Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 212 lectures  - 1 commentaire [21 novembre 2021 à 14:54:06]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

SHINee

Humanoid Auteur: Evil_Keshi Vue: 9145
[Publiée le: 2014-02-10]    [Mise à Jour: 2017-07-22]
G  Signaler Romance/Drame/Yaoi (HxH) Commentaires : 97
Description:
[Jongkey]

2077. Le monde a changé et les scientifiques ont créé des humains artificiels afin d'aider les gens normaux dans leur vie quotidienne. Ils ont créé les humanoïdes.
Jonghyun était l'un d'entre eux, un humanoïde au service de la famille Kim. Une famille agréable avec un adorable enfant nommé Kibum.
Et si, avec le temps, ils découvraient que Jonghyun n'est pas le parfait robot qu'il aurait dû être ?
Crédits:
L'histoire et les quelques personnages additionnels m'appartiennent, tandis que Jonghyun et Key n'appartiennent qu'à eux-mêmes (j'ai loupé la vente aux enchères)
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Over the edge

[4812 mots]
Publié le: 2017-06-28Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Précédemment dans Humanoid : après des semaines de distance et de regrets, Kibum et Jonghyun ont enfin eu un tête à tête et une discussion sérieuse à propos de leur avenir. Sans précipiter les choses, ils acceptent de se voir comme amis et de laisser faire le temps... En convenant d'un rendez-vous amical (que Jonghyun meurt d'envie d'appeler rencard mais chuuut.)

Je crois qu'un petit rappel était nécessaire, pour ceux qui suivraient encore cette fanfic malgré le long moment écoulé depuis la dernière publication... Merci à tous ceux et celles qui sont encore là, qui n'ont pas abandonné cette histoire ni moi, qui continuent à me soutenir ici ou sur Twitter, qui ont toujours commenté cette histoire, depuis le début... C'est à vous que je dédie ce chapitre. J'espère que vous l'aimerez :)

Chapitre dix-neuf : Over the edge

Le samedi suivant et le rendez-vous de Jonghyun avec Kibum arrivèrent bien trop vite et à la fois bien trop lentement, ce qui expliquait le mélange de frustration et de nervosité chez l'humanoïde ce matin-là - au plus grand amusement et, soyons honnêtes, léger ennui d'Amber et Donghae. Jonghyun leur avait tout raconté à propos de Kibum (ou presque), incapable de se taire une fois qu'Amber lui eût innocemment demandé s'il sortait avec quelqu'un, et il avait expliqué que le blond et lui étaient de vieux amis qui s'étaient éloignés récemment, en raison de leurs sentiments que l'un avait été trop aveugle pour remarquer plus tôt et l'autre, trop déterminé à les partager à un moment inopportun.

Donghae avait levé les yeux au ciel en lui disant qu'ils n'étaient que deux idiots qui avaient bien besoin de se sortir la tête du cul - Jonghyun n'admettrait jamais qu'il avait sans doute raison - mais il leur avait également souhaité le meilleur tout en serrant l'humanoïde dans ses bras.

En cet instant précis, le jeune homme était occupé avec des clients mais il trouvait encore et toujours le temps de jeter un coup d'œil à l'horloge murale toutes les deux minutes, comme si surveiller les aiguilles allait faire passer le temps plus vite. Il avait hâte de voir Kibum mais il avait un peu peur que leur réunion soit tendue et gênante : ils s'étaient tous deux fait du mal et même s'ils voulaient régler cela et recommencer à zéro, comment savoir s'ils seraient capables de construire un pont entre eux deux ? La simple perspective d'échec fit trembler son corps d'appréhension et il lâcha maladroitement le couteau qu'il venait d'utiliser pour couper une part de tarte pour un ado.

- Ca va, Jjong ? demanda Amber en posant une main douce dans le bas de son dos.

L'humanoïde allait lui répondre mais Donghae prit la parole plus rapidement que lui et dit, sur un ton léger et taquin:

- Aaaah, le pauvre garçon est nerveux ! Détends-toi, mec ! Tout va bien se passer, tu verras.

Jonghyun lui tira la langue, conscient que c'était tout sauf mature, et son ami s'éloigna en caquetant. Amber, merveilleuse Amber, lui pressa l'épaule de façon rassurante.

- Il a raison, tu sais. Je suis sûre que tout se passera bien pour ton beau blond et toi.

- J'espère... Mais je ne peux pas m'en empêcher, Amber ! répondit Jonghyun, entre exclamation et soupir accablé, mordillant sa lèvre de ses dents tout en entrant dans la cuisine pour déposer le couteau dans l'évier. Je n'ai jamais eu un rencard de ma vie et je n'ai pas la moindre idée de ce que je suis censé faire.

Derrière lui, Amber ne pipa mot mais parut surprise, voire carrément choquée. Quand il se retourna, ne sachant pas si elle était encore avec lui, il considéra son expression et s'inquiéta aussitôt:

- Quoi ? Qu'est-ce que j'ai fait ?

- Rien, dit-elle rapidement en secouant la tête.

- Oh, allez. Je vois bien qu'il y a quelque chose qui t'ennuie. Crache le morceau.

- C'est juste que... Tu n'as jamais eu de rencard ? Pour de vrai ?

Jonghyun sentit ses joues le cuire et il baissa timidement la tête, prenant tout son temps et beaucoup de soin à nettoyer le couteau pour qu'il n'ait pas à croiser son regard calculateur. Il l'entendit émettre un son incrédule et ne put s'empêcher d'aboyer un quoi ?! défensif.

- Hé bien... Je ne peux pas croire que personne n'ait jamais tenté de se faire ton beau petit cul.

- Amber ! s'exclama-t-il, ses joues devenant complètement cramoisies. Ne dis pas ça !

- C'est vrai pourtant, est-ce que tu t'es déjà regardé dans un miroir ? Jjong, tu as des ces épaules ! Et ton torse est...

- Est-ce qu'on peut parler d'autre chose ? supplia Jonghyun avec un regard de chiot battu.

- Bon, acquiesça-t-elle en remarquant qu'il semblait vraiment mal à l'aise avec le sujet. Mais je ne comprends pas que tu n'aies jamais eu de rencard... Tu es drôle et beau, j'aurais cru que tous les mecs te bavaient dessus au lycée. Attends, est-ce que ça veut dire que tu es vier...

- Amber ! l'interrompit Jonghyun avant qu'elle ne finisse sa phrase. Je te jure, tu es la pire des...

- D'accord, d'accord, désolée ! s'exclama-t-elle rapidement, levant les mains dans une futile tentative d'apaisement. Je ne demanderai plus rien, promis !

Jonghyun lui tourna le dos pour ranger le couteau dans un des tiroirs tout en marmonnant des imprécations entre ses dents, puis il fuit la cuisine pour retourner derrière le comptoir.

Les rougeurs sur son visage commencèrent à s'estomper après un petit moment, à l'inverse de son mal-être à l'évocation de ce sujet précis. Jonghyun n'avait pas honte d'admettre qu'il était un novice en matière d'amour et honnêtement, ce n'était pas comme s'il avait eu beaucoup d'occasions de sortir avec quelqu'un : jusqu'à récemment, ses seules connaissances incluaient la famille Kim et les amis proches de Kibum, qui n'étaient pas vraiment les candidats idéaux à ses yeux. Sans parler du fait qu'au moment où Jonghyun avait récupéré ses émotions et une sorte de sensitivité humaine, plus que nécessaire pour s'impliquer avec quelqu'un de façon romantique, son cœur appartenait déjà à Kibum.

Pourtant, approcher le sujet le mettait mal à l'aise pour d'autres raisons, dont l'une était son absence de souvenirs. Amber croyait qu'il était vierge, ce qui était vrai... Dans cette vie. Mais avant ? Comment savoir ? Peut-être avait-elle raison, peut-être avait-il fait chavirer le cœur de tous les garçons - ou des filles ?

Jonghyun n'en avait pas la moindre idée puisque son premier souvenir réel lui venait de la nuit de son éveil dans le salon des Kim. Tout le reste était perdu, peu importe combien il essayait de se souvenir, et l'humanoïde avait souvent l'impression qu'une part de son identité lui avait été arrachée, comme s'il y avait un gouffre en lui qu'il ne pouvait combler.

Heureusement, cela ne le démoralisait pas toujours autant mais parfois, des commentaires innocents auxquels personne d'autre n'aurait prêté attention déclenchaient une réaction chez lui, ouvrant tout grand les portes d'un coin de son esprit qui retenait d'ordinaire ses doutes, lui donnant l'horrible sensation d'être incomplet.

Se sentirait-il jamais complet ? Comment se pouvait-il qu'après tant d'années passées à courir après lui-même et à essayer de construire sa personnalité, il ne s'était toujours pas tout à fait trouvé ?

Prenant une inspiration aussi profonde et lente que possible, Jonghyun se força à ne pas penser à cela. Cela ne servait à rien, pas vrai ? Inutile de retourner le couteau dans la plaie. Au lieu de cela, il choisit de laisser un large sourire fendre ses lèvres et il se montra très aimable avec le vieil homme qui arriva près du comptoir à cet instant, tenant dans sa main ridée celle, toute lisse, de son petit-fils. Son sourire ne vacilla même pas lorsqu'une pensée soudaine lui traversa l'esprit : s'il ne s'était pas porté volontaire pour le projet humanoïde, peut-être qu'il serait même plus vieux que cet homme-là, aujourd'hui.

Merde. Et dire qu'il ne voulait pas penser au passé.


***


Taemin retomba sur son matelas avec une plainte rauque qui trahissait le début d'un mal de tête alors qu'il détournait momentanément le regard de la silhouette holographique de Kibum, auquel il parlait depuis une demi-heure. Depuis sa propre chambre, il pouvait voir une petite partie de celle de son ami, à savoir le coin d'un lit où des vêtements avaient été jetés au hasard pendant que le blond vidait sa garde-robe.

- Kibum... essaya-t-il faiblement. Je t'assure que la première paire de jeans que tu as sortie était suffisamment bien. Pas la peine d'en faire tout un drame et de dire que tu n'as rien à te mettre.

- Mais c'est vrai ! s'écria le blond. Je ne veux pas suffisamment bien, j'ai besoin de parfait !

- Allez, quoi ! Ce pantalon moule tes fesses, qu'est-ce que tu veux de plus ? C'est pas non plus comme si tu devais séduire Jonghyun, il est déjà amoureux de toi.

- Ca ne veut pas dire que je peux débarquer dans n'importe quel pantalon débile, insista Kibum avec une grimace.

- Mais c'est même pas un rencard ! s'exclama Taemin en levant les yeux au ciel, tout en agitant les bras dans tous les sens. Vous sortez en tant qu'amis, Bum.

- Oui, pour le moment.

Taemin inspira lentement et s'exhorta au calme. Cela faisait plus de trente minutes qu'ils discutaient de ça et Kibum ne pouvait toujours pas se décider quant à sa tenue : tout ce qu'il trouvait dans sa chambre était soit trop simple pour un rendez-vous ou bien convenait mieux à des boîtes de nuit qu'à une balade dans Namsan. Sérieusement, que pouvait y faire Taemin quand Kibum refusait systématiquement toutes ses suggestions ? Le pauvre garçon ne savait plus que faire pour aider. Il préférait largement traiter avec Minho, même quand son petit-ami voulait simplement avoir son avis sur la couleur de son boxer - mais bon, ils finissaient tous les deux nus au lit ensuite donc ça rendait le tout bien plus agréable que d'écouter Kibum se plaindre de tous ses vêtements.

- Taemin, tu es toujours avec moi ? demanda Kibum avec suspicion en apercevant l'expression rêveuse de son ami.

- Quoi ? Oui, oui, bien sûr.

Le jeune homme retint difficilement un gloussement à la vue du blond qui se rembrunissait mais avant que Kibum puisse se lancer dans un monologue sur l'amitié, le soutien constant et autres, Taemin lui fit rapidement remarquer que s'il voulait arriver à l'heure à Namsan, il ne lui restait que vingt-cinq minutes.

- Quoi ?! Merde !

Leur appel holographique s'acheva brusquement et Taemin s'étouffa de rire dans son oreiller.


***


Les premières minutes furent si gênantes que Jonghyun se demanda brièvement si ce rencard - enfin, cette sortie entre amis, dut-il se rappeler plusieurs fois afin de ne pas faire quelque chose de regrettable comme, disons, embrasser Kibum à nouveau - était une bonne idée. Ils se lançaient continuellement des regards, détournant vite les yeux lorsque leurs iris se croisaient... Ce qui se produisit deux fois. Ils regardèrent ailleurs avec un petit rire embarrassé et l'humanoïde dut se retenir de se frapper le front.

Vite, il fallait qu'il trouve quelque chose à dire pour briser la glace au lieu de continuer avec cet épais silence alors qu'ils se promenaient dans Namsan côte à côte. Ne parle pas de la météo, s'ordonna-t-il, ce n'est pas du tout original, ne parle pas de la mé...

- Je crois qu'il va pleuvoir, constata soudain Kibum, levant des yeux inquisiteurs vers le ciel et les nuages qui s'aggloméraient effectivement au-dessus de leurs têtes.

L'humanoïde étouffa un rire discret et toussa, récoltant un sourcil haussé de la part de son ami, auquel il signifia de ne pas s'inquiéter avec un petit geste de la main.

- Marchons encore un peu, proposa-t-il, ensuite peut-être qu'on pourrait rentrer chez moi et regarder un film ?

- D'accord, répondit Kibum, secrètement satisfait d'avoir une nouvelle opportunité de se rendre chez Jonghyun.

Il était curieux de voir les changements qui avaient été apportés à l'habitation, de voir si l'humanoïde s'installait pour de bon et créait son petit nid. Si Jonghyun devait vivre loin de lui (aussi loin qu'on puisse aller tout en restant à Seoul), au moins Kibum voulait-il s'assurer que son ami ne manquât de rien.

- Alors... tenta Jonghyun avec hésitation après quelques secondes supplémentaires de silence, pensant qu'il avait finalement trouvé un bon sujet de conversation. Comment ça se passe, à l'école ?

- Hé bien, commença Kibum en haussant les épaules, c'est notre dernière année alors on essaie de trouver ce qu'on fera après... La fac, tout ça...

- Des idées ?

Jonghyun haussa un sourcil quand Kibum rougit et tritura la fermeture éclair de sa veste; cela ressemblait à un oui et l'humanoïde attendit avec un sourire patient aux lèvres que le blond se décide à partager ses pensées.

- Je pensais... que j'étudierais peut-être bien l'architecture.

Le sourire de Jonghyun s'agrandit légèrement. Architecture... Bien sûr. Kibum avait toujours été créatif après tout ; il était certain qu'il aimerait dessiner des maisons et des designs spéciaux.

- En fait, c'est à cause de toi, reprit soudain Kibum en rougissant furieusement mais sans se rétracter, laissant les mots s'enfuir rapidement comme s'il avait été tenu de les dire, même contre sa volonté. J'aimerais créer quelque chose de... moderne mais basé sur un style rétro.

- Rétro ? répéta Jonghyun, pas tout à fait certain de ce qu'il devait comprendre - comment était-il impliqué là-dedans ?

La peau pâle de Kibum, bizarrement, devint encore plus rouge et il murmura doucement, assez haut cependant pour être entendu au-dessus du bruit de la foule autour d'eux :

- Oui, début des années 2000. Il se pourrait bien que j'aie recherché des infos sur toi et ton époque, ajouta-t-il dans un marmonnement indistinct que Jonghyun ne saisit que parce qu'il se pencha un peu. Et j'ai vraiment aimé ce qu'ils construisaient à ce temps-là.

Jonghyun ne réalisa qu'il était en train de sourire que lorsque ses joues se mirent à lui faire mal mais même alors, il ne cessa pas de sourire comme un idiot. A dire vrai, il ne connaissait rien du tout à l'architecture mais la simple idée que Kibum se soit intéressé à lui, à sa vie d'avant, à ses origines, lui réchauffait le cœur... Tant et si bien qu'il ne sut que répondre à cela et il ne se sentit jamais aussi reconnaissant envers le ciel qu'à cet instant, quand il se mit finalement à pleuvoir, causant un grognement chez Kibum qui, bien qu'il portât une veste, n'avait pas de capuchon pour se protéger.

Jonghyun tenta de ne pas penser à des baisers sous la pluie, même s'il trouvait cette idée très séduisante et romantique - il serait totalement capable de faire dans la romance, si on lui en laissait l'occasion - et au lieu de céder à ce désir qu'il ressentait à cet instant, il saisit la main de Kibum et se mit à courir, riant lorsqu'il sauta accidentellement dans une flaque et éclaboussa son ami, le tirant à travers les rues pour l'emmener chez lui.


***


Ils se retrouvèrent sur le canapé de Jonghyun, des serviettes serrées autour de leur tête pour essayer de sauver ce qu'ils pouvaient de leurs cheveux, et Kibum s'interdit de considérer un Jonghyun trempé comme un mignon petit chaton à moitié noyé.

Ils décidèrent de regarder un film et la gêne entre eux, qui s'était amenuisée tandis qu'ils étaient à l'extérieur, essayant d'éviter (ou non) les flaques, revint soudain avec une vigueur renouvelée.

Avant... Avant le baiser, la gifle et tout ce qui avait mal tourné entre eux, ils avaient pour habitude de regarder la télévision ensemble, ensemble au sens de vautrés l'un sur l'autre. Mais... Bon. Tout bien considéré, Jonghyun décida de ne pas initier quoi que ce soit : il avait mis Kibum mal à l'aise par le passé en raison d'un contact physique, alors il ne voulait pas recommencer. L'humanoïde laisserait le blond revenir vers lui à son propre rythme, peu importe le temps qu'il faudrait pour cela. Résultat, ils étaient tous deux assis, très droits, chacun à un bout du canapé.

Ils en étaient à la moitié de Jurassic World, un vieux film avec de terribles effets 3D (d'accord, c'était très bien pour l'époque mais de leur point de vue moderne, c'était un désastre) lorsque Jonghyun surprit Kibum en train de le dévisager, mordillant sa lèvre inférieure.

Oh non, pensa aussitôt l'humanoïde. Qu'avait-il fait de mal ? Pourquoi Kibum semblait-il... Quoi, énervé ? Non, pas énervé... Plutôt, hésitant ?

- Quoi ? couina-t-il (bravo, vraiment.)

Le blond rougit et détourna les yeux, se concentrant sur le film à nouveau. Non pas que Jonghyun puisse l'en blâmer, vu le héros principal séduisant et tout, mais... Le passé leur avait prouvé qu'ils n'étaient parfois pas très doués pour communiquer l'un avec l'autre, alors s'ils pouvaient éviter de faire les mêmes erreurs qu'auparavant, Jonghyun apprécierait.

- Parle-moi, supplia-t-il. Dis-moi ce qui ne va pas. C'est le film ? Tu veux regarder autre chose ? Ou bien est-ce que c'est...

Le tout petit moi effrayé mourut sur ses lèvres avant même qu'il puisse le prononcer car Kibum secoua vivement la tête et le regarda de nouveau.

- Non, c'est juste que... Je n'aime pas ça.

- Quoi, le film ? demanda Jonghyun. Ce n'est pas grave tu sais, pas besoin de...

- Non, l'interrompit le jeune homme, la distance entre nous.

La... Oh. Oh ! Alors Jonghyun n'était pas le seul à avoir l'impression qu'il manquait quelque chose dans tout ça ? Cela signifiait-il que Kibum voulait être proche de lui, physiquement parlant ?

- Je t'en prie... murmura-t-il en écartant les bras, un sourire bienveillant au visage. Viens, alors.

Oh, la chaleur qui l'envahit lorsque Kibum obéit avec joie, s'infiltrant dans son espace sans la moindre hésitation, le soulagement rayonnant dans tout son corps ! Cela faisait si, si longtemps qu'il ne s'était plus senti aussi bien dans sa peau... Tout ce que Jonghyun voulait en cet instant, c'était fondre et se noyer dans ces vagues de bonheur qui parcouraient ses veines comme le feu.

Une heure plus tard, Jonghyun n'aurait même pas essayé de nier qu'il n'avait pas vu la fin du film, pas vraiment, trop concentré sur la tête de Kibum posée sur ses genoux, tandis que sa main caressait doucement les cheveux blonds encore un peu humides. Et lorsque Kibum partit, à regrets, il s'assura de ne pas partir sans convenir d'un second rendez-vous, si on pouvait appeler ça comme ça, et il posa un baiser léger sur la joue de Jonghyun avant de se détourner - pas assez vite cependant pour que l'humanoïde ne remarque pas les magnifiques rougeurs sur ses joues.

Si Jonghyun passa le reste de sa soirée à sourire comme un imbécile heureux et à chanter une chanson d'amour ridiculement guimauve, cela ne concernait que lui.


***


Si Jonghyun avait bien appris quelque chose durant les quelques dernières années, c'était de ne jamais rien considérer comme acquis. Il se voyait comme un optimiste la plupart du temps mais il y avait des circonstances dans lesquelles il préférait se montrer prudent et prendre son temps... Qui l'en blâmerait ?

Mais en cet instant, il lui était difficile de ne pas se laisser rêver et imaginer ce qui pourrait se faire avec Kibum, de préférence bientôt : le début du mois de décembre pointait le bout de son nez et les deux garçons avaient eu plusieurs rendez-vous - mais qu'ils refusaient toujours d'appeler rendez-vous amoureux à voix haute - et cela allait plutôt bien. Plus que ça, en réalité. Et pourtant, c'était une de ces situations dans lesquelles l'humanoïde ne voulait pas se montrer trop joyeux.

La gêne avait progressivement disparu de leurs interactions et ils étaient de plus en plus semblables à eux-mêmes lorsqu'ils étaient ensemble : ils plaisantaient de nouveau, se moquaient l'un de l'autre et se touchaient sans avoir l'impression que ce contact était inadéquat ou malvenu. Un vrai soulagement.

Et Jonghyun commençait à adorer le mois de décembre : les jours étaient froids désormais, des nuages lourds de neige se rassemblaient au-dessus de Seoul, un peu plus nombreux chaque jour, lui donnant la parfaite excuse pour rester collé à Kibum quand ils sortaient. Le blond n'avait jamais exprimé le moindre inconfort lorsque Jonghyun se pressait contre lui sans un mot, essayant de conserver la chaleur.

Ils avaient même discuté de leurs limites - alerte, adultes matures ! - et tous les deux avaient convenu qu'ils n'avaient rien contre de petits contacts çà et là mais rien de trop intime puisqu'ils n'étaient pas dans une vraie relation - pas encore, comme le cerveau indiscret de Jonghyun aimait à ajouter.

Pour être honnête, son désir d'être avec Kibum, réellement, était si fort ces derniers temps qu'il n'était pas certain de pouvoir encore résister longtemps à son envie de... craquer et mettre fin à cette relation amicale. Bien sûr, c'était lui-même qui avait dit qu'ils avaient tous deux besoin de temps mais après tout, ils en avaient eu assez alors peut-être, si Kibum voulait toujours plus de sa part, pouvaient-ils être ensemble comme petits-amis et non comme simples amis ?

Petits-amis. Il aimait bien ce mot.

Jonghyun sentit Kibum frissonner à ses côtés, même s'il portait un manteau chaud ainsi qu'une écharpe.

- Tu veux rentrer ? Il y a un café pas loin, on peut aller là et prendre un chocolat chaud, si ça te tente ?

- Non, non, ça va, répondit Kibum avec un sourire grandissant sur ses lèvres bleues - la tête de mule.

- Arrête, tu es gelé.

- Mais c'est si beau dehors ! argua le blond. Regarde, je suis sûr qu'il va bientôt neiger et je veux voir ça, d'accord ?

Jonghyun se mordilla la lèvre pour que ne lui échappent pas les mots tu es bien plus beau que Namsan l'hiver ou quelque chose du même style et il se mit à négocier :

- Laisse-moi au moins t'acheter une boisson chaude ? On peut emporter les boissons aussi...

- D'accord, consentit Kibum tout en levant les yeux au ciel, bien qu'il ne put cacher le petit sourire ourlant ses lèvres. Va pour un chocolat chaud, dans ce cas.

- Ca arrive tout de suite ! dit Jonghyun avec un petit salut. Ne bouge pas, je reviens dans une seconde !

Il resta suffisamment longtemps pour voir Kibum s'installer sur un banc à quelques pas de là puis il descendit la rue à grands pas, sur le point de se mettre à courir pour arriver plus vite. Heureusement, la file n'était pas longue et il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour obtenir une grand gobelet cartonné contenant du chocolat chaud fumant. Quand il revint à l'endroit où il avait laissé Kibum cependant, il tiqua en constatant que le jeune homme n'était plus seul.

Un autre homme était en train de lui parler et à en juger par l'attitude de Kibum, sur ses pieds et tâchant de s'éloigner de l'autre, Jonghyun devina qu'il n'appréciait pas particulièrement ce que cet homme lui disait. Si l'humanoïde analysait correctement le langage corporel de l'homme, son sourire facile et son aura de mâle alpha, il... Merde. Il flirtait. Flirtait avec Kibum, son Kibum, Kibum pour lequel il s'était battu si fort, avec lui-même et avec le blond, afin de le récupérer, alors qu'il soit maudit s'il laissait un individu anonyme séduire son petit-ami. Ami. Il avait dit petit-ami ? Oups.

Jonghyun parcourut avec colère les quelques pas qui le séparaient de Kibum, dont le visage s'illumina à la vue de Jonghyun.

- Hé, mon cœur, dit l'humanoïde sur un coup de tête, glissant un bras autour de la taille du blond pour le presser contre sa hanche. Désolé d'avoir été si long. Je peux vous aider ?

Cette dernière phrase s'accompagna d'un regard noir lancé vers l'autre homme, qui recula bien vite.

- Heu, non, ça va. Désolé, je ne savais pas que vous aviez un petit-ami.

L'homme se détourna et fuit rapidement mais Jonghyun ne cessa pas de le regarder battre en retraite, pas avant qu'il ait disparu plus avant dans Namsan.

- Voilà, dit-il en tendant maladroitement le chocolat chaud à son ami, désolé pour le spectacle, c'est juste que...

Le reste de sa phrase se noya dans un grognement et il haussa les épaules. Avec un peu de chance, il était sexy quand il était jaloux et protecteur comme ça. Apparemment, c'était possible.

- Ca va. Mais je ne savais pas non plus que j'avais un petit-ami, dit Kibum en saisissant la boisson chaude, ses sourcils élégamment haussés par-dessus des yeux brillant d'espièglerie.

- Hé bien maintenant, tu en as un, grogna Jonghyun d'un ton décisif, avant de se dégonfler quelque peu. Enfin, ça se pourrait. Si c'est toujours ce que tu veux.

Le blond sourit doucement et ses doigts descendirent le long du bras de l'humanoïde dans un contact presque fantomatique pour qu'enfin il glisse sa main libre dans celle de Jonghyun, légèrement plus large.

- Evidemment que je le veux, idiot.

Oh. Oh mince. C'était réellement en train de se produire ? Pour de vrai ? Kibum voulait de lui, autant que Jonghyun, et... Seigneur. Pour la première fois depuis longtemps, l'humanoïde eut l'impression de ne pas pouvoir respirer, comme si tout l'air avait quitté ses poumons aux paroles de Kibum.

- Si je t'embrasse maintenant, commença-t-il lorsqu'il trouva finalement la force de parler, est-ce que tu promets de ne pas me gifler ?

Le sourire qui apparut sur la bouche du jeune homme se rompit lorsque sa main libre se saisit du manteau de Jonghyun et quand ses lèvres s'entrouvrirent dans un murmure :

- Viens là.

Jonghyun fut certain qu'un court-circuit lui grilla le cerveau lorsque leurs lèvres se touchèrent enfin. Le froid de leurs bouches ne le gêna pas une seconde car il pouvait sentir le feu bouillonner juste en-dessous, comme de la lave oubliée à l'intérieur d'un volcan, et il amena ses mains au visage de Kibum par pur réflexe. Deux secondes plus tard, ses yeux se fermaient d'eux-mêmes et alors, il ressentit réellement leur baiser.

Il ne vit pas la façon dont les longs cils de Kibum battirent et frôlèrent sa peau avant que lui aussi ne ferme les yeux, il ne remarqua pas le rose s'épanouissant sur ses joues ni la façon dont ses épaules se détendirent soudain tandis qu'il répondait au baiser avec enthousiasme. Cependant, Jonghyun sentit leurs deux cœurs bondir et battre furieusement, leurs lèvres se toucher et s'explorer, leurs langues entrant rapidement dans le jeu pour se taquiner.

Dans chaque livre qu'il avait lu durant ces dernières années, chaque film qu'il avait vu, les premiers baisers étaient chastes, presque distants, apprenant simplement ce qu'était cette sensation. Et peut-être que ce n'était pas vraiment le premier baiser de Jonghyun et Kibum, peut-être qu'il comptait plutôt comme leur deuxième mais bon sang, cela n'avait rien à voir avec les baisers des livres. C'était bien meilleur. Absente, l'hésitation : leur baiser était intense, maladroit de toutes les meilleures façons du monde alors que leur impatience leur faisait positionner leur tête du mauvais côté, se cognant un peu le nez avant de trouver l'astuce. Des dents s'attardèrent sur des lèvres pleines et un gémissement s'éleva de la gorge de Jonghyun quand Kibum mordilla sa bouche, doucement mais fermement, la timidité jetée par la fenêtre, tous deux mettant à nu leur besoin d'intimité.

Cela dura des heures et juste quelques secondes à la fois et lorsqu'ils se séparèrent, haletants et les yeux brillants, aucun d'eux ne put trouver les mots pour décrire ce qu'il venait de se passer. Ils savaient juste que le monde avait quitté son axe pour en trouver un autre, un axe qui se trouvait entre eux, au centre de leurs mains jointes, à l'intérieur de leurs cœurs battants.

Alors qu'ils se regardaient l'un l'autre, des sourires illuminèrent leurs visages et Jonghyun sut, à cet instant précis, qu'il avait enfin trouvé la paix.







Commentaire de l'auteur Merci à tous d'avoir lu ce chapitre :)
Pour ceux qui voudraient un petit mot d'explication quant à ma longue absence, en voici pèle-mêle les raisons : université, rupture, drama dans le fandom de la Kpop d'où mon éloignement, mémoire de fin d'études qui me prend du temps, vie sociale, cheval de ma vie, etc. Et pour ceux qui voudraient être rassurés : Humanoid aura bel et bien une fin !
A bientôt ! ;)
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales