Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 2288 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

EXO

Something Strange [Fiction]
[Histoire Terminée]
Auteur: GoldFish Vue: 8489
[Publiée le: 2015-07-04]    [Mise à Jour: 2019-05-12]
G  Signaler Romance/Yaoi (HxH)/Amitié/Lemon Commentaires : 41
Description:
Pairings: Sehun & Jongin (KaiSoo + SeBaek)
Résumé : Une légende chinoise raconte qu'un fil rouge relie deux personnes. Ce fil ne pourra jamais se rompre. Il peut s'emmêler mais jamais il ne cédera. Quoi qu'il arrive vous êtes destiné à rencontrer cette personne et lorsque vous l'avez en face de vous, tout s'illumine. Je n'avais jamais cru à cette légende jusqu'à ce que je me retrouve face à lui.
Crédits:
L'histoire m'appartient entièrement mais pas les personnages. Sauf les parents de Jongin XD
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 18 (Première Partie)

[10042 mots]
Publié le: 2018-11-23Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Bonjour à tous ! Non je ne suis pas morte ~
La fiction continue et j'espère que vous êtes encore là vous aussi :D
Voici donc la 1ère partie du chapitre 18 ! Pourquoi 1ère partie ? Parce que si je poste en une seule partie il fera plus de 20 pages et... je tiens à vous préserver ahah

Très bonne lecture à vous et à bientôt pour la seconde partie !

CHAPITRE 18

 

Terminant les cours vers treize heure, je traverse le couloir dans l’optique de rejoindre mon casier afin de récupérer mes dernières affaires car en effet, aujourd’hui était mon dernier jour de cours. Mardi soir aura lieu le spectacle de fin d’année puis les grandes vacances seront à notre portée !

 

C’est donc tout enjoué à l’idée de rentrer tôt chez moi que j’arrive au niveau de mon casier. Je m’apprête à l’ouvrir lorsque je sens se coller contre moi un corps ainsi qu’une main glisser sur mon ventre. Reconnaissant immédiatement le détenteur de ce corps, je joins ma main sur la sienne, recevant un bref baiser contre mon cou. Je me retourne doucement pour lui faire face, lui offrant mon plus beau sourire alors qu’il vient chercher mes lèvres quelque peu brusquement, ce qui a pour effet de me plaquer contre les casiers. Les lui offrant avec plaisir, j’enlace par la même occasion ses larges épaules pour le rapprocher de moi. Lorsque nos lèvres se rencontrent, je le vois fermer les yeux et pousser un puissant soupir de soulagement.

 

Comprenant parfaitement ce qui le met dans cet état d’anxiété, j’adoucis notre échange d’un millier de doux baisers tout en ramenant tendrement mes doigts contre son visage pour doucement caresser ses joues. L’effet est immédiat et je sens son corps se détendre. Il dépose son front contre le mien et ouvre doucement les yeux, rencontrant les miens qui lui crient que tout ira bien. Il rapproche à nouveau ses lèvres des miennes pour les picorer nerveusement, s’éloignant de seulement quelques millimètres pour pouvoir respirer tout en restant contre moi.

 

_ Ça va bien se passer, tu verras… Le rassuré-je alors qu’un gémissement de frustration raisonnait dans notre bulle.

_ Donne-moi ta force et ton courage… Je n’y arriverai jamais…Chouina-t-il en effleurant mes lèvres des siennes.

_ Ce n’est que ton père, il ne va pas te manger, ris-je doucement pour me moquer de lui tout en caressant doucement sa pommette.

_ Si seulement c’était si facile… Je suis trop stressé… soupire-t-il en fermant les yeux alors que la sonnerie qui indiquait la reprise des cours pour lui retentie. Je ne veux pas y aller… gémit-il en faisant la moue.

 

J’enlace alors fermement mes deux bras autour de son cou, créant une barrière autour de nos deux visages que personne d’autre que nous ne peut atteindre. Je le sens plonger son visage contre mon cou tout en humant mon odeur et en me serrant davantage dans ses bras.

 

_ Pense que lorsque ce sera terminé tu me retrouveras, le consolé-je comme je le pouvais pour qu’il n’annule pas. Je sais que c’est difficile pour toi mais il a fait un pas vers toi alors laisse lui une chance de rattraper ses erreurs, d’accord ? Dis-je en lui souriant alors qu’il se recule.

_ D’accord… J’aurai le droit à un câlin ce soir ? Me demande-t-il alors qu’un sourire malicieux étire ses lèvres.

_ Tu auras le droit à tout ce que tu veux…, réponds-je en venant lui mordre doucement la lèvre inférieure. Aller vas-t-en avant d’être en retard en cours.

 

Il me sourit puis m’embrasse une dernière fois longuement, comme s’il venait puiser mon énergie pour se donner du courage. Cet échange est tellement intense que mes yeux se ferment automatiquement. J’accroche mes mains à ses coudes alors qu’il vient déposer délicatement les siennes autour de mon visage pour que je ne m’éloigne pas. Jamais je ne m’éloignerais de toi, mon amour. Lorsqu’il s’éloigne, je tente de me rapprocher de ses lèvres par reflexe, ou plutôt par manque. Je sens dans mon cœur un picotement à la fois agréable et désagréable. Agréable car j’aime ces moments-là, mais désagréables car il doit partir. Il s’éloigne d’ailleurs à reculons, plongeant son regard dans le mien tout en mimant de ses lèvres un « Je t’aime » que j’entends comme s’il venait de me le chuchoter contre l’oreille. Un doux frisson survient après que mon cœur ait loupé un battement, je lui souris puis il disparait de ma vue. Je me retourne à mon tour en souriant comme un idiot pour ouvrir mon casier, sortant toutes mes affaires pour les ranger dans mon sac à dos. Une fois vide, je le referme et prends le chemin de la sortie pour rentrer chez moi. Arrivé dehors, j’enfile mes écouteurs dans mes oreilles en entamant la route du retour lorsqu’une voix que je reconnaitrais entre mille, m’appelle.

 

_ JONGIN !

 

Surpris, ma tête se tourne immédiatement vers le parking d’où provient la voix. Ce n’est pas vrai !

 

_ PAPA ! M’écrié-je en m’élançant à sa rencontre pour le serrer avec hâte dans mes bras. C’est pas vrai, qu’est-ce que tu fais là ?! Continué-je en le serrant le plus fort que je le pouvais alors qu’il faisait de même avec moi.

_ Je viens d’arriver et comme ta mère travaille, je voulais te faire une surprise. Tu m’as tellement manqué mon grand, comment ça va ? Me questionne-t-il sans me lâcher.

_ Ah je suis trop content de te voir, tu m’as trop manqué ! Sautillé-je presque de bonheur. Je vais très bien, encore mieux maintenant que tu es là, et toi alors ? Tu dois être complètement crevé avec l’avion… Ah ! Maman va être tellement heureuse, elle sait que t’es là ?

_ Je ne peux pas aller mieux, ça fait du bien de rentrer et de retrouver sa famille, dit-il en embrassant mon crâne. C’est elle qui m’a dit que tu finissais à cette heure-ci alors je voulais en profiter pour passer l’après-midi avec toi. Enfin si tu n’as rien de prévu, me propose-t-il alors que je m’éloigne de lui pour le regarder.

_ J’ai rien de prévu, enfin maintenant si ! Ris-je, les yeux pétillants de bonheur.

_ Génial, on va se faire un après-midi entre homme alors ! Sehun n’est pas là ? Me demande-t-il en regardant derrière moi.

_ Ah non, il finit les cours à 17h, mais il vient à la maison après son rendez-vous avec son père.

_ D’accord, tu as faim ?

_ Je meurs de faim !

_ Attrape ! S’exclame-t-il en me lançant les clés du véhicule que j’attrape par reflexe. C’est toi qui conduit ~

_ Mais… c’est quoi cette voiture ? L’interrogé-je, intrigué de voir une voiture totalement inconnue et semblant très luxueuse.

_ Ne discute pas et grimpe !

 

Tout content de conduire cette voiture d’une valeur qui semble d’un prix exorbitant et quasi neuve, je la contourne pour ranger mon sac dans le coffre avant de m’installer au volant. Réglant le siège à ma taille, je le sens épouser parfaitement les courbes de mon corps tout en me laissant un sentiment de confort très agréable. J’attache ma ceinture sous le regard bienveillant de mon père, puis attrape doucement le cuir du volant, enroulant avec envie mes doigts autour de lui. Un sourire niais nait sur mes lèvres alors que je démarre le véhicule, commençant mon ascension vers le centre de la ville.

 

Nous arrivons finalement dans un petit restaurant très chaleureux et mignon qui ressemble beaucoup au jardin d’une maison. Des tables sont disposées sur un sol de faux gazon avec des touches de fleurs par-ci et par-là. Nous nous faisons installer à l’une d’elle et j’en profite pour prendre une photo des lieux que je trouve vraiment très accueillant. Une fois installés nous regardons le menu puis commandons notre repas.

 

_ Alors, comment ça se passe avec Sehun ? Me demande mon père alors que la serveuse nous ramène de quoi nous désaltérer.

_ Tout se passe merveilleusement bien, réponds-je en souriant en me rappelant de ma relation avec lui, je suis vraiment heureux avec lui et puis il est… très compréhensif, très impliqué quand quelque chose me concerne… Surtout concernant Yixing, lui annoncé-je en faisant rouler le verre entre mes doigts.

_ Tu as trouvé le courage de lui en parler, c’est super ça. Répond-t-il en souriant, semblant heureux d’entendre que j’ai pu en parler à quelqu’un.

_ Oui, il m’a accompagné au cimetière et m’a soutenu… Quand on est reparti, j’ai décidé de laisser ma peine là-bas pour recommencer à vivre grâce à lui… Continué-je intimidé par cette révélation bien que je la pense plus que tout autre chose.

_ Je suis heureux que tu aies trouvé quelqu’un capable de te faire vivre et sourire à nouveau, mon grand. Me dit-il en venant poser sa main sur mon avant-bras pour appuyer ses mots.

_ D’ailleurs j’aimerai trouver un cadre photo pour… pour ma chambre, lui dis-je en me mordant nerveusement la lèvre.

_ On ira chercher ça après le repas, sourit-il en voyant la serveuse ramener notre nourriture.

 

Nous la gratifions d’un signe de tête pour la remercier puis nous commençons à manger.

 

_ Et comment il va depuis la dernière fois ? Notre dernière rencontre était assez mouvementée.

_ En ce moment ce n’est pas trop ça, son père qui l’a lamentablement abandonné est revenu il y a quelques semaines pour renouer contact avec lui alors il est anxieux et ne sait pas trop quoi faire. S’il doit aller à sa rencontre ou non. Du coup je lui ai dit qu’il n’avait rien à perdre à lui laisser une seconde chance, après tout, son père a fait l’effort de revenir vers lui… J’espère que leur rendez-vous de ce soir se passera bien, soupiré-je en dévorant mon repas.

_ Je vois, c’est un sujet délicat mais je sais que tu sauras gérer ça et que tu seras là pour lui. Ta mère m’a dit que vous étiez très mignon tous les deux, j’espère pouvoir faire plus ample connaissance avec lui ce weekend, me dit-il en me souriant chaleureusement.

_ Merci papa…

 

Après le repas, nous nous rendons au centre commercial pour faire quelques achats puis nous rentrons à la maison. Une fois dans l’allée, mon père se tourne vers moi.

 

_ Alors, comment tu trouves cette voiture ? Me questionne-t-il avec un grand sourire.

_ Elle est géniale ! Elle est super confortable et agréable à conduire, réponds-je en laissant glisser mes doigts sur le volant.

_ Ça tombe bien car maintenant tu auras l’occasion de la conduire quand tu le souhaites, m’annonce-t-il en brandissant une petite pochette devant moi.

_ Comment ça ? Qu’est-ce que c’est ? Demandé-je, troublé par ses paroles.

_ Bon anniversaire mon grand !

 

Ma mâchoire aurait presque pu tomber sur le sol tant la surprise était de taille. Une voiture ?! Mon père m’offre cette incroyable voiture pour mon anniversaire ? Ce n’est pas une blague ? Pris d’une immense surprise, je reste pétrifié sur place comme pour tenter de réaliser la nouvelle avant que mon père ouvre la petite pochette où se trouvaient les papiers du véhicule, affichant devant mes yeux mon prénom en tant que détenteur du véhicule. La réalité me frappant violemment, je saute au cou de mon père pour le serrer dans mes bras de toutes les forces que je possède, heureux et touché par son cadeau.

 

_ Merci Papa ! C’est incroyable, jamais j’aurais pensé recevoir un tel cadeau ! Merci, merci, merci ! M’écrié-je en le serrant fort.

_ Ça me fait plaisir de te l’offrir, surtout pour voir tant de joie sur ton visage. Et puis tu pourras aller où tu veux, quand-tu veux maintenant !

_ Merci, vraiment ! Je t’aime papa ! Lui avoué-je en le serrant dans mes bras d’une étreinte remplie d’amour.

 

Après cette magnifique surprise et après avoir fait le tour de tous les gadgets de ce merveilleux cadeau, nous rentrons dans la maison. Nous passons finalement le restant de la journée à jouer à des jeux-vidéos dans ma chambre tout en riant et en parlant de tout et de rien. Il me raconte son voyage d’affaire, des anecdotes horriblement drôles auxquelles nous rions de longues heures.

 

Je ne pouvais pas être plus heureux qu’en cet instant.

 

En fin d’après-midi, ma mère rentre du travail et nous passons la soirée tous les trois. Nous dégustons un délicieux repas en famille puis nous nous installons ensuite dans le salon afin de regarder une comédie récemment achetée. Nous ne pouvons-nous empêcher de rire devant diverses scènes des plus comiques. Je ris tellement que j’en ai mal au ventre. Cependant je sens soudainement quelque chose me déranger sur le visage. Sans y prêter attention, je chasse ce qui me chatouille les joues du dos de la main, attirant l’attention de ma mère à l’autre bout du salon.

 

_ Jongin, tu pleures ? Me demande-t-elle en me regardant, surprise.

_ Hein ? Mais non, pourquoi tu dis ça ?

 

Je la regarde tout autant choquée qu’elle part ses propos, baissant soudainement le regard sur mes mains que je sens humides. Je renifle puis chasse ce qui semble être de nouvelles larmes.

 

_ Tu vas bien mon grand ? S’inquiète-t-elle en venant près de moi alors que mon père mets le film sur pause, lui aussi inquiet.

_ Je vais bien, ne vous inquiétez pas. Ce doit être parce que je ris trop ! Essayé-je de les rassurer alors que je ne savais pas moi-même pourquoi je pleurais.

_ Tu es sûr ? Tu peux nous en parler si quelque chose te tracasse, tu le sais. Intervint mon père.

_ Je ne peux pas allez mieux qu’actuellement. Réponds-je en souriant sincèrement, de larmes pleins les yeux. Je vous assure que ce n’est rien. Je suis surement fatigué. Continué-je en essuyant mes joues. On remet le film ?

 

Mon père, perplexe, se retourne vers la télévision, accueillant à nouveau ma mère contre lui, puis il relance le film. Je regarde l’écran mais je ne ris plus devant les scènes où mes parents s’esclaffent. De nouvelles larmes coulent sur mes joues mais je ne les empêche pas de suivre leur chemin. Je sens en moi un vide profond et une peine intense dont je ne connais pas l’origine. Je sens que quelque chose ne va pas. Mais quoi ? Tout allait pourtant si bien. Je me lève finalement pour aller chercher des mouchoirs puis viens m’allonger sur le canapé. Je quitte l’écran des yeux quelques secondes pour regarder celui de mon téléphone afin de voir si Sehun m’a envoyé un message mais je découvre qu’il ne l’a pas fait. Je repose mon téléphone contre moi pour me replonger dans le film mais je fini par m’endormir quelques minutes plus tard, épuisé par ma journée.

 

_ _ _ _ _

 

Lorsque j’ouvre les yeux, le salon toujours éclairé est totalement vide et silencieux. Je prends quelques secondes pour me reconnecter avec le monde puis me redresse pour regarder l’heure affichée sur mon téléphone. Il est vingt-trois heures et je n’ai toujours pas de nouvelles de Sehun. Je lui envoie rapidement un message pour savoir si tout se passe bien avant de regarder le plafond, ressentant encore ce poids peser sur mon cœur. Je me racle la gorge pour reprendre contenance puis me lève finalement pour me chercher quelque chose à boire tout en regardant l’écran de mon téléphone dans l’attente d’une réponse de sa part. Mais rien ne vient pendant un bon quart d’heure. Peut-être est-il toujours avec son père ? Peut-être que tout se passe bien ?

 

Une heure s’écoule encore avant qu’un grondement de moteur que je connais très bien ne raisonne dans le quartier. Je me lève immédiatement pour regarder par la fenêtre s’il s’agit bien de Sehun avant de le voir se garer dans l’allée. Je le vois retirer son casque, me dévoilant un visage que je n’ai jusqu’à présent encore jamais vu. La lumière des lampadaires accentue ses traits éteints. Le soudain picotement dans mon cœur me fait terriblement mal. Qu’est-ce qu’il s’est passé pour qu’il soit comme ça ? Un frisson remonte le long de ma colonne vertébrale lorsque je le vois porter l’une de ses mains contre son visage alors qu’il semble se mordre violemment la lèvre. Comprenant tout de suite que quelque chose s’est passé, je pose mon téléphone sur le guéridon et me précipite vers la porte que j’ouvre à la volée. Je trottine jusqu’à lui, totalement perdu dans ses pensées. J’arrive à son niveau et enlace fermement ses épaules avec toute la tendresse que je possède pour lui témoigner de mon soutien.

 

Il ne bouge pas.

 

Ce n’est que quelques secondes plus tard que je sens sa tête tomber doucement contre la mienne, se réfugiant dans ma chevelure. Je n’ai pas besoin de plus pour ressentir la détresse dans laquelle il se trouve.

 

_ Je suis là maintenant… Rentrons… Lui chuchoté-je doucement à l’oreille pour ne pas le brusquer.

 

Il coopère et je m’éloigne doucement pour le laisser se lever et stabiliser son véhicule. Je lui attrape doucement la main dans les deux miennes puis le guide à l’intérieur. Je referme la porte derrière nous sans le lâcher avant de rejoindre ma chambre silencieusement pour ne pas réveiller mes parents. Je ferme délicatement la porte derrière nous alors que Sehun pose son casque sur le canapé et retire sa veste pour la poser à côté. Je me retourne vers lui et remarque à nouveau qu’il porte ses mains à ses yeux alors qu’il est dos à moi. Je me mords violemment la lèvre car c’est la première fois que je le vois ainsi et ça me fait vraiment mal de le savoir triste même s’il n’ose visiblement pas s’exposer face à moi dans cet état.

 

Je m’avance doucement vers lui, déposant tendrement mes mains dans son dos pour les remonter lentement sur ses épaules pour lui indiquer silencieusement de venir se coucher. Comprenant immédiatement ma pensée, il fait les quelques pas qui nous séparent du lit. Je fais de même avant de m’allonger sur le dos alors qu’il grimpe à son tour pour venir doucement s’échouer sur moi. Accueillit chaleureusement par mes bras, il blotti immédiatement son visage dans le creux de mon cou alors que ma main gauche se loge dans sa chevelure, la massant tendrement pendant que ma seconde main se glisse sur sa hanche dévoilée par son haut relevé afin de dessiner diverses arabesques sur sa peau laiteuse.

 

_ Je suis là… Le rassure-je avant de venir embrasser délicatement son crâne.

 

Le silence est maître. Seul le souffle de nos deux respirations est partiellement audible. Il semble s’être endormi mais je sais que c’est faux. Je sais qu’il souffre. Il n’a pas besoin de me parler pour que je le sente au plus profond de mon être. Sa douleur et sa tristesse me brûlent le cœur ainsi que tous les organes de mon corps. Je n’ai jamais vu une expression si dévastée sur son visage et je ne supporte pas de savoir que c’est à cause de moi s’il est dans cet état. Je m’en veux de l’avoir poussé à aller à la rencontre de cet homme qui ne fait que lui faire du mal dès qu’il le voit. J’aurais dû l’en empêcher… Je n’ai pas su le préserver et maintenant il souffre. Qu’est-ce que cette ordure a bien pu lui faire pour l’éteindre de cette façon.

 

Je me mords furieusement les lèvres tout en resserrant mon étreinte autour de son corps que je sens soudainement se crisper et se secouer en de nombreux spasmes incontrôlés. Je ferme longuement les yeux tout en serrant la mâchoire, exerçant une pression plus soutenue dans sa chevelure pour lui montrer que je suis là. Je sais que ce geste l’apaise. J’embrasse longuement son crâne pour le rassurer mais le liquide que je sens maintenant couler dans mon cou me prouve que mes tentatives sont vaines.

 

J’aimerai tellement pouvoir faire quelque chose pour l’aider…

 

Des minutes qui semblent être des heures s’écoulent jusqu’à ce que Sehun ne se mette enfin à bouger. Je desserre mon étreinte pour lui permettre de se placer comme il le souhaite. Il se bascule finalement sur le dos et regarde le plafond. Mon regard se pose alors sur son visage, remontant sur ses yeux vides de tout sentiment hormis de la peine. Le silence surplombe la pièce jusqu’à ce que sa voix éraillée par les larmes raisonne doucement.

 

_ Dis-moi que tu m’aimes… prononce-t-il d’une voix brisée par la peine sans lâcher le plafond du regard.

 

Je m’avance alors doucement vers lui, m’allongeant tout contre son flanc. Je remonte délicatement ma main contre sa joue pour qu’il me regarde. Il obéit et tourne lentement la tête vers moi, plongeant son regard dévasté dans le mien. J’approche mon visage du sien jusqu’à ce que mon front rencontre le sien. Jusqu’à ce que mon nez se colle au sien. Jusqu’à ce que mes lèvres frôlent les siennes. Je plonge mes yeux dans les siens qui me regardent tristement, caressant délicatement la peau de sa joue.

 

_ Je t’aime, lui prononcé-je tout contre ses lèvres pour qu’il ressente mes sentiments pour lui de par mon regard, mes paroles, mes gestes, et mon souffle.

 

Je vois de nouvelles larmes se former dans ses magnifiques yeux avant qu’elles ne coulent sur ses joues, se perdant contre mon doigt. Je les efface comme si elles n’avaient jamais existées, blottissant mon visage contre le sien pour lui crier que je suis là pour lui.

 

_ Pourquoi il ne m’aime pas ? Me questionne-t-il alors que je sens sa lèvre supérieure trembler contre la mienne avant qu’il ne ferme les yeux comme pour se cacher face à moi.

_ Sehun, regarde-moi. Lui demandé-je doucement en remontant ma main jusqu’à ses cheveux pour caresser sa chevelure. Il est secoué d’un sanglot qu’il tente de refreiner en fermant plus violemment les yeux. Il finit cependant par difficilement les ouvrir, déversant un flot de larmes qu’il ne retient plus. Oublie-le. Moi je t’aime, Lui répété-je en embrassant doucement ses lèvres avant de m’éloigner d’une infime distance. Je t’aime, Continué-je en effaçant les dernières larmes qu’il verse alors que ses bras entourent mon corps. Je t’aime… Insisté-je en plongeant mon regard dans le sien pendant un long instant.

 

Nos lèvres qui s’effleuraient jusqu’à présent se rencontrent cette fois-ci plus franchement dans un long premier baiser rempli d’amour. Écrasées presque brusquement les unes contre les autres, elles profitent quelques secondes de leur échange avant de réitérer l’action une nouvelle fois. Je peux entendre à ce moment-là raisonner mes mots dans tout son corps et les siens se propager dans tout le mien. Un soupir de bien-être se fait entendre alors qu’il dépose sa grande main chaude dans le bas de mon dos, la remontant lentement pour la glisser sous mon haut. Au fur et à mesure des baisers de plus en plus passionnés, ses longs doigts se fraient un chemin le long de ma colonne vertébrale, faisant de ma peau un océan de frissons.

 

Doucement, il s’empare des deux pans de mon vêtement pour me le retirer. Je m’éloigne alors une seconde de ses lèvres pour l’aider à me l’enlever puis le jette par terre, me rallongeant immédiatement au-dessus de lui pour être au plus près de ses lèvres, de son cœur, de son amour. Ses mains se saisissent délicatement de chaque côté de mon visage afin de le garder près du sien. Je lui souris face à son regain de dominance et l’embrasse de la plus douce et passionnée des façons, lui dévorant presque sauvagement la bouche. Mais notre échange redevient calme et doux alors j’en profite pour attraper sa lèvre entre mes dents, la croquant avec appétit, ce qui le fait sourire.

 

Qu’est-ce que j’aime voir ce sourire…

 

Je lui réponds en relâchant sa lèvre, embrassant délicatement chaque parcelle de ce sourire alors que ses mains s’aventurent sur tout mon dos, descendant jusqu’à mes fesses. Il se saisit de mes cuisses et m’incite à m’asseoir sur son bassin, nous redressant ensuite pour se retrouver à une infime distance de mes lèvres. Elles s’effleurent lentement alors que nos respirations commencent à s’échauffer. Nos regards plantés l’un dans l’autre ne se quittent plus, profitant du moment présent. Nos lèvres se happent sensuellement alors que nos nez se caressent amoureusement. Je sens mon cœur bouillir dans son habitacle comme s’il allait exploser. Pourquoi j’ai l’impression que c’est encore plus intense que les autres fois ?

 

_ Je t’aime… Lui dis-je à nouveau en attrapant sa nuque de toute ma main. Je suis fou de toi… Continué-je en glissant mes mains le long de son cou jusqu’au premier bouton de sa chemise alors qu’il m’embrasse d’un baiser tellement intense qu’il m’en arrache des frissons. J’aime tout de toi… Énuméré-je en passant au second bouton pendant que ses grandes mains descendent le long de mes flancs pour se perdre dans mon jean. Je ne me vois plus vivre sans toi… Je blotti mon visage contre le sien, fermant les yeux pendant qu’il embrasse encore mes lèvres, guidant mon bassin doucement contre le sien alors que je défais le troisième bouton de sa chemise. Tu es mon tout… murmuré-je contre ses lèvres dans un soupir de plaisir lorsque je sens nos bassins danser l’un contre l’autre alors que je déboutonne l’avant dernier bouton de mes doigts tremblants. Je l’accompagne dans le prochain mouvement, provoquant une rencontre entre nous plus intense que les précédentes. Je t’aime… Lui gémisse-je de plaisir au visage alors qu’il fond aussitôt sur ma bouche, la dévoirant de tout son amour alors que je peine à ouvrir le dernier bouton.

 

Il retire doucement ses mains de mes fesses pour enlacer ses bras étroitement autour de mon corps, me faisant reproduire la même chose autour de son cou. Il blotti son visage contre la peau du mien et je peux le sentir humer mon odeur avant d’y laisser trainer ses lèvres dans de longs baisers appuyés. Je ferme les yeux et perçois un sourire naître sur sa bouche avant qu’il ne se recule pour se placer face à moi, ce même sourire sur le visage. Heureux de le voir à nouveau sourire, je glisse mon doigt sur sa lèvre inférieure, lui offrant un regard attendri et fier.

 

_ Tu sais quoi ? Me demande-t-il avec des yeux malicieux.

_ Non, mais tu vas surement me le dire, souris-je en glissant maintenant mes mains sur son torse de muscles saillants.

_ Moi aussi je t’aime, me souffle-t-il contre les lèvres pour que seul moi puisse l’entendre.

 

Je souris comme un idiot face à cette déclaration, me faisant par la suite emporter sur le matelas par sa puissante étreinte. Il m’installe confortablement dans les coussins puis s’allonge de tout son corps sur moi. Il colle ensemble nos torses désormais nus pour venir capturer mes lèvres dans un baiser passionnément langoureux, ce qui m’arrache un frisson des plus agréables suivi d’un soupir d’aise non retenu. Pris d’un désir intense, je glisse ma main dans sa nuque pour qu’il approfondisse davantage notre échange, écrasant ses lèvres contre les miennes alors que j’emprisonne ses jambes avec les miennes, diminuant intégralement l’espace entre nos bassins qui n’attendent pas une seconde de plus pour entrer dans une danse des plus lascives.

 

S’en suit un bal de soupirs qui deviennent de plus en plus puissants au fur et à mesure que la température augmente. Je happe ses lèvres alors qu’il tente de se redresser pour nous débarrasser de nos derniers vêtements bien trop dérangeant à l’heure actuelle. Il déboutonne mon pantalon soigneusement pendant que je lui retire hâtivement sa chemise que j’envoie valser à l’autre bout de la chambre, m’attaquant ensuite à son pantalon. Ayant terminé avant moi, ses doigts se mêlent aux miens pour terminer le travail. Je le laisse alors finir seul, préférant porter toute mon attention sur son ventre posté juste sous mes yeux, y laissant courir le bout de mes doigts, puis de mes lèvres. Je mène ensuite mes mains dans le bas de son dos, les glissant dans son vêtement pour l’en débarrasser sans manquer de m’occuper un petit peu de son fessier. Cherchant à attirer mon attention, il place son index sous mon menton pour que je lève le visage vers lui, recevant un doux baiser rempli d’amour auquel je ne peux refuser de répondre.

 

_ Je t’aime… Me répète-t-il en me souriant de son plus beau sourire.

 

Je réponds à son sourire avant de me saisir des pans de son vêtement pour définitivement les retirer avec son aide. Rapidement, le reste de nos vêtements finissent au même titre que les premiers, jonchant le sol de ma chambre à divers endroits encore inconnus.

 

Les jambes écartées de part et d’autre de son corps, je le regarde intensément et avec grande hâte. Devant ressentir la même excitation, Sehun pose ses mains sur chacune de mes cuisses, les remontant dans une caresse des plus appréciables. Ses gestes sont suivis de frissons indélébiles alors qu’une boule de plaisir se forme dans mon bas ventre. Je me saisis quelque peu brusquement de son visage afin de prendre possession de sa bouche, invitant sa langue dans une danse endiablée. Littéralement pendu à ses lèvres, mes mains relâchent la pression sur sa nuque, descendant à la découverte de cette montagne de muscles qui se dressent devant moi. Elles partent de ses larges épaules puis recouvrent ses pectoraux délicatement sculptées. Pris d’un plaisir inconditionnel, je lui mords brusquement la lèvre tout en laissant mes ongles rencontrer sa peau jusqu’à son ventre.

 

Quant à lui, ses doigts finissent par quitter mes cuisses pour se rapprocher dangereusement du cœur de mon plaisir. Des décharges électriques sont envoyées dans tout mon corps dans l’expectative de la suite des évènements. L’une de mes mains quitte alors son ventre pour venir attraper l’une des siennes, la remontant vers nos visages alors que nos lèvres s’éloignent dans un baiser rempli de promesses. Il comprend mes intentions et caresses doucement mes lèvres avant que celles-ci n’attrapent délicieusement les doigts qui lui sont présentés. J’entame alors une succession de succions des plus érotiques tout en glissant mes deux mains sur ce qui fait de lui un homme. Je le sens sursauter car il ne m’a pas vu faire, perdu dans le plaisir de me voir aspirer goulument ses doigts entre mes lèvres pulpeuses. J’entame alors avec mes doigts la même action qu’avec mes lèvres, le regardant fiévreusement dans les yeux, sentant son sang bouillir et pulser dans chacune de ses veines.

 

Trouvant ses doigts assez humidifiés, je les relâche doucement alors qu’il fond sur mes lèvres rougies, descendant sa main entre mes jambes afin de rencontrer mon intimité qu’il humidifie légèrement. Un sursaut de plaisir me secoue, me faisant soupirer de bien-être dans notre baiser, stoppant mes caresses sur sa verge de plus en plus tendue. Il se met ensuite à masser mon anneau de chaire tout d’abord doucement avant d’y appliquer une pression plus forte, plus délicieuse, qui me force à quitter ses lèvres pour pouvoir respirer tant la chaleur en moi est insupportablement délicieuse. Son majeur finit par s’enfoncer délicatement en moi de son interminable longueur. Je ferme les yeux pour percevoir son ascension en moi, basculant la tête en arrière tant c’est un délice.

 

Et je sais qu’il n’en perd pas une miette.

 

Son doigt se retire aussi lentement qu’il s’est insérer, réitérant le même chemin un peu plus rapidement. Arrivé au plus profond qu’il le pouvait, il recourbe son membre, avant de le retirer à nouveau, percutant doucement le point le plus sensible de mon corps. Tremblant de plaisir, je m’agrippe à ses avants bras, baissant le regard sur sa main qui me fait du bien. Cependant il n’est pas de cet avis, et poste son index sous mon menton pour me faire relever le visage vers lui afin que je lui offre le plaisir qu’il me procure, mais surtout pour que je ne le vois pas faire. C’est ainsi qu’un second doigt me possède sans que je ne m’y attende, me faisant gémir contre son visage, fermant les yeux pour apprécier. Je tente de les garder ouverts mais s’en suit une avalanche de plaisir lorsqu’il décide de s’amuser avec ma prostate, me faisant presque crier de plaisir.

 

_ Sehun… L’appelé-je en reprenant difficilement ma respiration. Je t’en prie…

_ Mais… ronchonne-t-il avec son sourire mesquin, amusé par la situation. Moi j’aime jouer avec toi… Fait-il la moue alors qu’il profite de son mécontentement pour m’attribuer un nouveau coup plus brusque que les autres, m’arrachant un cri non retenu. Je préfère ça, rit-il avant de prendre possession de mes lèvres, retirant ses doigts en nous allongeant doucement alors que je le frappe en souriant pour le punir de ses actes.

 

Son corps imposant et bouillant est maintenant tout contre le mien, me procurant un taux d’excitation supérieur à la moyenne. À la recherche de toujours plus de plaisir, j’enlace de mes jambes chacune des siennes, lui offrant la pleine accessibilité à mon corps et il ne se fait pas prier. Il colle immédiatement son bassin au parfait endroit pour qu’un nouveau gémissement m’échappe, rapidement rattrapé par ses lèvres qui épousent les miennes. Le désir que j’éprouve pour lui à cet instant est tel que mes deux mains s’agrippent de part et d’autre de sa chevelure alors qu’il entame de nouveaux mouvements au rythme de nos baisers fiévreux jusqu’à l’ultime qui unit enfin nos corps.

 

C’est une plainte des plus indécentes qui franchi la barrière de mes lèvres pour se perdre contre son visage lorsqu’il arrive au plus profond de mon corps. Le plaisir submerge tout mon être d’une vague de frissons qui procure en moi un tremblement intense. Sehun embrasse doucement mes lèvres, me soufflant son bien être au visage avant de réitérer son premier geste d’un coup puissant mais tellement doux qui me propulse presque contre la tête de lit. S’en suit alors un bal de vas et vient plus délicieux les uns que les autres, nous faisant soupirer, gémir, grogner et parfois crier notre plaisir commun bien qu’étouffé par notre amour. Mais celui-ci n’empêche pas mon dos de s’arquer lorsqu’il frappe brutalement le point le plus sensible de mon anatomie, me faisant basculer la tête au plus profond de mes oreillers.

 

Les yeux à demi clos, la bouche entre-ouverte, l’une de mes mains agrippant furieusement ses cheveux alors que l’autre tente de se rattraper à la tête de lit, je subis l’amour de mon petit ami qui m’offre une infinité de roulements de bassin toujours plus fougueux les uns que les autres. La chaleur autour de nous est tellement intense que le plaisir me monte à la tête, me rend si étourdit que je ne peux plus rien faire que faire raisonner dans la pièce le bonheur et l’euphorie qu’il me procure. Ses lèvres s’échouent contre ma gorge, la léchant goulument jusqu’à mes lèvres, ce qui a pour effet de me noyer dans une vague de frénésie.

 

Je sens alors des picotements partir de mes orteils pour remonter le long de mes mollets, de mes cuisses. Une effusion de plaisir recouvre tous mes membres alors que je sens l’orgasme arriver. Il ne m’en faut pas plus que de sentir le sexe pleinement rigide de mon amour vibrer en moi lorsqu’il atteint l’apogée pour que mon corps soit secoué de spasmes des plus intenses. Vivant le plus bel orgasme jamais connu à ce jour, j’ouvre la bouche à la recherche d’air que je trouve non loin de l’oreille de Sehun qui m’offre les derniers mouvements de notre union. Se retirant le plus doucement possible après quelques longues secondes, il m’arrache de nouveaux frissons des plus délicieux qui me font violemment frémir et perdre la tête de par ma soudaine sensibilité.

 

Pris d’une pulsion, j’entoure immédiatement mes bras autour de son cou pour l’embrasser d’un tendre et long baiser bourré de promesses et d’amour. Nous nous éloignons mutuellement de quelques millimètres. Les yeux fermés, perdus dans mon plaisir, je le sens poser son front contre le mien pour reprendre son souffle. Je glisse doucement mes doigts dans ses cheveux tout en faisant de même, sentant encore l’adrénaline posséder mon corps. Je fini par rouvrir les yeux, rencontrant les siens qui me regardent intensément. Je lui souris d’un sourire niais, totalement comblé et sur mon petit nuage tout en caressant doucement les traits de son visage.

 

_ T’es le meilleur… Lui confié-je en embrassant son nez du mien, fermant les yeux sous cet échange d’une tendresse sans nom.

_ Quand je te fais l’amour ? Me demande-t-il soudainement avec ce sourire taquin plaqué sur les lèvres.

_ Oui, aussi… ris-je doucement face à sa bêtise. Mais pas que, t’es le meilleur pour tout, lui répété-je en replaçant les mèches de ses cheveux en batailles et couvert de sueur. Je t’aime tellement… Lui rappelé-je en caressant ses lèvres.

_ Merci… M’avoue-t-il en baissant les yeux.

_ Pourquoi donc ? Le questionné-je en remontant mes doigts sur l’arrête de son nez.

_ Merci pour tout. Merci d’être là pour moi. Merci d’être qui tu es. Merci de m’aimer comme tu m’aimes… M’énumère-t-il sans me quitter du regard. Je t’aime Jongin… se déclare-t-il en venant déposer un unique doux baiser contre mes lèvres.

 

Je lui offre un sourire réconfortant car je sais qu’il n’a pas oublié sa soirée. Je glisse doucement mon doigt sur ses sourcils qui accentuent son regard que j’aime tant avant de laisser tomber ma main sur mon ventre, rencontrant par la même occasion le fruit de notre amour.

 

_ À la douche ? Souris-je en regardant ma main.


Je peux entendre un rire s’échapper d’entre ses lèvres alors je le regarde, heureux d’avoir provoqué cette réaction en lui. Je souris et attrape son menton afin de l’embrasser longuement. Je me lève ensuite en attrapant sa main pour le tirer dans ma salle de bain afin de prendre une douche tous les deux.

 

_ _ _ _ _

 

Une fois propre, nous retournons dans la chambre. Sehun s’allonge le premier puis m’invite à venir dans ses bras. M’installant confortablement dans le même sens que lui et m’appuyant légèrement contre son torse, il enlace ma taille de son bras gauche alors que sa main droite rejoint la mienne. Immédiatement, je glisse mes doigts entre les siens pour les attraper et les enlacer aux miens. Je lâche un soupir d’aise et ferme les yeux alors que ses lèvres se posent contre ma tempe, l’embrassant doucement avant de laisser reposer sa tête contre la mienne.

 

Il caresse tendrement mon pouce alors que le silence fait place, nous noyant dans un océan de tendresse malgré tout rempli de réflexions. Est-ce que je dois lui demander ce qu’il s’est passé ce soir ? Ou est-ce que je dois attendre qu’il m’en parle de lui-même au risque qu’il ne le fasse jamais ? J’aimerai que demain il n’y pense plus et recommence à vivre dans la joie dont il a toujours fait preuve avec moi. Je soupire discrètement, menant ma seconde main sur son bras qui m’enlace afin de caresser doucement sa peau.

 

_ À quoi tu penses ? Me demande-t-il en dessinant diverses arabesques sur mon ventre.

_ À rien de particulier… Réponds-je en ouvrant les yeux pour regarder dans le vague.

_ Je te sens songeur, me fait-il remarquer en posant son menton sur mon épaule. Tu peux tout me dire, tu le sais bien.

_ Je me demandais juste ce qu’il s’était passé ce soir… avoué-je peu sur de moi, la peur de me faire rejeter étant bien présente.

 

Il semble réfléchir un instant.

 

_ Au début tout se passait bien… J’en étais venu à croire que tout s’arrangerait, que j’avais trouvé en lui le père que je n’ai jamais eu… Mais j’ai été aveuglé par ce désir, souffle-t-il alors que je me retourne pour le regarder, le découvrant à nouveau avec ce visage triste et vide. Il avait une idée derrière la tête. C’était obligé, venant de sa part. Il a encore une fois abordé le sujet qui fâche. Tu sais, celui pour lequel il m’a acheté la moto ?

_ Oui, tu m’avais dit qu’il avait voulu t’acheter, mais tu ne m’as jamais dit pourquoi…
_ Il n’a jamais voulu de moi, m’avoue-t-il en jouant avec mes doigts pour se donner une contenance, alors je l’encourage en remontant ma main libre dans ses cheveux. Ma mère voulait adopter un enfant, mais lui n’en voulait pas. Il a donc trouvé un intérêt à avoir un enfant. Marque-t-il une pause de quelques secondes. Et cet intérêt c’est sa succession. Reprend-t-il d’un ton écœuré. Il possède une grande entreprise et n’a donc vu en moi que son successeur… Seulement moi je m’en fou de son affaire… Soupire-t-il avant de reprendre, c’est uniquement pour ça qu’il a voulu reprendre contact avec moi. Il voulait voir si j’avais changé d’avis. Termine-t-il alors que ses yeux deviennent brillants. Il n’a aucun autre intérêt pour moi… Souffle-t-il tout bas alors que sa lèvre se remet à trembler sous la tristesse.

_ Je suis désolé… M’excusé-je, m’en voulant de lui avoir posé cette question qui lui fait si mal. Il ne te mérite pas… S’il ne sait pas voir le potentiel que tu as, s’il ne sait pas voir qui tu es, alors ne le laisse plus rien voir de toi. Il n’a pas le droit de t’enlever ton sourire.

_ Ne t’excuse pas, tu devais le savoir… Et tu as raison… Me dit-il en souriant doucement malgré les larmes perlant dans ses yeux, et en caressant ma joue. Qu’est-ce que je ferai sans toi… Questionne-t-il en me regardant bien que plongé dans ses pensées, alors je lui attrape la main pour attirer son attention.

_ Ne te pose pas cette question car c’est quelque chose qui n’arrivera jamais. Lui souris-je en embrassant sa main.

_ Tu es incroyable… Me sourit-il en venant finalement m’embrasser amoureusement.

_ Ensemble nous sommes invincibles, lui indiqué-je en souriant dans notre baiser.

_ Je suis d’accord !

_ On devrait se coucher, demain est un grand jour pour nous et il faut être en forme !

_ Demain c’est notre journée.

 

Mettant cette histoire malheureuse de côté, nous nous allongeons confortablement dans les bras l’un de l’autre afin de passer une nuit qui s’avère courte en vue de l’avancée de la nuit. Nous ne trouvons pas le sommeil tout de suite, préférant nous administrer diverses attentions remplies d’amour jusqu’à ce que ce dernier ne nous entraîne tous les deux avec lui.

 

_ _ _ _ _

 

Une douce caresse sur le front me tire de mon profond sommeil. Soupirant d’aise car celle-ci est agréable, j’en ressens finalement une autre contre ma joue. Un léger sourire plaqué sur le visage, je reprends doucement mes esprits encore embrumés par mes rêves, cherchant s’il s’agit de l’un d’eux, ou de la réalité. Une nouvelle caresse descend jusqu’à mon menton, traçant à sa suite un chemin de chaleur. Comprenant qu’il ne s’agit pas d’un rêve, j’ouvre finalement les yeux dans un sourire heureux puis rencontre le visage encore ensommeillé de Sehun. Il me regarde de ses yeux pétillants, allongé sur le flanc, un bras replié sous sa tête pour la soutenir alors que l’autre n’hésite plus à retracer les traits de mon visage. Il me sourit tendrement avant de se redresser pour plonger son visage sur le mien, déposant un infime baiser sur mes lèvres. Infime et long baiser qui semble interminable. Il se rallonge finalement plus près de moi, ne me quittant pas du regard.

 

_ Bonjour Monsieur Oh… Dit-il tout bas pour ne pas briser la bulle de douceur qui nous entoure.

 

Je ris légèrement avant de repousser de ma main gauche une de ses mèches qui passe devant son regard.

 

_ Bonjour à vous, Monsieur Kim…

 

Il rit à son tour avant de prendre ma main, la portant contre ses lèvres pour embrasser mes doigts. Je le regarde faire, comme si le temps c’était arrêté et qu’il s’agissait en fait d’un rêve. Je souris devant ce tableau idéal, me rendant compte de la chance que j’ai de pouvoir me réveiller de cette façon avec l’homme que j’aime. Plongé dans mes pensées rêveuses, mon attention se repose sur lui lorsque je le vois retirer sa précieuse bague, la regardant quelques secondes avant de la présenter devant mon annulaire. Qu’est-ce que… ? Perdu face à ses gestes, je ne peux rien faire d’autre que le regarder glisser l’anneau le long de mon doigt, le plaçant correctement avant de porter ses lèvres à cet endroit.

 

_ Tu…arrivé-je, ou plutôt tenté-je, de prononcer.

_ Bon anniversaire mon amour… Vient-il doucement chuchoter contre mes lèvres avant de les embrasser amoureusement.

_ Je ne peux pas accepter ce cadeau… Soufflé-je alors qu’on s’éloignait, regardant le bijou d’une extrême beauté. Elle est trop précieuse à tes yeux… Et puis c’est un cadeau de ta mère…

_ Justement… Me répond-t-il en reprenant ma main dans la sienne afin de montrer l’anneau. Elle est parfaitement à la bonne place. Tout ce que j’ai de plus précieux réunis au même endroit. Me sourit-il en faisant tourner l’anneau sur mon doigt. Ma date de naissance… désigne-t-il avant de tourner encore l’anneau, ma date d’adoption… continue-t-il avant de glisser son doigt le long de mon annulaire, au doigt de l’homme avec qui je veux passer le restant de ma vie…

_ Pas n’importe quel doigt… Fais-je remarquer, ému par ce présent dont la valeur n’a pas de prix.

_ Monsieur Oh alors ? Demande-t-il avec ce sourire taquin.

_ D’accord…

 

Nous rions de bon cœur avant qu’il ne fonde sur mes lèvres, m’emportant avec lui sur le matelas.

 

_ Attends… Réussis-je à articuler contre ses lèvres, le stoppant dans sa lancée brulante tout en souriant, moi aussi j’ai quelque chose pour toi, lui avoué-je en nous redressant. Ferme les yeux…

 

Il me sourit et m’obéit. Une fois ses yeux fermés, je me penche vers lui pour y déposer un baiser – juste pour le plaisir – avant de me saisir de l’attache de ma si précieuse gourmette pour la détacher. Un immense sourire aux lèvres en vue de son importance signification, je la glisse autour de son poignet afin de l’y accrocher. Sentant quelque chose sur sa peau, il ouvre les yeux pour regarder ce que je fais. Il ouvre la bouche pour répliquer mais je l’en empêche en l’embrassant.

 

_ Bon anniversaire, souris-je contre ses lèvres.

_ Jongin… Je ne peux pas accepter… chuchote-t-il contre ma bouche sans me lâcher du regard, c’est ta gourmette…

_ Justement, dis-je en souriant tout en m’éloignant de lui tout en repensant à ce qu’il vient tout juste de me dire, Elle est parfaitement à la bonne place, répété-je ses précédentes paroles en caressant la peau de son poignet où repose maintenant mon bijou. C’est la seule chose qui me reste de ma mère biologique. Il y est inscrit ma date de naissance ainsi que ce qui semble être les initiales de mes parents. Souris-je en lui expliquant la signification.

_ C’est super touchant comme souvenir. Merci pour tout, Jongin… Me dit Sehun avant de prendre mon visage dans ses mains afin que je le regarde.

_ Merci à toi, Sehun.

_ Je t’aime…

 

Il capture le plus tendrement possible mes lèvres tout en me basculant sur le matelas. Je l’accueille dans une étroite étreinte et dans un intense baiser qui marque le début d’un nouveau chapitre de notre histoire. Par la suite, nous célébrons ce moment d’amour pur par l’union de nos corps dans une danse lascive et délicieuse jusqu’à ce que nous atteignions ensemble l’apogée.

 

_ _ _ _ _

 

Nous descendons finalement aux alentours de onze heures pour rejoindre ma mère afin de partir faire quelques courses pour le repas du soir. Car en effet, ce soir sera la première rencontre officielle entre mes parents et la mère de Sehun et je dois avouer que cela me stresse un peu, même si je suis certain qu’ils vont s’apprécier !

 

Lorsque nous arrivons au rez-de-chaussée, ma mère, qui était assise sur le canapé, se lève pour venir nous rejoindre dans la cuisine en souriant.

 

_ Bonjour les garçons, vous avez bien dormi ? Demande-t-elle alors qu’elle s’active à nettoyer son mug.
_ Courte nuit, mais on se rattrapera ce soir, réponds-je en observant Sehun.

_ Exactement ! S’exclame-t-il en souriant avant de nous servir un verre d’eau.

_ Merci.

_ Vous m’accompagnez au supermarché alors ? Ta maman vient vers dix-neuf heures c’est bien ça ?

_ Oui c’est ça, elle m’enverra un message pour me prévenir de quand elle quittera la maison, répond Sehun en buvant une gorgée, tout sourire.

 

Je ne peux m’empêcher de regarder ce merveilleux sourire orner son visage. Ça fait tellement de bien de le voir heureux.

 

_ On prend ta voiture mon chéri ? Demande ma mère tout en rassemblant ses affaires.

_ D’accord, je vais chercher mes affaires, je reviens.

 

Suite à cela je monte dans ma chambre pour récupérer ce dont j’ai besoin puis rejoins Sehun dehors – ma mère cherchant surement quelque chose dans la maison - . Quand j’arrive sur le pallier, je vois mon petit ami regarder le véhicule d’un air dubitatif. Lorsqu’il remarque ma présence, il avance vers moi.

 

_ Depuis quand tu as une voiture ? Me demande-t-il en désignant l’auto derrière lui.

_ Je… commencé-je en réfléchissant à toute allure à quoi répondre car j’ai peur que la réponse lui rappelle de mauvaises choses. C’est le cadeau d’anniversaire de la part de mon… père, finis-je d’un ton bas pour qu’il ne m’entende pas.

 

Mais il m’entend malgré tout, et je le comprends lorsqu’il s’avance vers moi pour embrasser mon front car mon regard est perdu sur le sol. Lui souffre de ne pas avoir de père, et moi je souffre d’avoir ce dont il rêve tristement… Son cas est terrible mais le mien n’est pas mieux. J’ai peur de lui faire du mal, de le blesser en lui secouant mon bonheur au visage. Je me mords la lèvre inférieure, gêné par ma révélation mais il me relève le visage tout en déposant son front contre le mien pour nous englober dans une bulle chaleureuse et rassurante.

 

_ Jongin… Je ne veux pas qu’à cause de moi tu te sentes coupable d’avoir un père… Certes de mon côté je n’ai pas eu de chance à ce niveau-là, mais je veux que tu en profites… Je ne veux pas que ce soit un sujet tabou entre nous. Je ne veux pas que tu sois gêné, d’accord ?

_ Mais je ne veux pas que tu souffres à cause de moi… Réponds-je en m’éloignant légèrement de lui pour mieux le regarder.

_ Ce n’est pas à cause de toi que je souffre, loin de là. Profite de la présence de ton père pour nous deux. Ça, ça me rendra heureux, me dit-il en souriant avant de venir déposer un nouveau baiser sur mon front. Aller vient me montrer ton nouveau jouet !

 

Je lui souris alors qu’il passe son bras autour de mes épaules pour m’emmener près de ma voiture. Je la déverrouille et lui fait faire le tour du propriétaire en lui expliquant quelques gadgets qui s’y trouve. Il a l’air de beaucoup apprécier le design et les accessoires fournis avec et cela me rends d’autant plus heureux. Je suis rassuré qu’il ne m’en veuille pas pour tout ça et c’est définitif, je lui prête mon père quand il veut !

 

Fou de joie, je me penche vers lui, assis du côté passager, et lui attrape la joue pour lui faire tourner la tête vers moi. Je me saisis de ses lèvres fougueusement pour lui témoigner tous les sentiments qui fusent en moi. Je le sens poser sa main sur ma cuisse avant de donner un nouvel élan à notre échange quand soudain des coups sont donnés contre la vitre arrière avant que la portière ne s’ouvre. Nous sursautons tout en nous éloignant brusquement l’un de l’autre.

 

_ Excusez-moi de vous avoir coupé… S’excuse ma mère alors qu’elle entre dans la voiture avec un sourire amusé sur le visage.

 

Pas gêné le moins du monde d’avoir été surpris en train d’embrasser mon chéri, je ricane face à Sehun qui s’est recroquevillé contre la portière passager, regardant dehors alors que je peux voir sa peau immaculée devenir pivoine. J’attache ma ceinture avant de déposer ma main sur sa cuisse pour le rassurer de ne pas être gêné, mais je comprends son ressenti. Je serais aussi mort de honte si sa mère nous avait surpris de la sorte.

 

C’est alors tout sourire que je prends la route vers le supermarché le plus proche afin d’acheter tout ce dont nous allons avoir besoin pour la soirée.

 

_ _ _ _ _

 
Une fois rentrés à la maison, nous rangeons rapidement nos achats afin de passer à table. Lorsque tout est rangé, Sehun s’éclipse à l’étage pour se changer alors que mon père me rejoint dans la cuisine pendant que je sors notre futur repas du sac en papier car en effet, pour célébrer nos anniversaires, nous avons décidé de passer commande au restaurant chinois qui se trouve sur le chemin du retour.

 

_ Alors, comment va Sehun ? Me demande mon père en m’aidant à tout poser sur le comptoir central.

_ Si je croise ce connard, je lui fou mon poing où je pense… Marmonné-je en essayant d’ouvrir le paquet de chips aux crevettes en me remémorant la veille.

_ Ça s’est mal passé ? Je suis désolé… S’excuse-t-il en me prenant le paquet des mains avant que je ne le fasse exploser.

_ Si on peut éviter d’en parler devant lui, ce serait une bonne chose. Je ne veux plus jamais le revoir dans cet état… réponds-je d’un ton si sérieux que j’en suis moi-même surpris.

 

Mon père vide le paquet de chips dans un saladier puis pose son bras sur mon épaule en guise de soutien. Je le regarde un instant avant de le voir me faire un signe vers l’escalier, m’invitant à monter. Je lui offre un signe de tête puis m’éloigne du comptoir avant de disparaitre dans l’escalier pour rejoindre ma chambre.

 

Lorsque j’arrive devant la porte, je remarque que Sehun se tient devant la commode où trônait il y a encore quelques jours le portrait de Yixing. Celui-ci avait récemment été rejoint par une photo de Sehun et moi avant de finalement disparaitre, rangé soigneusement dans un tiroir, pour laisser place au portrait souriant de celui qui fait battre mon cœur. Sehun tient d’ailleurs ce cadre en main et ne bouge pas.

 

Un sourire fleurissant sur mes lèvres, je m’avance silencieusement pour venir me placer derrière lui. Doucement j’enlace sa taille avant de déposer mon menton sur son épaule. J’attire enfin son attention jusqu’ici posée sur l’impression de son visage. Il tourne la tête vers moi, légèrement confus, mais mon sourire ne fait que s’agrandir. Je remonte l’une de mes mains dans ses cheveux que je caresse délicatement avant de venir déposer longuement mes lèvres contre sa joue. Il appuie sa tête contre la mienne pour profiter de cette douce caresse tout en fixant cette photo que je trouve magnifique. Il relève finalement la tête pour me faire face, reposant l’objet à sa place avant de venir me serrer étroitement dans ses bras, dans lesquels je me blottis avec plaisir, tout sourire.

 

_ Merci… Me souffle-t-il avec un petit sourire.

_ C’est moi qui te remercie, lui réponds-je en venant lui embrasser le bout du nez. Tu ne t’es pas changé du coup, ris-je en m’éloignant de lui pour le regarder. On se changera après avoir mangé, aller, viens pendant que c’est chaud.

 

Je l’attrape par la main pour sortir de la chambre alors qu’il acquiesce. Nous descendons les escaliers où nous retrouvons mes parents qui emmènent tout ce dont nous avons besoin pour déjeuner sur la terrasse où nous prendrons notre repas. Lorsque nous apparaissons à leur vue, mon père se tourne vers nous, nous offrant un sourire.

 

_ Jongin, je peux t’emprunter ton homme une seconde ? Me demande-t-il en désignant Sehun.

 

Tout aussi surpris l’un que l’autre, nous nous regardons discrètement afin de trouver une réponse à notre question commune avant que Sehun ne rejoigne mon père qui s’éloignait déjà vers le jardin. Je me retourne alors vivement vers ma mère afin de comprendre pourquoi mon père veut parler à Sehun. Ne va-t-il quand même pas lui parler de son père ? Inquiet, je regarde par la fenêtre afin de voir l’expression sur le visage de mon petit ami qui a d’ailleurs l’air très gêné.

 

_ Détends-toi mon grand, il ne va pas le manger, rit ma mère en sortant une bouteille d’eau du frigo.

 

Trop curieux pour attendre que la conversation se termine, je lui prends la bouteille des mains afin de l’emmener à table. Je m’avance sur la terrasse, non loin d’eux et tends l’oreille pour tenter de percevoir ce qu’ils se disent.

 

_ Je voulais te remercier pour tout ce que tu fais pour Jongin. Comme tu dois le savoir, je ne suis pas souvent à la maison et d’ailleurs je regrette de ne pas avoir pu apprendre à te connaître autant que ma femme, parce que tu as l’air d’être un garçon génial. Mais comme je ne suis pas souvent là, j’ai vu un réel changement en lui et tout ça c’est grâce à toi. Tu as ravivé la flamme qui brulait en lui. Tu as su faire ce que nous n’avons jamais réussi à faire depuis la mort de Yixing. Et pour ça je t’en serais éternellement reconnaissant.

 

Il marque une pause durant laquelle Sehun ne sait pas trop où se mettre et moi non plus d’ailleurs. Je me sers un verre d’eau et le vide d’une traite car malgré que ce qu’il dise soit touchant, c’est aussi affreusement gênant.

 

_ Je voulais aussi que tu saches que… continue-t-il d’un air hésitant… si tu as besoin de quelque chose… ou d’une présence… masculine… pour parler, te confier, ou même demander conseils… tu peux venir me voir quand tu le souhaites.

 

Surpris par la tournure des événements, j’avale de travers et tousse bruyamment lorsque ma mère arrive sur la terrasse, rappelant mon père et Sehun de venir à table. Ils acquiescent et se lèvent, mon père passant son bras autour des épaules de mon petit ami pour le convier à rejoindre la table alors que je vois ce dernier gêné mais profondément touché par les mots qu’il a entendu. Ils arrivent enfin à table et je croise le regard de mon père adoptif qui se veut rassurant alors que le mien est reconnaissant. Il sait que j’ai tout entendu. Sehun contourne la table, me passant derrière tout en laissant glisser sa main sur mes épaules, longeant mon bras pour saisir ma main lorsqu’il s’assoit à mes côtés. Je lui souris sincèrement et il fait de même avant que nous ne nous mettions officiellement à manger notre repas.


_ _ _ _ _

 

Le repas enfin terminé, Sehun et moi nous échappons dans la chambre dans l’optique de nous mettre en maillot. Planté devant mon armoire à la recherche de ce dernier, j’entends le téléphone de Sehun sonner et celui-ci se jeter sur le lit pour répondre.

 

_ BON ANNVERSAIRE !! Entends-je crier à l’autre bout du fil par deux voix que je connais maintenant très bien.

 

Amusé, j’abandonne ma recherche pour rejoindre Sehun sur le lit, m’installant à côté de lui où je découvre Chanyeol et Baekhyun en appel visio. Lorsqu’ils me voient, ils me font coucou de la main en me souhaitant un bon anniversaire alors que je les salue et les remercie. La conversation se termine cependant rapidement, ces deux-là ne souhaitant pas nous déranger plus longtemps. Sehun raccroche alors et pose son téléphone sur la table de chevet et c’est touché par leur intention que nous nous changeons enfin pour finalement descendre.  

 

_ Jongin, il y a quelqu’un qui veut te voir, m’appelle ma mère lorsque j’arrive dans la cuisine.

 

Surpris d’avoir de la visite car la seule que je puisse avoir est celle de Sehun - qui est déjà avec moi -, je pose ma serviette sur le comptoir central afin de rejoindre la porte d’entrée où mon visiteur m’attends. Cependant lorsque je vois ce dernier, le malaise prend possession de moi et la nécessité de cacher mon torse nu derrière mes bras est très présente. Je me présente finalement devant lui.

 

_ Qu’est-ce que tu veux ? Demandé-je à Kyungsoo d’un ton peu convivial.

Commentaire de l'auteur Et voila c'est déjà terminé... Mais je reviens bientôt ! La seconde partie est quasiment terminée !
Maintenant j'ai plus de temps alors je pourrais écrire plus fréquemment ! D'ailleurs j'en profite pour vous annoncer que deux nouvelles fictions arrivent dont une qui débutera aussi ce week-end ! Ce ne sera pas du SeKai par contre ~ J'espère que je vous retrouverais par là bas ~
N'hésitez pas à me suivre pour être avertis de la sortie de cette nouvelle fiction et n'hésitez pas à me faire part de votre ressenti en commentaire :D ♥
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales