Chapitre 25

par lauverie

Deux autre mois s’était écoulés sans nouvelle de Toshiro, Karin entamais son sixième mois de grossesse et commençait à ne plus pouvoir assure les missions sur le terrain. Mais depuis elle avait pris sa division en main, sa sœur et son père lui rendent régulièrement visite et   celle-ci  a sympathisé avec hinamori et Celle-ci lui ai parlé de la quatrième division, Yuzu avais commencé une formation puisque les vacances d’été avaient commencé. Karin s’était fait un nom dans sa division maintenant tout le monde la respectait et les demande d’adhésion qui, au départ de son mari, avait chuté remontaient de plus belle. Karin était devenue une femme respectable de la soul society.

 Elle avait tissé des liens plus qu’amicaux avec d’autres shinigami comme sa belle-sœur qu’elle voyait plus souvent depuis sa grossesse et que Yuzu soit très amie avec elle, ainsi que la capitaine unohana et d’autres vices capitaines. Son tempérament de tête brulée était aussi revenu, elle et kensei se chamaillaient plus du fait que ni l’un ni l’autre ne supportait avoir tort mais tous deux se réconciliaient aussi tôt. Leurs rendez-vous nocturnes avaient tours lieu et était devenus indétournables pour les deux. Karin avais même rencontré il y a  peu la petite amie de celui-ci un soir ou elle avait un peu plus d’énergie et on peut dire que même avec elle le courant était très bien passé et il arrivait a Karin de lui rendre visites même si celle-ci étaient assez rares a causes de son emplois du temps assez serré et  que sa grossesse lui empêchait pas mal de trucs.

Alors qu’une nouvelle journée commençait à la soul society, Karin se levais comme à son habitude tôt, car son ventre la ralentissait et elle prenait plus de temps pour se rendre à son bureau. Son shunpo était plus lent et elle s’épuisait  plus vite.

Dans les couloirs de sa division ou elle ne se pressait pas, elle salua tous ceux qui croisaient son passage et était de bonne humeur. Bonne humeur qui se liait aussi sur les visages de ses soldats. Une fois arrivée à son bureau, Karin rejoignit Matsumoto dans le traitement de la paperasse. Les deux femmes s’était aussi rapprochées et était devenues amies.

- Salut Rangiku !

- salut capitaine ! comment allez-vous ? demanda Rangiku.

- ça va, je commence à me sentir vieille ; je suis lente et encombrée. Dit Karin en désignant son ventre bien arrondis qui commençait à se voir sous son uniforme. Et toi ?

- bah, vous savez vous allez devenir de nouveau jeune ne vous inquiétez pas, moi je vais toujours aussi bien !

- bon, dit Karin en se dirigeant vers son bureau, encore une journée coincée ici. J’en ai marre je veux sortir faire des missions de terrain.

- je sais mais bientôt.

- mais j’en ai quand même marre.

Elles se mirent à rire. Puis toutes deux se mirent à traiter l’immense pile de documents qui était arrivée sur son bureau cette pile était si grande que Karin ne voyais même plus la porte d’entrée de son bureau.  Après quelque temps Matsumoto du s’en aller pour l’entrainement au dojo avec les troupes laissant Karin seule dans son bureau. Celle-ci soupirais d’aise elle aimait le calme depuis qu’elle était capitaine.

Dans son coin, un homme aux cheveux blancs comme neige reposait les pieds à la soul society depuis plus de six mois d’absence.

- comment vais-je les retrouver ? se dit-il.

Sans plus tarder il se mit en route pour faire son rapport. Dans les couloirs, tout le monde qu’il croisait fus des plus étonnés de le voir, si bien que beaucoup ne le croyais pas. Ce comportement eut pour effet de surprendre celui-ci, il n’avait pas envie de s’attarder, il décida de se rendre en shunpo a la première division.  Quand il se présenta au bureau du commandant capitaine, il fut étonnamment reçu de suite. Une fois qu’il fut rentré dans le bureau  il s’inclina.

- mission accomplie.

- je me doute bien, fis le vieil homme, bon travail capitaine Hitsugaya.

- je viens pour faire mon rapport.

- je vous écoute, avez-vous réussit à tous les avoir ?

- oui capitaine, il n’est reste aucun.

- dans ce cas, rapportez-moi les noms. demanda le vieil homme.

- oui, tous les Doboros ont été exterminés aucun n’as résisté.  Dis le plus jeune.

La discussion dura un bon moment, il fit son rapport au commandant capitaine avant de se rendre dans sa division ou il espérait qu’elle soit.

Karin avais bien entamé la pile de paperasse de ce matin et était rendue presque a la moitié. Elle était concentrée sur ces documents qui demandaient une autorisation de passage dans le monde physique. Elle fronçait les sourcils pour lire l’écriture illisible du capitaine de la douzième division avant de soupirer grandement en levant les yeux au ciel.

- qu’on lui apprenne à écrire !! C’est comme s’il me demandait de déchiffrer un message codé. S’écria Karin à bout de nerf à force de vouloir comprendre ce torchon. Comment il peut rendre un rapport avec une telle écriture. Murmura-t-elle pour elle.

Soudain elle entendit un cri venant du couloir puis un étonnant remue-ménage plus bas. Elle pensa que c’était Matsumoto qui avais fait des siennes et qu’il n’était pas nécessaire d’intervenir car cela devenais une habitude pour sa vice capitaine de faire des paris et que ceux-ci virent au vinaigre.  Un soupir lui échappa de nouveau avant qu’elle ne se replonge dans son torchon codé.

La porte de son bureau s’ouvrit sans même que la personne ne frappe, un peu exaspérée que Matsumoto ne frappe pas quand elle rentre Karin s’écria en levant la tête.

- combien de fois je t ‘ai dit de frapper Matsumoto !!

La personne qui venais de rentre dans le bureau n’était pas Matsumoto, quand elle vit que c’était Toshiro, elle ne put s’empêcher de mettre ses mains sur sa bouche pour s’empêcher de crier. Il était revenu. Elle ne pouvait pas être plus contente. Une larme coula sur sa joue elle allait pour se lever et se jeter dans ses bras mais se stoppa quand elle se rappela de son état et que celui-ci l’ignore encore.

- je suis rentré, dit Toshiro tout sourire. Je vois que tu es toujours la même ça me rassure.

- c’est vraiment toi ? Pas un autre rêve ? Fis Karin perdue.

Toshiro ne pus s’empêcher de sourire face à cette réflexion. Il s’approcha pour la prendre dans ses bras quand elle le stoppa.

- arrête-toi-la. Fit-elle brusquement.

- pourquoi ?demanda-t-il un peu perdu.

- avant, commença Karin, j’ai quelque chose à t’annoncer.

- tu me fais peur la tu sais… fis remarquer Toshiro qui s’installa sur la chaise en face du bureau.

Karin était nerveuse comment allai-t-elle lui annoncer la nouvelle, elle ne savait pas où commencer. Devant le trouble de son amie, Toshiro pris les devants.

- cherche pas dit le comme ça vient.

- bon ok, je suis enceinte. Fit-elle de but en blanc.

Elle se leva pour montrer son ventre arrondis qui se voyais Sour son uniforme. Toshiro tombais des nues il ne savait pas comment réagir, il était heureux mais en même temps frustré de l’apprendre en dernier. Il baissa la tête et serra les poings a cette pensée.

- je suis désolé, fis Toshiro tentant de contenir sa frustration. Je n’étais pas là avec toi pour…

- arrête ce n’est pas de ta faute !dit Karin qui se trouvait à présent devant lui.

- je suis heureux mais j’ai tout loupé, dit-il

- non, tu n’as rien loupé, il n’est pas né cet enfant tu seras là pour sa naissance c’est tout ce qui importe. Fis Karin en prenant le visage de Toshiro entre ses mains. Tu es la maintenant c’est le plus important.

Karin le pris dans ses bras il était bel et bien réel. C’était vraiment lui, il resserra son étreinte.

- tu m’as manqué. Dit-elle dans le creux de son oreille.

- oui, à moi aussi tu m’as manqué.

Il se tourna et l’embrassa. Ce contact si doux fit frémir Karin, elle l’avais attendu depuis six mois et il était enfin rentré. Ils se séparèrent une fois à bout de souffle.

- Tu t’en es sortie ? demanda Toshiro en désignant le bureau.

- les débuts étaient durs mais je me suis bien débrouillée. Mais en parlant de ca il faut que tu m’aide je n’ai pas terminé.

Elle se replaça sur sa chaise et désigna la pile de documents qui restaient ? Toshiro sourit en la voyant se tenir son ventre en se levant. Il allait devenir papa.  Il n’en revenait toujours pas.  Karin quand a elle avait repris de déchiffrer ce papier qu’elle avait délaissé. Et son énervement revint presque instantanément. Voyant ca Toshiro pris le papier et se mis à le lire.

- mais… j’avais presque réussit. Protesta Karin.

- oui mais tu es sur le point d’exploser. Fis remarquer Toshiro malicieusement.

- nyanyanay… répondit simplement Karin en lui tirant la langue le faisant plus sourire encore.

- tu n’as vraiment pas changé.

- toi non plus.

Ils rirent puis reprirent joyeusement le travail qui fus étonnamment terminé en moins d’une heure Toshiro était rapide.  Avant que le dernier document ne soit terminé Matsumoto entra dans le bureau et voyant son ancien patron présent dans le bureau celle-ci ne pus réprimer un cri de joie et de se précipiter sur lui pour le serrer dans ses bras.

- TAICHO !!! Vous êtes de retour vous nous avez tellement manqués !! s’écria la jeune femme.

- Matsumoto !!! cria le jeune capitaine.

- ho pardon je m’emporte. Répondit Matsumoto en relâchant son petit capitaine.

- hé bien un revenant, fis une voix masculine.

- kensei ! Ça va ?? demanda Karin joyeusement

- très bien, je vois que Toshiro est de retour tant mieux.

- ouais c’est génial !!

Tout devint calme dans le bureau, mais Karin qui n’avais pas fait attention à cela repris la conversation comme si de rien n’était.

- mais au fait kensei t’en venu pour quoi ? S’étonna Karin

- tiens, dit-il en tendant une petite pile de feuilles, c’est des demandes de passages.

- tu viens les déposer en personne ?s’étonna Toshiro

- oui vu que Karin ne peux pas trop se déplacer. Répondit kensei.

Un long silence s’en suivi, Toshiro boudant dans son coin, kensei des plus mal à l’aise, Matsumoto qui en avais eu mare, avais fille et Karin qui s’occupais de lire les documents. Une fois qu’elle eut terminé et approuvé la demande du capitaine de la neuvième division, Celui-ci s’en alla laissant Toshiro et Karin tous les deux.

- Qu’est ce qui ce passe ? demanda Karin avec un ton des plus neutre sans décrocher du document qu’elle était en train de lire.

- Rien, continuons… répondit Toshiro en laissant un soupir s’échapper.

- Tu mens. Fis remarquer Karin.

- pas du tout. Répondit quelque peu énervé celui-ci.

Karin décrocha un regard a Toshiro qui voulais dire  « je ne finirais pas le savoir de toute façon ».  La pendule indiquais  midi, Karin se leva de sa chaise et invita Toshiro à en faire de même.

- Ha…. Soupira Karin d’aise. On va enfin manger !!

- Tu es devenue accro à la nourriture en mon absence ? 

- Nan, j’ai toujours eut une passion inconditionnelle pour la nourriture, celle de Yuzu y a grandement contribué.

Il se contenta de sourire. Dans les couloirs, Toshiro pus voir que sa femme s’était faite une place plus que correcte dans la division, tous la saluaient et furent des plus étonnés de voir leur ancien capitaine de retour.

Le repas que Karin attendais depuis si longtemps ne dura pas car une réunion des capitaines fus programmé vers midi et demi. Privant ainsi Karin de son festin. La réunion était faite pour annoncer officiellement le retour du capitaine de la dixième division. Tous les capitaines accueillirent la nouvelle avec plus ou moins d’entrain. Il a été aussi convenu durant cette période que Toshiro reprendrais son poste après la naissance de l’enfant de Karin. La faisant encore un peu assumer ses fonctions permettant à Toshiro de se reposer le temps de son retour sans pour autant qu’il soit écarté de sa division.

Le soir, Karin et Toshiro rentrèrent chez eux ensemble depuis six mois. La maison était restée tel quelle depuis que celui-ci était partit. Yuzu était dans la cuisine à préparer le repas quand elle vit enter sa sœur accompagnée de Toshiro.

- Ho !! s’écria Yuzu en mettant ses mains sur sa bouche. Je ne pensais que ce n’était qu’une rumeur !

- et bien non, je suis là. Répondit Toshiro en souriant.

- oui et c’est génial ! Fis remarquer Karin tout en se dirigeant vers la cuisine. Qu’est-ce que tu as fait à manger ce soir ?

- Omelette de riz, celle que tu m’as demandé hier.

- Ha oui c’est vrai.

- au fait Yuzu j’ai entendu que tu te formais dans la quatrième division. Lui demanda Toshiro en s’asseyant.

- oui, ta sœur à remarquer mon potentiel et m’as recommandé au capitaine unohana.

- Vous êtes vraiment une famille a talent vous. Fis remarquer Toshiro.

Il se mit à faire le tour de l’appartement pendant que Karin et Yuzu discutaient dans la cuisine. L’appartement était vraiment comme celui qu’il avait quitté en désordre, Seules quelques photos de la famille de la jeune fille s’étaient ajoutées à la décoration. Il entreprit de les regarder quand il tomba sur une photo, celle où il se trouvait avec son ancien capitaine et actuel beau-père. Cette image lui faisait repenser a cette période et le fis quelque peu grimacer. Karin arriva quand il était en train de reposer la photo.

- Je suis heureuse que tu sois enfin de retour. Lui confia Karin. J’avais peur que tu ne reviennes jamais. Mais cette photo m’as vraiment aidé tu sais.

- vraiment ? Je suis la maintenant. Mais j’ai tellement à rattraper. Tu as tellement changé en fin de compte.

- Je croyais que c’était le contraire. Ris doucement Karin.

- oui, moi aussi au début quand on s’est vu seul à seul. Mais tout ce qui s’est passé à la soul society  en mon absence, le bébé qui va arriver, j’ai tellement raté. Il a eu d’autres personnes pour t’épauler mais je n’ai pas pu l’être et …

Il ne put continuer son plaidoyer car Karin avais posé son doigt sur ses lèvres pour lui faire signe d’arrêter de parler.

- Arrête de refaire du mal, on dirait un capitaine débutant là. Tu devrais et plus glacial et sans émotion à ce que j’ai entendu de toi par les autres.

- Ho ! C’est bon ! Fis Toshiro visiblement vexé de la réflexion qui venait de lui être adressée.

- Allez boude pas !! Fis Karin en lui passant sa main dans les cheveux chose qu’il déteste par-dessus tout.

Il lui retira sa main et commença à crier de mécontentement .Karin, elle, savourait ce moment de complicité avec celui qu’elle avait cru perdre. Peu après, Yuzu les avais appelé pour manger. Un repas qui ressemblait a ceux de chez Isshin. Cette nuit pour  tous les deux fut une nuit de détente et de retrouvailles  qui les rapprocha et les firent oublier les problèmes qui pourraient les tracasser  demain.