Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 159 lectures  - 1 commentaire [21 novembre 2021 à 14:54:06]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

Michael Jackson

Mon héros, mon amour, Michael. Auteur: makeartnotwar Vue: 355
[Publiée le: 2014-07-30]    [Mise à Jour: 2014-08-12]
13+  Signaler Romance/Drame/Suspense/Amitié/HétéroPas de commentaire
Description:
Michael Jackson, star planétaire de plusieurs générations, est décédé le 25 juin 2009, à 14h26 heure locale de Los Angeles. Vous croyez l'avoir connu, mais vous vous trompez. Vous ne connaissiez que son image. Je vais vous raconter qui était Michael Joseph Jackson, l'humain qui se cachait derrière la bête de scène que vous connaissiez.
Crédits:
L'histoire m'appartient, le personnage d'Alexia aussi. Les décors comme Neverland, le reste des personnages comme Frank DiLeo, ne m'appartiennent pas.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

The way you make me feel

[1236 mots]
Publié le: 2014-07-30Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur J'ai remarqué qu'il y avait peu de fanfictions sur Michael Jackson sur ce site, alors j'espère que celle-ci vous plaira. Bonne lecture ! ♥

- Bon anniversaire Applehead !

- Merci beaucoup, je t'aime, que Dieu te bénisse.

"Applehead" était le surnom que nous nous donnions avec Michael. Il y avait ce côté innocent dans ce surnom qui n'appartenait qu'à nous. Même à 30 ans, Michael avait préservé son innocence, du moins, il faisait tout pour. Ce jour-là était particulier car nous fêtions son trentième anniversaire juste tous les deux à Neverland, c'est ce qui rendait le moment encore plus magique. Michael était mon meilleur ami depuis que j'étais adolescente, il m'avait prise sous son aile quand mes parents avaient péri dans un accident de voiture avec mon petit frère. Je m'étais retrouvée seule, et comme Michael adorait les enfants, il n'avait pas pu ignorer ma détresse. J'étais donc venue à Neverland, et depuis ce jour, je n'ai plus jamais quitté Michael.

J'étais à présent âgée de 20 ans, et notre amitié avait grandi en même temps que nous. Au fil des années, j'étais d'ailleurs devenue la seule vraie amie de Michael. Il faisait de moins en moins confiance, on ne cessait de le trahir. Mais sa confiance en moi n'a jamais été touchée, et j'en étais très fière.

- Tu sais ce que j'ai envie de faire ? me demanda-t-il, de sa voix enfantine.

- Non, mais c'est ton anniversaire, alors on fait ce que tu veux, lui répondai-je.

- Une bataille d'eau.

Les batailles d'eau... mon dieu, ce qu'il aimait ça. Il me suppliait d'en faire au moins une fois par semaine et je craquais à chaque fois. Le fait qu'il gagnait toujours lui donnait encore plus envie, vous imaginez. Et chaque fois, nous rentrions dans la demeure de Neverland trempés jusqu'aux os en riant comme des enfants. C'était toujours un vrai bonheur de passer du temps avec Michael, car je ne cessais de rire. Même s'il n'y avait rien de drôle, le simple fait de l'entendre rire suffisait à me faire rire aux éclats.

Nous fîmes donc notre super bataille d'eau avec les pistolets que j'avais offert à Michael pour ce jour si spécial, et nous nous retrouvâmes au final dans la piscine, où nous nous étions poussés mutuellement. Nous rigolions tous les deux, comme si tous nos problèmes n'existaient plus. C'était toujours comme ça avec Michael. Il vous faisait tout oublier avec son sourire innocent et sa tendresse.

- Wow, il est déjà 19h ! m'exclamai-je en regardant la grande horloge.

- Tu as dit que tu restais toute la journée avec moi ! Tu restes, hein ?

Il était impossible de résister à l'adorable visage de Michael quand il vous demandait quelque chose de cette façon. Je ne pouvais pas refuser. Et puis, après tout, je n'en avais aucune envie.

- Bien sûr que je reste, lui répondai-je en l'enlaçant.

- Tu es génial, oh oui tu l'es, dit-t-il en me serrant contre lui. Que Dieu te bénisse jusqu'à la fin, je t'aime. Merci Alexia, merci infiniment.

- Ce n'est rien Mike, ce n'est rien...

Il était tellement sensible. Pour lui, chaque fois que je restais plus d'une après-midi à Neverland, c'était comme si je m'engageais pour la vie à rester à ses côtés. Mais cela faisait bien longtemps que j'avais pris cet engagement, ce dont il ne se rendait peut-être pas compte.

Je restai donc dîner dans son palace - qui avait été le toit sous lequel j'avais vécu pendant un temps -, puis Applehead me proposa de regarder un film dans sa chambre. J'acceptai, bien évidemment. J'avais l'habitude de jouer et regarder des films avec lui dans sa chambre quand j'étais adolescente, et je ne perdais pas cette habitude en grandissant. La chambre de Michael était immense et comptait une salle de bains privative. Comme toute la résidence, elle était décorée d'affiches de Disney, de jouets et autres décorations d'enfant en tous genres.

Nous étions donc en train de regarder "Peter Pan" - son film favorit qu'il regarde souvent et obligatoirement le jour de son anniversaire - quand Michael se tourna vers moi.

- Quelque chose ne va pas, Applehead ? lui demandai-je, un peu inquiète.

- Non, justement. Tout va bien, me rassura-t-il de son joli sourire d'ange.

- Oh. C'est parfait alors.

Je souris. Il embrassa timidement ma joue et me prit contre lui. Bien installée, je m'endormis alors au creux de ses bras.



Ce matin-là, je me réveillai dans le lit de Michael. Je sentis une odeur de viennoiseries et de chocolat chaud venant de la cuisine, puis mon meilleur ami débarqua dans la chambre avec un plateau bien garni.

- Applehead, tu es réveillée ! cria-t-il en me rejoignant sur le lit. Regarde ce que je t'apporte.

- Merci Michael, tu es adorable, dis-je en m'asseyant contre l'immense tête de lit. Je me suis endormie, hier ?

- Oui, je m'en suis rendu compte assez vite alors je me suis endormi aussi.

- Tu aurais dû me réveiller...

- Pourquoi ? me demanda-t-il, supris. Tu n'aimes plus dormir avec moi ? En plus, tu es trop mignonne quand tu dors.

- Bien sûr que si, lui répondai-je en rougissant face à son compliment.

- Tu cherches encore du travail, alors tu peux rester tant que tu veux !

Il me fit un grand sourire. Ce grand sourire rassurant à quoi il est impossible de résister. Pourquoi ne pas rester après tout ? Je n'avais rien à faire en particulier, et Neverland était le meilleur endroit au monde pour se reposer et s'amuser à longueur de journée.

Après avoir pris notre petit-déjeuner, nous partîmes à Los Angeles pour la journée. Michael devait donner une interview à 14h et avait un rendez-vous avec Frank DiLeo, son manager de l'époque. Je l'accompagnais partout, quelquefois en tournée. Je ne me rendais pas vraiment compte de la chance que j'avais de suivre Michael Jackson à l'autre bout du monde et qu'il passe la plupart de son temps avec moi. Mais rien ne m'empêchait de profiter à fond.

Nous arrivâmes pile à l'heure pour l'interview de Mike. Comme à mon habitude, je m'assis en loges pour voir ce qui se passait en direct. J'écoutais l'interview tout en pianotant sur mon téléphone, tout était normal jusqu'à cette réponse de Michael qui me fit l'effet d'une bombe.

- Et les amours ? demanda le journaliste. Une star comme vous, un homme aussi séduisant ne peut pas rester célibataire éternellement !

- Vous avez raison, rit Michael. En fait, je suis célibataire, mais en ce moment je n'ai d'yeux que pour une seule femme.

Je passai le reste de l'interview, puis durant tout le rendez-vous avec Frank, à réfléchir. Qui était cette femme ? Je me mis à penser que c'était peut-être moi, pendant une demi seconde, puis je revins à la raison. Michael et moi étions les meilleurs amis du monde. Nous partagions tout, chacun connaissait parfaitement les pensées et secrets de l'autre. Du moins c'est ce que j'avais cru. Michael m'avait caché quelque chose, et pas des moindres. Je me sentais blessée. Il y en avait donc une autre.

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales