Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Imaginaire
    Seven Edition
    Nb de signes : 80 000 - 500 000 sec
    Genre : horreur - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Confinement
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 30 000 sec
    Genre : fiction réaliste - témoignage - contemporain - récit de vie - réaliste - humour
    Délai de soumission : 08/05/2020
  • L'Indé Panda 9
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 500 - 6 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/04/2020
  • L'Ampoule n°7
    Éditions de l’Abat-Jour
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : atypique - étrange - noir
    Délai de soumission : 10/05/2020
  • Mauvais goût
    Bigornette
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/08/2020
  • Prix Zadig de la Nouvelle policière
    Éditions Exæquo
    Nb de signes : 65 000 - 130 000 sec
    Genre : policier
    Délai de soumission : 12/07/2020
  • Littératures de l'imaginaire
    Tirage de têtes
    Nb de signes : 2 000 - 20 000 sec
    Genre : imaginaire - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/05/2020
  • La sauvegarde des orang-outans
    L'ivre d'histoires
    Nb de signes : 15 000 - 45 000 sec
    Genre : steampunk - science-fiction - fantasy
    Délai de soumission : 01/06/2020
  • Dimension "Marmite et microonde"
    Rivière blanche
    Nb de signes : 1 000 - 50 000 sec
    Genre : steampunk - horreur - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 30/09/2020
  • Depuis plusieurs jours, la plage était déserte.
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : < 4 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/03/2020

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Découvrez le manga indépendant francophone !
 par   - 1357 lectures  - Aucun commentaire

Entrez dans un tout nouveau monde, celui des auteurs de BDs et de mangas indépendants sur internet !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

EXO

Paper Heart
[Histoire Terminée]
Auteur: xiuminmydarling Vue: 873
[Publiée le: 2014-08-11]    [Mise à Jour: 2014-08-11]
G  Signaler Romance/Yaoi (HxH)/One-Shot Commentaires : 7
Description:
Sehun cherche une réponse, et il la trouve en Luhan.
Crédits:
Les personnages sont réels, ils ne m'appartiennent pas, malheureusement. Par contre, l'histoire est de moi.
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Final

[12304 mots]
Publié le: 2014-08-11Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Paper Heart des f(x) m'a inspiré.

C'était un de ces beaux jours, où le temps était magnifique, où tout le monde se sentait heureux et bien. Tout le monde, sauf Sehun, bien sûr.


Un beau jour, celui du festival du lycée, ils se sont rencontrés; Sehun et Luhan. Il semblerait que tous les deux n'étaient pas dans l'humeur pour s'amuser avec les autres. Non, juste Sehun, Luhan n'aimait juste pas la foule.


Étant les seules personnes à rester dans la salle de classe, vide et sombre, admirant leurs camarades des fenêtres, ils commencèrent à parler; le silence était trop lourd pour eux.


"Tu ne les rejoins pas?" Le plus petit, le garçon ressemblant à une poupée de porcelaine et aux cheveux d'or, avait demandé en premier, ses yeux trop timides pour croiser ceux de Sehun, restèrent fixés sur l'extérieur.


"Je pourrai te poser la même question." Le plus grand, celui à l'apparence d'un dieu froid et sans merci, ayant ses cheveux roses--sa mère lui avait obligé à les teindre pour le rendre plus approchable--poussés vers l'arrière avec du gel, répondit sans prêter attention au spectacle; la personne devant lui était bien plus intrigante à ses yeux.


Un autre moment de silence plana autour d'eux, tout aussi inconfortable que le premier.


"Ton nom?" La question surprit le plus petit, faisant sa tête se tourner vers son interlocuteur.


"Luhan," Il avala sa timidité, ses mains tremblantes agrippées à l'ourlet de son uniforme, "Tu es?"


"Sehun." La réponse fut très courte, mais cela répondait parfaitement a la question. Il n'avait pas l'intention de parler plus, ou de faire ami ami, mais quelque chose en lui le faisait parler, toujours plus. "Pourquoi tu es ici?"


La question échappa ses lèvres, le faisant se les mordre. Il examina le regard de Luhan dans le sien, le reflet de la lune les faisait briller; il était magnifique, pour un étranger.


"Je," Il baissa son regard, intimidé par celui de Sehun. Sa main vint masser son coude et il expira un souffle tremblant--le plus grand l'avait remarqué--avant de répondre, "Je n'ai personne avec qui m'amuser."


Le ton de sa voix, étrangement, n'était pas triste. Il n'avait pas l'air de se sentir seul alors qu'il devrait, il était même--si Sehun ne se trompait pas--heureux de ne pas être entouré.


Ce sont les feux d'artifices qui interrompirent le plus grand de poser plus de questions, et peut-être que cela arrangeait le blondinet qui se sentait trop petit à côté du plus grand - sans mauvais jeu de mots; ce n'était pas une question de taille.


Les couleurs explosaient dans le ciel vide d'étoiles, le bruit couvert par les cris des élèves; les deux jeunes hommes les admirèrent en silence.


"C'est magnifique." Les mots glissèrent de Luhan sans qu'il ne s'en rende compte, attirant l'attention de Sehun.


Ce dernier se retrouva incapable de tourner son regard sur autre chose que le visage impressionné du plus petit. Les couleurs qui passaient à travers les vitres, glissaient sur sa peau comme si le ciel le peignait de beauté, de pure perfection. Ses yeux qui brillaient encore plus, eux, ne pouvaient quitter le spectacle devant lui et le plus grand sentait son être se perdre dedans.


"Oui." Il répondit, mais contrairement à Luhan, il ne parlait pas des feux d'artifices.







Leur rencontre fut rapide, quasiment silencieuse, sombre mais pas froide; même rempli de couleurs si l'on prenait en compte les feux d'artifices. Les deux garçons ne pensaient pas se revoir un jour, mais ce fut le cas.


En fait, presque tous les jours, ils se voyaient, et à chaque fois, ils se regarderaient, toujours. Sehun remarqua, qu'en effet, Luhan était seul, jamais entouré de quelqu'un. Contrairement à lui qui était toujours soit suivit de filles, soit suivit de ses amis. Il ne détestait pas particulièrement la compagnie mais il préférait être seul, rien qu'avec lui et le silence; il n'aimait pas le bruit ou l'attention--même si ses cheveux attirés beaucoup de monde--et faisait toujours de son mieux pour ne pas paraître méchant.


Finalement, il rencontra Luhan pour la deuxième fois dans la même salle de classe--il passait juste par là et avait décidé de rentrer pour le voir--lorsque le ciel était déjà sombre alors qu'il n'était pas si tard que cela.


Le soudain bruit qu'avait crée la porte coulissante fit le plus petit sursauté de peur, surprenant le plus grand qui s'excusa tout de suite.


"Qu'est ce que tu fais la?" Sehun demanda par pure curiosité, ses mains dans ses poches, se tenant immobile devant la porte.


"Je pourrai te poser la même question." Cela sonnait très familier à leurs oreilles et ils ne purent empêcher un fin sourire se poser sur leurs lèvres.


Après un moment d'étrange silence et de rien du tout, Sehun décida de marcher vers Luhan pour regarder ce qu'il faisait; il ne faisait rien, à sa surprise. Le cahier ouvert devant lui contenait des pages blanches, rien ne se voyait dessus.


Embarrassé de la situation, Luhan amena une main tremblante pour fermer le bouquin, avant de le ranger dans son sac et de se lever.


"Tu pouvais continuer, tu sais?" Sehun le regarda se lever de son siège silencieusement; quand Luhan releva la tête et le regarda, il se sentit encore se perdre dans son regard.


"Rien n'arrivait de toute façon." Il murmura et Sehun retint l'envie irrépressible de lui poser des questions; Luhan regarda alors sa montre et ses yeux prirent en volume. "Il est déjà si tard."


Pendant un instant, personne ne fit de mouvements ou ne dit quoique ce soit, jusqu'à ce que le plus petit ne fasse un pas pour partir et que Sehun--son corps ne fonctionnait pas comme il aimerait qu'il fonctionne--posa brutalement sa main sur la table; son bras faisant obstacle sur le chemin de Luhan.


Comprenant son geste, il courba son bras et glissa sa main dans sa poche, serrant son poing a l'intérieur. Luhan, il remarqua, avait l'air effrayé, son visage était plus pâle que jamais. Le plus grand voulait s'excuser mais il n'avait jamais été très bon pour s'exprimer.


"Ça fait combien de temps que tu es là?" Sehun demanda inopinément, maudissant sa voix qui parut plus froide qu'elle n'aurait du être.


"Je-je ne sais pas." Sa voix était petite, à peine audible du à sa peur envers le plus grand; son regard fixé sur ses pieds et ses doigts jouant avec la lanière de son sac.


Finalement, la présence de Luhan partit très rapidement avec l'air, comme un bout de papier transporté par le vent. Sehun sentait quelque chose, un trou de sa poitrine peut-être; son regard--il en était sur--devait sûrement être sombre et noir.


Ce fut étrange, pendant un court instant, Sehun sentit un frisson parcourir son corps entier, le faisant frémir de la tête aux pieds. Il se retourna, son regard vide fixé sur la porte qui avait été laissé ouverte; passant une main dans ses cheveux pour enlever les mèches qui tombaient dans ses yeux, il sortit de la salle de classe, nonchalamment.







Il était sûr que le sourire qu'il avait réussi à voler du petit blond l'avait hypnotisé pendant une fraction de secondes. C'était une image qui apparaissait dans sa tête en boucle, sans qu'il n'y est de fin. Comme une photo prise au bon moment, le visage de Luhan lui souriant était un cliché qu'il ne se lassait--et lasserait--jamais de voir.


Son changement qui n'était pas inconnu de ses amis, les rendirent tous très curieux mais aucun n'essaya de faire part de sa curiosité; Sehun ne répondrait pas,

ils le savaient. Finalement, Sehun n'essaya plus de se retenir et alla voir Luhan à chaque fois qu'il pouvait; toujours sans succès car le plus petit arrivait toujours à inventer une excuse pour s'éclipser.


"Ohhh, tu poursuis ton amoureux." Chanyeol l'avait taquiné un jour, après qu'ils l'avaient vu parler au blondinet.


Le géant ne reçu qu'un regard noir en réponse, le faisant lever les mains en l'air pour faire l'innocent.


"Il poursuit sa princesse." Baekhyun s'était moqué, riant et s'étouffant dans son riz. "Tu n'as pas de si mauvais goûts que ça, finalement, petit Hun."


Levant les yeux au ciel, le garçon aux cheveux roses se figea lorsqu'il aperçut la dite personne--l'étrange Blanche Neige comme Kyungsoo l'appelait--à l'autre bout de la cantine en train de le regarder. Il fit un effort fou pour ne pas avaler de travers et essaya du mieux qu'il pu pour rester calme; ses yeux ne quittant jamais ceux du blond.


Il hésita un moment mais lorsqu'il eu assez de courage pour appeler Luhan à venir manger avec eux, l'expression de ce dernier changea et il se retourna, courant vers l'extérieur comme si quelque chose l'avait effrayé.


Les amis du plus grand, ne comprenant pas pourquoi il avait soudainement ouvert la bouche et levé sa main, le regardèrent en sourcillant. Cependant, ils n'osèrent pas poser de questions car l'expression de Sehun aussi, avait changé et il avait l'air d'être prêt à tuer un homme.







Cette situation l'irritait plus qu'elle ne devrait et le fit s'isoler encore plus. Sehun, ne comprenait pas pourquoi il y avait cette tension entre lui et une personne qu'il connaissait à peine. Il comprenait encore moins pourquoi il voulait combler le gouffre qui s'était créé dans son inexistante amitié avec Luhan. Il savait juste que cette personne l'intriguait énormément et qu'il ferait n'importe quoi pour le connaître mieux.


C'était pendant un après-midi pluvieux, alors que leur professeur de sport les avait obligé à courir malgré la pluie forte, que Sehun vit Luhan à travers le grillage. Ce dernier courait jusqu'à l'établissement de littérature avec son sac placé au dessus de la tête pour se protéger et le plus grand le vit glisser, tombant presque dans une flaque d'eau immense. Il fut soulagé lorsqu'il le vit se rattraper au dernier moment et qu'il disparut derrière les murs de briques rouges.


Le coup de sifflet que son professeur souffla juste à côté de son oreille le fit grimacer de douleur.


"Quoi?!" Il hurla en posant ses mains sur son oreille, dont il était sûr avait perdu la moitié de son audition.


"Arrête de rêvasser Sehun et cours comme les autres!" Il hurla et s'apprêta à siffler une deuxième fois quand Sehun grogna, ennuyé. "Et on reparlera de ton comportement dans mon bureau, après les cours." Ce furent ses derniers mots avant que son élève ne se força à bouger ses fesses.


Sehun prit tout son temps pour faire tous ses tours - son professeur lui en avait rajouté dix de plus pour avoir mal parlé - et tout ce dont il pouvait penser était le petit blondinet. Sa curiosité était grande et il avait énormément de questions à poser au plus petit; pour commencer, il voulait savoir dans quelle classe Luhan était. Ensuite, il lui demanderait des choses basiques comme sa couleur préférée ou son plat préféré; de simples questions pour ne pas paraître trop rude. Il voulait juste connaître Luhan un peu plus chaque jour, voulait apaiser sa soif de savoir. Il voulait des réponses car il était intrigué par le plus petit, et étant déterminé comme il était, Sehun n'allait sûrement ne jamais abandonner; pas tant qu'il ne connaîtrait pas la vérité.


À la fin de ses nombreux tours, il se rendit compte qu'il avait couru plus qu'il n'aurait du et que sa classe était déjà sortit du terrain. C'était étonnant à quel point il pouvait être tant immergé dans ses pensées qu'il en oubliait le monde autour de lui. C'était aussi étonnant que son professeur ne l'aimait pas au point de le laisser courir sous la pluie; il n'allait pas se plaindre, au moins on le laissait tranquille.


Quand il partit prendre sa bouteille d'eau qui était tombé à terre et que personne n'avait eu la gentillesse de ramasser, il bu tout cul sec et laissa la pluie le rafraîchir plus. Lorsqu'il s'apprêta à partir du terrain, il vit une silhouette au loin; il ne pouvait la reconnaître à cause de la distance et de la forte pluie mais il avait l'impression qu'elle lui était très familière. Par réflexe, il plissa les yeux pour essayer d'avoir une meilleure vue mais rien ne vint. Il décida de marcher vers peu importe qui c'était par pure curiosité et quand il le vit lentement s'éloigner, sa voix sortit toute seule.


"Hey!" Il s'écria en se mettant à courir vers la personne et à une certaine distance, il remarqua Luhan au loin.


Quand ils furent assez proches, Sehun s'arrêta devant lui à bout de souffle, se courbant et prenant appui sur ses genoux, il respira fort et vit Luhan légèrement reculer face à la petite distance.


"Toi," Il expira et avala avant de reprendre, se redressant et essayant de ne pas paraître froid. "Tu--"


"Pardon," Luhan baissa le regard, ses yeux fixés sur le sol et ses mains jouant avec l'ourlet de son t-shirt. "Je dois y aller."


Il se retourna et ses pas étaient lents et hésitants, comme si il ne voulait pas réellement partir mais Sehun ne le laissa pas faire de toute façon; il attrapa son poignet mais ne le fit pas brusquement. Il avait apprit à être doux depuis sa dernière erreur et maintenant, il arrivait à contrôler son corps.


"Tu me regardais?" Les paroles de Sehun résonnèrent dans les oreilles du petit blondinet pendant un court instant avant que celui-ci ne se retourne timidement, ses yeux croisant ceux du plus grand.


Les mots restaient comme bloqués dans sa gorge, impossible de parler. Il avala plusieurs fois mais rien n'y faisait, Luhan redevint timide comme si il faisait face à un étranger. Il se retourna complètement pour ne pas paraître impoli envers Sehun mais garda ses yeux fixés au sol. Le garçon aux cheveux roses regarda les pieds du plus petit bouger de façon maladroite et il ne put s'empêcher de trouver cela mignon; à quel point un garçon de son âge pouvait agir de manière si enfantine et adorable.


"C'est bon," Sehun se redressa et passa une main dans ses cheveux mouillés, eux qui l'empêchaient de voir clairement son petit blondinet. "Si tu me regardais." Il frotta sa nuque, essayant de paraître le plus cool possible. "Ça ne me dérange pas."


Il vit le plus petit lentement hocher la tête avant qu'un autre silence ne vienne les tenir compagnie. À part le bruit des gouttes de pluie tombant sur les toits, rien d'autre ne s'entendait. Luhan gigota son corps comme si il avait quelque chose à dire et heureusement pour lui, Sehun comprit vite.


"Oui?" Il demanda, inclinant sa tête sur le côté afin d'avoir un meilleur angle de vue sur le visage de Luhan.


Ses doigts jouèrent nerveusement ensemble avant de venir à sa poche; là, Luhan en sortit un mouchoir et le tendit au plus grand. Il le regarda avec des yeux ronds et noirs, brillants toujours et des joues dont le rose se voyait bien sur sa peau blanche crème. Sehun se sentit hypnotisé dans sa beauté de jeune enfant et en oublia de prendre son offre.


Sehun ne savait pas à quoi ressemblait son regard mais il était sûr qu'il était loin d'être froid car le blond qui avait rassemblé tout son courage, se mit à essuyer son visage, le faisant revenir au monde réel.


La douceur du tissu le fit fondre, étrangement, il en voulait plus; alors quand Luhan recula pour s'arrêter, pensant que le plus grand allait le trouver bizarre, Sehun, lui, avança son visage et le fit comprendre qu'il était parfaitement d’accord avec.


Luhan tapota avec douceur sur tout le visage du plus grand, ses touchés fragiles comme du papier, il profita que Sehun ait les yeux fermés pour l'admirer de plus près. Il se sentit très embarrassé lorsque Sehun ouvrit soudainement les yeux et le surprit en train de le regarder; une partie de lui était surprit mais l'autre, était plutôt contente. Il lui sourit tendrement en réponse et Luhan ne put que rougir face à sa tendresse.


"Merci." Il prit le mouchoir des mains du blond et le mit dans sa poche, "Je te le rendrai quand il sera propre."


Étonné, Luhan ouvrit la bouche mais la referma de suite et baissa le regard. "Tu n'es pas obligé..."


"Mais je peux, n'est-ce pas?" Sehun demanda mais le petit ne répondit pas.


Les minutes passèrent, la pluie cessa et les deux garçons prirent des chemins séparés. Ils partirent avec des cœurs battant, attendant avec impatience leur prochaine rencontre.







Dans l'esprit de Sehun, la beauté cristalline de Luhan était restée. Il était toujours impressionné à chaque fois qu'il le voyait; cet être tellement parfait ne semblait pas réel à ses yeux et pourtant, Luhan était tout sauf irréel.


Il apprit à contrôler sa froideur et à devenir plus doux, pas qu'avec le blondinet mais aussi avec son entourage; même son professeur de sport en était resté choqué. Il était devenu doux et les filles tombaient pour lui tous les jours, dommage qu'il n’était pas intéressé. Il était constamment en train de chercher Luhan lorsqu'il le pouvait et ressentait une immense joie quand il y arrivait, et déception quand il n'y arrivait pas.


Ce dernier, aussi, a vécu un grand changement. Il s'était ouvert à Sehun, n'était plus si timide que cela - mais l'était toujours - et arrivait même à communiquer avec ses camarades de classes. Il se sentait bien plus heureux depuis et tout cela, grâce à un garçon aux cheveux roses.


Quand ils n’étaient que tout les deux, le monde autour disparaissait; il n'y avait plus de filles qui les suivaient ou amis qui les taquinaient, juste eux et le silence qui les entourait.


Lorsqu'ils n'avaient tous les deux pas cours un jeudi matin, Sehun les amena dans son endroit secret, là où il restait couché des heures sur l'herbe à réfléchir. Le blondinet se sentait toute chose d'être la première personne à qui Sehun montrait son petit paradis; il avait l'impression d'être spécial, et peut-être qu'il l'était.


Ils restèrent tous les deux couchés à terre, dans la douce herbe et laissèrent le silence les atteindre. Les oiseaux chantaient une mélodie avec Luhan et Sehun pouvait s'endormir rien qu'en écoutant leur harmonie.


"Qu'est-ce que tu vois quand tu me regardes?" Sehun détruisit le silence avec une de ses questions qui n'avait pas de sens mais le plus petit y pensa et réfléchit profondément.


Luhan laissa Sehun dans la curiosité du silence; mais il n'avait pas de réponse. Il ne voyait rien en Sehun ou peut-être, il en voyait trop. Il secoua la tête, "Je ne sais pas."


"Si tu me regardais, ça t'aidera à répondre." La voix du plus grand était imposante et ses mots firent rougir le blond.


Il attendit que le plus petit tourne la tête et le regarde et quand il ne le fit pas, il se redressa pour être assis et le regarda fixement.


"Luhan," À l'entente de son nom, il tourna sa tête et rougit quand ses yeux rencontrèrent de suite ceux du plus grand; ils étaient tous aussi noirs que les siens mais ils étaient profonds et quelque chose à l'intérieur brillait mais Luhan ne savait pas quoi. Il trouvait juste Sehun extrêmement beau et ce fut la réponse à sa question.


Sa bouche resta entrouverte, ses mots ne sortant jamais quand il le voulait, il fit de son mieux pour parler mais sa timidité refit surface et il perdit tous ses moyens.


Tout changea autour d'eux; les oiseaux ne chantaient plus, laissant place au silence. Le vent soufflait dans leur direction et Luhan ferma les yeux quand une brise fraîche vint balayer ses cheveux. Sehun se perdit encore dans sa beauté et son regard resta fixé sur les lèvres du blondinet. Ses yeux rencontrèrent à nouveau ceux de Luhan et son coeur rata un battement. Il laissa tomber tout ce qu'il s'était retenu de faire ou dire et sa main vint caresser la joue du plus petit.


"Ne me regarde pas avec ces yeux, là." Sa voix, transportait par le vent, atteignit les oreilles de Luhan.


"Hm?" Ce dernier était surprit du soudain geste et sentit ses joues brûler au touché.


"Tu veux que je tombe amoureux de toi?" Le temps s'arrêta sur cette question; les deux garçons laissèrent le silence les entourer pour la énième fois et avant même qu'il ne s'en rende compte, Luhan lui glissa des doigts et disparu avec le coup de vent, tel un bout de papier emporté par des tourments.







Le deuxième trimestre passa très vite, Sehun ne vit pas le temps passé. Il se rendit compte rapidement, cependant, que tout avait changé; Luhan n'était plus le même, du moins, n'était plus aussi vivant. Il était redevenu le petit garçon timide qu'il était quand ils s’étaient rencontrés. Chaque jours, Luhan devenait un peu plus distant jusqu'à ne presque plus parler, et Sehun était sûr que cela n'avait rien à voir avec sa timidité.


Il voulait savoir pourquoi, mais Luhan ne le laissait pas s'approcher; il n'avait rien fait de mal, il pensait, ou peut-être avait-il sans s'en rendre compte; et si c'était le cas, il allait s'excuser, et il ferait tout pour ne pas le laisser s'échapper.


Ils avaient partagé assez d'information durant ces derniers mois, ainsi Sehun savait quel cours il avait à tel moment de la journée. Se dirigeant vers le bâtiment de musique, il fit toute une liste dans sa tête de toutes les choses qui auraient pu le faire distancer; cela pourrait être à cause du fait qu'il ait acheté du bubble tea au lieu du café que Luhan avait tant demandé, ou qu'il n'ai pas pu l'aider pour son devoir de maths, peut-être aussi parce que Sehun avait laissé échapper un tu es mignon contre son gré.


C'était stupide, ces raisons ne tenaient pas le coup, elles ne valaient pas la peine de faire la tête pour. Quand Sehun se rendit compte qu'il avait dépassé la classe dans laquelle Luhan se trouvait - car il avait, encore une fois, trop pensé - il fit demi-tour et prit soudainement conscience qu'il ne savait pas quoi dire ou qu'est-ce qu'il était supposé faire.


C'était le blanc complet, son corps se figea au beau milieu du couloir vide d'élève et il y resta pendant plus de cinq minutes, fixant le plafond sale. Il fit des tours sur lui-même, jouant nerveusement avec ses poings dans ses poches; si quelqu'un le surprenait, il serait prit pour un fou.


Ce n'était qu'une éternité plus tard, lorsqu'il entendit une légère mélodie émaner de la salle à son opposé, qu'il reprit ses esprits. Il s'approcha, posa son oreille contre la porte pour faire en sorte qu'elle ne s'ouvre pas dans le processus et écouta attentivement. Cela ne pouvait pas être Luhan, se pouvait il? Ou Sehun s'était trompé de classe, tout simplement.


Quelque chose lui faisait croire que c'était lui, sans aucun doute; cette voix douce qu'il avait entendu chanter plus d'une fois n'appartiendrait à personne d'autre qu'à Luhan.


Sehun inspira profondément et serra son poing, il posa une main tremblante et moite sur la poignée de porte puis poussa. Il n'y avait plus de mélodie, ou de bruit, le silence complet s'installa pendant que la porte s'ouvrait lentement, révélant une salle de musique spacieuse et vide.


Lorsqu'il fit face au petit blondinet, leur regard se croisèrent automatiquement et ils restèrent immobiles, silencieux. Après ce qui leur parut une éternité, le plus petit se rendit compte qu'il avait devant lui le garçon aux cheveux roses avec qui il avait essayé de garder ses distances depuis quelques temps et que le voir était la dernière chose qu'il avait envie.


"Lu--"


"Excuse moi mais, je..." Il baissa le regard, posant ses pages remplies de notes sur une table tout près; il se dirigea maladroitement vers la porte qu'il essaya de refermer sans succès. "J'ai cours, tu ne peux pas rentrer."


Le plus grand jeta un coup d'œil rapide derrière le blond, ne voyant personne à part Luhan, il posa son bras sur la porte, juste au dessus de sa tête et prit appui dessus afin d'empêcher Luhan de la refermer.


"Il n'y a personne." Sa voix était grave et légèrement froide; il fronça les sourcils quand Luhan continua d'essayer de fermer la porte.


"Je suis occupé--" Il poussa sur la porte avec tout ce qu'il avait dans ses bras mais ce n'était pas assez face au plus grand; il n'abandonna pas, néanmoins, et était déterminé à tout faire pour le faire disparaître de sa vue.


"Tu ne veux pas m'écouter, au moins?" Sehun demanda et serra ses poings lorsqu'il vit le visage effrayé du plus petit. Il se demanda ce qu'il avait fait de mal et baissa sa garde, la porte se refermant devant lui dans un grand claquement.


Le silence s'installa de nouveau entre lui et les murs de l'établissement et il sentit un sentiment grandir en lui; quelque chose engouffrait son coeur. Il posa son front contre la porte; aucun bruit n'émanait de la salle, Luhan, il pensa, excuse moi, mais aucun mot ne sortit.







Sehun n'abandonnait pas; il attendit que Luhan finisse tout ce qu'il avait à faire avant d'aller lui parler. Il attendit à l'entrée du lycée; il n'avait jamais été aussi patient; mais quand personne ne sortit alors qu'il était déjà tard--et qu'en rentrant, sa mère lui crierait sûrement dessus--il rentra dans l'établissement dans lequel Luhan était supposé être et le chercha.


Il fit note, mentalement, de toujours l'attendre à chaque fin de journée, tous les jours. Il était décidé à parler au plus petit et il n'abandonnerait pas; pas tant que Luhan ne l'avait pas écouté.


Sehun passa toutes les classes mais aucunes ne contenaient Luhan. Il commença à s’inquiéter; Est-ce qu'il va bien? Il espérait. Ses pas devenaient plus rapides chaque fois qu'il passait une classe vide et il finit par courir à travers tous les bâtiments de l'école; tout cela pour ne rien trouver; trouver personne.


Il s'inquiétait peut-être pour rien, le blondinet était peut-être déjà rentré, qui sait, mais quelque chose lui disait que non. Il finit à bout de souffle en plein milieu de la cour et si il ne restait pas quelques élèves, il se ferait un plaisir de se coucher par terre.


Et finalement, c'est ce qu'il fit. Il alla dans l'herbe et se coucha, prêtant aucune attention aux étudiants passant qui chuchotaient des choses à son propos. Il regarda le ciel d'après-midi; les couleurs étaient devenues plus sombre mais étaient toujours aussi vivantes. Il aperçut alors une feuille de papier tomber du ciel, atterrissant juste sur son visage.


Il se redressa et la prit; vide et blanche, la feuille ne contenait aucun mot, aucun trait, elle était parfaitement propre. Il releva la tête soudainement et il avait juré avoir vu quelqu'un sur le toit. Il tenta sa chance; prenant son sac et sprintant tout en haut de l'établissement de littérature, il ouvrit la porte qui menait au toit en la claquant et s'arrêta net quand il vit Luhan devant lui.


Il respira fort et laissa son sac glisser de ses épaules, tombant sur ses genoux et toussant tellement ses poumons manquaient d'air; il se demandait pourquoi est-ce qu'il faisait tout cela pour quelqu'un, une simple personne qu'il avait rencontré à peine quelque mois de cela.


La réponse était claire pourtant, même un singe pourrait s'en rendre compte, mais il semblerait que Sehun lui-même était trop stupide pour comprendre ses propres sentiments.


Avec ce qu'il lui restait, il se releva et avança vers le plus petit. Tendant le papier froissé à Luhan, il le regarda, fatigué.


"C'est bien à toi?" Il demanda en se redressant et Luhan hocha la tête mais ne le prit pas.


"Pour... toi." Il dit timidement, ses joues se peignant de roses pâles, il se balança nerveusement sur ses pieds; son regard ne croisant jamais celui du plus grand.


Sehun se demandait ce qui était pour lui; le bout de papier, peut-être? Mais rien n'était écrit dessus, ou alors, quelque chose qu'il ne pouvait pas voir, pas encore. Il le garda en main et le regarda fixement, il retourna la feuille encore et encore, regardant dans les moindres recoins, mais rien; il n'y avait rien.


"Ah!" Il s'exclama lorsqu'il cru savoir, "Tu m'as dit que tu dessinais."


Luhan hocha la tête, mais cela n'avait rien à voir. Il voulait ajouter quelque chose mais Sehun le coupa.


"Dessine moi quelque chose, alors." Il demanda, ou ordonna gentiment, et Luhan était perdu, confus; le dessin n'avait vraiment rien à voir avec ce petit bout de papier chiffonné.


"Je... ce sont de simples choses, et je ne sais que dessiner ce que je connais."


Le plus grand réfléchit un moment, regardant fixement la feuille froissée qu'il avait dans sa main.


"L'amour." Les mots sortirent tous seuls et il pressa ses lèvres ensemble pour ne laisser rien d'autre échapper.


Le blondinet secoua la tête, "Je sais juste que c'est représenté par un coeur... et du rouge, mais c'est tout."


Le plus grand soupira, soulagé; il s'étonnait lui-même, pourquoi se sentait il si content à propos du plus petit ne connaissant pas ce qu'était la joie de l'amour, d'être aimé? Sehun se sentait égoïste; cette amertume qui brûlait son coeur le fit légèrement reculer et froncer les sourcils; il ne devrait pas penser de cette façon, pas envers quelqu'un de si innocent.


"Alors, dessine moi la perfection." Il demanda sans réfléchir, sa main frottant férocement sa nuque, il baissa le regard et ne le leva que de temps en temps pour examiner l'expression du petit blondinet.


Ce dernier était plus ou moins étonné de son choix, et se mordit l'intérieur de la joue pour ne pas dire quelque chose qui le ferait regretter d'être né.


"Je ne sais pas ce que c'est," Il secoua la tête et passa son sac au dessus de ses épaules, jouant avec la lanière, "De plus, la perfection n'existe pas."


Oh si, elle existait aux yeux de chacun, et pour Luhan, Sehun en était un parfait exemple.







Les choses se calmèrent lentement; maintenant que le plus grand accompagnait toujours son ami chez lui, tous les soirs comme il s'était dit--Luhan l'avait rejeté plusieurs fois mais Sehun finissait toujours par le suivre--leur relation commença à se reconstruire avec fragilité mais sûreté.


Les couleurs du paysage changèrent au fil du temps et maintenant, les deux jeunes hommes faisaient face à un monde vermeil. Dans leur petite cachette, ils étaient tranquilles et coupés de tout le monde; personne pour venir les déranger pendant leur discussion remplie de tout et de rien.


C'était quand les rayons du soleil, à travers les feuilles rouges de l'arbre sous lequel ils étaient, qui éblouissaient les cheveux de Luhan, que Sehun se perdit pour une énième fois dans sa beauté. Le petit qui avait des boucles d'or contrastant parfaitement avec sa peau de bébé, s'était transformé en un jeune rouquin et le plus grand se rendit compte que sûrement toute les couleurs iraient à Luhan.


Sa main, qu'il avait placé sous sa tête, partit vers les cheveux du plus petit d'elle-même, caressant ses mèches oranges. Ce dernier fut très surprit du soudain geste et tourna la tête, regardant avec étonnement son ami. Sehun ne pouvait y faire attention; il s'était rendu compte que depuis qu'il le connaissait, il ne l'avait jamais touché en aucun cas, jamais de telle façon; sentant sa douceur sous ses doigts. Et même sa beauté de poupée était reflétée par sa peau parfaitement douce et lisse.


La main du plus grand joua avec les boucles du blondinet, les enroulant autour de ses doigts à l'infini, il sourit lorsqu'il surprit celui-ci rougir. Une chaleur emplie sa poitrine et il ressentit le soudain besoin de se lever et regarder Luhan.


"Quoi?" Ce dernier demanda et avala, ses yeux gros et ronds perdus dans ceux du plus grand, il referma ses paupières quand il sentit les jointures de ses doigts glisser sur sa joue, de manière si légère qu'il en frissonna.


Ils se regardèrent tous les deux fixement pendant un très long moment, leur regard disant plus qu'ils ne pouvaient exprimer. La main de Sehun trembla et Luhan le sentit; comme si il était effrayé de faire un faux mouvement et le blesser. Le petit montra à travers un sourire que ce que faisait le plus grand ne le dérangeait pas du tout; il inclina même sa tête sur sa main, le surprenant.


Ses yeux s'ouvrirent lentement lorsqu'il sentit Sehun se figer et à ce moment là, on aurait dit un conte de fée; la scène était digne d'un film à l'eau de rose et même la nature était avec eux. Les oiseaux se mirent à voler d'arbres en arbres, le vent se mit à souffler dans leur direction, et le soleil les éclaira de ses rayons.


Le monde de Sehun s'arrêta, littéralement, et ses doigts palpitèrent au contact de la peau du petit blondinet. Il ne savait pas où regarder et son regard finit partout sauf dans celui de Luhan. Il sentit son corps entier se tendre et se mit à suer; ayant peur que sa main moite dégoûte le plus petit, il essaya de la retirer mais sursauta quand la main de ce dernier vint se poser sur la sienne.


La sensation de peau contre peau ne lui avait jamais fait autant de frissons. Il sentait son coeur se faire pincer quand Luhan fit glisser sa main sur toute sa joue, jusqu'à ce que son petit doigt frôle sa bouche et chaque mouvement fit son estomac sauter dans son corps.


Pour une fois, les rôles avaient l'air de s'être inversés; le plus grand était timide et le plus petit sans honte; c'était pourtant loin d'être le cas, en réalité. Les yeux de Sehun qui était ouvert en choc, croisèrent ceux de Luhan qui étaient noirs - marrons, en fait, à cause de la lumière - et brillants, perçant dans les siens et il jura qu'il avait été aveuglé par sa beauté d'absolu Prince.


Du bout de ses orteils, il sentit une vague de courage le traverser et il se pencha vers le visage du blondinet, détruisant ainsi la trop grande distance qui les séparait. Par réflexe, Luhan ferma ses yeux et serra la main du plus grand; ce dernier étant si proche qu'ils pouvaient sentir le souffle de chacun sur la peau de l'autre.


Les secondes passèrent, le vent soufflait fort mais rien ne se passa. Sehun examina les traits du visage de Luhan de plus près, il admira Luhan dans toute sa splendeur mais se rendit vite compte que ce dernier tremblait de peur. Son visage était légèrement crispé, comme si il avait crû que Sehun s'apprêtait à le frapper, mais il ne ferait jamais quelque chose comme cela. Le petit blond était fragile, il avait besoin qu'on prenne soin de lui, qu’on le garde près de soi à chaque coup de vent ou il s'envolerait. Il avait besoin qu'on le protège de la pluie, il avait besoin de se sentir en sécurité; il fallait le protéger lui et son coeur de papier.


Luhan ouvrit un oeil avec hésitation quand rien ne se passa après trop longtemps; il fit face au visage du plus grand, à quelques centimètres de lui et son souffle se coupa quand il s'en rendit compte, fermant ses yeux de façon encore plus forcée.


Le garçon aux cheveux roses soupira et recula, retraitant sa main de la joue du blond, il prit appui sur son autre bras et amena une main à son visage.


"Tu devrais voir ta tête," Il sourit, caché sous sa main, "Tu pensais que j'allais t'embrasser?" Il s'efforça de rire car c'était peut-être ce qu'il avait compté faire, mais s'était arrêté car il n'avait pas de raisons, aucun droit de le faire. L'expression qu'avait affiché le visage de Luhan lui avait fait pensé qu'il allait regretter ce baiser, que tout cela était une erreur.


Il frotta ses yeux; ils lui piquaient, mais il ne pleurait pas; peut-être. Sehun tourna la tête et s'apprêtait à parler mais le visage de Luhan le fit s'arrêter; ce dernier était rouge, ou pâle, et avait les yeux en larmes. Cette vue fit tout de suite Sehun réagir et il se redressa pour s'approcher du plus petit.


Il essaya de l'aider, il voulait lui demander si il avait fait quelque chose de mal, et sûrement, la réponse était évidente.


Le plus petit se releva, titubant légèrement, il se dirigea à pas rapides hors de leur cachette et vers leur école. Il ne se retourna pas, même quand Sehun l'appelait, qu'il criait son nom; il marcha tout droit mais ne savait pas où il allait; et peu importe où il allait du moment qu'il était loin du plus grand.







Luhan avait espéré un miracle; que Sehun viendrait le rattraper en courant et qu'il lui dise tout ce qu'il voulait tant entendre. Depuis le temps, il aurait dû savoir que ses relations sociales finiraient toujours mal, mais il avait espéré qu'avec le plus grand, tout soit différent. Luhan voulait croire en Sehun, et il le faisait de tout son coeur; malheureusement, cela n'avait pas été assez pour garder leur amitié stable.


Depuis enfant, sa mère lui disait toujours de faire attention à lui-même, qu'il devait choisir méticuleusement tous ses amis ou il finirait par avoir le coeur froissé, comme un pauvre bout de papier. Et comme Luhan était un enfant très bien éduqué, il n'avait jamais désobéit à ses parents. Il ne s'approchait de personne, ne laissait personne lui parler, et restait toujours seul. Il s'était habitué à cette vie et n'en était pas triste, loin de là, il préférait être seul que mal accompagné.


C'était pour cela que sa rencontre avec un certain garçon aux cheveux roses avait tout chamboulé dans sa vie; sa timidité avait été mise de côté, ses problèmes à s'exprimer étaient presque inexistants maintenant et il arrivait même à supporter la foule; et pour tout ce que Sehun avait apporté à sa vie, Luhan ne pourrait jamais assez le remercier.


Il n'avait rien à lui donner en retour et en était très triste; il était trop faible pour le protéger, trop inexpérimenté pour l'aider en quoique ce soit, et même quand le plus grand lui demandait un service, il n'arrivait pas à l'achever.


Luhan se sentait minable à côté de Sehun et peut-être que c'était vrai; qu'il avait toutes ses raisons pour l'être. Luhan était le parfait opposé de Sehun, c'était compréhensible que le plus petit se sente, littéralement, plus petit. Et cela n'avait toujours rien à voir avec la taille.


De nouveau, il fit de son mieux pour garder ses distances, car il savait que si il continuait de rester aux côtés du plus grand, il s'y attacherait trop; mais c'était peut-être déjà trop tard. Partout où il allait, il voyait Sehun, il pensait à Sehun; ses cahiers et bouquins étaient remplis de Sehun; de dessins, de poèmes à son propos. Le nom du plus grand était encré dans son coeur comme le papier s'imprégnait d'encre, et peut-être que pour avoir désobéit à ses parents, il regrettait.


L'amour pouvait se lire sur le visage de Luhan quand il regardait Sehun; c'était aussi évident que le noir sur du blanc, et tous les jours, il espérait que ses sentiments soient retournés. Il ne mentait pas quand il disait qu'il ne connaissait pas l'amour. Il ne pouvait pas connaître ce genre de chose lorsqu'il n'avait pas d'amis; personne à aimer, personne pour l'aimer en retour. Enfin ce, du moins jusqu'à ce que sa rencontre avec Sehun n'advienne. Pour être honnête, il n'avait jamais pensé devenir aussi proche d'un étranger, d'en tomber amoureux, même.


Il pensait, et était sûr, que c'était un amour à sens unique, que jamais ce ne serait partagé. Qui voudrait l'aimer? Lui qui était si coincé, lui qui ne pouvait pas s'ouvrir aux autres, lui qui était toujours tout seul; personne ne voudrait aimer un solitaire.


Personne sauf peut-être un certain garçon aux cheveux roses. Le seul qui ait réussi à le faire sourire, à le faire rire, à le faire rougir, à le faire oublier ses problèmes, à le faire se sentir bien à propos de lui-même; Sehun était la seule vraie raison pour laquelle Luhan était aussi heureux, mais ne savait il pas qu'il était aussi la raison de sa peine.


Les jours passèrent, le passé le rattrapa et Luhan se retrouva de nouveau seul. Il replongea dans la solitude et ses relations furent vite bloquées par sa timidité; il n'osait plus parler à qui que ce soit de peur d'être de nouveau blessé.


Il y avait un détail dont il n'avait jamais parlé avec le plus grand, et c'était sa classe. En effet, Sehun ne savait pas que Luhan--même si c'était très difficile à croire--était un terminal. Il n'y avait plus qu'un trimestre, quelques mois et il ne serait plus là. En fait, ça l'arrangeait peut-être; il ne reverrait sûrement jamais son garçon aux cheveux roses et il était sûr que ce dernier n'avait pas envie de le revoir non plus.


Maintenant, il devait se concentré sur ses études, apprendre ses leçons et passer ses examens avec des notes excellentes, comme toujours, mais comment pouvait il lorsqu'il aimait tellement Sehun qu'il ne restait plus rien d'autre? Il n'avait plus de motivation, plus l'envie de rien; avant, il pouvait se réveiller en sachant qu'il allait passer, encore une fois, son entière journée avec Sehun; ce qui n'était plus le cas.


Tout, tout ces nouveaux sentiments, ces émotions, que le plus grand lui avait apprit ces derniers mois, il voulait les ressentir encore. La joie, l'envie de rire, rougir comme une pivoine en sa présence, le désir d'en connaître plus sur l'autre, son enthousiasme; il voulait juste revenir en arrière et si le choix lui était donné, ne lui aurait jamais adressé la parole le jour du festival.


Le mal était déjà fait maintenant, il n'y avait plus de retour en arrière, ce qui s'est passé est passé, et restera dans le passé, et Luhan le savait. Il espérait juste pouvoir effacer ce sentiment; cet énorme amour qu'il ressentait pour Sehun, et seulement si il pouvait, il le ferait tomber amoureux de lui, comme lui était tombé amoureux du plus grand.


Il était six heures passées, le ciel était sombre et noir; en automne, le soleil se couchait toujours plus tôt. Luhan était encore dans sa salle de classe, assis à son bureau avec son petit cahier ouvert en face de lui. Il ne faisait rien, ou plutôt, il attendait que cela vienne. Quoi? Les mots, le courage, peut-être; il ne savait pas. Son esprit était vide, rien ne venait, il n'arrivait pas à penser droit; à penser à quoique ce soit. Il regardait fixement le tableau en face de lui, en espérant que les mots viendraient d'eux-mêmes.


Luhan n'avait jamais été capable de s'exprimer oralement correctement à cause de sa timidité, cependant, il avait tout d'un grand écrivain lorsqu'il s'exprimait sur papier; c'était comme si il était né pour écrire, mais pas pour parler. Le problème était que, depuis qu'il avait rencontré Sehun, l'inspiration avait disparut. Il n'avait plus envie d'écrire, et n'avait rien à écrire, malheureusement. C'était comme si le plus grand avait chamboulé ses sentiments, qu'il les avait mélangé et maintenant, le blondinet ne se retrouvait plus; il était perdu. Quoiqu'il fasse, il ne trouvait aucune idée pour écrire. Il avait beau attendre pendant des heures, ses feuilles finissaient toujours blanches, propres, parfaites. À la fin, ce sera toujours la même chose; ses pensées, ses désirs, ses sentiments, le seul et unique mot qui viendra s'ancrer sur son papier sera le nom de Sehun.







Pour un premier amour, c'était raté. Luhan, qui aurait préféré tomber amoureux de la bonne personne; avec quelqu'un qui l'aimerait en retour; une jolie fille légèrement plus petite que lui, qui aurait des cheveux courts--mais pas trop--et qui serait tout aussi féminine. Elle serait mignonne et têtue et l'appellerait par des surnoms tout aussi mignons les uns que les autres; Luhan n'en finirait jamais de l'aimer.


Cela tourna différemment lorsque ses yeux se posèrent sur un garçon; grand, beau avec des cheveux roses. Un étranger d'abord, un ami après, un souvenir enfin. Oui, Luhan comptait garder Sehun en tant que bon souvenir; comme son tout premier ami et premier amour.


Le petit blondinet était tellement plongé dans ses pensées qu'il ne se rendit pas compte qu'il avait prit le mauvais chemin pour rentrer; se retrouvant dans un quartier qui lui était complètement inconnu, il resta figé un moment sur place avant de comprendre qu'il s'était perdu.


Il tourna sur lui-même plusieurs fois mais n'arriva pas à reconnaître les rues dans lesquelles il se trouvait. Il ne reconnaissait pas les bâtiments et en plus de cela, il faisait sombre; il avait peur du noir. Il essaya de faire marche arrière, de revenir quelques rues avant, mais il avait l'impression d'encore plus sombrer dans les profondeurs de ces quartiers.


Les soirs d'automne étaient particulièrement froids ces temps ci, c'était donc une très mauvaise période pour se perdre la nuit; mais le temps frais n'était pas le premier problème de Luhan; il était trop préoccupé par son entourage pour même se rendre compte du froid.


Il faisait très sombre et la lumière des lampadaires n'aidaient en rien; le petit blondinet ne pouvait pas savoir ce qui se cachait dans les coins les plus lugubres de la rue par laquelle il passait. Il ne connaissait même pas le chemin pour rentrer! Le pauvre était effrayé en s'imaginant les pires scénarios qui pouvaient exister; se faire violer, sexuellement harcelé, kidnapper, ou même tuer. Il frissonna à cette pensée puis accéléra ses pas, trottinant presque, il s'aida des lumières qu'il voyait au loin pour se guider, en espérant qu'elles amèneraient à la ville.


Il regretta très vite son choix lorsqu'il arriva devant une grande maison, une demeure appartenant sûrement à une famille très riche vu la taille du bâtiment. Il remarqua que parmi toutes ces habitations banales - limite pauvres -, ce manoir ressortait le plus. Luhan pourrait demander les directions aux personnes habitant ici mais il avait plutôt peur, pas parce qu'il était timide, mais parce que ce qu'il avait devant lui ressemblait à une maison hantée; et il était bien trop fragile et peureux pour cela.


Il tourna alors sur ses talons et repartit en arrière, essayant de faire de son mieux pour ne pas juste s'effondrer et pleurer parce qu'honnêtement, c'est tout ce qu'il voulait faire. Ça lui apprendra à trop penser à quelqu'un qui ne pensait sûrement même pas à lui en retour; le pauvre petit blondinet se rendait encore plus triste en pensant de cette façon.


Se redressant et inspirant une grande bouffée d'oxygène, il expira tout l'air qu'il avait recueilli dans ses poumons et se mit à tapoter ses joues pour se redonner courage. Il fit de son mieux pour marcher comme un vrai homme mais échoua quand il entendit une canette se faire shooter derrière lui; il sursauta et laissa un petit cri aigu échapper ses lèvres. Rassemblant toute la bravoure qu'il avait, il se retourna lentement pour voir ce que c'était. Il regretta très, très vite quand il vit une ombre dans un sombre recoin au loin. Il se retourna devant, s'agrippant fortement à la lanière de son sac, il fit de grands pas en avant tout en faisant son possible pour garder son calme.


Même plusieurs mètres plus loin, il se sentait mal à l'aise; suivit d'une présence. Toutes les fois où il jetterait de rapides coups d'œil derrière, il verrait quelqu'un marcher à une certaine distance de lui, et à chaque fois, ses pas s'accéléraient. Luhan était désespéré; il ne savait pas comment sortir de cet endroit, il ne savait pas où aller, où ne pas aller; il voulait juste rentrer chez lui et se reposer dans les bras de sa douce mère qui lui chanterait des balades pour le calmer. Ou, peut-être, être calmé dans les bras d'un garçon aux cheveux roses; c'était probablement ce qu'il voulait le plus à ce moment.


Luhan se mit à courir il ne savait où; il tourna à droite, à gauche, partout où son esprit lui indiquait d'aller. C'est là que fut son erreur lorsqu'il se retrouva dans un cul-de-sac. Allant bientôt faire face à l'étranger qui le suivait, il réfléchit rapidement à un moyen de s'en sortir; il pouvait toujours revenir en arrière, mais il ne savait pas qui il allait rencontrer. Heureusement pour lui, il faisait assez sombre pour se cacher dans le coin le plus reculé, juste derrière une énorme poubelle. Certes, ce n'était pas très hygiénique mais c'était un éventuel moyen de s'en sortir vivant.


Luhan se recroquevilla sur lui-même, serrant ses genoux contre lui, il sentit son coeur battre fort contre sa poitrine; plus fort que jamais. Le silence qui l'entourait et les secondes qui passaient étaient tortures pour lui. Qu'allait il se passer? Il entendit le bruit du béton craquelait sous les chaussures de l'homme qui le suivait et sentit son souffle se couper. Il avala la boule de terreur qui se trouvait dans sa gorge et essaya de ne faire aucun bruit ni mouvement.


Sa respiration s'accéléra lorsqu'il entendit les pas se rapprocher de lui, lentement mais sûrement. Il ferma les yeux et dans sa tête, pria tous les dieux pour qu'ils viennent le sauver. Son corps tremblait comme une feuille soumit à une tempête et le blond faisait un effort fou pour ne pas crier et pleurer; il s'en mordait la lèvre tellement fort qu'il en saignait.


Les bruits rythmés des pas de l'étranger s'arrêtèrent net à quelques centimètres de la poubelle, tout prêt de la cachette du pauvre enfant pétrifié qu'était Luhan. En se basant sur les mouvements d'ombre que l'homme faisait, il remarqua que ce dernier avait l'air de regarder autour de lui, comme si il le cherchait. Et juste quand il pensait que l'individu allait partir, son téléphone se mit à sonner et il maudit sa vie pour ne pas l'avoir éteint.


Le reste fut très rapide; les images défilèrent dans la tête de Luhan comme un panorama et la voix qu'il avait gardé en lui sortit, criant jusqu'à s'en casser les cordes vocales. La scène fut très rapide, il n'y comprit rien; il savait juste que l'homme avait tout de suite réagit face au bruit et qu'il s'était jeté sur lui. Mais cet homme n'était pas n'importe lequel.


"Luhan!" Ce fut la voix de Sehun qui le fit reprendre ses esprits, qui le fit taire, qui le fit se figer sur place. "Luhan, c'est moi!"


Le plus petit se faisait secouer, mais pas brutalement; le plus grand était plus doux que jamais et ses larmes ne pouvaient plus s'arrêter. Il était tellement heureux--plus qu'il ne l'avait jamais été dans sa vie--de savoir que personne de malsain ne le suivait; que Sehun était maintenant là pour le protéger. Luhan sentit le plus grand le prendre dans ses bras et le relever pour le mettre sur ses deux pieds, l'éloignant loin des poubelles et de la saleté; c'était bien le dernier de ses problèmes et sur le moment, le blondinet ne ressentait que le besoin d'être en sécurité.


"Qu'est-ce que tu fais dans ce genre d'endroit? Ta maison est à l'opposé." La voix du garçon aux cheveux roses était douce, tendre, tel le souffle du vent et il sentit la prise que le plus petit avait sur lui se resserrer jusqu'à ce qu'il arrive à peine à respirer.


Dans l'impossibilité de répondre, Luhan ne fit que secouer la tête, visage enfoui dans le cou de son ami, il laissa toutes ces émotions l'échapper tellement il ne pouvait plus se les garder; pleurant des cascades de larmes chaudes qui humidifiaient le t-shirt du plus grand, il ne commença à se calmer seulement lorsque Sehun l'enlaça en retour.


La chaleur qui émanait du corps du plus grand apaisait Luhan, d'une certaine manière, et il se vit fondre dans cette embrassade. L'odeur de l’eau de cologne que Sehun portait sur lui faisait le blondinet rêver et ses bras autour de sa taille le fit se sentir petit mais protégé. Son coeur battait tellement rapidement et fort contre sa cage thoracique qu'il pensait que le muscle sauterait hors de sa poitrine et exploserait dans les airs.


C'était une chose qu'il s'était calmé à propos d'une personne qui le suivait; c'était autre chose d'être calme lorsqu'il se trouvait dans les bras de l'homme qu'il aimait. Lentement, il revint dans le monde réel, contre son plein gré, et se sépara de Sehun; il n'osait toujours pas le regarder ni lui adresser la parole mais il devait quand même le remercier pour être venu le sauver.


"M-merci." Il murmura en faisant une révérence timide au plus grand, avant de nerveusement jouer avec la lanière de son sac et tourner ses talons. Il marcha quelques mètres seulement pour se rendre compte qu'il ne savait toujours pas comment rentrer chez lui.


Quand Luhan se retourna, il fut surprit de voir le plus grand marcher à une si faible distance derrière lui, en silence. Il hésita pendant un très long - trop long - moment avant d'adresser la parole à Sehun.


"Où est-ce que je dois aller?" Il demanda sans regarder son ami droit dans les yeux, son regard fuyant toujours celui de l'autre; il ne reçut aucune réponse et cela ne voulait que dire que Sehun voulait parler sérieusement avec lui.


"Je ne te le dirai pas tant que tu ne m'auras pas expliqué," Il fit un grand pas en avant et se retrouva face à face avec blondinet; sa grandeur imposante faisait Luhan se sentir très petit. "Pourquoi est-ce que tu m'évites?"


Le blond garda ses yeux fixés sur ses pieds, ses mots dans sa poitrine et ses mains nerveusement agrippées à l'ourlet de son uniforme. Il ne répondit pas, et ne comptait pas; jamais.


"On passera la nuit ici si il le faut mais je ne te lâche pas tant que je ne saurai pas." Le plus grand se fit très clair dans ses mots et aucun trait de son visage ne montrait de la plaisanterie. Il était sérieux et malheureusement pour Luhan, le seul choix qui lui était donné était de parler avec ses sentiments.


"Je suis juste plus occupé, c'est tout..." Il sortit une excuse banale; qu'il était sûr ne marcherait pas, mais il devait tout de même essayer.


"Ça ne te donne pas le droit de m'ignorer quand je t'appelle." Sehun croisa ses bras et fronça les sourcils, "Et je peux savoir qu'est-ce qui t'occupe autant?"


Le blondinet se mordit la lèvre, regrettant son excuse; c'était le moment où jamais de lui dire la vérité. Après tout, il n'avait rien à craindre; ils ne se reverraient sûrement plus jamais.


"Les examens finaux approchent." Le petit regarda attentivement l'expression du plus grand changer et avant même qu'il puisse en placer une, il continua. "Et oui, je suis en terminal." Il essaya de finir sa phrase avec le plus de sérieux et froideur possible mais n'y arriva pas; sa voix était trop tremblante pour cela.


"Quand est-ce que tu comptais me le dire?" Sehun perdit la tête et jeta ses bras en l'air, ses sourcils froncés et son expression plus colérique que jamais. “C’était difficile de me dire qu’il ne te restait qu’une année? Que tu allais partir et me laisser?”


Les mots, tous, de Sehun blessèrent Luhan profondément. Chaque parole se transforma en poignard et à chaque fois qu'il parlait, il faisait du mal à Luhan sans même s'en rendre compte. Il était énervé sur le coup, il n'arrivait pas à se contrôler; il redevenait le méchant enfant qu'il avait été avant d'avoir rencontré son petit blondinet.


"Arrête." La voix tremblante de Luhan résonna à travers la rue et le plus grand, à son entente, reprit ses esprits et se calma. "Tu crois que c'est facile?"


Sehun lui lança un regard questionneur mais ne l'interrompit pas; il sentait que le plus petit allait enfin parler, dire la vérité.


"J’ai ce… un étrange sentiment est en train de grandir en moi," Il parla; ses mots sortaient tous seuls et pour une fois, ce n'était pas sur papier. "Comment suis je censé ne pas tomber amoureux?" Il fondit pathétiquement en larmes et perdit la capacité de parler, de penser, de s'exprimer; il avait juste peur.


Le plus grand resta abasourdit devant la confession du plus petit, ne sachant pas quoi lui répondre ou si il devait lui répondre; il préféra rester silencieux , et peut-être que le temps lui donnerait sa réponse.







Tout était devenu étrange et maladroit entre eux; c'était un tout nouveau stade dans leur relation. Ils ne sauraient dire ce qu'ils étaient mais ils n'avaient pas arrêté d'être ami juste à cause de cet incident; ils l'étaient toujours mais n'étaient pas autant ensemble, n'étaient plus collés l'un à l'autre. Ils étaient chacun distants mais pas vraiment. Tout était juste très confus sur le moment et Luhan espérait que Sehun prenne plus rapidement une décision afin de savoir ce qu'il adviendrait de leur futur.


Un jour pluvieux en fin d'automne, le temps était frisquet et le plus grand avait été dispensé de sport; il se tenait à côté du bâtiment de littérature, juste à l'entrée pour pouvoir rester au sec. Il attendait quelqu'un en particulier, un certain blondinet dont la beauté était trompeuse car il était deux ans plus vieux que lui. Il ne savait pas pourquoi il voulait le voir, mais il avait cette envie qui bouillait en lui. Sehun n'avait pas prévu de lui parler, ou même d'échanger quelques mots; il voulait juste voir Luhan.


Une dizaine de minutes passèrent avant qu'enfin, il n'aperçoit son ami courir vers lui - enfin, plutôt vers le bâtiment contre lequel il prenait appui. Quand Luhan se rendit compte que quelqu'un se trouvait juste devant les portes, et que cette personne n'était autre que Sehun, ses pas ralentirent et il s'arrêta à quelques mètres du plus grand, ayant complètement oublié que la pluie tombait telle une cascade sur lui.


Le garçon aux cheveux roses ne fit aucun commentaire; il laissa un silence confortable s'installer entre eux et sourit, très tendrement. Le petit blondinet sentit son coeur sauter dans sa poitrine face à l'expression faciale de son ami; ne pouvant s'empêcher de rougir, il baissa le regard et cacha sa tête avec son sac; le silence n'était pas si confortable que cela.


"Hey," Sehun fit geste de venir vers lui, "Il pleut, tu sais?"


"Oh... oui." Le petit murmura, le son de la pluie couvrant ses paroles timides; il fit de petits pas en avant sans lever le regard puis s'arrêta quand il ne sentit plus d'eau lui tomber dessus.


Luhan ne savait pas pourquoi il ne partait pas tout simplement; peut-être parce qu'il voulait rester avec le plus grand un peu plus longtemps, même si ils ne faisaient rien en particulier, même si ils ne parlaient pas, sa présence suffisait.


Sehun rit silencieusement quand le petit blondinet se mit à éternuer de façon très mignonne, et voyant que ce dernier commençait à avoir froid, il le prit par le poignet et l'entraîna à l'intérieur. Le soudain mouvement prit Luhan par surprise; il n'arrivait pas à détacher son regard de la main du plus grand autour de la sienne, tendrement agrippée à son poignet mouillé. Il voulait se débattre d'un côté, mais en était incapable car il avait terriblement envie d'être avec son garçon aux cheveux roses, pour le peu de temps qu'ils leur restaient ensemble.


Ils marchèrent dans les couloirs en silence, Sehun ne lâchant jamais le plus petit; il jeta de discrets coups d'œil vers l'arrière seulement pour surprendre son blondinet le regarder en retour, et à chaque fois que ce dernier était prit en plein flagrant délit, il détournerait toujours le regard en rougissant comme une tomate.


La marche avait l'air de durer une éternité avec ce lourd silence autour d'eux et le plus petit commençait de plus en plus à éternuer. Le grand décida alors de rentrer dans une salle de classe vide - la bonne en fait, car c'était justement ici que Luhan avait cours - et y déposa ses affaires.


"Attend moi ici." Le plus grand dit brièvement avant de ressortir chercher quelque chose, n'importe quoi pour sécher et réchauffer son ami.


Ce dernier, pendant les minutes qu'il passa seul, regardait fixement la pluie tomber de la fenêtre. Il se demandait; si il était la bruine, celle qui liait le ciel et la terre, arriverait il a lié deux cœurs? La porte coulissante s'ouvrit et quand Luhan se retourna, la vue d'un grand garçon plus mouillé qu'il ne l'était lui-même lui coupa le souffle, mais avant même qu'il n'ait pu dire quoique ce soit, une serviette lui fut jetée dessus.


"Sèche toi." Le plus grand commanda en s'asseyant sur une chaise non loin de lui, passant une main dans ses cheveux trempés, il défit quelques boutons de son uniforme car il n'aimait pas la sensation de tissu mouillé contre sa peau.


Luhan, innocent comme il était, tourna tout de suite le dos face au plus grand, sentant ses joues brûler. Il se sentait embarrassé de savoir qu'il se trouvait dans une salle, seul, avec un autre homme sûrement sur le point de se déshabiller; ils étaient tous les deux mouillés et si des choses indécentes se passaient? Luhan était tellement occupé à s'imaginer des choses qui n'allaient sûrement jamais se passer qu'il ne se rendit pas compte que Sehun avait déjà eu le temps de se changer pendant qu'il avait le dos tourné.


"Quoi, t'as besoin de mon aide pour t'essuyer?" Sehun taquina en se levant; son sourire s'élargit quand il vit Luhan secouer la tête de façon un peu trop exagérée face à sa question.


"Je peux le faire moi-même." Le petit répondit en se cachant sous sa serviette, son coeur battant la chamade, ce ne fut que lorsqu'il sentit la douceur du torchon se frotter à sa tête qu'il se rendit compte que le plus grand l'aidait réellement à se sécher.


Il se retourna, prêt à gentiment lui crier dessus et dire qu'il n'était plus un enfant, mais quand il fit face au plus grand, il perdit tous ses mots. Il prit conscience de leur distance, à quel point ils étaient proches à ce moment; il n'avait jamais vu Sehun décoiffé de telle façon, lui qui avait toujours les cheveux parfaitement arrangés, et même imparfait, Luhan le trouvait parfait.


Luhan resta immobile, incapable de bouger ou de parler, ses yeux étaient absolument hypnotisés par sa magnificence et la délicatesse de ses gestes le faisait se sentir aimé. Il n'avait jamais ressentit autant d'affection envers quelqu'un, et jamais il n'aurait pensé éprouver autre chose que de l'amitié envers le garçon aux cheveux roses. Ce sentiment grandissait de jour en jour, il le sentait bouillir au fond de lui; c'était chaleureux, tendre, un peu douloureux, et très fragile. Le blondinet n'arrivait pas encore à distinguer amour et affection, car ces deux sentiments étaient très différents; il ne savait pas si il voulait passer sa vie avec le plus grand, ou si il voulait être une partie de la vie du plus grand. Peut-être qu'il voulait être les deux, peut-être qu'il voulait être la vie de Sehun tout simplement.


"Tu me regardes encore avec ces yeux." La voix de Sehun réveilla le plus petit de ses songes, le faisant rougir comme un volcan en éruption. Il sourit d'un air penaud en voyant le visage cramoisi de son ami et ne put s'empêcher d'ébouriffer ses cheveux.


"Comment est-ce que je te regarde?" Luhan était curieux; le plus grand le lui disait souvent, que sa façon de le regarder le rendait mignon, que personne ne l'avait jamais regardé comme cela auparavant, qu'il le regardait spécialement comme si Sehun était la chose la plus éblouissante au monde.


Tes yeux me regardent comme si tu étais amoureux de moi." Le plus grand répliqua; son visage neutre et sa voix calme, il avait l'air indifférent en disant cela et le plus petit sentit une partie de lui mourir.


Un court moment de silence passa, le coeur de Luhan battait la chamade et il essayait de lire en Sehun mais il n'y arrivait pas; était-il réellement insensible face aux sentiments de Luhan?


"Et... et si je l'étais?" Il avait peur, mais il avait besoin de savoir; il voulait avoir une réponse définitive, il ne voulait plus attendre. Ses lèvres étaient sèches du à sa nervosité et dans ses yeux, la frayeur se lisait. Il ne tremblait plus parce qu'il était glacé mais parce que la patience dont il faisait preuve était sur le point d'exploser.


Son coeur, trop innocent et trop fragile ne pouvait plus supporter l'ignorance. Luhan avait besoin de savoir si ce qu'il ressentait pour le plus grand était réciproque, ou non; et peut-être que cela paraissait égoïste de sa part mais il avait l'impression que ce n'était pas un amour à sens unique.


Sehun inspira une fois, deux fois, il regarda Luhan droit dans les yeux, essayant de trouver ce qu'il cherchait désespérément; une réponse, celle qu'il avait attendu depuis tellement longtemps, il ne saurait le dire. Il voulait tout connaître du plus petit, et ce désir, il l'avait depuis le tout début, mais ce n'était pas ce qu'il cherchait; ça ne l'avait jamais été.


Il y avait tant de choses qu'il voulait dire, mais tant de choses qu'il n'avait jamais dit. Sehun n'était pas, et n'avait jamais été bon pour s'exprimer, que ce soit sur papier ou à l'oral; il n'était pas doué pour ce genre de chose. Il trouvait cela inutile d'aimer, d'éprouver un sentiment si fort tel que l'amour, envers quelqu'un qui ne ferait sûrement jamais autant attention à lui.


Il avait tort; il l'avait sa réponse. Juste devant ses yeux se trouvait ce qu'il avait recherché depuis toutes ses années d'existence; son opposé, celui qui l'aimerait en retour autant qu'il le ferait.


Et pourtant, il hésitait encore, comme si cette preuve n'était pas assez suffisante, comme si leur sentiment l'un envers l'autre n'était pas assez évident. Les yeux de Luhan, à l'intérieur, l'amour s'y voyait clairement; l'affection, l'adoration qu'il portait pour Sehun étaient plus que son coeur ne pouvait contenir. Luhan l'aimait tellement que cela lui faisait mal; sa poitrine brûlait à chaque fois qu'il était en présence du plus grand, et il avait peur que cette passion ne le consume entièrement.


L'horloge accroché au mur tiquait les secondes mais pour les deux garçons, le temps s'était arrêté. Ils n'étaient plus que tous les deux, dans leur monde qui ne tournait pas; cela pourrait sembler irréel mais le seul son qui pouvait s'entendre de tous les bruits était leur battement de coeur; si rapides et pourtant si doux. Et la réponse était là, comme sur du papier, elle se lisait sur le visage de Luhan.


"Sois tendre, s'il te plaît..." La petite voix du petit blondinet, si timide et embarrassée, réveilla le plus grand. Il le vit fermer les yeux, lentement, ses joues prenant une couleur vive allant parfaitement avec le teint de sa peau; sa beauté, aussi étincelante que la première fois qu'ils s'étaient rencontrés, retourna le coeur de Sehun; et il su, à ce moment là, qu'il avait toujours été amoureux de Luhan.


Maintenant qu'il avait toutes ses raisons, qu'il avait tous les droits de le faire, que jamais il n'allait regretter, Sehun se pencha, prenant le visage du petit blondinet dans ses mains, ses gestes toujours doux et affectionnés, il posa ses lèvres contre les siennes. Ce baiser était le premier pour Luhan, peut-être aussi pour Sehun, et il était parfait; il faisait la liaison entre leurs deux êtres et l'explosion que cela créa à l'intérieur de leur corps leur donna l'impression qu'ils étaient revenus à ce premier jour; le jour du festival. Le jour spécial de leur rencontre; ils étaient inconnus, si différents l'un de l'autre, et les feux d'artifices étaient magnifiques. Mais Sehun se rappelait, jamais ils ne seraient plus magnifique que le plus petit, car aucun spectacle, aucune couleur n'égalait la beauté de Luhan.


Le plus grand releva le menton du blond afin de mieux attraper ses lèvres, et quand il sentit des gouttes d'eau chaudes couler du visage de l'autre, il ouvrit ses yeux et fut accueilli par la vision d'un ange en larmes. Les longs cils du plus petit créaient un pont entre ses paupières et sa peau, d'où les larmes sautaient avant de glisser sur ses joues; certaines gouttes arrivaient à voyager entre leur bouche, mais Sehun s'en fichait. Le goût amer était là pour le faire savoir que ce n'était pas un rêve doux, que c'était la réalité qu'il avait espéré. Il essuya les pauvres larmes de Luhan avec ses doigts, avec ses lèvres; il voulait le sentir sous ses touchés.


Lorsqu'ils se séparèrent, le plus petit n'hésita pas à le regarder, et il fit de même. Ses yeux s'adoucirent face à ceux de son ami, ou son amoureux, eux qui étaient rouges et qui coulaient toujours. Ce fut une surprise de voir Luhan sourire, et c'était sans compter, son plus beau sourire; il était joliesse et Sehun l'eut sa réponse.


Il l'aimait lui et son coeur de papier.

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales