Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Emmenez-nous au bout de la Terre !
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : 5 000 - 100 000 sec
    Genre : récit de vie
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • K-Pop - K-Dramas
    K! World
    Nb de signes : 300 000 - 300 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/10/2020
  • Musique enchantée
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 05/01/2021
  • Choc
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/10/2020
  • La première fois que Mathilde vit Alexandre (...)
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : 1 000 - 2 800 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 18/09/2020
  • C'était un dimanche de décembre (...)
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : 2 000 - 4 700 sec
    Genre : policier
    Délai de soumission : 30/09/2020
  • Solde
    LE SOC
    Nb de signes :
    Genre : atypique - art visuel - absurde - poésie - avant-garde
    Délai de soumission : 25/10/2020
  • Sexe et sexualité dans le futur et ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 06/12/2020
  • Métamorphoses
    Éditions GandahaR
    Nb de signes : 10 000 - 40 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • En attendant septembre
    nsanzimana édition
    Nb de signes : > 169 sec
    Genre : poésie
    Délai de soumission : 29/08/2020

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1559 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

EXO

Les Malheurs de Jongdae
[Histoire En hiatus]
Auteur: Ako-Cissnei Vue: 17020
[Publiée le: 2015-03-17]    [Mise à Jour: 2016-04-03]
G  Signaler Romance/Humour/Drame/Yaoi (HxH)/Surnaturel/Amitié/Lemon Commentaires : 118
Description:
Jongdae est (très) malchanceux et maladroit. Sa bonne étoile semble s'assurer qu'il passe son temps à se blesser et à se rendre ridicule, quand un être étrange apparaît dans sa vie : Lay. Le jeune homme, invisible pour les autres semble avoir le pouvoir de protéger Jongdae et sème au passage le trouble dans sa vie et dans son cœur.

De l'autre côté, ses deux meilleurs amis, Luhan et Minseok, ont bien besoin d'un entremetteur.

Baekhyun est un handicapé des sentiments, ce qui n'arrange pas les affaires de Chanyeol, déjà bien compliquées.

Junmyeon tombe peu à peu dans une profonde dépression, tandis que Sehun vient tout juste de vaincre la sienne.

Et les fantômes, métaphoriques, d'entre les morts ou du passé, finissent toujours par se voir.

Yaoi Principaux -> ChenLay ; XiuHan ; HunHo ; ChanBaek
Secondaires -> KrisBer (Wu YiFan / Liu Amber)

Présence de surnaturel mais ce n'est pas le ressort principal de l'histoire. (plus psychologique qu'authentiquement fantastique)
Contient limes / lemons mais ce n'est pas le ressort principal de l'histoire.
Crédits:
L'histoire et l'humour foireux sont (hélas) miens. Les membres des Exos, ainsi qu'Amber et Henry, et autres artistes cités dans cette fanfiction ne sont (hélas) pas miens.

La couverture a été réalisée par Asticoo, que je remercie chapeau bas. ♥
Les illustrations des chapitres sont réalisés par moi, avec des images trouvées sur google et un peu retouchées.

Les traductions et transcriptions des paroles des chansons qui apparaissent viennent du site Nautiljon.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

En noir et blanc

[7506 mots]
Publié le: 2015-05-27
Mis à Jour: 2015-05-27
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur YOOOOOOOOOOOO

CHUI UN GROS CACA J'AI REPONDU A AUCUN COMMENTAIRE CHUI DESOLEEEEEEEE T____T
Vous connaissez la musique j'imagine (et je ne pense pas être la seule dans ce cas), à savoir partiels, exams, etc T_T
J'ai préféré passer du temps à écrire un peu plus vite ce chapitre, sachant qu'il aurait du retard, du coup...

Je suis sincèrement désolée de vous laisser aussi régulièrement sur des non-réponses, la fin de l'année a été compliquée à gérer et si je voulais poster assez souvent, je n'arrivais pas à gérer les deux. Bref. Je dis un énorme merci aux personnes qui ont tout de même commenté, non seulement ça m'a vraiment fait un plaisir fou comme d'habitude, mais en plus ça m'a vraiment reboostée pour écrire ce chapitre, qui m'a fait avoir une grosse panne d'inspi en plein milieu.

Bref. Tout ça pour dire que même si je ne vous réponds pas tout de suite, c'est super agréable de savoir que cette histoire plaît, ça me touche vraiment beaucoup et me donne envie d'écrire encore plus vite, vous êtes les meilleurs *-* ♥

GROSSE dédicace de la mort à Ipiu qui m'a sacrément aidée pour les premières parties dialogues de ce chapitre, et surtout qui m'a donné une bien bonne idée pour la suite de l'histoire, je sais pas ce que j'aurais fait sans elle ♥
(et à Asticoo qui m'a bien donné le fire ♥)

Bonne lecture, on se retrouve en bas ~

Cliquez sur l'image pour l'agrandir









Jongdae attendait fébrilement devant son ordinateur l'appel de Kris.

Il jeta un énième coup d'œil à la fin de leur court échange :

"Comment tu peux le savoir ?" avait rétorqué le jeune homme par écrit.

"Je ne le savais pas, enfin je n'étais pas sûr, mais maintenant je le suis.
Merci.
Allume ton skype, je t'appelle."

Le jeune homme était complètement déboussolé. Déjà, comment Kris connaissait-il Yixing ?

Jongdae secoua la tête. C'était évident, Luhan avait dû lui en parler.

Mais comment pouvait-il savoir qu'il n'était pas humain ? Connaissait-il d'autres fantômes, en avait-il eu un à ses côtés ? Pourquoi vouloir intervenir, en prime ?

Jongdae était tellement perdu dans ses pensées qu'il manqua rater l'appel de Kris, qui sonnait sur son écran depuis trois bonnes minutes.

-J'ai cru que tu n'allais jamais te décider à décrocher, grommela le chinois.

-Kris, (Jongdae leva les yeux au ciel) je ne te comprends pas quand tu parles chinois.

-Sheesh, I know, sorry, I'll try to speak korean well.

-Thanks.

-Je disais que je pensais que tu ne décrocherais jamais, tenta Kris avec un accent bien plus fort que ceux, à peine remarquables, de Luhan et Yixing, qui fit sourire Jongdae.

-Désolé, j'étais dans mes pensées.

Il s'efforça de parler lentement pour que l'autre homme comprenne correctement ce qu'il lui disait. Essayant de cacher sa curiosité, il interrogea tout de même :

-De quoi tu voulais me parler ? Et comment... Comment tu as pu savoir, pour Yixing ?

Kris retint sa respiration, de l'autre côté de l'écran, à Beijing. Est-ce qu'Amber et Henry approuveraient ce qu'il s'apprêtait à faire ? Ne devrait-il pas laisser le jeune homme se débrouiller sans lui ?

Définitivement, non. Si Kris se sentait chanceux d'avoir pu prendre la bonne décision en ce qui concernait sa situation, il ne pouvait pas prendre le risque de laisser Jongdae seul sans avoir toutes les clefs en main.

-Jongdae, il faut bien que tu comprennes que je ne suis pas un deus ex machina. I hope this mean the same thing in korean than in english... Anyway, ce que je veux te dire c'est que je n'ai pas de solution toute faite. Luhan m'a dit que tu déprimais depuis quelques jours, et je commençais à me douter que toi aussi, tu avais un... Appelons-les... Angels... Anges gardiens ?

-Fantômes, ghosts, c'est moins ridicule et plus simple à dire pour toi, non ?

-I know why Luhan is a friend of yours, grogna Kris en levant les yeux au ciel devant le cynisme de l'autre.

-Ouais, et t'as de la chance que je ne parle pas trop mal anglais.

-Bref, anyway.

Malgré la situation plutôt singulière, Jongdae ne put s'empêcher d'avoir envie de rire en écoutant les tics de langage en anglais de son interlocuteur. Luhan lui avait beaucoup parlé de Kris, et il l'avait tellement bien décrit que Jongdae avait presque l'impression de le connaître déjà. Et surtout, il était aussi bourru et ronchon que Luhan.

Enfin... Que l'ancien et célibataire Luhan.

-Ah, et avant toute chose, précisa Kris, je ne sais pas pour toi, mais je n'ai aucune envie de me lancer dans un débat religieux ou quoi que ce soit de ce genre. Ce que je vais te dire, je te le dis parce que je l'ai vu, pas parce que je crois en un espèce de mysticisme fumeux. Je ne sais pas d'où viennent les... Fantômes -partons là-dessus- ni pourquoi ils sont là, et caetaera.

-Si ça peut te rassurer, je me fous éperdument de connaître le pourquoi du comment. C'est , c'est tout, rétorqua un peu brusquement Jongdae.

Il ne pensa même pas à réfléchir au fait que leur conversation était complètement abracadabrante, ou qu'il ne connaissait qu'à peine Kris, ou même au fait que Lay pouvait sans doute tout entendre de leur conversation. Jongdae voulait simplement que Kris lui fasse part de ces "choses importantes", qui pourraient peut-être l'aider à être avec Yixing.

-Bon, d'accord. Qu'est-ce que tu ressens pour ton fantôme ?

La gorge de Jongdae se noua.

-Je... J'en suis amoureux.

Bon sang, comme cela faisait mal.

-Oui, ça je m'en doute. Ce que je voulais dire, c'est : est-ce que tu veux qu'il cesse d'être un fantôme ?

Les paupières du jeune homme papillonnèrent.

-Oui, ça me semble évident.

-Bien.

-C'est... C'est lui qui a peur de...

-Est-ce que tu es en colère, Jongdae ? coupa Kris.

-Pardon ?

-Est-ce que tu est en colère ? Are you angry ?

-Qu'est-ce que ça a à voir avec Yixi...

-Réponds, juste. Tu te sens en colère, oui ou non ?

-C'est à dire que, là, tout de suite, pas spécialement, non, mais ça ne va pas tarder si tu ne m'expliques pas très vite pourquoi c'est si important.

Kris sourit.

-Tu n'as pas compris ? Yixing se montre si tu as mal. Si tu te caches derrière ta colère pour pester contre le monde et te plaindre de ta situation, la balance qui le lie à toi le bloquera. La colère que tu ressens est une barrière entre toi et Yixing. Tu souffres, d'une manière ou d'une autre, il t'apaise. Si tu réagis comme un animal blessé en déniant que tu as mal, il n'a pas de raison d'être. Si tu le veux, il faut simplement que tu comprennes ça.

Haussement de sourcils.

-"Simplement" tu dis ? T'es marrant, toi. On dirait une relation sado-maso à la con. Je pige simplement pas un broc de ce que tu viens de me sortir.

Ou alors si, mais cela ne changeait strictement rien à sa situation. Yixing ne lui apparaissait plus parce qu'il portait une attention maladive au moindre de ses gestes -il était triste d'être maladroit à ce point- et qu'il ne se blessait plus.

Non ?

-Pas important, souffla Kris, une fois que tu sauras ce que tu veux, tu n'auras plus besoin de te poser de question. Mais Jongdae, je t'en conjure, réfléchis bien.

-C'est super fumeux, tu m'aides pas des masses, là, Kris. Et puis c'est une question de vie ou de mort ? A ce point-là ?

Kris ferma un court instant les yeux.

-Plutôt, oui.

Le silence se fit pendant quelques secondes, Kris cherchant ses mots.

-Jongdae... La transmutation est irréversible. Et il faut absolument que tu te rendes compte que si Yixing reste à son état de... Fantôme -dieu que c'est ridicule, formulé comme ça-, lui, il restera pour te protéger toute ta vie.

-Voilà autre chose.

-Ce que je veux dire, c'est que lui sera toujours à tes côtés. Si tu te sens prêt à lui redonner vie pour construire quelque chose avec lui, tu n'as pas le droit de le laisser. Il aurait veillé sur toi toute ton existence, mais il ne pourra plus le faire s'il devient comme toi. Ce sera à toi de veiller sur lui, comme il l'aurait de toute façon fait pour toi.

Jongdae ouvrit la bouche pour protester contre Kris qui ne semblait absolument pas croire en lui et ses sentiments, vu sous cet angle.

-Non, ne râle pas. C'est une décision lourde. J'imagine que tu t'en rends compte, mais vous partagez un lien très fort et très particulier. Ce lien est indéniable, mais c'est possible qu'on ne soit pas prêt à le supporter. C'est pour cela que le... Fantôme reste auprès de nous sans qu'on puisse le voir.

-Comme s'il attendait ?

-En quelque sorte. Si tu te trompes de jugement par rapport à toi-même, c'est Yixing qui en souffrira, et atrocement.

Jongdae hésita fortement avant de poser la question qui lui brûlait les lèvres.

-Quand tu parlais d'une question de vie ou de mort, c'est que...

Kris pinça les lèvres.

-J'essaie d'en garder un en vie. Et ce n'est pas facile du tout. Lorsqu'un fantôme est lié à un humain, l'humain devient sa raison d'exister. Si on leur enlève, ils sont comme... Amputés de tout ce qui pourrait les faire se sentir utiles. Redevenir comme nous, ce n'est déjà pas facile pour eux. Alors si en plus tu les abandonnes par la suite... Je suis incapable d'imaginer ce que ça leur fait. Mais je vois le résultat et c'est pour ça que je te parle.

Jongdae resta silencieux.

-Tout va bien ?

Un ricanement lui échappa.

-Non, Kris. Rien ne va bien.

Il leva les yeux vers Kris, un peu plus sombres de colère qu'il ne l'aurait souhaité.

-J'imagine que tu me conseilles de laisser Yixing là où il est... Pour son bien ?

-Absolument pas, non.

Et il se passa quelque chose d'étrange : Kris sourit. Pas d'un sourire réconfortant, pas un sourire social, non, un sourire qui dévoilait ses dents et qui faisait plisser les yeux, comme s'il pensait soudain à quelque chose qui le rendait tellement heureux qu'il en devenait tout à fait incontrôlable.

-Je ne te conseille rien du tout. Toi aussi tu peux être vraiment malheureux. Moi j'ai choisi de ne pas vivre sans elle, et plus le temps passe, moins j'ai peur de devoir l'abandonner un jour. Parce que j'ai réussi à accepter que je l'aimais trop pour ça, et que ce n'est pas se fermer à d'autres possibilités de vie. Avec elle, je ne me sens pas enfermé, je me sens entier. C'est tout.

Sans savoir qui se cachait derrière ce "elle" (Luhan lui avait sans doute parlé d'une certaine Angèle... Ou peut-être était-ce Amber), Jongdae se sentit presque envieux. Kris irradiait tellement qu'il était difficile de ne pas sourire comme un idiot avec lui -Jongdae y parvenait seulement parce qu'il n'arrivait plus à sourire sans voir un beau visage aux fossettes craquantes, dernièrement.

-Je te donne simplement toutes les informations pour t'aider à prendre au mieux soin de toi, et de Yixing. Il y a plusieurs cas de figures possibles, à toi de choisir lequel s'applique à toi.

-C'est qui, elle ? Ton fantôme à toi ? Et comment tu peux en être arrivé à t'occuper d'un autre ?

Le sourire de Kris s'élargit.

-Tiens, elle est rentrée, d'ailleurs. Je dois aller la voir, and try to make Henry eat.

Il marmonna en anglais plus pour lui-même que pour Jongdae, mais il se sentit soudain tout bizarre vis-à-vis de cet Henry qu'il ne connaissait pas, mais qu'il prenait en pitié. Ce devait certainement être lui dont parlait Kris quelques instants plus tôt.

-Je te raconterais une autre fois, si tu veux. Là, ça va juste t'influencer, j'en suis sûr.

-Je... D'accord, merci, Kris. Je vais y réfléchir comme je peux.

-Bon courage, Jongdae.



* * *



Lay se positionna aux côtés de Jongdae dans son lit, le soir. Il se roula en boule sur le côté, le visage tourné vers son voisin qui dormait. Ils n'étaient qu'à quelques centimètres l'un de l'autre, pourtant Lay aurait tellement aimé se sentir plus proche de lui, dormir avec ses bras autour de son ventre comme il le faisait avant. Il aurait voulu, encore une fois, pouvoir sentir sa chaleur, entendre sa respiration évoluer tout au long de ses cycles de sommeil. Il aurait voulu attendre qu'il se réveille pour lui sourire, et que Jongdae lui rende timidement le sien.

Il avait beau savoir que ce dernier ne pouvait plus ni le voir ni le sentir, il avait besoin de savoir, de voir qu'il était toujours là, surtout après la conversation à laquelle il avait entièrement assisté.

Tout ce que Kris avait dit, il se rendait compte qu'au fond de lui, il le savait. Mais il ne savait plus ce qu'il désirait vraiment et se sentait réellement perturbé.

Ce qu'il voulait, c'était continuer de passer son temps aux côtés de Jongdae.

Mais qu'il ne puisse le voir ni le toucher lui semblait une torture atroce et ironique, d'autant plus que lorsqu'il était humain, il avait souhaité maintes et maintes fois qu'on ne puisse plus ni le voir ni le toucher.

-Jongdae... souffla Lay.

Il savait très bien qu'il ne l'entendait pas.

-Je...

Pourquoi était-ce pour autant si difficile à dire ? Il savait que c'était le cas.

Peut-être n'arrivait-il pas encore à le réaliser lui-même.

-Je...

Lay déglutit.

-Je t'aime.

* * *



Junmyeon s'était levé ce matin-là avec moins d'entrain et de tonus qu'un mineur allant à la mine. Ses écouteurs s'étaient presque automatiquement vissés à ses oreilles, crachant un rock un peu rétro pour son époque, de ceux que la génération de ses propres parents écoutaient sur des vinyles.

La tête basse, sans prêter la moindre attention aux personnes qu'il croisait ou dépassait dans la rue, il marchait d'un pas rapide sur la route de la faculté qu'il connaissait par cœur, ni impatient ni réticent à l'idée de se plonger dans une nouvelle journée d'études.

Il avait toujours le cœur aussi lourd que la veille, malgré un léger mieux lorsqu'il avait quitté le BDE en la compagnie silencieuse de Jongdae.

Il lui était reconnaissant de ne pas avoir posé de questions, bien qu'il se soit senti curieux de savoir ce qui, lui, le faisait pleurer à cet instant. Mais il avait eu la bienséance de ne rien demander, Junmyeon ne s'était pas senti capable de forcer ses barrières, étant donné qu'il respectait les siennes.

Il marqua un temps d'arrêt en arrivant devant l'entrée principale et étouffa un ricanement d'auto-dérision devant son reflet dans les portes vitrées.

Il considéra le jeune homme au teint presque blanc, témoignant de sa mauvaise forme et de son manque d'énergie, et les cernes grisâtres qui ne faisaient que mettre en évidence la grisaille dans ses prunelles sombres. Il releva un peu la tête sous son chapeau noir, et se regarda dans les yeux, tournant un peu son visage pour ne pas voir d'étincelle blanche dans les verres de ses lunettes. Il observa peut-être un peu plus longtemps que nécessaire sa propre silhouette frêle et d'apparence bien fragile, recouverte d'un T-shirt blanc trop ample pour lui, les épaules tombantes qui soutenaient un long manteau d'hiver gris.

Junmyeon finit par baisser le regard, masqué par le bord de son chapeau, sur son jean gris foncé rentré dans ses Doc Martens noires vernies.

"Gosse de riches, va, Kim Junmyeon", se grommela-t-il à lui-même.

Il était tout en noir et blanc. Ses habits comme sa peau, tout en lui n'étaient que nuances grisâtres, noires ou blanc presque immaculé. Il se sentait... Fantômatique.

Fantômatique.

Junmyeon se détourna de son reflet avec un certain dégoût. Son image était celle d'un jeune homme de bonne famille déprimé par sa propre condition, sans couleur, sans éclat. Un reflet esthétiquement beau et agréable à regarder, mais vide, d'un ennui profond. Banal et sans consistance. Junmyeon n'était que son image, il n'était qu'un reflet. Pâle et désincarné.

Il se sentit encore plus déprimé à ce constat qu'il ne l'avait été en ouvrant les yeux le matin même.

Il se détourna de l'entrée principale, et se dirigea d'un pas lourd vers l'entrée secondaire, en face de la bibliothèque universitaire. L'entrée prisée par les filières d'arts du spectacle, qui y trouvaient le calme approprié pour leurs caractères généralement marqués et originaux -ou du moins, le pensaient-ils pour la plupart. Ces personnes d'apparences toutes disparates et criardes, tous vêtus de couleurs remarquables et pour beaucoup, aux coiffures singulières et tout aussi colorées.

Junmyeon se sentait toujours étrangement mieux lorsqu'il voyait toutes ces couleurs.

De plus, c'était là qu'il avait le plus de chances de pouvoir glisser une œillade discrète à Oh Sehun, juste pour pouvoir rêver un peu en cette matinée encore plus lourde que les précédentes.

Quand Junmyeon parvint effectivement à l'entrée secondaire, il s'arrêta net, comme s'il avait pris un coup en pleine poitrine.

Un peu comme à chaque fois qu'il croisait Sehun.

Le jeune homme était bien là, la tête baissée, ce qui le faisait lever les yeux pour voir devant lui malgré sa grande taille, expression criante de sa timidité. Il était comme à son habitude en train de fumer nonchalament et de suivre sans rien dire la conversation de trois autres personnes, que Junmyeon identifia machinalement.

"Kim Heechul, Ye Sung, et Cho Kyuhyun."

Il se rendait compte à chaque fois qu'il croisait quelqu'un dans cette fichue école qu'il les connaissait tous, sur le bout des doigts. Leurs noms, leur filière, leur nationalité, avec qui ils sortaient pour les soirées étudiantes.

Et au milieu de toutes ces personnes qu'il connaissait, Junmyeon réalisait toujours un peu plus qu'il n'était que "le président posé et rigoureux du BDE".

Il passa comme un fantôme, à côté d'eux, osant à peine regarder le visage d'apparence froide de Sehun, contrairement à son habitude. Il se contenta cette fois de tourner les yeux dans sa direction comme un réflexe, ne prenant que ses jambes dans son champ de vision.

-Salut, Junmyeon !

Il se figea.

Releva timidement la tête.

Sehun venait de le saluer, et lui adressait un tout petit sourire incertain.

Junmyeon se sentit rougir, marmonna une vague réponse en essayant de ne pas le fixer trop longtemps, et rentra un peu trop rapidement pour être naturel dans le couloir.

-Bah, Jun', qu'est-ce qu'il t'arrive ? T'as couru ?

-Salut, Baekhyun. T'es matinal.

L'autre émit un petit rire gêné.

-J'ai pas vraiment dormi et Chanyeol est parti plus tôt pour récupérer ses affaires de cours chez lui alors... Je suis venu ici prendre un café au foyer.

Junmyeon s'arracha un sourire. Il était heureux pour Baekhyun (même s'il se doutait que, le connaissant, il entendrait encore parler de cette histoire pendant un bon moment avant que cet imbécile n'admette qu'il ne voulait qu'une chose : officialiser sa relation avec le garçon aux oreilles décollées et à la voix grave.), et en même temps, il crevait de jalousie.

Comme à chaque fois qu'il voyait Luhan et Minseok.

Il ne voulait pas les détester -d'autant qu'il appréciait réellement la petite pile électrique brune insupportable qui lui servait de camarade de classe- mais il ne pouvait s'en empêcher.

Non pas qu'il soit homophobe, bien évidemment.

C'était qu'il désirait plus que tout avoir le droit d'être celui qu'il voulait, lui aussi.

-Jongdae ne vient pas ?

-Je ne sais pas, Baekhyun.



* * *



Jongdae avait enfin accepté de sortir, à force d'insistance de la part de ses amis. Hasard ou réflexion intense du moment, la chance était tombée sur Minseok, qui lui avait proposé un café en duo au moment où il était prêt à céder à l'envie de voir du monde. Il avait aussi compris assez vite que, pour une fois, Minseok sortait sans Luhan justement parce qu'il avait envie (ou besoin) de parler de quelque chose en particulier. Jongdae ne devrait cependant découvrir qu'un peu plus tard que Minseok n'avait pas qu'une seule et unique idée en tête mais s'apprêtait à faire d'une pierre, deux coups.

-Jongdae, au fait... Tu savais, non, que... Luhan...

-Que Luhan était ton plus fervent fanboy depuis le collège ?

-Comment t'as deviné ? bondit Minseok, et... Ne dis pas ça comme ça !

Jongdae s'arracha un sourire pas vraiment joyeux.

-Pour sûr que je le savais.

Minseok planta ses yeux dans les siens, sans bouger.

-Minseok, ne me regarde pas comme ça. Il m'avait interdit de faire quoi que ce soit, et il avait ses raisons. Je l'aurais caché à Luhan de la même façon si les rôles avaient été inversés. Et finalement, je n'irais pas jusqu'à dire que c'est grâce à bibi que vous formez le couple le plus pot-de-colle de l'histoire de l'humanité, mais ce n'est pas loin.

Le jeune homme ne releva pas la critique.

-Je dois en profiter pour te poser une question, Min'... Pourquoi est-ce que tu sors avec Luhan ?

Jongdae n'obtint pour toute réponse qu'un sourcil levé. Très haut.

-C'est parfaitement légitime, comme question. Il est amoureux de toi depuis plusieurs années, et tu n'as jamais montré un quelconque désir pour lui jusqu'à il y a quelques semaines. Ne m'en veux pas de me demander quoi, avec ça.

Minseok soupira.

-Ce n'était pas la peine d'en faire tout un bazar si c'est pour que ce soit toi qui aies le plus de doutes.

-Je voulais qu'il se déclare parce que ça le bouffait. Je savais qu'il ne t'était pas indifférent mais pour être honnête, je ne pensais pas que ce serait officiel aussi vite.

-Disons que ça s'est mieux passé que prévu, alors.

-Minseok.

-T'es chiant. Je suis amoureux de lui, voilà, point barre. Je ne me suis pas posé autant de questions que ce qu'il est, apparemment, réglementaire de faire avant d'officialiser un couple. Sa déclaration dans la voiture m'a... Fait ressentir des choses que je n'avais pas ressenti jusque là, je n'ai pas pu m'endormir avant d'être sûr et certain qu'il aille bien après ce soir et je me suis rendu compte que plus je passais de temps avec lui, plus j'avais envie d'en passer, et que j'adorais qu'il me saute dessus. J'ai toujours envie de l'embrasser et qu'il mette ses mains là où il veut, tant que c'est sur moi. C'est bon pour toi ou je continue ?

-Pouah, gémit Jongdae, t'es niais et obsédé, c'est répugnant.

-Tu veux que je la joue romantique devant toi ?

-Non, merci, surtout pas, grimaça son ami.

-J'espère que ça a suffit à te rassurer alors. Je ne vois pas pourquoi j'aurais dû avoir besoin de me compliquer la vie avec des hésitations à n'en plus finir. Je sais que j'ai vraiment envie d'être avec lui, ça me suffit. Et ce que je pense vraiment de lui, voire ce que j'ai envie de faire avec lui, je ne pense pas être obligé de le crier à la face du monde pour me justifier.

-Je peux peut-être m'inquiéter pour le bien-être de mes meilleurs amis, non ?

-Oui, et c'est pour ça que je te dis tout ça, à toi. Même si j'ai l'impression que tu glanes des infos pour te tranquiliser à notre sujet autant que sur le tien.

Jongdae soupira et mâchonna un moment la paille de son soda avant de rouler une cigarette.

Minseok était toujours comme cela, à croire que c'était son goût instinctif pour la psychologie qui l'aidait dans son talent et à entretenir sa passion pour l'écriture, nouvellement révélée aux yeux de Jongdae.

Il avait toujours ce côté droit, ce côté mature qui ressortait dans les moments les plus sérieux, donnant souvent l'impression à ses amis qu'ils n'étaient encore que des enfants dans leurs têtes, bien que cela ne soit jamais réalisé dans ce but. Cette longueur d'avance qu'il semblait toujours avoir sur son entourage avait un aspect presque effrayant quand il l'exprimait, ou gênant quand il se contentait d'observer comme s'il sondait le monde de ses grands yeux ronds et profonds.

Jongdae se souvenait que Minseok avait été le premier à le prévenir que Junmyeon semblait perpétuellement être en baisse d'énergie, il y avait quelques semaines.

Quand Minseok expliquait quelque chose, tout semblait plus simple. Il possédait cette étrange capacité à savoir retirer tout le superflu d'une montagne de questionnements, pour exposer l'essentiel au grand jour qui apparaissait alors comme tellement évident.

-Jong'. On sait que Yixing n'était pas un élève de la fac et que tu l'as rencontré autrement. Qu'est-ce qui te pousse à nous inventer une histoire ? Tu peux juste me dire que tu n'as pas envie d'en parler, mais mentir au sujet de votre rencontre me pousse à croire qu'il a plus d'importance dans ta vie que juste un secret gênant qu'on fourre sous le tapis. Et donc, je m'inquiète pour toi.

-T'es bavard, aujourd'hui.

-Jongdae.

-Franchement, je... Voilà, pour reprendre ce que tu disais : j'ai pas envie d'en parler.

-T'es incroyable, vraiment ! Qu'est-ce que tu me caches, bon sang, tu te rends compte que ne rien dire, c'est encore plus inquiétant ?

-Je peux te poser une question ? réagit soudainement Jongdae, changeant complètement de ton. Il passait d'une voix rauque, sèche et froide à des intonations plus aigües, et une lueur nouvelle était apparue tout à coup dans ses yeux fatigués.

-Encore une ?

-S'il te plaît.

Minseok examina Jongdae avec attention. Il avait l'air épuisé, las, mais à présent il regardait son ami comme s'il représentait une chance inespérée pour... Pour, eh bien, pour il-ne-savait-trop-quoi.

-Vas-y, soupira le rouquin.

-Maintenant que tu sais que les sentiments de Luhan pour toi n'ont pas changé depuis des années, est-ce que tu regrettes de les avoir accepté, au risque de lui faire -et à toi- encore plus mal du fait de leur importance ? Il n'aurait sans doute pas cessé de t'aimer mais tu peux tout détruire, votre relation actuelle et l'ancienne, si tu le quittes finalement. Qu'est-ce que tu ressens par rapport à ça ?

-C'est moi ou t'essaies de me refiler ta déprime, avec ces histoires de larguer Luhan ? sursauta presque Minseok.

-Ne sois pas stupide.

Il fallait comprendre par-là : "s'il te plaît, ne m'oblige pas à dire à haute voix que cette question n'est qu'une grande métaphore pour trouver une solution à ma situation actuelle et je ne t'expliquerais pas pourquoi tant que tu ne m'auras pas répondu." Minseok, ayant parfaitement entendu le sous-texte, prit le temps de prendre la cigarette des mains de Jongdae (sans même penser à lui demander son avis) pour aspirer lentement un peu de fumée caramel-vanille.

Exceptionnellement.

-Pourquoi voudrais-tu que je regrette ? De toute façon, on n'est absolument pas en mesure de savoir si on sera toujours ensemble dans dix, cinq ans, ou même un. Alors pourquoi tu voudrais que je me pose des questions qui ne feront que gâcher les moments que je peux avoir avec lui ?

Jongdae se rembrunit.

-Je sais, au fond, que mes sentiments ne datent pas du moment où j'en ai pris conscience, ils étaient là avant. Je ne le savais pas, c'est tout. Sinon, ça ne pourrait pas être aussi fort maintenant, on n'a pas un coup de foudre soudain sur quelqu'un que l'on connaît depuis aussi longtemps.

Minseok s'amusa un peu avec le briquet de Jongdae avant de reprendre.

-Je pense ne pas m'avancer trop en pensant que c'est parti pour durer un moment, peut-être pas toute la vie, mais assez longtemps tout de même. Comme une continuité de notre relation, c'est tout. Mais... Ce n'est que mon avis mais je pense que ça vaut le coup d'y croire.

Un silence s'installa. Jongdae était tellement plongé dans ses réflexions qu'il fallut qu'il se brûle le doigt avec sa cigarette en train de se consumer.

Et son cœur fit un bond jusqu'à sa gorge suivi de plusieurs loopings en sentant un souffle frais apaiser immédiatement sa douleur vive.

"Yixing."



* * *



S'il avait eu un cœur, un vrai, de ceux qui pompent le sang pour l'envoyer dans les veines, Lay l'aurait sentit battre à tout rompre dans sa poitrine quand il suivit Jongdae pour rentrer chez lui.

Ils marchaient lentement. Lay pouvait donc regarder à loisir celui qu'il aimait enfouir son nez droit, en faisant la moue, dans son épaisse écharpe en laine, pour se protéger du froid. Il admirait ses mèches brunes légèrement bouclées malmenées par le vent glacé, qui s'envolaient parfois en découvrant ses sourcils droits, un peu froncés, de telle sorte qu'il avait l'air mélancolique et songeur. Il aurait aimé pouvoir regarder ses grandes iris café qui lui donnaient un regard profond et sincère au cœur de grandes paupières en amande, qui en cet instant étaient délicatement baissées.

Il aurait aussi aimé voir cette bouche aux coins marqués et surélevés, qui donnaient tellement de force à son sourire, dévoilant facilement ses dents blanches lorsqu'il riait. Cette bouche dont la sienne se souvenait comme étant lisse et douce, agréablement chaleureuse quand Jongdae l'embrassait.

Mais surtout, il aurait aimé plus que tout sentir la main chaude et forte du jeune coréen serrer la sienne lorsqu'il la glissa dans la poche de son manteau.

Jongdae ne se rendit évidemment compte de rien, mais Lay fit de son mieux pour adapter sa propre marche à la sienne, pour parvenir à garder sa main dans la grande poche du manteau, tout contre une chaleur qu'il ne pouvait pas sentir, traversant des doigts qu'il ne pouvait serrer.

La gorge de Lay en revanche, elle, se serra avec force.

S'il avait eu des larmes à verser, elles se seraient empressées de couler sur ses joues qui ne ressentaient pas la morsure du vent glacé.



* * *



-Au fait, Jun'... Je suis vraiment désolé, pour ce que j'ai dit hier.

Baekhyun leva alors timidement et contritement les yeux vers son ami, qui fixait un point invisible devant lui.

-Ce n'est rien, Baekhyun. Tu étais énervé, et sous pression. On en dit tous, des conneries, dans ces moments-là.

-Oui mais ça ne doit pas m'excuser... Je ne le pensais pas, vraiment pas.

-Arrête. Excuses acceptées, c'est bon.

"Le problème n'est pas que tu l'aies dit. Le problème, c'est que c'est la vérité."

-Au fait, Baek', c'est quoi cette histoire d'agression ?

-C'est bon, grommela Baekhyun, Jongdae et Chanyeol m'ont déjà sermonné, j'ferais attention, ça va.

Junmyeon ne put s'empêcher de pouffer de rire.

-On peut vraiment dire que tu passes vite à autre chose, toi. J'imagine que ce ne devait pas être si grave ?

Baekhyun haussa les épaules.

-J'en sais rien, j'me rappelle pas.

Et repris l'initiative de la conversation.

-Pourquoi t'as pété un câble, toi ?

Junmyeon serra imperceptiblement les dents.

-Parce que vous me faisiez incommensurablement chier.

-Jun', on passe notre temps à te faire incommensurablement chier, souffla Baekhyun.

Le jeune homme ne retint pas un léger sourire. La vérité était que le dynamisme du petit brun et l'optimisme de Jongdae déteignait un peu -oh, si peu- sur sa propre humeur. Il appréciait les deux garçons (et -en général- son équipe au BDE) parce qu'ils réussissaient l'exploit de ne pas lui donner envie d'étrangler la moitié de la faculté avant de se jeter sur la route.

Junmyeon se fit la réflexion que d'ailleurs, à force de les fréquenter, sa façon de formuler ses propres pensées devenait presque trop extrême, même pour lui et son mal-être qu'il savait digne de préoccupation.

Ou peut-être était-ce dû au fait que Jongdae ne dégage strictement plus aucune énergie depuis des jours, et que Baekhyun soit enfin sur la route d'un bonheur certes éphémère et incertain, mais néanmoins bien réel et impossible à partager.

-Et bien là, c'était encore pire que d'habitude.

Baekhyun se mordit la lèvre, avant de traîner brusquement son ami pour lui payer le café du pardon.

(Il traînait d'ailleurs presque toujours Junmyeon de force après les cours, mais cette fois-ci le jeune homme ne tenta même pas de protester.)



* * *



Jongdae rentra bien évidemment chez lui d'une humeur assez fluctuante. Il ne cessait de changer de sentiments au sujet de Yixing, passant de la peur panique à l'excitation fébrile, de la solitude à la colère et de la souffrance à l'envie dévorante. Il ne savait absolument plus quoi penser et en prime, il bouillait de ne pouvoir se confier à personne -à part sans doute Kris, mais ce n'était pas comme s'il pouvait lui apporter une réponse autre que "fais comme tu veux mais fais attention". Au-delà du fait que Jongdae ne le connaisse pas suffisamment bien.

Il aurait voulu avoir le soutien et les conseils (d'une autre façon que celle, détournée, qu'il avait utilisée avec Minseok) de ses amis les plus proches. Il réfléchit un instant et se rendit compte que Luhan lui donnerait probablement un coup sur le crâne. Il lui hurlerait probablement, exaspéré, que ce n'était pas après l'avoir honteusement trahi qu'il pouvait se permettre de jouer les hésitants. Baekhyun, quant à lui, pousserait un cri aigü en apprenant que c'était "pour toute la vie" et ferait une crise d'hyperventilation.

Minseok lui ferait probablement une réponse dans le même style que Kris.

Et Junmyeon... Tiens, oui, c'était une bonne question. Que ferait Junmyeon à sa place ?

Le président du BDE était quelqu'un qui se livrait très peu. Même Baekhyun, qui le traînait dans de multiples cafés tous les trois jours ne connaissait pas grand-chose de sa vie personnelle.

Ses deux amis savaient simplement qu'à part avec eux, il ne sortait pas beaucoup, malgré le fait qu'il ait vécu toute son enfance dans cette ville. Il n'était pas dans le besoin en ce qui concernait l'argent et payait fréquemment sa tournée ou leurs repas.

Mais Jongdae ne l'avait jamais vu flirter avec qui que ce soit, fréquenter d'autres personnes à part lui et Baekhyun, et de loin en loin les membres du BDE, il ne savait pas où il habitait, quel était son film ou sa musique préférée, s'il avait des frères, des sœurs ou un animal de compagnie. Il ne savait rien de ces potentiels petits détails qui faisaient peu à peu l'identité de quelqu'un, avant de connaître son histoire.

Tout à ses réflexions soudaines sur Junmyeon, il se rendit compte qu'il allait allumer une cigarette, et se ravisa tout à coup.

Qui pourrait savoir ce que cette unique cigarette renfermait comme danger pour son intégrité physique ? Outre le fait qu'elle était composée quasi uniquement de prouits hautement toxiques, Jongdae ne comptait plus le nombre de fois où il s'était brûlé les doigts, cogné en faisant tomber sa clope, pleuré douloureusement à cause de la fumée dans l'œil, etc.

Et il ne voulait pas risquer quelque chose de ce genre-là.

-Aish, sérieusement, pourquoi c'est à moi de prendre une décision qui ne revient qu'à toi ?

Il avait parlé à voix haute, supposant que Lay l'entendait, mais se sentit presque frustré de n'avoir aucune réponse, même s'il s'y attendait.

Il alluma tout de même sa cigarette, brusquement et soudainement exaspéré. Kris avait tort, il n'était pas en colère, il était enragé.

Il se mit d'ailleurs à tourner en rond comme un animal en cage -et il se sentait exactement comme tel-, se retenant de mettre un coup de poing dans le mur le plus proche (il l'avait fait une fois, et il avait eu tellement mal qu'il s'était senti plus idiot que défoulé). Sans se soucier des cendres qui voletaient à loisir dans la pièce, il ressassait en boucle les paroles de Kris.

-Tu me manques, putain.

Il n'obtint évidemment aucune réponse, à nouveau, mais étrangement, Jongdae s'en satisfaisait, cette fois. Il parlait à Yixing comme il se serait parlé à lui-même, comme on peste à haute voix contre quelqu'un d'absent.



* * *



Les jours passaient, et bientôt Lay comme Jongdae réalisèrent que cela faisait presque trois semaines qu'ils ne pouvaient plus se toucher.

Mais alors que Jongdae semblait se calmer peu à peu, Lay avait la sensation de devenir fou.

Il ne savait plus ce qu'il désirait réellement, mais pour la première fois de sa (seconde) vie, il n'en avait strictement rien à faire. Il ne pensait plus qu'à la sensation du regard de Jongae traversant son corps qu'il voulait retrouver.

De plus, cette impression qui ne cessait de grandir dans son esprit était parfaitement glaçante : il était devenu complètement inutile.

Jongdae était parfaitement en sécurité (ce qui en d'autres circonstances, aurait stupéfié le fantôme autant que Luhan et Minseok qui ne cessaient de lui dire de faire attention dans les escaliers sans que leur ami ne leur donne raison), mais son regard, ses cernes, son dos rond, tout en lui n'appelait que ce que Lay ne pouvait pas lui donner : du réconfort et de l'affection.

Bien sûr, puisqu'il était invisible et inconsistant.

Alors, silencieusement, Lay faisait l'expérience d'un sentiment qu'il avait toujours cru surexprimé dans les livres : la frustration. Mais pas n'importe quelle frustration, celle, déchirante, de ne rien pouvoir faire devant la déchéance d'une personne que l'on aime. On la voit dépérir, on voit son regard se voiler, et l'on reste à la regarder sans rien pouvoir y faire.

Et si les amis de Jongdae se faisaient du souci pour lui, Lay avait réellement envie de se taper la tête contre les murs en les entendant. Ils avaient l'air de penser que c'était un simple chagrin d'amour qui guérirait rapidement avec le temps.

Bon, ils avaient peut-être raison, mais cela, Lay ne pouvait même pas l'envisager, étant donné que le simple fait de voir ne serait-ce qu'une once de détresse dans les yeux de Jongdae le rendait complètement fou.

Il souhaitait de toutes ses forces le guérir de cela, voir à nouveau ses prunelles pétiller, que ce soit quand il n'avait aucune connaissance de son existence, ou au début, quand la présence de Lay était juste exaspérante pour le coréen. Ou alors quand ils avaient regardé ce film, Star Wars, ensemble, ou même juste avant leur premier baiser, quand Jongdae avait posé ce regard étrange sur lui, un mélange de colère et d'envie.

Lay se fichait de savoir comment, mais il voulait à présent retrouver la possibilité de vivre ces moments avec Jongdae. Il lui semblait de plus en plus évident qu'il ne supporterait pas encore toute une vie à ne plus pouvoir être vu.

Il en était à un point où il n'arrivait même pas à envisager les conséquences de ce qui arriverait, il n'était capable de ne penser qu'à Jongdae. Il voulait se démener pour le voir sourire, lui sourire.



* * *



-Amber ? Pourquoi tu as l'air aussi affolée ?

La jeune femme ne répondit pas et se jeta dans les bras de son petit-ami, semblant réellement terrifiée. Ses membres fins tremblaient de tout leur long, et Kris avait beau la serrer fort contre lui, cela n'avait pas l'air de la rassurer le moins du monde.

-... Ry... parvint-elle à balbutier.

-Henry ? Quoi Henry ?

Kris commença lui aussi à s'inquiéter à la mention de ce nom.

-Où est-il ?

Il crut très nettement entendre un sanglot de la part d'Amber, nichée contre son torse.

-Hé, je suis là, les gars.

Le couple se retourna en sursautant pour effectivement faire face au jeune homme dans un état pitoyable qu'était Henry.

Le teint grisâtre, des cernes violettes et des jambes qui le soutenaient à peine, sans parler des joues creusées et du regard vide. Rien d'étonnant à cela quand on savait qu'il se réveillait toutes les nuits, n'avalait presque rien depuis des mois, et qu'il semblait peu à peu perdre tout intérêt pour... Tout. Même Amber n'arrivait plus à lui changer les idées depuis quelques semaines.

La jeune femme, un peu remise de son émotion, s'avança vers Henry pour lui asséner une gifle retentissante.

-Tu réalises la peur que tu viens de me faire ? rugit-elle, tu ne répondais pas, tu ne te réveillais pas... J'ai cru que tu étais... J'ai cru...

Et elle fondit de nouveau en larmes.

Henry leva ses yeux tristes vers un Kris interdit un instant avant de les reposer sur Amber.

Il s'avança alors doucement pour se blottir entre ses bras.

-Excuse-moi. Je ne voulais pas que tu pleures à cause de moi.

Amber serra le jeune homme dans ses bras comme si elle voulait l'étouffer.

Kris les observait sans rien dire, perturbé et un peu soulagé, pour cette fois.

Il n'y avait rien d'étonnant à ce qu'Amber se mette dans tous ses états lorsqu'il s'agissait de prendre soin d'Henry. Elle se sentait proprement terrifiée à l'idée d'assister à la mort, la véritable mort, qu'elle-même n'avait pas eu. Après tout, c'était assez logique que ce soit quelque chose d'encore plus terrifiant pour quelqu'un comme elle que pour le commun des mortels, étant donné que sa raison d'être première avait été d'empêcher la souffrance d'un homme.

Homme qui entoura de ses grands bras sa petite-amie et Henry, comme le trop jeune père d'une famille un peu compliquée.

Il pensa furtivement à Jongdae, et ferma les yeux.

Il en avait assez fait, et à présent il avait plus important à gérer.



* * *



-Jongdae, sans blague, je sais que le deuxième trimestre c'est facile à vivre pour personne, mais tu fais vraiment peur, là.

-Attention, Baekhyun, je vais vraiment finir par le savoir, si tu continues à me le répéter.

Comment aurait-il pu savoir qu'il ne dormait plus qu'environ trois heures par nuit parce qu'il ne cessait de retourner un problème de "putain de fantôme" dans tous les sens ?

-Je suis sérieux ! Même Junmyeon dégage plus d'énergie positive que toi, c'est dire !

-Je t'emmerde, Baekhyun, rétorqua l'intéressé.

Comment aurait-il pu savoir qu'il ne dormait plus sereinement depuis plus de deux ans à cause de relations familiales dont personne ne voudrait ?

Assis entre ses deux amis très occupés à faire planer au-dessus d'eux un nuage noir déprimant, Baekhyun s'adressait tantôt à l'un, tantôt à l'autre, comme s'il suivait un match de tennis. Bien qu'aucun des deux ne lui accorde un regard. Junmyeon avait le visage nonchalamment appuyé sur sa paume, le regard vissé sur un professeur qu'il ne voyait pas, la main griffonnant des mots qu'il ne comprenait qu'à moitié, comme un robot.

Jongdae ne valait pas mieux, étant lui complètement avachi sur sa table, la tête sur le bras et le stylo en stand-by, regardant par la fenêtre lointaine de l'amphithéâtre, à l'opposé de Baekhyun.

-Non, franchement, si vous ne voulez pas me dire ce qui ne va pas, au moins faites quelque chose et arrêtez de laisser agir le destin.

Junmyeon leva les yeux au ciel et ce jour se plaça comme l'un des rares où il faisait fermer son clapet au (trop) bavard Byun Baekhyun.

-Si justement tu ne sais rien de ce qui se passe, comment tu peux avancer que je n'agis pas pour régler mes problèmes ?

Le pauvre Baekhyun ne se doutait pas qu'il venait de toucher un point sensible.

Jongdae, en revanche, renversa le conseil du petit brun pour envisager la situation sous un autre angle.

"Laisser agir le destin, voilà bien une phrase toute faite, tiens."

Une phrase toute faite, mais qui pourrait peut-être l'aider à dénouer son problème.

Lâcher un peu prise.

Laisser Yixing faire ce qu'il voulait.

Prévoir ses chutes ou se contenter de les soigner. Prévenir ou guérir, cela ferait une grande différence.

En sortant de la salle de cours, Baekhyun et Junmyeon sursautèrent en entendant un énorme bruit d'impact.

-Jongdae ?

Un grommellement de douleur leur répondit.

-Je rêve ou tu t'es vraiment pris la porte en pleine poire ?



















Commentaire de l'auteur Bon, ce chapitre n'était pas DU TOUT censé se finir comme ça à la base. Pour ça il faut remercier Ipiu, qui m'a donné une idée complètement différente de celle que j'avais au départ, et si je voulais la développer comme il fallait, j'étais obligée de couper ici sinon ce chapitre risquait d'être deux fois plus long XD

Je vais essayer de ne pas trop tarder sur l'écriture de la suite, normalement vu que je suis en vacances provisoires elle devrait arriver assez vite quand même :3 n'hésitez pas à donner votre avis, et merci d'avoir lu ♥
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales