Chapitre 23

par lauverie

Cette situation ne dura pas, elle ne pouvait pas durer car tant que Toshiro était en mission et donc absent, Karin se devais d’assumer son poste. Les allers retours de Karin entre le monde réel et la soul society s’étaient donc intensifiés. Cette situation dura plus de deux mois, Karin assistais presque plus à ses cours et maigrissait de jour en jour du à l’épuisement, tous les soirs elle s’occupait de la division, tout en faisant des recherches sur le Doboros pour mieux comprendre qui ils étaient et qui elle était, Le pourquoi de leur existence  et la journée elle assistait à ses cours tant qu’elle n’était pas rattrapée par son devoir là-haut.  A la fin, Karin ne pouvais plus rester dans le monde réel, la situation ne le permettais plus.

Une fois alors que de puissants hollows avaient tenté une intrusion dans la soul society, Matsumoto avais dû aller chercher Karin en cours alors que celle-ci était en plein contrôle. Matsumoto avais forcé le passage bien malgré les adultes de l’école qui l’en empêchais.

En fin de compte Karin avais pris la décision de rester en permanence à la soul society en attendant que Toshiro rentre. Son rôle de capitaine qu’elle avait pris sur le tas n’étais pas de tout repos, Matsumoto voyant la détresse de son capitaine arrêtais même de flemmarder et l’aidais du mieux qu’elle pouvait dans sa tâche. Karin participais a tous les sommets avec les autre capitaines. Ella avais même formé quelques relation mais rien de bien convainquant. La jeune femme demeurait tristement seule.

Elle passait tout son temps libre dans la bibliothèque de la soul society pour trouver des réponses à ce que rida avais bien voulu lui dire avant de succomber mais, ce temps était de plus en plus réduits par ses obligations et diverses missions et demandes de passage pour le monde réel à examiner.

Et quand la journée se terminais, que tout  le monde dormais pendant que la nuit tombais, Elle, avait pris l’habitude de trainer dans les couloirs de sa division cherchant le sommeil, qu’elle trouvait difficilement depuis le départ de Toshiro en mission. Il lui manquait énormément. Elle soupira de nouveau, en plus d’être à moitié insomniaque et le moral à bas elle sentait qu’elle était en train de tomber malade. Depuis quelque temps elle se sentait plus faible plus nauséeuse cette sensation s’intensifiais de jour en jour. Mais elle ne voulait pas inquiéter autour d’elle alors elle le cachait.

- hey ! Karin ! s’écria une voix masculine.

Cette vois la fis sortir de sa rêverie mélancolique. Elle se retourna pour faire face à son interlocuteur. Celui-ci était capitaine tout comme elle et l’un des rares avec qui elle s’entende bien ou plutôt avec qui elle avait pu parler. Il était plutôt grand et très musclé et ses cheveux gris reflétaient les rayons lunaires.

- ha kensei, dis Karin, qu’est ce qui t’amène ?

- je ne trouvais pas le sommeil, déclara-t-il, je suis sorti me dégourdir les jambes.

- dans ma division ?

- heu, Karin, on n’est pas dans ta division la… on est dans les quartiers neutres sud.

- ha, elle regarda autour d’elle, oui en effet tu as raison.

- tu n’as pas l’air d’aller bien. S’enquit celui-ci.

Karin soupira.

- si, mais tu sais ca pourrais aller mieux.

- oui, mais il va revenir j’en suis sûr. Fit-il en posant une main sur l’épaule de la jeune fille.

Karin sourit tristement.  ils continuèrent à discuter tout en dégustant une tasse de thé sur le rebord en bois d’un bâtiment tout en contemplant la lune.  Cette présence quelque peu changeante de celle qu’elle avait eu depuis ces deux moi lui faisait du bien. Par la suite, Karin et lui s’était retrouvés au même endroit toutes les nuits, partageants leurs insomnies. Elle se confiait à lui et expliquait sa tristesse et ses difficultés à trouver sa place. Lui, lui parlais de sa copine, qui depuis quelques mois était tombée malade et que la possibilité qu’il la perde l’empêchait de plus en plus de fermer l’œil. Plus tard alors que la nuit était déjà bien entamée, tous deux se séparèrent pour regagner leur appartement respectif, leurs problèmes et leurs âmes un peu plus apaisée par cet échange devenu quotidien pour les deux protagonistes.

Elle arriva dans son appartement qu’elle n’aimait plus, tout lui rappelais celui qu’elle aime et aussi l’absence trop longue de celui-ci, trois mois c’était bien trop long pour Karin qui n’avais vécu que dix-huit ans, elle. Elle sentait les larmes lui monter, et n’ayant pas le courage de les retenir une fois de plus elle se laissa aller pleurant tout ce qu’elle avait. Elle se dirigea vers son lit indéniablement vide et continua de pleurer tout en laissant le sommeil l’emporter.

Le lendemain, elle se réveille en sursaut, une violente douleur dans son ventre la fit courir en direction des toilettes et régurgiter le contenu de son estomac.

- merde, fis la jeune fille, c’est plus violent maintenant.

Elle se leva et se lava la bouche avant de se doucher et de prendre son petit déjeuné, petit-déjeuner qui finis presque aussitôt dans la cuvette des toilettes. C’est exténuée et affamée qu’elle rejoignit son bureau. Saluant tout ceux qu’elle croisait tentant de faire bonne figure comme toujours mais aujourd’hui en plus de ca elle était malade et elle détestait ça.

Quand elle arriva dans son bureau, Matsumoto ainsi que le vice capitaine de kensei se trouvaient dans celui-ci, Karin qui  pensait pouvoir souffler un peu dû abandonner l’idée.

- mais ça ne vas pas Taicho vous êtres toute pale ! s’écria Matsumoto en voyant l’état de Karin.

- c’est rien juste le manque de sommeil. Fit-elle en se dirigeant vers son bureau. Bonjour Hisagi, que me vaux ta visite ?

Celui-ci allait répondre mais Matsumoto ne le laissa pas faire.

- non, votre sommeil vous en manquez depuis qu’il est partit mais la-vous êtes au plus mal !

- je te dis que je vais bien alors arrête Matsumoto…

Karin ne pus pas finir sa phrase qu’elle se penchait pour de nouveau vomir mais dans la poubelle cette fois.

- vous voyez, j’appelle tout de suite la quatrième division !

Karin ne put pas protester que celle-ci était déjà partie.

- et merde, elle soupira puis se retourna vers un Hisagi des plus mal à l’aise. Tu venais pourquoi du coup ? dit-elle le plus naturellement possible.

- kensei-Taicho m’as demandé de vous remettre ça, c’est une demande de passage dans la monde physique pour notre division. Dit-il en tendant un petit tas de feuilles.

- ok je vais voir ça dès que possible tu peux partir. Finis par dire Karin après avoir saisi les feuilles que lui tendais celui-ci.

Hisagi n’eut pas le temps de partir que la capitaine unohana se présentait déjà dans le bureau de Karin.

- Hitsugaya, bonjour. Commença celle-ci. Je suis ici à la suite de la demande de votre vice capitaine.

- je vais très bien. Répondit sèchement Karin.

- dans ce cas vous n’avez rien contre un bilan juste au cas où. Répondit la capitaine unohana avec un regard qui ne permettait visiblement aucun refus.

- pas besoin de bilan non plus. Dit Karin qui commençait à s’énerver bien malgré l’insistance du capitaine.

- cesser de faire l’enfant capitaine Hitsugaya, vous inquiétez tout le monde. Fis la capitaine d’une manière si dissuasive que Karin capitula.

Et c’est sans grand joie que celle-ci se dirigeais vers les locaux de la quatrième division.  On la prit en charge de suite, la capitaine pris soin de faire un bilan complet de l’état de santé du capitaine. Une fois celui-ci fait elle se redressa et nota quelques annotations finales sur son calepin et regarda Karin.

- puis-je vous dire votre état maintenant capitaine Hitsugaya ?

- allez-y. fis Karin des plus désappointée d’être coincée ici.

- bon, vous êtes dans un état de fatigue avancé et vous semblez en manque de nourriture du due probablement au fait que vous soyez enceinte.

Ce dernier mot résonna dans la tête de Karin comme si tout devanças lointain. Un enfant ? Elle n’en voulait pas. Non, c’était impossible, elle n’était pas sure qu’il allait revenir. Des larmes coulaient dès à présent sur ses joues, des larmes de douleur. Comme si tout cela n’était pas suffisant, son absence, la direction plus que difficile de la dixième division et maintenant ça.

- qu’est ça qui ce passe Taicho ? demanda Matsumoto en remarquant ses larmes.

- j’n’avais pas besoin de ça … j’arrive déjà pas à être crédible dans mes fonctions de capitaine mais là je sers vraiment plus à rien…

Elle ne peut pas continuer son plaidoyer car une main venait de lui frapper sa joue.

- arrêtez tout de suite Taicho, s’écria Matsumoto, vous être des plus crédibles, tout le monde dans la division vous apprécie !!!

Karin, était au bout, elle n’en pouvait plus elle regardait Matsumoto d’une façon si pitoyable qu’elle ne se reconnaissait même plus. Ou était passer la Karin battante qu’elle avait été ? Matsumoto qui visiblement touchée par l’état de sa capitaine la regardais avec un regard des plus accusateurs et espérait que celle-ci se ressaisisse. Karin allais pour répondre quand la porte de s’chambre s’ouvrit en grand bruit.