Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Imaginarium
    Editions L'Imaginarium
    Nb de signes : 240 000 - 500 000 sec
    Genre : imaginaire - steampunk - dystopie - science-fiction - fantastique - fantasy - uchronie
    Délai de soumission : 04/12/2020
  • Chaud comme la braise
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Collection Atlantéïs
    Éditions Exæquo
    Nb de signes :
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Arachno et autres phobies
    animal DEBOUT
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • La France des villes moyennes
    La Fabrique de la Cité
    Nb de signes : 10 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Emmenez-nous au bout de la Terre !
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : 5 000 - 100 000 sec
    Genre : récit de vie
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • K-Pop - K-Dramas
    K! World
    Nb de signes : 300 000 - 300 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/10/2020
  • Musique enchantée
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 05/01/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 186 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

Problème d'alimentation
 par   - 116 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour à toutes et à tous.

Désolé pour les interruptions réccurentes. Il y a un gros problème avec l'alimentation des serveurs. L'onduleur à laché.
Je les ai momentanément branché directement, mais ça eut dire qu'en cas de coupure de courant il faudra attendre que celui-ci revienne.

 


Lire la suite...
La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1723 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Musique

 > 

EXO

Les Malheurs de Jongdae
[Histoire En hiatus]
Auteur: Ako-Cissnei Vue: 17068
[Publiée le: 2015-03-17]    [Mise à Jour: 2016-04-03]
G  Signaler Romance/Humour/Drame/Yaoi (HxH)/Surnaturel/Amitié/Lemon Commentaires : 103
Description:
Jongdae est (très) malchanceux et maladroit. Sa bonne étoile semble s'assurer qu'il passe son temps à se blesser et à se rendre ridicule, quand un être étrange apparaît dans sa vie : Lay. Le jeune homme, invisible pour les autres semble avoir le pouvoir de protéger Jongdae et sème au passage le trouble dans sa vie et dans son cœur.

De l'autre côté, ses deux meilleurs amis, Luhan et Minseok, ont bien besoin d'un entremetteur.

Baekhyun est un handicapé des sentiments, ce qui n'arrange pas les affaires de Chanyeol, déjà bien compliquées.

Junmyeon tombe peu à peu dans une profonde dépression, tandis que Sehun vient tout juste de vaincre la sienne.

Et les fantômes, métaphoriques, d'entre les morts ou du passé, finissent toujours par se voir.

Yaoi Principaux -> ChenLay ; XiuHan ; HunHo ; ChanBaek
Secondaires -> KrisBer (Wu YiFan / Liu Amber)

Présence de surnaturel mais ce n'est pas le ressort principal de l'histoire. (plus psychologique qu'authentiquement fantastique)
Contient limes / lemons mais ce n'est pas le ressort principal de l'histoire.
Crédits:
L'histoire et l'humour foireux sont (hélas) miens. Les membres des Exos, ainsi qu'Amber et Henry, et autres artistes cités dans cette fanfiction ne sont (hélas) pas miens.

La couverture a été réalisée par Asticoo, que je remercie chapeau bas. ♥
Les illustrations des chapitres sont réalisés par moi, avec des images trouvées sur google et un peu retouchées.

Les traductions et transcriptions des paroles des chansons qui apparaissent viennent du site Nautiljon.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Un nom sur ce rire

[6204 mots]
Publié le: 2015-03-21
Mis à Jour: 2015-03-21
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Me revoilà (comment ça "déjà" ?) pour la suite de cette histoire.

J'espère qu'elle vous plaira ! :)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir





Cela faisait un peu plus d'une semaine que Jongdae avait l'impression de devenir fou. Il savait que ce type le suivait en permanence, partout où il allait, écoutait tout ce qu'il disait.

Sauf que depuis qu'il avait vaguement aperçu sa silhouette dans le reflet de la baie vitrée, il n'y voyait plus goutte. Il n'y avait aucune trace visible de la présence de ce... Lay.

La seule conséquence de sa présence, c'était que Jongdae guérissait automatiquement de chacune de ses écorchures, voire évitait certaines situations dangereuses, comme le coin de la porte de son casier qui menaçait l'arrière de son crâne, ou encore le sol ultra-glissant du couloir en plein nettoyage. Si le pauvre coréen aurait pu être heureux de ce retournement de situation, il ressentait plutôt un mélange d'exaspération et d'angoisse.

Certes, il appréciait le fait de ne plus prendre le risque de glisser sur son savon quand il prenait sa douche. En revanche, ce qu'il appréciait nettement moins, c'était de savoir que ce putain de fantôme se glissait avec lui sous la douche. Il devait aussi le surveiller quand il allait aux toilettes. Et le regarder se brosser les dents, pour faire bonne mesure. Et bon sang, Jongdae détestait souverainement qu'on le regarde se brosser les dents. Encore une chance qu'il soit célibataire et ne dusse en aucun cas répondre à l'appel de l'acte charnel.

Enfin, il aurait pu, dans cette boîte lundi dernier. Un grand type plutôt bien fait de sa personne, une tignasse qui recouvrait ses grandes oreilles et un sourire ravageur. Et visiblement intéressé par les fesses que Jongdae avait soigneusement moulées au préalable dans un jean sombre, de ceux qui le mettaient le plus en valeur. Chenyeul, qu'il s'appelait. Ou Chanyeol, peut-être. Que ce soit l'un ou l'autre, Jongdae l'aurait bien monopolisé une bonne partie de la soirée (voire même de la nuit), mais Baekhyun avait été bien plus rapide que lui là-dessus. Il l'avait rarement vu mettre autant d'ardeur dans un flirt, peut-être se connaissaient-ils déjà.

Même s'il était un adepte du célibat (bon gré, mal gré), Jongdae, contrairement à Luhan (ou même ce voleur de Baekhyun), ne donnait pas ou très peu dans les coups d'un soir. Sauf en de rares exceptions près, il n'en ressentait même pas l'envie. Il avait besoin de coucher avec une personne, pas juste un accessoire. En général, s'il n'avait même pas l'occasion d'apprendre ce qui passionnait quelqu'un, ses ambitions, ou même sa musique ou sa couleur préférée, il n'arrivait pas à la voir comme potentiellement attirante. Jongdae avait beaucoup de mal à être sérieusement attiré par un corps seul.

A croire que le destin se fichait ouvertement de lui aujourd'hui. Ah, il n'aimait pas les corps ? Et bien il était servi. Un jeune homme -au demeurant suffisamment gentil pour tout donner pour pallier la malchance de Jongdae- le suivait partout où il allait sans qu'il puisse le voir. Effectivement, pour être attiré par une personnalité seule, ça allait sûrement être très utile.

Être attiré ? Jongdae soupira en écrasant brutalement sa cigarette, qu'il n'avait même pas finie -une grande première, pour le prix qu'elles lui coûtaient. Il pensait vraiment à tout et n'importe quoi. Il aurait sans doute dû profiter de son avance sur Baekhyun et le ramener dans son lit, ce fameux Chan-machin-chose. Ce devait être une libido frustrée qui pensait à sa place.

Si le spirituel et le surnaturel n'étaient pas forcément au goût du jeune homme, il ne reniait jamais les faits, et n'était pas fermé à certaines manifestations qu'il jugeait relativement plausibles. Et effectivement, ce Lay était bien présent.

Le problème, pour Jongdae, n'était pas vraiment sa présence en elle-même. Non, ce qui lui posait réellement problème, c'était de savoir pourquoi il était là, d'où il sortait, pourquoi il ne pouvait pas le voir, et également, s'il pouvait savoir pourquoi il ne lui répondait qu'une fois sur quinze et l'appelait Chen alors que ça n'avait foutrement rien à voir avec son nom, il apprécierait.

Mais il avait beau poser des questions, ce soi-disant Lay ne lui répondait pas. Et Jongdae passait son temps à passer de l'impression qu'il devrait vraiment se faire soigner parce qu'il entendait des voix à l'envie de frapper ce fichu farfadet invisible.

Et puis attendez, la nuit, il dormait dans son lit aussi ?

En bref, le pauvre Jongdae était sérieusement en train de devenir chèvre. S'il n'était jamais resté en bonne santé physique pendant un aussi long moment, ses yeux se décoraient de cernes plus violacées de jour en jour, et Minseok lui avait même franchement sous-entendu qu'il avait l'air d'un paranoïaque diagnostiqué, à regarder partout autour de lui comme s'il était suivi en permanence.

"Je suis en train de vivre une putain d'histoire de fantôme dont même le pire des dramas ne voudrait pas."



* * *



La fin de la semaine de cours se soldait pour beaucoup d'étudiants en allant boire un verre dans le bar le plus proche. Mais pour Jongdae, Luhan et Minseok, celle-ci était synonyme de révisions chez le premier, auxquelles il avait convié Baekhyun et Junmyeon (un autre camarade de classe), en vue des partiels approchant. L'étudiant en lettres qu'était Minseok s'était proposé pour aider Luhan en langues anciennes. Ce dernier parlait peut-être couramment coréen, mais les versions médiévales de la langue parlaient difficilement au chinois de naissance qu'il était.

Luhan lui-même offrait gracieusement ses services aux trois autres, en fac d'histoire, pour les aider à comprendre les subtilités de la civilisation chinoise. Un échange de bons procédés, en somme.

-Aïeuh !

-Qu'est-ce qu'il t'arrive, Lu ? S'inquiéta Minseok en voyant le jeune homme porter son doigt à sa bouche.

L'autre grommela quelque chose qui ressemblait à "mechuicoinchéledoidanleclacheurfaimal", assaisonné d'une flopée de jurons dans le dialecte de Beijing (sa ville natale). Jurons que personne ne comprit mais qui semblaient assez fleuris, au vu des grimaces du jeune homme.

-Et en coréen ça donne quoi ? Soupira patiemment Minseok.

-Me suis coincé le doigt dans mon classeur, bordel !

Baekhyun pouffa gentiment -le grand Xiao Luhan, l'une des stars du campus, maîtrisé par un anneau de classeur récalcitrant- tandis que Jongdae darda un regard furibond sur le mur en face d'eux.

-Et lui, tu le soignes pas ?

Les quatre étudiants se tournèrent vers lui, interloqués.

-A qui tu parles, Jongdae ? Lui demanda Junmyeon derrière ses grandes lunettes et le visage toujours au ras de sa feuille, comme le garçon très sérieux et gêné de cette interruption qu'il était.

L'interpellé eut des envies de meurtre en entendant ce petit rire, qui sonnait comme le tintement timide d'une petite clochette. Un rire à la fois si adorable, et dans ce contexte si... Crispant.

Son fantôme se fichait ouvertement de lui, en plus.

Jongdae avait fini par comprendre que personne à part lui ne captait ses manifestations ni n'entendait sa voix. Ce qui lui donnait encore plus l'impression de sombrer dans une douce folie.

Il marmonna et se rassit aux côtés de ses camarades, replongeant dans une ambiance studieuse, voulant à tout prix oublier que sa vie était tout sauf normale à présent, et qu'à vrai dire il ne savait toujours pas si ce n'était pas plutôt lui qui virait schizophrène.

S'il n'était pas un obsessionnel du contrôle, il aimait néanmoins, comme tout le monde, savoir dans quelles eaux il nageait. Jongdae avait toujours aimé vivre au jour le jour, sa nature calme et mesurée faisait qu'il accueillait en général les tuiles que lui jetaient la vie en essayant d'en rire. Si, bien souvent, il passait pour un râleur, c'était en réalité une façon biaisée de ne pas vraiment prendre les choses au sérieux. Il ne se laissait que rarement abattre par les difficultés, pestait avec humour et ironie contre les inconvénients sans importance et trouvait toujours un avantage aux situations vraiment compliquées à vivre. Un paradoxe qui en faisait quelqu'un d'amusant et admirable.

Dès qu'une contrainte s'opposait à lui, Jongdae adoptait la technique dite du roseau. Il pliait, et se relevait. Il détestait de manière générale qu'on l'oblige à faire quelque chose, qu'il en ait eu envie ou non à la base.

Autant dire qu'avoir un surveillant vingt-quatre heures sur vingt-quatre qui lui collait aux fesses, même si apparemment, il s'agissait surtout de le protéger, l'agaçait prodigieusement. Le manque de sommeil induit par cette situation plus qu'étrange jouait aussi sans doute beaucoup sur sa capacité à garder son calme ces derniers jours.

Sans être quelqu'un de particulièrement imprévisible, Jongdae aimait faire ce qu'il voulait, quand il voulait. Il détestait prévoir, ou être pressé par le temps et ses obligations. Non, il aimait improviser, pour le meilleur comme pour le pire, regarder où ses pas le menaient quand il se promenait.

Il ne cessait de se répéter des insultes en boucle dans sa tête et d'imaginer les pires mises à mort pour ce garçon dont il ne connaissait que la voix et la prévenance à son égard. Mais imaginer tuer quelqu'un sans enveloppe corporelle mettait tout de même à mal son imagination, ce qui l'énerva encore plus. De plus, la petite voix dans sa tête (non, pas celle de Lay, celle de sa propre conscience) lui chuchotait que ce n'était pas éthique de vouloir autant de mal à un garçon qui ne semblait que lui vouloir du bien. Comme c'était agaçant de culpabilisation, une conscience, se dit Jongdae.



* * *



Jugeant leurs révisions fructueuses pour ce soir, les cinq garçons avaient fini leur soirée dans un bar en bas de chez Jongdae. Ce dernier en avait profité pour boire comme le pire des alcooliques, désireux d'oublier pour une nuit ses questionnements les plus récents.

C'est ainsi qu'en rentrant chez lui, le jeune homme eut une idée des plus stupides, ses capacités de réflexions étant proportionnellement en baisse par rapport au nombre de bières ingurgitées dans la soirée.

Il n'avait qu’entraperçut la silhouette de ce Lay en se cognant à sa baie vitrée, n'est-ce pas ? Alors Jongdae décida tout bonnement de foncer sur la porte de sa résidence. Il ne devrait apprendre que plus tard que son voisin du dessous fumait un énorme cigare sur sa terrasse à ce moment-là, et qu'il deviendrait donc la risée de la résidence une fois qu'il aurait raconté ce qu'il aurait vu à qui voudrait bien l'entendre.

Pour l'heure, Jongdae eut l'immense et malsaine satisfaction d'entendre cette voix qui le suivait depuis des jours hurler un "CHEN !" paniqué.

Il s'effondra sur le sol, pas assommé, mais sérieusement chamboulé par le choc, pris de vertiges accentués par l'alcool encore présent dans son organisme. Et il eut enfin le plaisir de mettre une image, certes floue et dédoublée, mais une image tout de même, sur cette fameuse voix et ce nom. Lay. Il venait de se pencher au-dessus de lui, et Jongdae capta, malgré son esprit embrumé, son expression déformée par l'inquiétude. Alcool ou fatigue, Jongdae se dit vaguement qu'il devait être bien plus mignon quand il souriait.

Lay ressemblait à un adolescent tout ce qu'il y avait de plus normal. Une mèche noire lui tombait juste au dessus des yeux, et il avait une petite bouche adorable encore entrouverte sur le cri qu'il venait de pousser. Il avait un visage assez long, joliment ovale, des sourcils assez hauts, ce qui semblait lui donner une expression blasée et interloquée en permanence. Sa peau, pâle et lisse, avait l'air tellement douce que si le coréen en avait eu la force, il aurait tendu la main pour le vérifier. Ses yeux étaient soulignés de petites poches qui lui donnaient un air fatigué, un peu las, sans diminuer en rien l'ampleur de l'expression qui avait envahit ses prunelles. Il avait plus l'air apeuré qu'inquiet, comme si Jongdae était à l'article de la mort. Ce dernier senti une pointe de culpabilité lui serrer le cœur.

Il parvint néanmoins à cette constatation : le visage qu'il avait sous les yeux était fort mignon.

-Chen, tu as mal quelque part ? Lui dit cette agréable apparition, dans un souffle paniqué.

"Chen", en bon jeune homme ivre, et encore sous le choc, lui répondit complètement à côté de la plaque.

-T'as un numéro de téléphone ?

Les lèvres brillantes de Lay tressautèrent en une amorce de sourire gêné. Sans répondre, il posa une main aux longs doigts sur le front de Jongdae. Ce dernier frissonna sous le contact qu'il sentait frais. Il se sentait rassuré de constater qu'il avait l'air presque réel, en cet instant.

-Pourquoi tu t'es jeté contre la porte ?

-Je...

Jongdae eut un peu de mal à formuler une réponse complète.

-Je... Je voulais voir ton visage et...

Cette fois, ce fut la stupeur qui se peignit sur le visage de Lay.

-Et... T'es plutôt pas mal, pour un fantôme, en fait.

Ledit fantôme se mit à rire nerveusement en réalisant que son protégé n'avait rien de grave. Il était juste un peu (un tout petit peu) saoul.

-Je ne suis pas un fantôme, Chen...

-C'est qui, Chen ? Murmura une fois de plus le jeune homme.

Lay lui sourit de nouveau, et malgré l'obscurité des premières heures de la nuit, Jongdae remarqua la fossette qui se creusait sur le côté droit de sa joue.

-C'est toi, Chen. C'est comme ça que je t'appelle.

-Mais moi je m'appelle Jongdae...

-Oui, je sais. Mais c'est comme ça que je veux t'appeler.

Sur cette étrange affirmation, Lay se releva et souleva le corps de Jongdae. Le coréen ferma les yeux, pris à nouveau de vertige -fichues bières- et se laissa porter dans les escaliers qui conduisaient à son appartement. Il ne les ouvrit que quand il se sentit déposé délicatement sur ce qui semblait être son canapé, et constata que son fantôme s'était accroupi en face de lui. Sa main fine s'empara de son poignet, le pouce sur le pouls, mesurant sa tension.

-Tu es sûr que tu vas bien ?

Jongdae hocha la tête le plus lentement possible. Il sentait poindre un mal de crâne, présageant un lendemain de cuite désagréable.

-Oui.

Lay le gratifia à nouveau d'un petit sourire.

-Tant mieux.

Quand il posa de nouveau la main sur son front, Jongdae s'endormit presque instantanément.



* * *



Non, Lay n'était pas un fantôme. Lui-même n'avait pas de mot pour définir ce qu'il était. Une âme en peine, probablement, chargée de veiller sur Jongdae.

Autant dire qu'il n'avait pas réussi de la meilleure des manières jusqu'à ces derniers jours.

C'était pour cela qu'il flanchait. Quand Jongdae avait atteint sa majorité, Lay était entré en période d'essai. S'il ne parvenait pas à le protéger correctement de la maladresse des humains, il deviendrait lui-même humain. Il perdrait jusqu'à sa nature même, perdant sa dimension temporelle dans laquelle il existait.

Il n'avait pas donné plus de détails au jeune homme, le reste n'étaient que concepts que les humains étaient bien incapable ne serait-ce que d'appréhender.

Voilà pourquoi Jongdae ressentait toutes ses interventions désormais, qu'il le voyait se manifester lorsqu'il se mettait dans un trop mauvais état physique selon les critères de Lay.

Il changeait peu à peu d'état physique, sans que lui-même ne comprenne vraiment comment arrêter cela. Il fallait dire que Jongdae n'était pas aidant non plus.

-Attends... T'as fumé, c'est ça ? Et moi aussi je suis drogué ? Tu m'as drogué à mon insu, c'est ça ?

Oui, c'était la réaction normale et la plus plausible qu'un être humain lambda (et sobre, dans la mesure du possible) pouvait avoir face à un récit de cet acabit. D'autant que Lay n'avait absolument pas changé d'expression pendant qu'il racontait son histoire, lui donnant un côté encore plus surréaliste qu'elle ne l'était déjà.

Il ne prit même pas la peine de répondre à Jongdae, se contentant de ne pas détourner ses yeux de lui, alors que son interlocuteur se levait brusquement pour se diriger vers son balcon.

-Tu fumes trop pour ta santé. Si ça se trouve c'est pour ça que je galère à te garder en vie.

Jongdae lui lança un regard noir en allumant effectivement une cigarette d'un air de défi. Qu'il aille se faire voir avec ses théories abracadabrantes et son nom à coucher dehors. Lay. Il avait pourtant l'air asiatique, comme lui, parlait coréen (quoi qu'avec cette point d'accent qu'en d'autres circonstances Jongdae aurait trouvé craquante), comme lui, alors où diable était-il allé chercher ce nom ?

Et puis il fumait s'il en avait envie. Non mais alors. Avant de lui lancer des leçons de vie, il ferait sans doute aussi bien d'aller se faire soigner, histoire d'éviter de raconter autant d'imbécillités.

-Et puis quoi encore ? Tu vas m'enlever dans un TARDIS pour fuir l'apocalypse du retour des dinosaures ?

Alors ça c'était la meilleure. Lay pouffa.

Il pouffa de rire, ramenant ses mains devant ses lèvres et plissant les yeux.

"Trop mignon."

Jongdae se gifla mentalement. Ce mec était timbré. Il pouvait aussi mignon, aussi attirant, aussi agréable à regarder qu'il voulait, il restait complètement marteau.

-Donc tu me dis que t'es mon ange gardien et que si je me blesse trop tu vas rester humain pour toujours ? Et je suis censé gober ça comme si c'était parfaitement normal ?

-En gros... Oui. Acquiesça le jeune homme.

Il avait du culot, au moins, celui-là. Jongdae décida alors que la plaisanterie avait assez duré.

Son côté masochiste n'étant plus à démontrer après son jeté magistral contre la porte, il réitéra volontairement sa mésaventure des jours précédents : s'emparant de son briquet, il se brûla sciemment le doigt. Il laissa échapper un long gémissement de douleur qui fit bondir Lay, et ce dernier se rua vers lui.

-Mais enfin c'est toi qui devrait te faire soigner ! Tu aimes tant que ça avoir mal ?

Malgré les larmes qui lui montaient aux yeux sous l'effet de la douleur trop vive, Jongdae lui tendit impérieusement sa main en lui lançant d'un air de défi :

-Et bien vas-y. Soigne-moi, puisque tu fais le malin. Cap' ?

Lay le fixa un instant, interdit, semblant sonder son protégé récalcitrant. Sans détourner les yeux des siens, il prit délicatement la main qu'on lui tendait et la porta à ses lèvres. Jongdae ne put s'empêcher de frissonner quand elles se posèrent sur sa blessure.

Puis Lay lui rendit sa main sans rien faire de plus. Et le coréen dût bien se rendre à l'évidence : il l'avait guérit. Plus de douleur, plus de doigt rougi, même pas un vague picotement attestant de sa blessure, tout s'était évanoui.

L'entorse, les deux brûlures, les maux de tête, l’œuf... Il semblait bien qu'un fond de vérité se cachât dans les dires du beau fantôme, mais cela, Jongdae avait tout de même beaucoup de mal à le concevoir.



* * *



Minseok était dans une phase très étrange de sa courte existence. Ses deux meilleurs amis tournaient fous.

Entre Jongdae qui se mettait à parler tout seul, qui fixait des amis imaginaires et qui ne dormait visiblement pas assez, et Luhan qui devenait très bizarre à chaque fois qu'il lui avait demandé qui était cette fameuse personne mystère dont Jongdae lui avait dit qu'il était amoureux, la vie sociale de Minseok n'était pas simple.

Cela faisait deux semaines que ce manèges durait. Jongdae semblait être poursuivi par la mafia et réagissait on ne peut plus étrangement quand on lui demandait ce qu'il avait.

"Oh, ne t'inquiète pas, j'ai juste sursauté."

"Je me parlais tout seul..."

"J'ai eu peur de mon ombre, je sais c'est idiot, ne te moque pas !"

"Hm ? Non, non, je ne me suis pas blessé."

Cette dernière excuse était bien la plus stupéfiante que Luhan et Minseok aient entendu en plus de dix ans de pratique de Kim Jongdae. Ne pas se blesser ? Allons bon. Il se blessait sur tout. Et même en admettant qu'il se soit enfin acheté un cerveau et des réflexes, pourquoi commençait-il à parler tout seul ? Parce que "qu'est-ce que tu fous encore là, toi ?" n'était pas vraiment le genre de chose que l'on se dit à soi-même. "Pourquoi tu ne te trouves pas quelqu'un d'autre à coller ?" non plus. Il ne fallait pas prendre Minseok pour une bille, il savait que Jongdae avait un problème dont il n'était pas prêt à parler, sans connaître cependant l'ampleur de l'inquiétude que nourrissaient ses comparses.

Sans parler de Junmyeon et Baekhyun, qui eux voyaient Jongdae encore plus fréquemment. D'après eux, il lui était parfois arrivé de demander au vide si tant qu'à faire, il ne voulait pas porter son sac, et répondait à des questions imaginaires avec des grommellement du style : "c'est pas de ma faute si t'y comprends rien, t'avais qu'à te trouver un type avec des études moins chiantes à suivre". Sans compter une fois où il avait demandé à la cantonade si "il" ne mangeait vraiment jamais, et quand ses deux camarades lui avaient répondu en chœur "bien sûr que si", Jongdae avait répondu que ce n'était pas à eux qu'il parlait.

Minseok en était sûr, quelque chose clochait. Il n'osait pas demander à Jongdae s'il avait pris de la drogue dernièrement, mais il savait que certaines substances pouvaient avoir de l'effet à long terme selon la constitution de la personne.

Malheureusement pour lui, il connaissait encore trop peu Baekhyun pour lui faire pleinement confiance, et mettait Junmyeon dans le même sac. Et au sujet de Luhan, ce dernier se comportait presque aussi étrangement que Jongdae ces derniers temps, et depuis qu'il l'avait charrié sur le jeune homme qu'il avait ramené chez lui la dernière fois qu'ils étaient sortis, il évitait à tout prix de se retrouver seul avec Minseok.

Bon sang, c'était quoi son problème ? Il n'avait pourtant rien dit de gênant, se contentant de lui demander en riant si c'était lui, la personne qui le mettait dans tous ses états, au point que Jongdae en soit intrigué la dernière fois. Luhan avait rougi, concurrençant la tomate la plus mûre, lui avait répondu qu'il ne connaissait pas ce garçon de toute façon, et qu'en plus il n'était amoureux de personne et qu'il (Minseok) aille se faire voir ailleurs.

Trop aimable.

Il l'avait vu ensuite parler entre ses dents à Jongdae, sans qu'il capte quoi que ce soit de leur échange, et bien évidemment Jongdae avait été trop saoul ensuite pour lui expliquer clairement ce qu'il avait bien pu faire de mal.

Minseok n'était certes pas stupide, mais il n'était pas extra-lucide non plus. Il n'aimait pas beaucoup que des choses louches se trament derrière son dos, et à fortiori si ça concernait ses deux meilleurs amis.

Mais ce qui l'inquiétait le plus, c'était son attitude à lui, qu'il ne maîtrisait plus vraiment.

Il se fichait éperdument, d'habitude, de qui couchait avec qui. Pourquoi ce soudain intérêt pour les sentiments de Luhan ? D'accord, il y avait coucheries et sentiments, mais pourquoi s'inquiéter de savoir si quelqu'un plaisait à Luhan ?

Et surtout, pourquoi avoir été vexé de ne pas avoir été mis au courant ? Après tout, Jongdae ne savait rien non plus. Après tout, cela ne regardait que Luhan, et cette personne mystère.

Mais pourquoi Minseok ne ressentait-il que de l'agacement envers cette personne mystère ?



* * *



-T'es jaloux, Min-min ?

-Crétin, pas du tout.

Jongdae avait le sourire jusqu'aux oreilles depuis que Minseok lui avait expliqué qu'il s'inquiétait pour Luhan et son-peut-être-amoureux-qui-le-perturbait-à-ce-point. Sa stratégie était plus efficace qu'il ne l'aurait cru.

-On dirait, pourtant. Luhan ne m'a rien dit, mais il a peut-être eu cette impression-là...

Un ricanement, que Jongdae entendait beaucoup trop ces derniers jours, tinta à ses oreilles. Il sursauta alors et rugit un "Quoi encore, toi ?" assez sonore. Il eut la chance immense que Minseok ait déjà eu une réaction avant et prenne cette réflexion pour lui (ou en tout cas il le lui laissa croire). Néanmoins Jongdae dû tendre les deux oreilles pour entendre les deux réponses qu'on lui donnait.

-Mais tu dis vraiment n'importe quoi ! Luhan sait très bien que c'est ridicule. Grinça son ami roux.

-Tu n'y vas pas un peu trop fort, là ? Rit Lay au creux de son oreille.

Il était toujours parfaitement invisible et indétectable pour le tout-venant, et sa silhouette avait de nouveau disparue aux yeux de son protégé. Néanmoins il pouvait toujours l'entendre et surtout, le sentir près de lui, sentir ses moindres mouvements. Il recommençait à le rendre dingue, en somme.

Jongdae hésita sur la conduite à adopter. Il mourait d'envie de renvoyer Lay sur les roses ("De quoi j'me mêle ?") mais il se disait que ses amis allait vraiment finir par vouloir l'enfermer s'il ne se retenait pas. De l'autre, il était curieux de savoir ce que le fantôme lui aurait proposé. Parce qu'en prime, il ne savait pas trop comment improviser avec Minseok.

Comme s'il avait lu dans ses pensées, Lay se pencha tout près de lui pour lui murmurer :

-Tu le fais stresser, là. Laisse-le s'imprégner tout seul de l'idée, rassure-le.

-Calme-toi, Min'. Je ne parlais pas de jalousie dans le sens amoureux, mais ça s'est déjà vu que des amis proches soient jaloux de l'amoureux de l'autre. Lança aussitôt Jongdae, sans savoir pourquoi il obéissait au doigt et à l’œil aux suggestions de Lay, comme s'il était sa bonne intuition incarnée.

-Luhan n'est pas idiot. Vous me connaissez, les gars, ce serait complètement surréaliste de ma part. Non, il y a dû avoir un malentendu que je n'arrive pas à saisir.

Se demandant vaguement pourquoi il n'arrêtait pas de se justifier en prenant Luhan comme argument d'autorité, Minseok aspira un peu de son diabolo banane-kiwi par sa paille en regardant par terre. Il était tout de même réellement tourmenté par le soudain comportement de son ami chinois. Il ne voulait en aucun cas faire ressentir une gêne à ce dernier, et surtout, il s'inquiétait de voir cette situation perdurer depuis leur dernière sortie en boîte. Il se rassura en se disant qu'il réagirait sans doute de la même façon si c'était Jongdae qui semblait lui faire la tête.

-Pourquoi tu fais ça pour eux ?

Lay avait de nouveau murmuré à son oreille et Jongdae songea furtivement que s'il continuait, agaçant ou pas, il allait finir par rougir comme une pivoine en sentant le souffle frais d'un garçon si mignon sur sa joue.

Au lieu de grogner devant Minseok, il eut cette fois l'intelligence de sortir son téléphone pour écrire rapidement un message qu'il n'envoya pas, pour que Lay le lise par-dessus son épaule.

"Parce que ce sont mes amis. Et parce qu'ils seront heureux ensemble, mais ils sont trop bouchés pour le voir. Tu vois pas ça avec tes super-pouvoirs ?"

Encore ce rire. Jongdae se prit à vouloir l'écouter plus souvent.

-Je ne suis pas un super-héros. Je ne suis concerné que par toi, tu sais.

Sans savoir pourquoi, cette phrase emplit le jeune homme de satisfaction.

"Alors comment tu savais ce que je devais lui dire ?" écrivit-il.

-Parce que ce n'était pas difficile à deviner.

"Frimeur."

Cette fois, Jongdae sourit largement en regardant son portable, bercé par le rire de Lay, de plus en plus libre et fort.

-On peut savoir ce qui te fait rire comme ça ? Lui demanda soudain Minseok, qu'à vrai dire, le jeune homme avait complètement oublié.

-Euh, rien du tout ! J'ai reçu un sms marrant, c'est tout ! Rougit Jongdae, gêné, et frustré de ne pouvoir expliquer la vraie raison de son sourire à son plus vieil ami.

Une étincelle brilla soudain dans les yeux de ce dernier.

-Et il venait de qui, ce message ?

-De... D'un... D'un ami de ma classe !

Il s'embourbait. Ce n'était pas bon pour lui. Minseok connaissait Junmyeon et Baekhyun, et pas mal de monde dans l'université, d'ailleurs. C'était l'un des avantages de travailler au bureau des élèves.

Il se pencha vers sa victime, un sourire carnassier aux lèvres qui ne lui était pas familier. Jongdae avait voulu se moquer de lui ? Parfait. Il n'allait pas le louper.

-Et Baek' et Junmyeon ne le connaissent pas ?

-Non, du tout, ils ne lui ont jamais parlé ! Paniqua la proie du rouquin, reculant proportionnellement à l'avancée de son vis-à-vis. "Pourquoi tu me poses toutes ces questions ?"

-Parce que, mon petit Jongdae, tu as beau parler de Luhan, toi aussi tu es super bizarre dernièrement. Et ce type, là, il ne te plairait pas, à tout hasard ?

Alors celle-là, il ne l'avait pas vue venir. Et comme par hasard, Lay restait complètement muet à présent.

-C'est... Plus compliqué que ça.

Jongdae mourrait soudain d'envie de s'exploser la tête contre la table du café, et de s'insulter en chinois. Il trouvait que les insultes sonnaient plus... Insultantes en chinois, mais il se rendit compte qu'il ne savait pas jurer en chinois. Il se sentit alors encore plus stupide, avant de se traiter de tous les noms, de toutes les injures qu'il connaissait, dans sa langue natale.

Oui, Jongdae était une personne quelque peu excessive, par moments.

Il n'aurait pas pu éluder, dire que non, il ne lui plaisait pas, tout simplement ?

-Oh, mais c'est que tu me caches des choses, toi ! Continua comme de bien entendu Minseok, en continuant de s'avancer vers lui, et surtout en mâchonnant sa paille, ce qui, de l'avis de Jongdae, lui donnait un air particulièrement sadique. Il sentait qu'il n'allait pas s'en tirer comme ça.

-Attends, laisse-moi lui répondre et je te raconte tout. Soupira Jongdae, en mimant un calme qu'il ne ressentait absolument pas.

"T'as une idée pour me sortir de là, petit génie ? Je vais quand même pas lui raconter l'histoire à coucher dehors que tu m'as servie !"

Il n'obtint aucune réponse. Il sentit seulement la main de Lay effleurer son épaule, puis la base de son cou, très délicatement, comme une brise fraîche. Ce geste tira une série de frissons à celui qui les subissait, et, même s'il réalisait que c'était loin d'être désagréable, il se demanda quelle pouvait bien en être la cause.

-Pourquoi tu ne lui as pas tout simplement répondu non, Chen ?

"Lay, merde, aide-moi, là !" éluda Jongdae.

Ce dernier se décida enfin. Toujours tout près de son oreille. Trop près. Bon sang, on ne faisait pas ça à un célibataire d'aussi longue date, çe ne devrait pas être permis.

-Tu n'as qu'à broder. Dis-lui que j'ai besoin d'aide pour certains cours et que je te demande les tiens, et que j'ai fait une blague sur un de tes professeurs.

Effectivement, ça tenait parfaitement la route. Jongdae se sentit parfaitement stupide de ne pas y avoir pensé, c'était évident. Il répéta donc presque mot pour mot ce que venait de lui souffler Lay, quand il hésita sur le nom à lui donner. Lay ne sonnait définitivement pas coréen.

-... Yixing. Dis-lui que je m'appelle Yixing.



* * *



-C'était quoi, ce nom, Yixing ? D'où tu le sors ? En plus c'est même pas coréen, c'est chinois...

Jongdae avait lancé cette phrase à l'adresse de Lay en cherchant ses clefs pour rentrer chez lui. Minseok avait finit par être satisfait et l'avait laissé, non sans un énorme sourire moqueur vissé au milieu du visage.

Comme souvent alors qu'il s'aventurait à essayer de connaître celui qui partageait désormais le moindre de ses gestes, il n'obtint pas de réponses, juste un soupir à peine perceptible.

-Tu es injuste. Tu me connais par cœur, tu t'incrustes dans ma vie de tous les jours sans me demander mon avis, et tout ce que je sais de toi, c'est que tu es un genre d'ectoplasme en charge de prendre soin de moi. Ce que, soi dit-en passant, j'ai toujours un peu de mal à concevoir, mais passons. Pourquoi tu ne me laisse pas te connaître un peu mieux ?

Tout à sa tirade, Jongdae avait monté les premiers escaliers sans voir un escabeau au milieu du premier palier. En soufflant bruyamment et levant les yeux au ciel parce que Lay ne lui répondait toujours pas, il se prit les pieds dedans.

Et, parce que Jongdae était Jongdae, il tomba dans les escaliers derrière lui.

Il ne s'aperçut qu'en bas des escaliers en question que Lay (qui avait repris consistance humaine au moment où il avait basculé en arrière) s'était jeté avec lui pour l'entourer de ses bras et lui éviter de se faire mal.

Dans la position dans laquelle ils était, il aurait été difficile de ne pas s'en apercevoir, étant donné que Lay était à présent à califourchon au-dessus de Jongdae, sa main droite en protection à l'arrière de son crâne, et la gauche au niveau de son cœur, sur sa poitrine, pour s'assurer qu'il allait bien.

Après un moment, ce dernier murmura, à cinq centimètres de son visage -mais qu'est-ce qu'il avait à se coller à lui à chaque fois qu'il voulait lui parler ?- :

-Il bat vraiment très vite... Tu vas bien ?

Jongdae ne répondit pas tout de suite, puis choisit, encore un peu agacé, une réplique ironique dont Luhan aurait été fier :

-Non, je suis gay, célibataire endurcit, et j'ai actuellement un mec pas trop laid qui me chevauche. Tu t'y connais, en humains, ou t'as besoin que je te fasse un dessin ?

Lay écarquilla les yeux de stupéfaction, mais ne se releva pas. Il fixa Jongdae avec étonnement, de ses yeux noirs rendus encore plus attractifs que les iris étaient dévoilées en entier.

-Tu es vraiment étonnant. Je ne m'attends jamais à ce que tu vas me dire.

Jongdae leva les yeux au ciel.

-C'est la façon la plus moisie de répondre à un compliment que j'ai jamais vu.

Lay rit de nouveau, une pointe de gêne dans la voix. Celui qui était sous lui se dit que, dans la position dans laquelle ils étaient, il ne faudrait pas qu'il rit trop non plus. Pour autant, il ne lui demanda pas de se relever.

-Pour te voir tout le temps, il faut que je me fasse mal régulièrement, c'est ça ?

Le fantôme baissa les yeux, sans rien dire, à nouveau. Jongdae se dit qu'il serait sans doute plus facile de comprendre s'il voyait ses expressions faciales, comme à cet instant. Il comprit également qu'il avait touché juste, et que cela rendait un peu triste son fantôme. C'était d'ailleurs réciproque. Culpabilisant de nouveau, il décida de changer de sujet.

-Bon, et si tu me disais ce qui t'a inspiré ton nom, là, Yixing ?

Lay releva les yeux vers lui. Il ne bougeait toujours pas, sans que cela ne gêne ni l'un ni l'autre cependant. Il lui adressa un sourire qui, restant petit, fit fondre Jongdae. Cette fossette pourrait lui faire faire des folies.

Il chassa ces idées peu chastes de son esprit embrumé en prenant le bras de Lay pour les faire se relever tous les deux. Le masochisme avait ses limites.

-C'était mon nom, Yixing. Quand j'étais comme toi, je m'appelais Yixing. J'étais comme ton ami Luhan, un coréen qui venait de Chine.

-Attends... Tu étais comme moi, genre, humain ?

Lay, ou plutôt Yixing, le regarda avec étonnement.

-Oui, bien sûr.







Commentaire de l'auteur Voili voilou, je m'arrête là pour cette fois. Je ne sais pas quand arrivera la suite, sans doute cette semaine, j'essaierais de faire au plus vite !
Je vous embrasse, merci à ceux qui commentent, ceux qui suivent, ceux qui lisent !

Je serais comme toujours ravie de lire vos avis.

XOXO, Ako
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales