Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 210 lectures  - 1 commentaire [21 novembre 2021 à 14:54:06]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

SHINee

Humanoid Auteur: Evil_Keshi Vue: 9138
[Publiée le: 2014-02-10]    [Mise à Jour: 2017-07-22]
G  Signaler Romance/Drame/Yaoi (HxH) Commentaires : 97
Description:
[Jongkey]

2077. Le monde a changé et les scientifiques ont créé des humains artificiels afin d'aider les gens normaux dans leur vie quotidienne. Ils ont créé les humanoïdes.
Jonghyun était l'un d'entre eux, un humanoïde au service de la famille Kim. Une famille agréable avec un adorable enfant nommé Kibum.
Et si, avec le temps, ils découvraient que Jonghyun n'est pas le parfait robot qu'il aurait dû être ?
Crédits:
L'histoire et les quelques personnages additionnels m'appartiennent, tandis que Jonghyun et Key n'appartiennent qu'à eux-mêmes (j'ai loupé la vente aux enchères)
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Robot-like

[4314 mots]
Publié le: 2014-02-27Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Hello~ J'avais dit que je posterais ce chapitre le jeudi, et nous sommes jeudi depuis sept minutes ! Si ce n'est pas magnifique... (Mes cernes le seront moins, par contre. Je vais ressembler à Baby Panda Tao, moi. Pas que ça me dérange, kekeke~)

Chapitre deux: Robot-like

Jonghyun vacilla légèrement lorsqu'il se cogna le pied contre une pierre qu'il n'avait pas vue sur son chemin, la faute aux gros sacs qu'il portait dans ses bras et qui reposaient contre son torse pour qu'ils ne tombent pas tout d'un coup. Il parvint néanmoins à maintenir son équilibre et rien de fâcheux n'arriva à ses précieux sacs.

- Est-ce que tu vas bien ? demanda une voix pleine d'inquiétude.

L'humanoïde jeta un coup d'œil derrière son épaule et vit madame Kim qui le suivait de près, tenant fermement la main de son petit garçon tandis que son mari, resté un peu plus loin, fermait la voiture.

- Ca va, Miss Na Yung ! répondit-il. Les sacs ne sont pas tombés.

Jonghyun continua à avancer et il ne vit donc pas la femme se mordiller la lèvre inférieure. Ce n'était pas au sujet des sacs qu'elle souhaitait être rassurée, mais au sien ! Bien que l'humanoïde ait été à leur emploi depuis maintenant deux ans, elle ne s'était toujours pas habituée au fait qu'il ne puisse pas répondre à cette simple question. Ou du moins, il ne pouvait y répondre en parlant de lui. Parce que Jonghyun ne pouvait pas savoir s'il allait bien ou pas.

Na Yung savait que les humanoïdes n'éprouvaient aucun sentiment mais elle n'avait compris ce que cela signifiait réellement que lorsque Jonghyun était apparu dans sa vie. A présent, elle comprenait que le robot ne pouvait rien sentir du tout, qu'il s'agisse d'une émotion ou d'un contact; elle se souvenait encore de ce jour où ils s'étaient trouvés ensemble dans la cuisine: Kibum était soudain arrivé en courant dans la pièce et s'était cogné contre l'humanoïde, qui transportait une casserole d'eau bouillante. Bien sûr, tout avait débordé et le devant de la chemise de Jonghyun avait été complètement trempé; étrangement, le robot n'avait pas réagi à l'eau chaude. Horrifiée, Na Yung lui avait enlevé la casserole des mains et l'avait rapidement mené à la salle de bain, lui enlevant sa chemise afin de contempler l'étendue de sa brûlure.

Elle avait découvert que sa peau était rouge et si chaude qu'elle avait cru devoir l'emmener à l'hôpital, mais Jonghyun l'avait regardée sans exprimer la moindre émotion, ne comprenant pas son affolement. Et elle avait finalement réalisé qu'il ne ressentait pas la douleur.

A ce moment-là, elle avait plus ou moins oublié qu'il était un robot qui ne pouvait rien éprouver... Jonghyun semblait tellement humain ! Sa voix était semblable à celle d'un humain, de même que ses yeux ou ses gestes, et son mari lui avait rappelé que c'était bien là le principe des humanoïdes: ressembler à un humain sans en être un.

Parfois, il était difficile de s'en souvenir. Même sa peau était aussi douce que celle d'un bébé ! La seule différence était la température de son corps, qui était extrêmement froide. Na Yung se demandait souvent comment il était possible que Jonghyun ne sente pas le froid, étant donné que sa peau lui faisait penser à un glaçon, mais elle se rappelait ensuite qu'être un humanoïde signifiait justement qu'il était incapable de ressentir quoi que ce soit.

Elle sortit de ses pensées lorsqu'elle sentit quelqu'un tirer sur sa manche; elle baissa le regard et vit Kibum qui la regardait de ses grands yeux.

- Qu'est-ce qu'il y a, Kibum ? demanda-t-elle gentiment.

Le petit garçon montra du doigt ce qui se trouvait face à lui et il s'écria:

- Regarde, maman ! La mer !

Sa mère hocha la tête et sourit tandis que son fils lâchait sa main pour se précipiter vers les vagues, laissant de petites traces de pieds dans le sable. C'était la première fois qu'il voyait cette étendue bleue, elle pouvait comprendre son excitation.

Le père de l'enfant apparut soudain aux côtés de son épouse et il entoura sa taille de ses bras, posant son menton sur son épaule; un petit sourire étira les lèvres de Chin Hae alors qu'il observait son fils saisir une poignée de sable avant de le jeter dans les airs.

- Maître Kim, où puis-je poser les sacs ? demanda soudain Jonghyun, sans se rendre compte qu'il interrompait un moment paisible et romantique.

- Oh, juste là, dit l'homme en désignant un endroit à quelque distance. Merci, Jonghyun. Au passage, combien de fois devrais-je te répéter de m'appeler Chin Hae et de laisser tomber le maître ?

- Oui, maî... Chin Hae, répondit l'humanoïde en s'inclinant.

L'homme leva les yeux au ciel: même au bout de deux ans, Jonghyun ne savait pas comment s'adresser à ses propriétaires; il les appelait parfois par leur prénom, parfois par leur nom de famille ou même par maître. Cependant, il n'en allait pas de même avec leur fils: il l'appelait toujours Kibum et il utilisait même de temps à autre les surnoms que lui donnaient ses parents.

C'était facile à expliquer: Kibum n'était qu'un enfant, tandis que ses parents étaient tous les deux des adultes et des maîtres auxquels Jonghyun devait le respect. Le respect était une notion très importante dans la programmation d'un humanoïde; les scientifiques s'étaient assurés que leurs produits témoignent un respect inconditionnel à leurs propriétaires, afin d'éviter toute rébellion.

Les humanoïdes étant bien plus intelligents que les humains normaux, il leur aurait été très facile de dominer le monde, aussi leurs créateurs avaient-ils décidé de ne prendre aucun risque: ils avaient gravé la notion de respect dans la mémoire artificielle des robots.

Pour un humanoïde, la chose la plus difficile qui soit était probablement de dominer son programme et de faire quelque chose qu'il n'était pas censé faire. Cela s'était déjà produit auparavant et ces robots avaient été détruits, car leur programme avait trop évolué et avait eu une mauvaise influence sur le comportement de l'humanoïde. Cela s'était passé de nombreuses années auparavant, quand les scientifiques avaient créé les prototypes des humanoïdes... A l'époque, ils n'étaient pas très efficaces mais à présent, ils étaient parfaits et il ne restait plus un seul prototype.

Le programme et le respect étaient les deux choses qui perturbaient Jonghyun: pour lui, il était naturel - si ce terme pouvait seulement être employé pour désigner une forme de vie artificielle - de donner à ses propriétaires la marque respectueuse de maître mais en même temps, ces mêmes maîtres voulaient être appelés par leur prénom et il ne pouvait pas leur désobéir. Raison pour laquelle il changeait souvent sa façon de s'adresser à eux, essayant de satisfaire ses propriétaires tout en étant obligé d'agir de la façon dont il avait été programmé.

De nombreuses notions avaient été gravées dans sa mémoire grâce aux scientifiques mais Jonghyun possédait également la capacité d'apprendre; en plus de ça, il apprenait très rapidement et une fois qu'il avait mémorisé quelque chose, il ne l'oubliait plus jamais.

C'était ahurissant de voir à quelle vitesse il était capable de mémoriser de nouvelles notions et de répéter une action qui n'avait été faite qu'une seule fois en sa présence. Par exemple, Na Yung lui avait appris à cuisiner, étant donné qu'il ne possédait pas la moindre connaissance à ce sujet; évidemment, il était habile de ses mains mais il lui manquait la théorie pour pouvoir cuisiner correctement. Elle lui avait montré comment réaliser de délicieux petits plats basés sur plusieurs recettes; elle l'avait surveillé du coin de l'œil au début mais elle avait rapidement réalisé que ce n'était pas nécessaire: Jonghyun était capable de tout faire comme elle et il le faisait parfaitement bien - sauf quand un Kibum sauvage surgissait dans la cuisine.

Il ne s'agissait pas seulement de la cuisine: monsieur Kim lui avait montré comment tenir une comptabilité et à présent, il faisait totalement confiance à l'humanoïde pour s'occuper des comptes. Dès qu'il voyait les chiffres, Jonghyun était capable de compter et de faire les additions et les multiplications sans le moindre problème. Il les faisait rapidement, comme si ce n'était rien du tout pour lui; il ne faisait jamais d'erreur, ce qui impressionnait et émerveillait ses maîtres.

Chin Hae lui avait demandé comment il lui était possible de compter si vite, comment fonctionnait son cerveau artificiel, mais Jonghyun lui avait dit ne pas comprendre sa question. Il était incapable d'expliquer comment travaillait son cerveau car il n'était pas conscient du processus, tout comme les humains étaient incapables d'expliquer pourquoi ils réagissaient de telle ou telle façon face à quelque chose.

Jonghyun posa précautionneusement les sacs dans le sable et ouvrit l'un d'eux pour en sortir une large serviette de bain; il l'étendit ensuite au sol et fit un signe de la main à ses maîtres pour qu'ils remarquent qu'ils pouvaient à présent s'asseoir.

Cela faisait un moment déjà que Na Yung désirait quitter la ville pour quelques jours et étant donné qu'elle et son mari étaient pour le moment en vacances, ils avaient décidé d'aller à la mer et de profiter de leur temps libre. Ils avaient prévu un pique-nique à midi et Jonghyun était à présent occupé à poser une nappe sur la plage pour qu'il puissent manger leurs sandwiches sans que du sable ne s'y glisse.

Malgré le vent qui soufflait, le soleil chauffait bien; Na Yung appela son fils pour lui étaler de la crème solaire sur le dos et les bras, étant donné qu'il ne portait rien d'autre qu'un short, mais le petit garçon secoua la tête et continua à jouer au bord de l'eau, sans plus prêter la moindre attention à sa mère.

Chin Hae fronça les sourcils: que Kibum soit fasciné par la mer, soit. Mais ça ne voulait pas dire qu'il avait l'autorisation de désobéir comme ça.

- Kibum ! cria-t-il sans colère, mais plus fort que sa femme. Viens ici !

Cette fois, le petit garçon fit la moue, comme s'il luttait avec lui-même; il lança un bref regard vers la mer, bleue et froide mais amusante tout de même, puis vers ses parents. Il décida de ne pas s'occuper de l'appel de son père et il lui tourna même le dos pour s'avancer un peu plus loin dans l'eau, jusqu'à ce qu'il en ait jusqu'aux genoux.

Kibum frissonna lorsque le vent se mit à souffler un peu plus fort qu'auparavant et il jeta un coup d'œil à ses parents par-dessus son épaule pour vérifier qu'ils ne venaient pas le chercher eux-mêmes avec des figures toutes rouges de colère, parce que cela voudrait dire qu'il serait temps de vite sortir de l'eau avant de se faire gronder. Mais son père ne semblait pas en colère, plutôt... Inquiet ?

Oui, parce que Kibum n'avait pas conscience des vagues qui se faisaient de plus en plus hautes à mesure que le vent s'intensifiait.

- Kibum ! cria son père en faisant un pas en avant. Reviens, c'est dangereux !

Dangereux.

Jonghyun se releva soudainement, abandonnant les sandwiches qu'il était en train de disposer sur la nappe de pique-nique. Il connaissait ce mot, il était gravé dans sa mémoire. Il savait que les gens l'employaient quand ils couraient un risque et ils pouvaient finir par se faire mal. Par se blesser. Sa mémoire artificielle se souvenait encore du jour où Kibum était tombé alors qu'il courait dans le jardin, et il s'était écorché le genou sur une pierre tranchante. Jonghyun avait vu, pour la toute première fois, du sang et des larmes.

Un phénomène très étrange pour le robot qu'il était, lui qui ne pouvait ni saigner ni pleurer. Comment ces choses pouvaient-elles sortir de quelqu'un ? C'était l'un des rares mystères que son programme artificiel ne parvenait pas à expliquer.

En cet instant, le cerveau de Jonghyun fonctionnait plus vite encore que d'habitude. Un danger signifiait un risque de blessure, ce qui allait de pair avec des parents inquiets et du sang partout, tandis que Kibum verserait des larmes. Il ne pouvait pas laisser le petit garçon se faire du mal.

- Je vais le ramener, dit-il en dépassant son maître, courant vers la mer où Kibum était toujours en train de jouer.

Chin Hae acquiesça et Jonghyun se dirigea hâtivement vers le petit garçon, qui gloussa en voyant l'humanoïde et se mit aussitôt à courir.

- Attrape-moi si tu peux ! s'exclama-t-il en lui jetant un regard en coin.

Jonghyun se souvenait de cette phrase; Kibum avait dit la même chose lorsqu'ils avaient joué ensemble pour la première fois. A ce moment-là, l'humanoïde avait couru aussi vite qu'il le pouvait et l'avait attrapé presque immédiatement. Il ne savait bien évidemment pas que son petit maître voulait faire durer le jeu plus longtemps et il n'avait pas compris pourquoi l'enfant ne lui avait pas parlé pendant deux jours entiers. Ensuite, Na Yung avait expliqué à l'humanoïde ignorant que son fils boudait, parce que les enfants voulaient toujours être les vainqueurs de leurs jeux. Donc, Jonghyun devait courir lentement après le petit garçon, jusqu'à ce que Kibum se laisse volontairement attraper - il dirait que c'était pour terminer le jeu, bien que sa mère sache que c'était juste parce qu'il en avait assez de courir.

Pourtant, cette fois-ci, ce n'était pas un jeu. Maître Chin Hae avait dit que c'était dangereux et en bon domestique, Jonghyun ferait en sorte que rien n'arrive à l'enfant. Ainsi, il se rua vers son jeune maître et entoura de ses bras la taille fragile de Kibum, juste au moment où une vague plus haute que les autres s'écrasait sur eux; l'humanoïde tituba et fut englouti par les eaux salées, tous deux disparaissant soudainement.

- Kibum ! hurla Na Yung en courant en direction de son fils à présent invisible, une expression de panique sur le visage.

Elle n'eut cependant pas à s'inquiéter bien longtemps: bientôt, Jonghyun ressortit de l'eau, tenant un Kibum trempé et crachotant dans ses bras puissants - mais précautionneusement enroulés autour de son petit corps frêle et tremblant. L'humanoïde savait qu'il était incroyablement fort, bien trop pour un petit garçon de huit ans.

Na Yung s'immobilisa lorsqu'elle vit que son fils était sain et sauf et elle fit rapidement demi-tour afin de saisir deux serviettes de bain pour essuyer l'enfant et le robot mouillés. Jonghyun était tout aussi trempé que le plus jeune mais cela ne semblait pas le déranger; il ne ressentait pas le froid et il était incapable de sentir les gouttes d'eau qui dévalaient les courbes de son corps... Tout de même, il faudrait qu'il se sèche: il ne pouvait pas tremper la nappe de pique-nique ni les sièges de la voiture quand ils rentreraient à l'hôtel.

L'humanoïde se dirigea lentement vers les parents de Kibum et le petit garçon balbutia soudain, le corps parcouru de frissons dus à l'eau froide:

- J... Jonghyun ?

- Oui, Kibumie ? demanda Jonghyun.

S'il avait été humain, le ton de sa voix aurait semblé tendre.

- Tu p... peux me dé... déposer. Je peux marcher, dit l'enfant en gigotant dans les bras de l'humanoïde.

Le robot secoua la tête et Kibum fronça les sourcils.

- M... Mais je suis lourd ! se plaignit-il.

- N'importe quoi. Tu es vraiment léger, Kibum. Tu es sûr que tu manges suffisamment ? Est-ce que tu veux que je cuisine plus pour toi ?

- N... Non, ça v... va, fit l'enfant. Mais je suis l... lourd, tu es juste t... trop fort pour le remarquer... Tu n'es pas fatigué de m... me porter ?

Jonghyun secoua la tête. Il ne savait même pas ce que c'était que d'être fatigué, mais il était certain de ne l'avoir jamais été. Il savait que maître Chin Hae disait parfois qu'il était fatigué après une journée au travail mais... Jonghyun n'en avait jamais fait l'expérience.

- Bien sûr que non, tu... tu ne l'es pas, grommela Kibum. Si tu étais fatigué, tu d... dormirais, n'est-ce p... pas ?

- Pourquoi dormirais-je ? demanda l'humanoïde.

L'enfant gigota un peu plus, légèrement mal à l'aise. Il n'avait pas vraiment fait attention à ce détail auparavant, parce qu'il était trop jeune, mais... A présent, il avait huit ans. C'était un grand garçon. Et aujourd'hui, il réalisait que certaines choses concernant Jonghyun n'étaient pas... Normales.

Comme en ce moment. Jonghyun lui posait une question à laquelle il ne connaissait pas la réponse et d'ordinaire, quand quelqu'un se trouvait dans cette situation, les traits de son visage changeaient. Pas ceux de Jonghyun. Il ne semblait pas du tout curieux, il le regardait toujours fixement de ses yeux ternes, qui auraient pu être beaux s'ils avaient été un peu brillants. Mais il n'y avait rien, pas même une lueur de curiosité. Il ne fronçait même pas les sourcils. Jonghyun avait l'air comme d'habitude. Mort.

Enfin... Non, pas vraiment. Parce que Kibum n'avait jamais vu une personne morte. Tout de même, Jonghyun n'était pas comme lui ou comme ses parents. Pas comme ses amis non plus... Il ne ressemblait plus tant que ça à un humain, une fois qu'on regardait ses yeux.

Finalement, Kibum décida de répondre à sa question:

- Tu dors quand...

L'enfant fut forcé de s'interrompre lorsqu'il éternua, deux fois de suite.

- Désolé, dit-il avec gêne. Donc... Tu dors quand tu es fatigué et tu reprends des forces. Mais je sais que tu ne dors jamais...

Vrai. Jonghyun ne dormait pas. Il ne ressentait jamais le besoin de fermer les yeux - pouvait-il seulement le faire ? Parfois, il avait l'impression de ne pas avoir le moindre contrôle sur son corps. Monsieur Kim lui avait dit que les humains se mouvaient grâce à leurs muscles. Jonghyun n'était pas humain mais il pouvait bouger, bien que cela ne soit pas valable pour chaque partie de son corps - avait-il des muscles ou pas ? Il pouvait marcher et ouvrir la bouche pour parler, il pouvait bouger ses bras et tourner la tête, mais il ne pouvait pas fermer les yeux ni sourire. Etait-il bizarre ?

C'était dans ces moments-là qu'il comprenait vraiment à quel point il était différent des humains.

- Et... ajouta Kibum avec hésitation. Ca doit vraiment être embêtant de ne pas dormir. C'est pourtant merveilleux ! Vu que tu ne dors jamais, est-ce que ça veut dire que tu n'as jamais rêvé non plus ?

- Rêvé ? répéta Jonghyun. Qu'est-ce que c'est ?

Le petit garçon ouvrit la bouche comme pour répondre mais ensuite, il la referma doucement et sembla un peu perdu. L'humanoïde ne savait pas ce qu'était qu'un rêve ? Comment était-ce possible ? Et comment pouvait-il le lui expliquer ?

- Hé bien, commença-t-il à voix basse, réfléchissant en même temps à sa réponse. C'est quand tu as des images pleines de couleurs dans la tête, des jolies choses qui n'ont parfois aucun sens... Tu vois des gens que tu connais et ils font des trucs, ça semble réel mais ça ne l'est pas. Tu comprends ?

Jonghyun secoua la tête.

- Oh, fit Kibum, déçu. Je suis désolé, c'est difficile à expliquer.

- Ce n'est pas grave, répondit le robot, je suppose que c'est simplement une notion que je suis incapable de comprendre...

Comme ils étaient arrivés à proximité des parents de l'enfant, il posa le petit garçon à terre pour qu'il puisse courir vers sa mère qui tenait une serviette dans ses mains, tandis que Chin Hae était en train de fouiller dans les sacs, à la recherche d'un short sec.

- C'est toi qui as fait les sandwiches ? demanda Kibum lorsqu'il aperçut la nourriture disposée sur la nappe de pique-nique.

- Oui.

- Yeah ! Tes sandwiches sont meilleurs que ceux de maman ! s'exclama le petit garçon, avant de faire une grimace. Mais... Jonghyun, tu ne manges jamais, pas vrai ?

- En effet... répondit lentement l'humanoïde. Parce que je n'ai jamais faim.

Le robot ne savait même pas ce que ça faisait d'avoir faim. Il connaissait seulement la signification de ce mot parce qu'il avait pu constater que les humains mangeaient quand ils disaient qu'ils avaient faim, donc il supposait qu'il s'agissait d'une sorte de signal pour remplir leurs estomacs vides.

Kibum sembla très surpris et il ne répondit pas, encore plus confus qu'auparavant. Oui, il y avait définitivement quelque chose d'étrange chez Jonghyun. Il savait qu'il était un humanoïde, mais il commençait seulement à comprendre à quel point il était différent de lui et de sa famille - il était définitivement trop jeune avant. A vrai dire... A présent, il avait l'impression qu'ils ne faisaient même pas partie du même monde.

- Ca doit vraiment être ennuyeux d'être un robot, dans ce cas, murmura-t-il en plongeant son regard dans celui de Jonghyun. Pas de rêve, de nourriture, rien du tout. Je ne voudrais pas être comme toi.

L'enfant se retourna et courut vers sa mère, qui enroula la serviette autour de lui et le sécha, tandis que son père le grondait. Il le fit cependant assez gentiment: il avait eu bien trop peur quand son fils s'était presque noyé dans la mer; il ne pouvait se forcer à sembler furieux, puisqu'il était surtout soulagé. Son fils allait bien, grâce à Jonghyun.

Chin Hae jeta un coup d'œil aux alentours et vit le robot, tournant le dos à leur famille et se tenant debout là où Kibum et lui s'étaient trouvés quelques secondes plus tôt. L'homme s'approcha de l'humanoïde et posa gentiment sa main sur son épaule, forçant Jonghyun à se retourner et à lui faire face. Il comprit immédiatement que quelque chose n'allait pas. Jamais il n'avait semblé tellement... perdu - si le terme était approprié pour parler d'un humanoïde.

Evidemment, ni Chin Hae, ni Kibum, ni Na Yung n'avaient vu l'humanoïde tressaillir lorsque le petit garçon lui avait lancé ses dernières paroles, juste avant de rejoindre ses parents. Ces mots avaient réveillés quelque chose à l'intérieur de lui, une chose sur laquelle sa mémoire ne parvenait pas à mettre de nom, une chose... Bizarre.

Il n'avait jamais expérimenté cela auparavant et il ne comprenait pas ce dont il s'agissait.

- Un problème, Jonghyun ? demanda Chin Hae en fronçant les sourcils.

- Je... Je ne sais pas, monsieur, murmura-t-il à peine.

Son maître cligna des yeux, surpris par l'incertitude dans la voix de l'humanoïde.

- Puis-je vous demander quelque chose ? dit finalement le robot.

- Bien sûr, Jonghyun.

L'homme attendit que l'autre reprenne la parole et finalement, le robot dit lentement, comme s'il n'était pas certain de la façon dont il devait s'exprimer et cherchait les bons mots:

- Qu'est-ce... Qu'est-ce que ça veut dire quand il y a... quelque chose... dans ma poitrine ? C'est... On dirait que c'est en train d'essayer de m'écraser...

- T'écraser ? répéta Chin Hae, un peu surpris.

- Oui. C'est... C'est difficile à expliquer mais... C'est apparu tout d'un coup, c'est là et ça ne veut pas s'en aller...

- Où est-ce, Jonghyun ? demanda le plus vieux avec gentillesse, essayant de comprendre ce que voulait dire l'humanoïde.

Sa mâchoire se décrocha lorsque le robot plaça sa main sur son torse, juste à l'endroit où se serait trouvé son cœur s'il avait été humain. Mais... Jonghyun était, littéralement, sans cœur, n'est-ce pas ?

- Est-ce que tu as... mal, Jonghyun ? demanda-t-il à voix basse.

- Mal ? répéta l'humanoïde. Non. Je ne saigne pas.

Seuls les humains pouvaient avoir mal, Jonghyun le savait. Kibum avait eu mal lorsqu'il avait saigné à cause de cette pierre, et il avait pleuré. Jonghyun ne pleurait pas et ne saignait pas, il ne pouvait pas avoir mal.

Chin Hae secoua la tête et expliqua gentiment:

- C'est une douleur physique, Jonghyun. Mais il y a aussi une autre sorte de souffrance, une souffrance que tu ressens en toi. Parfois, ça fait plus mal qu'une vraie blessure... Ca peut être de la tristesse, du chagrin...

- Je ne sais pas ce que c'est... dit lentement Jonghyun.

Chin Hae ne répondit pas mais il se sentait perdu. Qu'arrivait-il à l'humanoïde ? C'était la première fois qu'il y avait une trace infime d'expression sur son visage mais ce n'était pas le genre d'expression que son maître voulait voir. Il ne savait vraiment pas comment décrire ce phénomène mais il semblerait que Jonghyun soit triste, ou quelque chose comme ça.

Oh, hé bien... Peut-être qu'il exagérait: après tout, Jonghyun n'avait pas la capacité de ressentir quoi que ce soit, alors pourquoi serait-il soudainement triste ? Peut-être que l'humanoïde essayait simplement d'imiter l'expression de quelqu'un, il n'y avait là rien d'inquiétant... Pas vrai ?



Commentaire de l'auteur Mouhahahaha~
Le prochain chapitre sera pour je ne sais pas quand, mes lecteurs anglophones me courent après pour que je poste les suites de plusieurs histoires et j'ai des interros de Grec qui arrivent bientôt. Priez pour moi :p
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales