Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 2287 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

EXO

Something Strange [Fiction]
[Histoire Terminée]
Auteur: GoldFish Vue: 8485
[Publiée le: 2015-07-04]    [Mise à Jour: 2019-05-12]
G  Signaler Romance/Yaoi (HxH)/Amitié/Lemon Commentaires : 41
Description:
Pairings: Sehun & Jongin (KaiSoo + SeBaek)
Résumé : Une légende chinoise raconte qu'un fil rouge relie deux personnes. Ce fil ne pourra jamais se rompre. Il peut s'emmêler mais jamais il ne cédera. Quoi qu'il arrive vous êtes destiné à rencontrer cette personne et lorsque vous l'avez en face de vous, tout s'illumine. Je n'avais jamais cru à cette légende jusqu'à ce que je me retrouve face à lui.
Crédits:
L'histoire m'appartient entièrement mais pas les personnages. Sauf les parents de Jongin XD
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 7

[4202 mots]
Publié le: 2016-03-11Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Bonjour ~
Voila pour vous le chapitre 7 ~ Encore désolée pour le temps entre chaque chapitre T.T J'espère que ce chapitre fera que vous me pardonniez ~ :D

_ Pardon ? Répondis-je, choqué par l’annonce.

_ Un type aux cheveux roses… Il est en option avec nous. Continue-t-il sans me regarder.

_ Luhan ? Demandais-je, suspicieux.

_ Oui, ça doit être ça…

_ Ah, mais non ! Ils sont meilleurs amis, c’est tout, dis-je rassuré de savoir qu’il s’agissait de Luhan. Ils ont toujours été proches et je le sais.

_ Ouai mais là…

_ Entre meilleurs amis, on est toujours plus proche physiquement non ?

_ Mais… mon meilleur ami ne m’a jamais fait d’avance à moi… Avoue-t-il en me regardant droit dans les yeux.

 

Mon souffle se coupe brusquement et mon regard quitte le sien alors que mon sang ne fait qu’un tour. Des avances ? Je ne comprends pas ce qu’il essaie de me dire. Est-ce que KyungSoo se joue de moi ? Mon regard se perd sur les inscriptions sur la bouteille que je tiens dans mes mains, entendant Sehun qui reprend son explication.

 

_ Ils étaient presque collés l’un à l’autre… Raconte-t-il doucement semblant chercher à ne pas me brusquer. Ils avaient ce sourire niait sur les lèvres… Je ne t’en parlerais pas si je ne trouvais pas ça douteux…

 

Je ne réponds pas et continue de fixer l’eau indolore courir dans le plastique que je fais rouler entre mes doigts. Je me remémore les fois où je les ai vus être proche tous les deux. C’est vrai que j’ai déjà vu Luhan aller passer la nuit chez KyungSoo, qu’ils sont assez tactiles entre eux mais je doute qu’il y ait quoi que ce soit de plus. Je soupire bruyamment lorsqu’une main prend ma bouteille d’eau. Je relève brusquement la tête et remarque que Sehun est accroupi devant lui, son éternel sourire aux lèvres.

 

_ Je suis désolé de t’avoir dit ça… Ne tire pas de conclusion trop hâtivement mais fait tout de même attention.

 

Je hoche la tête comme si mon cerveau avait perdu l’option « réflexion ». Il sourit devant mon air bête et glisse ses doigts dans mes mains, les saisissants avant de tirer dessus.

 

_ Aller debout, on a encore du travail.

 

Il continue à me sourire, ne lâchant toujours pas mes mains. Nos regards se plongent dans celui de l’autre et je tente de chercher des réponses à mes questions. Sait-il quelque chose à ce sujet qu’il ne veut pas me dire ? Qu’a-t-il vu de plus ? Est-ce que KyungSoo me trompe avec Luhan ? Je suis d’un coup totalement vidé et tellement perdu dans mes pensées que je ne sais plus ce qu’il se passe autour de moi. La musique remplie doucement la pièce et je tourne la tête après avoir constaté que Sehun n’est plus face à moi. Je le vois revenir vers moi en effectuant des pas de danse digne de Chris Brown. Je souris et les reproduits avant de me placer puis nous enchainons lorsque la musique démarre vraiment, reproduisant la chorégraphie qu’il m’a apprise. Durant ces quelques minutes de pas millimétrés et énergiques, je ne l’ai pas lâché du regard, calquant le moindre de ses faits et gestes comme si nous ne faisions qu’un.

 

Après une nouvelle heure de travail intensif, nous constatons qu’il est déjà vingt-heure trente. Le temps passe à une vitesse, c’est dingue. Après avoir repris nos respirations allongés sur le parquet de la salle de danse, nous descendons dans ma chambre. Passant devant la salle de bain, j’attrape une serviette et la lui tends pour qu’il puisse éponger son visage. Il demande à se rincer la tête pour effacer la chaleur et la transpiration de ses cheveux. Je le laisse faire et rejoins ma chambre où je ferme les rideaux pour qu’on ne voit pas à l’intérieur. Je prépare rapidement une tenue propre lorsqu’il revient, se séchant les cheveux à l’aide de la serviette.

 

_ Merci de m’avoir accueilli si gentiment. Me dit-il en secouant sa chevelure entre ses doigts.

_ Merci à toi d’avoir accepté de m’aider à rattraper mon retard.

_ Tu te débrouilles vraiment bien, presque mieux que moi. Continue-t-il en riant.

_ L’élève surpasserait-il le maître ? Ricanais-je en m’asseyant sur mon lit.

_ Je ne suis pas aussi prétentieux… Répond-t-il en souriant.

 

Rapidement, je le débarrasse de sa serviette car il se fait tard et qu’il doit probablement rentrer chez lui. Je récupère son casque jusqu’à présent sur mon bureau et le lui tends mais il refuse.

 

_ Garde le pour les jours où je te ramènerais chez toi pour qu’on s’entraine, m’annonce-t-il en souriant.

 

Surpris, je ne réplique pas et repose l’accessoire sur le bureau, le raccompagnant à la porte. Il salue ma mère qui fait de même, nous regardant sortir de la maison. Je le suis jusqu’à sa moto et une fois qu’il arrive à sa hauteur, il attrape son casque et se retourne vers moi, me souriant alors qu’il l’enfile sur sa tête.

 

_ Eh bien à demain alors. Sourit Sehun, en dégageant les cheveux de devant son visage. Ne sois pas en retard en cours, continue-t-il en grimpant sur sa moto, démarrant le moteur.

_ Ne t’inquiète pas pour ça. Aller, fais attention sur la route. Lui demandais-je en me reculant pour le laisser manœuvrer.

 

Il m’offre un pouce en l’air avant de me faire un signe de main puis il s’en va doucement, guettant qu’aucune voiture n’arrive avant d’accélérer, laissant le grognement du moteur raisonner dans le quartier déjà calme. J’attends qu’il disparaisse de ma vue avant de faire demi-tour et rentrer chez moi, rejoignant ma mère dans la cuisine pour l’aider à faire le repas.

 

_ Laisse-moi faire et va te doucher, mon cœur. Sourit-elle en venant embrasser ma joue.

_ D’accord, je me dépêche pour t’aider après.

_ Quel bon fils tu fais !

_ J’ai été élevé par la meilleure des mamans, c’est tout.

 

Je souris et lui rends son bisou avant de monter les escaliers, sentant son regard sur moi. Je file rapidement sous la douche après avoir mis au sale les deux serviettes maintenant recouvertes de transpiration. Lorsque l’eau bouillante coule sur mon corps, je soupire d’aise. Mon dieu que ça fait du bien. Mes muscles qui commençaient à me faire souffrir se détendent et me permettent de souffler un peu avant que des courbatures apparaissent. Avec un peu de chance je n’en aurais pas trop.

 

Lorsque je sors de la douche, j’enfile une serviette autour de ma taille et traverse ma chambre à la recherche d’un caleçon propre et d’un short. Je les enfile rapidement et quand je me retourne, je remarque quelque chose qui ne m’appartient pas jonchant sur le dossier du canapé. Je m’avance vers le vêtement et le prends entre mes mains, constatant qu’il s’agit de la veste de Sehun. Je soupire en le traitant mentalement d’idiot avant d’accrocher la veste de cuir sur le porte manteau en espérant penser à lui rendre.

 

Je rejoins ma mère pour l’aider à terminer de préparer le repas puis nous passons tous les deux à table. Durant le repas, je l’observe car elle ne dit pas un mot. Elle ne fait que fixer son assiette et mange beaucoup trop doucement à mon goût puis elle lève les yeux sur la chaise vide à côté d’elle. Son regard me brise le cœur alors je baisse la tête sur mon assiette, ne préférant rien dire à ce sujet. Je sais qu’elle n’aime pas parler de ces choses alors je ne veux pas lui faire penser à ça plus longtemps, dévorant mon plat pour la complimenter comme il se doit. Et elle sourit enfin. C’est donc rassuré que je débarrasse la table et fait la vaisselle, décidant que ma mère n’aura plus qu’à se reposer ce soir. Lorsque j’ai terminé, j’attrape une couverture dans le placard et je décide de passer la soirée avec elle sur le canapé à regarder un film. Je fais rapidement chauffer du popcorn et vient me blottir contre elle, lui arrachant un nouveau sourire. Elle me serre dans ses bras avant de me remercier. Je réponds à son sourire et dépose un bisou sur son front avant de mettre en marche le film.

 

Lorsqu’il est terminé, nous montons nous coucher et je remarque que j’ai un message sur mon téléphone. Je regarde et voit qu’il s’agit de Sehun qui me remercie encore une fois pour la soirée, en espérant que je n’ai pas trop eu peur de sa moto. Comment lui dire que je vais en faire des cauchemars cette nuit ? Pas qu’il conduise mal, au contraire, mais pour une première fois, ça m’a beaucoup stressé. Je lui réponds puis met en charge mon téléphone avant de mettre le réveil et de m’allonger dans mon lit où je fini par m’endormir.

 

Durant la nuit, je me réveille de nombreuses fois, tournant et tournant encore dans mes draps qui commencent à s’humidifier par la chaleur que mon corps émet. J’agrippe mes cheveux pour les relever lorsque je réalise qu’une migraine me malmène furieusement. Un long soupir franchit mes lèvres alors que je me redresse en position assise, massant vigoureusement mes jambes qui sont engourdies. Sentant des fourmillements arriver, je me lève et marche un petit peu pour les détendre et que ça passe mais en vain. Une crampe me prend à la cuisse et je grimace en me tordant, cherchant à me soulager. Le point serré d’agacement, je me redresse lorsque mon muscle s’est détendu me dirigeant vers la porte de ma chambre. Je l’ouvre et rejoint les escaliers que je descends dans le plus grand silence afin de ne pas réveiller ma mère qui dort. Arrivée dans la cuisine, j’ouvre le placard contenant les médicaments et en prends un pour faire passer la douleur que m’octroie cette migraine de plus en plus intense. Celle-ci m’offre au passage quelques sueur dérangeante alors je décide de prendre l’air. Je remonte rapidement dans ma chambre pour attraper une veste puis retourne au rez-de-chaussée pour ouvrir la baie-vitrée, la refermant derrière moi.

 

J’avance doucement vers un des transats tout en enfilant la veste, sentant la fraicheur de la nuit me saisir alors que la chaleur du vêtement m’apaise. A moins que ce soit l’odeur qui s’en échappe qui m’enrobe dans un sentiment de sécurité et de douceur. Un fin sourire dessine mes lèvres, obligeant mon corps à se blottir dans cette sensation de légèreté qui a pris possession de moi dès lors où l’odeur de Sehun l’a embaumé. Plongeant mes mains dans ses poches qui semblent encore chaude de la chaleur des siennes, je m’allonge sur le transat, fermant les yeux tout en profitant de cette bulle qui se forme autour de moi. J’inspire profondément pour ne pas perdre ce parfum protecteur qui chasse mes peines et mes douleurs, m’emportant avec ses effluves dans le pays des rêves qui m’accueille cette fois-ci à bras ouverts.

 

Un violent frisson me sort de mon sommeil et lorsque j’ouvre les yeux, je constate que je me suis endormi sur le transat. Le soleil n’est pas encore levé mais le ciel s’éclaircit déjà. J’ignore quelle heure il est mais la fraicheur matinale me secoue d’une violente chair de poule. Je me blotti dans la veste de cuir toujours sur moi et me redresse pour rapidement rentrer dans la maison. Une fois au chaud, je cherche l’horloge des yeux pour constater qu’il est tout de même déjà six heures trente. Me réveillant habituellement à sept heures, j’en profite pour me préparer un petit déjeuner digne de ce nom, profitant de mon avance pour manger comme il faut. Je profite notamment de ce moment pour préparer celui de ma maman, pensant que ça lui fera plaisir de se réveiller et de voir qu’elle n’a plus qu’à manger avant d’entamer sa journée.

 

Lorsque j’ai terminé de manger, je monte dans ma chambre et retire la veste de Sehun que j’accroche au porte-manteau, retirant ensuite mes vêtements en me rendant dans ma salle de bain. Encore secoué par des frissons désagréables, j’allume l’eau chaude même si nous sommes encore en plein été.

 

Lorsque sept-heure trente arrive, je rejoins l’entrée et pose le casque de Sehun afin d’enfiler mes chaussures. Je sors finalement de chez moi, soupirant d’aise lorsque les rayons du soleil touchent ma peau. Je souris puis avance vers le trottoir, constatant que KyungSoo n’est pas encore là. Je tourne la tête vers sa maison lorsqu’une pensée me fige. « Mon meilleur ami ne m’a jamais fait d’avance à moi… » Je secoue la tête. Non, Sehun a dû rêver c’est tout. Kyungsoo ne me ferait pas une chose pareille.

 

C’est légèrement nerveux que je trifouille le casque de mon nouvel ami, attendant impatiemment l’arrivée de mon petit ami. J’entends soudainement une porte se fermée et aperçois mon bout d’homme courir vers moi, s’excusant d’être en retard dans un magnifique sourire. Je lui rends son sourire avant d’enlacer mon bras libre autour de sa nuque, rapprochant nos deux corps qu’il colle ensemble, enserrant ma taille pour venir me décrocher un doux baiser de salutation. Je le regarde un moment avant de rapprocher une nouvelle fois nos lèvres qui ne s’épousent par automatisme, rattrapant les derniers moments que nous n’avons pas passés ensemble.

 

Après cette échange empli de tendresse, nous reprenons le chemin de l’université, nos mains enlacées l’une à l’autre. Il sourit, semblant heureux, avant de tourner la tête vers moi, regardant ma main gauche.

 

_ Pourquoi tu as un casque dans la main ?  Demande-t-il, curieux.

_ Ah, ça, c’est à Sehun. Il me donne des cours particuliers pour que je rattrape le retard que j’ai. Donc il m’a ramené en moto hier. Lui annonçais-je, légèrement gêné.

 

Le silence s’installe entre nous deux. Son regard se plante un instant dans le mien, comme s’il cherchait à comprendre quelque chose, puis il reporte son attention sur le chemin, plongé dans cette ambiance devenue pesante et qui me rend mal à l’aise.

 

Les minutes passent et aucun de nous ne parle, prolongeant ce moment désagréable qui ne fait que me faire réfléchir à ce que Sehun m’a dit. Je soupire et tourne le visage vers mon petit ami, ne voulant pas me prendre la tête avec ces choses-là plus longtemps. J’ai besoin de m’assurer que Sehun a tort et que je connais KyungSoo mieux que ça, quand même !

 

_ Est-ce que tu es attiré par une autre personne ? Demandais-je brusquement, le sentant sursauter.

 

Il s’arrête soudainement de marcher et je l’observe, remarquant ses yeux vaciller sur chaque endroit à portée de sa vision. Mon cœur est en suspens, mon sang ne circule plus et j’attends. J’attends qu’il m’avoue quelque chose, j’attends qu’il me rassure. Je suis pendu à ses lèvres en attendant la sentence. Je ne le lâche pas des yeux, réfléchissant aux diverses possibilités qui s’offrent à moi s’il m’avoue qu’il me trompe. Sa voix parvint alors à mes oreilles.

 

 _ Bien sûr que non ! Où tu vas chercher ce genre de choses ? Me répond-il semblant choqué par ma question.

 

Je me sens soudainement comme étant l’homme le plus idiot du monde. J’en étais sûr. Comment ai-je pû douter de la sincérité de mon petit ami. Il s’approche soudainement de moi, passant ses deux bras autour de ma nuque en approchant ses lèvres des miennes, ne me lâchant pas des yeux.

 

_ C’est toi que j’aime Jongin. Toi et uniquement toi.

 

Il souffle ces mots contre mes lèvres avant de venir les embrasser avec une douceur sans pareil, m’arrachant un sublime frisson qui remonte le long de ma colonne vertébrale, s’échouant contre la pulpe de ses doigts qui caressent subtilement ma nuque. Je ferme les yeux et l’embrasse à mon tour, soulagé qu’il ne me trompe pas. Je remonte ma main libre dans le bas de son dos, rompant le baiser pour laisser mon front se coller au sien.

 

_ Je suis désolé… C’est juste que Sehun t’as vu avec Luhan et que vous étiez assez proches, alors il me l’a dit… M’excusais-je, honteux d’avoir douté de lui.

_ Ce n’est rien, mais il ne se passe absolument rien avec Luhan. M’assure-t-il en venant caresser ma joue. Il n’y a rien de différent que lorsque tu nous vois. Je te le promets. Continue-t-il en plantant son regard dans le mien pour me montrer qu’il est sincère.

 

Je hoche doucement la tête avant qu’il embrasse une nouvelle fois mes lèvres, s’éloignant de moi pour reprendre notre route, légèrement en retard.

 

A l’heure du repas, je vois que Sehun est assis seul à une table. Son visage s’illumine lorsqu’il me voit arriver vers lui alors je lui souris et dépose mon plateau à la place devant lui.

 

_ Salut ! S’exclame-t-il joyeusement en me suivant du regard pendant que je m’assoie.

_ Bonjour, tu vas bien ? Demandais-je en m’installant confortablement.

_ Moi ça va très bien, tu as la voix enrouée, est-ce que ça va ? S’inquiète-t-il, me regardant attentivement.

_ Ça va, je me suis juste endormi dehors… Dis-je, gêné de lui apprendre ça.

_ Pourquoi ?

_ Je ne me sentais pas très bien alors je suis allé prendre l’air, mais je me suis endormi. D’ailleurs je viens de réaliser que j’ai oublié de te ramener ta veste… Désolé.

_ Ce n’est pas grave, garde là, elle n’est pas perdue. Tu me la rendras quand le temps nous le permettra. Continue-t-il en souriant, mangeant son plat.

_ Oui… Ah d’ailleurs j’ai mis le casque dans mon casier, ce sera plus pratique plutôt que de le porter toute la journée.

_ Tu as bien raison !

 

Un silence se fait pendant lequel nous mangeons. J’ose lui jeter quelques coups d’œil et il semble être dans ses pensées, fixant son verre d’eau comme s’il était devenu la chose la plus importante au monde. Je l’observe, curieux de savoir à quoi il pense lorsqu’il ouvre la bouche.

 

_ Moi non plus je n’aimais pas cette moto au début… Avoue-t-il sans bouger alors que mon regard essaie d’attirer le sien, ne préférant pas le couper dans sa déclaration. En fait… Je la détestais… Et quelque part, je la déteste encore… C’est ma moto, mais… je ressens comme un arrière-goût quand je suis dessus, quand je la voie, ou quand j’en parle. Continue-t-il en triturant ce qui se trouve dans son assiette, déglutissant sous mon regard qui l’encourage à continuer. Tu te souviens que je t’ai dit que c’était un cadeau de mon père pour m’acheter ? Me demande-t-il, captant enfin mon regard, me faisant hocher la tête doucement pour lui répondre. Mes parents se sont séparés quand j’étais en dernière année de lycée… Je ne sais pas pour quelle raison mais mon père a voulu avoir ma garde alors qu’il ne s’est jamais occupé de moi. Il ne savait limite pas que j’existais. Il s’en fichait de moi et s’il n’entendait pas mon prénom, ça l’arrangeait. Enfin bref… Comme j’étais majeur, j’étais maître de mes choix. Je pouvais décider d’avec qui j’allais vivre même si pour moi il n’y avait aucune hésitation. Mais il a essayé de m’acheter en m’offrant cette moto qui vaut comme il dit, plus de 20 708 720 wons… Il a cru que j’allais lui tomber dans les bras avec ce cadeau… Soupire-t-il en passant sa main dans ses cheveux. J’ai trouvé ça tellement insultant… tellement déplacé et … écœurant… Comment a-t-il pu imaginer que j’accepterais de vivre avec une personne pareille. Continue-t-il en fixant la table, jouant avec ses doigts alors que je ne l’interromps pas, sentant qu’il a besoin de se livrer à ce sujet. Alors je lui ai dit merci pour la moto… et que ça compenserait une infime partie de ce qu’il n’a pas fait et été pour moi. Et je lui ai dit que jamais je n’hésiterais entre ma mère et un parfait inconnu. J’ai vu sur son visage qu’il avait été choqué par mes propos mais c’est ce qu’il est pour moi. Je ne le connais pas… Ce n’est même pas mon père de toute façon… Soupire-t-il, marquant une longue pause.

 

J’observe les traits de son visage se raidir, sa mâchoire se crisper et ses yeux s’humidifier. Il lutte pour se calmer et rester impassible mais je vois que cette situation le touche. J’avance doucement ma main vers la sienne pour le rassurer et lui montrer qu’il n’est pas seul même si cela fait peu de temps que nous nous connaissons. Il relève la tête à mon contact alors je lui souris, attrapant ses doigts dans les miens, les caressant naturellement pour l’encourager à continuer s’il le souhaite. Il répond à mon sourire et resserre ses doigts sur moi, comme pour rechercher de la contenance, puis il continue.

 

_ Jamais je ne regretterais mon choix. Ma mère passe avant tout dans ma vie. Elle a fait tellement pour moi. J’habite avec elle et je suis très heureux comme ça. Elle est la femme de ma vie et sera toujours la seule femme que j’aimerais. Je ne laisserais plus personne lui faire du mal comme il lui en a fait. Et il le sait… Il a déjà essayé de toucher à l’un de ses cheveux mais il l’a vite regretté. Je ne suis peut-être pas le fruit de son travail mais c’est elle qui m’a élevé et qui a fait ce que je suis aujourd’hui et je lui en serais toujours reconnaissant. Qui sait comment j’aurais tourné si j’avais vécu avec mon père… En fin de compte, je ne regrette pas qu’il nous ait presque abandonné… Nous étions mieux sans lui. Termine-t-il en souriant, montrant à quel point il est heureux de parler de sa mère.

 

Son regard est doux et il dessine un sourire sur mon visage alors que nos doigts s’enlacent sans que nous y fassions attention, nous perdant dans les yeux de l’autre. Je baisse légèrement la tête et semble perdu dans mes pensées puis que je sens ses doigts me caresser de façon plus soutenu.

 

_ Qu’est-ce qui te tracasse ? Me demande-t-il d’une voix basse et soucieuse, m’invitant moi aussi à me livrer.

_ Rien de bien grave, juste que ce que tu as dit m’a fait penser à mes parents… Avouais-je sans le regarder.

_ Ton père aussi est comme le mien ?

_ Non… Enfin ce n’est pas le même cas de figure… Je sais que mon père nous aime, ma mère et moi mais… Il me manque énormément… Et à ma mère encore plus… Hier je l’ai encore vu triste de son absence… Et ça me tue de la voir comme ça. Si je pouvais je partirais pour ramener mon père à la maison mais je ne peux pas.

_ Pourquoi ton père n’est jamais là ? Questionne-t-il pour me faire parler.

_ Il travaille beaucoup et doit beaucoup voyager… Du coup ça arrive qu’il ne soit pas là pendant une semaine et je vois que cette situation fait souffrir ma mère… Dis-je en baissant la tête. On… On devrait sortir avant de se faire virer de la cantine parce qu’on prend de la place alors qu’on a fini…

 

Je recule ma main de la sienne et me lève brusquement sans le regarder, attrapant mon plateau pour le déposer à la sortie. Il ne dit rien et s’exécute, me suivant jusqu’à la sortie. Nous marchons sur le chemin qui mène à la cours et je suis légèrement devant, ne voulant pas qu’il voit mon visage totalement démuni et triste de ma situation familiale. Cependant je sens une pression sur le bas de mon tee-shirt. Je baisse la tête sur mon vêtement et remarque des doigts agrippés après, me tirant brusquement. Je me retrouve sans même le comprendre contre Sehun, sentant ses deux bras musclés s’enrouler autour de mon corps, m’invitant à me coller contre lui.

 

Je reste immobile face à cet élan d’attention et ne sais pas vraiment comment réagir. Je ferme les yeux, apaisé par son odeur qui me submerge et me fait tout oublier. Ne voyant aucune réaction de ma part, je le sens s’éloigner mais j’agrippe soudainement le devant de son haut comme pour l’obliger à rester contre moi.

 

_ Attend… Murmurais-je une fois mon visage blotti contre son cou.

 

Succombant à la tentation de douceur et de protection, je laisse mes mains remonter dans le bas de son dos, laissant mes bras l’entourer étroitement, rendant la promiscuité entre nous aussi infime qu’inexistante. Le visage contre son cou m’envoie son essence à plein nez, m’apaisant comme s’il s’agissait de la meilleure échappatoire qui puisse exister. Je le sens soudainement bouger puis ses bras remontent autour de moi, venant cette fois-ci encercler mon cou étroitement  plongeant son visage.

 

_ Merci… murmurais-je à nouveau pour que seul lui l’entende.

 

En signe de réponse, je sens ses doigts glisser dans mes cheveux et mes yeux se ferment à nouveau, profitant de ce moment que nous partageons, puisant dans l’énergie de l’autre pour nous rebooster. Je souris niaisement, profitant qu’il ne me voit pas pour me nourrir de son odeur qui est tellement agréable. Mais mon bonheur est de courte durée lorsqu’un raclement de gorge se fait entendre dans mon dos, me glaçant le sang lorsque je reconnais ce timbre si particulier.

 

Commentaire de l'auteur Et voila c'est déjà terminé T.T
J'espère qu'il vous aura plu et j'espère aussi pouvoir vous poster la suite rapidement.. Je dis ça à chaque fois T.T Désolée !
Je vous aime :D
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales