Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • My boss and I (Mon patron et moi)
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : érotique - romance
    Délai de soumission : 30/09/2020
  • La journée avait bien commencé
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : 2 000 - 4 700 sec
    Genre : policier
    Délai de soumission : 15/07/2020
  • Romance paranormale
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : romance - fantastique
    Délai de soumission : 24/12/2020
  • Repas de famille
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 5 000 - 10 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 14/07/2020
  • Des Astres humains
    Éditions Le Grimoire
    Nb de signes : 20 000 - 40 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 01/09/2020
  • Entrez dans la cour de l'imaginaire 2021
    Rroyzz Editions
    Nb de signes : 300 000 - 600 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Une fumée épaisse recouvrait le village
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : < 3 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 20/06/2020
  • Ado et jeunes adultes
    Marathon Editions
    Nb de signes : > 350 000 sec
    Genre : enquête - suspense - young adult - réaliste - thriller - policier - noir
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Célibataire sans enfant
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2020
  • Halloween
    Les Éditions Octoquill
    Nb de signes : 200 000 - 400 000 sec
    Genre : épouvante - bit-lit - fantastique
    Délai de soumission : 30/06/2020

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 550 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

Topp Dogg

ONE SHOT - TOPPDOGG.
[Histoire Terminée]
Auteur: GangBangster Vue: 1207
[Publiée le: 2015-04-24]    [Mise à Jour: 2016-02-28]
13+  Signaler Yaoi (HxH)/Erotique/Tranche de vie/Lemon/PWP Commentaires : 7
Description:
Voilà un regroupement de tous mes one shot avec Toppdogg.
Les chapitres sont des histoires indépendantes les unes des autres, ça ne sert à rien non plus d'attendre une suite puisque ce seront souvent des PWP. En gros, c'est une suite de lemon avec des pairings différents, je ne m'attarderais jamais trop sur l'histoire autour du lemon.

Bonne lecture ~
Crédits:
Les Topp Dogg s’appartiennent. Le reste est le fruit de mon imagination perverse.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

+ 18 ; Xenissi - piano

[4362 mots]
Publié le: 2015-11-07Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Me voilà avec quelque chose que je trouve différent de ce que j'écris habituellement ! J'ai écris une histoire plutôt longue je trouve pour les OS habituels que je ponds, et en plus je ne shippe pas du tout le xenissi... En espérant qu'il vous plaise ~

Bonne lecture.


Shin Jiho venait de finir les cours. Il était dans une très grande école de musique privée, seuls les meilleurs pouvaient espérer être accepté. Et les plus aisés, aussi.

Sa spécialité, c’était le piano. Son seul point faible : le trac. Une fois que son professeur Kim Taeyang le laissait seul devant les multiples touches, il perdait tous ses moyens. Or, il avait été désigné par ce même professeur pour représenter l’école dans un concours de niveau national. Dans trois mois, ce serait la finale, il avait passé les sélections haut la main, mis à part le trac qui l’avait bloqué à la demi-finale, il s’en était incroyablement bien sorti jusque là.

Bien que son emploi du temps officiel dans cette école indiquait qu’il était libre de rentrer chez lui, il se dirigea vers la salle de musique B. Elle se situait au second étage du bâtiment principal, il se traîna avec nonchalance le long des couloirs qui se vidèrent d’élèves vu l’heure avancée de l’après-midi.


Kim Taeyang était assis en face de son collègue et accessoirement meilleur ami, Park Sehyuk. Ce dernier enseignait la basse, il n’avait donc pas beaucoup d’élèves et souvent il tuait le temps dans la salle des professeurs. Taeyang n’hésitait jamais à aller s’assoir avec lui, son ami était drôle et compréhensif, pile ce dont il avait besoin en ce moment. En effet, un léger souci ne quittait pas sa tête. Un élève, le meilleur de sa classe, en qui il avait mis tous ses espoirs, était sur le point de passer un grand concours national de piano, mais le trac l’empêchait de jouer. Taeyang s’éclaircit la gorge tandis qu’il rangeait ses partitions dans sa mallette. Il allait être en retard pour le cours particulier qu’il avait imposé à son élève. Sehyuk leva les yeux vers lui, et profitant du fait que la salle soit vide il lança au châtain :


« Tu vas voir Jiho ?

-Je vais lui donner un cours. »


Sehyuk sourit en coin.


« Un cours de piano ou d’éducation sexuelle ? »


Cette remarque lui valut un coup de mallette sur le haut du crâne, il jura en se frottant le front.


« Aïe Taeyang ! Tu m’as fait mal.

-Ne sois pas idiot, je ne me tape pas mes élèves, moi. Ce pauvre Sangkyun ne sait vraiment sur quel spécimen il est tombé !

-Il n’y a aucun mal à se taper des jeunes de temps en temps, mon petit Taeyang. Tu devrais t’ouvrir à de nouvelles choses. »


Sehyuk savait que son collègue était éperdument amoureux de son élève, cela se sentait. Mais Taeyang ne voulait pas se l’avouer, alors Sehyuk le poussait à bout certaines fois. Il était sûr que Jiho tomberait à son tour dans les bras de Taeyang et que ces deux vivraient une histoire aussi fusionnelle que celle qu’il vivait actuellement avec Kim Sangkyun, l’un de ses élèves. Leur histoire à eux avait commencé lors d’un concert que Sehyuk avait donné à un bar, un soir. Il avait invité son étudiant, qui s’était pointé tout souriant devant la scène… Et après le show, Sehyuk n’avait pas pu attendre de démarrer la voiture afin de ramener sa conquête chez lui, ils l’avaient fait sauvagement sur la banquette arrière du professeur, derrière le bar. Depuis, ils se voyaient en secret, et c’était très physique entre eux. Sangkyun n’avait jamais autant progressé à la basse qu’en ce moment, en plus. D’une pierre deux coups. C’est ce que Sehyuk se tuait à dire à son ami, mais Taeyang passait outre ses remarques.


Jiho entra dans la salle de musique, vide. Il s’assit devant un piano à queue noir, et attendit son professeur, qui rentra quelques minutes plus tard, légèrement essoufflé. Il s’excusa de son petit retard et vint s’asseoir à côté de son élève. Celui-ci s’était décoloré les cheveux la veille, et les avait presque blancs, faisant ressortir sa mâchoire saillante, au grand damne du professeur qui se faisait violence pour ne pas la fixer trop longtemps. Il avait envie de l’explorer de sa langue, tout en dérivant le long de son cou, sa pomme d’Adam…


« Monsieur ? »


Taeyang reprit ses esprits et tourna la tête sur la droite. Son élève le fixait avec de grands yeux, la bouche légèrement entrouverte. Il était terriblement mignon, Taeyang s’éclaircit la gorge.


« Euh, oui ? Qu’y a-t-il ?

-Le Requiem de Mozart n’est-elle pas une partition vue et revue ? demanda une seconde fois le blond.

-Sûrement. Mais tu dois aussi présenter une composition libre, et pour cela, nous allons la travailler ensemble. Le Requiem ne sera qu’une mise en bouche pour les juges. Tu les impressionneras avec notre composition.

-Vous en êtes sûr ?

-Bien sûr, tu es mon meilleur élève, Jiho. Tu progresses énormément et très vite. Tu es capable d’apprendre une partition en moins de deux, je ne me fais pas de soucis là-dessus. »


Le professeur sourit légèrement à son élève. Il remarqua que ses joues prirent une teinte rosée.


« Je ne sais pas si je suis capable de jouer devant un tel nombre de personnes.

-Tu veux devenir pianiste, oui ou non ?

-Oui. Mais j’ai le trac.

-Sais-tu d’où provient ce fichu trac ? Demanda Taeyang en fixant son élève.

-Non, je ne pense pas. »


Le châtain planta son doigt en plein milieu du front du plus jeune, qui fut surpris.


« De là, Jiho. C’est dans ta tête. Tu n’as aucune raison d’être stressé de jouer du piano étant donné que tu maîtrises parfaitement l’instrument. »


Taeyang s’arrêta. Il venait de dire une phrase qui, dans un contexte déplacé, pouvait vraiment porter à confusion. Le sourire qui s’étalait sur les lèvres du blond n’arrangeait rien à l’ambigüité de la situation, et Taeyang se crispa. Il décida de se lever et de faire les cent pas autour du piano. Il mit ses deux index sous son menton et fixa ses pieds. Son élève craqua ses doigts, attendant l’autorisation de commencer à jouer.


« Aller, je t’écoute pour ce Requiem. »


Les doigts de Jiho martelèrent les touches avec grâce, ses pieds appuyaient quand il le fallait sur les pédales. Cela donna la chair de poule à Taeyang. Alors que son élève en était à la moitié de la composition, plusieurs fausses notes arrivèrent, faisant relever sa tête au professeur qui jura. Jiho arrêta de suite et fixa l’entrée de la pièce. Park Sehyuk avait ouvert la porte et se tenait appuyé contre le chambranle, les bras croisés. Il feint un air surpris :


« Oh, pardon, je ne voulais pas déranger, mais je passais dans le couloir et… Ce que j’ai entendu m’a plu. Alors je voulais savoir qui jouait merveilleusement bien du piano comme ça. »


Jiho baissa la tête, gêné, tandis que Taeyang invita Sehyuk à venir s’assoir sur une chaise, contre un mur.


« C’est bien, que tu sois là Sehyuk. Jiho, voilà Park Sehyuk, il enseigne la basse ici. Sehyuk, Shin Jiho. Aller, reprends depuis le début. »


Jiho lança un regard à Sehyuk, puis se remit à jouer. Ce fut mieux, mais pas aussi parfait que Taeyang l’espérait. Il réprima légèrement son élève tout en essayant de le rassurer. Peu importe qu’il soit seul, avec un professeur ou une salle remplie, il devait absolument jouer de la même manière qu’il jouait avec Taeyang. C'est-à-dire parfaitement, à donner des frissons, à faire monter les larmes aux yeux. L’élève écoutait les conseils précieux de son professeur, qui faisait exprès d’ignorer le regard persistant de Sehyuk qui se baladait de Jiho à Taeyang. Jiho reprit une fois de plus le Requiem, Taeyang était resté derrière lui. Il surveillait la position de ses doigts, de ses pieds sur les pédales… Rien à dire, cette fois-ci Jiho avait réussi haut la main. Taeyang sourit à la fin de la prestation et Sehyuk applaudit.


« Taeyang ne m’avait pas menti lorsqu’il me parlait de toi en tant que son meilleur élève ! »


Jiho rougit vraiment cette fois-ci, il se cacha la tête de ses mains. Taeyang fit les gros yeux à Sehyuk, qui rit légèrement. Le brun se leva afin de s’approcher du piano. Il donna une tape amicale dans le dos de Jiho en l’encourageant une derrière fois et fila de la pièce, prétextant devoir peaufiner un morceau à la basse pour son groupe de musique qui serait bientôt en représentation.


Jiho attendit les prochaines instructions de son professeur. Ce dernier alla s’assoir à une table, de l’autre côté de la pièce où il étala quelques compositions, ainsi que des feuilles spéciales pour écrire ses compositions dessus. Il invita le blond à le rejoindre. Il s’assit à la table à côté, et ils commencèrent à réfléchir à une partition qu’ils prendraient pour modèle. Ils la modifieraient ensembles afin que Jiho la présente à la fin du trimestre devant les juges.

Taeyang et lui était arrivé à la conclusion qu’aucune partition ne faisait l’affaire, et donc ils allaient la créer de toutes pièces.


« Cela implique une masse de travail plus importante, Jiho. En as-tu conscience ?

-Absolument. Je veux représenter l’école, gagner ce concours et permettre à l’école de gagner encore plus de notoriété qu’elle n’a déjà. Je pense qu’elle doit beaucoup à ses professeurs. »


Taeyang retint son souffle. Venait-il d’entendre un compliment du plus jeune ? Il tourna la tête afin de regarder son élève et son cœur rata un battement. Jiho le regardait tendrement avec un sourire franc sur les lèvres. Taeyang sourit à son tour, il ne pouvait faire autre chose.


« Merci, murmura-t-il. Mais on ne prend que les meilleurs, il y a donc aussi une part de tes félicitations qui doivent être adressés aux élèves. »


Jiho hocha les épaules.


« Sans professeur nous ne serions rien. J’ai eu de la chance d’être accepté ici, j’aime beaucoup vos compositions.

-C’est gentil.

-Pour moi, c’est une chance de travailler avec vous monsieur. »


Taeyang sursauta lorsque son regard se posa sur l’horloge murale. Vingt heures trente. Ils venaient de passer plus de deux heures à jouer du piano et à réfléchir à une partition.


« Oh mon dieu, Jiho, tu as vu l’heure ? Tes parents doivent s’inquiéter ! Rentre chez toi.

-Mes parents sont en déplacement. Et demain, nous sommes samedi, j’avais prévu de dormir le matin. Je pensais que nous travaillerions plus longtemps.

-Tu serais libre demain pour travailler la composition ?

-Toute la journée. J’ai un piano chez moi, si vous voulez.

-Comme tu préfères. J’en ai aussi chez moi. »


Taeyang ne revint pas de ce qu’il venait de dire, et dans quel pétrin il s’était fourré. Déjà, Jiho était son élève, c’était assez osé qu’ils puissent se permettent l’un l’autre de rentrer dans leur maison respective, c’était étrange et ça avait une connotation intime. Ensuite, Sehyuk, s’il venait à l’apprendre, en profiterait pour énerver le châtain, avec ses remarques déplacées sur la relation qu’il devait faire évoluer entre lui et son élève Jiho. Enfin, si l’administration du lycée découvrait qu’ils se voyaient le week-end, cela pourrait être interprété comme du favoritisme. Et si leur relation venait à devenir vraiment intime, là, Taeyang était sûr de perdre son boulot.


« Venez chez moi si cela nous vous dérange pas, proposa Jiho. Voilà mon adresse. On se dit quatorze heures, monsieur ? »


Taeyang prit le papier sur lequel Jiho avait marqué son adresse et son numéro de téléphone.


« Le numéro c’est au cas où vous auriez un empêchement. Ou si vous vous perdez en route. »


Son élève sourit, Taeyang hocha la tête.


« A demain, Jiho. Repose-toi bien.

-Merci monsieur, à demain. »


Le lendemain matin, la sonnerie incessante de son téléphone portable réveilla Taeyang, bien trop tôt à son goût. Il était à peine huit heures du matin.


« Allo ? dit-il d’une voix pâteuse, s’autoproclamant idiot du siècle pour n’avoir pas vérifié le numéro avant ; c’était Sehyuk et il n’avait aucune envie de lui parler.

-Taeyang ! Enfin ! C’est la quatrième fois que je t’appelle !

-Je dormais, crétin.

-Le crétin est devant chez toi, il attend que tu viennes lui ouvrir. »


Taeyang raccrocha au nez du brun en jurant et soupirant plus que nécessaire. Il se leva, enfila un tee-shirt noir simple, et se dirigea à l’entrée de sa petite maison. Son vieux jogging gris et ses cheveux en bataille firent rire Sehyuk lorsque le châtain lui ouvrit la porte. Sehyuk avait acheté deux donuts et deux cafés comme petit-déjeuner. Cette petite attention fit plaisir au professeur de piano mais il savait que ce n’était pas par pureté de cœur. Ils s’installèrent dans la cuisine.


« T’es pas avec Sangkyun, toi ?

-Non, je vais le chercher ce soir, il dort chez moi après.

-Dormir, répéta Taeyang en ricanant.

-Sentirais-je de la frustration en toi ? Demanda Sehyuk en riant. Tu ne l’as pas pris sauvagement contre le piano ?

-Il était ouvert.

-Pardon ?

-Le piano, précisa le châtain sous le regard amusé de son collègue. Pas Jiho.

-Oh, quelle déception. Tu vois, t’as un avantage à être prof de piano : une fois fermé, tu peux allonger ta conquête dessus et lui faire faire ses vocalises.

-Sehyuk… C’est mon instrument de travail. »


Sehyuk hocha les épaules.


« Ne me dis pas… Commença Taeyang, puis il soupira. Une basse, vraiment ?

-C’était son idée, mais y’avait rien de bien excitant là dedans… Mis à part Sangkyun en lui-même, c’était plutôt… Ennuyant. Le frottement des cordes ça fait mal…

-Je ne veux pas entendre un seul mot de plus, sinon je te vire de chez moi.

-Pardon. Mais cela fait tellement longtemps que tu es célibataire, Taeyang, comment fais-tu ? Sur quel site te touches-tu ? Si tu veux j’ai de bons films sur mon ordi !

-T’es lourd quand tu t’y mets, tu le sais ça ? Je n’ai pas envie de me mettre en couple.

-Dongsung te trottine toujours en tête ? »


A l’évocation de son ex petit-ami, Taeyang se renfrogna.


« C’était un con, infidèle et imbu de lui-même, Taeyang. Tu mérites mieux. Et pour ça, je ne vois personne d’autre que cet innocent petit élève qui a des étoiles dans les yeux quand tu es dans les parages. Je parle de Jiho si tu n’avais pas saisi.

-Merci Sehyuk, j’avais compris. Ecoute, lâche moi la grappe, je suis assez grand pour m’occuper de moi, ok ?

-Je te vois juste vieillir seul et malheureux, tu vas devenir tout flétri et impuissant plus vite que tu ne le penses.

-Merci de me passer les détails.

-On a déjà un quart de siècle, Taeyang. Niveau conquête, réellement, qui as-tu mis à part Dongsung ?

-Personne.

-Fonce sur Jiho, vu son regard, il ne te résistera pas cinq minutes. Et je sais que tu l’apprécies.

-Effectivement, il est mignon. Mais je dois m’occuper de son concours.

-Et de son cul ! »


Sehyuk rit très fort à cette blague douteuse, tandis que Taeyang but une gorgée de son café en assassinant l’autre du regard. Sehyuk arrêta soudain de rire et écarquilla les yeux.


« Attends, ne me dis pas que tu veux que ce soit lui qui s’occupe de ton cul ? »

Le voilà reparti de plus belle, riant à gorge déployée.


« Quoique tu es bien trop fainéant pour dominer, petit papy, ajouta-t-il une fois calmé. En fait, j’ai du mal à t’imaginer à l’acte.

-Tu n’as pas besoin de te torturer l’esprit à ça. Je vois Jiho cet après-midi. »


Le brun s’étouffa en avalant de travers un bout de sa pâtisserie.


« Pardon ? ET TU NE M’AS RIEN DIT JUSQUE LA ?! hurla-t-il.

-Je savais que tu allais être lourd avec ça.

-Allons dans ta chambre, voir ce que tu mettras ! »


Jiho trépignait d’impatience, son professeur allait arriver d’un instant à l’autre. Il ne savait pas comment s’habiller, il avait alors opté pour un sweat noir simple, un jean bleu clair très serré, troués aux genoux et aux cuisses, ainsi que sa paire de converses noires habituelles. Il avait nettoyé la maison de fond en comble, il avait fait les courses, au cas où son professeur aurait un petit creux… Il avait tout prévu. La sonnerie retentit, il sursauta et marcha rapidement jusqu’à la porte. Après l’avoir ouverte, il salua son professeur et l’invita à rentrer. Le châtain avait abandonné son habituel costume qu’il assortissait toujours d’une cravate pour un sweet gris de la marque obey avec un jean noir et des baskets Nike noires, blanches et rouges. L’élève détailla pendant quelques secondes son professeur qu’il ne pensait pas aussi décontracté. Il invita le professeur à le suivre dans la pièce à vivre où ils s’assirent sur le canapé. Taeyang sortit les feuilles sur lesquelles ils allaient écrire la partition finale, tandis que Jiho allait chercher un plateau sur lequel il disposa deux verres, et plusieurs coupelles remplies d’amuses gueules.

Ils passèrent quelques heures à écrire cette composition, tout en grignotant et en sirotant leur verre. Puis vient le moment pour Jiho de l’apprendre. Il la lut et relut, sous le regard attentif de Taeyang. Une fois qu’il se sentit prêt, ils allèrent dans la pièce qui contenait le piano. Il était blanc, à queue, ouvert, posé en plein centre de la pièce. Il devait valoir une fortune, pensa Taeyang en l’analysant.


Le professeur s’assit sur une chaise, à côté de son élève sur le tabouret. Il le fixa, mais Jiho ne bougeait pas. Il restait planté là, les doigts au dessus des touches, les yeux immobiles plantés sur la partition.


« Peut-être devrais-je la jouer avant ? proposa Taeyang.

-Oui, peut être… »


Jiho se poussa du tabouret à deux places, sans pour autant se lever. Ce qui obligea Taeyang à se coller à lui. Taeyang suivit la partition des yeux, il jouait, il y mit tout son cœur. Ce n’est que lorsqu’il eut fini qu’il entendit les sanglots de son élève, à côté.


« Jiho ? Mais… ?

-C’est tellement beau… Je ne serais jamais capable de jouer cette partition aussi bien que vous, je ne ferais qu’un simple massacre.

-Tu dis n’importe quoi. Tu manques juste de confiance en toi. »


Le grand blond vint planter son regard larmoyant dans celui du châtain qui eut le cœur brisé. Inconsciemment, il avait déjà pris le visage de Jiho dans ses mains, et ses lèvres étaient déjà scellées aux siennes. Lorsqu’il s’en rendit compte, il sursauta, rougit de honte, et recula, lâchant le visage de son élève.


« Excuse-moi, je ne voulais pas… »


Jiho sourit, ses larmes commençant déjà à arrêter de couler.


« J’ai cru que ça n’arriverait jamais !

-Pardon ? Fit Taeyang, perplexe.

-Monsieur, mon trac s’installe lorsque vous n’êtes pas là. La seule chose qui me motive à jouer du piano en réalité, c’est vous. C’est votre concentration inébranlable lorsque j’aligne quelques notes, c’est votre implication dans le fait de me faire progresser… Votre talent que vous me transmettez tous les jours… Sans vous, je panique, lorsque je sais que vous n’êtes pas là, prêt de moi pour m’écouter, je perds mes moyens, je ne pense qu’à vous. »


Le cœur de Taeyang battait la chamade, il ne savait pas quoi faire. Il ne s’attendait pas du tout à ça. Surtout que le sourire de Jiho changea, de timide, il passa à … Carnassier. Il dévisagea son professeur en mordant sa lèvre inférieure.


« Je veux que vous soyez mien. »


Cette phrase fut le signal déclencheur dans le cerveau de Taeyang : il plongea sur son élève afin de l’embrasser. Sa langue se balada d’abord sur les lèvres fines de l’élève, qui était déjà à bout de souffle, mais qui ouvrit quand même légèrement la bouche. Ceci permit à Taeyang d’explorer la bouche du plus jeune plus profondément à l’aide de sa langue. Ses mains glissaient le long du dos du blond, il souleva son sweet, et profitant de se séparer pour reprendre son souffle, lui enleva complètement. Il regarda quelques instants le torse fin mais néanmoins musclé du blond avant de fondre sur ses boutons de chair qu’il tortura d’une main ou avec ses dents. Jiho en profita pour se lever légèrement, faire pivoter Taeyang face au piano et il s’assit sur ses cuisses, le chevauchant.

Taeyang abandonna le torse de Jiho pour le contempler. Il était magnifique, ses prunelles avait rétréci, lui faisant perdre l’air innocent qu’il portait habituellement. Le blond projeta à terre le sweet de Taeyang, et tira sur sa tignasse afin qu’il bascule sa tête à l’arrière. Un baiser fougueux s’en suit puis Jiho partit explorer de sa langue le cou et la mâchoire de son professeur. Ce dernier bouillonnait déjà à l’intérieur, il avait tellement de fois fantasmer sur cet être qui était en train de compresser son entre jambe entre ses cuisses. Un coup de hanche du plus jeune le fit gémir. Il devait absolument passer à la vitesse supérieure.

Taeyang stoppa Jiho, il le releva et défit son jean, déjà déformé d’une bosse significative. Il libéra la virilité de Jiho d’un coup, enlevant à la fois le jean et son boxer. Jiho ferma le clavier sur les touches du piano, tandis que Taeyang se levait à son tour et se déshabilla lui aussi. Les voilà nus, face à face, en train de se toiser du regard. Taeyang se mit à genoux devant le blond, qui s’agrippa au piano. Ayant recouvert les touches avec le boîtier, aucune touche ne put produire de bruit. Seuls les bruits de bouche de Taeyang qui s’affairait sur le membre du plus jeune emplirent la pièce, bientôt rejoints par les gémissements de Jiho.

Alors qu’il sentait l’élève se durcir, Taeyang arrêta, coupant net les cris de plaisirs du plus grand. Le châtain se releva. Tout en embrassant son vis-à-vis, ils pivotèrent pour échanger leur position. Taeyang était désormais assis au bord du piano, et Jiho se collait à lui, entre ses jambes. Leurs extrémités se touchèrent, ce qui les fit gémir à l’unisson.


« Accélère, chuchota Taeyang.

-O-oui, monsieur. »


Jiho prit en main le membre de Taeyang qui ne demandait qu’un peu d’attention et tout en lui prodiguant des coups de poignets secs et rapides, il vint caresser de son autre main libre l’entrée du châtain, qui se languissait sous ces multiples contacts.


Alors qu’il sentait un doigt entrer en lui, Taeyang se cambra, s’empalant un peu plus dessus. Un cri rauque suivit cette action, qui provoqua une vague de chaleur dans le corps des deux hommes. Jiho ne tarda pas à rajouter un deuxième doigt dans le corps de son professeur, puis un troisième. Sentant l’impatience de l’autre atteindre son comble, qui essayait de cacher ses gémissant en mordillant la peau du blond, Jiho arrêta tous ses gestes. Taeyang rouvrit les yeux, soudainement frustré, et regarda Jiho, qui présenta son membre contre l’anneau de chair de l’autre. D’une main, il souleva une cuisse du plus vieux, et de l’autre il tint sa virilité pour l’insérer en Taeyang qui gémit vraiment fort.


Les yeux mis clos de son professeur plantés dans les siens, sa tête renverse en arrière, avec sa bouche entrouverte, était vraiment la chose la plus excitante que Jiho n’ait jamais vue. Il grogna en commençant à donner quelques coups de reins, le châtain se détendait lentement mais sûrement. Il mit sa seconde main sous la deuxième cuisse de Taeyang, le relevant un peu plus, et pu s’introduire plus profondément en lui, pour le plus grand plaisir du pianiste confirmé. Ce dernier se cambrait contre le corps de l’élève, qui avait déjà perdu pied. Il n’avait jamais ressenti de telles sensations.


Du côté de Taeyang, il ne savait plus où donner de la tête. Jiho était doux, mais déterminé, pas comme Dongsung qui avait l’habitude d’être violent et de ne s’occuper que de son petit plaisir. Même s’il sentait de légères hésitations de la part de son élève, Taeyang le laissait mener la danse. Il le remplissait de plus en plus, faisant augmenter le volume de ses gémissements. Il toucha enfin la boule de nerfs si sensible dans les entrailles de Taeyang, qui lâcha un cri aigu. Jiho en profita pour s’extraire de son partenaire avant de le pénétrer sans ménagement. Taeyang se laissa tomber contre le torse du blond, à bout de force. L’autre continuait son petit manège, prenant un malin plaisir à torturer le plus vieux.


« S’il te plaît, supplia le plus petit.

-Oui, monsieur ?

-Arrête de jouer avec moi… Je n’en peux plus.

-D’accord, monsieur. »


Taeyang sentit les mains de son élève empoigner ses hanches, et voilà qu’il enchaîna des coups de butoirs de plus en plus puissants. Leurs gémissements se transformèrent en cris, le claquement des fesses de Taeyang contre les cuisses du blond rythmait cet échange bestial tandis qu’ils grimpaient tous les deux vers leur point de non retour.

Lorsqu’ils l’atteignirent, ce fut ensemble, dans un concert de cris. Taeyang se libéra entre leurs deux ventres et Jiho vint en lui. A bout de souffle, les deux amants restèrent ainsi quelques longues minutes, histoire de reprendre un rythme cardiaque normal.

Taeyang laissait son front contre le torse de Jiho, qui lui regardait la chevelure désormais en bataille de son professeur sous lui. Le plus vieux leva le regard, et croisa celui du blond.


« Merci, monsieur, murmura Jiho.

-Merci à toi, Jiho. Concernant ton problème de trac, je ne vois vraiment pas d’où il peut venir. »


Le blond rit légèrement avant de reculer pour attraper son boxer et l’enfiler.


« J’aurais juste besoin que vous soyez là, lorsque je jouerais.

-Je ne suis jamais loin. Je suis toujours dans les coulisses, Jiho.

-Mais je ne peux pas vous voir.

-Alors il suffira que je me mette de l’autre côté des coulisses, face à toi. Dès que tu quitteras la partition des yeux, tu me verras.

-Cela ne va pas me déconcentrer ?

-Nous verrons lors du concours. »


Taeyang se leva pour s’habiller à son tour. Jiho proposa à Taeyang de rester dormir, cette nuit. Comme ça, demain, ils pouvaient vraiment commencer à travailler la nouvelle partition, et cette nuit, refaire travailler leurs vocalises.

Commentaire de l'auteur J'attends des avis, étant donné que je ne sais pas si ce style d'écriture de ma part vous plaît.
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales