Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Journalistes du futur et d'ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 04/11/2018
  • Revenir de l'avenir
    Éditions Le Grimoire
    Nb de signes : 20 000 - 40 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - dystopie - humour - steampunk - space opera - uchronie - dark fantasy - fiction
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • La Paix
    Mouvement de la Paix du Rhône
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : fantastique - science-fiction - policier - humour - imaginaire
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Rindaya
    Boz'Dodor
    Nb de signes : < 12 600 sec
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 07/08/2018
  • #exclusif
    J'ai lu
    Nb de signes : 250 000 - 350 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Sur un malentendu…
    J'ai lu
    Nb de signes : 50 000 - 70 000 sec
    Genre : comédie romantique
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Dystopie
    H2 Fanzine
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : science-fiction - jeunesse
    Délai de soumission : 10/08/2018
  • Cthulhu
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : horreur
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • Femmes de l'étrange
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : fantastique - horreur
    Délai de soumission : 30/09/2018
  • Prix Saint-Nicolas du Conte de Noël
    Éditions Ex Æquo
    Nb de signes : 18 000 - 25 000 sec
    Genre : conte - noël - tout public
    Délai de soumission : 15/09/2018

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Amateurs de KPOP, cette nouvelle devrait vous plaire !
 par   - 830 lectures  - 2 commentaires [16 juin 2018 à 18:29:29]

Sur mashable FR une nouvelle a retenu mon attention :
L’anglais ne sera bientôt plus la langue universelle de la pop music

Il semblerait que le coréen devienne l'une des langues les plus écoutées au États-Unis avec l'espagnol.

 

Google et les données...
 par   - 456 lectures  - Aucun commentaire

Depuis quelques mois j'ai supprimé Google Analytics du site. J'y perds en analyse, mais gangne en vitesse et c'est un suivi de moins par Google.
Dès que Google a fourni un outil pour se conformer au RGPD j'y ai désactivé le suivi pour la personnalisation des pubs.

Ça signifie, par exemple, que vous ne devriez plus voir de pub correspondant à ce que vous regarder sur d'autres sites.

Le plagiat des livres, parlons-en
 par   - 633 lectures  - Aucun commentaire

Le plagiat des livres, parlons-en. Suite aux nombreuses affaires de plagiat dans lesquelles nous sommes intervenus avec Manon, je me suis dit qu’il serait important de vous en informer. Ce sujet touche autant les écrivains en herbes que les auteurs confirmés. Hélas, de nombreuses personnes ignorent les enjeux du plagiat. Dorénavant, vous serez informés. J’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter que le plagiat continue à se répandre dans le futur.

Qu’est-ce que le plagiat ?

Tout d’abord, le plagiat est une faute d'ordre moral, civil ou commercial. Elle consiste à recopier ou à s’accaparer une oeuvre sans le consentement sur papier de l’auteur, ou de l’éditeur s’il y a, avec sa signature à l’appui. Un simple mail ne suffit pas. De plus, prévenir que l’oeuvre n’est pas la nôtre, car nous avons copié-collé le livre d’untel, c’est tout bonnement avouer un délit.

En d’autres mots, plagier, c’est copier/coller une oeuvre en modifiant ou non l’oeuvre originale (nom, sexe, univers…). Plagier, c’est aussi reprendre entièrement un scénario. De même que plagier, c’est traduire une oeuvre sans l’autorisation signée de son auteur original. En agissant ainsi, le plagieur contribue, inconsciemment ou non, à une faute juridique grave : un non-respect des droits patrimoniaux et moraux de l'auteur original. De ce fait, au risque de le répéter, le plagiat est considéré comme un délit. En s’y adonnant, le plagieur risque :

Selon le Code pénal :

L'article L122-4 du Code de la propriété intellectuelle prévoit que « Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. »

Le plagieur risque :

○ 2 ans d'emprisonnement
○ 150 000 € d'amende pour dommage et intérêt
○ Peine civile voire même pénale si l'auteur qui en est victime a un bon avocat

De plus, les auteurs connus comme Gilles Legardinier ou Guillaume Musso, ont une certaine notoriété et emprise sur le marché du livre. Lorsqu’ils en publient un, les gens vont se ruer dessus. Ils connaissent leurs styles d’écriture et savent qu’ils ne seront pas déçus. Par conséquent, leurs oeuvres seront bien vendues. Si l’éditeur apprend que leurs écrits sont mis gratuitement à disposition sur un site, il ne va certainement pas apprécier. De ce fait, il peut attaquer le plagieur en justice. En raison d’un bon avocat, le verdict sera bien plus important que 150 000 € d’amende ou 2 ans d’emprisonnement.

Ce qu’il faut savoir sur les auteurs et le plagiat

L’auteur, connu ou non, choisi tout lorsqu’il écrit son histoire. Cela passe du nom des personnages, aux caractères et caratéristiques physiques en passant par les lieux, les nationalités, etc. Il passe du temps à mettre en place son scénario, à choisir ses mots, à écrire ses phrases. En somme, faire en sorte que ce soit cohérent. Cette phase d’invention et d'écriture peut aussi bien être courte que durer des années.

Imaginez seulement sa réaction lorsqu’il apprendra qu’un de ses lecteurs a tout bonnement repris l’histoire, pire, l’a déchiquetée en un temps record juste pour la reprendre, par exemple, avec son pairing favori. Ou juste simplement la faire partager à des lecteurs. Comparez trois ans de dur labeur et de stress à… cette misère.

De plus, si le livre a été traduit, copier/coller le travail du traducteur, c’est aussi le voler. Le plagier. Pour rappel, le travail d’un traducteur c’est de de comprendre le sens qu'a voulu donné l'écrivain à sa phrase et la retransmettre au mieux dans sa langue à lui, garder la cohérence. Ça prend du temps.

Par contre, nous ne pouvons rien faire lorsqu’une oeuvre, comme par exemple, Alice aux pays des merveilles, se trouve sur un site gratuit. Ou toute autre oeuvre ancienne. L’histoire devient un bien public 70 ans après la mort de l’auteur.

En résumé

Généralement, lorsque nous souhaitons partager une oeuvre que nous avons appréciée, le plus simple est d’en parler, par exemple, à la fin d’un chapitre. Vouloir la partager en la copiant-collant, non. Même si l’auteur ne répond pas au message. Je dis ça, parce qu’une personne m’a répondu ainsi. De plus, lorsque nous citons un auteur, nous devons le mettre avec les guillemets et la référence bibliographique. Cela se rapporte à des bouts de lignes, et non à un livre entier.

Pour rappel, Wattpad et Fanfic-fr avaient lancé leur site pour que les auteurs fassent connaître leur oeuvre. Et non celle d’un autre.

Maintenant que vous le savez, j’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter cela. Prévenez-moi en cas de doute. J’interviendrai pour en informer le plagieur. S’il ne souhaite pas supprimer l’histoire plagiée (oui, il y a des gens têtus et immatures), j’inviterai les administrateurs à s’en occuper.

Au nom du respect, je vous en prie.

STOP AU PLAGIAT
(#contreleplagiat)

Petites informations supplémentaires :

○ Sachez que si le plagieur écrivait ses propres fictions, je ne l’empêche absolument pas de les continuer. Au contraire. Mais, il doit supprimer l’oeuvre plagiée.

○ De plus, je n’ai rien contre les personnes imaginant d’autres personnages lorsqu’elle lise un livre, avec par exemple, leur pairing favori. Néanmoins, elles n’ont pas le droit de reproduire leur envie, à moins de s’inspirer de l’oeuvre pour écrire leur fanfiction.

Le Discord de la Ligue des Chroniqueurs vous ouvre joyeusement ses portes !
 par   - 884 lectures  - 1 commentaire [21 mai 2018 à 22:43:44]

Bonjour à toutes et à tous !

Je suis Etsukazu, un humble auteur de fanfictions du fandom Naruto, et je viens vous annoncer que le groupe Discord de la Ligue des Chroniqueurs, formé il y a quelques mois, s’ouvre officiellement à la communauté de Fanfic-Fr.

Envie de discuter avec les auteurs de vos fandoms favoris ? Ce groupe est fait pour vous.

Naturellement, vous vous demandez aussitôt tous ce qu’est un groupe Discord (Non ? Mince alors !), mais surtout, qu’est-ce que la Ligue des Chroniqueurs ? Laissez-moi donc vous répondre dans l’ordre.

Discord est une plateforme de discussion instantanée dont l’interface permet des discussions écrites élaborées aussi bien que des discussions vocales. Cette application est très utilisée par les communautés de joueurs de jeux vidéo, quels que soient leurs genres, et elle a été conçue principalement pour eux – en premier lieu – toutefois, son utilité ne se cantonne pas à eux. Effectivement, elle est utilisée par beaucoup de monde, et il se trouve que la Ligue des Chroniqueurs l’utilise également.

La Ligue des Chroniqueurs, quant à elle, est une petite communauté – de 160 membres actuellement – qui regroupe de nombreux auteurs publiant sur Fanfic-Fr comme sur fanfiction.net, ainsi que les lecteurs qui souhaitent venir s’exprimer et échanger autour de notre passion commune qu’est la fanfiction.


Lire la suite...
Les Editions du Flamant Noir cherche de nouveaux Talents
 par   - 870 lectures  - Aucun commentaire

Plumavitae s'associe avec Flamant Noir Editions

Plumavitae.co, vous vous souvenez ? Si non, rendez-vous sur plumavitae.co !
Mais ce n'est pas le sujet ! Nous avons le plaisir de vous annoncer notre partenariat avec Flamant Noir Editions, une maison d'édition exigeante consacrée au polar, le thriller ou encore le roman noir.

A partir du 2 mai 2018, grâce à Plumavitae, Flamant Noir Editions rouvre la réception des manuscrits par internet ! Auteur(e) de Thriller, de Polar ou de Roman Noir ? Envoyez-nous votre manuscrit !

Conditions d’envoi :

- Envoyez votre projet à cette adresse : manuscrits.flamantnoir.ed@gmail.com
- Votre manuscrit doit être cohérent avec la ligne éditoriale des Éditions Flamant Noir (plus d'infos sur http://editions-flamant-noir.com/)
- Adressez-nous au maximum les 50 premières pages de ton écrit (soit 37000 mots), accompagnées d’une présentation générale de vous et de votre projet

Alors, à vos claviers et que la Plume du Flamant Noir soit avec vous !


Lire la suite...
Concours d'écriture by Shaku #1
 par   - 1224 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour, je vous propose un concours d'écriture dont les règles sont plutôt simple. Je répondrais à toutes vos questions si vous en avez.

Par contre, sachez avant toute chose que je m'excuse envers les personnes n’habitant pas en France. Je ne peux accepter votre texte, car je ne pourrais pas financer les frais de port si jamais vous gagnez un lot... Cependant, vous pouvez participer si vous ne souhaitez rien gagner !

Le principe de ce premier concours

• Ce concours est anonyme.
○ Les participants m'enverront leur texte par mail en PDF à cette adresse (morganeperro@outlook.fr)
○ Titre du mail : Prompt#1 + Titre de leur fiction + n° du prompt
○ Le titre de leur fiction devra être au-dessus du corps du texte. Ce nombre de mot ne sera pas compris dans la limite autorisée.

• Écrire une fiction entre 3000 et 10 000 mots sur la base d’un prompt choisi au préalable à partir du 15 avril sur le document google indiqué en bas de la page.
○ Le prompt choisi doit être libre au moment de la réservation. Dans le cas contraire, choisissez un autre prompt où il n’y a pas marqué (réservé par « nom »)

Mais… qu'est-ce qu'un prompt ?
• Un prompt c’est un petit plan ou idée de quelques lignes pour écrire une fiction. On remplace aussi "A", "B", ect, par le nom du personnage.

○ Exemple :
• A et B se promènent dans la forêt et se font téléporter par des extra-terrestres. Comment vont-ils s'en sortir sans que ces monstres ne décident de copuler avec eux ?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

KAT-TUN

L'oreille Musicale SP
[Histoire Terminée]
Auteur: LilyGivrée Vue: 452
[Publiée le: 2010-03-22]    [Mise à Jour: 2010-03-22]
R  Signaler Romance/Erotique Commentaire : 1
Description:
Depuis qu'elle a perdu un être cher, Kaeri s'est enfermée dans une bulle hors du monde et refuse de s'attacher à qui que ce soit. Mais sa rencontre avec Jin Akanishi et les autres membres du célèbre groupe KAT-TUN, dont elle ignore tout, va bouleverser sa vie.

Ceci est un chapitre spécial. Il n'est pas nécessaire de le lire pour comprendre l'histoire normale et il n'est pas non plus nécessaire d'avoir lu l'histoire pour comprendre ce chapitre !

Vous trouverez l'histoire dans son intégralité ICI.
Bonne lecture !
Crédits:
Jin Akanishi s'appartient à lui-même. Le reste vient de mon imagination.
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Invitation SP (chapitre 15)

[2736 mots]
Publié le: 2010-03-22
Mis à Jour: 2010-03-22
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Et voilà, j'ai résolu mon problème de rating !

Invitation

Comme promis, Jin emmena Kaeri dans un petit restaurant simple, dans lequel les gens portaient des jeans et des baskets et les filles se permettaient la folie de rassembler vaguement leurs cheveux juste pour ne pas qu’ils les gênent. Jin demanda à être à l’abri des regards, ce à quoi Kaeri ne trouva rien à objecter. Ils commandèrent. Leurs boissons leur furent servies, Jin tint à porter un toast. Kaeri leva son verre.
      - A l’avenir radieux qui t’attend, lança-t-il joyeusement !
      Les verres tintèrent l’un contre l’autre et Kaeri porta le sien à ses lèvres, imitée par Jin. Ils burent un peu et reposèrent leurs verres avant de converser joyeusement. Kaeri raconta son après-midi dans les moindres détails, lui faisant ainsi part de la joie ressentie lorsqu’elle avait eu l’autorisation de s’occuper elle-même du photoshoot des NewS. Jin buvait littéralement ses paroles. Il n’avait qu’un seul regret : n’avoir pas été là pour voir cela. Il imaginait son regard à ce moment-là, brillant et concentré. Il aurait tout donné, ou presque, pour être à la place de Yamashita et de ses compagnons.
      - Jin ?
      - Hein ? Pardon, fit-il. Je me suis perdu dans mes pensées !
      Kaeri lui offrit un sourire avant de lui demander ce qu’il avait fait de son après-midi. Tandis qu’ils mangeaient leurs plats, Jin narra à son invitée ses activités.
      - A partir de maintenant, ça ne va plus être aussi facile de se voir comme ça. Quand nous ne serons pas en répétition pour la tournée, nous devrons en faire la promo. C’est la période que j’aime le moins. Le mois qui se profile promet d’être épuisant. Il me tarde déjà la tournée...
      - C’est pour ça que tu voulais dîner avec moi, demanda Kaeri ?
      - Pas vraiment, se défendit-il. Je voulais d’abord fêter ta première journée de boulot à la Johnny’s !
      Kaeri souriait. Elle paraissait vraiment heureuse. Ils partirent sans manger de dessert. Kaeri était fatiguée et Jin ne paraissait pas plus reposé qu’elle.

- Tu montes un peu, lui proposa Kaeri lorsqu’il la ramena chez elle ?
      - Je ne sais pas si j’aurai le courage de partir après, insinua Jin.
      - Dormir avec toi n’est pas une corvée.
      La main de Jin était posée sur le frein à main, celle de Kaeri sur le bord du siège. Il aurait suffi d’un infime mouvement pour que leurs peaux se frôlent. Le visage de Kaeri était tourné vers celui de Jin. Ils se noyaient dans le regard de l’autre. Jin éloigna sa main et la posa sur la clé.
      - D’accord, concéda-t-il.
      Il éteignit le contact. Kaeri laissa l’air froid de l’hiver pénétrer dans le véhicule. Elle frissonna et sortit. Pour ne pas perdre de temps, elle ouvrit la porte du bâtiment, le temps que Jin la rejoigne. Ils montèrent jusqu’à son étage et entrèrent dans son appartement. Jin referma derrière lui. Ils enlevèrent leurs chaussures puis leurs vestes et les laissèrent dans l’entrée. Kaeri tourna le dos à Jin. Elle était face à un mur, observant la peinture.  
      - Merci, laissa-t-elle échapper. Merci pour tout Jin...
      Sa voix laissait transparaître son émotion. Jin s’approcha d’elle et la serra contre lui, ses mains posées sur son ventre. Elle cessa de respirer. Jin colla sa joue droite contre la joue gauche de Kaeri.
      - Te voir heureuse fais mon bonheur, chuchota-t-il.
      Un large sourire s’afficha sur les lèvres de la jeune femme. Lorsqu’elle s’en sentit le courage, elle se dégagea doucement de l’étreinte. Jin recula d’un mètre. Kaeri se retourna. Son cœur battait la chamade. Elle se perdit dans le regard de Jin. Celui-ci se rapprocha alors. Instinctivement, Kaeri voulut reculer. Elle se retrouva contre le mur. Doucement, Jin avança vers elle. Lorsque la distance entre eux devint infime, Il posa avec délicatesse une main sur la joue rose de Kaeri. Le contact de leur peau lui fit l’effet d’une brûlure. Son visage vira au rouge, sa respiration s’accéléra, son cœur battit à tout rompre. Du bout des doigts, Jin caressa sa joue. Puis il approcha son visage du sien et ses lèvres se posèrent sur celles de Kaeri. Instantanément, ses yeux se fermèrent. Elle se pressa contre Jin. Il l’y aida en la saisissant par la taille.

 De longues secondes s’écoulèrent avant que Jin ne quitte les lèvres pleines de Kaeri. Elle inspira profondément avant de rouvrir ses yeux, tentant vainement d’ignorer les battements sourds de son cœur et les papillons qui voletaient dans son ventre. Elle reprit son souffle sans le quitter des yeux. Il attrapa sa main droite et la posa contre son cœur. Kaeri sourit en sentant ces battements effrénés. Jin guettait la moindre de ses réactions. Elle se mordit la lèvre avant de porter à son tour la main libre de Jin contre son cœur à elle. Jin accueillit ce geste comme une invitation et, de nouveau, il captura les lèvres de Kaeri. Elle laissa sa main glisser sur son torse tandis qu’il posait ses deux mains sur ses hanches. Elle plaça son autre main sur sa nuque chaude, la glissant sous ses cheveux mi-longs. Il se serra contre elle et avança jusqu’à ce que son dos soit contre le mur. Alors elle entrouvrit ses lèvres, permettant à Jin d’approfondir leur baiser. Leurs langues se caressèrent un long moment, ne cessant leur danse que lorsque l’air vint à manquer. Kaeri étreignit alors longuement Jin, sa tête enfouie contre son torse. C’était comme si le temps s’était arrêtée. Jin caressa les longs cheveux soyeux de Kaeri. Blottie contre lui, elle se sentait bien. Elle laissa son cœur retrouver un rythme normal avant de bouger. Lorsqu’elle releva la tête, son regard se posa inévitablement sur les lèvres tentatrices de Jin. Cette pensée l’étonna.
      - Je... J’ai... Je v... balbutia-t-elle.
      Un doux sourire illumina le visage angélique du brun. Elle respira profondément.
      - J’ai besoin de... prendre une douche, parvint-elle à articuler.
      Une lueur d’angoisse apparut dans le regard de Jin. Il fit comme si de rien n’était.
      - Veux-tu que je m’en aille, jolie Kaeri ?
      - Non, s’insurgea-t-elle ! Reste !
      Cette réponse satisfit pleinement Jin qui déposa un tendre baiser sur le front de la jeune femme avant de la libérer de son emprise. Lentement, elle se dirigea vers la salle de bain et ferma la porte. Jin se laissa tomber dans le canapé. La présence de Kaeri était pour lui une source de bonheur. Il s’en était rendu compte depuis un certain temps déjà mais n’avait pas voulu y prêter attention. Elle n’était pas prête. Il ne savait d’ailleurs pas si elle pouvait supporter une relation amoureuse. Il ne savait pas comment ils en étaient arrivés là. Et il en allait de même pour Kaeri. Elle laissait l’eau chaude couler le long de sa peau et tentait de réfléchir à la situation. Elle n’y parvenait pas. Sa raison lui hurlait de faire marche arrière. Mais son cœur et son instinct s’alliaient et lui rappelaient que Jin avait su briser sa carapace et lui rendre le sourire. Elle avait besoin de lui. Ce besoin, elle en avait pris conscience la veille, lorsque Jin l’avait appelée pour la prévenir qu’il ne pourrait pas la rejoindre.

Dès qu’elle eut compris cela, elle éteignit l’eau et se sécha rapidement. Elle enfila un pantalon en tissu noir et un débardeur blanc avant de sortir timidement de la salle de bain. Elle trouva Jin en train de se tortiller sur le fauteuil. Elle l’interpela. Il se retourna. Elle lui sourit. Cela le rassura. Il avait eu peur qu’elle ne décide de tout arrêter là. Lui, il souhaitait être avec elle. Il voulait partager ce destin fabuleux qui se profilait devant elle. Il se leva. Elle fit quelques pas vers lui. Il parcourut le reste du chemin et la serra contre lui. Il enfouit son visage dans ses cheveux et se laissa griser par son parfum. Kaeri glissa ses mains sous sa chemise, caressant délicatement son dos. Un frisson le parcourut. Il laissa alors ses mains parcourir les courbes de son aimée. Il effleura la peau nue de ses bras et s’arrêta sur ses hanches. Leurs regards se croisèrent. Elle approcha ses lèvres et ils s’embrassèrent. Les mains de Jin vagabondèrent sur les fesses de Kaeri. Il avait peur de mal faire. Kaeri n’était pas comme ses conquêtes précédentes. Mais elle le laissa faire, se délectant de ces caresses tendres et amoureuses. Il déposa des baisers passionnés dans son cou. Elle en frissonna. Sous le coup de l’émotion, elle manqua basculer en arrière. Jin ne la laissa pas faire et serra sa taille contre lui. Elle rit un peu. Il lui jeta un regard inquiet. Elle le rassura en l’embrassant. Elle savait que ce qu’elle faisait n’était pas « bien » ni « normal » pour une femme respectable. Pourtant, elle ne voyait pas comment elle pouvait faire autrement. Aussi n’essaya-t-elle pas de réfréner ses envies. Elle déboutonna le premier bouton de la chemise de Jin, puis le second. Il s’étonna et cessa de bouger.
      - Tu en es sûre, murmura-t-il ?
      - Oui...
      Elle acheva d’ouvrir la chemise blanche et entraîna Jin dans sa chambre sans cesser de l’embrasser.

 

Les baisers se firent de plus en plus passionnés. Jin laissait ses mains courir sur le corps de celle qu’il aimait. Ses doigts caressaient avec tendresse et passion la peau de la jeune femme. Lentement, il releva son tee-shirt et finit par le lui enlever, dévoilant son sous-vêtement. Son regard s’arrêta sur le tissu. Il laissait deviner ses tétons. Kaeri embrassa Jin, pressant son torse quasi-nu contre celui de Jin. Elle fit tomber la chemise de Jin à terre dans un froissement discret. Jin caressait amoureusement le dos de Kaeri. Elle l’enlaçait, posant ses mains sur ses fesses musclées. Elle finit par passer une main entre le jean et le caleçon. Brusquement, Jin la souleva de terre. Elle enroula ses jambes autour de sa jambe embrassant son cou. Jin la fit basculer sur le lit et s’agenouilla au-dessus d’elle. Il s’appliqua à embrasser chaque parcelle de son cou. Son souffle chaud contre sa peau l’enivrait. Ses sens étaient en exergue. Jin se délectait des frissons qui agitaient ce corps fin qu’il aimait tant. Avec une passion sans nom, il caressait son corps. Elle s’agrippait à lui, avide du contact de leurs peaux. Elle chercha ses lèvres. Il se recula. Elle décolla son dos du lit. Jin en profita pour dégrafer son soutien-gorge. Du bout des doigts, il fit glisser les bretelles le long des bras de la jeune femme qui se débarrassa elle-même du tissu devenu encombrant. Jin guetta d’un air gourmand la poitrine enfin dévoilée. Il se mordit la lèvre inférieure et lança un regard désireux à Kaeri. Il se pressa contre Kaeri pour la pousser à se coucher de nouveau. Puis il baisa encore son cou avant de descendre langoureusement vers sa poitrine. Il approcha ses lèvres de son sein gauche. Le chatouillis de son souffle sur cette partie sensible de son anatomie agita le corps de Kaeri. Elle eut soudain très chaud. Jin donna de passionnés baisers qui ne laissaient pas l’amante indifférente. Elle se cambrait sous les caresses du brun. Si ses doigts fins cajolaient parfois ces seins bien dessinés sans rechigner, il préférait nettement les saisir tour à tour à pleine bouche, savourant leur parfum sucré, agaçant leur bout durci par le plaisir et l’envie. Elle était totalement sous son contrôle.

Lorsqu’il sentit qu’elle était prête, il se risqua à passer sa main sous son pantalon. Il caressa d’abord ses fesses. Son cœur se mit à battre plus fort encore, comme s’il avait décidé de briser tous les records. Les lèvres de Jin ne se décrochaient pas de la peau de Kaeri. Il esquissa quelques mouvements de bassin contre son bas-ventre. Cet aperçu fit monter la température de leurs deux corps. Kaeri sentit l’excitation monter en elle. Il en alla de même pour Jin. Il n’en pouvait plus. Ce corps, il l’idolâtrait. Il voulait le dévorer entier, profiter au plus de lui. Mais surtout, ce qu’il voulait plus que tout, c’était donner du plaisir à Kaeri.  Alors, même s’il la savait prête, il choisit de la faire languir encore. Sa langue entreprit de caresser son ventre sensuellement. Il se délecta du spectacle que lui offrait ce corps aussi réceptif à ses caresses. Puis il lui enleva son pantalon avec délicatesse. En remontant vers son buste, il caressa ses jambes. Elle en profita pour les écarter et les enrouler autour de sa taille. Elle l’attira vers son visage et commença à l’embrasser avec une fougue indescriptible. Jin profita de cet échange pour ôter son pantalon sans que Kaeri ne s’en rende véritablement compte. Lorsque leurs lèvres furent séparées par le manque d’air, Jin était en boxer sur Kaeri. Hardie, elle fit glisser ce sous-vêtement qu’elle trouvait importun sur les cuisses de son amant. Elle fixait Jin dans les yeux, n’osant pas vraiment regarder plus bas. Le brun bascula sur le côté et acheva d’envoyer valser son boxer. Puis il s’attela à faire disparaître la dernière pièce d’étoffe. Il s’appuya sur son coude droit, son regard accroché à celui de celle qu’il aimait. Il attira sa tête vers lui et mordilla ses lèvres. Lentement, sa main descendait le long du ventre plat de Kaeri et finit sur son intimité. Il la sentit se tendre puis se cambrer. Alors il devina que c’était sa première fois. Il se fit plus tendre glissa sa main plus bas, titillant son intimité, se jouant de ses cambrures, appréciant ses paupières closes par le désir qui la consumait, savourant son souffle de plus en plus irrégulier. Ses mains s’accrochèrent aux draps puis aux coussins, ses lèvres s’entrouvraient sans qu’aucun son n’en sorte. Un regard langoureux d’une Kaeri ayant vaguement retrouvé ses esprits suffit pour que Jin ne se repositionne au-dessus de celle-ci.

Il lui donna un tendre baiser avant de s’insérer en douceur en elle. Elle ne put réprimer une petite grimace de douleur qui n’échappa pas à Jin. En douceur, il effleura son cou du bout des lèvres. Il fit un premier vas-et-viens, attentif au moindre geste de celle avec qui il ne faisait à présent plus qu’un. Il ne voulait pas lui faire mal. Heureusement, la douleur n’était rien comparée à la sensation complètement folle qui submergea Kaeri. Elle posa doucement ses mains sur les fesses nues de Jin et l’attira en elle. Toute expression de douleur avait disparu de son visage. Son regard exprimait un désir intense de sentir Jin au plus profond de son être. Lorsqu’il fut assuré qu’elle n’avait plus mal, il se laissa aller à ses propres désirs et enchaîna les mouvements de bassin au fil des gémissements de son amante. Il alternait mouvements courts et rapides et gestes lents et profonds, surprenant la jeune femme qui laissa échapper des soupirs de plus en plus forts. Ses mains cherchaient le contact avec la peau de Jin. Elles s’attachèrent l’une au dos de Jin l’autre à l’une de ses fesses, l’encourageant à continuer. Leurs souffles hiératiques se mêlaient à merveille. Puis les soupirs de Kaeri  se muèrent en cris discrets qu’elle essaya de réprimer en abandonnant le dos de son amant pour étouffer ses cris avec sa main. Jin s’empressa d’attraper la traîtresse. Le dos cambré, Kaeri avait de plus en plus de mal à contenir son plaisir. Ce fut seulement lorsqu’elle ne put plus se retenir que l’homme se laissa également aller dans un dernier coup de rein. Il se serra contre le corps nu sous lui en prenant garde à ne pas l’étouffer. La respiration haletante, le front humide de sueur, Jin embrassa le cou de Kaeri.
      - Je t’aime, murmura-t-il lorsqu’il eut retrouvé un peu de son souffle.
      Kaeri en perdit de nouveau le sien. Le petit nuage sur lequel elle planait s’envola et l’envoya plus loin encore dans le ciel. Elle étreignit Jin.
      - Je t’aime, articula-t-elle.
      Jin glissa sur le côté et blottit son aimée contre son torse chaud. Ils s’endormirent ainsi, dans le bonheur le plus parfait qui puisse être, avec une sensation de bien-être que ni l’un ni l’autre n’avait jamais ressenti.

Commentaire de l'auteur J'espère que vous avez aimé !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2018 / Mentions légales