Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Parlement des choses spatiales
    Observatoire de l'Espace du CNES
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 26/10/2020
  • Elle n'avait rien remarqué d'anormal
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : 2 000 - 4 700 sec
    Genre : policier
    Délai de soumission : 15/08/2020
  • Histoires de fleurs
    YBY Editions
    Nb de signes : 20 000 - 60 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 07/03/2021
  • Body Positiv
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : romance contemporaine - romance
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Indispensable
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/07/2020
  • Le monde d'après
    Réticule
    Nb de signes : 6 000 - 30 000 sec
    Genre : fiction - anticipation - science-fiction
    Délai de soumission : 31/08/2020
  • Non
    POÉTISTHME
    Nb de signes : < 6 000 sec
    Genre : avant-garde - art visuel - poésie
    Délai de soumission : 26/08/2020
  • Thriller horrifique
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : thriller - horreur
    Délai de soumission : 30/09/2020
  • Enigma
    Etherval
    Nb de signes : 10 000 - 34 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 01/08/2020
  • My boss and I (Mon patron et moi)
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : érotique - romance
    Délai de soumission : 30/09/2020

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 972 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

One Direction

Anonymous, Secret & Love Auteur: Nodie Vue: 1620
[Publiée le: 2016-03-28]    [Mise à Jour: 2016-07-10]
13+  Signaler Romance/Yaoi (HxH) Commentaire : 1
Description:
[Extrait - Partie 1]
"Solitaire : Tu me changes. Trop vite. Et ça me fait peur.
Inconnu : Je suis heureux de te voir changer en bien. N'ai pas peur de ça. Je te soutiendrai et te rassurerai.
Solitaire : Pourquoi tu fais ça ?
Inconnu : Parce que je t'apprécie. Je suis sûr qu'au fond de toi, derrière cette carapace de jeune homme renfermé, tu es quelqu'un de super.
Solitaire : Pour la première fois en trois ans, je me suis laissé approcher..."

[Extrait - Partie 2]
"Il ne sait pas...
- Je t'ai dit de la boucler !
- Harry ! Il doit savoir ! Tu n'as pas le droit de lui cacher ça !
- Et toi, tu n'es pas en droit de me dire ce que je dois faire !
- Tu sais que tu ne pourras pas le lui cacher indéfiniment ! Mieux vaut qu'il l'apprenne rapidement et que vous en discutiez plutôt que tu ne lui fasses le même genre de surprise qu'à moi !"

J'espère que cette histoire vous plaira !
Vous pouvez également la retrouver sur mon compte Wattpad.
Crédits:
Les personnes cités sont des personnes réelles, (ex-)membres du groupe One Direction.

Je rappelle qu'il s'agit là d'une fiction mettant en scène deux hommes. Je ne suis pas responsable de ce que vous lisez.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 22

[1942 mots]
Publié le: 2016-07-10Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Les jours qui suivirent furent plutôt agréable. Je retournais travailler chaque jour et, certains soir, Anna, Louis et Niall prenaient une table au restaurant et attendaient que j’aie fini mon service. On passait un petit moment ensemble puis nous retournions chez nous. Parfois, Louis venait seul et s’installait au bar. Nous discutions lorsqu’il n’y avait pas trop de monde. C’était vraiment bien. Je me sentais plus proche d’eux. Il m’arrivait encore de me renfermer d’un coup mais de moins en moins. Et nous recommencions à nous parler dès le lendemain. Il savait quand ça n’allait plus et changeait de sujet. Mais je remarquais peu à peu qu’il avait vraiment envie que l’on prenne le taureau par les cornes et que l’on parle des choses qui fâchent une bonne fois pour toutes, histoire qu’il n’y ait plus cette gêne entre nous.

 

Niall partit en Irlande. Il devait y rester un mois mais il nous avait promis de nous contacter par mail voire par appel vidéo. Quant à Anna, elle partit deux semaines avec sa famille dans un pays chaud. Il ne restait plus que Louis et moi.

 

Ce soir-là, Louis me rejoignit au restaurant comme il le faisait souvent. Le patron m’appela et j’eus un peu peur d’avoir fait une bêtise, je l’avoue. Je finis donc de servir un client et le rejoignis dans son bureau.

« Vous vouliez me voir ?

- Oui. J’ai remarqué qu’il y avait souvent ce jeune homme au bar.

- Oui. Je suis désolé. Mais je fais toujours en sorte que ça n’impact pas sur mon travail. Je continue à faire attention aux clients et personne ne s’est plaint, à ma connaissance.

- Oh. Tu as cru que tu avais fait quelque chose de mal ? Non, non, tu n’es pas là pour te faire engueuler, détends-toi. J’ai juste remarqué ce jeune homme et que vous rigoliez beaucoup ensemble. Je ne devrais pas me mêler de ce qui ne me regarde pas mais je n’avais jamais vu ton sourire contaminer tes yeux avant. Et, comme tu fais un excellent travail ici, je voulais te proposer de prendre une semaine de congé à partir de maintenant. Tu travailles beaucoup et les vacances sont faites pour se reposer. Tu es jeune et tu entres bientôt à l’université. J’aimerais que tu profites de ta jeunesse. »

J’étais sans voix. Je ne savais pas quoi dire. Et encore moins si je devais accepter sa proposition. Quoique, je devais avouer que c’était très tentant.

« Je... D’accord... Merci beaucoup, monsieur.

- Ne me remerciez pas. Allez-y, filez avant que votre ami ne reparte. »

J’allai récupérer mes affaires et rejoignis Louis.

« On y va ? lui demandai-je.

- Tu as finis ? s’enquit-il, surpris.

- Le patron me donne une semaine de congé parce que je fais du bon boulot et qu’il veut que je profite de ma jeunesse, expliquai-je. Il a remarqué que tu étais souvent présent et que j’étais plus souriant donc... »

Je ne savais pas pourquoi j’en racontai autant, mais j’étais heureux de passer du temps avec lui. Il m’emmena jusqu’à sa voiture et conduisis jusqu’à chez lui.

« Harry... J’ai envie de m’amuser et... Ça te dirait d’aller en boîte, ce soir ?

- Je ne sais pas... Je n’ai jamais eu l’occasion d’y aller... Avant j’étais trop jeune et après je n’avais personne pour m’y accompagner. Alors, pourquoi pas. Si tu en as envie, je te suis.

- Trop bien ! Merci ! On s’arrête chez moi pour que je me change, puis on peut passer chez toi si tu veux te changer. Tu pourrais mettre la même chose qu’à la soirée de fin de lycée : tu m’as dit que tu t’étais fait draguer et je voudrais voir à quoi tu ressemblais. »

Je fis un petit sourire en coin et acceptais. J’étais vraiment plus détendu avec lui.

 

*

 

Louis se gara devant chez moi et nous descendîmes de la voiture. Il me suivit jusqu’à mon appartement et je devais avouer que j’étais gêné : mon chez-moi était bien moins classe que son chez-lui. Je soupirai et le fis entrer. Il regardait partout autour de lui tandis que je me dirigeais directement jusque dans ma chambre pour enfiler ma tenue. Je passai par la salle de bain pour me coiffer et mettre un peu de parfum puis le rejoignis au salon. Quand Louis posa son regard sur moi, je vis son regard pétiller.

« Waouh... Je comprends beaucoup mieux. Tu es...magnifique... 

- N’exagère pas, Lou. »

Je me rendis compte de la façon dont je l’avais appelé qu’en le voyant sourire. Je rougis un peu et fis comme si de rien n’était.

« Je n’exagère pas, Haz... »

Il dut voir que je m’étais un peu raidis parce qu’il enchaîna rapidement, un peu inquiet.

« Je peux t’appeler Haz ?

- Je ne préfère pas. C’est trop proche de Hazza. Il n’y a que ma mère qui pouvait m’appeler comme ça.

- Comment...t’appelais ton ex... ? tenta-t-il. Je ne veux pas remuer le couteau dans la plaie, ni rien. Je veux juste savoir ce que je peux dire ou non. »

Je soupirai et passai ma main dans mes cheveux avant de lui répondre.

« Les surnoms habituels... Bébé... Chéri... Mon cœur... Des trucs niais dans ce genre...

- D’accord... J’arrête de poser des questions... Ce soir, on s’amuse ! »

Il m’offrit un grand sourire et je lui offris un nouveau sourire en coin. C’est parti !

 

*

 

Nous arrivâmes bientôt devant la boite où nous allions passer une partie de la nuit. Nous passâmes devant les vigiles et allâmes payer l’entrée avant d’accéder aux pistes de danse. Il était encore tôt et il y avait peu de monde. Nous nous installâmes sur des fauteuils en attendant qu'il y ait un peu plus de monde et d’ambiance. Louis alla nous chercher à boire : il fallait consommer si on voulait s’asseoir. J’avais demandé une boisson sans alcool : je ne supportais pas ça et je détestais ne pas être maître de moi-même. Je voulais contrôler ce que je disais et faisais, et surtout m’en souvenir.

 

Nous discutâmes ainsi une bonne heure avant que, vers une heure du matin, des groupes de jeunes affluent et que l’ambiance soit enfin au rendez-vous. Louis me pris la main en souriant et je le suivis sur la piste de danse, lui rendant son sourire. Tout vibrait et pulsait autour de moi. La musique était assourdissante mais je m’efforçais d’apprécier le moment. Une soirée « seul » avec Louis.

 

Nous dansâmes des heures sans nous arrêter. Ses yeux pétillants ne me quittaient pas. Il dansait vraiment bien. Il était très beau.

 

Je découvris bientôt un aspect des boites de nuit que je détesterais sans doute toute ma vie. Un petit groupe nous entoura et ces jeunes gens dansèrent autour de nous, se rapprochant peu à peu, resserrant leur prise. Je perdis un peu mon sourire et Louis fronça légèrement les sourcils. Une main se posa sur ma hanche et je me dégageai prestement. Louis se rapprocha de moi et me prit dans ses bras. Il me parla à l’oreille et je me sentis mieux par sa simple présence.

« Détends-toi, Harry. Certaines personnes sont un eu lourdes en soirée, surtout quand elles ont bu. Ignore-les. Je suis là. »

Je hochai la tête. Je restai contre lui et nous dansâmes collés-serrés. Ils finirent par s’éloigner et chercher d’autres cibles mais nous ne nous décollâmes pas pour autant. On était bien, là. J’essayais juste de ne pas trop me sentir gêné par la situation. Louis était un très bon ami, la situation était tout à fait normale. Il me souriait toujours et je sentais qu’il était heureux. Il rapprocha de nouveau son visage et le glissa dans mon cou, tentant d’accéder à mon oreille.

« Ça va ? Tu t’amuses ? s’enquit-il. »

Je hochai doucement la tête, acquiesçant à sa question. Je sentis son sourire contre ma peau, puis il embrassa ma joue. Je tournai rapidement mon visage vers le sien, surpris de son geste, et nos lèvres se frôlèrent par accident. Il recula son visage du mien sans cesser de sourire, comme si rien ne s’était passé, et il continua à danser. Quant à moi... Je ne savais pas trop comment je me sentais. Mon esprit était embrumé, mon cœur battait vite, et je continuais à danser en pilote automatique. Je sentais encore la douceur de ses lèvres sur ma joue, puis frôlant mes lèvres. Louis du sentir mon malaise car il secoua doucement la main devant mes yeux, me faisant revenir dans la réalité, et me lança un regard interrogateur. Je secouai la tête en signe de négation, faisant comme s’il n’y avait rien, et continuai à danser, avec un peu moins d’entrain cependant.

 

Les heures passèrent et quelqu’un finit par annoncer que la boite allait fermer et que nous devions nous diriger vers la sortie. Je haussai un sourcil, surpris, et jetai un regard à ma montre. Il était cinq heures du matin. Je n’en revenais pas. La soirée avait été tellement agréable, malgré quelques incidents, que je n’avais pas vu le temps passer. Et, lorsqu’on s’amuse, on ne ressent pas la fatigue. Elle s’abattit sur moi d’un coup : mes yeux me piquaient, mes oreilles sifflaient, tous mes membres me faisaient mal. J’allais avoir des courbatures, je le sentais.

 

Nous quittâmes donc la boite de nuit et rejoignîmes le parking où Louis avait garé sa voiture. Nous nous installâmes à l’intérieur et je le vis bailler et se frotter les yeux.

« Dis, ça ne te dérange pas si je te fais dormir chez moi ? Je ne sais pas si j’aurai la force de faire un détour pour te déposer chez toi.

- Aucun souci. Fais comme tu le sens. »

Je ne voulais pas prendre le risque qu’il s’endorme au volant : plus le trajet serait court, mieux ça serait. Il démarra et je surveillai la route tout le temps que dura le trajet : il valait mieux deux paires d’yeux dans ces conditions.

 

Nous arrivâmes chez lui sains et saufs. Monter les escaliers jusqu’à son étage fut une torture. Une fois à l’intérieur, nous quittâmes nos chaussures avant de rejoindre sa chambre.

« Je peux prendre une douche avant de dormir ? Je déteste me sentir sale et il faut dire que j’ai beaucoup transpiré. »

Il hocha la tête, me tendis un caleçon propre, un bas de survêtement et un tee-shirt, soulignant toutefois qu’il ne garantissait pas que ça serait à ma taille, et m’indiqua la salle-de-bain. Je le remerciai et rejoignis la salle indiquée. Je fermai à clé derrière moi, me dévêtis et entrai dans la cabine de douche. L’eau chaude me fit un bien fou, détendant mes muscles endoloris. Je me contentai de rincer mes cheveux et savonnai rapidement mon corps avant de me rincer et de m’essuyer. Je sortis une dizaine de minutes après être entré, vêtu du sous-vêtement et du pantalon qu’il m’avait prêté. Habituellement, je dormais nu. Bien évidemment, j’avais fait l’effort de mettre un bas, mais je préférais ne pas mettre le tee-shirt.

 

En entrant dans la chambre, je vis Louis somnoler sur sa chaise de bureau. J’allai donc le secouer doucement.

« Louis. Vas te coucher, dis-je doucement. 

- Je vais prendre une petite douche aussi. Installe-toi dans le lit, je te rejoins dans cinq minutes. »

Et il partit en titubant de fatigue. Je le regardai partir et fis ce qu’il me dit. Je luttai contre la fatigue, voulant attendre son retour avant de dormir - au cas où il s’endormirait dans la douche - mais Morphée gagna la bataille et je m’effondrai dans ses bras.

 

Commentaire de l'auteur J'espère que ce chapitre vous a plu. Comme toujours, j'attends vos avis.
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales