Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Imaginarium
    Editions L'Imaginarium
    Nb de signes : 240 000 - 500 000 sec
    Genre : imaginaire - steampunk - dystopie - science-fiction - fantastique - fantasy - uchronie
    Délai de soumission : 04/12/2020
  • Chaud comme la braise
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Collection Atlantéïs
    Éditions Exæquo
    Nb de signes :
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Arachno et autres phobies
    animal DEBOUT
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • La France des villes moyennes
    La Fabrique de la Cité
    Nb de signes : 10 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Emmenez-nous au bout de la Terre !
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : 5 000 - 100 000 sec
    Genre : récit de vie
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • K-Pop - K-Dramas
    K! World
    Nb de signes : 300 000 - 300 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/10/2020
  • Musique enchantée
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 05/01/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 186 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

Problème d'alimentation
 par   - 116 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour à toutes et à tous.

Désolé pour les interruptions réccurentes. Il y a un gros problème avec l'alimentation des serveurs. L'onduleur à laché.
Je les ai momentanément branché directement, mais ça eut dire qu'en cas de coupure de courant il faudra attendre que celui-ci revienne.

 


Lire la suite...
La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1723 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

EXO

Les Malheurs de Jongdae
[Histoire En hiatus]
Auteur: Ako-Cissnei Vue: 17065
[Publiée le: 2015-03-17]    [Mise à Jour: 2016-04-03]
G  Signaler Romance/Humour/Drame/Yaoi (HxH)/Surnaturel/Amitié/Lemon Commentaires : 103
Description:
Jongdae est (très) malchanceux et maladroit. Sa bonne étoile semble s'assurer qu'il passe son temps à se blesser et à se rendre ridicule, quand un être étrange apparaît dans sa vie : Lay. Le jeune homme, invisible pour les autres semble avoir le pouvoir de protéger Jongdae et sème au passage le trouble dans sa vie et dans son cœur.

De l'autre côté, ses deux meilleurs amis, Luhan et Minseok, ont bien besoin d'un entremetteur.

Baekhyun est un handicapé des sentiments, ce qui n'arrange pas les affaires de Chanyeol, déjà bien compliquées.

Junmyeon tombe peu à peu dans une profonde dépression, tandis que Sehun vient tout juste de vaincre la sienne.

Et les fantômes, métaphoriques, d'entre les morts ou du passé, finissent toujours par se voir.

Yaoi Principaux -> ChenLay ; XiuHan ; HunHo ; ChanBaek
Secondaires -> KrisBer (Wu YiFan / Liu Amber)

Présence de surnaturel mais ce n'est pas le ressort principal de l'histoire. (plus psychologique qu'authentiquement fantastique)
Contient limes / lemons mais ce n'est pas le ressort principal de l'histoire.
Crédits:
L'histoire et l'humour foireux sont (hélas) miens. Les membres des Exos, ainsi qu'Amber et Henry, et autres artistes cités dans cette fanfiction ne sont (hélas) pas miens.

La couverture a été réalisée par Asticoo, que je remercie chapeau bas. ♥
Les illustrations des chapitres sont réalisés par moi, avec des images trouvées sur google et un peu retouchées.

Les traductions et transcriptions des paroles des chansons qui apparaissent viennent du site Nautiljon.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Yixing

[3969 mots]
Publié le: 2015-05-12Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Hello tout le monde !

Comme promis, le mini-chapitre consacré à Yixing et... Bon, vous allez voir (a)
La passé de Lay a soulevé de nombreuses questions, en voici les réponses, qui je l'espère, vous satisferont... Malgré la dureté de celles-ci :/
Parce que je préfère prévenir, je ne suis pas persuadée que le passé de Yixing tel qu'il est décrit ici soit réellement tout public.
Rassurez-vous, on ne parle pas QUE de viols et de torture dans ce chapitre (même si ces derniers sont mentionnés), on a aussi les scènes non racontées entre les deux derniers chapitres.

J'vais dire un gros merci à ma coupine Ipiu, qui m'a bien aidé pour l'écriture ici (en particulier en terme de réconfort, parce que j'étais sacrément déprimée après ça ^^'), et j'en profite pour lui faire un coup de pub (parce qu'elle écrit vraiment trop bien♥)
Elle écrit particulièrement sur Naruto, donc si ça vous dit, passez la lire et éventuellement lui laisser un petit mot !
-> http://www.fanfic-fr.net/fanfics/Animes-Mangas/Naruto/Naruto/Come-sink-with-me/72994.html

Je continue également de vous remercier du fond du cœur de vos encouragements, de vos petits ou grands mots qui me réchauffent le kokoro et me poussent à écrire de plus en plus vite ♥
N'hésitez pas à me faire part de vos avis concernant ce chapitre !

PLEIN DE GROS BISOUS A VOUS TOUUUUUSSSS♥

Cliquez sur l'image pour l'agrandir







Zhang Yixing. C'était son nom.

Il était Zhang Yixing tant qu'il était humain. Il s'était raccroché comme il pouvait à une identité dépourvue de sens à ses yeux pour ne pas devenir complètement fou pendant plusieurs années.

Zhang Yixing était un enfant quand sa famille, qui, lui semblait-il, était assez bien pourvue en terme d'argent et de relations sociales, fut décimée par un assassin qui sévissait à l'époque assez régulièrement, et qui sévit un long moment en Chine avant d'être enfin attrapé par les forces de l'ordre en vigueur.

Le petit Yixing aurait pu se retrouver seul héritier d'une fortune importante, et grandir entouré de personnes qui n'auraient souhaité que de voir se poursuivre la lignée Zhang.

Mais il en alla autrement lorsque son chemin, après sa fuite lors de la mort de ses parents, croisa celui d'un homme.

Il ne se souvenait plus de son visage, et encore moins de son nom.

Car tout ce que Yixing verrait pour les années à venir n'allaient être qu'obscurité, murs en bois, ainsi qu'une pâle lumière émanant d'une fenêtre trop haute pour voir ce qu'il y avait dehors.

Il allait entendre beaucoup de choses, dont il ne se souviendrait pas non plus. Le seul son qui allait marquer sa mémoire serait une voix masculine, claire, solaire et surtout, sans visage. Un seul prénom, Chen.

Le petit Yixing n'eut pas d'autre choix que de suivre cet homme quand il le prit par le bras. Il était trop fort pour lui. Il rencontra par la suite d'autres petits chinois, mais tous gardaient le regard baissé, tous restaient muets. Il faisait comme eux, il fixait le sol et n'ouvrait pas la bouche, et faisait ce qu'on lui disait de faire. Parfois il s'agissait de faire la cuisine, simplement, et parfois de laver du linge. Ce n'était pas très compliqué pour le petit Yixing, mais d'autres n'avaient pas ses facilités. Ceux-là étaient punis. Yixing ignorait comment, il entendait juste des sons un peu aigüs certains soirs, qui lui inspiraient un sentiment effrayant sans qu'il ne sache le nommer.

Le temps s'écoulait, et le petit Yixing devint bientôt plus grand que les nouveaux enfants muets et les yeux baissés qui arrivaient, aussi déboussolés que lui.

Yixing n'avait jamais voulu relever les yeux pour voir autour de lui. Il ne savait pas quel visage avaient les hommes qui leur disaient ce qu'ils devaient faire, et il ne savait pas à quelle hauteur se situaient les fenêtres.

C'est donc tout naturellement et instinctivement qu'il n'adressa pas le moindre regard à l'homme à qui on le "donnait". Quand ce dernier s'empara violemment du menton de Yixing pour lui relever le visage, il eut peur. Pas à cause de la violence que reflétaient implacablement les prunelles de l'homme, mais plutôt parce qu'il avait l'impression d'avoir toujours vécu pour ne pas être vu, et qu'être fixé de cette manière lui donnait la sensation de faire une erreur, d'être en faute par rapport à sa raison d'être.

Le petit Yixing était devenu grand sans apprendre aucun autre nom que le sien, et n'apprit pas plus le prénom de cet homme. Il le suivit simplement, tête baissée, jusqu'à arriver dans une petite pièce aux murs en bois, avec une fenêtre trop haute pour lui.

Il allait rester tellement de jours (il cessa de compter à partir de cent. Il ne savait pas compter plus loin.) dans cette petite pièce désormais qu'il en oublia comment marcher.

Mais comment pourrait-il s'en souvenir, alors que ses jambes ne lui servirent dès lors qu'à dévoiler des endroits de son corps à des personnes qu'il ne voyait pas, à s'ouvrir elles aussi à chaque fois que la porte en bois s'ouvrait, au risque d'être couvertes de bleus ?

Avec certains, remarquait Yixing, il était couvert de bleus même s'il ouvrait les jambes sagement pour se laisser toucher, prendre, pénétrer, marteler.

D'autres le couvraient de rouge.

Alors qu'il était né couvert d'or.



* * *



Yixing ne parlait pas depuis des années, il ne lui vont donc pas à l'esprit de crier avant qu'un homme ne l'exige de lui. C'était une sensation très étrange, comme si sa propre voix ne lui appartenait même pas. Ces cris forcés qui sortaient de sa gorge ne lui semblaient même pas familiers après tout ce temps passé à se taire.

Il n'avait pas vécu depuis que sa famille était morte, il pu donc se souvenir très clairement de ces derniers instants de sa vie. Tout ce qu'il se déroula dans cette petite pièce aux murs en bois, il n'en garda qu'une vague impression, pas un souvenir concret. Il savait que quand la porte s'ouvrait, il avait automatiquement mal à beaucoup d'endroits de son corps, et que quand la porte se refermait, il ne devait surtout pas se lever au risque d'avoir encore plus mal. Mais c'était tout.

Le premier vrai souvenir de Yixing fut quand il entendit soudainement un son complètement différent lui parvenir de la petite fenêtre trop haute.

C'était un son prolongé, constant et en même temps dont les sonorités variaient. C'était comme... Comme une sorte de cri, mais agréable à entendre. Il se souvint vaguement de quelques mots appris des années plus tôt, et les associa instinctivement à ce nouveau son.

Chant.

Musique.

Notes.

Voix.

Chansons.

Dès lors, Yixing se plaisait à tendre l'oreille dès qu'il entendait cette personne chanter. Il lui semblait que c'était un homme, mais dont la voix était beaucoup plus légère que ceux qu'il connaissait. Il ne chantait que quand il faisait jour depuis plusieurs heures, et sa voix traversait la fenêtre de Yixing jusqu'à ce que la lumière ne commence à décliner.

Parfois il l'écoutait tellement qu'il en oubliait d'être attentif aux personnes présentes dans la pièce, comme il lui semblait qu'on exigeait de lui. Dans ces moments-là, ils venaient à plusieurs alors qu'il n'y avait plus aucune lumière émanant de la petite fenêtre, et Yixing peinait à ouvrir les yeux et à bouger les bras le lendemain.

Il ne découvrit que beaucoup de jours plus tard (il avait recommencé à compter les jours depuis qu'il l'avait entendu pour la première fois, mais avait dû de nouveau s'arrêter à cent.) que le chanteur s'appelait Chen.

Il l'avait déchiffré avec peine sur ce qu'il avait reconnu comme une boîte aux lettres, la première fois qu'il sortit de la petite pièce en bois.

Il savait que c'était lui, il avait reconnu son chant dans son rire.

Encore un son qu'il ne connaissait pas.

Mais Yixing ne sut jamais quel visage avait Chen.



* * *



Yixing s'était sentit disparaître, après être sorti pour la première fois. Il se sentait devenir faible, il se voyait devenir pâle.

On ne le remarquait pas toujours, quand il se mettait dans le coin de la nouvelle pièce dans laquelle on l'avait mis.

Les personnes qui venaient le voir ne parlaient plus chinois. Il ne les comprenait pas.

Et il n'entendait plus Chen.

Alors il se fichait de se sentir disparaître.

Il se fondit doucement, de jour en jour, dans l'atmosphère de la nouvelle pièce.

Il n'allait pas ouvrir les yeux avant un long moment.

Zhang Yixing devint lentement Lay.



* * *



-Fais de moi ton amoureux. Efface tout de moi. Sauf ça.



Parce qu'il aurait sincèrement voulu disparaître pour renaître, piétiner Yixing et Lay pour devenir un amoureux qu'il ne pouvait être pleinement.

Il voulait que Jongdae soit le seul à pouvoir marquer son corps, il aurait voulu en avoir la pleine maîtrise toute sa vie pour pouvoir ressentir Jongdae tout entier en cet instant, sans que ce dernier ait à prouver quoi que ce soit.

Mais au moment où des lèvres avides s'unissaient aux siennes, Lay se rendit compte que c'était tout comme. Son être avait beau porter les marques de ceux qui l'avaient touché maintes et maintes fois, le toucher de Jongdae était unique.

"Est-ce que ça pourrait ressembler à ça, être amoureux ? Vraiment ?"

Lay sentit au plus profond de lui que, oui, cela pourrait ressembler à Jongdae qui s'emparait de sa bouche comme s'il voulait la faire fondre avec la sienne. Ou, tout du moins, il voulait que ce soit sa propre définition du terme.

Il se laissa faire quand il sentit les mains de Jongdae sur sa taille la soulever pour faire glisser son corps à l'horizontale sur le canapé. Le baiser se prolongeait toujours, à la fois affamé et doux : Lay faisait danser sa langue avec celle qui venait à sa rencontre. Et à chaque ronde, il sentait ses joues et son ventre le brûler encore plus.

Qu'était-ce que tout cela ? Il n'avait jamais ressenti quelque chose de pareil.

Lay ne s'était pas rendu compte qu'il avait fermé les yeux, et en les rouvrant il fut très étonné de sentir son estomac frissonner à la vision qui s'imposait à lui : Jongdae à quatre pattes au-dessus de son corps allongé, les pommettes rosies, en train de l'embrasser passionnément.

Pris d'une impulsion subite, Lay se sentit désireux de sentir à nouveau ses mains sur sa taille. Il s'empara des poignets de Jongdae pour les faire glisser sur ses hanches, mais contrairement à ce qu'il pensait, elles ne restèrent pas immobiles. L'une d'entre elle se glissa sous le tissu noir qui recouvrait le ventre du fantôme pour en caresser la peau ; doucement, mais lui ressentait chaque mouvement comme un frisson qui engourdissait un peu plus ses nerfs à chaque fois. Et ces doigts étaient si légers, descendaient toujours plus bas, et Lay se sentait tout étrange.

Il fut incapable de contrôler son bassin qui s'éleva en un saut pour rencontrer de lui-même la main de Jongdae qui hésitait au-dessus de la boucle de ceinture. Le contact arracha un gémissement aux deux jeunes hommes, autant surpris l'un que l'autre.

Le sursaut du fantôme déclencha chez Jongdae un désir furieux qu'il lui était de plus en plus difficile de réprimer, alors qu'il s'efforçait d'être le plus lent possible. Il laissa sa main appuyer et caresser fermement l'entrejambe de Lay, cessant de l'embrasser mais gardant sa bouche collée à la sienne, pour cueillir à la source son souffle de plus en plus accéléré et ses débuts de gémissements.

-Yixing... Je t'ai déjà dit que tu étais beau ?

L'autre ouvrit péniblement les paupières et sourit.

-Oui. Une fois, répondit-il en relevant sa main pour la passer contre la joue de Jongdae.

-Pardonne-moi, Yixing.

L'intéressé ouvrit totalement les yeux pour marquer son incompréhension.

-J'aurais dû te le dire bien plus souvent. Je devrais te le dire tous les jours, tous les soirs. Tu es vraiment beau.

Et Jongdae décida de le rendre encore plus beau en dévoilant encore la peau de son torse et en recommençant à appuyer sur cette partie si sensible, qui lui tirait des sons si mélodieux.

Lorsqu'il sentit les doigts de Yixing s'accrocher à sa nuque, il se colla soudainement à lui pour frotter leurs bassins l'un contre l'autre, et profita du hoquet de ce dernier pour glisser à nouveau sa langue contre la sienne, toujours un peu plus profondément.

Pour qu'il ne sente que lui.

Alors que le haut de Yixing ne servait presque plus à rien, étant donné que Jongdae avait fini par le faire glisser au niveau des pectoraux, un nouveau murmure parvint à l'oreille du fantôme :

-Yixing... Tu es sûr que...

-Non, Jongdae, le coupa l'autre, tu n'as besoin d'aucune autorisation, surtout pas toi, alors que même d'autres n'ont rien demandé. Je ne veux pas découvrir, je veux redécouvrir. Je veux que tu passes partout où tu veux, pour que je ne puisse me rappeler que de toi. Je te veux, toi.

Jongdae sentit son cœur se serrer en comprenant ce que Lay cherchait à ressentir.

-Je t'aime.

Il l'avait soudainement murmuré, la déclaration s'imposant à lui.

-Je... Je t'aime aussi, Jongdae.

Il n'en fallait pas plus au jeune homme pour être complètement électrisé.

Il retira finalement le haut noir de Yixing pour ensuite serrer fort son torse dénudé contre entre ses bras et nicher sa tête dans son cou pour mordiller la peau tendre, en laissant de petites marques rosées. Il restait attentif à ne jamais franchir la frontière entre douleur et plaisir, attentif aux gémissements que Yixing poussait tout près de son oreille. Ce faisant, l'un de ses genoux s'était finalement faufilé entre les cuisses -pour l'instant elles aussi revêtues de noir- du fantôme pour serrer son entrejambe.

Jongdae n'était plus qu'ondulations appuyées et sensuelles contre le corps frêle sous lui.

Yixing finit lui aussi par agir en passant à son tour ses mains sous le T-shirt du coréen. T-shirt que Jongdae enleva bien vite à son tour pour immédiatement coller leurs torses tremblants l'un contre l'autre, laissant Yixing nouer ses bras fins autour de lui.

Après un nouveau baiser humide et électrique, Jongdae inversa brusquement leurs positions, Yixing se retrouvant à califourchon au-dessus de lui. Ce dernier plongea son regard dans celui de son vis-à-vis, intense.

C'était encore inédit pour lui. Jamais on ne l'avait laissé être libre, ainsi.

Ce fut sans doute cette nouvelle prise de conscience qui poussa Yixing à déboucler lentement la ceinture de Jongdae.

Il le désirait à présent tellement. D'autant plus qu'il n'avait jamais été autorisé à désirer personne.

C'était à présent une certitude pour lui : Il l'aimait.

Le pantalon de Jongdae à demi baissé sous ses cuisses lui procurait une sensation plus qu'agréable, le faisant frissonner et en même temps, avoir vraiment chaud.

Lay promenait ses mains sur le torse ferme, découvrant pour la première fois un corps qui ressemblait au sien, laiteux et rosissant, doux à ses caresses. Il s'arrêta un instant sur la poitrine qui palpitait, avant d'effleurer un des deux boutons de chair. Jongdae se cambrant légèrement au contact, il déposa sa bouche sur sa ligne de mâchoire, et toucha plus franchement cet endroit. Un souffle hâché rencontrait sa joue de plus en plus vite, et un fond de voix rauque parvenait à ses oreilles.

Il sentait Jongdae onduler de plus en plus haut entre ses cuisses.

Mû à nouveau par une envie, Lay fit doucement descendre sa main sur le corps du coréen, sans que ses doigts quittent sa peau, et imita les mouvements de Jongdae auparavant, sur l'entrejambe un peu plus exposée.

Il entendit alors un son totalement inédit provenir de ses lèvres. Un son un peu aigü, prolongé, qui aurait pu sembler plaintif, mais qui fit ressentir à Lay un picotement entre les jambes.

Alors il recommença. Un peu plus fort, et bougea plusieurs fois, un peu plus rapidement.

Jongdae gémissait de plaisir.

Lay trouvait que cela ressemblait à un chant. Un chant qui le rendait, lui, tout pantelant.

Et quand il glissa sa main à l'intérieur du boxer de Jongdae, ce fut encore plus agréable à entendre. Il entendit simplement son propre prénom dans un soupir, suivit d'un nouveau gémissement plus aigü. Lay fit aller et venir sa main quelques secondes avant de se débarasser du tissu qui le gênait pour donner du plaisir à Jongdae.

Mais ses gestes furent bien (trop) vite arrêtés par le jeune coréen qui s'empara de ses hanches pour les maintenir alors qu'il se redressait, pour ensuite rallonger Lay sur le dos de l'autre côté du canapé. Il fit fondre encore une fois ses lèvres sur les siennes, mais plus fiévreusement, plus comme on assouvit un besoin, en posant ses deux mains rendues un peu moites par le plaisir sur ses joues, les caressant d'un pouce tremblant.

Et tout en l'embrassant, les paupières serrées, ce fut au tour de Jongdae d'enlever pantalon et le reste. Il le fit beaucoup plus rapidement que Lay cependant, mû peut-être par son envie de lui rendue encore plus pressante par son plaisir récent.

Il continua de l'embrasser, mais sur les joues, sur le coup, à la naissance des épaules. Lay se sentait encore plus plonger dans ces sensations toutes nouvelles.

Sur le torse, sur le ventre, sur l'aine.

Jongdae le couvrait de baisers.

Et quand il sentit un baiser un peu mieux placé que les autres, et une main qui s'emparait d'un certain membre de son anatomie, Lay comprit ce qui faisait gémir Jongdae, puisqu'il s'exprima encore plus fort.

La bouche de Jongdae finit par prendre Lay en entier, allant et venant autour de sa virilité lentement d'abord, puis de plus en plus vite. L'atmosphère n'était plus meublée que par la voix de Lay, qui n'avait plus besoin de contrôler sa voix pour qu'elle sorte en continu.

Des mains maintenaient son bassin pour ne pas qu'il bouge, mais veillaient à ne lui faire ressentir aucune gêne. Des doigts caressaient sa peau, et vinrent même attraper les siens.

Un sursaut de Lay permit à Jongdae de placer son bras sous ses fesses, l'entourant alors totalement et récoltant des notes plus aigües que les autres.

La délicieuse torture ne cessa pour Lay que lorsque son plaisir grimpant atteint son paroxysme, le faisant cette fois crier et se cambrer brusquement, bien qu'il tenta de se contrôler pour ne pas faire mal à Jongdae.

Il le garda en bouche le temps d'effacer toute trace de la jouissance de Lay, puis ramena son visage à sa hauteur pour caresser le sien du bout des doigts. Le fantôme avait encore les yeux fermés et les lèvres rougies et entrouvertes, sur lesquelles Jongdae passa lentement son pouce. Il se délecta de cette vision un moment -il aurait pu le faire toute la nuit- avant que Lay, sans ouvrir les yeux, n'attrape ses doigts entre ses lèvres.

Jongdae, malgré son cœur battant encore plus vite, craignit de mal comprendre le geste.

-Yixing, qu'est-ce que...

L'autre ouvrit un peu les paupières pour le couper de nouveau.

-Je t'ai dit que je te voulais partout, Jongdae.

Alors le coréen le laissa faire, promenant sa bouche sur son front et dans ses cheveux qui sentaient si bon. Cette odeur légèrement épicée mêlée à celle, un peu doucereuse, de sa peau, avait de quoi le rendre encore plus amoureux qu'il ne l'était déjà, si toutefois c'était possible.

Ce fut Lay qui amena de lui-même les doigts humectés de Jongdae vers son intimité, avant de plonger franchement son regard dans le sien. Après un infime instant d'hésitation, un premier doigt entra lentement en Lay, lui arrachant seulement un tressautement au coin de la lèvre.

Le fantôme remua de lui-même pour signifier à son amant d'aller plus vite en besogne. Toujours un peu hésitant, craignant de lui faire mal, Jongdae vint tout de même caresser son intimité d'un second doigt.

Il sentit Lay se cambrer légèrement, comme pour s'empaler de lui-même, mais il fut retenu par un bras fort passé autour de sa taille.

Jongdae cherchait.

Et il sut qu'il avait trouvé quand le torse de Lay bondit contre le sien, sans un cri mais avec une inspiration soudaine et stupéfaite. Il avait agrippé le dos du coréen et enfoui sa tête dans son cou.

Jongdae revint frapper cet endroit une seconde fois, sentant les bras de Lay se crisper et ses chairs se détendre, et un petit cri lui échapper. La troisième fois, il sentit des petites dents mordiller sa peau au niveau de la clavicule.

Il continua ainsi le temps que Jongdae ne s'abreuve des bruits que Lay laissait échapper de plus en plus librement, en rythme avec les mouvements à l'intérieur de lui.

Mais, encore une fois, ce fut Lay qui prit l'initiative de retirer les doigts de Jongdae -laissant au passage échapper un grognement agacé- pour se placer de telle sorte à être enfin possédé par lui.

Jongdae céda. Il embrassa Lay comme si c'était la dernière fois en s'insinuant en lui, en s'empêchant lui-même de gémir trop fort.

Bon sang, comme c'était bon.

Restant un peu immobiles, un temps, ils finirent par initier un mouvement en même temps, les faisant soupirer.

-Jongdae...

Ce dernier allongea Lay plus confortablement et prit les commandes des va-et-vient qu'il commença lentement, le temps de retrouver ce qui avait donné tant de plaisir au fantôme avec ses doigts. Il ponctuait ses mouvements de baisers, partout, de lobes d'oreille mordillés, d'ongles découvrant la peau, tandis que les jambes de Lay se nouaient derrière son dos.

Quand un cri plus long que les autres fois s'échappa d'entre les fossettes, Jongdae sourit pour lui-même et commença à remuer les hanches bien plus franchement, ne ratant plus cet endroit si particulier. Il ondulait avec délice contre le corps à sa merci, cambré de plaisir, sans rien rater de ses cris et de ses halètements et en glissant les siens à ses oreilles.

Il ne cessait de gémir son prénom, comme pour lui signifier son appartenance, sa considération, son amour.

-Yixing...

Les va-et-vient s'accéléraient jusqu'à devenir des chocs, sans pour autant devenir violents. Le désir faisaient vibrer les deux amants, tant que Jongdae sentait poindre la fin de leur union.

Les deux hommes avaient du mal à différencier leurs voix, qui exprimaient leur plaisir en même temps, mêlant le prénom de l'autre à d'autres gémissements insensés.

Lay fut le premier à atteindre l'orgasme, en criant plus fort le nom de celui qui lui avait donné, et fut suivi de près par Jongdae, qui ne résista pas à cette ultime crispation des chairs autour de lui.

Il se remirent de leurs derniers frissons, haletant, les yeux clos, l'un au-dessus de l'autre. Jongdae sentit une bouche effleurer délicatement ses lèvres, avec une retenue d'autant plus adorable au vu de ce qu'ils venaient de faire. Il répondit au baiser chaste, appuyant simplement contre les croissants de chair de l'autre, et garda le contact en se retirant de son amant.

Il se laissa tomber sur le côté, en laissant un bras sur le ventre de Lay, qui se retourna dans son sens pour nicher sa tête contre sa clavicule, embrassant ce faisant la peau qui s'offrait à lui.

Jongdae s'empara machinalement d'un plaid pour les recouvrir, avant de souffler :

-Sois à moi.

-Je suis déjà à toi, Jongdae, fut le murmure de réponse.

Il embrassa la tempe de son fantôme avant de fermer les yeux.



* * *



Lay n'avait pas dormi, comme à son habitude. Il attendait simplement que Jongdae se réveille, écoutant inlassablement son cœur battre et sa respiration varier doucement au fur et à mesure qu'il s'approchait de l'éveil.

Mais quand Jongdae s'éveilla ce matin-là, ses bras se refermèrent sur le vide.

Il se redressa en un sursaut.

-Yixing ?

Lay se sentit comme s'il tombait.

-Jongdae ?

Mais les yeux du jeune homme passèrent sur lui sans le voir.









Commentaire de l'auteur
VOILI ! Le prochain chapitre arrive à grands pas, j'espère qu'il vous plaira et que celui-ci vous aura plus, malgré que ça doit sans doute être l'un des trucs les moins joyeux que j'ai pondu... (checke ses projets) ah non en fait c'est dans la moyenne. BREF ^^

N'hésitez pas à me faire partager vos avis là-dessus !
Des bisous, à trèèès bientôt pour la suite ♥
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales