Chapitre 6

par lauverie

Pendant ce temps, le groupe de shinigami avait remarqué l’absence de Karin et tous étaient à sa recherche. Un seul problème persistais, comment n’avais-t-ils pas ressentit sa disparition ? Et surtout pourquoi, il ne restait plus aucune trace de sa pression spirituelle ? La ville était passée au peigne fin par tous, l’inquiétude et la rage se lisait sur les traits d’Ichigo et une volonté de la retrouver indemne sur le visage des autres.  Isshin était resté avec  Yuzu qui était effondré par cette nouvelle, ce qui avait accentué la rage du grand frère, qui redoublait d’effort dans ses recherches. Rukia avais insisté pour rester à ses côtés, car dans cet état il ne se contrôlait plus.

- Ichigo ! Calme-toi ! Ordonna la kuchiki.

- La ferme ! Je vais la retrouver et leur faire la peau !! hurla le jeune homme visiblement enragé. 

- C’est bien pour ça que je te dis de te calmer ! Tu ne seras à rien dans cet état ! dit Rukia avec un ton froid et non contestable.

Ichigo resserra la pression sur la poignée de son sabre avant de frapper violement un arbre, arbre qui s’en rappellera sans doute toute sa vie, lui laissant une marque profonde avant de tomber à genoux devant Rukia. Il plongea son visage dans ses mains.

- Tu as raison, je… je vais me calmer. Il le faut. Il saisit la manche de la jeune shinigami et croisa son regard. Merci Rukia, sans toi, je ne sais pas ce que je deviendrai.

Il lui sourit avant de se remettre en marche. Ce sourire ne laissait pas la jeune femme indifférente, celle-ci ne put s’empêcher de rougir.

- C’est rien, imbécile. Murmura-t-elle.

-humm ? S’enquit Ichigo n’ayant pas entendu ses mots.

- Rien, continuons.

De son côté Toshiro, s’en voulais, tout était trop facile au début, il aurait dû s’en douter. Il se concentra sur son entourage, comme son reatsu n’était plus détectable, elle devait se trouver dans une structure qui le bloquait.  Il eut raison de penser ainsi car, il ne mis pas plus longtemps avant de trouver ce qui convenais, un bâtiment, au sud était entouré d’une barrière spirituelle assez puissante pour bloquer les sens d’un shinigami.  C’est sans tarder qu’il se précipite vers cette structure, en chemin il croisa Matsumoto qui avait eu, visiblement, la même idée.

Karin, elle était en tête a tète avec Rida  celui-ci, se montrait de plus en plus menaçant, car ayant ressenti l’approche des shinigami.

- Tu ne veux pas servir notre cause ? fit Rida dubitatif.

- Non, ce n’est pas mon intention. Répondit Karin fermement sans la moindre once d’hésitation.

Rida, ne put réprimer une grimace d’énervement, qui fut suivit d’un coup de poing sur la joue de Karin. Celle-ci ne réprima pas un sourire.

- Et ce n’est pas avec cette attitude que tu vas me faire changer d’avis. Repris-t-elle avec sarcasme.

 - Joue pas avec mes nerfs, petite ! Je te veux ! Je t’aurais ! Hura-t-il.

Puis un de ses hommes vint lui parler, il acquiesça et se leva.

- J’en reste là pour aujourd’hui, mais sache que tu vas encore entendre parler de moi.

Puis, il disparut en un éclair. Laissant Karin, seule, toujours attachée et troublée par cette discussion avec cet homme qui la dégoutais et l’effrayais au plus haut point. Mais une chose l’inquiétais plus, comment allais elle sortir d’ici ?  Elle commença à se débattre pour espérer se libérer de ces chaines. Sauf que ses efforts furent vains, elle commençait à désespérer quand Toshiro en compagnie de Matsumoto apparut devant elle.

- Regarde, qu’est-ce qu’ils t’on fait ? Commença-t-il  avant de commencer à défaire les chaines. Matsumoto, préviens les autre.

- Oui tout de suite, Taicho. fit la blonde avant de s’écarter pour téléphoner.

Toshiro, avant finis de libérer Karin des chaines qui l’emprisonnais. Il prit sa tête d’une main, la faisant tourner pour contempler le bleu qu’avais laissé le coup de Rida.

- Qu’est-ce qui s’est passé ? dit-il sur un ton grave.

- je n’ai pas évité, je l’avais cherché. Répondit Karin avec une petite voix.

- Qu’est-ce que tu racontes ? Il t’a frappé ce n’est pas une raison !

Une larme coula sur la joue endolorie de la jeune fille. Son corps commença a tremblé.

- Même, ca… je ne peux… pas le faire… fit-elle la voix tremblante.

- Qu’est-ce que tu racontes ?

-Je… suis… impuissante…je n’arrive pas …j’ai…

Toshiro finis par lâcher sa tête pour lui permettre de le regarder, quand ce fut fait, ses yeux embrumés de larmes le fis tressaillir. Il posa son front sur la sien. Karin, en ressentant ce contact, d’une fraicheur réconfortante se calma.

- Calme toi, je t’écouterais ensuite.

-TAICHO ! s’exclama Matsumoto en entrant dans la salle. Ho, excusez-moi, j’interromps quelque chose ?

- Tu n’interromps rien, dit Toshiro sur son éternel ton froid tout en se relevant et lui faisant face. Que se passe-t-il ?

- On se retrouve à la clinique Kurosaki.

-Très bien en route. Dit Karin larmes séchées.

Elle tremblait toujours, faiblement presque imperceptiblement, sauf que cela n’échappa pas au jeune capitaine. Matsumoto lui souris et la pris dans ses bras pour lui prouver son contentement quant au fait qu’elle soit saine et sauve. A la suite de ca tous trois se dirigèrent vers la clinique Kurosaki. Une fois arrivé, Karin fut happée par sa sœur à l’étage.

- Comment ça va ? lui demanda Yuzu encore sous le choc.

- Je fais aller…

- Mais c’est qu’il tas frappée !! s’écria Yuzu en  regardant le bleu sur la joue de sa sœur.

- Je sais…

- Mais, Karin !? Qu’est ce qui s’est passé le bas ? Je vois bien que quelque chose ne vas pas.

- ….

- Parle !! Sinon…

Elle ne finit pas sa phrase car sa sœur s’était réfugiée dans ses bras en pleur.  Le fait de voir sa sœur ainsi pleurant facilement, depuis quelque jour la rendait inquiète sur son état de santé.  Elle resserra son étreinte.

- Si tu ne peux pas en parler ce n’est pas grave… on sera la quand tu en auras besoin.

Karin se détacha de sa sœur un petit sourire aux lèvres.

- Merci…j’ai juste besoin de digérer.

Elle se dirigea vers l’escalier pour descendre.

- Qu’est-ce que tu vas faire ?

- j’ai pu, grâce ou à cause de ces personnes me décider sur ce que je veux faire. Je vais vous en faire part.