Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Elements
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 1 000 - 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 15/01/2021
  • Début(s)
    Débuts - la revue
    Nb de signes : < 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Isthme
    Poétisthme
    Nb de signes : < 6 000 sec
    Genre : avant-garde - art visuel - libre - poésie
    Délai de soumission : 20/12/2020
  • Folies
    Editions Hurle-Vent
    Nb de signes : < 31 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 15/01/2021
  • Artistes (re)confinés
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 30 000 sec
    Genre : fiction réaliste - témoignage - contemporain - fiction - récit de vie - réaliste
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Revue Encre[s] N°7
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : poésie - blanche - érotique - noir
    Délai de soumission : 30/11/2020
  • Enfance
    Le Ventre et l'Oreille
    Nb de signes : 500 - 40 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Eclats d'Etoiles
    Eclats de Lune Editions
    Nb de signes :
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 02/11/2020
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 329 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 392 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1889 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

EXO

Les douze vies de Baekhyun
[Histoire Terminée]
Auteur: Rukyoshu Vue: 6302
[Publiée le: 2014-01-25]    [Mise à Jour: 2014-02-05]
13+  Signaler Romance/Yaoi (HxH)/One-Shot/Amitié/Tranche de vie Commentaires : 18
Description:
Douze OS autour de Baekhyun, un pour chaque membre. Saurez-vous les reconnaître ?
Crédits:
Aucun des EXO ne m'appartient, ils appartiennent à qui ils veulent.
Les chansons citées (dans les titres ou en italique dans certains textes) appartiennent à leur auteur.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

My turn to cry

[1743 mots]
Publié le: 2014-02-01Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Les paroles en italique sont la traduction de la chanson My turn to cry, version coréenne.
Bonne lecture !

VIII – My turn to cry.



Jouvre les yeux sur l’obscurité. J’ai fait un cauchemar. Je ne sais plus exactement ce quil se passait. Les images sont floues et imprécises, comme des ombres provoquées par des flammes. Je sais juste que tu y étais. Je m’assois, observant le vide obscur qui me fait face. Quelques rayons de lunes à peine traversent les épais rideaux. Tu les avais choisis parce que la lumière nocturne de la ville t’empêchait de bien dormir. Je soupire. Je me souviens. Perché sur ta sempiternelle balançoire, celle du jardin qui est toujours suspendue au gros chêne, tu semblais terriblement triste. Je me suis approché de toi, je voulais poser ma main sur ton épaule seulement... Avant d’avoir pu t’enlacer, toi qui pleurais, je me suis réveillé. Je déteste ce genre de rêves. Ils moppressent parce que je ne peux rien y faire. Tu n’es pas là non plus et je sais que tes larmes dévalent tes joues. J’entends la pluie, c’est un signe qui ne trompe pas. Je me redresse et me lève, mal à l’aise dans mon propre lit. Je passe mon peignoir et me plante devant la fenêtre. Avec un cœur triste, j’ouvre les rideaux. Les gouttes maccueillent de leur mélodie douce et mélancolique. Petit à petit, ma vue se brouille. Cette nuit pluvieuse me brise le cœur. Je soupire, ferme les yeux, pose délicatement mes doigts sur la vitre froide. J’envoie un message à travers mes larmes teintées par la lune. Personne ne le voit. Personne ne lentend. Je suis seul.

Je rouvre les yeux. Le spectacle est toujours le même. Dehors tout est toujours pareil. Ton départ n’a rien changé, le jardin semble figé dans le temps. Le chêne, la balançoire, les fleurs. Ce jardin te représente, toi et personne d’autre. Doucement, je souris. Fais-en de même, s’il te plaît.
Souviens-toi, chaque fois que tu avais des moments difficiles, tu changeais tes larmes en sourires. Il faut que tu continues simplement, même si cest dur. Je ne suis plus avec toi, tout a changé, seulement nous le savions. Quand c’est arrivé, quand nous nous sommes séparés, nous étions conscients que plus rien ne serait pareil. Alors il faut avancer et arrêter de se faire du mal, d’accord ? S’il te plaît, ne pleure pas sans moi. Je préfère pleurer avec toi. Alors préviens-moi. Ou non, simplement, ne pleure pas. Tes yeux ne méritent pas tes larmes. Tu es si merveilleux, tu ne devrais pas avoir à pleurer de cette manière. Je sais combien cest difficile pour toi, puisque tu as beaucoup de larmes, seulement il faut que tu sois fort. Le monde est si triste et sombre quand tu pleures. Tu le sais, je te lai toujours dit. Ton sourire est comme un soleil radieux. Alors sois heureux, jen ai besoin.

Non, plus que ça, ça mest vital. Et puis, c’est mon tour de pleurer. Toujours, tu as pris soin de moi. Tu as sans cesse pleuré pour nous, il est temps que je prenne le relais. Laisse-moi te soulager. Laisse-moi te libérer de ce poids de larmes qui pèse sur ton âme. Tu ne pourras jamais voler si tu gardes ça en toi, laisse-moi te décharger. Je le ferai, recueillir tes larmes. Je ferai tout pour que tu ne sois plus jamais aussi triste, pour que tu puisses sourire à nouveau. Le monde a besoin de lumière et seul ton sourire peut la lui apporter. Fais-moi confiance, tout ira bien. Tu as toujours cru en moi, il suffit simplement de continuer. Cette nuit est semblable à celles davant. Celles où nous étions encore ensemble. Crois-moi. C’est mon tour de pleurer, laisse-les moi, ces larmes. Je vais les effacer, les sécher et tu nauras plus à y penser. Tu as déjà versé trop de ces larmes. Laisse ton sourire fleurir à nouveau. Cette fois, le soleil reviendra. Cette fois, la lune ne me paraîtra plus si triste et froide.

Tu sais, il fait vide sans toi ici. Ton absence a laissé un froid intense, comme la pluie derrière la fenêtre. Je ne pensais pas que ce serait aussi dur à surmonter. Toute notre vie, nous avons veillé l
un sur l’autre. Et être séparé me donne la sensation d’être inutile, à présent. Pourtant, quoi que je dise, je ne suis pas seul. Toi non plus, sans doute. Il faut que nous nous en rendions compte. La maladie nous a rapprochés quand elle s’est immiscée dans tes veines. Elle nous a séparés quand elle a pris toutes tes forces. C’est ainsi. Nous ne sommes plus ensemble mais nous ne sommes pas seuls. Avec toi, il doit y avoir d’autres anges, peut-être même nos grands-parents. Et avec moi, il y a lui qui prend soin de moi. Fermons les yeux sur notre tristesse, d’accord ?

Les souvenirs se rangent.
Les images fanées que j’ai presque jetées ont trouvé refuge dans un joli coffre en bois. Même si jai envie de les sortir, je ne le fais pas. Je n’y arrive pas. Quand mes yeux se posent dessus, les plaies de mon cœur se rouvrent et je ne sais pas comment le supporter. Comment le pourrais-je ? Ça fait trop mal, je ne peux pas les regarder maintenant. Alors je les laisse sagement dans leur coffre, attendant le moment où la douleur se sera apaisée. Si elle s’apaise un jour, chose pour laquelle je commence à douter. Je ne suis pas certain de pouvoir me relever un jour de cette blessure que nous nous sommes infligée. Je soupire. Cette nuit est une nuit où le sommeil ne vient pas, une fois encore. Je me détourne de la fenêtre, de la pluie. Tes larmes sont douloureuses ce soir, plus encore que dordinaire. Peut-être parce que je ressens que c’est la dernière fois pour nous d’être reliés ainsi. Nous ne pouvons pas l’être éternellement, ce serait trop épuisant pour moi. Je soupire. Je ferme les yeux et m’assoie dans la chambre sombre. Je pourrais presque entendre le son de ta douce voix chantante. Jaimais tellement les moments où tu me chantais des berceuses, enfants. J’étais censé être le plus vieux pourtant tu as toujours été plus mature que moi. Tu as toujours été celui qui prenait soin de moi. Je secoue la tête pour ne pas me laisser dériver trop loin.

Je dessine ton visage. Derrière mes paupières, il se trace dans les moindres détails. Je nai rien oublié de la précision de tes traits. Ta bouche en forme de cœur, ton petit nez arrondi, tes yeux ronds et sombres, rien ne me manque. Les larmes reviennent perler le long de mes joues. Ton sourire timide et tes yeux doux me manquent cruellement. Ils étaient comme mon soleil et mes étoiles. Ils brillaient pour moi à chaque fois que jétais perdu dans le noir. Je tends les bras et les referme sur limage que je projette de toi. Je ne rencontre que le vide. Je veux t’enlacer mais que faire ? Tu nes pas là. Tu ne le seras plus jamais. Peu importe ce que je pense, j’ai du mal à m’y faire. Le poids de ta perte est terriblement lourd à porter. La pluie redouble de force à l’extérieur. Mon cœur se brise. C’est le signe que tes larmes se font plus nombreuses. S’il te plaît, arrête. Ne pleure pas sans moi. Il faut que tu sois fort, comme tu las toujours été. Si tu ne l’es pas, je ne peux pas l’être. C’est horrible mais c’est ainsi. Nous ne pouvons plus être ensemble, nous le savions. Même si ça doit nous faire souffrir, même si ça doit me crever le cœur, il est temps de nous dire au revoir.

Cette pensée me fait presque sangloter sur mon lit. Je me sens comme un petit enfant abandonné par ses parents. Il faut que nous cessions ça avant que je ne puisse plus le surmonter du tout. S
il te plaît, cesse de pleurer. Toute cette pluie, toutes ces larmes que tu verses, je ne peux pas les sécher. Maintenant je ne peux plus te prêter mon épaule. Nous ne sommes plus dans le même espace. Nous évoluons dans deux mondes différents, jusquà ce que je te rejoigne. Et je ne peux pas disparaître maintenant. Je ne veux pas. Je dois vivre encore un peu. Je dois rester à ses côtés. Il est mon futur. Ça ne m’empêchera jamais de penser à toi, de pleurer pour toi. Il faut que nous soyons patients avant de pouvoir être réunis de nouveau. Je t’aime. Et quil soit à mes côtés ne changera jamais ça. Il ne te remplacera jamais. Il est différent de toi sur bien des aspects. Notre relation est bien différente également. Ça ne modifie en rien ce que je ressens pour toi. Je t’aime encore beaucoup et tu me manques tellement. Tu es mon petit ange, maintenant. Et peu importe à quel point mon cœur te réclame, tu ne peux pas revenir.

La pluie claque sur les fenêtres. Je me relève et retourne la regarder. Mes doigts effleurent le verre.
Ne pleure pas. Tu vas inonder le monde, si tu continues. Ne me noie pas sous ta tristesse. Ne te noie pas sous tes propres larmes. Pansons les plaies de notre séparation et patientons jusquà nos retrouvailles. En attendant, séchons nos joues. S’il te plaît sois heureux. Ton bonheur est ce qui m’a toujours importé. Je veux que tu sois souriant. Je veux que le soleil brille autant que ton sourire. Tu me manques. C’est horrible comme le creux de mon cœur est douloureux. Avant, ta présence y dormait paisiblement. Aujourd’hui, ton absence y grogne furieusement. Un jour, elle s’apaisera. J’y crois. Il faut que j’y crois. Et il faut que tu fasses de même. Ne pleure pas. Là-bas, tu ne souffres plus. Là-bas, où que ce soit, tu es en paix avec ton corps. C’est tout ce qui importe. Notre séparation n’est qu’un faible prix à payer pour ton repos. Laisse la lumière revenir à l’intérieur de ton cœur. Elle t’apportera la paix qui séchera tes larmes. Et si elles sont trop nombreuses, je les prendrai puisque c’est mon tour de pleurer pour nous.


Je t’aime, je t’aime, ne pleure pas, laisse-les moi. Laisse-moi ces larmes qui tempoisonnent. Puisque quelqu’un sera là pour les sécher pour moi. Je suis désolé. Sois heureux, Kyungsu, mon cher petit frère.



Commentaire de l'auteur Désolée pour ce OS loin d'être joyeux. J'espère que vous avez apprécié malgré tout !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales