Chapitre 14

par lauverie

- Toshiro, tu le connais ?

- Oui, je crois bien.

Il allait pour continuer mais Matsumoto entra dans le bureau sans frapper et s’écria.

- Taicho ! J’ai terminé !

- bien Matsumoto, mais là ce n’est pas le moment !

- Ho ! Pardon Taicho ! Je ne voulais pas vous embêter alors que vous être avec Karin !

- arrête, on parle entrainement.

Il marqua une pause, alors que celle-ci allais pour sortir, il vint et l’entraina dehors laissant Karin dans la flou.

- Matsumoto, Karin vient de me dire quelque chose de vraiment étrange.

- Ah bon ? Qu’est-ce que c’est ? S’excita aussitôt sa subordonnée.

- Je ne suis pas sûr, mais son zanpakuto lui dit qu’il n’est pas « complet » que son frère lui non plus ne l’est pas sans elle. Mais son soit disant frère est Hyōrinmaru.

- Ha… la Taicho je vous comprends c’est vraiment bizarre. Se calma aussitôt Matsumoto en croisant les bras.

- tu n’en as jamais entendu parler d’un cas similaire ?

- Non j’en suis désolée mais vous soulez que je vous face quelques recherches ?

- oui. Fais-moi ton rapport quand tu as du nouveau.

- très bien.

Elle fit son salut militaire et partit en shunpo vers les services de renseignement. Karin, elle, pendant ce temps avait déposé son sabre face à elle et essayait de comprendre cette histoire.

- Tu ne veux vraiment rien me donner d’autre que son nom ?

«  Non, pourquoi je ferai-je ? »

- Dis-moi au moins si je connais son propriétaire.

« Je ne te le dirais pas non plus c’est à toi de le deviner. »

- Tu es vraiment têtu.

« Je sais, mais trouve mon frère et tu auras plus de puissance pour pouvoir vaincre ces Doboros qui te poursuivent. »

Elle sortit de son monde intérieur, irritée de voir que son sabre se joue d’elle comme ça sans qu’elle puisse en changer quoi que ce soit,  pour croiser les yeux turquoise de Toshiro qui la fixait. Elle lui sourit et profita du peu de distance entre leurs deux visages pour lui voler un baiser au quel Toshiro répondit sans demander son reste. Il adorait quand elle agit ainsi, cela le faisait fondre, lui, grand glaçon de la soul society.

- La réunion va bientôt commencer. Dit-il entre deux baisers.

- bon, dit-elle en entourant ses bras autour du cou de son capitaine favori,  il faut  y aller alors.

- oui allons-y.

Elle allait s’en aller, se diriger vers la sortie qu’il lui vola sa son tour un baiser. C’est après quelques baisers qu’ils sortirent.  La porte ainsi franchie, ils se dirigèrent tous deux vers le quartier de la première division. La porte de la salle de réunion  n’était pas encore ouverte et différent capitaine attendaient devant la porte. Un homme aux longs cheveux blancs vint les saluer et se présenta entant qu’Ukitake Jushiro. Karin trouva cet homme des plus rassurants. Les autres discutaient et arrivais petit à petit saluant la jeune fille a leurs façon. Plus ou moins froide, plus ou moins aimable, plus ou moins effrayante. Puis la salle s’ouvrit. Toshiro fis signe a Karin de rester hors de la salle avant qu’elle ne soit invitée à la faire. Elle attendit peu car une vois des plus grave l’appela à entrer.

- Bienvenue mademoiselle Kurosaki.

Elle s’empressa d’entrer. Les capitaines étaient tous alignés de façon militaire très stricte ? La salle immense et lumineuse  les rendait plus impressionnant encore. Son sentiment  d’infériorité s’intensifia quand elle vit le vieil homme en face d’elle en la regardant d’un air impassible.

- Nous allons aller droit au but, la situation est des plus pressante, votre mariage avec le capitaine Hitsugaya doit être réalisé sous les plus brefs délais.

Elle déglutit difficilement, c’était donc la raison de sa visite ? Pourquoi Toshiro ne lui en avais pas parlé plus tôt. Un malaise la gagna, et les larmes commencèrent an monter. Elle secoua violement la tête pour les chasser,  elle n’était plus une enfant. Elle aimait Toshiro, alors pourquoi le fait de se marier la faisait stresser autant ? Elle ne le savait pas.  Et puis pour quoi tergiverser, elle voulait rester auprès de lui elle le savait.  Donc pourquoi tarder et risquer le fait de ne pas le pouvoir ? Elle releva la tête avec un air déterminé elle savait que ce jour allais arriver il fallait donc qu’elle soit forte, elle y avait pensé et devais s’y être préparée.

- Je suis au courant de toutes ces choses monsieur. Je vais épouser le capitaine Hitsugaya, voilà la raison de  me présence ici. Cependant je vais emmètre des conditions sans lesquelles je ne l’épouserais pas.

- Très bien, quelles sont-elles ? demanda gravement le commandant capitaine.

- tout premièrement, je veux continuer à vivre dans mon monde.

- Cette chose risque d’être difficile mais continuez, j’examinerais toutes vos conditions après que vous les ayez énumérées.

- Que je sois entrainée pour pouvoir me battre dans le cas d’une éventuelle attaque. Et que je mes enfants soit élevée dans le monde réels comme je l’ai été.

La dernière condition surpris beaucoup des capitaines aux pensées les plus strictes, comment pouvais-t-elle demander une chose pareille ? Ses enfants seront si puissants qu’il faut les contrôler pensèrent certains.

- Pouvez-vous expliquer la dernière.

- C’est très simple, j’ai été élevée dans le monde physique, je ne suis pas pour autant dans les camps ennemi. D’autant plus que me mère était elle aussi une horuda et mon frère son premier enfant, il n’en pas non plus un de vos ennemis, alors que mes parents surtout mon père était banni de la soul society. Et le fait que je fasse pâtit de votre armée vous assure que mes enfant suivront cette voie car ils seront en contact avec vous.

Personne ne répondit, visiblement touché par les arguments de la jeune fille. Toshiro la trouvais parfaite et n’avais rien à lui reproché, aucun manquement au rang  il se réjouissait qu’elle ne soit pas comme son frère.

- Je ne vois aucun problème dans ce cas à accepter vos conditions Kurosaki. Le mariage va être célèbre demain au crépuscule. Votre famille peut être conviée bien évidement.

- Puis-je poser une question ?

- allez-y je vous en pire.

- étant donné que je continuerais à vivre ma vie dans le monde physique, un mariage dans celui-ci pourrais-t-il avoir lieu ?

- Bien évidement, mais cela ne nous concernera pas. Sur ce si vous n’avez rien à ajouter, vous pouvez disposer.

Tous saluèrent et commencèrent à vider la salle. Karin attendis que le flux de capitaine se disciple pour faire de même. Apres sa sortie, la salle se referma. Elle rejoint Toshiro qui lui souriait.

- J’ai été comment ?lui demanda-t-elle

- Très bien, beaucoup redoutais cette entrevue du fait que tu sois la sœur de ton frère.

- ce qui veut dire ?

- Que celui-ci ne connais pas la définition de supériorité en grade.

- Ha je vois, c’est ce que je pensais aussi. En général je n’y fais pas attention non plus mais là je l’ai fait pour ne pas te porter préjudice.

- Cela n’aurait porté préjudice qu’à toi.

Elle lui tira la langue pour répondre à sa petite pique. Puis Ils se dirigèrent vers la dixième division. Là-bas, ils se dirigèrent vers le bureau de Toshiro qui s’assit automatiquement derrière celui-ci. Karin quand a elle ne savait pas que faire, resta debout devant lui. Il rit.

- Assied toi, on a l’impression que je suis ton supérieur et que je vais te passer un savon.

- Arrête, je ne sais pas comment agir ici ! s’exclame Karin. Je ne suis pas habituée.

- je sais, je sais. Bon revenons en a ton problème.

- Ha oui, alors, dit-elle en prenait une chaise et s’asseyant en face de lui. Tu sais qui est ce Hyōrinmaru ?

-tu t’y fais putto vite on dirait. Et  Oui, c‘est mon zanpakuto, dit-il en montrant celui-ci pardessus son épaule.

Karin ne répondit pas.

- il ne t’a jamais parlé de cette chose ?lui demanda-t-elle visiblement étonnée.

- Non, mais je vais en discuter avec lui ce soir. Cette chose m’intrigue au plus haut point.

- ce n’est jamais arrivé ?

- je ne sais pas j’ai envoyé Matsumoto faire des recherches.

Karin était contente, elle avait avancé, elle savait qui était le propriétaire de cet Hyōrinmaru. Maintenant fallait-t-il savoir qu’est-ce que cela allais changer. Karin et Toshiro restèrent un moment à se regarder  tous les deux étaient visiblement pensifs. Cette histoire allait être riche en surprise sa ils en étaient surs.  Karin quand a elle repensait à l’annonce de son mariage un peu plus tôt et se rendit compte qu’elle n’en avait pas parlé avec Toshiro.

- tu n’as pas peur que ça aille trop vite ? demanda Karin en brisant le silence.

- Tu parles du mariage ?

- Oui, je n’ai pas eu le temps d’en parler avec ma famille, je voudrais qu’ils soient tous là.

- ils le seront même si je doute qu’il en soit tous ravis.

- Oui, mais in en a été question pendant les premiers jours ou j’ai appris que j’étais une horudas.

- tu as raison. Répondit Toshiro

Karin ne put réprimer un bâillement. Ce qui fit rire Toshiro.

- arrête je suis crevée moi avec tout ça.

- oui, je veux bien croire.  Bon on va aller se coucher.

Il se le va de son bureau et tout deus sortirent de la pièce. Arpentant plusieurs couloirs et escaliers qui les menèrent au dernier étage. Toshiro  ouvris une porte coulissante et fis entrer Karin. L’appartement de Toshiro était des plus simple et peu décoré. Un escalier menait au toit ou se trouvait un petit jardin aménagé. Karin tomba immédiatement sous le charme de l’endroit. Cet endroit ait calme et ou se croirait ailleurs.

- C’est magnifique ici dis donc.

- oui, c’est l’un des avantages d’être un capitaine.

- ouais, bah je vais être capitaine moi aussi juste pour le jardin. Fis Karin.

Elle bailla de nouveau.

- Bon cette fois ci, au lit. dit Karin en se tournant vers Toshiro.