Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Imaginarium
    Editions L'Imaginarium
    Nb de signes : 240 000 - 500 000 sec
    Genre : imaginaire - steampunk - dystopie - science-fiction - fantastique - fantasy - uchronie
    Délai de soumission : 04/12/2020
  • Chaud comme la braise
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Collection Atlantéïs
    Éditions Exæquo
    Nb de signes :
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Arachno et autres phobies
    animal DEBOUT
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • La France des villes moyennes
    La Fabrique de la Cité
    Nb de signes : 10 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Emmenez-nous au bout de la Terre !
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : 5 000 - 100 000 sec
    Genre : récit de vie
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • K-Pop - K-Dramas
    K! World
    Nb de signes : 300 000 - 300 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/10/2020
  • Musique enchantée
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 05/01/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 186 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

Problème d'alimentation
 par   - 116 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour à toutes et à tous.

Désolé pour les interruptions réccurentes. Il y a un gros problème avec l'alimentation des serveurs. L'onduleur à laché.
Je les ai momentanément branché directement, mais ça eut dire qu'en cas de coupure de courant il faudra attendre que celui-ci revienne.

 


Lire la suite...
La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1723 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

EXO

Les Malheurs de Jongdae
[Histoire En hiatus]
Auteur: Ako-Cissnei Vue: 17063
[Publiée le: 2015-03-17]    [Mise à Jour: 2016-04-03]
G  Signaler Romance/Humour/Drame/Yaoi (HxH)/Surnaturel/Amitié/Lemon Commentaires : 103
Description:
Jongdae est (très) malchanceux et maladroit. Sa bonne étoile semble s'assurer qu'il passe son temps à se blesser et à se rendre ridicule, quand un être étrange apparaît dans sa vie : Lay. Le jeune homme, invisible pour les autres semble avoir le pouvoir de protéger Jongdae et sème au passage le trouble dans sa vie et dans son cœur.

De l'autre côté, ses deux meilleurs amis, Luhan et Minseok, ont bien besoin d'un entremetteur.

Baekhyun est un handicapé des sentiments, ce qui n'arrange pas les affaires de Chanyeol, déjà bien compliquées.

Junmyeon tombe peu à peu dans une profonde dépression, tandis que Sehun vient tout juste de vaincre la sienne.

Et les fantômes, métaphoriques, d'entre les morts ou du passé, finissent toujours par se voir.

Yaoi Principaux -> ChenLay ; XiuHan ; HunHo ; ChanBaek
Secondaires -> KrisBer (Wu YiFan / Liu Amber)

Présence de surnaturel mais ce n'est pas le ressort principal de l'histoire. (plus psychologique qu'authentiquement fantastique)
Contient limes / lemons mais ce n'est pas le ressort principal de l'histoire.
Crédits:
L'histoire et l'humour foireux sont (hélas) miens. Les membres des Exos, ainsi qu'Amber et Henry, et autres artistes cités dans cette fanfiction ne sont (hélas) pas miens.

La couverture a été réalisée par Asticoo, que je remercie chapeau bas. ♥
Les illustrations des chapitres sont réalisés par moi, avec des images trouvées sur google et un peu retouchées.

Les traductions et transcriptions des paroles des chansons qui apparaissent viennent du site Nautiljon.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Baekhyun

[5947 mots]
Publié le: 2016-01-05Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur HEY !!!! Vous avez vu ? J'suis presque pas en retard !

Pas de commentaire d'auteur de 15 m de long cette fois-ci, l'internet chez ma mère est tellement moisi que je poste ultra-vite avant que ça plante de nouveau TTTT

ah si ! Les lecteurs qui l'ont eu en VIP ont lu seulement le premier jet, il y a presque 2 000 mots de plus et deux scènes ajoutées ici.

Et deuxième chose, j'ai pas encore répondu aux commentaires parce que je voulais boucler pleeeein de projets, gérer les fêtes de familles et bordel c'était chiant mdr. Je le ferais ce mois-ci, putain je vous aime, sérieux, je vous A I M E .

+ certains m'ont fait remarquer que j'étais introuvable sur twitter et en effet, j'ai désactivé mon compte environ trois semaines pour diverses raisons, et notamment parce que ma vie perso est très compliquée, et que j'avais besoin de forcer la coupure. Désormais je suis à nouveau joignable @AkoTianCissnei, sorry ;;

merci encore de tout l'amour que vous donnez à cette fic, vous êtes les meilleurs mon dieu... plein de bisous et bonne lecture ♥♥♥♥ (en fait si ce com fait encore 15 m de long TTTTTT)






« Regarde un peu par ici, Byunnie ! »


Le quotidien du jeune Byun Baekhyun n'avait jamais été ce que l'on pouvait appeler un paradis social.


Pourtant pas bien méchant, ni maladivement timide ni excessivement extraverti, ni particulièrement laid ni d'une beauté absolue, il était ce que l'on pouvait appeler sans exagérer un bouc émissaire.


« Tu pourrais aussi bien crever dans un coin, ça n’ferait de mal à personne. Tu ne mérites pas de vivre. Tu devrais être reconnaissant. »


Et si ses camarades lui donnaient tous les jours sous des termes plus ou moins renouvelés les raisons de ce triste statut, Baekhyun ne pouvait se résoudre à croire que tout cela se résumait purement et simplement à une apparence peu commune.


« Tu sais qu'il existe des opérations maintenant pour ça, Byun ? »


Byun Baekhyun n'avait pourtant rien d'esthétiquement repoussant. Un petit bout de nez rond, des yeux en amande, à qui le pétillant allait bien, un sourire rectangulaire qui faisait plisser adorablement ses paupières. Une peau blanche étonnamment lisse pour un adolescent en pleine puberté, des cheveux doux et brillants, un corps mince et joliment proportionné.


« Même en essayant de t'faire passer pour une nana t'arrive à être moche. J'voudrais pas de toi dans mon pieu même si on m'payait pour ça. »


Et pourtant, tout cela n'était que multitude de problèmes pour le monde qu'il était forcé de côtoyer dans son école. Ses yeux de biche, son petit nez, son teint pâle, tout cela combiné à sa petite taille contribuaient à lui donner une apparence faible et fragile et surtout… Féminine.


Oui, Byun Baekhyun, aux yeux de ses camarades, du monde extérieur, et de toutes les paires d'yeux qui se posaient sur lui (il finissait du moins par avoir cette impression) n'était tout bêtement pas digne de porter des attributs masculins.


« Faut pas te plaindre si on se moque de toi. Tu cherches la merde tout le temps à provoquer comme ça. »


Le jeune garçon faisait effectivement à ses congénères l'affront de vouloir esthétiser son physique. Il aimait tout simplement la façon dont la couleur violet foncé de ses cheveux faisait ressortir son teint, et rehausser le brillant de ses iris avec un trait de crayon noir ou pourpre. Il aimait les pantalons slims accessoirisés de babioles métalliques, tout comme il aimait les chemises un peu trop larges, laissées ouvertes sur un T-shirt moulant simple. C'était son look favori. Emo-gothique, punk, qu'il était catégorisé, ou du moins un terme approchant.


« N'importe quoi. »


Rien à voir avec ces mouvements qui auraient nécessité un bien plus grand investissement vestimentaire, ces jeunes gens n’y connaissaient rien. Baekhyun aimait juste un peu trop l'univers rock et s'en inspirait tout bonnement pour se vêtir.


« Pleure pas, ça fait couler ton maquillage de tapette. Enfin… Si, continue de chialer, on voit moins ta sale gueule. »


Et son obstination naturelle l'empêchait de se soumettre totalement à ses camarades qui auraient voulu qu'il rentre dans le moule.


« Ou peut-être pas. Ils aiment avoir un bouc émissaire. Une victime. Un défouloir. Même si tu changeais pour leur plaire, ils continueraient de ne pas vouloir de toi, au pire, et au mieux, ils trouveraient une nouvelle pauvre pomme à humilier et se désintéresseraient de toi. Mais en aucun cas tu ne t'en ferais des amis. »


C'était ce qu'il lui avait dit.


Il, c'était un garçon de sa classe, un type à peine plus grand que lui, aux yeux plus grands eux aussi et un peu plus clairs, à la belle bouche pulpeuse, et au style bien plus simple que l'excentrique Byun.


Il, c'était le garçon qui faisait battre le cœur de Baekhyun d'une façon bien différente. C'était le seul à lui témoigner un peu de gentillesse lorsqu'ils étaient assis à la même table de cours, il lui avait même demandé son numéro de téléphone avant de partir en vacances et ponctuait de plus en plus souvent ses messages de cœurs.


Il, c'était la première personne à avoir dit « je t'aime » à Byun Baekhyun. S'il n'était pas son premier baiser, il avait été le premier à lui faire ressentir autant de frissons brûlants quand il lui tenait la main.


Il, c'était surtout le plus mesquin de ses bourreaux.



« … En même temps, faut voir à quel point tu fais pitié. Petite tafiole. »



* * *



-Baek… J'ai envie de toi.


Et oh, comme Baekhyun avait envie de lui, également.


Mais cela, jamais il ne lui dirait en ces termes.


-Tais-toi, Yeol.


Et il ne l'embrassait plus, il le mordait, lui arrachait presque avec délicatesse un léger morceau de peau et assaisonnait leur baiser du goût salé et métallique du sang.


Il devenait plus brutal dans ses mouvements de mâchoire, faisant cogner la tête de Chanyeol contre le mur auquel il était déjà plaqué. Il déboutonnait le jean ou débouclait la ceinture, le grand jeune homme ne savait jamais dans quel ordre, avant d'y plonger une main impérieuse qui s'emparait de son intimité pour la clamer une fois de plus.


Et Chanyeol gémissait contre ses lèvres qui n'étouffaient même pas son plaisir coupable. Sa voix grave faisait courir un courant électrique le long du dos de son amant et semblait lui remuer les os sans que lui-même ne sache pourquoi il frissonnait.


Était-ce le timbre chaud et sensuel malgré lui de Chanyeol qui l'excitait au moindre murmure ? Était-ce le grisement d'une sensation de pouvoir passagère, de savoir ce garçon à sa merci ?


-Retourne-toi.


Malgré sa tentative pour garder une voix claire, Baekhyun perçut lui-même son timbre tirant dans les graves, devenu rauque et dont la seule écoute fit clore les yeux de Chanyeol qui renversa la tête en arrière.


Perdus dans une étrange luxure teintée de sentiments sourds, aveugles et muets, perdus dans une union charnelle dont aucun ne voulait admettre le sens, les deux jeunes hommes laissaient fondre leurs peaux l'une sur l'autre en se retenant de gémir trop fort.


Chanyeol obéit rapidement, et laissa les mains de Baekhyun le guider contre son bureau, contre lequel il se plia en deux. Une posture de soumission qui n'était pas naturelle pourtant pour lui, s'offrant totalement au petit jeune homme, qui lui non plus ne semblait pas prédestiné à la dominance sexuelle d'un autre homme.


Et pourtant Baekhyun en ressentit un tel frisson, un tel désir. L'excitation purement sexuelle lui était intimement liée à ce sentiment de puissance, qui en d'autres circonstances aurait presque pu sembler malsain.


A l'écoute de la belle voix rauque de Chanyeol, le jeune homme aux cheveux chocolat s'appliquait à dessiner de sa langue les courbes des cuisses, du bas du dos, des fesses. Des petits creux des reins jusqu'à la source de la future jouissance du plus grand, qui partait désormais bien loin sous les caresses bien intimes de son délicieux bourreau. Cambré à s'en rompre le dos malgré le haut de son corps couché sur la surface de bois, dominé par Baekhyun et par la luxure, Chanyeol se perdait dans des cris qu'il n'aurait jamais imaginé pousser, oubliant jusqu'à pourquoi il autorisait encore et toujours le petit jeune homme à le transporter aussi loin.


Oubliant pourquoi son toucher rendait ses nerfs aussi fragiles, oubliant pourquoi il était le seul homme à pouvoir le mettre dans cet état. Oubliant ses questionnements et ses doutes, ses sentiments et leur situation.


Baekhyun gémit à son tour en sentant enfin Chanyeol autour de lui. Se collant à son dos large en attendant de pouvoir bouger et de revendiquer ce corps qu'il désirait beaucoup trop, il planta un peu violemment ses dents dans la peau douce. Une trace rougeâtre était formée, marque d'appartenance faiblarde et éphémère, et Baekhyun rejeta une fois encore la signification qu'elle aurait pu avoir.

Qu'elle aurait eu si Chanyeol et lui formaient ce que l'on appelait un couple.



* * *



"On va les vivres, nos aventures, Baek."


Aventures ? Ah, cela oui, il en avait vécu.


"Ne t'inquiète pas, quand je rentre, je te prends dans mes bras et je t'embrasse comme jamais."


Il n'avait pas menti. Il l'avait embrassé... Oh, peut-être pas comme jamais, mais il l'avait embrassé, il lui avait fait l'amour, tendrement, doucement, sensuellement. Il lui avait fait oublier tout ce qu'il avait vécu avant.

Kim Kibum.


Kibum avait occulté son premier amour, celui qui n'assumait pas son attirance pour un autre homme. Celui qui le traitait de tafiole, alors que par son amour inavoué, il l'était autant que lui. Celui qui l’avait insulté et quitté en voyant les cicatrices encore fraîches sur ses bras, causées par l’insupportable pression du mainstream, pensant sans doute que la dépression chronique se transmettait comme la peste, et que la phobie sociale était une maladie irréversible.


Kibum avait aussi occulté son ex suivant, qui n'avait pas assumé de se faire quitter par un Baekhyun en manque de liberté, enchaîné dans une relation trop exclusive par un garçon qui avait maladivement peur de la solitude.


Il l’avait pourtant aimé, tout aussi fort que le précédent, parce qu’il avait su laisser ses cicatrices guérir, il avait su quels mots employer pour l’empêcher de les rouvrir, il avait su apporter un sourire solaire, sincère, en forme de ce rectangle si craquant sur le visage du jeune Byun.


Sauf que quand ils avaient rompus, il s'était vengé en le forçant, malgré ses cris qui n'étaient pas dus au plaisir, à une dernière relation sexuelle dans les toilettes d'une fête. Sans rouvrir de nouvelles cicatrices sur ses bras, il avait pourtant marqué sa peau de traces indélébiles bien qu’invisibles. Comme une sensation de brûlure permanente quand quelqu’un d’autre touchait Baekhyun.


Et pourtant Kibum quand passait ses doigts de soie sur la peau traumatisée tout semblait vierge et satiné à nouveau, tout semblait s’apaiser.


Il avait occulté les multiples rejets de garçons qui se voulaient hétérosexuels. Il avait tout effacé sur son passage pour venir enflammer le cœur de Baekhyun d'une passion nouvelle et vivace.


Le jeune Byun Baekhyun, dix-sept ans, se savait homosexuel depuis qu'il avait appris le mot "sexualité". Cela ne faisait pas partie des questions qu'il s'était déjà posées, c'était un simple fait : il aimait coucher avec d'autres hommes, il ne tombait amoureux que d'autres hommes, et un point, c'était tout.


Son problème (s'ajoutant à ses nombreux autre paradoxes vis-à-vis du monde et de ses normes) était que s'il le savait, il ne pouvait guère pour autant exposer ce fait au grand jour.


Voilà pourquoi Baekhyun avait vécu des relations bien différentes et compliquées, allant de l'homosexuel inassumé au garçon qui voulait à tout prix le garder auprès de lui justement parce que les temps étaient durs pour ceux qui aimaient les personnes du même sexe.


Mais jamais un garçon n'était resté avec lui parce qu'il l'aimait sincèrement.


-... Enfin, si, techniquement, mais c'est justement pour ça qu'il m'a violé.


Triste bilan, qu'il avait un jour exposé à Kibum.


Parce que Kibum, lui, était différent.


-Je ne veux que prendre soin de toi.



"... Mais pas que." furent les mots que Baekhyun aurait dû entendre ce jour-là.


Kibum, dans toute sa mansuétude, avait pris grand soin de lui. Il l'avait cajolé, il lui avait récité au creux de l'oreille des paroles de chansons d'amour, il lui avait promis monts et merveilles, son regard pénétrant au plus profond des prunelles sombres sur petit jeune homme.


Et il avait aussi pris grand soin de Yeri.


La jolie Yeri, Yeri au sourire craquant et charmeur et aux courbes enjôleuses, Yeri à la répartie acide et intelligente, celle que Baekhyun appelait, comme chaque adolescent en a un ou une, sa "meilleure amie". La jeune fille était présente à ses côtés au moment de ses péripéties en terme de style vestimentaire, au moments des réflexions qui blessent, au moment où il était seul contre tous. Yeri à la peau blanche et aux lèvres rosées l'avait aimé, accepté, quand tous lui refusaient leur affection, et ce depuis plus de sept longues années.


Mais voilà, la pulpeuse et vive Yeri aimait Kibum, et si Kibum n'avait jamais dit "je t'aime" à Baekhyun, c'était parce que Kibum aimait aussi Yeri.


Et sa prétendue bisexualité n'avait été qu'une manière de briser la fierté de Yeri qui résistait à ses avances comme personne ne l'avait jamais fait avant. Baekhyun et les mots doux qu'il lui réservait n'étaient qu'une étape pour gagner le cœur de Yeri en la vexant et en lui faisant croire à une relation sincère entre eux.


Et en blessant le cœur de Yeri pour mieux le panser ensuite, Kibum avait été la dernière secousse dans celui de Baekhyun, l'ultime tremblement qui le réduisit en miettes.


Désormais sa peau ne le brûlait plus, et la douleur de la scarification ne le soulageait pas de ses tourments, car il lui semblait qu’aucune sensation physique ne l’atteignait plus. Les mains qu’il serrait lui semblaient chaudes tant sa propre chair était froide, les yeux de son reflet étaient si ternes que le ciel gris d’hiver avait l’air attrayant à côté.


Baekhyun ne sentait plus son cœur lui faire mal mais juste une banquise se former dans sa poitrine. Peut-être qu’un iceberg avait remplacé son organe vital, ne pouvant battre sans la chaleur du soleil de Kibum -ou de Yeri, ou des deux- car il s’était trop habitué à ce que d’autres le rendent heureux au lieu de s’apprendre lui-même à vivre, à s’aimer un peu. Au lieu d’apprendre à traîner sa désormais plus que maigre carcasse tout seul, comme un grand, Baekhyun s’était juste rendu exsangue en espérant plaire à des personnes pour qui il n’était que destiné à être terne, car il était un bien utile faire-valoir.


Baekhyun ne savait pas qu’il avait le droit de briller. Et cela resterait inconcevable pour lui des mois durant, des saisons indifférenciées durant, car l’été devenait hiver, et l’hiver devenait nuit totale.



* * *



Chanyeol étouffa son orgasme en un grognement sourd, mordant son propre poignet, tandis que Baekhyun agrippait ses hanches et enfonçait ses ongles dedans pour jouir au plus intime de son partenaire. Grappillant les dernières étincelles magiques de son plaisir qui dansaient derrières ses paupières closes, il resta immobile un moment ; avant de se laisser tomber en avant, sa joue rougie atterrissant sur la peau humide du dos large de son amant.


Sans aucun doute possible, c'était avec cet homme que le sexe était le meilleur. Saisissant à pleines mains l'opportunité de construire une relation sexuelle régulière sans se poser la question de l'amour, désormais trop ésotérique pour lui, Baekhyun ne doutait pas d'avoir pris la bonne décision de garder celui-ci.


Chanyeol déclenchait un frisson si particulier dans le creux de ses reins, il allumait la flamme d'un désir irrépressible et d'un besoin d'un besoin d'union charnelle immédiate. Chanyeol avait ce truc, ce petit rien indescriptible qui rendait Baekhyun fébrile à la simple idée de le faire sien.


-... Baek ?


-... Gnih ?


-Tu restes dormir ici, ce soir ?


Mais il n'en fallut pas plus pour faire bondir le jeune homme sur ses pieds, certes un peu tremblant et chancelant de l'intense orgasme dont il se remettait encore.

Chanyeol rendait Baekhyun fébrile quand il s'approchait de lui, quand il respirait son odeur de laine et de gâteaux, quand il entendait son timbre grave et chaud.


Mais une fois que Baekhyun avait eu ce qu'il voulait, la peau vanille et les boucles caramel, le chant des gémissements et la sensation de grisement du sexe avec une telle créature, Chanyeol redevenait ce qu'il devrait pourtant toujours être à ses yeux. Un jeune homme un peu plus beau que la moyenne, mais qui se noyait dans la masse des normes et des règles sociétales dans lesquelles Baekhyun n'avait jamais réussi à se fondre.


Alors il claqua la porte de la chambre étudiante, comme il le faisait si souvent, comme un rituel, ignorant ce petit pincement au cœur qu'il ressentait comme si la porte claquait elle-même son organe vital.


Baekhyun avait depuis longtemps enfoui bien profondément son envie de dormir dans d'autres bras.



* * *



La Faculté, ou Université.


Un mot qui représentait tant pour Baekhyun. Il était lié à une autre ville, à une prochaine étape, à la page blanche d'un avenir à construire. Il était lié aux mots "nouveauté", "liberté", "maturité", et bien d'autres positifs encore. Licence d'histoire, suffisamment vaste pour se fondre dans les personnalités bariolées de l'université de la capitale, et suffisamment peu prisée pour qu'il puisse se sentir envieux de découvrir quelques-uns de ses compagnons de galère pour les trois prochaines années.


L'on disait que l'on trouvait de tout, à l'université. Que les anciens tortionnaires de collège n'étaient plus que petits poissons dans un océan bien vaste pour que ce genre de chose ait encore une importance. Que les bourgeois de bonne famille s'enfermaient en école de commerce ou de médecine, que les intellos partaient en prépa, que ceux qui ne voulaient rien faire de leur vie n'allaient pas en cours.


Baekhyun rêvait de ce monde scolaire qui lui avait tant paru utopique.


Le tout nouvel étudiant ne changea pas pour autant ses habitudes d'élève pas si assidu que cela, et trouva le moyen de se réveiller un beau matin, tout paniqué, en s'apercevant qu'il avait raté la matinée d'accueil et qu'il se devait de courir à son premier cours. A sa décharge, il fallait bien admettre cependant qu'il avait pris l'habitude d'être en retard car il attendait toujours que tous les élèves soient entrés dans leurs salles respectives pour que personne ne fasse attention à lui. Paradoxalement, Byun Baekhyun était passé maître dans l'art de dissimuler sa présence alors que tout dans sa façon de s'habiller criait à l'originalité.


Or, ce jour-là, le stress était tel et l'amphithéâtre si sonore que l'arrivée du jeune homme fut pour le moins fracassante. En voyant la petite centaine de paire d'yeux se fixer sur lui, en plus de celle du professeur pas plus surpris que cela, Baekhyun eut soudainement envie de se faire encore plus petit qu'il ne l'était déjà.


Marmonnant une excuse intelligible, il se rua sur une place libre, entendant presque à l'avance les ricanements de son entourage.


Et, à sa plus grande surprise, il n'en fut rien. Rien que le monde qui suivait son cours, ainsi que le professeur.


Pas un rire, pas une moquerie, pas une remarque.


Rien qu'un premier jour à l'université, où bien des élèves arrivaient en retard, trop impressionnés par la taille des multiples bâtiments hauts de plafond.


Relevant timidement le regard, Baekhyun tomba sur un sourire... amical. Son voisin de table plissait les yeux et rehaussait ses pommettes pâles pour lui adresser un sourire ravissant.


-Bonjour, murmura-t-il d'une voix douce, Kim Junmyeon.


Interloqué, Baekhyun resta la bouche ouverte comme un poisson hors de l'eau, avant de sursauter légèrement quand la porte de la salle s'ouvrit de nouveau, accompagné d'un bruit de chute retentissant.


Lui et Junmyeon se retournèrent d'un même mouvement, pour apercevoir les portes battantes sur le couloir jaunâtre et entre elles... Rien.


C'est alors qu'une secousse de rires pouffés remua la salle. Baekhyun aperçut enfin la forme étalée magistralement sur le sol au milieu de feuillets vierges et de livres ouverts, cause des rires. Rires d'ailleurs moins moqueurs que compatissants de gêne, au final.


Le pauvre étudiant se releva d'un coup, manquant chuter une nouvelle fois en arrière dans sa hâte, arrachant un frémissement de lèvres malgré lui à Baekhyun. Il ramassa bien vite ses affaires, quoique certaines lui tombèrent à nouveau des mains plusieurs fois, rendant l'entreprise pas si simple que cela, pour s'incliner bien bas devant le professeur et courir, comme Baekhyun avant lui, se trouver une place.


Avant qu'il ne se fixe sur la table de la rangée suivant la leur, le dénommé Junmyeon lança un "Pssst, Jongdae !" à l'adresse du nouveau venu, s'allongeant de tout son long sur la table de Baekhyun pour tapoter la place sur le strapontin à côté de lui.


Un peu étonné par cette attitude, le petit jeune homme ne réagit pas, se reculant tout juste pour laisser le temps à Junmyeon d'aller au bout de son geste, alors que "Jongdae" s'asseyait avec un rire embarrassé, que Baekhyun trouva légèrement bruyant, mais assez communicatif tout du moins.

Et de mettre à chuchoter à l'adresse de Junmyeon, tout en jetant quelques regards souriants à Baekhyun, lui faisant comprendre qu'il l'intégrait naturellement à la conversation naissante. Il enchaînait les mots à une telle vitesse que le jeune homme aux yeux toujours maquillés n'osait pas encore lui répondre, malgré son attitude amicale.


-Tu ne vas pas me croire... J'étais aux toilettes, et la porte était mal fermée, mais je ne l'avais pas vue, elle s'est ouverte et en me relevant je l'ai prise en pleine tête ! J'ai maaal ! Et le sol était mouillé, et il n'y avait aucun panneau pour prévenir, alors évidemment j'ai glissé... Du coup j'ai mal aux fesses aussi. Et je crois que j'ai laissé ma main trop longtemps dans le séchoir, ça brûle... Et évidemment je me suis cogné contre un autre mec en sortant, c'était gênant. Et avec tout ce bazar, j'étais horriblement en retard, alors j'ai couru, je me suis cogné le pied dans la marche de l'escalier...


-Et t'es encore vivant ? s'étonna à juste titre Junmyeon, coupant enfin court au flot de paroles du jeune pour qui "maladroit" et "malchanceux" semblaient être des euphémismes monumentaux.


Jongdae éclata d'un rire clair qui lui valut un regard noir du professeur, qui fixa le petit trio comme s'il tentait de mémoriser les visages de ses futurs éléments perturbateurs. Baekhyun se recroquevilla entre les deux garçons, une envie brûlante de se relever et de crier "c'est pas moi !" lui saisissant les tripes.


-Enfin bref, murmura Jongdae d'une voix plus calme, désolé, je ne suis pas très poli. Kim Jongdae. Je connais Junmyeon depuis ce matin, la matinée d'informations. Je ne me souviens pas t'y avoir vu ! Comment tu t'appelles ?


Baekhyun s'était tellement concentré pour suivre le débit de paroles de son camarade qu'il fut surpris du silence qui suivit sa question. Interloqué, il eut besoin d'une seconde ou deux pour finir par articuler :


-Byu... Byun. Byun Baekhyun.


-Baekhyun ? C'est joli ! T'es maquillé ? C'est cool, ça te va vachement bien ! commenta aussitôt le bavard.


-Oh... Je... Merci ?


-C'est vrai, tiens, ça te donne un petit côté rock, continua Junmyeon.


Le visage de Baekhyun s'illumina.


-J'adore le rock et ses "petits côtés".


-Oh, c'est vrai ? T'écoutes plutôt quoi ? enchaîna-t-il.


-Des groupes anglophones occidentaux... Bowie, Muse, Nirvana... Queen, Pink Floyd, Beatles. La liste est longue... finit par se dérider le timide.


Et leur premier cours de l'année se transforma en une discussion enflammée sur les différents styles de rock, et les qualités de tel et tel groupe de musique. Et Baekhyun se rendit compte avec la sensation que tout devenait plus lumineux autour de lui, qu'il était capable de sourire et de rire avec d'autres personnes que Yeri et Kibum.



* * *



-Il est où, Jongdae ?


-Parti accompagner Minseok et Luhan à leur entraînement de foot, informa Junmyeon sans que ses yeux ne quittent sa feuille derrière ses lunettes.


-Oh.


Baekhyun tenta avec force d’ignorer la chute de l’énorme poids dans sa poitrine, malheureusement, son poing se serra sans qu’il l’eût maîtrisé, réaction directe à son malaise inassumé.


Oui, Jongdae avait des amis de longue date, Jongdae et son épouvantable karma recevait pourtant l’affection de ses semblables, et Baekhyun ne pouvait même pas le jalouser car lui-même n’avait pas pu se retenir de désirer sa compagnie, de voir son sourire si large tous les jours, de l’entendre rire à tout va et finalement de le couver d’une affection sincère. Cela alors même qu’il aurait voulu le détester pour être si aimable, et protéger son sourire lumineux de la présence toxique de son être qu’on l’avait forcé à croire détestable.


Car Jongdae avait ce que Baekhyun n’avait jamais réussi à garder. Et alors qu’il semblait déjà tout avoir pour le rendre heureux, Jongdae avait immédiatement couvert Baekhyun de sa lumière, depuis ce premier jour où le destin l’avait comme forcé à accepter la compagnie des deux garçons. Et cela alors que Baekhyun s’était juré de n’accorder sa confiance à personne que lui-même, désormais, puisque personne n’avait confiance en lui.


Et maintenant qu’il n’était plus là, à sourire, il lui manquait. Jongdae lui manquait et il ne savait pas s’il jalousait Minseok et Luhan pour avoir le privilège de sa compagnie ou Jongdae lui-même pour avoir encore des piliers aussi stables dans sa vie.


Junmyeon fronça les sourcils.


-Baek ? Pourquoi tu pleures ?


-J’pleure pas.


-Si, t’as les yeux embués.


-... N’importe quoi.


Alors Junmyeon l’avait pris par le bras, l’avait emmené boire un café, et n’avait pas insisté pour que Baekhyun se confie. Il ne s’était pas confié à lui non plus, d’ailleurs. Il lui avait offert la boisson et cigarette sur cigarette, il l’avait fait parler, à défaut d’être bavard au point de mener la conversation seul comme Jongdae.


Baekhyun avait seulement appris que Junmyeon voulait tenter l’élection au bureau des élèves l’année qui suivait, poussé par son père, qu’il vivait seul et qu’il n’était pas en manque de moyens. Sa couleur préférée était le bleu, sous toutes ses nuances mais surtout « le bleu nuit qui met en valeur les étoiles », et qu’il était légèrement myope. En échange, Baekhyun lui livra qu’il adorait les chats, qu’il ne savait pas trop ce qu’il voulait faire de sa vie mais qu’il rêvait de devenir archéologue, petit.


Une conversation pleine de détails inutiles, futiles, qui en précédait beaucoup d’autres, et qui comme les suivantes survolaient complètement le plus gros point communs que les deux jeunes hommes avaient : ils se sentaient terriblement seuls, inconsistants et démunis face à leur propre absurdité.


Mais sur le coup, Baekhyun repartit dans son studio avec le sourire calme de celui qui sait qu’il a rencontré une âme semblable à la sienne.



* * *



"Heeey, t'es genre, trop mignonne toi... Par contre t'as pas d'seins, j'ai cru qu't'étais un mec."


-Enfoiré de soûlard de tapette refoulée.


-Woah, calme, Baek, les oreilles du boulet auquel on est enchaîné sont sensibles, grommela Junmyeon, ironiquement.


-J'suis pas un boulet ! s'indigna (dans le vide) le pauvre Jongdae, qui s'étouffa au passage avec sa fumée de cigarette, l'ayant respirée à pleins nez dans sa volonté de faire entendre son sentiment d'outrage.


Le regard noir de Baekhyun, que ses deux comparses finirent par suivre, était fixé sur une paire de fesses avec qui il avait fait connaissance pendant leur soirée d'intégration, une semaine auparavant.


-Pourquoi t'insultes les fesses de Chanyeol ? questionna enfin Jongdae.


-Et pourquoi t'insultes les tapettes ? rit Junmyeon.


-C'est de l'homophobie flagrante, je vais en référer à qui de droit et t'auras un avertissement de discipline.


-Tu te sens visé ?


-T'es gay aussi, Dae ? sursauta Baekhyun, s'arrachant à sa contemplation rageuse.


-Bah ouais, annonça sobrement et nonchalamment le jeune homme en tirant de nouveau une bouffée de fumée.


-Et Chanyeol aussi ?


-C'est qui, Chanyeol ?


-Le mec que matait Baekhyun en l'insultant par derrière.


-Par derrière... Très fin.


-Comment tu sais qu'il s'appelle Chanyeol ? grogna Baekhyun, éludant la question.


-Il est dans la classe d'un de mes meilleurs potes, Luhan, répondit sobrement Jongdae.


Finalement, sous les questions incessantes de ses deux nouveaux amis, Baekhyun expliqua rapidement que Chanyeol avait été son coup d'un soir de la soirée d'intégration, en guise de vengeance après que ce dernier, alcoolisé au dernier degré, l'ait confondu fort peu galamment avec une fille.


-Et j'peux vous dire que ça n'a pas eu l'air de lui déplaire que j'ai une bite, au final.


-Baekhyun... râla faiblement Junmyeon à l'entente de la vulgarité.


Et ce fut tout.


Ce fut tout de la relation étrange qui venait de se nouer entre Chanyeol et Baekhyun, qui resta en friche jusqu'à ce que les deux la croient morte dans l’œuf, pendant deux ans.


Il fallut attendre que Junmyeon soit élu président du BDE en deuxième année, que l'histoire de la relation de Xiao Luhan et Oh Sehun fasse le tour de la faculté, que Jongin et Taemin couchent avec la moitié de ladite faculté. Il fallut attendre que Chanyeol ait deux copines et que Jongdae tente d'arrêter de fumer trois fois (sans succès), et que Minseok et Luhan gagnent le tournoi de football inter-universités, avec leur équipe.


Il fallut attendre la soirée du BDE, en début de leur troisième année de licence, pour que Byun Baekhyun ne vole à nouveau les lèvres (et les fesses) de Park Chanyeol.


Il l'avait vu, avec Jongdae. Il l'avait vu regarder ses cuisses quand il était de dos, il avait vu le désir inconscient dans ses pupilles dilatées par l'alcool.


Chanyeol était un homosexuel refoulé.


Du genre bien refoulé, tout bien profond.


Et c'était Baekhyun qui allait le rendre accro aux garçons.


Ou plutôt à un seul garçon. Il voulait le rendre accro à lui, à ce qu'il lui ferait ressentir en étant ce mélange parfait de garçon qu'il n'avouait pas aimer et de fille qui l'attiraient de plus en plus faiblement. Il serait ce dominant androgyne qui rendrait incontrôlable son orientation, et -peut-être- ses sentiments.


Et ensuite, il quitterait cet enfoiré de Park Chanyeol qui, comme tous les autres, l'avait pris pour une fille, et qui était tout ce qu'il méprisait dans une seule et même personne.




* * *



Baekhyun en était certain, que ce type était une vraie poisse.


Le fait qu’il soit un amant plutôt dégourdi lui avait engourdi les sens et voilà qu’il se retrouvait à exposer son corps à de nouvelles meurtrissures.


Après cette nuit dehors, sur les pavés terriblement inconfortables des grandes villes, il avait encore les jambes ankylosées et bleuies, violacées. Son pantalon sentait atrocement mauvais, et il préférait ne pas s’imaginer de qui il avait bien pu être la marionnette cette nuit-là.


Il ne se souvenait de rien.


Seulement du toucher de Chanyeol, si chaud, si doux contre sa chair si froide.


Il ne souvenait même pas de ce qu’il avait pris pour être amnésique à ce point, mais après tout qu’importait, ce n’était pas la première fois qu’il avait un trou noir en se réveillant d’une soirée un peu trop longue. Il ne se souvenait pas des diverses substances qu’il avait pu ingérer pour lui imposer une telle envie de vomir, mais Baekhyun n’en avait réellement cure, car son corps, pour ce qu’il lui importait, pouvait bien être malmené de l’extérieur comme de l’intérieur. Ni lui si d’autres ne s’en souciaient plus que cela, et c’était peut-être même ça le meilleur : qu’ainsi, il pouvait se détruire à petit feu de la manière dont il lui plaisait, et faire montre d’une sexualité que la bienséance qualifierait aisément de malsaine, personne ne lui faisait la leçon.


Baekhyun était libre de vivre comme il lui semblait, et il découvrait que libre ou dépendant des autres, sa vie avait toujours un goût de cendre et une odeur de pisse.


Alors quitte à rester puant et sans saveur, pourquoi ne pas se frotter un peu au grand et aimé Chanyeol, qui n’avait rien fait pour l’être, et qui par essence devenait le « puant » de Baekhyun ? Il adorait cette sensation de salir l’autre, de savoir qu’il était le seul homme qui brisait ses rêves d’hétérosexualité bien pensante, il adorait voleter autour de lui comme un papillon de nuit bruisse autour d’un luminaire.


C’était lui qui décidait. Il décidait de la voie que suivait sa propre voie parmi les cendres odorantes, il décidait de la voie que prenait Chanyeol lorsqu’il le faisait danser autour de son vide comme lui dansait autour de sa fausse lumière d’usurpateur. Il décidait de quelle façon son corps serait malmené, ballotté par la vie comme un pantin au sourire de peinture, figé et un peu triste. Comme une jolie poupée lucide sur sa condition, sachant qu’elle sera un jour démembrée et jetée dans une benne.


Et ce soir-là, en sortant de chez Chanyeol, Baekhyun avait momentanément perdu la maîtrise de ses membres et avait dormi comme un déchet, non loin des poubelles.


Oh, malgré ce qu’il avait dit à Jongdae, il savait pertinemment qu’on l’avait violenté.


Il savait bien qu’un pervers un peu moisi avait voulu prendre du plaisir avec la poupée de cire endormie tristement sur les pavés, complètement stone. Il savait reconnaître les multiples douleurs que son corps ressentait et à quoi elles étaient dues, en ayant expérimenté tellement. La puanteur et les traces laissées sur ses vêtements ne pouvaient provenir du propret et musqué Chanyeol.


Baekhyun ne pouvait nier qu’il aimait bien sortir de chez lui avec les vêtements imprégnés de son odeur, comme un trophée volé, qu’il n’avait jamais mérité mais qu’il avait subtilisé comme pour monter en puissance.


Chanyeol sentait bon.


Mais Baekhyun ne voulait pas réaliser qu’il dépendait tellement de l’odeur et du toucher de Chanyeol qu’il perdait le contrôle.


S’il n’avait pas à tout prix eu besoin de lui cette nuit-là, fait le sacrifice d’aller chez lui, jamais un puant encore plus enfoncé que Baekhyun ne l’aurait touché.


Le jeune homme aux cheveux chocolat se mit à ricaner un peu follement sous l’eau brûlante de sa douche. Un peu nerveusement, aussi. Ses jambes tremblaient et il lui semblait presque sentir la chair sale se frotter contre la sienne.


« Beurk. »


Seul Baekhyun avait le droit de malmener Baekhyun. Cette prise de risques incongrue devait cesser.



* * *



"Il est hors de question que ça dure plus longtemps."



La porte grinça un peu en s'ouvrant.


-Baekhyun ?


Chanyeol semblait surpris de cette visite inattendue.


-Qu'est-ce que tu fais là ?


L'interpellé ouvrit la bouche, puis la referma, soudain incertain, se balançant d'un pied sur l'autre.


-Euh... Baek ?


-Ah, ouais, salut ! Désolé, je passais par là et...


Baekhyun fut secoué d'un rire léger bien que gêné, remontant son bras pour se gratter la tête sous la casquette en cuir qui était négligemment posée sur ses cheveux bruns.


-Et ?


-Ouais, et... Enfin, j'sais pas.


Le sourcil droit de Chanyeol s'en alla rejoindre sa frange un peu bouclée.


-Dis... J'pourrais t'emprunter tes chiottes cinq minutes ?



"... Encore... Encore une dernière fois et après, ça ne durera pas plus longtemps."








Commentaire de l'auteur voili, j'espère que ça vous aura plu ;;

comme toujours, n'hésitez pas à laisser votre avis, court, long, positif, négatif, cuit ou cru ou sauce tartare, j'aime vous parler ! ♥ @AkoTianCissnei sur twi sinon

Bonne et heureuse année à vous tous, j'espère que la rentrée et l'hiver ne seront pas trop dur, et je vous souhaite à tous tout le succès possible ! plein de gros bisous, à bientôt au chapitre 15- sérieux, déjà ?- que j'espère poster avant la fin du mois.

XOXO, Ako♥
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales