : il te regarde.

Karin : *rose* et alors ?

Kiiro : vous iriez bien ensemble.

Karin : ne dit pas ça voyons !*rouge*

Kiiro : tu sais ma mère me racontait une histoire, avant de m’endormir. C’est l’histoire d’une princesse qui a vu mourir son amour, qui lui n’était pas de sang royal. Ils se sont aimés, dans un long secret. La princesse se nommait Bara et son amoureux Doragon. Ce qui est dommage, c’est qu’elle a été mariée à un autre. Celui-ci était maléfique. Doragon, quand il a appris la nouvelle, il est allé voir le soir sa bien-aimée, mais c’était son époux qui l’attendait. Doragon a été tué, sous l’ordre du mari de Bara. Celle-ci a été plongée dans une grande tristesse, elle voulait se laisser mourir, mais son frère qui connaissait Doragon, lui disait que Doragon ne voudrait pas qu’elle soit dans cet état. Elle est redevenue normale et allait tous les jours sur la tombe de son amour.

Karin : pourquoi tu me racontes cette histoire ?

Kiiro : parce que Toshiro ressemble à Doragon, et tu ressembles à Bara.

Karin : tu insinues trop de chose. *rose*

Kiiro : c’est mignon, elle rougit.

Karin : je ne rougis pas. On est là pour dessiner, alors dessinons.

La blonde rit de l’état de sa meilleure amie. Elles commencèrent à travailler. Quand elles étaient sur la fin de leur œuvre, la voix du blanc vint à leurs oreilles.

Toshiro : Karin, je crois que l’on va devoir y aller…

Karin : mais pour…

Elle ne put finir sa phrase, car une pression spirituelle anormale se fit ressentir. Les yeux de Karin devinrent blancs. Alors que Toshiro sortait de son corps artificiel.

Kiiro : Karin ? Karin, tu vas bien ? Eh Toshiro qu’arrive-t-il à Karin ?

Toshiro : tu peux… me voir ?

Kiiro : si je te parle, c’est que je te vois ! Alors qu’arrive-t-il à Karin ?

Toshiro : je ne sais pas.

??? : Salut, mon très cher Toshiro. Une habitante du pays céleste, que de bonne surprise.

Toshiro : je te le demande encore une fois, quel est ton nom ?

??? : Si tu insistes. Mon nom est Guren Jigoku*. Mais cette demoiselle blonde le savait déjà.

Kiiro : n’approches de la princesse.

Guren : je ne l’a toucherai pas tant que je n’aurais pas ce que je désire.

Toshiro : que cherches-tu alors ?

Guren : la fureur du Dragon Blanc.

Kiiro : Toshiro, part d’ici, avec la princesse. Je m’occupe de ce fumier.

Toshiro : Karin, vient avec moi.

Karin : Doragon, c’est toi.

Kiiro : joue le jeu. Technique n° 12 : l’attaque des arbres.

Guren évita l’attaque.

Guren : tu penses vraiment m’avoir avec cette attaque minable.

Kiiro : non, mais avec celle-ci, oui. Technique n° 18 : le tsunami infernal.

Guren : de l’eau ?!

Kiiro : ton point faible.*sourire victorieux*

Guren : je reviendrai.

Il disparut dans un tourbillon de flamme cramoisie. La blonde rejoint un peu plus long Toshiro, de retour dans son corps artificiel, et Karin de nouveau normale.

Karin : que s’est-il passé les amis, je ne me souviens pas comment être arrivée ici.

Kiiro : nous verrons plus tard princesse. Il faut que j’aille informer le conseil des grands sages. Je vous rejoindrez au moment venu. Au revoir.

La meilleure amie de la brune couru vers sa voiture, tandis qu’elle restait stupéfaite par la manière dont l’avait nommé la blonde.

Karin : Toshiro… ?

Toshiro : direction la boutique de Urahara.

Karin : mais… ?

Toshiro : sans discution.

Karin : bien.

Ils partirent vers la boutique de bonbon, sur le chemin le blond contactait tous les shinigamis en mission avec lui, ainsi que la belle-sœur de son amie. En tournant dans la ruelle menant au petit bâtiment, la même sensation envahie le capitaine. Celui-ci tourna les yeux vers Karin, dont les pupilles étaient devenues blanches. Il quitta son gigai et attendit que l’homme apparaisse. Il eut juste le temps de voir Karin disparaître, puis réapparaître dans les bras de Guren.

Guren : je t’avais dit que je reviendrais.

Toshiro : lâche Karin toute de suite.

Guren : as-tu compris ce que je te demande ?

Toshiro : lâche-là d’abord.

Guren : répond, qu’est-ce que la fureur du dragon ?

Toshiro : *Doragon prend le dessus* veux-tu vraiment savoir ? Qu’est-ce que la fureur du dragon ?

Guren : je n’attends que ça, ou préfères-tu perdre ta précieuse princesse au nom de fleur ?

Ichigo, garait sa voiture devant le magasin de bonbon d’Urahara, quand il sentit une pression impressionnante peser sur tes épaules. Ce fut de même pour les autres shinigamis, qui étaient arrivées au niveau du capitaine. Le spectacle qui se déroulait devant leurs yeux les laissèrent stupéfait. Un dragon blanc était aux côtés de Hyōrinmaru, ses yeux étaient de la même couleur que ses écailles avec des pigments rouges.

Guren : Oh ! C’est plus que j’attendais ! Mais je vais tout de même garder la princesse Bara. Aizen-sama a été ébloui par sa beauté et a décidé de la prendre pour épouse.

Kiiro : pas si je m’y oppose. Technique n° jet d’eau brulante !

Guren : * touché de plein fouet * ah ! Espèce de petite putain !  Je vais te tuer un de ces jours !

Kiiro : je te vaincrais pour le retour de la princesse Bara au royaume céleste ! Maintenant retour auprès de ton maître pour lui raconter ton échec !

Le roux disparut dans la même tornade de flammes rouges. Pendant que le dragon blanc rattrapait la brune pour la déposait dans les bras de son maître aux cheveux blanc.

Kiiro : Karin debout !

Karin : où on est Kiiro ?

Kiiro : nous sommes devant le magasin d’objet spirituel d’Urahara Kisuké.

Karin : qu’est-ce qui s’est passé ?

Ichigo : Toshiro pose toute de suite ma sœur au sol !

Le blanc obéit.

Ichigo : ça va, tu n’as rien ? Aucunes égratignures ?

Karin : ça va Ichi-nii, mais que s’est-il passé ?

Urahara : c’est ce que je vais vous expliquer, avec l’aide de mademoiselle Emerarudo Kiiro, habitante du royaume céleste. Je vous invite à entrer boire du thé de très bonne qualité dans mon magasin. Rukia nous y attend avec Hana.

A peine le blond avait prononcé le prénom de la fille du shinigami remplaçant, que Karin avait pris la main de Kiiro pour se précipiter dans le petit batîment. Les autres y entrèrent quelques minutes après.

Urahara : bon, j’ai trouvé des informations grâce à la fille du commandant de l’armée du royaume céleste, Emerarudo Kiiro. Je vais la laisser vous expliquer.

Kiiro : merci. Ici, je suis connue sous le statut de meilleure amie de Karin. Mais dans le royaume céleste, j’ai le statut de meilleure combattante après mon père. Là d’où je viens il y a une légende. Cette légende parle de l’histoire d’amour d’une princesse et d’un homme pas tout à fait normal. La princesse se nommait Bara et son amour Doragon…

Ichigo : ce ne serait pas les deux noms qu’on prononcé Karin et Toshiro, la nuit dernière ?

Rangiku : oui, maintenant tait toi et écoute la jeune fille.

Kiiro : merci. Ils vivaient une belle histoire jusqu’au jour où la princesse fut mariée à un être maléfique. Quand Doragon le sut, il alla voir sa bien-aimée. Mais le mari de la princesse lui avait tendu une embuscade pour mettre un terme à la relation qu’il avait avec sa femme. Bara était si anéantie qu’elle ne voulait pas sortir ni voir personne sauf son frère Onoday. Il lui avait dit que Doragon ne voudrait pas qu’elle soit dans cet état. Elle décida alors d’aller se recueillir sur la tombe de son véritable amour, car le jour suivant elle partait dans le royaume de son époux. Ce jour-là une chose extraordinaire, un collier apparut sur la pierre tombale. Il était en or et représentait un dragon. La princesse le prit et ressentit la présence de Doragon. Se sentant apaisé par cette sensation elle décida de le garder, pour ne pas sombre dans la tristesse. Nous célestiens croyons en cette histoire, car chaque cent ans une princesse ayant la beauté inégalable de la princesse Bara. Aujourd’hui la princesse est âgée de 19 ans et est présente dans la pièce. Elle répond au prénom de Karin Kurosaki.

La brune releva son regard de sa nièce pour le porter sur sa meilleure amie.