Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Emmenez-nous au bout de la Terre !
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : 5 000 - 100 000 sec
    Genre : récit de vie
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • K-Pop - K-Dramas
    K! World
    Nb de signes : 300 000 - 300 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/10/2020
  • Musique enchantée
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 05/01/2021
  • Choc
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/10/2020
  • La première fois que Mathilde vit Alexandre (...)
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : 1 000 - 2 800 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 18/09/2020
  • C'était un dimanche de décembre (...)
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : 2 000 - 4 700 sec
    Genre : policier
    Délai de soumission : 30/09/2020
  • Solde
    LE SOC
    Nb de signes :
    Genre : atypique - art visuel - absurde - poésie - avant-garde
    Délai de soumission : 25/10/2020
  • Sexe et sexualité dans le futur et ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 06/12/2020
  • Métamorphoses
    Éditions GandahaR
    Nb de signes : 10 000 - 40 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • En attendant septembre
    nsanzimana édition
    Nb de signes : > 169 sec
    Genre : poésie
    Délai de soumission : 29/08/2020

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1574 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

EXO

Miracles in December
[Histoire Terminée]
Auteur: Evil_Keshi Vue: 553
[Publiée le: 2013-12-08]    [Mise à Jour: 2013-12-08]
G  Signaler Tragédie/Yaoi (HxH)/One-Shot Commentaires : 7
Description:

[Taoris]

Depuis qu'il est parti, je ne suis plus qu'une coquille vide. Une ombre. Si seulement je pouvais le revoir... Juste une fois, juste pour lui dire combien je l'aime... Après tout, les miracles peuvent se produire, n'est-ce pas ?
Crédits:
Tao et Kris ne sont pas à moi, tout le monde le sait...
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Miracles in December

[3204 mots]
Publié le: 2013-12-08Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Bonsoir tout le monde ! L'idée de ce one-shot m'est venue en regardant le MV "Miracles in December" d'Exo, n'hésitez pas à écouter la chanson tout en lisant !
J'espère que vous aimerez ;)

Miracles in December

La neige blanche tombe lentement tandis que je marche dans cette rue presque déserte, fixant le trottoir de mes yeux vides. Les passants ne font pas attention à moi, ils parlent joyeusement de l'agréable soirée qu'ils vont passer en famille, ou bien des cadeaux qu'ils ouvriront lorsque l'horloge sonnera minuit.

C'est le réveillon de Noël.

Une soirée que j'appréciais quand j'étais plus jeune... Mais à présent, la veille de Noël n'éveille en moi que la douleur de mon cœur, au fur et à mesure que les souvenirs envahissent mon esprit.

Cela fait déjà un an... Un an que je ne suis plus qu'une coquille vide, l'ombre de l'homme que j'étais auparavant. Un an que tu n'es plus là pour me tenir la main et me faire sourire, un an... depuis que tu m'as quitté.

Je n'ai jamais réussi à passer à autre chose. Comment le pourrais-je ? Je t'aimais. Je t'aime encore, bien que mes amis me disent d'arrêter de me torturer.

Parce que tu ne reviendras pas. Jamais.

C'est de ma faute. Ce jour-là, la veille de Noël, l'année dernière... Si je ne t'avais pas demandé de venir me chercher avec ta voiture... Si au lieu de ça, j'avais pris le métro pour te rejoindre dans notre appartement et si je ne t'avais pas fait conduire sur cette route enneigée... Si je n'avais pas été égoïste, tu serais toujours là.

Une première larme coule le long de ma joue alors que je ferme les yeux, ton magnifique visage apparaissant derrière mes paupières closes tandis que la culpabilité assèche ma gorge.

Ca fait mal... Ca fait tellement mal ! Je te vois chaque nuit dans mes rêves, quand je dors en serrant ton pull gris étroitement contre moi, comme si tu étais là, avec moi; parfois je pense même sentir ton souffle dans ma nuque, ou bien tes mains qui caressent mes cheveux.

Je voudrais que ces rêves soient réels... Chaque jour, quand je me lève, quand je réalise que je suis tout seul dans un lit vide et froid, j'ai l'impression que mon cœur se brise un peu plus.

Je ne peux plus le supporter, Kris... J'ai besoin de toi, plus que jamais.

J'arrive finalement près d'une petite place déserte et je m'assieds sur un banc sans me soucier du froid, qui n'est en fait rien comparé au froid qui s'est installé dans mon cœur et ne le quittera plus jamais.

Cet endroit... C'est ici que tu m'as avoué que tu m'aimais. C'est un endroit qui avait tant de signification à nos yeux ! J'aimerais que tu sois là avec moi, entourant ma taille de tes bras pour me rapprocher de toi, afin que tu puisses me protéger et me tenir chaud.

Pourtant il n'y a personne, sauf moi, les ombres de la nuit et mes larmes qui tombent comme les flocons blancs.

J'ai tellement besoin de ton contact, de ta voix, de tout. Si seulement je pouvais remonter le temps, si seulement j'avais une chance de changer le passé... Si seulement je pouvais te revoir, juste pour te dire une dernière fois à quel point je t'aime...

Mais comment serait-ce possible ?

Un sanglot étouffé m'échappe alors que je me souviens de la façon dont tu as pris ma main ce jour-là, de la vitesse à laquelle battait mon cœur, de la façon dont tes yeux brillaient, remplis d'amour et d'espoir. Je me rappelle encore de la douceur avec laquelle ton pouce caressait le dos de ma main et à quel point elle semblait petite dans ta paume chaude.

Tu me manques... Ils disent que la douleur finit par s'estomper, mais j'ai l'impression qu'elle n'a fait qu'envahir une plus grande partie de mon âme. Je m'effondre, vivant avec ton souvenir constant, perdu. Je ne sais pas comment continuer sans toi, est-ce que cela en vaut seulement la peine ? Je... J'aurais voulu mourir avec toi.

- Tao...

Un rire amer m'échappe. Le croirais-tu, si je te disais qu'il m'a semblé entendre ta voix murmurer mon nom ? Tout comme avant, quand tu essayais de me réveiller, tes lèvres parsemant mes épaules nues et ma nuque de doux baisers, alors que tu prononçais mon nom à voix basse.

- Tao.

Je me fige. Cette fois, je sais que je t'ai entendu. Est-ce que c'est encore un rêve ?

Ta voix vient de derrière moi et je me lève lentement, mais j'ai trop peur pour me retourner. J'ai peur de découvrir que ce n'est qu'une illusion, que tu n'es pas là, et mon cœur se serre douloureusement dans ma poitrine à cette simple pensée. Pourtant, ce son qui m'a manqué pendant de si nombreux mois réveille mes espérances et même si je sais que je ne m'en remettrais pas si tu n'étais pas là, je me retourne finalement, les yeux fermés.

Il n'y a aucun bruit, hormis celui de ma respiration trop rapide, mais quand mes paupières se soulèvent, de nouvelles larmes coulent le long de mes joues.

Tu es là.

Tu n'as pas changé... C'est comme si rien ne t'était arrivé, comme si ton corps n'avait pas été broyé quand ta voiture a dérapé sur la route, comme si tu avais toujours été là. Tu es toujours incroyablement beau, avec tes lèvres fines qui s'ourlent d'un petit sourire alors que tu me regardes, tes cheveux blonds à l'aspect soyeux qui retombent devant tes yeux... Tes yeux brillants et si beaux. Tu es comme dans mon souvenir, mais ton visage est si pâle ! Tu sembles... Irréel.

Les mots se coincent dans ma gorge alors que je te regarde sans bouger; j'ai l'impression que je vais m'évanouir et je n'ose pas t'approcher. Si c'est une illusion, je ne veux pas rompre le charme qui t'a fait apparaitre.

Mais tu fais un pas en avant; tu t'arrêtes ensuite, hésitant. Tu passes nerveusement ta langue sur tes lèvres et je réalise que tu ne sais pas comment te comporter avec moi, parce que tu ignores aussi quelle sera ma réaction.

- K... Kris... dis-je finalement d'une voix faible, à peine audible.

Tu souris, et j'éclate en sanglots lorsque je suis frappé par la réalité: je ne suis pas en train de rêver.

- Kris ! dis-je à nouveau, plus fort cette fois, alors que je me mets à courir vers toi.

Je veux t'enlacer, je veux sentir tes bras forts s'enrouler autour de moi, je veux... Je veux me sentir en sécurité et entier à nouveau.

Je vois que tu recules mais je ne m'en préoccupe pas et j'accélère, je veux simplement que tu me serres fort contre toi, juste une fois de plus.

Mais quand je crois que je vais finalement t'atteindre, je tombe tout d'un coup, te traversant comme si tu n'étais rien de plus que de l'air. J'atterris violemment sur mes mains et mes genoux, mes yeux grands ouverts fixant la neige sous mon corps. P... Pourquoi... Pourquoi ?! Je pensais... Je pensais que...

Des larmes brûlantes se mettent à couler sur mes joues et je ferme les yeux très fort, la souffrance s'emparant de tout mon corps alors que mon cœur éclate en morceaux. Un sanglot haché franchit mes lèvres sèches et je tourne la tête, m'attendant à ne rien voir d'autre que la place déserte, mais mes yeux s'écarquillent une nouvelle fois lorsque je constate que tu es toujours là, me dévisageant avec pitié.

Non, Kris... Ne me regarde pas comme ça. Tu étais censé m'observer avec un regard d'amour, pas cette expression triste qui me rappelle trop bien ce qu'il s'est passé l'an dernier.

Mon souffle se bloque lorsque tu t'avances lentement vers moi et mes yeux larmoyants suivent chaque pas que tu fais, jusqu'à ce que tu t'agenouilles à mes côtés.

- Je suis désolé, dis-tu doucement en levant une main tremblante.

Tu souhaites visiblement toucher mon visage mais tu t'immobilises, te mordillant les lèvres avant que ta main ne retombe le long de ton corps. Je tends la mienne avec hésitation, juste pour effleurer ta joue, mais mes doigts ne touchent rien et je ne peux que fixer ta silhouette éthérée, la détresse se lisant sur mon visage.

- Je suis tellement désolé, Tao... répètes-tu.

- P... Pourquoi ? dis-je en un murmure, le cœur brisé. Kris, pourquoi... Pourquoi est-ce que je ne peux pas te toucher ?

- Je n'appartiens plus à ce monde, réponds-tu à voix basse, essayant de dissimuler ta tristesse.

Mais je peux entendre à quel point ta voix tremble, je côtoie la tristesse depuis si longtemps que je ne manque jamais de remarquer ce sentiment.

- Mais... Tu es là, avec moi... dis-je en essayant de croire en mes propres paroles.

Tu soupires et évites mon regard, et je sais aussitôt que je ne vais pas aimer ce que tu es sur le point de me dire.

- Juste pour un petit moment, réponds-tu en me regardant dans les yeux, et je peux voir combien cette situation te semble douloureuse.

- Tu... Tu me manques, Kris.

Ma voix n'est qu'un chuchotement, et je sens que les larmes me brûlent les yeux. Je ne peux pas m'en empêcher, me voilà, de nouveau en train de pleurer. L'amour de ma vie se trouve juste en face de moi, je ne sais même pas comment c'est possible mais c'est réel, et je devrais être heureux que mon vœu ait été exaucé, que ce miracle se soit bel et bien produit... Mais je n'y arrive pas.

Tu es si proche et pourtant si loin de moi; je ne peux pas te toucher, et même si nous voulons tous les deux être dans les bras de l'autre, cela ne se produira pas.

- Je sais, réponds-tu. Crois-moi, je sais.

Je remarque que tes yeux sont un peu trop brillants. Pourquoi la vie est-elle si cruelle avec nous ? N'était-ce pas suffisant de nous séparer ? Maintenant que tu es revenu, même si ce n'est que pour un bref instant... Pourquoi ne pouvons-nous pas être heureux ?

- Tao, dis-tu à nouveau. S'il-te-plait, écoute-moi attentivement.

Je hoche la tête, parce que tu peux dire tout ce que tu veux du moment que j'entends ta magnifique voix. Je vous en prie, que quelqu'un arrête le cours du temps, je souhaite simplement rester ainsi pour toujours, avec toi, durant cette froide nuit de Noël.

- Je ne resterai pas longtemps, t'entends-je dire - et j'aurais préféré que ce ne soit pas le cas. Alors, quand je repartirai, s'il-te-plait... Je t'en prie, Tao, sois fort. Je sais combien c'est difficile, mais je veux que tu sois heureux. Essaye... Essaye juste de m'oublier.

C'est à ce moment que je choisis de t'interrompre.

- Je t'aime.

Comme je m'y attendais, tu restes silencieux et ne fais que me regarder, ne réalisant que maintenant que tout ce que tu dis est inutile. Je n'ai pas besoin de mots pour te le faire comprendre et je souris légèrement: c'est exactement comme avant. Certaines choses ne changent jamais...

- Je t'aimerai toujours. Comment peux-tu croire que je parviendrais un jour à t'oublier ?

Tu soupires et murmures doucement:

- Je le savais. Un an aurait dû suffire à ce que tu passes à autre chose, mais tu ne l'as pas fait. Je pensais... que peut-être que si c'était moi qui te disais de m'oublier, ce serait plus simple pour toi. Je sais à quel point tu te sens coupable, mais rien n'était de ta faute, Tao.

- Ca l'était, dis-je d'une voix pleine d'amertume. Kris, est-ce que... est-ce que c'était douloureux ?

Tu hésites, et je suppose que tu ne veux pas dire quelque chose qui ne ferait qu'accentuer mon sentiment de culpabilité, mais tu choisis finalement de me dire la vérité.

- Oui, ça l'était; c'était une douleur intense. Mais ça n'a pas duré longtemps, ajoutes-tu précipitamment. C'est plus rapide que d'essayer de s'endormir.

Je ne réponds rien mais la boule dure dans ma gorge est de retour. J'essaie de bouger un peu jusqu'à me retrouver en face de toi, plus près de ton corps, mais pas trop proche pour que je ne te traverse pas une nouvelle fois.

Toute personne étrangère à la scène pourrait croire que nos fronts se touchent alors que je baisse la tête, mais ce n'est pas le cas, et je ne peux qu'imaginer que je sens battre ton cœur contre ma poitrine.

Nous restons comme ça un instant, puis tu t'agites et murmures d'une voix emplie de tristesse:

- Il faut que je parte, Tao...

Ma main essaie automatiquement d'attraper ton poignet mais mes doigts ne se referment que sur de l'air. Je serre les dents pour ne pas pleurer, pas quand c'est la dernière fois que je vois mon amant, l'autre moitié de mon âme.

- Faut-il vraiment que tu me laisses ? Pourquoi... Pourquoi ne peux-tu pas... rester ici ?

- Je suis mort, Tao. Je ne fais plus partie de ce monde.

Je baisse les yeux, et j'ai l'impression que quelqu'un est en train de piétiner mon cœur. Ta voix est si froide... Je sais que tu ne voulais pas me rendre triste, simplement me faire réaliser... Mais je ne veux pas être laissé en arrière une fois de plus. Nous étions faits l'un pour l'autre, nous le sommes toujours; tu pensais que venir ici m'aiderait à passer à autre chose, mais... Si tu ne peux pas rester, pourquoi ne pourrais-je pas te suivre ?

- Emmène-moi avec toi, dis-je d'une voix ferme, récoltant un regard choqué de ta part.

- Tao ! t'exclames-tu, semblant un peu effrayé. Je ne peux pas ! Cela voudrait dire que tu...

Je t'interromps et achève calmement ta phrase:

- Je vais mourir. Je sais.

Mais je n'ai pas peur.

- Ne me laisse pas seul, dis-je en te suppliant. Je ne veux pas ressentir ce que je ressens chaque jour, je sais que rien ne sera plus jamais comme avant et je veux juste... Juste... Je t'en supplie, Kris ! Je veux seulement être avec toi, je me fiche de ce que je devrai abandonner pour réaliser ça. S'il faut que je renonce à ma vie pour toi, alors je serai heureux de le faire.

Tu te mords les lèvres et je sais que tu luttes contre toi-même; ce n'est pas ce que tu avais prévu en venant ici, pourtant tu meurs d'envie de me retrouver. Je te connais trop bien, Kris...

- Tu es certain que tu ne vas pas le regretter ? demandes-tu finalement.

Pour la première fois en un an, un vrai sourire s'épanouit sur mes lèvres. Tu es en train de céder. Et je secoue vivement la tête avant que tu ne changes d'avis.

Tu tends précautionneusement ta main pour saisir la mienne et cette fois-ci, ça fonctionne: je sens soudain la chaleur de tes doigts sur ma peau froide, et tu plonges ton regard dans le mien, souriant quand tu remarques à quel point je suis surpris.

Je pourrais pleurer de bonheur alors que ta main passe à travers mes mèches sombres, les débarrassant des flocons de neige qui ont commencé à fondre, mouillant mes cheveux et coulant dans ma nuque. Je frissonne et je me sens soudain moins lourd qu'avant, tandis que ton corps semble devenir plus solide, moins transparent.

Ton autre main se pose sur ma joue et tu essuies mes larmes avant de te pencher pour déposer un doux baiser sur le bout de mon nez, mais tes yeux sont fixés sur mes lèvres. Mon cœur se met à battre très fort dans ma poitrine et je sais ce que tu as l'intention de faire, je veux te dire te de dépêcher, que je ne peux plus attendre, mais j'aime bien trop ça pour pouvoir prononcer le moindre mot.

Je ne fais qu'ouvrir ma bouche et finalement, je sens tes lèvres douces toucher les miennes.

Pour être honnête, je ne pense pas avoir jamais ressenti cela auparavant. Peut-être est-ce parce que j'ai attendu ce baiser pendant si longtemps, peut-être est-ce parce que je n'en ai plus l'habitude, mais je me sens si bien ! J'essaie de te donner tout ce que je ressens pour toi à travers ce baiser et je bouge ma bouche sur la tienne. Mon corps est totalement paralysé par le froid et les frissons que me procure notre baiser tendre et doux, pourtant j'effleure avidement tes lèvres des miennes, appréciant chaque instant de ce baiser qui a le même goût que le tout premier que nous avons échangé, il y a des années de cela.

Il devient plus intense et j'ai l'impression que mon cœur est sur le point d'exploser quand tu attrapes gentiment quelques mèches de cheveux à l'arrière de ma tête, approfondissant notre baiser tout en m'attirant plus près de toi en plaçant ton bras libre autour de ma taille.

Je souris contre tes lèvres, légèrement salées à cause des larmes que nous versons tous les deux, mais tout ça n'a plus d'importance. Plus rien n'a d'importance à part nous.

- Je t'aime, chuchotes-tu finalement en me regardant avec tendresse et en caressant ma joue gauche.

Et je souris encore, parce que mon cœur ne me fait plus mal.


***


Ce fut un vieil homme qui trouva le corps gelé de Tao au matin de Noël, le jeune homme étant allongé sur le banc d'une place déserte. Son corps mince était recouvert de neige et sa peau était si pâle à cause du froid qu'elle semblait presque bleue.

Des traces humides sur ses joues, sûrement le résultat de larmes qu'il avait versées, s'étaient transformées en petits cristaux de glace.

Le vieil homme fut étrangement touché et attristé à la pensée que ce jeune garçon avait passé le réveillon de Noël - et les derniers instants de sa vie - tout seul, mais il changea d'avis quand il aperçut quelque chose.

Le sourire brillant qui ourlait les lèvres du jeune homme lui fit penser que ce garçon avait été heureux avant qu'il ne ferme les yeux pour la dernière fois. Comme si le miracle qu'il avait espéré s'était finalement produit.


Fin




Commentaire de l'auteur Voilà, c'est fini... N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez ! J'ai une autre idée de Taoris en tête donc j'aimerais avoir vos avis, savoir si vous avez aimé ce one-shot ou non, histoire de décider si je posterai ou non l'autre fanfiction sur ce site...
Merci d'avoir lu !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales