Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1483 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

Super junior

Farm Boy & City Boy
[Histoire Terminée]
Auteur: DreamBIG Vue: 3936
[Publiée le: 2015-10-19]    [Mise à Jour: 2016-07-24]
13+  Signaler Yaoi (HxH) Commentaires : 22
Description:
" J'ai raison et tu as tort"

Incapables de se comprendre mutuellement, les deux jeunes hommes vont pourtant devoir se supporter le temps de quelques corvées à la campagne, au risque de d'avoir à se côtoyer plus longtemps que prévu.
Mais seront-ils en mesure de vivre ensemble sans créer d'étincelles?
[EunHae]
Crédits:
Les personnages s'appartiennent à eux-mêmes, mais l'histoire est à moi.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Farm Boy & City Boy 7

[7242 mots]
Publié le: 2016-01-15Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Vous pouvez me détester, me haïr ou encore plus pour avoir été si en retard pour poster ce nouveau chapitre, je vous l'autorise! MAIS (parce qu'il y aura toujours un mais!) je tiens tout de même à me défendre pour attirer votre pitié! Alors premièrement, j'avais commencé la rédaction de ce chapitre depuis au moins trois bonnes semaines, et je l'avais terminé quatre voire cinq jours après. J'avais décidé d'attendre avant de le poster, histoire de ne pas trop vous désillusionner. Mais finalement, je me dis que j'aurai dû le faire car le chapitre a disparu. Nulle part, ni dans mes documents ni dans ma corbeille. Il a juste disparu, comme ça, sans me prévenir. Alors j'avoue que j'ai été vachement déçue. Pas que je le trouvais super, mais j'avais vraiment passé du temps chaque soir pour vous offrir un chapitre un peu plus long que tout les autres. Alors quand je l'ai perdu, pour être honnête, j'étais un peu énervée contre moi-même car j'aurai dû y faire attention. Et du coup, par la suite, je n'étais pas vraiment motivée pour remarquer l'entièreté du chapitre, surtout que j'ai été très occupée ces deux dernières semaines et que c'est pour cette raison que je l'avais écrit en avance. Mais bon, j'ai pris mon mal comme je le devais avant hier, et c'est pour ça que je vous annonce que le chapitre est finalement là! ^^ Je ne sais pas trop comment il est à vrai dire, j'ai un peu peur de préféré celui qui s'est fait la malle sans me demander mon avis, mais de toute façon je n'ai pas trop le choix! ^^

PS: pour me faire pardonner de vous avoir fait autant attendre, je vous réserve une surprise (enfin deux si vous êtes curieux vous aussi XD)

PS 2: je suis très en retard pour ça aussi, mais BONNE ANNÉE ET BONNE SANTÉ!!!

#Countryside#

 

 

Donghae réfléchissait à beaucoup de choses, beaucoup de trop choses. Dans un premier temps, il avait cru détester Hyukjae pour son arrogance, mais aussi pour son appartenance à la ville. Mais bien que son regard n’ait pas vraiment changé sur ce dernier point, il ne pouvait s’empêcher de se demander si cette arrogance n’était en réalité qu’une simple façade, qu’un simple bouclier. Bien sûr, il n’avait aucune idée concernant ce dont Hyukjae devait vouloir se protéger en agissant ainsi, mais il était certain que cela devait être une bonne raison. Enfin, il l’espérait car, bien qu’ils ne se portent pas vraiment dans leur cœur, Donghae voulait vraiment se persuader que l’argenté n’était pas une mauvaise personne. C’est pour cela qu’il devenait de plus en plus intrigué par cet être venu de nulle part. Au tout début, il avait été intrigué par sa prestance, cet air de gros dur qui lui filait presque la chair de poule. Et maintenant ? Ce qui l’intriguait maintenant, c’était ce côté sensible et terriblement détruit que l’argenté laissait paraître à certains moments. Après tout, Hyukjae pouvait se montrer vulgaire, puis doux comme un agneau le jour suivant. Le brun n’avait jamais eu l’occasion de lui en parler puisque les deux jeunes hommes n’entretenaient pas une relation digne des plus grandes amitiés. Et peut-être aussi que, même s’il n’avait rien à perdre, Donghae n’avait pas le courage d’aborder le sujet. En réalité, il était très curieux de savoir ce qui faisait devenir son colocataire aussi faible et impuissant, mais lui-même se voyait mal aller le voir ni vu ni connu pour le questionner. Pourtant, ne valait-il mieux pas un crétin imbu de lui-même qu’un jeune homme dévasté par une douleur inconnue ? Mais Donghae ne pouvait se résoudre à lui en parler, surtout que Hyukjae était imprévisible, le brun en ayant déjà payé les frais. Et même s’il semblait s’être adoucit avec le temps, ramener ce sujet qui semblait lui faire tant de mal était-elle réellement une bonne idée ?
Si jamais Donghae avait pu se rapprocher de lui, le mettre en confiance et l’amener à parler de lui-même, tout cela aurait été beaucoup plus simple. Seulement, l’argenté s’obstinait à l’ignorer un peu plus chaque jour.
Donghae se répétait sans cesse le moment où il l’avait vu revenir, alors que le brun avait passé la journée à s’inquiéter de sa disparation. Il l’avait vu, à demi dévasté et à demi heureux, sans raison apparente. Le brun doutait de l’avoir vu sourire, mais il aurait juré avoir vu une lueur nouvelle dans les yeux de l’autre. Une lueur qu’il ne lui connaissait pas. Et malgré son questionnement, il n’avait eu le droit qu’à un « Je suis allé voir des enfants ». Et puis d’abord, de quels enfants voulait-il parler ? Quel lien ces enfants avaient-ils avec Hyukjae pour réussir à ajouter de l’éclat à son regard ne serait-ce qu’un instant ? Aussi loin qu’il s’en souvienne, jamais sa grand-mère ne lui avait parlé d’enfants, pour le peu d’informations qu’il lui avait demandé.

Le brun devait commencer de sérieuses enquêtes, rien que pour savoir qui étaient ces fameux enfants. Il était sûr et certain qu’ils avaient une place spéciale dans le cœur de l’argenté. Alors pour découvrir cela, il devait découvrir la vie de Hyukjae, découvrir ce qui se trouvait dans ce mystérieux carnet noir. Certes, il avait pensé abandonner, mais en y repensant jour après jour, sa curiosité concernant Hyukjae avait tellement grandi que Donghae était prêt à mettre en œuvre tous les moyens possible pour découvrir ce qui mettait Hyukjae dans un tel état.

En parlant du loup, le brun le vit faire des allers-retours entre la cuisine et l’étage depuis maintenant presqu’un quart d’heure. Donghae étant étalé sur le canapé devant les dessins-animés, et essayant tant bien que mal de mettre un plan en place dans sa tête trouver le carnet noir sans se faire attraper, il pouvait entendre des sons provenir de la pièce à manger dès que Hyukjae y mettait un pied. Il était donc facile de comprendre que sa grand-mère était également dans la cuisine, à moins que Hyukjae ne soit devenu fou et décide de se faire la conversation tout seul. Au-delà du fait de vouloir savoir de quoi les deux parlaient en son absence, il voulait aussi savoir pourquoi Hyukjae avait l’air de se ratatiner sur lui-même dès qu’il sentait le regard de Donghae sur lui. C’était comme s’il n’osait pas regarder dans sa direction, comme s’il s’abstenait de relâcher la pression quand il se retrouvait dans la même pièce que le brun. Donghae ne faisait pas peur, si ? A moins que Hyukjae ait été traumatisé la fois où le brun n’avait pu retenir son poing ? Non, et puis l’argenté lui avait bien fait comprendre qu’il n’était simplement pas en état de répliquer.

Ni une ni deux, il sauta du canapé pour rejoindre la doyenne dans la cuisine, histoire d’en apprendre un peu plus sur son mystérieux colocataire.

Il regarda intensément sa grand-mère un instant, plissant les yeux comme s’il la suspectait de quelque chose. Elle ne semblait pas réagir, surement trop habituée à ce genre de scène venant de son petit fils.

-          Bon, Donghae, qu’est-ce que tu veux me demander à la fin ?

-          Hm, toussa-t-il pour la forme. Dis…tu voudrais pas m’en dire un peu plus sur Hyukjae ? se rendant compte de la voix mielleuse qu’il avait prise inconsciemment, il se reprit. Enfin j’veux dire…tu sais quoi…pas que ça m’intéresse mai-

-          Et bien dis donc, tu es bien curieux, rigola la doyenne en ébouriffant affectueusement les cheveux du brun.

-          Ça veut dire que tu veux bien ? souri-t-il de toutes ses dents, plein d’espoir.

-          Bien sûr que non voyons, tu es juste adorable mon bébé ! Mais ce n’est pas à moi de t’en parler, je ne l’ai jamais forcé à m’en parler.

Donghae fit la moue, tentant par la même occasion de faire craquer sa grand-mère. Pourtant, il savait bien qu’elle était tout aussi têtue que lui l’était. C’était perdu d’avance dans cette famille de toute façon.

-          Je vais y al- commença le nouvel arrivant.

Hyukjae rentra une énième fois, un petit sourire timide aux lèvres en commençant sa phrase. Pourtant, ce sourire se fana lorsqu’il remarqua la présence de Donghae dans la cuisine et il baissa automatiquement la tête en s’arrêtant en pleine phrase. Le brun de le détailla de la tête aux pieds, remarquant qu’il était vêtu de vêtements de ville. Pourtant, il lui semblait que quelque chose manquait…

-          Je suis venu vous dire que j’y allais, dit-il dans une petite voix à peine compréhensible.

-          Très bien, vas-y, prends tout le temps dont tu as besoin, l’encouragea la doyenne.

L’argenté lui adressa un autre sourire timide pour la remercier tout en prenant soin d’éviter le regard de Donghae. Il sortit ensuite en vitesse de la cuisine, se dirigeant très certainement vers l’entrée pour enfiler son manteau et ses chaussures.

Toujours en regardant la porte de la cuisine qui s’était refermée sur l’argenté sans que le brun ne puisse réagir, ce dernier reprit conscience en se retournant vivement sa grand-mère pour la questionner de nouveau.

-          Il va où ?! s’exclama-t-il, lui-même surprit par le ton qu’il avait utilisé.

-          Il m’a demandé s’il pouvait avoir une journée de libre pour aller régler quelque chose en ville, répondit-elle simplement.

-          Tu veux vraiment pas me dire de quoi vous parliez avant qu’il parte ? Alleeeeer ~

-          Vas donc prendre une bonne douche, tu vas devoir travailler pour deux aujourd’hui ! le sermonna gentiment la vieille dame.

Donghae grogna en bougeant frénétiquement sur sa chaise comme un gamin de cinq ans. Il écouta pourtant sa grand-mère et se leva pour aller dans la salle de bain, marmonnant des protestations dans sa barbe. Et puis, au-delà de vouloir assouvir sa curiosité, il en voulait à Hyukjae de partir encore une fois. Il allait encore devoir faire sa part de travail, sachant que l’argenté ne ferait pas « d’heures supplémentaires » pour le remercier en retour.

Il grommela encore une fois sous la douche, trop obstiné pour lâcher l’affaire aussi facilement.

-          Et puis zut hein ! On me dit jamais rien à moi ! Où est-ce qu’il est partit encore ?!

Il continua de frotter son corps pour se laver, puis profita encore quelques instants de l’eau chaude qui coulait sur lui. Il ferma les yeux et laissa ses pensées s’évader, histoire de penser à quelque chose. Il sentait qu’il allait vraiment se mettre en colère si on le laissait encore une fois de plus à l’écart.

Tout un coup, il releva la tête en ouvrant en grand les yeux, trop heureux de sa trouvaille. Certes, il avait décidé de penser à autre chose, mais il ne pouvait pas vraiment enlever tout ça de sa tête. Et voilà qu’une idée géniale venait de germer dans son esprit.

-          Son collier ! s’écria Donghae.

Voilà ce qu’il manquait à Hyukjae : son collier. Depuis un moment déjà, le brun était intrigué par ce pendentif que portait l’argenté, le trouvant absolument magnifique et mystérieux en forme de petite clé. Mais maintenant qu’il y repensait, il ne l’avait pas vu le porter aujourd’hui, alors qu’il semblait mettre un point d’honneur à l’avoir sur lui. Et en creusant encore un peu plus dans sa cervelle, Donghae se souvenait parfaitement que le carnet de Hyukjae était renfermé dans une petite boîte. Il n’avait plus qu’à trouver cette fameuse petite clé et vérifier s’il s’agissait bel et bien de celle qui lui ferait découvrir tous les secrets de Hyukjae. Et cela se révélait plus facile que prévu aujourd’hui, Hyukjae n’étant pas là et sa grand-mère ne mettant jamais un pied à l’étage.

A présent en bonne forme, se vantant mentalement de son intelligence hors norme, Donghae se dépêcha de sortir de la douche et commença à siffloter et sautiller partout dans la salle de bain en s’habillant.
Entendant sa grand-mère faire du bruit à l’étage du dessous, il prit ça comme un consentement silencieux pour rejoindre discrètement la chambre de son colocataire. Il se planta devant la porte, l’ouvrant doucement en lançant des petits regards sur la totalité de la pièce, histoire de s’assurer que ce n’était pas une mauvaise blague et que Hyukjae était réellement parti.

A peine eut-il posé sur regard sur le bureau qu’il vit un petit pendentif brillant, ce qui attira son regard. Il trouvait ça gros, que Hyukjae l’ait laissé en plan, aussi en évidence, puis il fini par se dire qu’il devait simplement l’avoir oublié – il n’en était pas sûr, car Hyukjae semblait y tenir comme à la prunelle de ses yeux.
Il prit l’objet dans sa paume, observant longuement la petite boîte du coin de l’œil. Il hésitait ; allait-il le faire, ou allait-il reprendre ses esprits et ne pas s’immiscer dans la vie privée de l’argenté ?
Il aurait largement préféré ignorait tout ça, mais son esprit le poussait à vouloir découvrir tout ça, il était tellement curieux à son sujet.

Lentement, il plaça la petite clé dans la serrure du petit coffre, la tournant vers la gauche afin de la déverrouiller. Il se sentait mal de devoir faire ça pour en savoir plus sur Hyukjae, mais on ne lui laissait pas vraiment le choix, tout le monde le laissait hors de la confidence.
Il ouvrit le couvercle, découvrant ce même carnet noir qu’il avait vu pour la première fois aux côtés d’un jeune homme dévasté par une douleur sans nom. La première fois qu’il avait vu les sentiments réels du décoloré.
Donghae le prit délicatement dans ses mains, comme s’il avait peur de briser quelque chose de plus dans le cœur de Hyukjae, et alla s’asseoir sur le bord du lit proprement refait. Lentement, il ouvrit la première page, appréhendant finalement de connaître la vérité.

Des dizaines de « Hyung » gribouillés. Une écriture torturée. Celle de Hyukjae.

 

 

#City#

 

-          Oh ! Hyukjae ! ça faisait longtemps, alors comment tu vas ? s’enthousiasma un grand brun aux yeux sournois.

-          Hm, répondit-il, emmitouflé dans son épaisse écharpe. Je…enfin vous savez, j’ai dû y aller…

-          On sait mon p’tit lapin, s’égosilla un châtain aux cheveux mis-long,  mais c’est pour te faire comprendre qu-

-          Tais-toi Heechul ! le frappa le grand brun. Laisse-le un peu tranquille avec ça ! Bon, on va se boire un café ?

Après avoir marché plusieurs minutes pour rejoindre le café dans lequel ils avaient l’habitude de se rejoindre avant, ils commandèrent et un blanc s’installa rapidement. Au bout de quelque temps, l’argenté prit la parole.

-          J’suis désolé les gars, c’est de ma faute…

-          Arrête Hyuk, t’y es pour rien du tout, c’est ton père qu’est comme ça !

-          Quand bien même Siwon, il est comme ça à cause de moi, c’est de ma faute s’il vous interdit comme à moi de continuer… Heechul pense pareil ! lança l’argenté sur le ton de l’évidence.

Une soudaine envie prit le dénommé Siwon de frapper son voisin de table, autant pour la connerie qu’il venait de sortir que pour son excuse qui n’avait pas lieu d’être.

-          C’est la campagne qui te rend stupide ? s’exclama Siwon de vive voix.

Hyukjae sourit faiblement. Pourtant, lui-même ne saurait dire s’il était sincère ou simplement amer. Il avait comme une grande impression de ne pas être à sa place. Ni ici, ni là-bas. Mais il n’avait nulle part d’autre où aller, peu importe où il irait, il finirait forcément par se retrouver mal dans cet endroit. Parce que peu importe où il tenterait de se cacher, ses souvenirs qu’il avait tant cherché à oublier reviendraient le hanter, le feront souffrir, s’amuseront à le torturer.

-          Vous savez…j’arriverai à le faire changer d’avis… murmura Hyukjae en touillant inlassablement son chocolat chaud.

Tous prirent une gorgée de leur boisson chaude, profitant du silence qui pesait lamentablement sur eux à ce moment là. Et dire qu’il y avait peu de temps, ils auraient tous rigolé aux éclats, se moquant ouvertement de tout ce qui les entourait. Aujourd’hui, par les excuses de Hyukjae, chacun avait compris que rien ne serait réellement comme avant, que tout était peut-être terminé pour eux. Car Heechul se lassait vite de l’ennui. Car Siwon devenait sérieux. Car Hyukjae ne serait plus jamais la même personne. Ils avaient tous changés, contre leur gré, sans rien avoir demandé. Ce n’était certainement pas leur faute, seulement celle de la société qui les avait vu et fait grandir ainsi.

-          Je vous demande juste d’attendre encore un peu plus…

*****

Il était finalement là, une fois de plus, se tenant devant cet ancien bâtiment. A vrai dire, il ne savait même pas pourquoi il se trouvait là. Peut-être pour se donner courage…

-          Hyung ! Pourquoi on est là ?

-          Parce que les enfants sont innocents, ils partageront leur courage avec toi quand tu en auras besoin !

Du courage… Il n’en avait plus. Il avait tout perdu à ce moment-là, il n’avait plus été capable de voir le monde sous une belle couleur. Il avait dit adieu à tout ces bonnes choses, il était entré dans le monde des grands. Seul.

Il se dirigea vers l’entrée, ouvrit la grande porte, et prit directement la direction du dortoir. Il savait qu’à cette heure là, les enfants dormaient encore. Il savait aussi qu’à cette heure là, il trouverait Taeyeon dans cette petite salle où ils dormaient. Alors sans toquer, il s’infiltra silencieusement dans la pièce, toussant un peu pour montrer sa présence à la jeune femme. Cette dernière sursauta, surprise d’être interrompu dans sa réflexion de cette façon. Dès qu’elle le reconnu, un énorme sourire s’afficha sur son visage, heureuse de le revoir. Elle savait parfaitement que sa présence ici illuminerait grandement la vie des petits, même si ce n’était que pendant quelques heures.

Elle se leva, et l’invita à sortir de la salle pour pouvoir parler plus librement avec lui. S’il était là, c’était parce qu’il y avait une raison, elle le savait.
Ils s’assirent dans des fauteuils, non loin de la salle, avant que Taeyeon ne prenne la parole en première, son sourire toujours aux lèvres.

-          Que nous vaut ta visite ? Tu sais que les enfants vont être tout excités quand ils vont te voir ici en se réveillant ?

Cela eut le don de faire sourire Hyukjae à son tour, comme s’il se sentait protégé lorsqu’il était là. Il connaissait Taeyeon, la considérait comme une grande sœur, et il savait très bien qu’elle le connaissait aussi très bien. S’il était là, c’était parce qu’il y avait une raison, elle le savait. Alors il ne passa par quatre chemins, il voulait avoir le temps de profiter de sa présence ici pour oublier un peu avant de se jeter dans l’arène.

-          Je vais aller voir mon père… souffla-t-il, presque excédé par ce qu’il allait faire lui-même.

-          Oh…pour quelles raisons ?

Il savait qu’elle ne demandait pas ça par curiosité mal placée, elle était réellement très inquiète quand il s’agissait de ça. Alors malgré le fait qu’il ne veuille pas en parler, il savait pertinemment qu’elle le comprendrait.

-          Pour les garçons. Ils sont privés de vivre leur passion par ma faute, je ne peux pas leur retirer ça. Je vais lui demander d’arrêter ça, puisque je suis parti…

-          Tu sais que ça ne changera rien, pas vrai ? Tu le connais Hyukjae, regarde ce qu’il a fait à Lee-

Elle se tut directement, sûre d’être allée trop loin dans ses propos.

-          Je suis désolée, se reprit-elle immédiatement, tu viens là pour déstresser et je te parle de ça, elle rigola nerveusement, se triturant les doigts.

-          Tu me connais trop.

Il lui sourit gentiment.
Et pourtant, elle savait que ce n’était pas une bonne chose. Elle avait compris depuis longtemps maintenant que Hyukjae était quelqu’un de très secret, très discret en ce qui le concernait. Il n’aimait pas parler de lui, et elle était persuadé qu’en savoir trop sur sa personne ne lui plaisait pas. Ce sourire, elle le comprit comme une limite.

Tu auras ce sourire, parce que tu ne peux pas aller plus loin. C’est ta limite, ma barrière à respecter, ce fossé à ne pas traverser, cet obstacle à ne pas franchir. Sinon, je vais tomber.

-          Je vais aller chercher les enfants, ils seront contents de te voir. Ils se reposeront plus tard, lui dit-elle en lui adressant un énième sourire, l’encourageant silencieusement.

Silencieusement, parce qu’elle savait tout aussi bien qu’il se briserait de nouveau en sortant de ce bâtiment. Silencieusement, sans un bruit, rien que pour lui.
Cinq minutes plus tard à peine, Hyukjae entendait déjà les cris de joies provenir de la grande pièce aménagée avec une dizaine de lit. Et dans le même temps, plusieurs tignasses en désordres lui sautèrent au cou, visiblement très heureuses de pouvoir passez une journée avec lui.

-          Allons, allons les enfants, n’allez pas le casser ! rigola Taeyeon en revenant aux côtés du jeune homme.

Et comme si ces paroles avaient pu s’avérer être vraies, les enfants s’étaient décalés, permettant à l’argenté de respirer. Ils avaient réellement eu peur de le casser. Si Hyukjae avait mal à cause d’eux, il ne voudrait plus jamais revenir les voir parce qu’ils auraient été méchants.

-          Oppa ! Oppa ! Tu viens pour jouer avec nous ? Parce que tu nous aimes ? Pas vrai, oppa ? Hein, oppa ?!

Et pour la première fois de la journée, Hyukjae sourit de bon cœur. Parce qu’ils arrivaient vraiment à l’aider à aller mieux. Il se sentait bien ici, et il aurait tout fait pour pouvoir stopper le temps et rester avec ces petites crapules. Mais c’était malheureusement impossible.
Il prit la petite brune sur son dos, et attrapa deux autres enfants qu’il calla entre ses deux bras. Il commença à tourner sur lui-même, ce qui fit rire les enfants. A tour de rôle, il joua avec chacun d’entre eux, tous impatient de recevoir de l’attention du jeune homme.

Ici, il était apprécié à sa juste valeur. Ici, il était apprécié parce qu’il était lui. Et peut-être qu’ici, il était apprécié parce qu’il était quelqu’un.

Je vous promets de revenir bientôt. Il leur avait promis, sachant très bien qu’il ne serait pas capable de revenir avant un long moment. Il s’en voulait. Pour ne pas les décevoir maintenant, il leur avait menti pour plus tard.

*****

Il savait pertinemment qu’il ne devrait pas être là. Et si ce n’était pas pour ses amis, il aurait préféré ne jamais avoir à remettre un seul pied dans cette immense maison.

Il avança, la tête baissée, parce qu’il savait qu’il allait avoir le droit à des remontrances. Il n’avait rien fait de mal – il ne lui avait jamais rien fait de mal - , et pourtant, il allait devoir affronter ce regard réprobateur et jugeur, ce regard empli de haine et de dégoût. Ce regard que son père lui lançait à chaque fois qu’il se tenait devant lui. Alors Hyukjae avait fini par se plier, il avait peur de son paternel.

Il toqua trois coups sur la porte où se trouvait juste derrière le bureau de son géniteur. Il entendit une voix masculine et dure, celle de son père, l’autoriser à entrer. Cependant, dès que celui-ci l’aperçut, il fronça immédiatement les sourcils, près à lui jeter une remarque cinglante à tout moment.

-          Je…J-

-          Qu’est-ce qui t’amènes ici ? Tu as enfin décidé de comporter comme une personne raisonnable ? grogna le vieil homme.

-           Ne les empêche pas de danser… il chercha ses mots avant de reprendre, sur un ton tout aussi bas. S’il-te-plaît…

-          Quoi ?

-          Je suis parti, ils n’ont plus rien à faire avec moi, et c’est injuste de les priver de leur passion juste pour me punir… Je n’ai plus rien à voir avec vous non plus depuis que…qu’il est parti vous êt-

L’homme frappa le bureau de sa poigne, faisant violemment sursauter l’argenté qui sentait les larmes affluer aux bords de ses yeux.

-          Tu mérites de finir comme lui !

Ça faisait mal. Peu importe à quel point il retournait cette phrase dans sa tête, ça lui serrait le cœur fortement dans la poitrine. Il avait envie de pleurer, de prendre ses jambes à son cou, de partir le plus loin possible de cet endroit. Mais ses membres ne voulaient pas faire ce que leur ordonnait son cerveau, il était complètement déconnecté d’avec la réalité. Il se repassait sans cesse ces atrocités, celles que son propre père venait de lui jeter vulgairement au visage. Celui qui lui avait donné la vie avait souhaité sa mort.

Il se courba, comme pour montrer son respect. Seulement, il tentait vainement de cacher ses larmes qui dévalaient à une vitesse impressionnante sur la moquette de la pièce.

-          C’est pour ça que je l’ai fait partir, un homme n’est pas une tapette !

Hyukjae se sentait brisé. Il était considéré comme un moins que rien, comme un monstre, un inhumain. Il n’était pas considéré, il devait simplement mourir. Il devait s’ôter la vie pour lui prouver son courage ? Si jamais son père avait su tout le courage qu’il avait dû rassembler pour se présenter devant lui après tout ça, il ne lui aurait jamais parlé ainsi. Il l’aurait aimé comme son fils, il l’aurait chéri comme la prunelle de ses yeux, il aurait eu envie de le garder auprès de lui. Seulement, il le renvoyait, le plongeait plus bas que terre, il l’enterrait.

 

 

#Countryside#

 

 

HyungHyungHyungHyung
Pourquoi ? Pourquoi tu m’as fait ça ? Tu n’avais pas le droit ! Je te déteste ! Je vous déteste tous !
Reviens je t’en supplie, ne me laisse pas seul… Hyung…. Par pitié…

J’ai tellement mal, je veux partir moi aussi… Tu aurais dû m’emmener loin avec toi…
Viens me chercher par pitié, j’ai l’impression de mourir…
Je t’aime tellement… Pourquoi bordel ?! Pourquoi à moi ? Tu ne m’aimais pas ?!
Reviens ! Hyung

Je peux pas continuer sans toi, c’est trop dur…
J’ai besoin de toi…
J’aurai dû te protéger, j’aurai dû partir à ta place !
Reviens ! Je vais partir, je te le promets ! Je vais partir à ta place, et tu pourras vivre heureux !
Hyung s’il-te-plaît…
Je suis tellement désolé…

 

 

Je l’ai refais…
Les gars ont voulu m’arrêter, mais tu sais très bien à quel point j’ai mal…
Je ne le referai plus, promis Hyung ! Plus jamais je ne prendrai cette merde…
Tu dois être déçu de moi, je n’ai pas pu m’en empêcher…
Mais j’en avais besoin, pour oublier un peu… Pour t’oublier l’espace d’un instant…
J’ai mal quand je pense à toi…
Est-ce que c’est parce que je t’aime trop ? Tu me manques…
Je veux pouvoir être dans tes bras, comme avant…
Ce n’est pas possible, pas vrai ?
Je suis trop bête, parfois j’ai l’impression que tu es encore là, que je suis encore collé à toi…
J’aimerai que ce soit vrai, que mon cœur ne me fasse pas aussi mal…

 

 

Des dizaines et dizaines de pages, griffonnées, à moitié déchirées, parsemées de trace d’eau salée, d’une encre effacée par un ouragan de sentiment. Certaines pages semblaient brûlées aussi…
Un carnet rempli d’une douleur insoutenable. Donghae l’avait lu, il avait compris. Il ne savait pas qui c’était, mais cette personne avait détruit Hyukjae en partant. Cette personne était en partie responsable de ce qu’était devenu l’argenté. Le brun pouvait parfaitement s’imaginer le regard rempli de perles salées de Hyukjae, il pouvait très bien s’imaginer ce jeune homme détruit.
Donghae en était bouleversé, mais même s’il s’en voulait d’avoir fouillé dans la vie privée de l’argenté, il ne regrettait pas. Il venait d’en apprendre plus sur son colocataire, de mauvaises choses principalement, mais cela en valait la peine. Il le comprenait un peu mieux maintenant. Non, en fait, même sans savoir ce qu’il s’était réellement passé pour le rendre ainsi, le brun le comprenait. Il s’étonna d’ailleurs lui-même de faire preuve d’autant de compréhension. Dans un sens, il ressentait de la pitié pour Hyukjae, car peu importe de qui il s’agissait, personne ne méritait vraiment de se retrouver dans cet état. Et sans s’en rendre compte, son cœur se serra un instant lorsqu’il s’imagina perdre la personne la plus importante dans sa vie. Surtout que l’argenté semblait tenir vraiment beaucoup à ce fameux « hyung », ce dernier avait dû recevoir tellement d’amour de la part de Hyukjae.

A présent qu’il avait découvert ça, Donghae était persuadé qu’il ne pourrait pas faire comme si de rien était. Il était curieux de nature, sachant très bien que cela n’était pas forcément une bonne chose dans toutes les circonstances, et très mauvais menteur qu’il était, il était sûr et certain de vendre la mèche au principal concerné dès que celui-ci rentrerait.

Pour se vider un peu l’esprit et éviter de repenser à tout ce qu’il venait de découvrir – si découvrir la douleur de son colocataire l’avait troublé, il n’en restait pas moins qu’il devait tout de même faire deux fois plus de travail par sa faute, même s’il savait pertinemment que dès que Hyukjae repartirait, sa routine redeviendrait la même également.
Il descendit les escaliers, passant devant sa grand-mère avec un grand sourire innocent plaqué au visage. Il se dépêcha de revêtir son gros manteau pour s’enfuir vers la grange après avoir entendu la doyenne se questionner à son sujet. « Qu’est-ce qu’il a encore fait ? » avait-il pu entendre, question à laquelle il aurait aimé répliquer qu’il ne faisait jamais rien de mal, en tant que bon petit fils exemplaire et très sage. Seulement, lui-même savait qu’il se mentait en s’imaginant comme le parfait petit garçon.

 

 

Un grand bruit fit sursauter le brun, l’interrompant dans son sérieux face à son travail. Il se retourna vivement, faisant ainsi face au regard meurtrier que lui lançait l’argenté.

-          Ah…tu es rentré ? lui demanda-t-il, plus étonné par sa présence que par sa colère évidente.

Hyukjae se précipita vers lui, et si l’argenté ne l’avait pas brutalement poussé sur le sol, Donghae aurait juré avoir remarqué dans ses yeux rouges une lueur indescriptible mêlée à une vague d’eau salée.

-          Tu t’fous d’ma gueule ?! hurla Hyukjae, au bord du meurtre, et tapa dans le mur avec son poing, lui arrachant de la peau au passage ce qui le fit saigner quelque peu.

Il attrapa Donghae par le col de son manteau, et le releva. A ce moment-là, Donghae avait peur. Pas de Hyukjae, mais plutôt du fait qu’il ait tout découvert avant qu’il n’ait pu lui expliqué ce qu’il s’était passé.
Les phalanges de l’argenté blanchissaient à vue d’œil, elles auraient pu se briser sous la force affreuse que Hyukjae utilisait pour transmettre tout son énervement. Il était tellement en rogne, tellement en colère contre Donghae. Il n’avait jamais détesté quelqu’un plus qu’à cet instant. Pas même son père. Tout ça parce que son père avait la décence de ne pas se mêler de sa vie privée, à l’exception prêt qu’il ne le considérait plus comme son fils.

-          De quel droit t’as fait ça enfoiré ?! Hein ?! Réponds-moi espèce de pauvre con ! il criait, hurlait à  s’en déchirer lui-même les tympans.

Et sa gorge le brûlait déjà sous l’intensité de sa voix. Il avait mal, mais il avait encore plus mal au cœur, comme si Donghae venait de lui arraché d’un coup, sans pitié, sans aucune compassion à son égard.

-          Je te déteste tellement ! Ne t’approche plus jamais de moi, ne t’avise plus jamais de rentrer dans cette chambre, tu m’entends, plus jamais tu ne touches à ce qui m’appartiens ! Tu…tu me dégoûtes tellement, Donghae

Et Donghae, lui, ne savait pas quoi dire. Il ne savait pas quoi répondre, parce qu’il savait que Hyukjae avait raison, il savait très bien qu’il était celui en tort cette fois. Ou alors, il n’osait rien répondre, parce que même dans un moment pareil, Hyukjae l’avait appelé par son prénom. Donghae était stupide, naïve, trop curieux, trop lunatique parfois aussi, et bien qu’il ait voulu remettre Hyukjae à sa place dès l’instant où celui-ci s’était mis à lui crier dessus, il se trouvait dans l’incapacité de le reprendre. Parce qu’il l’avait appelé par son prénom, parce qu’il avait eu l’impression que Hyukjae le détestait vraiment, qu’il le poignardait pour lui montrer à quel point lui aussi l’avait blessé. C’était comme s’il avait appelé comme ça pour lui prouver que jamais ils ne pourraient s’entendre, pour instaurer une énième barrière entre leur deux monde, pour mettre fin à une amitié qui n’avait jamais réellement vu le jour.

Alors il regretta. Pas seulement d’avoir été impulsif en fouillant dans les affaires du décoloré, mais principalement pour ne pas être capable de s’excuser. Oui, il était incapable de lui demander pardon. Il l’aurait tellement voulu, seulement, une part de lui continuait de penser qu’il avait fait le bon choix, car il avait pu apprendre des choses sur lui, parce qu’il avait pu le comprendre.
Et même si Hyukjae le détestait en ce moment même, Donghae le comprenait. Il le comprenait, parce qu’il savait qu’au fond, l’argenté ne s’exprimait que par la douleur. Ce dernier ne le détestait pas d’être curieux, ni d’avoir fouillé dans ces affaires, il le détestait parce qu’il le connaissait à présent faible. Il le détestait parce qu’il se haïssait lui-même.

Sans crier gare, Hyukjae lui échappa, courant vers la sortie. Donghae ne l’avait pas vu venir, mais il ne l’avait pas vu partir pour autant. Tout c’était passé trop vite. Trop vite à son goût, car il aurait aimé pouvoir lui dire pourquoi il avait fait ça. Il se fichait de la colère de Hyukjae, lui aussi était en mesure de s’énerver – et faire preuve de violence s’il le fallait – mais il était incapable de décrypter le regard de l’argenté. Colérique ? Enervé ? Irrité ? Triste ?...Déçu ? Peut-être qu’au final, Hyukjae avait été déçu de savoir que quelqu’un le connaissait. Déçu parce que Donghae ne s’était pas défendu, parce qu’il n’avait pas réagit.

 

 

 

#City#

 

Cela faisait trois jours que Hyukjae restait là, allongé comme un moins que rien sur ce petit lit miteux, sortant uniquement sur les coups de minuit, voire une heure du matin. Il allait boire, se bourrer, pour oublier que quelqu’un le trouvait minable. Puis il revenait, quatre ou cinq heures plus tard, dans cet hôtel délabré de la ville, ivre mort. A chaque fois, il manquait de perdre connaissance, au bord du gouffre. Et malgré l’alcool qui lui vrillait le crâne et l’estomac, il se refusait de tout ressortir. S’il vomissait, cela ne servait à rien. Il voulait se bousiller la foi, avoir une occasion d’agir comme un stupide ivrogne. Il voulait se sentir prendre feu de l’intérieur, pour occasion l’impression de mourir petit à petit. Il le méritait, son paternel le lui avait dit. Et en plus de ça, une personne de plus le trouvait minable. Il était persuadé que Donghae avait pitié de la pauvre vie de merdeux qu’il vivait. Il avait tout découvert après tout, il devait tellement rire de sa faiblesse maintenant. Hyukjae imaginait très bien le brun rire aux éclats, se moquant ouvertement de sa détresse. Et rien que pour ça, il voulait le rejoindre. Il se refusait de pleurer. Il l’avait déjà trop fait en arrivant ici, il ne voulait plus avoir l’air aussi minable. Il aurait voulu qu’il soit fier de lui, il aurait voulu être fort pour lui.

Aujourd’hui encore, il était dans cette boîte de nuit, accoudé au comptoir en attendant sa onzième boisson alcoolisée. Il y allait voir, demandant des liqueurs de plus en plus fortes. Il s’étonnait tout de même de ne pas être tombé raide mort sur le sol crasseux de la discothèque. Peut-être s’était-il amélioré après tout, suite à ses précédentes visites.
Le barman se contentait de lui donner boissons sur boissons, ne se préoccupant aucunement de l’état déplorable de son client. L’un récupérait l’argent et faisait son métier, l’autre le lui donnait pour qu’il l’aide à se laisser crever.

C’était beau après tout, une sorte d’entente silencieuse.

Vers quatre heures du matin, Hyukjae fut mit à la porte. Il commençait à crier des choses incompréhensibles¸ à pousser quiconque se mettait sur son chemin. Et il avait frappé quelqu’un. S’en était trop, alors le barman avait appelé la sécurité, histoire de ne pas effrayer la clientèle encore présente qui représentait encore une source potentielle de bénéfices pour lui.

Jeté dehors comme un moins que rien, Hyukjae se mit à déblatérer toutes sortes de vulgarités sur l’homme qui s’était fait mettre à la porte par sa faute également. Et à peine l’argenté eut-il le temps de tourner les talons qu’il sentit quelqu’un lui agripper l’épaule pour le retourner violemment. Il sentit quelque chose de dur s’abattre sur sa joue gauche, le projetant sur le sol. Il se tint l’endroit endolori, soit par le coup qu’il venait de recevoir brutalement, soit par l’alcool, il ne savait même plus. A vrai dire, il avait l’impression d’être invincible à la douleur, l’autre aurait dû le frapper dans la poitrine, au niveau de son cœur, pour avoir une chance de le blesser.

L’homme musclé se rapprocha de lui et lui attrapa le menton pour le rapprocher de lui, puis lui donna un énorme coup de genoux dans le ventre. Hyukjae se courba vers l’avant, aucun cri ne réussissant pourtant à sortir sous la violence de l’impact. Pourtant, ce coup, il l’avait bel et bien sentit. Il tomba à genoux, puis se laissa tomber sur le sol pavé de la rue sombre. Dans le fond, il aurait aimé que cet homme continu de lui faire du mal, mais son corps le suppliait déjà de l’épargner. Il s’était recroquevillé sur lui-même, recevant une dizaine de coup de pied dans les côtes, puis les jambes. Il souffrait, il avait terriblement mal, et seuls quelques gémissements parvenaient à sortir de sa bouche. Finalement, aujourd’hui, il allait surement se laisser vomir. Pas maintenant, mais son corps ne supporterait pas de se retenir encore plus longtemps.

Il ne savait pas depuis combien de temps il se faisait frapper violemment désormais, il avait arrêté de compter les secondes. Sa vue était brouillée, autant par la douleur physique que par l’alcool qui lui vrillait le crâne. Il n’était même plus sûr d’être là au final. Mais il savait que les coups s’estompaient, car il entendait des voix. Deux, tout au plus. Il reconnut celle de l’homme, qui semblait relativement calme malgré tout. Puis une deuxième voix, plus forte, comme si elle criait quelque chose. Une voix qu’il était sûr de connaître, mais qu’il avait détesté entendre sur le coup.

Puis plus rien. Il s’était endormi – ou évanouit, ça non plus il ne le savait pas. Et c’était mieux ainsi, car il ne ressentait plus rien déjà. Il avait l’impression de le rejoindre. Il souriait, parce qu’il allait le voir. Enfin…

Les deux hommes se toisaient du regard, debout l’un en face de l’autre, Hyukjae à leur pied, en plein délire. Il riait faiblement, devenu fou, et se tourna plusieurs fois sur le coup.

-          Arrête ça immédiatement, je ne sais pas ce qu’il a fait mais je vais le ramener chez lui. Je te demande pardon à sa place, annonça le nouvel arrivant d’un ton froid, autoritaire, et sans appel, se baissant en même temps en attrapant le bras de l’hystérique.

Mais l’homme baraqué en face n’était pas du même avis, alors il le repoussa en arrière.

-          Maintenant que t’es là pour aider cette merde, j’peux peut-être m’amuser avec toi aussi, déclara-t-il d’une voix enrouée par l’alcool.

-          Cherche pas mon vieux, t’es foutu.

Et le jeune homme avait frappé le premier, envoyant son poing dans la figure de son adversaire qui tomba à terre, surpris. Le nouveau n’hésita pas une seule seconde et se mit sur lui, le frappant au visage encore une fois, puis deux. A ce moment là, la sécurité de la boîte de nuit sortit en courant vers eux, se ruant presque sur le dominant pour le stopper.

-          Lâchez-moi ! cria-t-il. C’est bon !

Il se dégagea violemment de leur emprise, puis se dirigea vers Hyukjae, lançant un regard noir à l’homme qu’il venait de mettre à terre. Il se baissa, secouant l’argenté légèrement pour le faire sortir de son état comateux. Il ignora les deux gardes du corps, puis se mit à parler au corps quasi inerte en face de lui. Il l’observa un instant, remarquant sa lèvre fendue et sa joue violacée.  Il n’était pas beau comme ça.

-          Hyukjae. Hyukjae, c’est moi, Donghae.

L’argenté semblait sortir de son demi sommeil un instant, plantant un regard vide dans celui inquiet du brun.

-          Qu’es- qu’est-ce que t-

-          Un ami à toi m’a appelé, je ne sais pas comment il a eu mon numéro, mais il semblerait qu’il n’était pas en mesure de venir t’aider. Alors je suis venu, annonça-t-il doucement pour lui faire comprendre, puis le voyant replonger dans un état léthargique, il continua, aller viens, fait un petit effort et monde sur mon dos, on parlera là-bas.

 

 

#Countryside#

 

Donghae avait marché pendant une bonne quarantaine de minutes jusqu’à la ferme, l’argenté dormant profondément sur son dos. Il avait terriblement mal au dos, bien que Hyukjae n’était pas très lourd en soi. Le brun était simplement fatigué, il s’était inquiété de ne pas le voir revenir pendant tout ce temps, et il avait alors accouru lorsqu’il avait su que Hyukjae était en train de se faire tabasser. Il avait cru à une mauvaise blague au début, car il ne connaissait pas le numéro. Mais son interlocuteur paraissait tellement sérieux qu’il n’avait pu s’empêcher de demander le lieu où il devait aller chercher son colocataire.

Après avoir réussi à monter les escaliers avec beaucoup de difficultés, car le décoloré commençait à bouger sur son dos, Donghae le déposa sur le lit de sa chambre avant de retourner sur ses propres pas pour aller allumer la lumière. En se retournant, il le vit debout, le visage fermé posé sur sa personne.

-          Hyukjae, couche-toi, t’as besoin de do-

-          Ne me parle pas. Sors de ma chambre, déclara l’argenté d’une voix tremblante.

-          Et toi ne me parle pas comme ça Hyukjae. Je suis venu d’aider à quatre heures trente du matin, quatre heures putain !

-          Je t’ai rien demandé, j’ai pas besoin de ta pitié bordel ! Pourquoi t’es venu ? s’énerva l’alcoolisé. J’ai pas besoin qu’on s’occupe de moi merde, t’auras dû me laisser crever là-bas !

-          Mais putain Hyukjae tu te rends compte de ce que t’es en train de dire ?! se mit en colère le brun à son tour. Ouais, j’suis vraiment désolé d’avoir fouillé dans ta vie privée mais merde, tu crois que c’est la solution de te morfondre encore plus ?!

De là où il était, Donghae pouvait parfaitement voir les poings serrés de son vis-à-vis.

-          Tu ne sais rien de moi, lança clairement, et très calmement l’argenté.

Il était trop calme d’ailleurs, ce regard noir faisant frisonner Donghae. Il n’avait pas peur de Hyukjae, mais il avait peur pour Hyukjae. S’il n’était pas arrivé à temps, qui sait ce qu’il aurait fait. Il paraissait tellement sérieux, que le brun ne doutait même pas du fait qu’il aurait été capable de se laisser mourir en pleine nuit dans cette rue obscure.

-          Peut-être que j’sais rien de toi, mais moi j’assume ce qu’il se passe dans ma vie. T’as peut-être perdu quelqu’un, mais ta vie n’est pas fini pour autant !

-          NE PARLE PAS DE MON FRERE COMME CA ! cria Hyukjae, les larmes glissant contre son gré sur ses joues gelées et blessées.

-          Tu crois quoi Hyukjae, que t’es le seul à souffrir ? asséna Donghae, se rapprochant de Hyukjae pour le plaquer brutalement contre le mur.

Il s’en voulu de se montrer violent avec lui lorsqu’il remarqua à un rictus de douleur sur le visage de Hyukjae qui ferma les yeux sous l’impact de son dos souffrant sur le mur.

-          LACHE-MOI ESPECE DE PAUVRE CO-

Il ne finit pas sa phrase. Pas parce qu’il ne voulait pas, pas parce qu’il ne souhaité pas insulter Donghae, pas parce qu’il avait peur d’aller trop loin. Juste pour parce que le brun avait déposé ses lèvres douces sur les siennes.

Une larme de détresse coula une fois de plus sur sa joue.

Commentaire de l'auteur S'il-vous-plaît, dîtes-moi ce que vous en avez pensé, surtout pour ce chapitre là ~
Merciiii d'avoir lu ^^
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales